Under a lilac tree de Mathieu Gaborit

reines-et-dragons-c1

Depuis 2009, les Éditions Mnémos publient en partenariat avec le festival, les Imaginales d’Epinal une anthologie annuelle de Fantasy.

Après Rois & Capitaines, Magiciennes & Sorciers et Victimes & Bourreaux, toutes trois dirigées par Stéphanie Nicot, anthologiste et directrice artistique du festival, l’édition 2012 sera co-dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust.

 Quatrième de couverture:

« LES AILES IMMENSES. LE CORPS VASTE. La tête cornue et mobile au bout du cou. Et ces plaques d’écailles d’un bleu noir. La reine Ayline aurait pu défaillir si elle n’avait connu une succession d’épreuves, si elle n’avait été ballotée d’un cauchemar à l’autre. Son cœur était celui d’une guerrière : il n’était pas invincible mais il ne cesserait de battre qu’au prix d’une défense farouche. Elle sortit son glaive du fourreau ; il lui sembla dérisoire face a la puissance du monstre qui se percha sur l’édifice, ailes toujours déployées. »

Réalisée en partenariat avec les Imaginales le festival d’Epinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, l’anthologie Reines et Dragons s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers et de Victimes et Bourreaux, saluée par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de Fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).

D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la Fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe. Drégongeon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Soeurs de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons !

AUTEURS Pierre Bordage Charlotte Bousquet Nathalie Dau Anne Fakhouri Mélanie Fazi Mathieu Gaborit Thomas Geha Vincent Gessler Justine Niogret Chantal Robillard Adrien Tomas Erik Wietzel

Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale.

L’auteur

Mathieu Gaborit est né en 1972. Comme beaucoup d’écrivain de Fantasy, il commença, à l’âge de 12 ans, par écrire des scénarios de jeux de rôles. Après des études de droit, il travailla à l’élaboration de certains jeux de rôles comme « Guildes », « Dark Earth » ou « Ecryme ». Puis, c’est à l’âge de 23 ans, en 1995, qu’il s’imposa comme le chef de file des nouveaux écrivains de Fantasy française avec le succès de son ambitieux premier roman : Les Chroniques des Crépusculaires. A l’origine, ces chroniques se composaient de 3 titres: « Souffre-jour », « Les danseurs de Lorgol » et « Agone » tous publiés chez Mnémos. L’univers des Crépusculaires s’était ensuite enrichi d’une nouvelle série littéraire : « Abyme », centrée sur les déboires d’un farfadet dans la ville du même nom.
Gaborit est avant tout un créateur d’univers. Son imagination débordante, étrange et poétique s’exprime aussi bien dans la Fantasy épique ou intimiste que dans l’uchronie comme avec le cycle « Bohème » qui fut célébré dans les pages du quotidien Le Monde comme l’invention du steampunk français. Il aime lire les œuvres de Robert E. Howard qu’ils considèrent comme l’alphabet de la Fantasy, ainsi que les romans de J.R.R. Tolkien pour leur richesse grammaticale.
Il a depuis publié de nombreux livres, dont le roman steampunk, en 1999, « Confessions d’un automate mangeur d’opium » écrit en collaboration avec son ami Fabrice Colin et qui reçu le prix Bob Morane – Imaginaire 2000 dans la catégorie meilleur roman francophone. Il a publié quelquefois sous le pseudonyme de William Hawk.
En 1999, il collabora à l’adaptation en jeux de rôle des Crépusculaires sous le titre de « Agone » et édité par Multisim maison d’édition à l’origine des éditions Mnémos, qui reçu le prix Bob Morane – Imaginaire 2000 sous la catégorie « coup de cœur ». Il a également travaillé dans le milieu du jeu vidéo sur « Outcast » et le projet de « Outcast II ».

http://www.pochesf.com/index.php?page=auteur&auteur=2703

Mon avis

Wouh, qu’il n’est pas facile de parler de cette nouvelle ! D’abord, je retrouve avec plaisir la plume de Mathieu Gaborit que j’aime beaucoup. Ensuite, j’ai vraiment adoré ce texte et le style est si spécial que ça n’est pas évident de retranscrire ou de résumer.

Une nuit, dans Paris, une Éveilleuse reçoit un message, en équilibre entre le monde réel et le monde des songes, elle a une idée plus précise de sa nouvelle mission. Elle doit retrouver un homme, qui erre dans une étendue glacée tirant son traineau de livres alourdit par la neige et l’aider. Elle n’est d’aucun monde depuis qu’elle a accepté d’être en lien avec le Dragon. Dans le métro, dans les rues de Paris, dans les cafés la jeune femme voit ce que nul peu apercevoir … Elle va devoir lutter, apprivoiser, séduire le dragon pour trouver celui qu’elle cherche…

Une nouvelle fois, l’imaginaire de l’auteur nous livre un monde onirique et magique mais difficilement dissociable de notre monde et de ces codes. Je vais manquer de vocabulaire je pense pour évoquer le style et l’histoire de Mathieur Gaborit comme une allégorie, l’Éveilleuse, est un lien ténu entre notre réalité et les rêves, un monde fantasmé où règne le roi-dragon. La reine doit jouer de son pouvoir, de son charme pour réussir à attirer le Dragon dans ses filets et découvrir comment trouver à la personne qu’elle recherche, qu’elle doit aider.

Le récit est d’abord perturbant, puis lentement on se laisse dériver, emporter, par les mots de l’auteur. Le texte se fluidifie et le lecteur se laisse entrainer vers la fin du récit, un peu inattendue. Un récit, un monde tout en métaphores, nombreuses justes, subtiles et envoutantes. Deux univers se superposent avec quelques liens entre les deux. Fragiles. Une nouvelle qui nous plonge dans l’angoisse de la page blanche, de l’artiste désœuvré, d’un monde fait de rêves, de cauchemars, d’utopie, d’imaginaire. Le lecture va croiser des créatures désemparées qui comptent sur l’aide de l’Éveilleuse. Un univers comme l’incarnation de l’esprit angoissé et torturé des artistes en déperdition… C’est spécial mais ça a très bien fonctionné sur moi, j’ai adoré cette atmosphère, d’être surprise, déroutée au début, happée ensuite.

J’aimerai tellement réussir à en parler mieux mais je n’ai pas le talent de l’auteur. C’est une nouvelle avec plusieurs niveaux d’interprétation, il faut dépasser le fait de tomber dans un imaginaire un poil difficile à appréhender mais avec les belles images de Mathieu Gaborit on y arrive facilement.

Le thème du recueil est respecté et la nouvelle et son traitement sortent, comme quelques autres, nettement du lot par son originalité et sa poésie légèrement torturée.

 

logo

Les avis des membres de la LC

Marie et Anne :

Nyxx :

Fanny :

Dionysos :

Publicités

Les Imaginales à Epinal les 25 et 26 mai 2013

affiche

Festival des mondes Imaginaires, organisé par la ville d’Epinal depuis 2002

Site des Imaginales

Le billet de Coquelicote

En début d’année avec Cassiopée et Coquelicote nous avons évoquer le fait d’aller cette année nous aussi à ce festival dont on entend du bien toute l’année. L’année dernière j’ai bavé sur les photos de copinautes blogueuses qui ont pu s’y rendre et la tentation était trop forte, nous avons donc décidé d’y aller, de réserver en avance une chambre et de partir le temps du weekend. Impératifs obligent, nous nous sommes limités au samedi et dimanche. Et puis plus de 5h de route pour y aller, pas question de rester qu’une journée. Malheureusement Cassiopée n’a pas pu partir avec Coquelicote et moi, c’est mon homme qui nous a accompagné à sa place ^^

P1110137 P1110139

On a plutôt facilement trouvé le lieu, c’est très bien indiqué dans Epinal, on sent que les organisateurs ont l’habitude ! Nous somme arrivés vers 11h30, on a d’abord fait un petit tour de la bulle aux livres, repéré les auteurs invités au centre à l’espace librairie et les petites maisons d’édition autour. J’ai trouvé la Bulle aux livres hyper bien organisée et on ne se marchait pas dessus même quand il y avait foule !

P1110121 P1110125

J’ai pris pas mal de livres à me faire dédicacé, au moins une 15aine !

On est resté jusque midi et demi, puis on a mangé rapidement pour y retourner le plus vite possible, ce jusque 18h.

Voici un peu résumé du samedi, un peu dans le désordre, sorry

Un arrêt aux Editions du Riez ! Je suis super contente d’avoir enfin fait un salon où la maison d’éditions et pas mal de ses auteurs étaient là !!! J’ai pu rencontré Aalexh (qui était déjà venu plein de fois à Lille ou à côté mais jamais quand je pouvais y aller aussi ^^) qui m’a dédicacé sa magnifique BD Le pantin sans visage et Franck Ferric, qui m’a dédicacé Les tangences divines que je n’ai pas encore lu. Alexis Lorens m’a dédicacé son roman qui était sorti chez Nuits d’Avril : Le long des sentiers obscurs. Et j’ai récupéré Coeurs de Loups, précommandé 🙂 Pas de Virginia Schilli prévu à l’horizon du coup, je me renseigne, elle sera là le dimanche, yeah !

P1110130

Le stand des éditions du Riez, avec Aalehx, Alexis Lorens et Franck Ferric

P1110132

Aalexh et ma belle dédicace ❤

Ensuite direction le stand magnifique de l’Homme Sans Nom, où il règne une ambiance de folie en ce samedi matin ! J’en profite pour faire dédicacer Iluvendan par Nicolas Debandt, le T1 uniquement, je pouvais pas prendre les 2.

P1110133

Nicolas Debandt (les livres ne vous font pas envie ??? Ils sont trop beau)

Je rencontre enfin, la charmante et sympathique Céline Landressie avec qui ont a bien discuter 🙂 Elle m’a gentiment proposé Rose Morte, T1 en Service Presse, MERCI encore Céline ❤

P1110135

L’adorable Céline Landressie (avec les lunettes, produits dérivés vendues sur le stand!)

Puis, elle m’annonce que Magali Villeneuve accepte elle aussi de me remettre un SP du T1, de la Dernière Terre, L’enfant Merehdian, mais c’est Noël en mai !!!! MERCI Magali !!!! J’ai beaucoup de chance ❤

C’est l’heure de partir manger, mais je repasserai sur le stand, faire dédicacer les deux livres par Magali Villeneuve pour Rose Morte  et Alexandre Dainche pour La Dernière Terre, qui ont fait les superbes couvertures !

Après la pause déjeuner, passage chez Nergäl afin de revoir ma belle Tiffany Schneuwly et de lui prendre 28, allée des Ormeaux ! Tiffany est toujours aussi souriante et adorable, j’ai adoré nos échanges lors du salon ❤

P1110140 P1110141

Tiffany ❤

Puis arrêt au stand lokomodo, j’ai pensé à prendre Les maléfices du temps et j’ai enfin eu ma dédicace de Michel Rozenberg (que j’avais croisé à T&L) 🙂 Un auteur adorable, si vous avez l’occasion, discutez avec lui ^^  P1110143

Michel Rozenberg 🙂

J’ai craqué sue le stand et pris même s’ils n’étaient pas là, Miroirs d’Ambre de Denis Labbé et Créature du Miroir de Jess Kaan. Mais aussi A un sanglot de moi, tu reposes, de Mathieu Guibé ! Achat prévu, la couverture est trop belle et je savais que je n’allais pas tardé à voir Mathieu sur le stand du Chat Noir.

Un arrêt chez Rebelle, afin de revoir Stéphane Soutoul, auteur adorable qui nous a envoyé à Coquelicote et moi, en SP, l’ebook d’Anges d’Apocalypse, Le Tourment des Aurores, nous voulions en discuter avec lui, l’ayant commencé toutes les deux pour l’occasion. C’est toujours un plaisir de discuter avec Stéphane de ses livres et de ses projets. J’en ai profité pour faire dédicacer Troubles songes 🙂

P1110145Stéphane Soutoul

A côté, ou non loin, nous nous sommes arrêté sur le stand du Chat Noir, mon chouchou 2012 des petites maisons d’édition, quel ravissement à chaque fois, ce stand, et les auteurs sont tous si sympathique ❤ Une dédicace de Mathieu Guibé sur son recueil chez Lokomodo et achat craquage d’Amulettes de Véronique Ajarrag et Les chroniques d’Oakwood, dans l’ombre de la demoiselle de Marianne Stern, avec un prime, une sympathique discussion et de jolies dédicaces ❤

P1110146

Mathieu Guibé

P1110148

Véronique Ajarrag et Marianne Stern

Ensuite, nous avons rencontré avec Coquelicote, Meli du Bazar de la littérature, elle a reconnu Coq’ et son joli bandeau (c’était une très bonne idée) et nous avons échangé quelques mots sur le salon. Nous nous sommes quittés pour mieux nous retrouver le soir pour manger entre blogueuses avec Maia des Lectures de Maia et Tsuki de Tsuki-books 🙂

J’ai ensuite été cherché un autre de mes achats prévus : L’ArtBook raconté de Fleurine Rétoré, ce livre est magnifique (moins pratique à promener toute l’aprem mais bon, c’est rien, quand on aime…)

P1110154P1110181 P1110182

Fleurine et son stand 🙂

Ensuite, nous avons pris notre courage à deux mains et affronté les stands des auteurs invités autour de l’espace librairie. J’ai fait dédicacer pas mal de mes livres, craquant uniquement pour Sans forme de Gail Carriger. Pèle mèle :

P1110150

Manon Fargetton me dédicace Coeurs de Loups (je bave sur La maison des mages d’Adrien Tomas, mais je craquerais quand j’aurai lu La geste du 6ème royaume)

P1110153

Stéphane Beauverger me dédicace Le Déchronologue, un gros gros coup de coeur et l’auteur est hyper sympathique, j’ai bien discuté avec lui, j’attends son prochain livre impatiemment !

P1110156

Gail Carriger (sans âme et sans forme), auteur sympathique très souriante, dommage que mon anglais laisse à désirer

P1110157

Kristin Cashore dédicace Graceling, elle ne sais pas prononcé Aurore mais Aurora bizarrement ça passe très bien ! ^^

P1110158

Gail Carriger et Kristin Cashore

P1110159

Jean-Luc Marcastel appose sa griffe sur Coeurs de Loups ^^ (sa trilogie Frankia a l’air géniale)

P1110161

Mathieu Gaborit, toujours charmant dédicace Les chroniques des crépusculaires (ma version contraste avec la méga belle version à gauche)

P1110164

Fabien Clavel me dédicace sa nouvelle issue de l’ArtBook Raconté du Monde de Fleurine

P1110167

Sire Cédric nous dédicace De fièvre et de sang et l’enfant des cimetières, encore une belle rencontre, il prend le temps de répondre à toutes nos questions et vraiment, je vous conseille d’en lire au moins un pour découvrir ^^

P1110169

Sire Cédric

Il y avait des stands de livres d’occasions, je trouve que c’est une excellente chose parce qu’on ne peux pas toujours tout trouver ou tout acheter neuf. Moi, j’ai trouvé de Fièvre et de sang de Sire Cédric, Coquelicote L’enfant des cimetières. Beaucoup de choix, de classiques ou du récent en petits et grands formats!

P1110171

Samantha Bailly

P1110172

Samantha Bailly, Coup de coeur des Imaginales de cette année, m’a dédicacé, Oraisons, l’intégrale chez Bragelonne, un de mes derniers coups de coeur ❤ et sa nouvelle dans Coeurs de Loups

P1110177

Jean-Philippe Jaworski (je suis revenue prendre une photo, j’ai oublié pendant la dédicace)

P1110178

Fabrice Colin en pleine dédicace d‘A vos souhaits, j’aurai aimé échanger avec lui sur ce livre et sur Confessions d’un automate mangeur d’opium, mais je ne suis pas arrivée au bon moment, tant pis, une prochaine fois ! (Monsieur Colin, j’ai bien reçu Elfes et Assassins, je vous en remercie, je ne manquerai pas de l’emporter avec moi, et au prochain salon où nous serons en même temps, je viendrai en discuter avec vous 😉 )

Il manque quelques photos, j’ai notamment acheté et fait dédicacé Magma par Pierre Brulhet quand il est venu sur le stand des Editions du Riez. J’ai une dédicace d’Elodie Morgen sur l’Artbook Raconté.

Enfin, on a clot la journée en repassant aux Editions de l‘Homme Sans Nom, pour avoir une petite dédicace de Magali Villeneuve illustratrice sur Rose Morte et d‘Alexandre Dainche sur La Dernière Terre :

P1110183

Magali Villeneuve

P1110184Alexandre Dainche

Voilà, pour le samedi, le dimanche, nous sommes arrivés à 10h et nous avons fait de derniers achats, puis nous avons tourné pas mal et chercher des auteurs… longtemps. Finalement, pour ne pas rentrer trop tard le soir, on est repartis vers 14h30 mais on a pas pu voir beaucoup de monde. Je retiens que le dimanche, n’est pas le meilleur jour pour voir les auteurs dans l’espace librairie, beaucoup fatigués sont repartis, d’autres profitent de leurs camarades ou encore comme c’était la fête des mères ne sont pas restés. On peut les comprendre. Du coup, si je devais refaire les Imaginales, je crois que ça serait le vendredi et le samedi, avec peut être même arrivée du jeudi et partir le dimanche matin. Et puis aussi j’aimerai assister à des conférences, faire plus de choses au programme. Je ne regrette pas pour autant être restée à la Bulle aux livres, pour les échanges, les bons moments avec les copines, et les auteurs. Juste que ça permettrait de faire plus de choses, de voir plus de monde. Et éventuellement de visiter un peu Epinal qui a l’air d’être une très chouette ville.

Le dimanche, j’ai craqué pour des MPs des Imaginales, pour 2 livres dont je n’ai pas pu voir les auteurs : Porteurs d’âmes de Pierre Bordage et Rue Farfadet de Raphaël Albert. J’ai pris aussi L’Asch Mezareph de Jean-Pierre Favard chez Lokomodo.

P1110191

Jean-Pierre Favard

J’ai croisé Vanessa Terral chez le Chat Noir, on a pu discuter un peu du salon, des retours sur ces livres là et au Petit Caveau (son ebook), c’était très sympa de se retrouver 🙂 J’ai ensuite était retrouvé Tiffany Schneuwly chez Nergäl, pour discuter un peu aussi, j’ai pu revoir l’adorable Sklaerenn Baron et rencontrer Cindy Mezni.

P1110195

Cindy Mezni, Sklaerenn Baron et Tiffany Schneuwly

Avec Coquelicote, on a discuté avec Anthelme Hauchecorne d’Âmes de Verre que je vous conseille encore vivement et de la suite, de ses projets etc. etc. Puis, je n’ai pas oublié de revenir aux Editions du Riez, me fait dédicacé Par le sang du démon de Virginia Schilli (dernier billet sur le blog, une très jolie découverte), une auteure sympathique.

P1110196Virginia Schilli

Puis il a fallu rentrer avec plein de souvenirs et d’étoiles dans les yeux, j’ai loupé des auteurs que j’espère retrouver tantôt sur d’autres salons mais surtout j’espère retourner un jour aux Imaginales parce que c’est un salon très convivial, sympathique, avec une belle organisation et je suis sure qu’on ne doit pas y ennuyer les 4 jours (il faut voir les sourires des auteurs qu’on croise dans les allées pour comprendre qu’ils sont plus que ravis d’être là et ça tombe bien, nous aussi ^^)

Quelques dédicaces, pas toutes mais quand même :

P1110225 P1110235 P1110236 P1110237 P1110238 P1110239 P1110241 P1110242 P1110243 P1110244 P1110245 P1110246 P1110247 P1110248 P1110249 P1110250 P1110251 P1110252 P1110253 P1110254 P1110256 P1110257 P1110258 P1110259 P1110260 P1110261 P1110262

Festival Trolls et Légendes à Mons (Belgique) le 31 mars 2013

11820_467233910011285_103331842_n

Le mois de mars était riche en salon et pas qu’en France ! Tous les deux ans la ville de Mons en Belgique organise le Festival de toutes les Fantasy : Trolls et Légendes ! Réunion de cosplayeurs, artisans, auteurs, joueurs,  fan de musique, … il y a plein d’animations, d’activités et de divertissements, pour en savoir plus, vous pouvez aller sur le site du festival.

Trolls

Cette année, j’y allais pour la première fois ! Je ne connaissais que de nom et parce que je bois de la Troll ! On est parti à 3, Cassiopée, mon homme et moi, vers 10h10 de Lille et on a mis moins de temps que le prévoyait google pour venir. On est arrivé un peu avant 11h et on a été impressionné par le monde qui attendait ! Comme on était pas sur de venir, on a pas acheté de billet en prévente mais c’est sur que c’est ce qu’il vous faut faire si vous prévoyez d’y aller dans deux ans ! Avec la prévente, vous accédez directement au site et quasiment sans faire de fil d’attente.

foule

On est rentré sur le site après environ 50 min d’attente. Avec Cassie, on avait regardé les auteurs présents et on voulait au moins voir Oliver Peru et Gabriel Katz. Y sommes-nous parvenues ? Vu le monde, tout est possible !

Premier arrêt chez Rebelle Editions, histoire que Cassie craque pour les Étoiles de Noss Head 4 !!

sophie jomain

Sophie Jomain

Sophie Jomain nous accueille avec le sourire, elle nous raconte que la veille à 15h, les organisateurs ont du refuser l’entrée au site ! Une première sans doute ! On est bien contente en tout cas, d’avoir choisi le dimanche, même s’il y a beaucoup de monde, le samedi ça devrait être difficile de circuler dans les allées ! Juste à côté de Rebelle, on retrouve avec plaisir Emilie Witwicki-Barbet au stand Val Sombre Editions !

Emilie Witwicki-BarbetEmilie Witwicki-Barbet

Emilie Witwicki-Barbet

On craque pour le MP du tome 2 de Demain est un autre monde : Les révoltés. Emilie est magnifique ! On profite aussi de l’accalmie dans le coin, pour saluer Claire Wallaert-Muller et Frédéric Livyns, c’est toujours un plaisir de se voir !

Frédéric et Claire

Claire Wallaert-Muller et Frédéric Livyns

Il y a beaucoup de monde (oui cette phrase sera répétée plusieurs fois), on arrive quand même à voir quelques stands d’illustrateurs BD, mais il va falloir vite s’y faire c’est dans ce coin que la foule est la plus dense, du coup, on ne verra qu’une infirme partie des exposants. Idem au marché féérique ! C’est dommage, je voulais voir plusieurs créateurs dont je suis les pages FB mais malheureusement, je n’en ai trouvé aucun 😦

instruments

Sarah BertagnaMArché Féérique

marché féérique

Illustrateurs et marché féérique

Nous somme « tombés » ensuite sur les stands de la Porte Littéraire et des Editions du Chat Noir, un coup d’œil à l’Artbook raconté de Fleurine Rétoré : MAGNIFIQUE ! Il sera acheté aux Imaginales très certainement (j’attends de voir Fleurine directement). On discute avec Mathieu Guibé de l’affluence, du fait que son livre est presque en rupture de stock, il en reste 3 ! On le félicite quel succès !!! Je l’achète, c’est l’occasion et puis il me fait de l’oeil depuis sa sortie ! Une belle dédicace à ajouter à ma collection. On a parlé aussi des prochains salons, les Imaginales et les salons de fin d’année : Les halliénales et le Val Joly, où nous espérons tous nous revoir !

Mathieu Guibé

Mathieu Guibé

Je bave ensuite sur les stands Actu SF, lokomodo / Asgard / Midgard, et autres mais je résiste pour le moment ! On arrive dans la partie « librairie » où les « têtes d’affiche » du festival dédicace leurs ouvrages. Oliver Peru n’est pas à sa place, on cherche alors Gabriel Katz. On le trouve à l’opposé de l’espace librairie  et on lui fait dédicacé, Cassie le T1 et moi le T1 et le T2 de Puits des mémoires. On prend chacune la suite, Cassie le 2 et moi le 3, hop une trilogie complétée ! Gabriel Katz est charmant, il prend le temps de discuter avec nous lui aussi. De son prochain roman (dans le même univers, mais il y fera plus chaud et on suivra une femme), de la fantasy qui n’est pas médiatisée par les radios et la TV, heureusement il y le net !, nous demande (enfin à Cassie) son personnage préféré, nous donne envie de lire ou continuer la saga ! A côté de lui, je louche sur les livres de Claudine Glot mais c’est l’heure de manger. Je n’aurai pas la possibilité de revenir là malheureusement, mais je sais de source sûre que je pourrais retrouver Claudine dans un autre salon à la fin de l’année !

Gabriel Katz

Gabriel Katz

La restauration. Mauvaise idée, c’est blindée, un système de jeton, qui ralenti les choses, et qui donne l’impression de moins dépensé alors que c’est l’inverse… Bref, sans polémiquer, si je tourne à T&L dans deux ans, je prends des sous et je vais manger ailleurs.

pause musicale

Pause musicale

En tout cas, on s’en met plein les yeux dans ce festival, les tenus de ceux qui se déguisent, plutôt que font du Cosplaty sont magnifiques ! On a bavé sur les tenus steampunk toute la journée ! Et on a croisé des trolls, des fées, des nains, Gandalf, des elfes, … bref toute sorte de créatures criantes de réalisme (et oui lol !), vraiment ça donne envie de faire l’effort de se préparer pour d’autres festivals ! et chapeau à ceux qui le font, vous étiez magnifiques !

costumes costumes costumes

Les affaires reprennent,pour Cassie, nous trouvons Cassandra O’Donnell, qui n’a plus beaucoup de livres devant elle, heureusement que Cassie a acheté le T4 de Rebecca Kean avant le salon ! Hop ! Une dédicace et de charmants sourires, ah ces auteures qui ont les yeux qui brillent, ça met de bonne humeur !

Cassandra O'Donnell

Cassandra O’Donnell

Puis, en face, je ne résiste pas à passer du temps devant le stand des Editions de l’Homme sans Nom ! Découverte récemment, je n’ai encore aucun ouvrage mais les couvertures, les résumés et les univers donnent plus que plus qu’envie !

stand HSN

Stand de l’Homme Sans Nom

On discute avec la charmante et adorable Magali Villeneuve, auteure et illustratrice, et je craque pour les deux tomes Iluvendan de Nicolas Debandt, et qu’est-ce que j’apprend, je l’ai loupé à 5 min 😦 mais il sera aux Imaginales ! (ha là là, prendrais-je les deux tomes,… wait & see). Mais Alexandre Dainche, l’illustrateur de ce « diptyque » est là lui et me dédicace les deux tomes ! Les illus’ sont magnifiques ! Comme le stand !!! On sera ravies avec Cassie de les retrouver aux Imaginales !

magali Villeneuve

Magali Villeneuve

Alexandre Dainche

Alexandre Dainche

Pendant ce temps, Oliver Peru est à son stand, du coup, on se place dans la file d’attente, cet auteur est tellement sympa, que c’est un peu long, du coup, je file acheter la première anthologie du salon, sur les Semi-hommes, sur le stand des Editions Asgard, j’y retrouve Jess Kaan, a qui je « racket » un MP de Fissures et qui m’en offre gentiment un autre ! Merci beaucoup ! Je retourne attendre avec Cassie et mon homme, dans la file et c’est notre tour, j’ai pris mon exemplaire de Druide et Oliver tout en répondant à nos questions des plus bêtes aux plus intelligentes, me dessine Obrigan dessus et Jarekson pour Cassiopée ! Un billet de cet entretien a été fait sur le blog de l’île aux livres, si vous voulez jeter un oeil c’est ici!

 Oliver Peru

oliver peruOliver Peru

Anthologie à la main, je la fais dédicacer par Oliver bien sur mais également par Adrien Tomas, Simon Sanahujas et Emmanuelle Nuncq

  Adrien Tomas

Adrien Tomas (qui part quand je sors l’appareil !)

Simon Sanahujas

Simon Sanahujas

Emmanuelle Nuncq

Emmanuelle Nuncq 

et ensuite par Mathieu Gaborit, avec qui je profite pour discuter des Confessions d’un automate mangeur d’opium co-écrit avec Fabrice Colin (je sais enfin qui a écrit Théo et qui a écrit Margot), et de sa réédition chez Bragelonne avec une couverture magnifique !

Mathieu GaboritMathieu Gaborit

Mathieu Gaborit

Entre les allées, on a réussi à croiser Maia du blog Les lectures de Maia, Ptyx du club de lecture et Caliope du blog L’autre côté de moi-même, incroyable ! Par contre, pas de Cali avec sa petite famille 😦

En face, c’est le stand Lokomodo, j’en profite pour « embêter » Anthelme Hauchecorne, et lui dire que je suis en train de dévorer Âmes de verres, (assez fort j’espère pour que certains lecteurs se décident à l’acheter aussi, sait-on jamais).  Enfin, je pars faire dédicacer l’anthologie aux Editions Argemmios par Mathieu Coudray qui a fait l’illustration de la couverture. Pas le temps de faire la chasse à l’illustrateur, dommage (7 illustrateurs différents ont fait l’intérieur de l’anthologie). Nathalie Dau n’étant pas là et Cassie ayant craquée pour une illustration de Magali Villeneuve, nous retournons la faire dédicacer par Magali aux Stand de l’Homme sans Nom !

mathieu coudray

Mathieu Coudray

On retourne ensuite faire un tour dans les allées du marché féérique, toujours assez bondé malheureusement, moins dehors alors on y reste un peu malgré la température peu clémente. Nous sommes repassés saluer Emilie, Frédéric et Claire sur le stand Val Sombre,

 Frédéric Livyns

Frédéric Livyns

puis en se dirigeant vers la sortie, je m’arrête pour une dernière dédicace, celle de Nathalie Dau sur l’anthologie. Sur 7 auteurs, il me manquera Pierre Dubois mais quelque chose me dit que j’aurai l’occasion de le voir sur d’autres salons !

Nathalie Dau

Nathalie Dau

Il est passé 16h30, on a quand même mal au pied et même si on a pas bu de Cuvée des Trolls, on a passé un super journée ! Le festival victime de son succès peut-être (quel monde!) mais vraiment sympathique ! Peut être qu’on rempilera dans deux ans ! Seul l’avenir nous le dira !

Quelques photos en plus :

   Trollsrapace

rapace

dragon mécanique dragon mécanique dragon mécanique

Maintenant, nous n’avons plus qu’à attendre les Imaginales à Epinal fin mai 🙂

Merci Cassie pour tes photos complémentaires aux miennes 🙂

Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit

confessions-d-un-automate-mangeur-d-opium

Le serpent à plumes, 8,20 €, 424 pages

Merci Lilith de m’avoir prêté ton livre !

4ème de couverture

Paris, 1899… L’industrie, portée par la force de l’Éther, a révolutionné le monde. Le ciel bourdonne de machines volantes, les automates sont partout qui agissent au service des hommes, hommes qui communiquent entre eux par téléchromos d’un continent à un autre. Dans cette ville moderne où s’ouvre une éblouissante Exposition Universelle, une jeune comédienne, Margo, aidée de son frère psychiatre, enquête sur la mort mystérieuse de son ex-maîtresse et d’un singulier personnage créateur de robots… Écrites à deux mains par deux jeunes auteurs incroyablement doués, ces Confessions d’un automate mangeur d’opium sont un bonheur d’imagination et de virtuosité littéraire, à découvrir au plus vite.

Résumé

Un homme, soldat semble-t-il couche sur le papier sa folie.
En 1889, année de l’exposition universelle, à Paris, Margaret Saunders, comédienne, joue Juliette dans la pièce de Shakespeare. Un soir où elle a rendez-vous avec son frère, Théo, aliéniste, elle découvre par le journal que sa meilleure amie et confidente Aurélie est décédée, tombée d’un aérocab. Ce dernier, étrangement a continué sa route et le responsable peut-être de cette mort (Accident ? Meurtre ?)  a disparu. Margo ne veut en tout cas pas croire à la troisème hypothèse de la police, le suicide. En se rendant chez le père d’Aurélie, Monsieur Couturier, elle tombe sur deux brutes épaisses menaçantes, qui lui laissent une drôle d’impression…

Mon avis

Découverte agréable du Steampunk !

C’est mon premier vrai roman dans ce genre (le premier c’est Sans âme mais il n’effleure que le genre, et c’est voulu je pense), donc dans ce roman de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit, c’est très très travaillé, on retrouve de nombreux éléments : machines volantes, automates, éther, machines, … Avec pas mal de détails, d’explications mais c’est savamment dosé, on n’a vraiment pas besoin d’un master en physique pour comprendre. En plus, c’est très visuel, les descriptions sont tellement bien faites que j’avais l’impression d’avoir des illustrations.

Le Paris ré-écrit est très sympathique, d’une part, on a le vrai Paris avec beaucoup de noms de rue, de places, des bâtiments, de monuments (Ah la Tour Eiffel), le métro ou le tram … et d’autre part, ce Paris historique est adapté à la technologie et aux sciences (les machines volantes, le bâtiment fictif où travail Théo,…), le tout donne un mélange très bien fait, on s’y croirait ! L’action se situe en 1889 (et non 1899, qui a fait la 4ème de couv’???) au moment de l’exposition universelle, la Tour Eiffel vient d’être créée et elle fait un très beau symbole du steampunk, je trouve, avec ses ascenseurs, son esthétisme, … et l’exposition universelle colle très bien avec les pavillons sur les technologies émergentes, les automates, etc.

image002

Le point de départ pour Margo et Théo est la mort d’Aurélie Couturier, Margo ne va pas accepter la mort, non de son ex-compagne (tu as lu le livre avant de faire ton 4ème de couverture ou pas ?) mais de sa meilleure amie, elle va se retrouver confronter à une histoire qui la dépasse, enjeu humain, politique, scientifique,… Pas uniquement une histoire de pouvoir ou de Progrès , ça va bien au-delà…

L’intrigue est bien construite et intéressante à suivre, même si parfois j’ai soufflé devant les réactions de certains personnages. L’écriture à 4 mains est très bien faite, comme on a un chapitre avec le point de vue de Margo alterné avec le point de vue de Théo, on ne se rend pas compte, car il parait qu’on change d’auteur à chaque chapitre. Et cette alternance donne du rythme à l’histoire. Pas de panique, ceux qui n’aiment pas ce type de narration en alternance de points de vue, les chapitres sont courts, les personnages souvent ensemble, on n’est pas frustré à la fin d’un chapitre de laisser le personnage où il en est.

Concernant les deux personnages principaux, j’ai une grosse préférence pour Théo le frère de Margo, son esprit scientifique, son caractère et ses réflexions. J’ai eu beaucoup plus de mal avec Margo. Je ne sais pas comment l’expliquer, elle est loin d’être sotte ou superficielle, elle est volontaire et c’est un personnage intéressant mais je n’ai pas réussi à m’attacher à elle et parfois ses digressions ou ses commentaires m’ont agacé.

Les deux auteurs sont vraiment talentueux et ont réussi l’exercice de l’écriture à 4 mains, c’est fluide, rythmé, précis, tout en détails sans que ça soit trop, cohérent entre les deux personnages, Fabrice Colin et Mathieu Gaborit ont tous les deux une belle écriture, ils ont réussit à retranscrire l’ambiance de Paris dans les années 1890 et réussissent à merveille la création de l’univers steampunk, on s’y croirait vraiment par moment, la présence des automates si intriguants, l’utilisation de l’éther controversée, ils ont inventé une époque à laquelle on peut aisément croire car des éléments réelles sont bien là : la Tour Eiffel, l’exposition universelle, la reine Victoria, etc.

Un petit bémol, j’aurai bien aimé explorer Metropolis, en savoir plus. Idem pour les passages sur le Cambodge, c’était frustrant de ne pas avoir plus de détails, de passages sur les événements qui se sont déroulés là-bas. J’ai repéré une seule incohérence dans les noms (suffisante pour que je m’en souvienne) et quelques coquilles mais vraiment pas grand chose, et n’enlève rien à la qualité du livre.

En tout cas, ne vous laissez pas impressionner par le prologue (très important) mais qui est assez spécial et partez à l’aventure du Paris steampunk ! Pour ma part, je découvrirai avec plaisir Mathieu Gaborit seul parce que je n’ai encore jamais lu cet auteur, si vous avez des suggestions, je suis preneuse. Pour Fabrice Colin, je fais une pause mais, je pense que je lirai de lui au moins un thriller et pourquoi pas une de ses sagas fantasy !

*************************************

clipboard02

Logo Vivent nos régions !!!