Comment trouver la femme idéale ou le théorème du homard de Graeme Simsion

homard

Pocket, 380 pages, 7€30

LC du club de lecture Lille aux Livres

4ème de couverture

Don Tillman a un gros problème. Ce n’est pas son incapacité à vivre en société. Ni ses idées arrêtées sur à peu près tout (à commencer par le homard au dîner, le mardi). Non, le vrai souci de Don, brillant professeur de génétique, c’est le  » Problème Épouse « . Sur 100 individus de sexe féminin, 100 ne répondent absolument pas à la liste de critères scrupuleusement établie par lui – et Rosie, étudiante le jour, serveuse la nuit, encore moins que les autres… Et c’est bien là que le théorème se complique… « 

Mon avis

Divertissant

Don est professeur de génétique et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a de gros problèmes de comportement social. Ses journées, sa vie sont réglées comme du papier à musique, à la minute près Don sait ce qu’il doit faire, ce qu’il doit dire, ce qu’il doit manger. Don a réussi à se faire des amis Gene, un collègue d’une dizaine d’année son aîné et Claudia sa femme. On peut presque compter leurs enfants dans le nombre des amis de Don, presque. Par contre, à l’université, il a beaucoup de mal à prendre l’importance d’être sociable et surtout de se battre pour obtenir des financements, et c’est pas la doyenne qui dira le contraire.

Le principal problème de Don est qu’il n’arrive pas à trouve une femme (oui oui pour lui c’est le principal de ses problèmes). Il y a toujours un grain de sable dans sa mécanique comme la Glace à l’Abricot… Il décide alors de traiter ce problème de manière mathématique et établit un questionnaire très précis afin de gagner du temps pour trouver une Épouse mais aussi être sur que les soucis rencontrés lors des rendez-vous précédents avec des prétendantes ne se représenteront pas. Il diffuse son questionnaire sur Internet et écume de nouveau les speed datings. L’avantage du questionnaire c’est qu’à la moindre réponse inacceptable (fumer, être végétarienne, etc.), il ne perd plus son temps et passe à quelqu’un d’autre. Autant dire qu’il n’es pas prêt de trouver une femme notre Don Tillman ^^

L’ami de Don, Gene va chercher, semble-t-il à l’aider un peu, et embarque une partie des réponses aux questionnaires pour les analyser… 2h après, une jeune femme Rosie, débarque dans le bureau de Don. Gene lui a conseillé de s’adresser à Don. Ce dernier l’invite à dîner le soir même, peut-être que Gene lui a trouver la partenaire idéale? Cependant, bien vite, Don va se rendre compte que Rosie ne répond à aucun des critères de l’Opération Épouse. Mais le temps passé avec elle n’est pas si désagréable. Surtout elle semble avoir des problèmes affectifs qui remontent au fait qu’elle ne connaisse pas qui est son vrai père. Peut-être une occasion pour Don de lui venir en aide. Même si cela est parfaitement… déraisonnable. Que se passe-t-il ? Pourquoi donne-t-il soudain de l’importance à des choses qui ne rentre pas dans son planning si serré ?

Don est sans doute le seul qui ne se rend pas compte qu’il a tout de la définition de quelqu’un atteint du syndrome d’Asperger. C’est de là que vient la plus grande partie du comique de situation du livre, les malentendus sociaux. Par contre, même si le personnage global de Don est un peu exagéré et très romancé (il change très vite, ce qui n’est pas vraiment cohérent avec ce trouble), on ne tombe pas dans quelque chose de malsain sur ce sujet. Au contraire, il y a même des choses assez justes expliquées. La scène de la conférence au début est excellente.

Don est aussi touchant qu’agaçant. Sa relation avec sa vieille voisine par exemple est adorable et touchante. Par contre, sa méthode pour trouver une femme est complètement choquante ! Toutefois, l’auteur le confronte à une femme intelligente, Rosie, qui va lui faire comprendre combien ce comportement est inadapté. Là aussi, les choses sont abordées assez intelligemment alors que la pente était glissante. Peut-être aussi est-ce parce que l’auteur est australien. Je trouve en général que les comédies romantiques qui ne sont pas américaines sont plus justes et moins clichés que les américaines (et surtout moins pipi/caca – sexiste – humour gras, comme les films en fait…). Rosie est un personnage quand-même assez convenu, finalement on s’aperçoit très vite qu’elle est plus qu’elle n’en montre.

L’histoire est sympathique, ça se lit bien, ça détend, c’est léger, on peut franchement sourire sur certains passages, ça joue donc son rôle de comédie sentimentale. Et d’un autre côté, ce que je n’aime pas trop du coup, c’est que c’est assez convenu, on devine le scénario et toutes les réactions en chaine à 3 kms. Comme la recherche d’identité du père de Rosie, c’est un bon fil conducteur qui permet aux personnages de rester à proximité l’un de l’autre mais on sait sans trop de mal ce qu’il en est. Il y a quand même certaines scènes qui sont drôles

J’ai regretté ne pas avoir un peu plus l’impression d’être en Australie. Pour le coup, comme pour 44 Scotland Street (qui se passe en Écosse), l’auteur ne prend pas la peine de planter un décor, de créer quelque chose de plus typique, qui se démarquerait un peu. L’histoire pourrait finalement se passer n’importe où.

C’est donc une lecture en demi-teinte, c’est vraiment divertissant, mais elle sera vite oubliée. Et les deux chapitres bonus du début de la suite ne m’ont pas particulièrement donné envie de lire la suite. Après, je suis manique savoir que ce n’est pas vraiment terminer me poussera peut-être un jour à me procurer la suite pour la découvrir quand même. En attendant, je préfère vider ma PAL 😀

Publicités

Les sorties cinéma attendues #8

On se retrouve pour un nouveau rendez-vous des sorties ciné !

D’abord, petit bilan de novembre même si le mois n’est pas encore terminé, j’irai peut être encore une fois au ciné mais rien de sur : 6 films vus : Frankenweenie, Un plan parfait, Looper, Argo, The Impossible et Comme des frères.  Idéalement, j’aimerai bien voir Populaire et Les cinq légendes mais en 2 jours, ça risque d’être compliqué surtout que M. veut pas les voir ! 6 c’est moins qu’en octobre mais bon, je n’ai pas eu beaucoup l’envie et le temps.

Alors que sort-il de beau en décembre ?

LES MONDES DE RALPH de Rich Moore

Film d’animation sorti le 5 décembre

Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous…
Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course, fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous…
Ces deux personnages n’auraient jamais dû se croiser… et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros… Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves ?

Trop trop envie de le voir, j’aime pas les jeu vidéo mais là, la BA me plait, ça sent l’humour et l’action !

ANNA KARENINE De Joe Wright avec Keira Knightley, Jude Law,…

Sortie le 5 décembre

Russie, 1874, la belle et ardente Anna Karénine jouit de tout ce à quoi ses contemporains aspirent : mariée à Karénine, un haut fonctionnaire du gouvernement à qui elle a donné un fils, elle a atteint un éminent statut social à Saint-Pétersbourg. À la réception d’une lettre de son incorrigible séducteur de frère Oblonski, la suppliant de venir l’aider à sauver son mariage avec Dolly, elle se rend à Moscou. Au cours de son voyage, elle rencontre la comtesse Vronski que son fils, un charmant officier de la cavalerie, vient accueillir à la gare. Quelques brefs échanges suffisent pour éveiller en Anna et Vronski une attirance mutuelle. Oblonski reçoit également la visite de son meilleur ami Levine, un propriétaire terrien sensible et idéaliste. Épris de la sœur cadette de Dolly, Kitty, il la demande gauchement en mariage, mais Kitty n’a d’yeux que pour Vronski. Dévasté, Levine se retire à Pokrovskoïe et se consacre entièrement à la culture de ses terres. Mais le cœur de Kitty est lui aussi brisé quand elle prend conscience, lors d’un grand bal, de l’infatuation réciproque d’Anna et Vronski. Anna, désorientée, rentre à Saint-Pétersbourg, mais Vronski l’y suit. Elle s’évertue à reprendre sa calme vie de famille mais son obsession pour le jeune officier ne cesse de la tourmenter. Elle s’abandonne alors à une relation adultère qui scandalise toute l’aristocratie locale. Le statut et la respectabilité de Karénine sont mis en péril, le poussant à lancer un ultimatum à sa femme. Dans sa recherche éperdue de bonheur, Anna révèle au grand jour l’hypocrisie d’une société obsédée par le paraître. Incapable de renoncer à sa passion, elle fait le choix du cœur.

Oui vous ne rêvez pas un film avec Keira Knightley, c’est pas parce que je ne l’aime pas, que je refuse de voir les films dans lesquels elle joue, j’espère juste que l’histoire me transportera pour que j’oublie qu’elle est là :p

Nan, un film d’époque qui a l’air vraiment bien, j’essaie de le voir s’il est diffusé sur Lille.

LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU de Peter Jackson avec  Martin Freeman, Richard Armitage,…

Sortie le 12 décembre

Les aventures de Bilbon Sacquet, entraîné dans une quête héroïque pour reprendre le Royaume perdu des nains d’Erebor, conquis longtemps auparavant par le dragon Smaug. Abordé à l’improviste par le magicien Gandalf le Gris, Bilbon se retrouve à intégrer une compagnie de 13 nains menée par Thorin Ecu-de-Chêne, guerrier légendaire. Ce voyage les emmènera au Pays sauvage, à travers des territoires dangereux grouillant de gobelins et d’orques, de wargs assassins et d’énormes araignées, de changeurs de peau et de sorciers.

Retrouver l’atmosphère de la trilogie du Seigneur des Anneaux, je dis OUI !

L’ODYSSÉE DE PI de Ang Lee avec Suraj Sharma, Irrfan Khan,…

Sortie le 19 décembre

Après une enfance passée à Pondichéry en Inde, Pi Patel, 17 ans, embarque avec sa famille pour le Canada où l’attend une nouvelle vie. Mais son destin est bouleversé par le naufrage spectaculaire du cargo en pleine mer. Il se retrouve seul survivant à bord d’un canot de sauvetage. Seul, ou presque… Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage. L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d’un courage insoupçonné pour survivre à cette aventure incroyable.

Je n’avais jamais entendu parler du livre mais je suis tombée amoureuse de la bande annonce, j’irai voir ce que ça donne.

DE L’AUTRE COTE DU PERIPH’ de David Charhon avec Omar Sy, Laurent Lafitte

Sortie le 19 décembre

Un matin à l’aube dans une cité de Bobigny, près d’un vieux tripot clandestin, est retrouvé le corps sans vie de Eponine Chaligny, femme du très influent Jean-Éric Chaligny, premier patron de France, au centre d’un climat social extrême qui secoue la France depuis quelques semaines. Ce matin-là deux mondes radicalement opposés vont alors se croiser : Ousmane Diakité, policier de la section financière de Bobigny et François Monge, capitaine de la fameuse police criminelle de Paris. Leur enquête va les emmener d’un côté à Paris et son syndicat patronal, de l’autre en banlieue de Bobigny et ses affaires clandestines. Tour à tour, de l’autre côté du périph.

Une comédie ! Qui a l’air bien faite, le ton de la bande annonce est juste, espérons que l’ensemble du film aussi.

JACK REACHER de de Christopher McQuarrie avec Tom Cruise, Rosamund Pike,…

Sortie le 26 décembre

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Un homme armé fait retentir six coups de feu. Cinq personnes sont tuées. Toutes les preuves accusent l’homme qui a été arrêté. Lors de son interrogatoire, le suspect ne prononce qu’une phrase : « Trouvez Jack Reacher. »
Commence alors une haletante course pour découvrir la vérité, qui va conduire Jack Reacher à affronter un ennemi inattendu mais redoutable, qui garde un lourd secret.

Je n’aime pas Tom Cruise mais le scénario a l’air pas mal, et un peu d’action, c’est très bien aussi.

Deux autres films sortent aussi en décembre mais ils intéresseront plus mon homme que moi :

Mais qui a re-tué Pamela Rose de et avec Kad Merad et Olivier Baroux

Sortie le 5 décembre

Quand il reçoit un appel du shérif de Bornsville lui annonçant que le cercueil de Pamela Rose a été volé, l’agent Douglas Riper voit là une occasion de renouer les liens avec son ancien coéquipier Richard Bullit. Un ex-ami avec lequel il est brouillé, depuis des années, suite à une fâcheuse histoire de femme et de Fuego. Les deux anciennes gloires du FBI, devenus des purs has been, se retrouvent donc pour enquêter sur cette profanation, sans savoir qu’ils sont en réalité attirés dans un piège par un homme qui leur en veut beaucoup. Sans se douter non plus qu’ils seront bientôt les seuls à être au courant que la présidente des Etats-Unis of America est sur le point d’être assassinée. Rien que ça…

Cogan, Killing them softly d’Andrew Dominik avec Brad Pitt, Scoot McNairy,…

Sortie le 5 décembre

Interdit aux moins de 12 ans

Lorsqu’une partie de poker illégale est braquée, c’est tout le monde des bas-fonds de la pègre qui est menacé. Les caïds de la Mafia font appel à Jackie Cogan pour trouver les coupables. Mais entre des commanditaires indécis, des escrocs à la petite semaine, des assassins fatigués et ceux qui ont fomenté le coup, Cogan va avoir du mal à garder le contrôle d’une situation qui dégénère…

Il y a aussi une adaptation de Les Hauts de Hurlevent qui sort mais la bande annonce ne m’a pas plu… Je verrai bien si j’en entend parlé en bien et qu’il est diffusé dans le coin, je changerai peut-être d’avis.

Et vous, quels films pensez-vous aller voir en décembre ?

Les sorties cinéma attendues #7

On se retrouve pour un nouveau rendez-vous des sorties ciné !

D’abord, petit bilan d’octobre même si le mois n’est pas encore terminé, je doute d’aller au cinéma avant novembre : 8 films vus : Monsieur Lazhar et Savages (sorties ciné de septembre) ;  6 présentés sur 8 des sorties d’Octobre (Pauline Détective, Astérix et Obélix : Au service de sa majesté, Skyfall, Stars 80, Dans la maison, Tous les espoirs sont permis). Il me reste encore à voir 4 films qui sortent le 31, rien que ça ! Frankenweenie, Un plan parfait, La traversée et Looper.  Les deux derniers, je ne les avais pas présenté, je ne sais plus pourquoi, séance de rattrapage!

LOOPER de Rian Johnson avec Bruce Willis et Joseph Gordon-Levitt

Sortie le 31 octobre 2012

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les « Loopers ») les éliminent. Un jour, l’un d’entre eux, Joe, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que… lui-même, avec 20 ans de plus. La machine si bien huilée déraille…

LA TRAVERSEE de  Jérôme Cornuau avec Michaël Youn  et Emilie Dequenne

Sortie prévue le 31 octobre 2012

Lola Arendt, une petite fille de 8 ans, disparaît dans une Ile d’Ecosse. Ses parents, Martin et Sarah, brisés, ne résistent pas au drame et se séparent. Deux années plus tard, Lola est retrouvée à l’endroit exact où elle avait disparu. Elle est vivante, apparemment en bonne santé, mais reste plongée dans un étrange mutisme.
Martin retourne seul sur l’île pour la chercher et la ramener : Au bonheur des retrouvailles succèdent les interrogations et la peur : Où était Lola ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi ne parle-t-elle pas ?
Pourquoi Sarah semble lui avoir caché des informations quant à cette réapparition soudaine ? Quel est ce secret qui plane autour de Lola ?
Réalité ou paranoïa, Martin se sent épié, tout lui paraît suspect. La traversée de cette île du bout du monde, dans un paysage sauvage, étrange et menaçant, les mènera inexorablement vers la plus insoutenable des découvertes…

J’ai vu la bande annonce hier, ça m’a intriguée, j’ai envie de savoir maintenant !

On est parti avec les sorties de novembre :

ARGO de Ben Affleck avec Ben Affleck et John Goodman

Sortie le 7 novembre 2012

Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l’ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six Américains réussissent à s’échapper et à se réfugier au domicile de l’ambassadeur canadien. Sachant qu’ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de « l’exfiltration » de la CIA du nom de Tony Mendez monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable qu’il ne pourrait exister qu’au cinéma.

D’après une histoire vraie, qui à l’air de mélanger les genres, je dis pourquoi pas !

THE IMPOSSIBLE de Juan Antonio Bayona avec Ewan McGregor et Naomi Watts

Sortie le 21 novembre 2012

L’histoire d’une famille prise dans une des plus terribles catastrophes naturelles récentes. The Impossible raconte comment un couple et leurs enfants en vacances en Thaïlande sont séparés par le Tsunami du 26 décembre 2004. Au milieu de centaine des milliers d’autres personnes, ils vont tenter de survivre et de se retrouver. D’après une histoire vraie.

Prévoir les mouchoirs.

COMME DES FRERES de Hugo Gélin avec François-Xavier Demaison, Nicolas Duvauchelle, Pierre Niney

Sortie le 21 novembre 2012

Depuis que Charlie n’est plus là, la vie de Boris, Elie et Maxime a volé en éclats. Ces trois hommes que tout sépare avaient pour Charlie un amour singulier. Elle était leur soeur, la femme de leur vie ou leur pote, c’était selon. Sauf que Charlie est morte et que ça, ni Boris, homme d’affaires accompli, ni Elie, scénariste noctambule et ni Maxime, 20 ans toujours dans les jupes de maman, ne savent comment y faire face. Mais parce qu’elle le leur avait demandé, ils décident sur un coup de tête de faire ce voyage ensemble, direction la Corse et cette maison que Charlie aimait tant. Seulement voilà, 900 kilomètres coincés dans une voiture quand on a pour seul point commun un attachement pour la même femme, c’est long… Boris, Elie et Maxime, trois hommes, trois générations, zéro affinité sur le papier, mais à l’arrivée, la certitude que Charlie a changé leur vie pour toujours.

 

THERESE DESQUEYROUX  de Claude Miller avec Audrey Tautou et Gilles Lellouche

Sortie le 21 novembre 2012

Dans les Landes, on arrange les mariages pour réunir les terrains et allier les familles. Thérèse Larroque devient Madame Desqueyroux ; mais cette jeune femme aux idées avant-gardistes ne respecte pas les conventions ancrées dans la région. Pour se libérer du destin qu’on lui impose, elle tentera tout pour vivre pleinement sa vie…

POPULAIRE de Regis Roinsard avec Romain Duris, Déborah François, Bérénice Bejo,…

Sortie le 28 novembre 2012

Printemps 1958. Rose Pamphyle, 21 ans, vit avec son père, veuf bourru qui tient le bazar d’un petit village normand. Elle doit épouser le fils du garagiste et est promise au destin d’une femme au foyer docile et appliquée. Mais Rose ne veut pas de cette vie. Elle part pour Lisieux où Louis Echard, 36 ans, patron charismatique d’un cabinet d’assurance, cherche une secrétaire. L’entretien d’embauche est un fiasco. Mais Rose a un don : elle tape à la machine à écrire à une vitesse vertigineuse. La jeune femme réveille malgré elle le sportif ambitieux qui sommeille en Louis… Si elle veut le poste, elle devra participer à des concours de vitesse dactylographique. Qu’importent les sacrifices qu’elle devra faire pour arriver au sommet, il s’improvise entraîneur et décrète qu’il fera d’elle la fille la plus rapide du pays, voire du monde ! Et l’amour du sport ne fait pas forcément bon ménage avec l’amour tout court…

J’aime bien les films qui se passent dans les années 50/60, c’est plus ça qui m’attire ici à la base, après à voir si j’irai.

LES CINQ LEGENDES de Peter Ramsey

sortie le 28 novembre 2012

Les Cinq Légendes raconte l’aventure fantastique d’un groupe de héros, tous doués de pouvoirs extraordinaires.
Lorsque Pitch, un esprit maléfique, décide de régner sur le monde, ces 5 légendes vont devoir, pour la première fois, unir leurs forces pour protéger les espoirs, les rêves et l’imagination de tous les enfants.

Qui a dit que les films d’animation, ne sont réservés qu’aux enfants 😉

Et vous, quels films pensez-vous aller voir en novembre ?

Astérix et Obélix : Au service de sa majesté de Laurent Tirard

inspiré des BDs : Astérix et les normands et Astérix chez les Bretons de  René Goscinny et Albert Uderzo.

50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions il décide d’envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne.
La victoire est rapide et totale. Enfin… presque. Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces faiblissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d’envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax, chercher de l’aide en Gaule, auprès d’un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains…
Dans le village gaulois en question, Astérix et Obélix sont déjà bien occupés. Le chef leur a en effet confié son neveu Goudurix, une jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés faire un homme. Et c’est loin d’être gagné.
Quand Jolitorax arrive pour demander de l’aide, on décide de lui confier un tonneau de potion magique, et de le faire escorter par Astérix et Obélix, mais aussi Goudurix, car ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu…

Dans leur village en Gaule, Astérix (Édouard Baer) et Obélix (Gérard Depardieu) sont chargés par leur chef  Abraracourcix de s’occuper et d’apprendre la vie au jeune Goudurix (Vincent Lacoste). Mais un matin débarque de Bretagne Jolitorax (Guillaume Gallienne) envoyé par la reine (Catherine Deneuve) pour leur demander de l’aide contre l’invasion du pays par César (Fatrice Luchini). Astérix, Obélix et Goudurix partent donc vers Brittania avec un tonneau de potion magique…

Un peu contre un nouvel opus de la franchise (et faut le dire d’Édouard Baer en Astérix), je voulais me faire ma propre opinion sur le film. ça n’est pas pour moi, le meilleur de la franchise, il y a pas mal de défauts mais dans l’ensemble, je me suis laissée prendre et je l’ai trouvé pas si mal.

Déjà, finalement, je dois le reconnaitre, Édouard Baer en Astérix, ça le fait pas mal, je crois même que c’est celui qui s’en sors le mieux, même si on est pas encore assez proche du héros de la BD. C’est pas simple quand on y pense de trouver quelqu’un pour le rôle, on n’arrive pas à lui donner un âge, il est intelligent et facétieux. Pour moi, Edouard s’en sort très bien. Rien à dire sur Gérard Depardieu, on ne pourrait pas mettre quelqu’un d’autre à sa place.

J’ai beaucoup souri et pas mal rit. L’histoire est sympa, le mélange des deux albums est bien fait et ça permet de donner un peu plus de consistance à l’histoire et puis aussi de rajouter de l’humour. J’ai beaucoup de mal avec les français qui imitent l’accent anglais, j’ai donc eu beaucoup de mal au début et puis finalement je m’y suis faite. Certains s’en sortent mieux que d’autres c’est indéniable mais bon, je suppose que les acteurs britanniques parlant français ne se bousculent pas pour jouer dans Astérix ! J’ai beaucoup aimé, l’intrusion des Normands chez les Bretons, excellente séance d’éducation aux bonnes manières où « comment se comporter en parfait gentleman » ! Il y a pas mal de décalage qui m’ont fait marrer, s’il y a bien un type de film où on peut se permettre les clichés, c’est bien celui-là !

Le casting est pas mal du tout même s’il y a moins de guests que dans les opus précédents. J’ai beaucoup aimé Miss Macintosh/Valérie Lemercier, j’adore quand elle joue les vielles filles comme ça, un peu beaucoup coincée, elle me fait toujours beaucoup rire.

J’ai trouvé Jolitorax/Guillaume Gallienne aussi très bon dans son rôle de gentleman pincé, qui prend quasiment tout au pied de la lettre. Par contre, Goudurix/Vincent Lacoste, une vraie tête à claque !!! En même, le rôle c’est bien ça, un jeune paresseux et un peu niais, une tête à claque ! Il est un peu différent du personnage de la BD mais pas encore un fossé trop dramatique (forcément les jeunes dans les années 60 et ceux des années 2010 ne sont plus vraiment les mêmes!).

Je ne suis pas fan de Catherine Deneuve mais il faut reconnaitre qu’elle a beaucoup d’auto-dérision et une classe naturelle, je ne vois pas qui d’autre pourrait jouer la reine (déjà dans Palais Royal, elle était excellente !!!).


Je ne suis pas génération BB Brune, j’ai du me les faire confirmer par mon homme, je n’ai pas trouvé leur présence transcendante mais je reconnais que je trouve leur chanson très rythmée même si je ne suis pas fan.

Ah oui, j’oubliais César! J’ai beaucoup aimé Luchini dans le rôle, question carrure du personnage c’est presque ça, mégalo, un peu cruel, philosophe, chef de guerre, j’ai presque envie de dire qu’il est meilleur que Chabat (mais je ne le dirai pas, la fonction du personnage dans l’histoire n’est pas la même) et tout cas, meilleur que Delon, ça je le dis !


Ah puis, j’ai quand même beaucoup aimé, Dany Boon dans le rôle qui lui est donné Têtedepiaf, un normand, je ne m’y attendais pas (avait vu la BA qu’une fois et pas lu de critiques ou la fiche allociné) et je me suis dit « jouer sur la carrure comme ça, c’était bien trouvé »!

Le bémol de cet opus, ce sont les effets spéciaux et visuels, je ne serais pas comment dire, il y a quelque chose qui fait que ça fait souvent « faux ». Les moyens n’ont sans doute pas été les mêmes que dans les opus précédents, ça se ressent. Les costumes par contre m’ont beaucoup plu, les couleurs aussi, on a l’impression d’être dans la BD. Des clins d’œil (surtout à un des 3 films précédents, vous devinez lequel), des sous entendus, des jokes, … c’est très plaisant quand même. Édouard Baer fait régulièrement du Édouard Baer, alors si vous êtes allergiques, vous risquez de tiquer mais si vous l’appréciez, ça devrait rouler !

Dans l’ensemble, c’est sympathique et amusant. C’est loin d’être mauvais mais il manque quelque chose pour le rendre plus crédible. Je pense que si vous êtes exigeants, le film risque de vous déplaire, surtout vu le prix d’une place de ciné. Et si vous êtes des fans absolus d’Astérix : Mission Cléopâtre de Chabat, vous allez certainement trouvé trop de choses moins bien. Par contre, il est, pour moi, meilleur qu’Astérix aux Jeux Olympiques, que j’avais trouvé poussif et un peu ennuyeux.

Pas vu en 3D (je ne supporte pas ça) du coup, je ne sais pas si c’est bien ou pas et si ça sert à quelque chose. Si vous l’avez vu comme ça, je veux bien votre avis 🙂

En tout cas, j’en suis ressortie avec une impression de fidélité par rapport à l’humour et aux personnages des BDs, assez proches des dessins animés des années 80. Je pense que je pourrais facilement l’avoir dans ma DVDthèque 😉

Le magasin des suicides de Patrice Leconte

Adaptation du livre de Jean Teulé

Imaginez une ville où les gens n’ont plus goût à rien, au point que la boutique la plus florissante est celle où on vend poisons et cordes pour se pendre. Mais la patronne vient d’accoucher d’un enfant qui est la joie de vivre incarnée. Au magasin des suicides, le ver est dans le fruit…

A une époque pas très éloignée de la nôtre; dans un monde sombre, gris et triste, pluvieux et froid, le désespoir a envahi les villes surpeuplées et les gens n’ont pas le moral et c’est pas rien de le dire … Un homme tente de se jeter sous les roues d’un camion quand il est stoppé dans son élan par un autre citoyen qui lui indique que le suicide sur la voie publique est passible d’une amende, il n’a pas l’intention de l’empêcher de mettre fin à ses jours pour autant. Ce petit bonhomme lui indique alors l’endroit rêvé pour vous aider à réussir votre mort : Le Magasin des Suicides tenu par Mishima et Lucrèce Tuvache.  Ce couple tient un magasin plus qu’utile à leurs concitoyens, on y trouve de tout, à tous les prix, pour tous les goûts, une diversité qui fait leur bonheur, ils vendent : des poisons, des lames rouillées, des cordes, des pistolets –avec une seule balle forcément-, des kits pour se donner la mort,…. Ils ont deux enfants à l’image de leur clientèle, dépressifs, inutiles et ennuyeux : Vincent et Marilyn. Mais Lucrèce est enceinte du troisième et l’accouchement imminent se produit. Le bébé Alan n’est pas comme son frère et sa soeur, il sourit. En grandissant, les choses ne vont pas s’arranger pour Lucrèce et Mishima, Alan c’est la joie de vivre faite homme ! Mais la « vie » ce n’est pas vraiment le credo des Tuvache !

Alors je suis très mitigée.
J’ai beaucoup aimé le graphisme, l’ambiance et le magasin des suicides sont tels que je me les étais imaginé pendant ma lecture. Le dessin est dans le ton de ce que j’espérais, une influence un peu burtonnienne de « joyeux-macabre » qui rend très bien.

Les personnages j’avoue que ça va, Mishima, Lucrèce, Marilyn, Vincent sont à peu près comme je les voyais. Par contre, Alan, je dis non ! Pourquoi, il n’est pas comme dans le livre ? Avec son cheveu sur la langue, ses boucles blondes ? Dommage, en fait si, je me doute du pourquoi mais j’y viendrai à la fin. D’ailleurs, je risque de spoiler un peu sur le roman du coup.
Pour Vincent non plus, ça va pas, en fait quand on sait à quoi il ressemble vraiment dans le livre, et qu’on ne voit pas ces détails dès les premières images du film, on sait que certaines parties seront tronquées. Vincent est torturé, il a des migraines affreuses, un énorme turban autour de la tête et invente pleins de choses macabres. Je suis triste de ne pas les avoir retrouvé dans le film.

Les idées principales du début du roman sont dans l’adaptation : le bébé qui sourit, l’éventail de moyens de se suicider, la joie de vivre d’Alan mais il y a quand même de grosses différences qui résident dans les coupures faites et plus on va vers la fin, plus ce qu’on retrouve dans le livre change.
Mon homme a trouvé le film très bien (bien que trop chanté, et là je suis d’accord avec lui, surtout que je n’ai pas compris le quart des paroles et que parfois c’était trop trop!) et plaisant. Moi, j’ai surtout vu les différences avec le livre que je venais de lire.

Alors oui, le réalisateur a bien le droit d’adapter comme il veut un roman, si en plus ça ne gène pas l’auteur soit. Mais, un point que je ne comprend pas : ça n’est pas vraiment pour les enfants (ado peut être mais pas les moins de 10 ans), faut le reconnaitre, le thème est morbide, beaucoup d’humour noir qu’on ne comprend pas bien à cet âge, de la nudité (oui Teulé il aime bien alors on en a aussi dans Le Magasin des suicides et c’est repris), etc. mais du coup avec les coupures dans l’histoire, la fin changée, je me dis qu’on a voulu l’édulcorer un peu (trop?), le rendre abordable, mais si de base c’est pas pour les gamins alors pourquoi changer ? Bref, je n’aurai certainement jamais ma réponse mais bon…

Voilà, oui, le gros défaut pour moi, c’est le changement de la fin, alors si vous n’aviez pas aimé la fin du livre, le film vous plaira peut être plus finalement. Moi, j’ai trouvé ça dommage. Et du coup, je sais pourquoi Alan est physiquement différent. ATTENTION Spoiler, il représente un ange dans le livre, ça n’est pas dit, pas décrit comme tel, mais avec la fin du livre, c’est comme ça que je l’interprète (attention c’est mon point de vue qui n’est peut être pas celui de l’auteur et des autres lecteurs), et donc, il est blond bouclé, gracile, un peu dans les nuages, comme un angelot) bref, du coup, dès le début du film, je me suis douté que ça ne serait pas pareil au roman. Et du coup, j’ai moins aimé cet Alan qui a des camarades d’école qui eux aussi sont prêts à laisser la joie de vivre remplir leurs cœurs, etc.

D’autres choses que j’avais aimé dans le livre ont disparu du film, le cadeau des parents à Marilyn pour ses 18 ans par ex, les jeux de masques d’Alan et Vincent, … Tous les chamboulements provoqués par Alan, les changements insidieux de comportement de son frère, de sa sœur, puis de ses parents; la nouvelle vocation du Magasin des Suicides. Bref, je n’ai pas retrouvé ce que j’avais adoré dans le roman et du coup, je suis déçue.

Je pense que le film plaira à ceux qui n’ont pas lu le livre, ceux qui n’avait pas eu un coup de cœur ou une grosse impression de l’ouvrage, les autres, le détesteront ou le trouveront bien en dessous. Je pense que pour une fois, j’aurai du faire le processus inverse, voir le film, puis lire le livre.

Mais j’ai beaucoup aimé les graphismes et ça je pense c’est le gros plus que je retiendrai. Par contre, c’est vrai que outre les points négatifs que je lui trouve il est cohérent, bien fait, pas trop long et il remonte le moral. Il est cependant, trop musical pour moi, même si je chante encore cette semaine dans ma tête : Y a d’la joie…

Les sorties cinéma attendues #6

On se retrouve pour un nouveau rendez-vous des sorties ciné !

D’abord, petit bilan de septembre : 4 films vus, seulement j’ai envie de dire, je manque de temps (grand-mère radote mais vivement la fin des révisions pour reprendre le cours d’une vie normal lol)  : David et Mme Hansen présenté en juillet;  3 présentés sur 8 des sorties de septembre (The Secret, Jason Bourne : L’héritage, Le magasin des suicides). Déçue de ne pas avoir vu Monsieur Lahzar, Des hommes sans loi et Robot et Franck, qui passent à des heures qui ne m’arrangent pas 😦 On m’a conseillé Camille Redouble mais je n’aurais certainement pas le temps non plus 😦

Le premier film d’OCTOBRE qui me tente est oh Surprise : FRANKENWEENIE de Tim Burton !

Sortie le 31 octobre 2012

Après la mort soudaine de Sparky, son chien qu’il adorait, le jeune Victor se tourne vers le pouvoir de la science pour ramener à la vie celui qui était aussi son meilleur ami. Il lui apporte au passage quelques modifications de son cru… Victor va tenter de cacher sa création « faite main », mais quand Sparky s’échappe, les camarades de Victor, ses professeurs et la ville tout entière vont apprendre que vouloir mettre la vie en laisse peut avoir quelques monstrueuses conséquences…

C’est la peine que je m’explique ! J’ai hâte de voir la version longue d’un des premiers courts-métrages de Tim Burton, et j’espère le voir en VO.

Ensuite j’attends : UN PLAN PARFAIT de Pascal Chaumeil, avec Diane Kruger et Dany Boon

Sortie prévue le 31 octobre 2012

Pour contourner la malédiction qui anéantit tous les premiers mariages de sa famille, Isabelle a une stratégie pour épouser l’homme qu’elle aime : trouver un pigeon, le séduire, l’épouser et divorcer.
Un plan parfait si la cible n’était l’infernal Jean-Yves Berthier, rédacteur pour un guide touristique, qu’elle va suivre du Kilimandjaro à Moscou.
Un périple nuptial pour le meilleur et surtout pour le pire.

Une comédie romantique pour changer, drôle et tendre avec un peu de chance.

ASTERIX ET OBELIX : Au service de sa majesté de Laurent Tirard avec Gérard Depardieu, Edouard Baer,…

Sortie le 17 octobre 2012

50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions il décide d’envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne.
La victoire est rapide et totale. Enfin… presque. Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces faiblissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d’envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax, chercher de l’aide en Gaule, auprès d’un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains…
Dans le village gaulois en question, Astérix et Obélix sont déjà bien occupés. Le chef leur a en effet confié son neveu Goudurix, une jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés faire un homme. Et c’est loin d’être gagné.
Quand Jolitorax arrive pour demander de l’aide, on décide de lui confier un tonneau de potion magique, et de le faire escorter par Astérix et Obélix, mais aussi Goudurix, car ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu…

Bon, je suis contre mais j’irai sans doute quand même ^^ Oui, vous avez bien lu, l’accent anglais me saoule et surtout Edouard en Astérix alors que c’est Otis non mais oh ! Enfin, on verra bien, j’ai envie de me faire ma propre opinion.

TOUS LES ESPOIRS SONT PERMIS de David Frankel avec Meryl Streep, Tommy Lee Jones, Steve Carell, …


Sortie le 10 octobre 2012

Kay et Arnold forment un couple fidèle depuis de longues années, mais Kay rêve de pimenter un peu leur vie et de resserrer les liens avec son mari. Lorsqu’elle entend parler d’un thérapeute spécialisé dans les problèmes conjugaux qui exerce dans la ville de Great Hope Springs, elle fait tout pour persuader son mari de prendre l’avion pour une semaine intense de thérapie de couple… Tout recommencer n’est pas évident, mais c’est loin d’être triste !

Meryl Streep est mon actrice préférée du moment, j’aime beaucoup Steve Carell en ce moment aussi, alors je dis bingo !

Et puis peut-être :

PAULINE DETECTIVE de Marc Fitoussi avec Sandrine Kiberlain, Audrey Lamy,…

Sortie le 3 octobre 2012

Plaquée par son petit ami, Pauline se laisse entraîner par sa sœur dans un palace de la riviera italienne. Au lieu de savourer les joies du farniente, elle se persuade qu’un crime a été commis dans l’hôtel et s’improvise détective, embarquant dans ses investigations un séduisant maître-nageur…

Pas fan de Sandrine Kiberlain mais la BA m’a plut alors pourquoi pas 🙂

SKYFALL  de Sam Mendes avec Daniel Craig, Ralph Fiennes, Javier Bardem

Sortie le 24 octobre 2012

Dans sa 23ème aventure ciné, James Bond doit prouver sa loyauté envers M lorsque le passé de celle-ci revient la hanter, et que le MI6 est attaqué.


Pas très fan de James bond, c’est toujours un peu la même chose pour moi, mais Monsieur aura envie de le voir je pense 😉 Et j’aime bien les acteurs 🙂

TAKEN 2 d’Olivier Megaton avec Liam Neeson, Maggie Grace, Famke Janssen

Sortie le 03 octobre 2012

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Dans Taken, Bryan Mills, ex-agent de la CIA aux compétences si particulières, a réussi à arracher sa fille des mains d’un gang mafieux. Un an plus tard, le chef du clan réclame vengeance. Cette fois-ci, c’est après lui qu’ils en ont.

Pareil c’est sans doute plus Monsieur que moi qui voudrait le voir.

DANS LA MAISON de François Ozon avec Fabrice Luchini, Ernst Umhauer, Kristin Scott Thomas

sortie le 10 octobre 2012

Un garçon de 16 ans s’immisce dans la maison d’un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l’enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d’événements incontrôlables.

Les Ozon sont toujours intrigants, celui là n’échappe pas à la règle, alors pourquoi pas

STAR 80 de Frédéric Forestier avec Richard Anconina, Patrick Timsit,…

Sortie le 24 octobre 2012

Vincent et Antoine, deux fans des années 80, dirigent une petite société de spectacle qui fait tourner des sosies dans toute la France. Entre déboires sentimentaux et caprices de leurs pseudo vedettes, l’affaire finit par péricliter. A la veille du dépôt de bilan, ils retrouvent un carton de vieux 45 tours : Jeanne Mas, Jean-Luc Lahaye, Lio, Desireless, Peter & Sloane, François Feldman, Début de soirée, Images, Cookie Dingler, Sabrina, Gilbert Montagné… tous les tubes des années 80 ! Immédiatement, l’étincelle jaillit : pourquoi ne pas faire remonter sur scène les vraies Stars des années 80 ? Les deux producteurs partent alors en quête de ces vedettes oubliées, et montent une tournée de concerts qui débutera dans la galère avant de cartonner en province et triompher… au Stade de France !


Parce que j’aime bien les années 80 alors pourquoi pas !

Et vous, quels films pensez-vous aller voir en septembre ?

Le Montespan de Jean Teulé

Pocket, 6,70€, 307 pages

4ème de couverture

Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C’était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan…

Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu’il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l’homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d’assassinat, il poursuivit de sa haine l’homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme…

Résumé du début

Tout commence par une « dispute » entre 8 personnages de la noblesse, 4 d’un côté, 4 de l’autre et une proposition de duel le lendemain matin aux premières heures du jour. C’est à cette « occasion » ainsi que Louis-Henri Marquis de Montespan va perdre son frère le Marquis d’Antin. Alors qu’il se fait sermonné par La Reynie (les duels sont interdits par Edit), pour les actions de son frère trépassé, Louis-Henri va faire la rencontre de Françoise de Rochechouard de Mortemart, dite Mlle de Tonnay-Charente qui elle, suite à ce duel, n’a plus de fiancé. Entre Françoise et Louis-Henri, ça sera le coup de foudre, et le début du bonheur… Jusqu’à ce que criblé de dettes et voulant assuré un grand train de vie à sa magnifique épouse, le Marquis décide de partir en campagne de guerre (d’abord des séjours assez courts, puis plus longs) pour le Roi Louis XIV, pendant que sa femme restée seule, se fera introduire à la cour de Versailles par Louise de la Vallière, favorite du Roi mais il est bien connu que « la favorite en date présente toujours la prochaine à sa Majesté… »

Mon avis

Mitigé, je n’ai ni adoré, ni détesté, en fait, j’ai aimé certains points et en est pas aimé d’autres.

Je ne suis pas contre les romans historiques ou l’histoire de France, je n’en lis pas beaucoup, mais j’aime bien, surtout qu’en c’est un poil romancé et pas juste un traité d’histoire. Ici, j’ai apprécié que l’auteur nous raconte l’histoire d’un personnage qui est resté peu connu mais qui méritait d’être mis en lumière. Par contre, j’ai beaucoup de mal avec la royauté, le pouvoir de droit divin, les passes-droits du Roi qui était tout puissant et là impossible de faire l’impasse dessus, puisque de l’histoire du Marquis de Montespan c’est justement tout ça, une homme qui a une femme qui va plaire au Roi parce qu’elle est belle, pas farouche et avec moult traits d’intelligence. Et bien entendu, une fois que votre femme est la favorite du Roi, c’est comme si elle n’était plus votre femme, le drame pour quelqu’un d’aussi amoureux.  Du coup, j’ai oscillé entre l’intérêt porté à ce qu’allait décider, faire, choisir M. de Montespan et l’envie de jeter le livre à travers la pièce (nan j’exagère 😉 ) ! Comprendre que ce n’est pas le livre en lui même, ni le style de l’auteur mais bien certaines parties de l’Histoire avec un grand H que je n’aime pas.

Du coup, je ne me suis attachée qu’au Marquis, qui est amoureux de sa femme, un comble semble-t-il à l’époque. Dans la noblesse surtout. On ne s’y mariait pas par amour mais  pour des raisons d’argent, pour associer des familles, etc. Il est le seul a avoir été horrifié d’apprendre que sa femme couchait avec le Roi, tous les autres maris n’auraient attendu que cela, pour pouvoir bénéficier de titres, de terres, d’honneurs non acquis, d’argents. Tout ce que Montespan refusa toute sa vie. Et c’est vraiment ça qui m’a attaché au Marquis, il a décidé de ne pas se laisser faire, de ne pas se taire, il a refusé tous les privilèges qu’on lui a proposé quitte à finir en prison, exilé ou mort. Il est resté droit dans ses bottes et même en prenant de l’âge et en ayant une situation financière très peu reluisante, il n’a pas cédé au Roi qui lui avait déjà pris sa femme, pas question qu’on lui prenne en plus son honneur ! Mais il sera finalement malheureux quasiment toute sa vie, privée de sa femme, ses enfants frappés par le malheur (de façon différente) de n’avoir pas eu une mère auprès d’eux, etc. Cet homme a été ridiculisé, méprisé, montré du doigt par la noblesse de l’époque, alors qu’il n’avait aucun tort à se reprocher (ou si peu). La méchanceté et la vilénie de cette période et de ces gens, c’est vraiment quelque chose qui m’horripile. J’ai du mal à voir ça avec plus de recul. Du coup, ça me reste en tête après ma lecture, même si le sujet est ailleurs ou qu’on peut prendre le fait que ça soit relaté dans le roman, comme une forme de dénonciation des travers de l’époque. (Et puis, même si les temps ont changé, ça reste malheureusement encore trop actuel, bref, reprenons).

Au début j’ai apprécié Françoise, jeune, très femme, plein de joie et d’esprit, amoureuse de son époux et réticente à rester seule à la cour, mais plus j’avançais dans le roman, plus on apprend que la situation de favorite plus tient à coeur, qu’elle aime ça, se taper le roi et porter ses enfants finalement, plus je l’ai détesté. Pourtant, quand on y réfléchit, elle n’a fait que ce qu’on attendait d’elle à l’époque. Mais elle a pris la grosse tête, les gens ont commencé à la détester et moi avec. Après, on a pas réellement son point de vue ou très peu, du coup, est-elle heureuse elle ? Pas si sur.

Enfin, le roman n’épargne pas le Roi, la noblesse (française ou étrangère), les mœurs de l’époque (évoquées donc comme dénoncées finalement), du coup, c’est vrai que j’en garde quand même une bonne impression, même si j’ai pu être agacée par certaines choses pendant ma lecture.

J’ai bien aimé aussi les références qui sont introduites avec les personnages comme La Fontaine et les illustrations très parlantes qui aident à se faire une idée des lieux, personnages, etc. Les chapitres sont courts, le rythme est rapide, ça se lit très bien.

Sinon, j’ai aimé le travail de Jean Teulé, quand on regarde une biographie de Mme de Montespan, on se rend compte que tous les événements charnières de sa vie sont repris dans le roman (est-ce que tout est vrai, là c’est une autre question), de plus, la manière de décrire la réaction du Marquis, ses actions (comme repeindre le carrosse en noir et ajouter des cornes à son blason), sa manière d’envoyer bouler les émissaires du Roi, ou le Roi lui-même c’était vraiment un régal ! Le récit tout en image, avec un langage assez fleuri ou cru, pas mal de scène de sexe, de bravades, … ça m’a bien plu aussi, l’histoire est vraiment contée avec le style qu’il faut pour la mettre en relief, avec piquant et humour, mais aussi en n’occultant pas ce qui était dur, crasseux, sale, (au propre comme au figuré)…  Je pense donc que je relirai avec plaisir d’autres romans de  Jean Teulé. Et sans doute, le suivant viendra très vite avec Le Magasin des Suicides que je veux lire avant de voir l’adaptation au cinéma.

**********************************

Lecture commune dans le cadre du Club de Lecture Alille.com (16ème rencontre)