Les Grisommes T1 : Avènement de Frédéric Livyns

grisommesfinalweb-1-

Séma Editions, 228 pages, 15  €

Merci à Frédéric pour sa confiance renouvelée et la découverte de ce premier tome de sa trilogie jeunesse.

4ème de couverture

Une grande menace pèse sur notre monde. Nathan a laissé les Grisommes s’emparer d’une pierre aux pouvoirs immenses. Pour réparer son erreur, l’adolescent doit parcourir différentes dimensions et retrouver les Joyaux qui vont sauver l’humanité. Là-bas, il disposera d’une arme majeure : son imagination. Car c’est elle qui façonnera les univers où il devra se rendre.

Qui est l’étrange vieillard qui a confié à Nathan cette mission et quel rôle la belle jeune fille qui l’accompagne dans sa quête va-t-elle jouer à ses côtés ? Mais, surtout, l’imagination de l’adolescent sera-t-elle assez forte pour vaincre celle des Grisommes ?

Conçue spécialement dans une forme rappelant les aventures de jeux vidéo, cette histoire de Frédéric Livyns, deux fois lauréat du prix Masterton, enchantera à coup sûr les jeunes et moins jeunes lecteurs !

En savoir plus sur http://www.sema-diffusion.com/pages/sema-editions/catalogue/sema-gique/les-grisommes-tome-1-avenement-de-frederic-livyns.html#6J4ZUKB1cyQlTRUp.99

Mon avis

Une très bonne lecture jeunesse ^^

Je suis ravie de retrouver l’imaginaire de Frédéric et cette fois-ci dans un nouveau registre, après l’horreur, l’épouvante, les enquêtes du paranormal, voici une aventure fantastique jeunesse fraiche et bien adaptée à son public mais qui saura ravir les lecteurs plus âgés également.

Nathan, collégien, est petit, roux et la tête de turc idéale pour ses camarades de classe. Autant dire, qu’il ne se sent pas des plus à l’aise à l’école. Ravi que les vacances scolaires commencent, il découvre qu’il va devoir passer une semaine chez une parente qu’il n’a jamais vu et qui vit loin de tout. En plus, la séparation de ses parents le mine, son père n’est pas là, sa mère ne veut pas lui dire pourquoi il est si important qu’il parte à la rencontre d’une inconnue… Mais une fois là bas, dans cette maison au milieu des bois, il va vivre une aventure extraordinaire, comme en dehors du temps. Il va devoir affronter son destin et ses peurs les plus anciennes. Il rencontrera également des personnes complexes et attachantes, comme la jolie Orianne.

L’histoire est très bien menée et l’intrigue se tient parfaitement. Les dangers auxquels Nathan va devoir faire face sont liés à son imaginaire. On prend véritablement plaisir à le suivre et on développe nous aussi notre imaginaire, on puisse dans nos souvenirs d’enfance et on peut tout à fait se sentir proche de Nathan, de ce qu’il ressent et de ses réactions. Il y a une légère redondance dans la façon dont l’intrigue peut se répéter au fil des chapitres (là, ça vous parle pas, mais c’est plus clair à la lecture) mais Frédéric réussit à ne pas lasser son lecteur, maintient son attention par ses traits d’humour et ses rebondissements. Pour ce que vit Nathan, je vous laisse le plaisir de la découverte. En tout cas, on ne s’ennuie pas. La fin de l’intrigue ne frustrera pas le lecteur et même donnera envie de poursuivre l’aventure.

Les personnages sont attachants et on peut s’identifier à Nathan. J’aurai bien aimé un peu plus d’approfondissement parfois mais je pense que c’est parce que j’avais envie de rester un peu plus longtemps au côté de ce jeune garçon. Parce que c’est suffisamment détaillé et développé pour le public visé (8-12 ans). J’ai hâte d’en savoir plus sur les grisommes, la destinée de Nathan, et de découvrir ce que l’imagination de Frédéric va nous livrer comme personnage étrange et effrayant.

L’écriture de Frédéric se veut simple mais pas trop et c’est vraiment bien adapté pour tout public. Sa plume se veut tantôt amusante (jeux de mot pourri, personnage à la limite du risible), tantôt plus sombre, plus dramatique. L’alternance est parfaitement réussie. Frédéric s’est inspiré et a écrit pour ses enfants et je trouve ça touchant. On ressent une certaine sensibilité dans le récit et dans le style. Ce roman est efficace et se lit facilement, rapidement et emmène le lecteur vers le pittoresque, la surprise, l’imagination. C’est un récit que je me verrai bien lire à mes enfants plus tard. Je pense que la suite sera encore plus surprenante et connaissant Frédéric, il est pas impossible qu’une des suites fasse prendre à nos héros des virages à 180°. Vivement la suite.

A noter, de jolies illustrations intérieures de Philippe Lemaire et la belle couverture de Fleurine Rétoré qui apportent un subtil mais non négligeable petit plus à l’histoire.

Publicités

Ce qui murmure – Les nouvelles aventures de Carnacki – Saison 1 de Frédéric Livyns

cover

L’ivre-book, ebook, 1€49

4ème de couverture

Le célèbre détective de l’occulte conte à ses amis le récit de sa première confrontation avec l’indicible et lève, par la même occasion, un pan du voile qui masque sa jeunesse.

C’est donc un Carnacki encore peu au fait des phénomènes occultes qui se verra contraint d’affronter la créature qui tourmente, nuit après nuit, l’un de ses compagnons d’études.

Quel est cet être indicible que l’on entend murmurer lorsque le soleil a disparu ?

Mon avis

Alors qu’il n’a pas mis les pieds hors de chez lui depuis quelques temps, Thomas Carnacki convie une nouvelle fois ses amis, dont notre narrateur, à un diner suivi de la traditionnelle aventure du spécialiste du surnaturel. Mais que va-t-il bien pourvoir leur raconter puisque la dernière histoire en date l’a épuisé au point qu’il n’a pas depuis pris nouvelle enquête ? Que s’est-il passé ou qu’a-t-il à leur confier ?

Et bien, cette fois, le narrateur, et le lecteur à travers lui, vont découvrir une des premières aventures de Carnacki, quand celui-ci n’était qu’au tout début de sa carrière de détective de l’occulte. Une nouvelle qui permet à l’auditoire de ce cher Carnacki de découvrir une partie de sa jeunesse et surtout de voir que tout n’a pas été facile pour le jeune homme dans sa confrontation avec le paranormal.

Il raconte cette fois, l’appel d’un des ses anciens camarades d’études lui demandant assistance. Ce dernier a entendu parler de la mésaventure de Carnacki et de sa mère, la vraie première confrontation du détective avec l’étrange, « la maison hantée » et il se dit que ce dernier pourra certainement l’aider. Le diplômé devenu marin ne trouve plus le sommeil. Toutes les nuits, à 1h du matin, il entend des voix… Carnacki lui propose de fouiller la maison, puisque l’ancien marin n’entend les voix que depuis qu’il en emménagé là. La maison était meublée, il doit certainement y avoir un lien… Carnacki découvre un miroir aux ornementations malsaines et si c’était la clé du mystère ?

Cette fois-ci, on découvre un ami de Carnacki, avec qui il a fait ses études. Mais qui a décidé de partir à l’aventure et qui s’est enrôlé dans la marine marchande. Mais une mauvaise blessure l’oblige, quelques années plus tard, à revenir en Angleterre. Malgré les années qui ont passées, une belle complicité lie Thomas et son ami, qui sont heureux de se retrouver même si l’ancien marin est effrayé parce que se passe chez lui. On cerne un peu mieux le personnage de Carnacki. La nouvelle est très bien construite et change de deux premières. Ici, Carnacki commence juste à s’intéresser aux manifestations étranges et occultes. On laisse de côté la routine de sa façon de procéder et des rituels pour découvrir comment il a commencé.

Comme pour les nouvelles précédentes, le récit est bien dosé, le style et le vocabulaire toujours recherchés et les impressions du personnage principal sont bien retranscrites. Surtout que l’on est peu habitué à la fin qui va être livrée par le détective…

Je confirme que j’aime beaucoup ce personnage et ses enquêtes. Ce qui murmure permet d’en apprendre plus sur son passé et sur ses doutes de jeune détective. Reste à découvrir comment a-t-il rencontré les gens qui viennent écouter ses histoires… et comment il a réagit la toute première fois qu’il a été confronté aux forces obscures.

Je recommande ces nouvelles aventures de Carnacki qui sont vraiment dans un genre et un style 19ème très plaisants. Une série passionnante, un rythme de publication qui fait qu’on ne se lasse pas. Des histoires angoissantes, effrayantes mais juste ce qu’il faut . Un auteur qui évite la redondance mais qui garde une unité dans ses textes ^^ Une réussite.

 

Le placard qui chuchote – Les nouvelles aventures de Carnacki – Saison 1 de Frédéric Livyns

carnacki 2

L’ivre-book, ebook, 1€49

4ème de couverture

Depuis la mort de son père dans des circonstances aussi troubles que violentes, des phénomènes étranges se produisent dans l’immense demeure familiale.
La folie et l’horreur s’entremêlent dans les ténèbres.
Quel est l’effroyable secret enfoui au sein de l’aile abandonnée de ce lugubre château?
Retrouvez avec plaisir dans cette enquête le célèbre chercheur de fantômes, le roi des détectives de l’occulte sous la plume talentueuse de l’écrivain belge, Frédéric Livyns.

Mon avis

Comme pour le premier épisode, suite à une invitation de Thomas Carnacki, notre narrateur se rend au diner du célèbre détective de l’occulte pour y écouter en fin de soirée la nouvelle aventure du spécialiste du paranormal. Cette fois-ci, notre homme arrive le dernier chez Carnacki et ce dernier a particulièrement très mauvaise mine. Il semble littéralement épuisé. Au commencement du récit de sa nouvelle aventure, l’enquêteur occulte rassure son auditoire. Certes, il a failli y rester dans sa dernière aventure mais il se porte mieux.

Il rapporte donc son arrivée chez Sieur Johnson junior, qui depuis la mort de son père, avec lequel il était en froid, entend et ressent des manifestations dans la chambre de son défunt père. Manifestations qu’il doit bien admettre malgré son scepticisme, n’ont rien de naturel.
Carnacki commence alors son enquête et la première nuit, il ressent bien en effet les effets de quelque chose de très puissant, il en perd ses forces vitales ! Que se passe-t-il dans cette chambre ?

A l’attitude des personnages, le détective comprend qu’on lui cache quelque chose. Pour démêler l’affaire et comprendre les non-dits, il va devoir passer une nuit dans la chambre et risquer sa propre vie. J’ai beaucoup aimé la façon de construire le récit. On retrouve un Carnacki fortement affaibli et on se demande ce qu’il a pu vivre. La révélation de sa part du danger qu’il a vécu, intrigue immédiatement de lecture et on a envie de savoir ce qu’il a bien pu vivre. Que s’est-il passé dans la demeure des Johnson ? Quel est le mystère qui plane sur le manoir?

Le récit est angoissant juste ce qu’il faut. Ce n’est pas de l’horreur ou de la terreur mais les événements font quand même se dresser les poils sur les bras ^^ Il s’installe une sorte de routine avec le personnage, on commence à s’habituer à sa façon de procéder, les protections, les rituels, etc. On a hâte de savoir quel est le mystère, pourquoi cette manifestation qui est très violente ? La résolution de cette enquête est assez rapide mais le pourquoi est un peu glauque et pourtant pas si surprenant que ça pour l’époque. Le récit est bien dosé, le style et le vocabulaire recherchés, les impressions du personnage principal sont bien retranscrits.

J’aime beaucoup ce personnage et ses enquêtes. J’ai trouvé le personnage a la fin moins expéditif et pourtant c’est toujours le même rituel, mais son état de santé explique tellement sa façon de faire cette fois, que je n’ai pas ressenti la même frustration que la première fois. J’espère qu’un jour on en apprendra un peu plus sur son passé, comment a-t-il réagit à sa sensibilité pour le paranormal dans un monde si borné, comment a-t-il rencontré les gens qui viennent écouté ses histoires ? etc.

Le style d’histoire et de façon de faire reprise de l’auteur initial sied vraiment très bien à Frédéric Livyns, il excelle dans ce type de nouvelles. J’espère juste que les affaires ne seront pas redondantes, il ne doit pas être aisé de renouveler le genre. En tout cas, la publication espacée des histoires, finalement, convient très bien au genre. Même si on en lirait bien une ou deux de plus. On en redemande ! C’est vraiment une série sympathique et j’attends le prochain épisode avec impatience.

La chambre Rouge – Les nouvelles aventures de Carnacki – Saison 1 de Frédéric Livyns

106354817L’ivre-book, ebook, gratuit

4ème de couverture

Dans cette enquête, Carnacki sera confronté à une entité mystérieuse qui sévit dans un hôtel.
Une série de morts inexpliquées, survenant toujours dans la même pièce de l’établissement, une présence inquiétante… Il n’en faut pas plus pour attiser la curiosité de notre enquêteur.
Mais, en décidant de résoudre ce mystère, Carnacki sera confronté à l’horreur qui habite dans ce que les journalistes ont appelé « La chambre rouge ».

Mon avis

Frédéric Livyns reprend les aventures de Thomas Carnacki, le détective du créé par William Hope Hodgson au début du XXe siècle. Et c’est une bien bonne idée !!!

Un ami de Thomas Carnacki reçoit une invitation à se rendre chez le fameux détective du surnaturel afin de découvrir sa dernière enquête en date. Thomas Carnacki sait recevoir et faire monter le suspense de son récit d’aventure.  Il raconte à son auditoire comment il a été amené à se rendre dans l’hôtel d’une veille connaissance pour l’aider à résoudre le mystère de la chambre rouge. Des événements bouleversants ont touché l’hôte récemment et des phénomènes des plus étranges et dramatiques surviennent dans la maison d’hôte. Que se passe-t-il ? Et pourquoi ? C’est ce que Thomas Carnacki va tenter de découvrir.

Le lecteur découvre ce personnage assez spécial et à l’esprit de déduction de tout ce qui touche le paranormal assez extraordinaire. A la façon d’un Hercule Poirot, il réunit un auditoire pour faire connaître sa façon de résoudre l’enquête. Il s’y connait en force occulte et n’hésite pas à prendre des risques pour faire toute la lumière sur ce qui se passe dans la chambre rouge.

On peut juste regretter que la façon de faire de Carnacki soit un peu expéditive avec ses amis. A peine son passionnant récit terminé, ses camarades n’ont pas le temps de l’assommer de questions et de remarques. Mais soit, le détective semble quelque peu original, on lui passera ce trait de caractère ^^

J’ai aimé cette enquête et l’ambiance qui s’en dégage. C’est une lecture courte et rapide mais bien montée et intriguante. Je pense que j’aurais apprécié pouvoir enchainer avec un ou deux autres aventures du détective. On entrevoit que peu l’ambiance du début du 20ème siècle et j’aurai été moins frustrée en passant un peu plus de temps en compagnie de Carnacki.

Cette nouvelle est différente des nouvelles plus horrifiques ou « traumagoissantes » (traumatisante et angoissante) mais elle est pourtant très adaptée à son style. J’ai beaucoup aimé. Frédéric Livyns est un excellent novelliste et les aventures de Carnacki semblent lui correspondre à merveille. Je ne connaissais pas du tout William Hope Hodgson mais je crois déceler que Frédéric est resté fidèle à son univers et à sa façon de faire. En tout cas, ça donne envie, à la fois de continuer à lire les nouvelles aventures du détective et de découvrir les originales si un jour l’occasion se présente.

En tout cas, c’est parfait pour découvrir l’écriture et le style de Frédéric Livyns, court mais dynamique et mystérieux (et gratuit) avant de passer à des nouvelles qui font peur ou qui peuvent sortir le lecteur de leur zone de confort.

Le souffle des ténèbres de Frédéric Livyns

souffleVal Sombre Editions, 15€, 139 pages

4ème de couverture

Bryan et Suzy décident de faire un voyage en Bretagne afin d’échapper à un douloureux souvenir et de se ressourcer. Sur place, ils découvrent les ruines d’un vieux château qui n’est mentionné dans aucun guide touristique et dont les villageois superstitieux rechignent à parler. Animés par la curiosité, ils entreprennent alors de s’y rendre et vont, bien malgré eux, réveiller la force maléfique qui y sommeillait. Quel est donc le secret de cet étrange village que Bryan ne connaît qu’à travers les récits de son grand-père ? Entre légendes bretonnes et fantastique contemporain, l’auteur nous entraîne dans une spirale infernale.

Résumé

C’est enfin les vacances pour Bryan et son épouse Suzy. Destination la Bretagne, terre des ancêtres de Bryan et plus particulièrement Munoz, petit village reculé, loin des hauts lieux touristiques. Accueilli par Maz l’aubergiste, le couple s’installe et Bryan planifie les excursions. Il a hâte de découvrir les lieux où son grand-père a grandit. La première visite sera pour le château du village qui n’apparait étrangement sur aucune carte, dans aucun guide. Même Maz leur déconseille de s’y rendre. Mais Susy et Bryan ne donne pas de crédit aux superstitions des villageois… Mais ont-ils raison ou tord ?

Mon avis

Une très bonne lecture !

J’avais hâte de retrouver Frédéric Livyns dont je suis fan des nouvelles et dont j’ai adoré Oxana. Le souffle des ténèbres a été une très bonne lecture même si elle m’a apporté je dois l’avouer moi de surprises que les autres écrits de Frédéric. Mais ça n’enlève rien au fait que j’ai passé un super moment de lecture ^^

Bryan et Suzy sont un couple de parisien, venu découvrir ce coin particulier de la Bretagne, Munoz terre des ancètres de Bryan. C’est la première fois qu’il vient découvrir le lieu de l’enfance de son grand-père. Ce dernier lui a tellement parlé de ce coin, que c’est comme si Bryan était déjà comme chez lui. Mais les choses ne vont pas se passer comme il l’avait imaginé. Déjà, lui et sa femme Suzy se rendent compte que les villageois ne sont pas fans des touristes, et n’aiment pas qu’on vienne « fouiner » dans le passé. Pourtant quoi de plus normal que de vouloir visiter les coins pittoresques et typiques comme le château du coin. Enfin ses ruines. Bryan et Susy ne croient pas aux superstitions des gens du village. Les ruines seraient celles qu’un ancien domaine appartenant à la famille de Gilles de Rais … Que cachent donc les ruines ? Bryan et Suzy vont-ils réellement remuer le passé et les vieilles croyances ?

J’ai beaucoup aimé l’atmosphère, l’ambiance créée par Frédéric Livyns, la localisation de l’intrigue en Bretagne, les mystères, les légendes… L’atmosphère est pesante, intrigante, un peu oppressante et de plus en plus sombre. Des choses étranges se passent, Suzy voit certaines choses,  certains villageois ont des réactions bizarres….

L’histoire est bien construite, les éléments sont fournis au fur et à mesure, avec certains passages intermédiaires qui donnent des pistes. J’aime bien cette construction. On s’attend alors à certaines choses et d’autres nous surprennent car moins attendues. Le récit est fluide, le livre se lit facilement et rapidement. Oui la fin est rapide mais je la trouve à l’image de l’ensemble du livre. L’ensemble est homogène et cohérent. Toutefois, j’aurai aimé plus de descriptions (c’est vrai que les descriptions ne sont pas la tasse de thé de l’auteur, plus incisif que contemplatif, et j’adore ça) mais là ça m’aurait plu. Parce que l’histoire se passe en Bretagne et que j’aurai aimé un peu plus voyager. En connaitre un peu plus que les légendes bretonnes évoquées et sur Gilles de Rais. En tout cas, ça donne envie de s’y plonger et de faire des recherches ^^

J’ai beaucoup aimé les personnages, au départ, j’avais peur qu’ils manquent d’épaisseur, mais en très peu de mots, de passages, Frédéric Livyns arrive à leur créer un passé, des failles, des fêlures, de la consistance. J’ai pu m’attacher à Suzy et Bryan et j’ai aimé que les personnages soient plus creusés que ce qu’on pourrait imaginer de prime abord. Surtout Suzy, j’ai apprécié me mettre à sa place, comment aurais-je réagit face aux événements passés et présents ? J’ai souvent partagé les réflexions de cette femme et c’est vrai que du coup, j’aurai bien aimé la connaitre encore plus ^^

Frédéric Livyns joue moins avec nos peurs dans ce récit (enfin je trouve comparé avec les autres textes que j’ai pu lire de lui) mais on est pris dans le texte, on a envie de savoir ce qu’il va se passer, comment vont tourner les événements. J’ai aimé savoir pourquoi, le but des événements et ça m’a beaucoup plu.

C’était une très bonne lecture, je ne le cache pas, que j’aurai aimé être un peu plus riche en descriptions, légendes bretonnes et lieux mais qui se lit extrêmement bien, prenante et agréable.
La couverture signée Miesis est magnifique, encore un superbe livre chez Val Sombre Editions !

**********************************

logo challenge

Les Halliennales An 2 – Salon des littératures fantastiques à Hallennes Lez Haubourdin (12 octobre 2013)

310131_544906732218810_1385326834_nVoici enfin, mon compte-rendu des Halliennales ! Il était temps n’est-ce pas ?

Un festival que j’adore et que j’ai eu la chance de vivre de manière différentes cette année ! En effet, je faisais partie de l’équipe de bénévoles qui pendant la journée, a aidé les organisateurs. Missions principales : accueillir les visiteurs et fournir les auteurs en café et boissons diverses ^^ Parfois aussi, orienter et répondre aux questions le  visiteur perdu et curieux. Et c’était vraiment une super expérience. La journée est passée trop vite, j’avais les pieds défoncés mais ce n’était que de la bonne fatigue !

Arrivée au complexe Pierre de Coubertin à 9h, avec la super équipe de bénévoles : Julie, Gaëlle, Constance, Delphine et François, sans oublié les parents de Maxime Gillio, nous avons aidé à placer des présentoirs destinés aux auteurs, ça m’a déjà permis de voir qui était placé où, très utile quand on sait que je suis venue avec 8 livres à faire dédicacer ! 1457544_10152114370770774_487272769_n

J’ai croisé Adora dans son magnifique costume steampunk et j’ai parcouru trop rapidement quelques stands du marché fantastique en pleine préparation.

A 10h, le festival commence, entre deux tournées de café, j’ai pu commencé mes dédicaces par Ayerdhal, Jess Kaan, Corina Rosenfeld, Anne Fakhouri. J’ai pu discuté avec chacun de ces auteurs, de l’immense bibliothèque numérique ou papier pour Ayerdhal :

IMGP0633

de ses romans, d’une potentielle suite à Créature du Miroir et de son Embaumeur (à paraître le 6 décembre) avec Jess Kaan

IMGP0630

des fans et de l’écriture avec Corina Rozenfeld, charmante et souriante :

IMGP0636

et de la difficulté des blogo-lecteurs à donner envie aux lecteurs du blog sans spoiler un livre avec Anne Fakhouri :

IMGP0641

J’ai ensuite fait dédicacé par les auteurs présents mon exemplaire de l’exquise nouvelle saison 3 : Les aventures du concierge masqué, Pat Bol, l’américaine Nicola Pearson, Alain Temple.

IMGP0639IMGP0638 IMGP0640

Puis entre café et accueil, j’ai dans le désordre :

  • croisé les copines venues elles aussi faire dédicacer ou craquer pour des nouveautés, Coquelicote, Cassiopée, Maia, Tsuki, Aliénor
  • assisté de loin aux discours d’ouverture de la charmante marraine Cassandra O’Donnell,
  • papoter avec Mathieu Guibé et Cécile Guillot des livres sortis dernièrement au Chat Noir, Mathieu m’a donné envie d’acheter Errants, d’ailleurs c’est malin, rendez-vous au Val Joly 😉
  • croiser de charmantes personnes toutes de steampunk inspirées, bravo !
  • croiser des pirates !!!! Chica, Marina, Lisa, Alexandra et leurs copines ^^

Profitant d’une accalmie dans mon « bénévolage » 😉 , j’ai acheté 4 livres et je suis partie en quête de nouvelles dédicaces, notamment de Stéphane Soutoul et pendant que j’attendais devant son stand, Cassiopée m’a gentiment remplacée à l’accueil, merci encore beaucoup !!! J’ai fais dédicacé Le Sacrifice des damnés et Coeur de ténèbres.

IMGP0653

Avec les pirates, nous lui avons offert des chocolats et un marque-page maison :

IMGP0655

J’ai fais dédicacer Fille d’hécate 2 à la charmante Cécile Guillot :

IMGP0652

Puis le premier tome d’Oscar Pills à Eli Anderson :

IMGP0658

Nous avons discuté de ses fans, des couvertures de ces romans. J’ai hâte de découvrir ce premier tome 🙂

Puis j’ai attendu avant d’aller faire dédicacer Les larmes Rouges que la longue file d’attente devant Georgia  Caldera diminue !

Je suis retourné retrouver mes collègues bénévoles à l’accueil, où nous avons pu jauger de la grande fréquentation du salon encore cette année ! Nous avons eu beaucoup de personnes qui cherchaient les activités connexes : l’extrait de la comédie musicale D’ombres et de sang, la projection du court-métrage 300 000 kilomètres/seconde, en présence du réalisateur Stéphane Réthoré et du scénariste Sylvain Blanchot, le concours de cosplays steampunk, la table ronde sur le thème du temps… Je n’ai malheureusement pas pu assister au court métrage 😦 ni à l’extrait de comédie musicale re 😦 encore moins la table ronde 😦 mais j’ai vu plein de photos depuis et ça devait être vraiment super !

J’ai ensuite trouvé un moment pour acheter et me faire dédicacer les autres livres qui me faisaient envie : Danse de sang de Frédéric Livyns (merci infiniment pour m’avoir ajouter à tes remerciements, j’en suis encore toute émue) !

IMGP0659

Enfin le Cauchemar de Cassandre de J.B. Leblanc rejoint ma PAL !

IMGP0660

J’ai réussi à atteindre Georgia Caldera !!!! Toujours aussi adorable, magnifique costume, on a discuté de la nouvelle couverture des Larmes Rouges 🙂

IMGP0662

J’ai croisé Jules Verne et Bram Stocker avec le parrain de l’édition de l’année dernière : David S. Khara :

IMGP0669

Vraiment bravo au stand de maquillage pour ces transformations très réussies !

J’ai pu découvrir des objets insolites de l’exposition Rétrofuturism de la « Uamanab Team », vraiment très chouette, un exemple :

IMGP0674

Avec les copines pirates, j’ai discuté avec la très souriante et agréable marraine de cette seconde édition : Cassandra O’Donnell :

IMGP0671

J’ai fait dédicacer Et on dévora leur coeur à Sylvain Blanchot, on a discuté de son travail et je lui ai pris son second ouvrage qui a l’air super : Mémoire classifiée.

IMGP0680

J’avais envie de découvrir Brice Tarvel et il restait un seul exemplaire du premier des dossiers secrets de Harry Dickson, du coup, je l’ai pris !

IMGP0682

Après le super concours de cosplays, tous magnifiques,  j’ai trouvé un créneau pour faire dédicacer mon Coeur de loups des Editions du Riez, à Corina Rozenfeld, Nadia Coste :

IMGP0688

et Marika Gallman :

IMGP0687

Après un tour du marché fantastique où j’ai trouvé une anthologie Reines et dragons chez une libraire d’occasion, j’ai repris sous le bras mon exquise nouvelle saison 3 pour avoir une dédicace de Sophie Jomain (dont la file d’attente n’a jamais désemplie !) et de David Boidin, un des 3 exquis organisateur !

IMGP0692  IMGP0693

Les halliennales c’est plein d’auteurs, mais aussi un marché fantastique très développé cette année, des animations, une ouverture à la jeunesse, à la BD, … Le temps du temps était une super idée, les éléments de déco, superbes. Je vous laisse le lien vers le billet de ma copine Coquelicote, vous y verrez sa journée là bas et de belles photos : http://sans-grand-interet.cowblog.fr/halliennales-2013-3252922.html

Sinon, sur FB, sur la page des Halliennales 😉

Dans les coulisses, j’ai pu discuter avec plein d’auteurs, je garde de beaux souvenirs ! C’était une journée très remplie, gérée d’une main de maitre par les Exquis Men, que je remercie encore pour m’avoir accepté comme bénévole, j’ai essayé d’aider au mieux tout en profitant du salon et je pense avoir réussie 🙂 Félicitations pour cette organisation magnifique, Maxime, Benjamin et David :)Une pensée affectueuse aux bénévoles souriants avec qui c’était un plaisir de passer cette journée 🙂

Merci à Cassiopée pour m’avoir remplacée à l’accueil c’était chou (sinon, je n’aurai pas pu revoir Stéphane Soutoul).

Bravo et merci à la mairie d’Hallennes Lez Haubourdin, à son personnel super sympa, merci d’avoir rempilé cette année pour cette seconde édition et j’espère vivement une 3ème !

Une journée magnifique qui c’est terminé par un repas avec la team Pirates d’À l’Abordage de la Culture, c’était super !

A l’année prochaine !

1382327_595750450471450_1700563697_nUne belle moisson !

971229_544905135552303_2005835186_n

Festival Trolls et Légendes à Mons (Belgique) le 31 mars 2013

11820_467233910011285_103331842_n

Le mois de mars était riche en salon et pas qu’en France ! Tous les deux ans la ville de Mons en Belgique organise le Festival de toutes les Fantasy : Trolls et Légendes ! Réunion de cosplayeurs, artisans, auteurs, joueurs,  fan de musique, … il y a plein d’animations, d’activités et de divertissements, pour en savoir plus, vous pouvez aller sur le site du festival.

Trolls

Cette année, j’y allais pour la première fois ! Je ne connaissais que de nom et parce que je bois de la Troll ! On est parti à 3, Cassiopée, mon homme et moi, vers 10h10 de Lille et on a mis moins de temps que le prévoyait google pour venir. On est arrivé un peu avant 11h et on a été impressionné par le monde qui attendait ! Comme on était pas sur de venir, on a pas acheté de billet en prévente mais c’est sur que c’est ce qu’il vous faut faire si vous prévoyez d’y aller dans deux ans ! Avec la prévente, vous accédez directement au site et quasiment sans faire de fil d’attente.

foule

On est rentré sur le site après environ 50 min d’attente. Avec Cassie, on avait regardé les auteurs présents et on voulait au moins voir Oliver Peru et Gabriel Katz. Y sommes-nous parvenues ? Vu le monde, tout est possible !

Premier arrêt chez Rebelle Editions, histoire que Cassie craque pour les Étoiles de Noss Head 4 !!

sophie jomain

Sophie Jomain

Sophie Jomain nous accueille avec le sourire, elle nous raconte que la veille à 15h, les organisateurs ont du refuser l’entrée au site ! Une première sans doute ! On est bien contente en tout cas, d’avoir choisi le dimanche, même s’il y a beaucoup de monde, le samedi ça devrait être difficile de circuler dans les allées ! Juste à côté de Rebelle, on retrouve avec plaisir Emilie Witwicki-Barbet au stand Val Sombre Editions !

Emilie Witwicki-BarbetEmilie Witwicki-Barbet

Emilie Witwicki-Barbet

On craque pour le MP du tome 2 de Demain est un autre monde : Les révoltés. Emilie est magnifique ! On profite aussi de l’accalmie dans le coin, pour saluer Claire Wallaert-Muller et Frédéric Livyns, c’est toujours un plaisir de se voir !

Frédéric et Claire

Claire Wallaert-Muller et Frédéric Livyns

Il y a beaucoup de monde (oui cette phrase sera répétée plusieurs fois), on arrive quand même à voir quelques stands d’illustrateurs BD, mais il va falloir vite s’y faire c’est dans ce coin que la foule est la plus dense, du coup, on ne verra qu’une infirme partie des exposants. Idem au marché féérique ! C’est dommage, je voulais voir plusieurs créateurs dont je suis les pages FB mais malheureusement, je n’en ai trouvé aucun 😦

instruments

Sarah BertagnaMArché Féérique

marché féérique

Illustrateurs et marché féérique

Nous somme « tombés » ensuite sur les stands de la Porte Littéraire et des Editions du Chat Noir, un coup d’œil à l’Artbook raconté de Fleurine Rétoré : MAGNIFIQUE ! Il sera acheté aux Imaginales très certainement (j’attends de voir Fleurine directement). On discute avec Mathieu Guibé de l’affluence, du fait que son livre est presque en rupture de stock, il en reste 3 ! On le félicite quel succès !!! Je l’achète, c’est l’occasion et puis il me fait de l’oeil depuis sa sortie ! Une belle dédicace à ajouter à ma collection. On a parlé aussi des prochains salons, les Imaginales et les salons de fin d’année : Les halliénales et le Val Joly, où nous espérons tous nous revoir !

Mathieu Guibé

Mathieu Guibé

Je bave ensuite sur les stands Actu SF, lokomodo / Asgard / Midgard, et autres mais je résiste pour le moment ! On arrive dans la partie « librairie » où les « têtes d’affiche » du festival dédicace leurs ouvrages. Oliver Peru n’est pas à sa place, on cherche alors Gabriel Katz. On le trouve à l’opposé de l’espace librairie  et on lui fait dédicacé, Cassie le T1 et moi le T1 et le T2 de Puits des mémoires. On prend chacune la suite, Cassie le 2 et moi le 3, hop une trilogie complétée ! Gabriel Katz est charmant, il prend le temps de discuter avec nous lui aussi. De son prochain roman (dans le même univers, mais il y fera plus chaud et on suivra une femme), de la fantasy qui n’est pas médiatisée par les radios et la TV, heureusement il y le net !, nous demande (enfin à Cassie) son personnage préféré, nous donne envie de lire ou continuer la saga ! A côté de lui, je louche sur les livres de Claudine Glot mais c’est l’heure de manger. Je n’aurai pas la possibilité de revenir là malheureusement, mais je sais de source sûre que je pourrais retrouver Claudine dans un autre salon à la fin de l’année !

Gabriel Katz

Gabriel Katz

La restauration. Mauvaise idée, c’est blindée, un système de jeton, qui ralenti les choses, et qui donne l’impression de moins dépensé alors que c’est l’inverse… Bref, sans polémiquer, si je tourne à T&L dans deux ans, je prends des sous et je vais manger ailleurs.

pause musicale

Pause musicale

En tout cas, on s’en met plein les yeux dans ce festival, les tenus de ceux qui se déguisent, plutôt que font du Cosplaty sont magnifiques ! On a bavé sur les tenus steampunk toute la journée ! Et on a croisé des trolls, des fées, des nains, Gandalf, des elfes, … bref toute sorte de créatures criantes de réalisme (et oui lol !), vraiment ça donne envie de faire l’effort de se préparer pour d’autres festivals ! et chapeau à ceux qui le font, vous étiez magnifiques !

costumes costumes costumes

Les affaires reprennent,pour Cassie, nous trouvons Cassandra O’Donnell, qui n’a plus beaucoup de livres devant elle, heureusement que Cassie a acheté le T4 de Rebecca Kean avant le salon ! Hop ! Une dédicace et de charmants sourires, ah ces auteures qui ont les yeux qui brillent, ça met de bonne humeur !

Cassandra O'Donnell

Cassandra O’Donnell

Puis, en face, je ne résiste pas à passer du temps devant le stand des Editions de l’Homme sans Nom ! Découverte récemment, je n’ai encore aucun ouvrage mais les couvertures, les résumés et les univers donnent plus que plus qu’envie !

stand HSN

Stand de l’Homme Sans Nom

On discute avec la charmante et adorable Magali Villeneuve, auteure et illustratrice, et je craque pour les deux tomes Iluvendan de Nicolas Debandt, et qu’est-ce que j’apprend, je l’ai loupé à 5 min 😦 mais il sera aux Imaginales ! (ha là là, prendrais-je les deux tomes,… wait & see). Mais Alexandre Dainche, l’illustrateur de ce « diptyque » est là lui et me dédicace les deux tomes ! Les illus’ sont magnifiques ! Comme le stand !!! On sera ravies avec Cassie de les retrouver aux Imaginales !

magali Villeneuve

Magali Villeneuve

Alexandre Dainche

Alexandre Dainche

Pendant ce temps, Oliver Peru est à son stand, du coup, on se place dans la file d’attente, cet auteur est tellement sympa, que c’est un peu long, du coup, je file acheter la première anthologie du salon, sur les Semi-hommes, sur le stand des Editions Asgard, j’y retrouve Jess Kaan, a qui je « racket » un MP de Fissures et qui m’en offre gentiment un autre ! Merci beaucoup ! Je retourne attendre avec Cassie et mon homme, dans la file et c’est notre tour, j’ai pris mon exemplaire de Druide et Oliver tout en répondant à nos questions des plus bêtes aux plus intelligentes, me dessine Obrigan dessus et Jarekson pour Cassiopée ! Un billet de cet entretien a été fait sur le blog de l’île aux livres, si vous voulez jeter un oeil c’est ici!

 Oliver Peru

oliver peruOliver Peru

Anthologie à la main, je la fais dédicacer par Oliver bien sur mais également par Adrien Tomas, Simon Sanahujas et Emmanuelle Nuncq

  Adrien Tomas

Adrien Tomas (qui part quand je sors l’appareil !)

Simon Sanahujas

Simon Sanahujas

Emmanuelle Nuncq

Emmanuelle Nuncq 

et ensuite par Mathieu Gaborit, avec qui je profite pour discuter des Confessions d’un automate mangeur d’opium co-écrit avec Fabrice Colin (je sais enfin qui a écrit Théo et qui a écrit Margot), et de sa réédition chez Bragelonne avec une couverture magnifique !

Mathieu GaboritMathieu Gaborit

Mathieu Gaborit

Entre les allées, on a réussi à croiser Maia du blog Les lectures de Maia, Ptyx du club de lecture et Caliope du blog L’autre côté de moi-même, incroyable ! Par contre, pas de Cali avec sa petite famille 😦

En face, c’est le stand Lokomodo, j’en profite pour « embêter » Anthelme Hauchecorne, et lui dire que je suis en train de dévorer Âmes de verres, (assez fort j’espère pour que certains lecteurs se décident à l’acheter aussi, sait-on jamais).  Enfin, je pars faire dédicacer l’anthologie aux Editions Argemmios par Mathieu Coudray qui a fait l’illustration de la couverture. Pas le temps de faire la chasse à l’illustrateur, dommage (7 illustrateurs différents ont fait l’intérieur de l’anthologie). Nathalie Dau n’étant pas là et Cassie ayant craquée pour une illustration de Magali Villeneuve, nous retournons la faire dédicacer par Magali aux Stand de l’Homme sans Nom !

mathieu coudray

Mathieu Coudray

On retourne ensuite faire un tour dans les allées du marché féérique, toujours assez bondé malheureusement, moins dehors alors on y reste un peu malgré la température peu clémente. Nous sommes repassés saluer Emilie, Frédéric et Claire sur le stand Val Sombre,

 Frédéric Livyns

Frédéric Livyns

puis en se dirigeant vers la sortie, je m’arrête pour une dernière dédicace, celle de Nathalie Dau sur l’anthologie. Sur 7 auteurs, il me manquera Pierre Dubois mais quelque chose me dit que j’aurai l’occasion de le voir sur d’autres salons !

Nathalie Dau

Nathalie Dau

Il est passé 16h30, on a quand même mal au pied et même si on a pas bu de Cuvée des Trolls, on a passé un super journée ! Le festival victime de son succès peut-être (quel monde!) mais vraiment sympathique ! Peut être qu’on rempilera dans deux ans ! Seul l’avenir nous le dira !

Quelques photos en plus :

   Trollsrapace

rapace

dragon mécanique dragon mécanique dragon mécanique

Maintenant, nous n’avons plus qu’à attendre les Imaginales à Epinal fin mai 🙂

Merci Cassie pour tes photos complémentaires aux miennes 🙂