La princesse des glaces de Camilla Läckberg

38746988

Éditions Babel, 448 pages, 9,50€

4ème de couverture

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête (à moins qu’une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l’œuvre), Erica se convainc très vite qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres –, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.

Résumé

Erica vient de subir un deuil et revient dans la maison de son enfance. Où elle règle ses affaires et essaie de finir la dernière biographie que son éditeur lui a commandé. Un vieil homme se rend dans une des maisons en retrait du village. Comme toutes les fins de semaine depuis quelques temps, il se rend dans cette maison  moins vérifier que la chaudière est allumée, qu’elle n’a pas de problème car la propriétaire y revient chaque weekend se couper de tout. Mais un soir, il retrouve la chaudière éteinte… Un drôle de pressentiment le prend, quelque chose ne va pas, quelqu’un serait mort. Au dehors, il alpague Erica qui passait par là. Elle accepte de faire le tour de la maison et découvre un corps bleuit dans une baignoire d’eau gelée et pas n’importe qui, sa meilleure amie d’enfance Alex… Suicide ? Tout le laisse croire mais les parents d’Alex ne peuvent y croire. Erica va essayer de comprendre…

Mon avis

Une très bonne lecture !

Pour dire, j’ai lu 3/4 du roman en un dimanche ! ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé !

Le lecteur est donc plongé dans le froid suédois. Erica une biographe qui n’ose pas encore se lancer dans l’écriture de son propre roman, se retrouve malgré elle mêlée à une enquête de police mais surtout la victime n’est autre que sa meilleure amie d’enfance perdue de vue depuis de nombreuses années. Elle devrait certainement être plus choquée mais finalement cette amie qu’elle n’avait pas revue depuis des années et des années, la connaissait-elle encore ? La découverte macabre l’attriste mais déjà en plein deuil, elle arrive à prendre de la distance. Bien sur ce n’est pas facile d’affronter les parents d’Alexandra, encore moins quand il vous demande d’écrire une nécro sur quelqu’un que vous n’avez finalement pas vraiment connu… Erica est assaillie par des sentiments différents qu’elle va devoir apprendre à gérer. Et puis, il faut bien se rendre à l’évidence : ce qui ressemble à un suicide n’en ai pas un ! Alexandra avait peur du sang, elle n’aurait jamais pu se tailler les veines  mais surtout, d’après sa collègue et amie, elle était heureuse comme jamais ces derniers temps. Elle n’avait donc aucune raison de se vouloir du mal. Alors que s’est-il donc passé? Qui a bien pu tuer une si jolie fille, charmante, sans ennemi. Et que faisait-elle de ses weekends à la campagne, loin de chez elle, de son époux, de sa belle demeure dans une grande ville ?

Le début du roman est donc l’occasion pour l’auteur d’avancer ses pions et de nous perdre en conjonctures et interrogations. Le suspens est très bien maitrisé par Camilla Läckberg, qui sait le ménager. Elle lâche des fins de chapitre où  Erica découvre des choses mais nous, lecteur, devons attendre un peu, ainsi elle tient nous en haleine. L’auteur est aussi douée pour croquer des personnages que l’on pourra selon nos aspirations trouver tantôt adorable, horrible, grotesque, drôle ou perturbant.

Erica va d’abord mener son enquête un peu par hasard, décidant d’interroger famille et amis d’Alex pour la nécrologie. Elle va finir par apprendre des secrets, comprendre des choses cachées à d’autres personnages et mettre le doigt sur le début d’une réponse. Mais ce que j’ai vraiment aimé dans ce roman, c’est qu’elle n’est pas une héroïne qui se met dans des situations incohérentes, rocambolesque pour sa fonction. Elle n’est pas de la police, pas journaliste. A partir du moment, où elle revoit un ancien ami d’enfance devenu policier, c’est lui qui va mener l’enquête. Bien sur elle va lui révéler ce qu’elle a appris, mais elle observe et assiste. Cette tournure plausible de l’histoire, ce passage de relais m’a vraiment plu. Et comme un bon polar scandinave, le rythme est cohérent avec une vraie enquête, tâtonnement, erreur, attente, … cela fait parti du métier et j’ai trouvé ça génial. Attention, j’adore les policiers/thrillers avec leur lot de héros intrépides, avec des résolutions d’enquête en 1 semaine ! Mais j’ai adoré le changement, c’est une bouffée d’air frais quand on n’en a pas l’habitude. Alors peut-être que certains vont s’ennuyer. Pas moi. Pas du tout.

Personnellement, j’ai su remonter les indices disséminés dans le roman et vers le dernier tiers, j’avais compris ce qui était arrivé à Alex. Plus ou moins en fait, parce que jusqu’à la fin, on ne sait pas qui a pu la tuer. Et quand même on se doute un peu… une autre vieille affaire ne nous a pas été expliquée et on veut savoir ! Camilla réussit à nous faire tourner les pages, nous tenir jusqu’à la dernière !

Certaines chose m’ont un peu fait tiquer sur la fin mais dans l’ensemble j’ai trouvé l’intrigue vraiment bien menée. J’ai aimé Erica et Patrik, l’aspect romance ne m’a même pas contrarié, je l’ai trouvé assez juste comme cela pourrait se passer dans la vie, du moins dans la mienne. Et c’est passé tout seul.  Je me suis attachée à Erica, sa façon d’être, sa relation avec sa soeur, son histoire, … pour une fois que l’héroïne ne m’agace pas ! J’ai bien aimé les personnages secondaires dans l’ensemble, surtout dans la brigade de Patrik, il y a vraiment des cas ! Et puis j’en ai détesté d’autres que je vous laisse le soin de découvrir !

J’ai apprécié l’ambiance décrite dans l’ensemble du texte, soufflant le froid et le chaud;  le contraste avec les personnages froids et les personnages chaleureux, même dans les détails comme les peintures exposés dans la boutique d’Alex. C’est peut-être dommage qu’on se sente pas plus en Suède, oui il fait froid, oui il neige et les routes sont mauvaises, mais un peu plus de descriptions des lieux, des villes ou de la campagne m’aurait bien plu (mais peut être que les Suédois s’en contrent fiche eux!).

Je ne sais pas encore si je continuerai avec les prochains, tellement j’ai de livres à lire qui m’attend mais si j’en ai l’occasion un jour pourquoi pas ^^

logo club lecture

100038117.to_resize_150x3000

Publicités

Secrets et mystères de la vie de Merlin de Marie Tanneux

arton781

Editions Ouest-France, 192 pages, 15,90€

4ème de couverture

Issu d’une tradition orale celtique archaïque, le personnage de Merlin a acquis, au cours des siècles, une immense popularité, le faisant accéder au statut de véritable mythe littéraire. Fuyant et méprisant les honneurs de ce monde, il s’est volontairement coupé de celui-ci pour vivre en ermite. Pourtant, il n’en demeure pas moins la figure centrale de la légende arthurienne. Merlin personnifie le détenteur des pouvoirs magiques du passé et de la connaissance des évènements futurs. Conjuguée sur le mode des fêtes celtiques, voici la vie secrète et mystérieuse de Merlin.

Résumé

Un vieil homme bat des cartes dans une Taverne un soir de Samain…. Une bien étrange nuit où tout est possible. Riwalen et ses amis écoutent ce vieux étrangement jovial, alerte, alors que son visage est fortement marqué par l’âge. Des cartes de l’étrange homme surgissent des animaux et commence alors la roue du temps. Riwalen se précipite dehors dans une course folle. Quand il s’arrête, il rencontre à nouveau le vieil homme de la taverne et s’il ne s’était finalement pas arrêté de courir ?

Mon avis

J’ai beaucoup aimé même si c’était mal parti ! Comme quoi !

Le lecteur découvre un vieil homme qui rapidement nous apprend être Merlin, il est pourtant bien dans une taverne bretonne possédant des tables en Formica… Comment dire ? ça m’intrigue quand même ! Le début est donc assez surprenant car on ne comprend pas bien comment Merlin peut être présent en Bretagne au 21ème siècle mais attention, c’est la nuit de Samain et cette nuit n’est pas comme les autres ! Rappelez-vous en en lisant ce livre ^^ Car les Portes sont ouvertes ce soir là…

Secrets et mystères de la vie de Merlin permet de façon un peu romancée de revisiter la vie de Merlin. Son histoire étant oral, le récit de Marie Tanneux, lui est donc propre et sa vision de certaines choses pourront surprendre voire faire bondir peut-être. Mais moi, j’ai bien aimé les liens entre Merlin et Arthur par exemple. Le lecteur retrouve donc les « temps forts » de la légende de l’enchanteur. De la légende arthurienne aussi, profondément liée. Mais Merlin ce n’est pas que le guide, le conseil du Roi, c’est une vie remplie bien avant et bien après également. Certains aspects de cette passionnante vie seront développés, quand d’autres seront moins abordés, parce que plusieurs légendes s’entrecroisent et qu’on ne peut pas tout dire en un seul ouvrage. Mais pas d’inquiétude, on retrouve Viviane, Morgane, Lancelot et encore d’autres ^^

Le livre permet un voyage sympathique en Bretagne mais également en Angleterre et en Irlande. J’aurais pu faire la liste des lieux, j’avais envie de tout voir, de tout visiter. C’est un magnifique voyage en Grande-Bretagne et Petite Bretagne, chaque lieux est l’occasion de développer un partie de la légende, la liaison aux mythes est vraiment très bien faite.  Pour compléter le voyage, la vie de Merlin, la culture celte, on redécouvre également les célébrations d’équinoxe et de solstice, les traditions, les symboles. Toujours un plaisir pour moi de glaner des infos sur ces célébrations, avoir plusieurs sources.

Si j’ai eu un peu de mal au début ensuite, je me suis complètement laissée emporter par la course du temps, l’initiation de Riwalen. Les choses vues, les propos de Merlin, les événements se mettrent progressivement en place et à avoir du sens. C’est une lecture envoutante, déroutante et surprenante. Passionnante également. Parfois, elle peut sembler un peu « fourre-tout » tant Merlin est lié à la culture et aux traditions magiques mais au final on est vraiment pris dans la roue du temps et on apprend beaucoup de choses. Un autre plus du livre, des lexiques, un des lieux de Bretagne, un des personnages, histoire d’éclairer encore plus le lecteur.

J’avais craqué sur la couverture, elle est vraiment parfaite pour cette lecture, on la comprend encore mieux en lisant ce récit de la vie de l’enchanteur, à mesure que l’on découvre les secrets et les mystères de son existence. J’ai beaucoup aimé la façon qu’à l’auteure de se réapproprier certains mystères. Poser par écrit une transmissions orale c’est accepter que chacun le retranscrive à sa manière. Ce qui donne des visions différentes d’un même mythe. C’est ce qui me passionne dans la légende de Merlin et celle d’Arthur, chacun contribue à la légende.

De plus, l’auteur sert cette visions d’un Merlin entre le fou et l’attendrissant bonhomme. Il y a beaucoup d’humour en lui, autant que de sagesse mais finalement d’humanité car, Merlin aussi n’a pas toujours fait les bons choix, réussi tout ce qu’il avait en tête.

Comme quoi parfois un début déroutant pour livrer une très belle surprise ! Je suis bien contente de l’avoir lu avant mes vacances en Bretagne, son souvenir m’a accompagné en Brocéliande et à Huelgoat. Le début d’un voyage…. initiatique ?

logo-1

{Dawn} Le passage des ombres, de David Moitet

Une chronique réalisée pour A l’abordage de la culture et que vous pourrez lire en intégralité là bas !

A l'abordage de la Culture

Le passage des ombres
de David Moitet
City Editions (Collection Thrillers)
Sortie le 11 Septembre 2013

Quatrième de couverture :

« La porte est en dedans ». C’est le mystérieux message gravé il y a des décennies sur le seuil de la chapelle de Tréhorenteuc, en Bretagne. Personne n’a jamais compris ce que cela signifie. Sauf, peut-être, Léonard de Vinci… Loin de se douter que cette inscription va transformer sa vie, Thomas Galion, l’ancien flic de la criminelle, profite de vacances bien méritées en mer Rouge avec son amie. Mais leur séjour se transforme en cauchemar… Qui sont ces hommes qui les pourchassent ? Y-a-t-il un lien avec la délicate affaire qu’ils viennent de résoudre ? Un chassé-croisé sanglant entre la France et l’Egypte les entraîne au-delà de tout ce qu’ils pouvaient imaginer, à la découverte d’un secret précieusement gardé au fil des siècles… Complots, meurtres et trahisons : le pouvoir rend fou.

L’avis de Dawn…

Voir l’article original 812 mots de plus

Le souffle des ténèbres de Frédéric Livyns

souffleVal Sombre Editions, 15€, 139 pages

4ème de couverture

Bryan et Suzy décident de faire un voyage en Bretagne afin d’échapper à un douloureux souvenir et de se ressourcer. Sur place, ils découvrent les ruines d’un vieux château qui n’est mentionné dans aucun guide touristique et dont les villageois superstitieux rechignent à parler. Animés par la curiosité, ils entreprennent alors de s’y rendre et vont, bien malgré eux, réveiller la force maléfique qui y sommeillait. Quel est donc le secret de cet étrange village que Bryan ne connaît qu’à travers les récits de son grand-père ? Entre légendes bretonnes et fantastique contemporain, l’auteur nous entraîne dans une spirale infernale.

Résumé

C’est enfin les vacances pour Bryan et son épouse Suzy. Destination la Bretagne, terre des ancêtres de Bryan et plus particulièrement Munoz, petit village reculé, loin des hauts lieux touristiques. Accueilli par Maz l’aubergiste, le couple s’installe et Bryan planifie les excursions. Il a hâte de découvrir les lieux où son grand-père a grandit. La première visite sera pour le château du village qui n’apparait étrangement sur aucune carte, dans aucun guide. Même Maz leur déconseille de s’y rendre. Mais Susy et Bryan ne donne pas de crédit aux superstitions des villageois… Mais ont-ils raison ou tord ?

Mon avis

Une très bonne lecture !

J’avais hâte de retrouver Frédéric Livyns dont je suis fan des nouvelles et dont j’ai adoré Oxana. Le souffle des ténèbres a été une très bonne lecture même si elle m’a apporté je dois l’avouer moi de surprises que les autres écrits de Frédéric. Mais ça n’enlève rien au fait que j’ai passé un super moment de lecture ^^

Bryan et Suzy sont un couple de parisien, venu découvrir ce coin particulier de la Bretagne, Munoz terre des ancètres de Bryan. C’est la première fois qu’il vient découvrir le lieu de l’enfance de son grand-père. Ce dernier lui a tellement parlé de ce coin, que c’est comme si Bryan était déjà comme chez lui. Mais les choses ne vont pas se passer comme il l’avait imaginé. Déjà, lui et sa femme Suzy se rendent compte que les villageois ne sont pas fans des touristes, et n’aiment pas qu’on vienne « fouiner » dans le passé. Pourtant quoi de plus normal que de vouloir visiter les coins pittoresques et typiques comme le château du coin. Enfin ses ruines. Bryan et Susy ne croient pas aux superstitions des gens du village. Les ruines seraient celles qu’un ancien domaine appartenant à la famille de Gilles de Rais … Que cachent donc les ruines ? Bryan et Suzy vont-ils réellement remuer le passé et les vieilles croyances ?

J’ai beaucoup aimé l’atmosphère, l’ambiance créée par Frédéric Livyns, la localisation de l’intrigue en Bretagne, les mystères, les légendes… L’atmosphère est pesante, intrigante, un peu oppressante et de plus en plus sombre. Des choses étranges se passent, Suzy voit certaines choses,  certains villageois ont des réactions bizarres….

L’histoire est bien construite, les éléments sont fournis au fur et à mesure, avec certains passages intermédiaires qui donnent des pistes. J’aime bien cette construction. On s’attend alors à certaines choses et d’autres nous surprennent car moins attendues. Le récit est fluide, le livre se lit facilement et rapidement. Oui la fin est rapide mais je la trouve à l’image de l’ensemble du livre. L’ensemble est homogène et cohérent. Toutefois, j’aurai aimé plus de descriptions (c’est vrai que les descriptions ne sont pas la tasse de thé de l’auteur, plus incisif que contemplatif, et j’adore ça) mais là ça m’aurait plu. Parce que l’histoire se passe en Bretagne et que j’aurai aimé un peu plus voyager. En connaitre un peu plus que les légendes bretonnes évoquées et sur Gilles de Rais. En tout cas, ça donne envie de s’y plonger et de faire des recherches ^^

J’ai beaucoup aimé les personnages, au départ, j’avais peur qu’ils manquent d’épaisseur, mais en très peu de mots, de passages, Frédéric Livyns arrive à leur créer un passé, des failles, des fêlures, de la consistance. J’ai pu m’attacher à Suzy et Bryan et j’ai aimé que les personnages soient plus creusés que ce qu’on pourrait imaginer de prime abord. Surtout Suzy, j’ai apprécié me mettre à sa place, comment aurais-je réagit face aux événements passés et présents ? J’ai souvent partagé les réflexions de cette femme et c’est vrai que du coup, j’aurai bien aimé la connaitre encore plus ^^

Frédéric Livyns joue moins avec nos peurs dans ce récit (enfin je trouve comparé avec les autres textes que j’ai pu lire de lui) mais on est pris dans le texte, on a envie de savoir ce qu’il va se passer, comment vont tourner les événements. J’ai aimé savoir pourquoi, le but des événements et ça m’a beaucoup plu.

C’était une très bonne lecture, je ne le cache pas, que j’aurai aimé être un peu plus riche en descriptions, légendes bretonnes et lieux mais qui se lit extrêmement bien, prenante et agréable.
La couverture signée Miesis est magnifique, encore un superbe livre chez Val Sombre Editions !

**********************************

logo challenge

Christmas Pudding d’Agatha Christie

Christmas Pudding

Club des Masques, édition de 1975, occasion (5,20€ neuf), 186 pages

4ème de couverture

Ce volume contient trois longues nouvelles d’Agatha Christie:

Le retour d’Hercule Poirot

Christmas Pudding

Le policeman vous dit l’heure

Cet ouvrage a paru dans la collection LE MASQUE sous le titre « Le Retour d’Hercule Poirot »

Résumé

Comment Hercule Poirot retrouvera-t-il un rubis dérobé à un prince oriental ? Comment Hercule Poirot découvrira le meurtrier d’un lord alors qu’un coupable a déjà été arrêté ? Comment Miss Marple élucidera l’énigme du « policeman vous dit l’heure  » ou le meurtre d’une lady anglaise ?

Mon avis

3 nouvelles sympathiques !

Ce recueil d’Agatha ne sera pas un coup de cœur, mais il est cependant extrêmement plaisant de la lire. Pas de coup de cœur parce qu’on a ici des nouvelles sans angoisse ou suspens réels mais quand même très bonnes dans le cheminement de la résolution des  affaires.

C’est Christmas Pudding qui ouvre le recueil. Quelle ambiance ! On est plongé dans un noël traditionnel anglais avec ses traditions et ses plats typiques dont le fameux Christmas Pudding dont on nous raconte le folklore associé. Ce que j’aime particulièrement c’est la manière qu’à la grande dame de « nous perdre ». On commence avec un vol de rubis, on atterrit dans un vieux château anglais sans trop savoir pourquoi, Hercule Poirot pense pouvoir aider Mrs Lacey qui ne veut pas que sa petite fille Sarah épouse son ami actuel, on découvre que de jeunes gens prépare une farce le lendemain de Noël à M. Poirot et à la fin, le voleur est démasqué de manière théâtrale ! Tout s’enchaine de manière mystérieuse mais finalement avec logique et déduction !

Éléments que l’on retrouve dans Le Retour d’Hercule Poirot. Sir Ruben Atswell est retrouvé assassiné, sa femme ne croit pas en la culpabilité du neveu de sir Ruben, Charles Leverson. Elle requiert l’aide de Poirot, jugeant l’inspecteur Miller incapable de trouver le vrai coupable. Ici encore ce sont les déductions, la logique et l’instauration d’un climat stressant et pesant pour les personnes vivent dans la demeure de sir Atswell, qui vont permettre à Hercule Poirot de faire la lumière sur les événements passés et forcer le coupable à avouer son crime ! C’est très fort d’ailleurs parce que bien souvent dans les Agatha, pas besoin de preuves, c’est faire craquer le(s) suspect(s) qui est payant ! Dans cette nouvelle, c’est le caractère de Poirot qui est mis en valeur, son exubérance voulue, son côté très continental, à mille lieux de la réserve anglaise, et c’est aussi ce qui fait le charme et la drôlerie de ce personnage ! Encore un fois, il faut se méfier des apparences aussi bien du physique et du caractère d’Hercule Poirot que des coupables tout désignés. Agatha Christie ou l’art de dérouler une pelote remplie de nœuds!

Enfin, la troisième nouvelle Le policeman vous dit l’heure nous amène à la rencontre de Miss Marple. Cette vieille tante Jane qui sans bouger de son fauteuil fait jaillir la vérité sur un crime pourtant auréolé de mystères ! Elle puisse dans ses souvenirs, ses connaissances et son esprit de déduction, et avec nonchalance résolve l’énigme. Même si Hercule Poirot reste mon enquêteur préféré, il faut reconnaitre que Miss Marple est un personnage des plus intéressants. Tout le monde pense qu’elle perd la boule mais ces même personnes finissent toujours par reconnaitre qu’elle détient plus qu’à son tour la clé de toutes les énigmes ! Cette nouvelle est plus courte mais nous offre une belle énigme, résolue avec flaire et finesse !

Même si je préfère les romans de la Dame aux nouvelles, c’est une lecture très agréable et détente. La première nouvelle nous met bien dans l’ambiance des fêtes et j’ai vraiment apprécié de découvrir les traditions britanniques à cette période. ça m’a donné encore plus envie de gouter au fameux Christmas Pudding ! Quand je n’en sais rien, mais vraiment j’aimerai beaucoup ! Et peut être que je n’aimerai, allez savoir !!!! 😀

J’aime toujours autant lire les livres d’Agatha Christie, j’en ai encore dans ma PAL, on la retrouvera sur le blog dès 2013 !

****************************

challenge incontournable

logo challenge thriller. jpg