Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit

confessions-d-un-automate-mangeur-d-opium

Le serpent à plumes, 8,20 €, 424 pages

Merci Lilith de m’avoir prêté ton livre !

4ème de couverture

Paris, 1899… L’industrie, portée par la force de l’Éther, a révolutionné le monde. Le ciel bourdonne de machines volantes, les automates sont partout qui agissent au service des hommes, hommes qui communiquent entre eux par téléchromos d’un continent à un autre. Dans cette ville moderne où s’ouvre une éblouissante Exposition Universelle, une jeune comédienne, Margo, aidée de son frère psychiatre, enquête sur la mort mystérieuse de son ex-maîtresse et d’un singulier personnage créateur de robots… Écrites à deux mains par deux jeunes auteurs incroyablement doués, ces Confessions d’un automate mangeur d’opium sont un bonheur d’imagination et de virtuosité littéraire, à découvrir au plus vite.

Résumé

Un homme, soldat semble-t-il couche sur le papier sa folie.
En 1889, année de l’exposition universelle, à Paris, Margaret Saunders, comédienne, joue Juliette dans la pièce de Shakespeare. Un soir où elle a rendez-vous avec son frère, Théo, aliéniste, elle découvre par le journal que sa meilleure amie et confidente Aurélie est décédée, tombée d’un aérocab. Ce dernier, étrangement a continué sa route et le responsable peut-être de cette mort (Accident ? Meurtre ?)  a disparu. Margo ne veut en tout cas pas croire à la troisème hypothèse de la police, le suicide. En se rendant chez le père d’Aurélie, Monsieur Couturier, elle tombe sur deux brutes épaisses menaçantes, qui lui laissent une drôle d’impression…

Mon avis

Découverte agréable du Steampunk !

C’est mon premier vrai roman dans ce genre (le premier c’est Sans âme mais il n’effleure que le genre, et c’est voulu je pense), donc dans ce roman de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit, c’est très très travaillé, on retrouve de nombreux éléments : machines volantes, automates, éther, machines, … Avec pas mal de détails, d’explications mais c’est savamment dosé, on n’a vraiment pas besoin d’un master en physique pour comprendre. En plus, c’est très visuel, les descriptions sont tellement bien faites que j’avais l’impression d’avoir des illustrations.

Le Paris ré-écrit est très sympathique, d’une part, on a le vrai Paris avec beaucoup de noms de rue, de places, des bâtiments, de monuments (Ah la Tour Eiffel), le métro ou le tram … et d’autre part, ce Paris historique est adapté à la technologie et aux sciences (les machines volantes, le bâtiment fictif où travail Théo,…), le tout donne un mélange très bien fait, on s’y croirait ! L’action se situe en 1889 (et non 1899, qui a fait la 4ème de couv’???) au moment de l’exposition universelle, la Tour Eiffel vient d’être créée et elle fait un très beau symbole du steampunk, je trouve, avec ses ascenseurs, son esthétisme, … et l’exposition universelle colle très bien avec les pavillons sur les technologies émergentes, les automates, etc.

image002

Le point de départ pour Margo et Théo est la mort d’Aurélie Couturier, Margo ne va pas accepter la mort, non de son ex-compagne (tu as lu le livre avant de faire ton 4ème de couverture ou pas ?) mais de sa meilleure amie, elle va se retrouver confronter à une histoire qui la dépasse, enjeu humain, politique, scientifique,… Pas uniquement une histoire de pouvoir ou de Progrès , ça va bien au-delà…

L’intrigue est bien construite et intéressante à suivre, même si parfois j’ai soufflé devant les réactions de certains personnages. L’écriture à 4 mains est très bien faite, comme on a un chapitre avec le point de vue de Margo alterné avec le point de vue de Théo, on ne se rend pas compte, car il parait qu’on change d’auteur à chaque chapitre. Et cette alternance donne du rythme à l’histoire. Pas de panique, ceux qui n’aiment pas ce type de narration en alternance de points de vue, les chapitres sont courts, les personnages souvent ensemble, on n’est pas frustré à la fin d’un chapitre de laisser le personnage où il en est.

Concernant les deux personnages principaux, j’ai une grosse préférence pour Théo le frère de Margo, son esprit scientifique, son caractère et ses réflexions. J’ai eu beaucoup plus de mal avec Margo. Je ne sais pas comment l’expliquer, elle est loin d’être sotte ou superficielle, elle est volontaire et c’est un personnage intéressant mais je n’ai pas réussi à m’attacher à elle et parfois ses digressions ou ses commentaires m’ont agacé.

Les deux auteurs sont vraiment talentueux et ont réussi l’exercice de l’écriture à 4 mains, c’est fluide, rythmé, précis, tout en détails sans que ça soit trop, cohérent entre les deux personnages, Fabrice Colin et Mathieu Gaborit ont tous les deux une belle écriture, ils ont réussit à retranscrire l’ambiance de Paris dans les années 1890 et réussissent à merveille la création de l’univers steampunk, on s’y croirait vraiment par moment, la présence des automates si intriguants, l’utilisation de l’éther controversée, ils ont inventé une époque à laquelle on peut aisément croire car des éléments réelles sont bien là : la Tour Eiffel, l’exposition universelle, la reine Victoria, etc.

Un petit bémol, j’aurai bien aimé explorer Metropolis, en savoir plus. Idem pour les passages sur le Cambodge, c’était frustrant de ne pas avoir plus de détails, de passages sur les événements qui se sont déroulés là-bas. J’ai repéré une seule incohérence dans les noms (suffisante pour que je m’en souvienne) et quelques coquilles mais vraiment pas grand chose, et n’enlève rien à la qualité du livre.

En tout cas, ne vous laissez pas impressionner par le prologue (très important) mais qui est assez spécial et partez à l’aventure du Paris steampunk ! Pour ma part, je découvrirai avec plaisir Mathieu Gaborit seul parce que je n’ai encore jamais lu cet auteur, si vous avez des suggestions, je suis preneuse. Pour Fabrice Colin, je fais une pause mais, je pense que je lirai de lui au moins un thriller et pourquoi pas une de ses sagas fantasy !

*************************************

clipboard02

Logo Vivent nos régions !!!

Publicités

Django Unchained de Quentin Tarantino

Django unchained

avec Jamie Foxx, Christoph Waltz, Leonardo DiCaprio,…

Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz, un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django, un esclave qui peut l’aider à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. Schultz promet à Django de lui rendre sa liberté lorsqu’il aura capturé les Brittle – morts ou vifs.
Alors que les deux hommes pistent les dangereux criminels, Django n’oublie pas que son seul but est de retrouver Broomhilda, sa femme, dont il fut séparé à cause du commerce des esclaves…
Lorsque Django et Schultz arrivent dans l’immense plantation du puissant Calvin Candie, ils éveillent les soupçons de Stephen, un esclave qui sert Candie et a toute sa confiance. Le moindre de leurs mouvements est désormais épié par une dangereuse organisation de plus en plus proche… Si Django et Schultz veulent espérer s’enfuir avec Broomhilda, ils vont devoir choisir entre l’indépendance et la solidarité, entre le sacrifice et la survie…

Le résumé allociné est pour une fois très bon, pas besoin d’en rajouter !

Django Unchained pour moi c’est une grosse claque !

Pour monsieur, ça n’est pas le meilleur des Tarantino, je suis d’accord, mais je ne me suis pas ennuyée une seconde et pourtant il fait quand même 2h44 ! Je pense que c’est du principalement au fait que c’est un film par « étape » et grâce à la musique que j’ai trouvé excellente !

On a clairement deux parties (voire même trois), quand le Dr Schultz récupère Django et sa « formation » de chasseur de primes puis quand Django en homme libre cherche à reprendre sa femme chez Monsieur Candie. D’habitude, je tique beaucoup quand les films sont « découpés » mais là aucun problème.

Le gros plus pour moi (avec la musique) c’est le jeu d’acteurs, en VO c’est vraiment excellent. D’abord Christoph Waltz, je n’ai pas vu beaucoup de films avec lui mais je le trouve génial ! Oublions le rôle du cardinal de Richelieu dans Les Trois Mousquetaires, navet (en fait, peut être qu’il sauve un peu le film par sa présence), Christoph Waltz est excellent dans les rôles de méchants ou gentils/méchants. Tarantino lui a encore dégotté un rôle fort, un chasseur de primes sans état d’âme mais pas inhumain pour autant, avec de l’humour et des principes. C’est le personnage que j’ai préféré dans Django.

djangounchainedwaltz

J’ai apprécié Jamie Foxx, que je n’aime pas plus que ça, là c’était vraiment très bien, le contraste est bien fait entre cette homme peu cultivé, qui a vécu quasiment toujours vécu « enchainé » et le brillant Dr Schultz. Il est en apprentissage pendant la première partie du film, Schultz va lui faire comprendre qu’on doit réfléchir et que pour gagner, il ne suffit pas de foncer dans le tas l’arme au poing. Et j’ai vraiment aimé son duo avec le Dr Schultz, ce qu’ils ne racontent, ce qu’ils s’apprennent mutuellement, une sorte de complicité mêlée de respect. Le Dr Schultz fait les choses dans les règles et se conforme aux lois mais on voit bien les idées et les principes qui lui tiennent à cœur. Et la vengeance de Django à la fin, c’est … jouissif !

django-tt-width-604-height-422-attachment_id-334528

J’ai apprécié aussi Leonado Dicaprio en « méchant » (décidément, je le préfère maintenant que quand il était jeune), il a bien plus de charisme qu’à ces début non ? 😀 Et j’aime bien, quand les « beaux gosses » sont pas mis à leur avantage (il a pas le sourire colgate si vous voyez ce que je veux dire :D) !!!

django-unchained-2

Belle performance également pour Samuel L. Jackson, j’ai détesté son personnage Stephen et je pense que c’est voulu. A cette époque de l’esclavage, deux catégories de noirs, ceux qui sont dans les champs et qui triment à coup de fouet ou de bâton et les domestiques. Dans cette dernière catégories, les domestiques qui sont tellement conditionnés par leur maitre blanc, qu’ils en oublient que ceux qui souffrent. Stephen est de ceux là, et grrr j’en ai le poil qui se hérisse ! Mais la performance d’acteur est superbe !

Deux apparitions à noter comme dans tout bon Tarantino, Quentin lui même dans un petit rôle (mais on se donne quand même la mort la plus originale et sanglante du film, j’adoooore !!!)

Quentin-Tarantino

et la présence de Franck Nero, qui a joué dans le film Django un western italien réalisé par Sergio Corbucci en 1966. Un des westerns les plus violents jamais réalisés. L’anecdote et la référence me plaisent, j’adore quand Tarantino fait ça ! Il y avait même la musique du film Django ❤

django-unchained-franco-nero

J’ai lu que beaucoup d’acteurs devaient jouer dans le film (notamment Kevin Costner) ou ont quitté le tournage pour d’autres occupations (Joseph Gordon-Levitt, Anthony LaPaglia ou encore Sacha Baron Cohen), finalement, je trouve que c’est peut-être pas plus mal, trop de têtes d’affiche, d’acteurs connus, ça aurait été « trop », là on est déjà plus que bien servis !

L’histoire n’est pas des plus originales mais pour un western, j’adhère complètement ! La réalisation est pour moi géniale et efficace. Comme tout bon Tarantino, je m’attendais à du sang, de l’humour et des clins d’œil et j’ai été servi ! Certaines scènes sont très violentes (parfois à la limite du tolérable, je pense aux combats à mort par exemple) mais ces scènes ont leur importance pour comprendre la réaction des personnages et aussi pour surligner que pour une grosse majorité des blancs de l’époque, la vie d’un noir n’a pas d’importance si elle ne vous rapporte pas d’argent. Il n’en reste pas moins que je ne montrai pas ce film à tous les publics. Certains reprocheront peut-être qu’on ne dénonce pas plus que ça l’esclavagisme, le racisme, etc. Moi, je pense qu’on les dénonce mais façon western quoi. Le western est un genre que j’aime bien (quand on a pas des plans séquences de 30 mins sur les regards échangés entre une brute, un bon et un truand…) même si j’avoue préféré les récents qui présentent plus de rythme et d’action comme celui-ci.

En plus de la musique (Ennio Morricone<3 entre autre), j’ai beaucoup aimé, l’ambiance, les décors, les lumières et les costumes (ah le velour bleu et la chemise blanche à jabot, magnifique !).

Bref, j’ai adoré ce Tarantino ! J’y est vraiment retrouvé tout ce que j’attends dans ses films. Je pense qu’il rejoindra ma DVDthèque 🙂

Django-Unchained

PS :  Mention spéciale au cheval du Dr Schultz !

PS 2 : Sinon, nous on veut savoir c’était qui l’actrice derrière son foulard ??? Les paris sont ouverts ! 😉

Les sorties cinéma attendues #10

On se retrouve pour un nouveau rendez-vous des sorties ciné !

D’abord, petit bilan de janvier pas terrible, mais il me reste encore à voir Happiness Therapy et Lincoln, alors au compteur : La stratégie de la poussette, le monde de Charlie, Django Unchained et Le dernier rempart.

Alors quels sont les films qui me tentent en février ?

GANGSTER SQUAD  de Ruben Fleischer avec Ryan Gosling, Josh Brolin, Nick Nolte, Sean Penn,…

gangster squad

sorti le 6 février

Interdit aux moins de 12 ans
Los Angeles, 1949. Mickey Cohen, originaire de Brooklyn, est un parrain impitoyable de la mafia qui dirige la ville et récolte les biens mal acquis de la drogue, des armes, des prostituées et – s’il arrive à ses fins – de tous les paris à l’ouest de Chicago. Tout ceci est rendu possible par la protection, non seulement des hommes de mains à sa solde, mais également de la police et des hommes politiques qui sont sous sa coupe. Cela suffit à intimider les policiers les plus courageux et les plus endurcis… sauf, peut-être, les membres de la petite brigade officieuse de la LAPD dirigée par les Sergents John O’Mara et Jerry Wooters qui, ensemble, vont tenter de détruire l’empire de Cohen.

J’en avais pas entendu parler avant la semaine dernière mais la BA m’a donné envie !

GAMBIT, ARNAQUE A L’ANGLAISE de Michael Hoffman avec Colin Firth, Cameron Diaz, Alan Rickman

gambit

Sortie le 6 février

Pour voler Lionel Shabandar, l’un des hommes les plus riches d’Angleterre, Harry Deane monte une arnaque minutieusement pensée avec l’aide de son complice. Il espère lui vendre un faux Monet. Pour la réussite de son plan, il a besoin d’une reine du rodéo excentrique et imprévisible tout droit venue du Texas, qui doit prétendre que son grand-père a dérobé le tableau à la fin de la Seconde Guerre mondiale…

Comment passer à côté d’un film avec Colin Firth ET Alan Rickman ???

HITCHCOCK de Sacha Gervasi avec Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson, …

Hitchcock

Sortie le 6 février

Alfred Hitchcock, réalisateur reconnu et admiré, surnommé « le maître du suspense », est arrivé au sommet de sa carrière. A la recherche d’un nouveau projet risqué et différent, il s’intéresse à l’histoire d’un tueur en série. Mais tous, producteurs, censure, amis, tentent de le décourager. Habituée aux obsessions de son mari et à son goût immodéré pour les actrices blondes, Alma, sa fidèle collaboratrice et épouse, accepte de le soutenir au risque de tout perdre. Ensemble, ils mettent tout en œuvre pour achever le film le plus célèbre et le plus controversé du réalisateur : PSYCHOSE.

Encore un biopic mais ma foi uniquement sur le film psychose que je n’ai pas vu d’ailleurs…

LES MISERABLES  de Tom Hoopern avec Hugh Jackman, Russell Crowe, Anne Hathaway, …

Les misérables

Sortie le 13 février

Dans la France du 19e siècle, une histoire poignante de rêves brisés, d’amour malheureux, de passion, de sacrifice et de rédemption : l’affirmation intemporelle de la force inépuisable de l’âme humaine.
Quand Jean Valjean promet à Fantine de sauver sa fille Cosette du destin tragique dont elle est elle-même victime, la vie du forçat et de la gamine va en être changée à tout jamais.

J’ai toujours un peu peu des adaptations américaines des classiques français, et c’est une comédie musicale, en gros ça passe ou ça casse. J’avais bien aimé le Discours d’un roi, espérons que la réalisation m’enchante tout autant.

DIE HARD : BELLE JOURNEE POUR MOURIR de John Moore avec Bruce Willis

Die Hard 5

Sortie le 20 février

John McClane, le flic sans état d’âme, est vraiment au mauvais endroit au mauvais moment, à Moscou, pour aider son fils Jack qu’il ne voit plus. Entre la mafia russe qui veut leur faire la peau et leur combat pour éviter le déclenchement d’une guerre, les McClane découvrent que leurs méthodes pourtant bien différentes font d’eux des héros que rien ne peut arrêter.

J’avais pas adoré le 4ème mais comment dire non à John McClane ?

SUBLIMES CREATURES  de Richard LaGravenese avec Emma Thompson, Jeremy Irons, …

sublimes créatures

Sortie le 17 février

Ethan Wate, un jeune lycéen, mène une existence ennuyeuse dans une petite ville du sud des Etats-Unis. Mais des phénomènes inexplicables se produisent, coïncidant avec l’arrivée d’une nouvelle élève : Léna Duchannes. Malgré la suspicion et l’antipathie du reste de la ville envers Léna, Ethan est intrigué par cette mystérieuse jeune fille et se rapproche d’elle.
Il découvre que Lena est une enchanteresse, un être doué de pouvoirs surnaturels et dont la famille cache un terrible secret. Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une grande épreuve : comme tous ceux de sa famille, Lena saura à ses seize ans si elle est vouée aux forces bénéfiques de la lumière, ou à la puissance maléfique des ténèbres…

Je n’ai pas lu 16 lunes et je ne pense pas le lire avant un moment (voire pas du tout) du coup, je me rattraperai en quelque sorte avec les films. J’aime beaucoup Emma Thompson, j’avoue que c’est sa présence qui me donne envie de tenter !

MÖBIUS de Eric Rochant avec Jean Dujardin, Cécile de France, Tim Roth, …

Möbius

Sortie le 27 février

Grégory Lioubov, un officier des services secrets russes est envoyé à Monaco afin de surveiller les agissements d’un puissant homme d’affaires. Dans le cadre de cette mission, son équipe recrute Alice, une surdouée de la finance. Soupçonnant sa trahison, Grégory va rompre la règle d’or et entrer en contact avec Alice, son agent infiltré. Naît entre eux une passion impossible qui va inexorablement précipiter leur chute.

La trame a l’air couru mais la réalisation efficace, à voir donc.

WEEK END ROYAL de Roger Michell avec Bill Murray, Laura Linney, Samuel West,…

weekend royal

Sortie le 27 février

Juin 1939, le Président Franklin D. Roosevelt attend la visite du roi George VI et de son épouse Elizabeth, invités à passer le week-end dans sa propriété à la campagne. C’est la première visite d’un monarque britannique aux Etats-Unis. La Grande-Bretagne se prépare à entrer en guerre contre l’Allemagne et espère obtenir l’aide américaine. Les bizarreries et l’étrange mode de vie du président étonnent les souverains. En ce week-end royal, pris entre les feux de sa femme, sa mère et sa secrétaire, les affaires internationales ne sont pas vraiment la priorité de Roosevelt davantage intéressé par sa relation avec sa cousine Daisy.

J’aime beaucoup ce type de film, une mélange de comédie sur fond de drame (2nde guerre mondiale) et on connait peu cette partie de l’Histoire.

Ce mois-ci j’ai vraiment envie de voir tous ces films, c’est rare les mois comme ça! J’aurai pu ajouter TURF avec Édouard Baer (<3) ou Boule et Bill avec Franck Dubosc  mais ça ferait quand même beaucoup ^^

Et vous, quels films pensez-vous aller voir en février ?

Top Ten Tuesday #45

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est:

Les 10 personnages les plus frustrants

Je vais prendre frustrant dans le sens : on a pas eu assez de chose sur ce personnage ou bien il était tellement bien qu’on aurait voulu plus!

Mr Darcy !!!! Oui. J’adore tellement ce personnage que je trouve qu’on devrait en savoir plus (heureusement qu’il écrit des lettres, hein parce que c’est pas facile de le faire parler celui-là!) et donc contente de la sortie du Journal de Mr Darcy, pour prolonger le voyage avec lui : miam

Merlin (et tous les personnages légendaires finalement), c’est frustrant de ne pas savoir ^^ Chaque auteur donne sa version de la légende, parfois on n’a pas mal d’infos c’est exploité et chez certains auteurs, il reste mystérieux et on le connait finalement mal par rapport aux autres personnages

Les Targui dans le Déchronologue de Stéphane Beauverger, qui sont-ils ? A quoi pensent-ils ? Pourquoi il ne communique pas leurs secrets ? Ahhhhh qu’est-ce que j’aurai aimé connaitre leurs points de vue

Fujimoto dans Ikigami, Préavis de Mort, ce personnage est le fil rouge de cette série de manga et parfois, il est frustrant que ses passages ne soient pas plus développés, et on a envie de savoir ce qu’il pense vraiment et ce qu’il va faire. J’espère le savoir au thème de cette série.

Après, je sèche, je ne lis pas suffisamment de série ou de saga pour tomber sur des personnages mystérieux et dont on ne sait pas grand chose.

Le thème de la semaine prochaine :

Les titres VF qui n’ont rien à voir avec leur équivalent en VO

N’hésitez pas à me donner les vôtres en commentaire ou le lien vers votre TTT 🙂

C’est lundi, que lisez-vous ? #45

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

La semaine dernière, j’ai terminé Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit. J’ai lu également Le ballet des âmes de Céline Guillaume et Ikigami, Préavis de Mort, T06 de Motorô Mase. J’ai commencé Les contes de crimes de Pierre Dubois pour la LC du Club de lecture de février L’île aux livres.

Que vais-je lire cette semaine ?

Je continue Les contes de crimes de Pierre Dubois. Et j’aimerai bien lire les T07 et 08 voire même le tome 09 d’Ikigami, préavis de Mort de Motorô Mase

 Que vais-je lire la (les) semaine(s) prochaine(s) ?

Dans ma liste de « priorité », il me restera plus que La Vie sexuelle des super-héros de Marco Mancassola.

Puis, j’aimerai lire Hunger Games : l’embrassement et Hunger Games : la révolte de Suzanne Collins.

Et vous que lisez-vous ?

On My WishList #44

« On my Wishlist » est un petit rendez-vous sympa lancé à la base par Book Chick City. Je trouve l’idée excellente ! Alors je m’y mets 🙂

Il a lieu tous les samedis et permet dans sa version originale de faire un récap’ de tous les livres que l’on voudrait désespérément ajouter à notre PAL, qu’il s’agisse de parutions récentes ou non. Le RDV français concerne UN livre qui se trouve sur notre Wishlist : votre découverte de la semaine que vous piétinez de vous acheter ou ce livre que vous voyez régulièrement sur les blogs des copinautes ou dans votre librairie, qui vous fait envie mais pour lequel vous n’avez pas encore craqué !!

****************************************************

28, allée des Ormeaux de Tiffany Schneuwly

28 allée des ormeaux

4ème de couverture

A 27 ans, il est grand temps pour Liam de prendre son envol. Lorsque le jeune homme se voit offrir une promotion qui l’enverra bien loin de la maison familiale, il n’hésite pas et se met en quête de son premier appartement.

Sise au « 28, allée des Ormeaux », sa nouvelle demeure lui paraît idéale. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que ses voisins ont un sérieux penchant pour le suicide.

Est-ce une coïncidence ? Quel mystère plane sur le « 28, allée des Ormeaux » ?

 

Pourquoi ce livre ?

Voici le prochain livre de Tiffany Schneuwly que j’attends avec impatience, qui va sortir chez Nergäl Editions en avril 2013. Il s’agit d’un roman fantastique, classé également thriller ! J’adore la plume de la belle et douce Tiffany qui foisonne d’idées et d’univers ! Et je suis bien contente qu’elle soit édité chez Nergäl, une jeune maison d’édition prometteuse avec des auteures sympathiques !

Je suis conquise par la couverture, création de Nergäl, magnifique ❤ j’adore cette ambiance de bleu et les symboles ! Très très très réussie ! J’ai vraiment hâte d’avoir ce bel objet dans les mains et j’espère vraiment que je pourrais rencontrer à nouveau Tiffany et discuter avec elle de vive voix de ce roman !

Et vous, quel est le livre que vous très envie d’avoir cette semaine ?

Enfants de la paranoïa de Trevor Shane

524410_346318755404095_1000007

Michel Lafon, 19,95€, 368 pages

Merci Cali pour m’avoir prêté ton exemplaire 🙂

4ème de couverture

Règle un : on ne tue pas les innocents
Règle deux : on ne tue pas les ennemis de moins de 18 ans
Depuis des siècles une guerre clandestine, ignorée du commun des mortels, oppose deux anciens clans qui se déchirent au nom du Bien et du Mal. Des deux côtés : des assassins endoctrinés et entraînés dès leur plus tendre enfance à haïr et détruire le camp adverse. Artistes de la dissimulation, ils maquillent leurs meurtres en actes de violences aléatoires : des affaires qui curieusement ne sont jamais résolues.
Joseph, vingt ans, est l’un de ces tueurs d élite. Plongé dans la brutalité depuis sa naissance, il ne connaît qu’une réalité : tuer ou être tué. Mais lors d’une réunion dans le New Jersey, il tombe dans une embuscade tendue par l’ennemi. Échappant de peu à ce piège mortel, Joseph se réfugie à Montréal où il rencontre Maria, une jeune innocente de seize ans. Pour la première fois, son esprit froid et impitoyable chancelle. S’il veut sauver la femme qu’il aime, il doit abandonner la vie qu il a toujours connue et les gens qui ont combattu à son côté. Osera-t-il transgresser les règles et protéger une autre vie que la sienne ? Une seule vérité demeure : le premier à tuer est le dernier à survivre.

Toutes les guerres ont des règles. Si vous les enfreignez, vous devenez la cible.

Résumé

Joseph est un tueur, pas un simple assassin, c’est un Soldat dans une Guerre invisible de tous sauf des deux camps qui s’opposent. Il raconte à Maria son histoire, du début, il le faut. Un assassinat à Brooklyn, la Guerre, le Bien, le Mal, les conférences, les missions, leur rencontre,… Ne rien lui cacher. Afin qu’elle puisse comprendre, le comprendre.

Mon avis

Un très bon livre !

Le résumé est assez court, comme sans doute ma chronique, je veux éviter de spoiler !

C’est un livre très prenant, et bizarrement cela alors qu’on connait déjà plus ou moins la fin, quand on le commence, on sait déjà plus ou moins comment il va se terminer.

Gros bémol (et ma copinette Natiora sera d’accord avec moi), le livre n’est pas présenté comme un tome 1, il peut se suffire à lui même, éventuellement, si on met notre imagination en branle quand on l’a terminé, et parce que ça se finit (presque). Toutefois, il semble que ce soit le 1er tome d’une trilogie. J’aurai quand-même bien aimé le savoir avant de le lire.

Ce roman se lit rapidement, on est vite pris dans l’action, dans le récit de Joseph. « Joe » nous raconte sa vie, enfin, il la raconte à Maria dans un cahier qu’elle lui a donné pour qu’un jour elle puisse savoir ce qu’elle ignore, ce qu’elle n’ose pas lui demander, ce qu’il a vécu. J’ai beaucoup aimé ce récit à la première personne sous forme de journal. On est vraiment au centre de l’action et surtout on ressent ce que ressent Joseph et on découvre les choses comme les découvre Maria. On se met facilement à la place de l’un ou de l’autre. On vit avec eux les événements auxquels ils sont confrontés, leurs espoirs, leurs doutes, leurs incompréhensions, etc.

Les personnages sont peu nombreux mais attachants, vrais et sincères. Accentué par le récit à la première personne et les anecdotes, souvenirs, événements,… qui nous sont révélés.  Le monde dans lequel vit Joseph est horrible, ça fait froid dans le dos, il a été élevé dans un climat étrange, pour devenir quelqu’un qu’il n’a pas choisi de devenir, dans une adolescence remplie de haine pour un vie remplie de peur, de paranoïa,… Une adolescence bouleversée par des révélations dures mais qu’il n’a pas de mal à croire après tout ce qu’il a vu adolescent. Il est pris dans un engrenage. Sa rencontre avec Maria va mettre à mal tout ce à quoi il croit.

Au final, il est dans un camp, mais est-ce le bon ? Qui sont les autres ? Qui sont les bons et les méchants ? Le Bien, le Mal ? Il y a-t-il vraiment une réponse à cette question ? Mais surtout on se demande POURQUOI ? Quelles sont les origines de cette Guerre ? Qui a créer ces règles ?

On découvre un personnage fort, qui a des doutes, qui tombe amoureux, qui essaie de se créer son propre destin, mais y parviendra-t-il ? On découvre également que certaines personnages sont tellement « endoctrinées » qu’elles agissent cruellement en pensant bien faire. Est-il en sécurité ? Les choses se passent-elles comme il le décide lui ou bien est-il comme une marionnette manipulée ?

Le style et la narration de Trevor Shane sont très efficaces, les pages se tournent toutes seules, c’est prenant, la pression monte progressivement, on veut savoir ! C’est fluide, sans fioriture, sans pathos, Joseph nous livre sa vie, son monde dans un récit emprunte de vérité, sans détour, sans omettre de nous livrer le pire comme le meilleur.

Je ne rentrerai pas plus dans les détails pour ne pas spoiler, sachez que c’est une très belle histoire, bien faite. Une seule chose m’a fait tiquer mais ma foi, ça ne m’a pas empêcher de trouver l’ensemble très cohérent.

J’ai donc beaucoup aimé ce livre, par contre, je n’ai pas ressenti, le malaise, la paranoïa, l’angoisse que certains ont pu ressentir à la lecture. Par contre, c’est vrai qu’on cogite pas mal pendant la lecture. Et qu’on se demande très souvent : POURQUOI ? Comment ? Et qu’allons-nous apprendre ?

****************************

logo challenge thriller. jpg