Le Nibelung – Tome 1 – Le carnaval aux corbeaux d’Anthelme Hauchecorne

carnaval

Editions du Chat Noir, 19,90€,

4ème de couverture

Ludwig grandit à Rabenheim, un petit bourg en apparence banal.
Claquemuré dans sa chambre, il s’adonne au spiritisme. À l’aide d’une radio cabossée, il lance des appels vers l’au-delà, en vue de contacter son père disparu.
Jusqu’à présent, nul ne lui a répondu… Avant ce curieux jour d’octobre.
Hasard ? Coïncidence ? La veille de la Toussaint, une inquiétante fête foraine s’installe en ville. Ses propriétaires, Alberich, le nabot bavard, et Fritz Frost, le géant gelé, en savent long au sujet du garçon. Des épreuves attendent Ludwig. Elles seront le prix à payer pour découvrir l’héritage de son père.
À la lisière du monde des esprits, l’adolescent hésite… Saura-t-il percer les mystères de l’Abracadabrantesque Carnaval ?

Mon avis

Coup de coeur  ❤

D’ailleurs comme à chaque coup de cœur, c’est super difficile pour moi d’en parler, j’ai tellement envie que les gens se ruent sur ce livre mais en même temps leur laisser la surprise de la découverte fabuleuse qu’ils ne manqueront pas de faire, que je ne sais comment aborder cette chronique.

Peut-être déjà en disant que je l’ai lu deux fois, une fois en bêta lecture à un stade assez avancée (la dernière si je me souviens bien) et j’avais adoré. Puis, une seconde fois où je l’ai reçu si gentiment par l’auteur. Et là, je m’étais dis « bon tu le lis vite comme ça fait pas un an que tu l’as lu » et … bien non, j’ai replongé dedans comme la première fois, c’était toujours aussi prenant, je voulais retrouver les détails (et les différences suite aux dernières modifications) et finalement j’ai pris mon temps pour le savourer une seconde fois. Et je crois bien que plutôt, je le relirai encore et que le plaisir sera toujours le même.

Car quelle ambiance ce carnaval,  j’en ai eu la chair de poule ! Je n’avais jamais envie de m’arrêter. Dès le début, j’ai eu envie de pousser les portes de cette semaine de Toussaint et de ses spectres. C’est vraiment une lecture pour cette saison-là mais pas que ! (On peut la lire à tout moment, pas de doute mais les soirs d’Octobre, la magie va se révéler un peu plus). L’intrigue est effrayante juste ce qu’il faut. Adapter à tous les publics et les tranches d’âge d’ailleurs. Ce n’est pas parce que l’histoire met en avant des adolescents que les adultes s’en trouveront chagrinés ou frustrés ! Parce que coté, adultes justement, forains notamment mais aussi membres de la communauté de Rabenheim, il y a de quoi faire ! Et quelle galerie de portraits ^^ On ne s’ennuie pas une minute entre les dialogues savoureux, la musicalité de l’écriture, la poésie et le joyeux macabre. Cette plongée dans l’Est et ses légendes est vraiment un petit bijou de fantastique.

Le carnaval aux corbeaux m’a fait penser aux récits et séries de mon enfance. Avec une teinte de pourritures et de sombrécumes en plus ^^  Le lecteur ressentira, à n’en pas douter, les influences artistiques d’Anthelme entre Edgar Allan Poe et Tim Burton, cet univers fantasque très imagé aux relents de pourriture saupoudré de merveilleux, très visuel et sonore pourrait facilement être adapté en conte animé ou en film pourquoi pas ^^
Encore une fois, je suis impressionnée par le style si travaillé de l’auteur. Cette façon de dépeindre les personnages, les lieux et les décors mais aussi de donner vie à ses personnages hauts en couleur, avec des joutes verbales mémorables entre les deux héros Ludwig et Gabriel et les autres personnages.  Quelle gouaille de nouveau. Il nous sert une histoire fascinante, à la fois drôle et sensible, mystérieuse et frissonnante avec un arrière gout sucré, aux odeurs fétides et nauséabondes; un mélange des genres et le gout des mots, une poésie, un conte, un imaginaire influencé certes (Poe, Grimm, Burton,…) mais qu’il réussit à rendre unique et original.

Je me suis attachée à Ludwig Poe ce garçon qui possède une sensibilité pour le paranormal mais surtout qui souffre de n’avoir pas connu son père et qui aimerait le retrouver. Sa relation avec sa mère est tendue mais on note aussi l’affection qu’ils se portent mutuellement. Le jeune garçon, régulièrement tête en l’air est aussi la tête de turc préféré des plus grands et surtout d’Otto. Heureusement, il y a Gabriel Grimm son copain, son opposé, presque aussi transparent que Ludwig est bizarre. Gabriel qui doit composer avec ses frères chahuteurs et ses parents qui traversent des difficultés financières. Parents qui voient d’un très mauvais oeil son amitié avec le fils Poe d’ailleurs. Quand un étrange carnaval s’installe en ville, Ludwig commence à recevoir des lettres de son père disparu acheminée par bien d’étranges façons. Il va tomber sur une fille encore plus bizarre et dérangée que lui. Le comportement des parents de Gabriel va changer aussi et ce dernier va fouiller un peu dans le passé familial. Ludwig et Gabriel vont vite se rendre compte que les apparences peuvent être trompeuses qu’elles concernent les étranges forains ou leur propres familles.
Je n’en dirais pas plus que l’intrigue. Mais le récit ne manquera pas de rebondissement, de révélations, de surprises et de coups bas.

J’ai beaucoup aimé les personnages secondaires également, Slike la petite peste dont la répartie est juste hallucinante ! Je n’ai pas toujours compris ses réactions mais ça fait tellement parti du personnage ^^ J’ai adoré détester Alberich, avec lui on ne sait jamais sur quel pied danser, est-il sincère ? Cherche-t-il à embrouiller Ludwig ? Est-il cruel ou juste aigri ? Dame Vala est aussi un personnage attachant dans son genre comme le géant Frost. L’Abracadabrantesque Carnaval est bien un personnage à part entière dont on découvre l’histoire qui ne manquera pas de faire frissonner les lecteurs sensibles.

Il ne faut pas avoir peur de vous lancer dans ce récit, c’est un tome 1 mais il y a bien une fin, la grande majorité des mystères sont levés et même je me demande ce que Le Nibelung nous réserve la prochaine fois ! Pas de doute pour moi, je me jetterai sur la suite A la Cour des nuits d’hiver (si je ne me trompe pas).

Cette histoire m’a donné envie d’approfondir les contes et les légendes du Nord ou de l’Est que je ne connaissais pas, le Nibelungen un peuple de nains légendaires de la mythologie germanique, l’Élivágar de la mythologie nordique ou encore le Schimmelreiter, inspiré de l’Homme au cheval blanc de Theodor Storm (mixé avec la Mort de Pratchett non ?) bref, toute une foule de légendes, de thèmes passionnants qui manquent les esprits et donne envie d’en connaitre, d’en savoir plus.

Un gros plus, pour cet ouvrage sorti dans la collection  Graphicat des Editions du Chat Noir sont les illustrations, la mise en page et la typographie très travaillée elle aussi. Pour avoir lu en béta lecture, je me demandais comment ça allait rendre et le résultat est magnifique. Je vous invite à découvrir les deux illustrateurs Loïc Canavaggia et Matthieu Coudray si ce n’est pas encore fait. Leurs illustrations rendent magnifiquement l’atmosphère du carnaval et de ses forains mais aussi de Rabenheim.

Je ne pense pas avoir dit la moitié du quart de ce que j’aimerai dire, si vous ne connaissez pas le talentueux Anthelme Hauchecorne, son écriture ciselée, précise et acérée et son univers sombre et poétique, coloré et brumeux (le joyeux macabre est un terme qui lui va si bien), Le carnaval aux corbeaux est idéal pour commencer. Le livre-objet est magnifique et vous ne verrez plus les corbeaux de la même façon après votre lecture ^^

12115726_10153752752484078_4726843977295301492_n 1526364_10152203587714078_974065111_n 1532110_10152203587564078_838036829_n 1551590_10152203587739078_1599719761_n

Salon du livre de Bondues le 16 mars 2013 et Salon du livre policier à Lens le 24 mars 2013

Le mois de mars est riche en salon dans le Nord Pas de Calais ! Il y a d’abord eu le Salon du livre de Bondues le weekend des 16 et 17 mars 2013, j’ai pu m’y rendre avec Cassiopée le samedi après-midi.

affiche salon bondues 2013

Avec Cassiopée nous y sommes allées un peu en touriste, Cassie n’avait pas d’auteur à voir ou de livre particulier à acheter, moi, je voulais surtout remercier Anthelme Hauchecorne pour Âmes de verre que j’avais reçu la même semaine, me le faire dédicacer et acheter L’exquise Nouvelle Saison 2 : Les 7 petits nègres.

Alors, Dawn alias le boulet, n’avait pas pris son appareil photo NI son téléphone, du coup, pas de photos, autres que les acquisitions ! 😦

Je suis restée un moment au Stand des Editions In Octavo, qui ont édité L’exquise Nouvelle Saison 2 : Les 7 petits nègres et j’ai pu commencé la série des dédicaces. 42 auteurs, y a de quoi faire ! J’ai la chance d’avoir déjà celles de Maxime Gillio, Gérard Coquet, Bernard Boudeau, François Lefebvre, … 7 en tout en tout (2 que je rajouterai bientôt ici les noms m’échappent désolée :/) donc 6 auteurs et l’adorable (et géant) Benjamin Berdeaux.

On a pu papoter du recueil, mais aussi des Halliénales 2013. Et comme je tombe toujours bien, j’ai même eu le droit au Champagne pour fêter la sortie de ce beau livre qu’est l’Exquise Nouvelle, saison 2  !

Ensuite, on s’est promené, avec Cassie, on a repéré des éditions qu’on ne connaissait pas, surtout en jeunesse et dont les ouvrages sont magnifiques ! Notamment les Editions Le Pont du vent ou encore Alzabane Editions.

Je me suis arrêté au Stand des Editions du Riffle, un maison d’édition du Nord, j’avais envie de découvrir et j’ai acheté deux de leurs ouvrages dans les collections poche Riffle Noir et Riffle Nord : Chat Quantique & Picon Bière de Gilles Warembourg et A minuit, les chiens cessent d’aboyer de Michaël Moslonka.

Les Editions du Riffle

Nous avons croisé Cindy, qui s’occupait de La Porte des Mondes à Roubaix et on a papoté, il faisait pas bien chaud dans ce Tennis Club de Bondues, alors on a bougé et nous sommes retrouvé au stand des Editions Lokomodo / Adsgard / Midgard. Anthelme Hauchecorne m’a gentiment dédicacé mon exemplaire d’Âmes de verre, on a discuté de ses publications, et je vais attendre avant d’acheter Baroque’N’Roll parce qu’il va ressortir agrémenté d’illustrations ! Idem (mais là, je ne sais pas si je le rachèterai, ça dépendra des finances), La Tour des illusions sera certainement rééditée aussi ! Anthelme a assuré, parce qu’il sortait d’un coqueluche, ça n’a pas du être évident de forcer sur la voix pendant 2 jours ! On a aussi discuté avec Jess Kaan (je lis bientôt Fissures, promis!) et Ludovic leur éditeur. ça nous a permit d’apprendre plein de choses sur le milieu de l’édition, les joies comme les difficultés.

Enfin, nous sommes repassés au stand In Octavo, où Gérard Coquet, nous a expliqué son roman Malfont – Les fantômes de la combe et la génèse de l’audio-livre ! On a même pu écouté un extrait. Gérard est un auteur vraiment sympathique et qui donne envie de lire son livre, pour preuve, je le lui ai pris !!!

La maison d’édition faisait une promo pour deux livres achetés, un offert, je suis donc repartie avec Instant libre – la logique des clones d’Emmanuel Roulet.

In octavo Editions

On a encore trainé un peu puis nous sommes rentrées, c’était une bonne journée, riche en informations ! Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait moins de monde que l’année dernière, peut être parce qu’il y avait un peu moins de « têtes d’affiche » ?

Merci à Cassie de m’avoir conduite et d’avoir partagé ce salon avec moi ❤

**************************

Le weekend suivant, le dimanche matin, je me suis rendue avec belle maman et mon homme, au Salon du Livre Policier de Lens avec pour objectifs de compléter ma collection de dédicaces de L’exquise Nouvelle saison 2 ! D’acheter les Tomes 2 et 3 de l’Embaumeur publié par l’Atelier Mosésu. Et pour peut être rencontrer enfin Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs en série, parrain de cette édition.

salon-du-livre-policier-de-lens-2013

J’ai commencé par mon objectif principal, l’achat des Embaumeurs : Ainsi fût-il d’Hervé Sard et Concerto en lingots d’os de Claude Vasseur. Claude Vasseur était là, j’ai donc pu discuté un moment avec lui, c’était vraiment très sympa !!! J’ai appris que les livres seront sans doute diffusés dans plus de librairies et là je dis SUPER !!!! Si c’est confirmé, c’est une super nouvelle pour l’Atelier ça !

J’ai ensuite fait dédicacer mon exemplaire de Maelström de Stéphane Marchand, il a du me prendre pour une folle à lui raconter l’histoire de mon exemplaire ! Je l’ai sauvé d’une librairie spécialisée manga ! ça tombait à pique à cette période là, je voulais l’acheter (top de ma wishlist) alors j’ai pas hésité à lui donner une nouvelle famille ! (oui parfois, tout n’est pas à la bonne place dans ma tête :D), en tout cas, j’étais contente de rencontrer Stéphane Marchand ^^ (il me reste plus qu’à lire le livre!). A côté de Stéphane, j’ai retrouvé… Gérard Coquet !!!! On a pu blaguer deux minutes (parce que c’est un blagueur Gérard!).

Ensuite j’ai profité de sa présence au salon, pour voir Elena Piacentini et lui faire dédicacer l’Exquise Nouvelle ! Ma belle mère lui a pris Carrières noires, donc je pourrais le lire également plus tard !
Ensuite, pas de chance, pas de Stéphane Bourgoin à l’horizon, donc j’ai fait un tour du salon (très calme le dimanche matin, en plus, pas de Franck Thilliez et de Karine Giebel le dimanche 😦 dommage mais je ne pouvais pas y aller le samedi). Mais je me laisse pas abattre ! Il y a d’autres auteurs présents !

Je voulais découvrir Alexis Aubenque, charmant, je lui fait dédicacer L’exquise Nouvelle saison 2 (vraiment efficace pour briser la glace avec les auteurs ce livre !) et lui dit que je suis triste parce qu’il n’a plus le premier de sa série sur le shérif Mike Logan. Mais c’est sans compter que je suis distraite et que j’ai confondu le premier avec le deuxième ! Je lui prend donc, ravie, 7 jours à River Falls ! En discutant, je lui demande, s’il sait si un autre auteur de l’exquise nouvelle est présent et oui ! Jacques Saussey est là ! Je ne rends donc à son stand après avoir chaleureusement remercié Alexis pour sa disponibilité et sa gentillesse. Une petite dédicace du recueil qui me laisse le temps de livre les 4ème de couverture des livres de cet auteur que je ne connais pas encore. J’en profite alors pour prendre De sinistre mémoire conseillé par son auteur fort sympathique également !

559172_10151613911615774_219506426_n

Pas loin je repère Pascal Dessaint, qui a préfacé Ainsi fût-il d’Hervé Sard, j’en profite pour demander une petite dédicace, demande inhabituelle me dira-t-il mais qu’il effectue avec le sourire !

Il est déjà plus de midi, je ne peux pas rester plus longtemps, mais je rentre avec de nouveaux beaux souvenirs plein la tête et l’année prochaine, j’essaierai d’y aller en après midi pour avoir plus de temps !

On se retrouve vite, pour un billet (avec photos cette fois youpi!) sur ma journée à Trolls et Légendes à Mons le weekend de Pâques !

Le Sidh – T1 : Âmes de verre d’Anthelme Hauchecorne

AmesdeVerredeAnthelmeHauchecorne

Midgard Editions, 18€, 657 pages

4ème de couverture

Ce livre vous attendait. Il était écrit que vous feriez sa connaissance. Car peut-être êtes-vous, à votre insu, un(e) Éveillé(e). Auquel cas, vous êtes en grand danger. Les rues de cette ville ne sont pas sûres. Pour vous, moins que pour tout autre.
Car les Streums rôdent, à l’affût d’une âme à briser. Je ne vous mentirai pas : vos options ne sont pas légion. Votre meilleure chance de survie gît selon toute probabilité entre ces pages. Qui sont les Streums, demanderez-vous ? Pourquoi convoitent-ils les fragments du Requiem du Dehors ? Quel avantage espèrent-ils retirer de cette partition funeste ?
Si vous ignorez les réponses à ces questions, vous vous trouvez alors face à un choix. Pour lequel il est de mon devoir de vous aiguiller…
Souhaitez-vous rejoindre la Vigie, risquer votre vie et sans doute plus encore, dans une lutte désespérée pour déjouer les intrigues du Sidh ? Ou bien demeurer parmi le troupeau des Dormeurs, à jamais ? Pareille aventure ne se présente qu’une fois. Sachez la saisir.

Enki, enquêteur et logicien de la Vigie

Résumé

Une Recrue Camille nous fait découvrir la Vigie, cette organisation « secrète », organisée entre Chasseurs (les bras et les jambes) et Colombes (la tête) où elle s’entraine dans le but de devenir Chasseuse. Elle nous explique qu’il existe des Éveillés, ceux qui ont la Vue, et qui donc voient des êtres particuliers : les Streums comme les surnomment les membres de la Vigie; des Daedalos. Les autres ne sont conscients de rien, les Dormeurs, c’était nous qui voguions dans la ville inconscients du danger. La Vigie a été constituée par les Piliers mais nombre d’entre eux sont morts ou disparus dans l’En-Deçà, ce monde intermédiaire entre la Surface et le Sidh d’où les Daedalos sont originaires. L’équilibre est fragile entre ces trois univers, et encore plus depuis que quelqu’un essaie de réunir tous les fragments du Requiem du Dehors, un concerto hybride très dangereux dont la musique pourrait changer la face du monde…

Mon avis

Énorme coup de cœur pour ce livre original !

La chronique de Demoiselle Coquelicote m’a donné envie de lire ce roman et j’ai eu la chance de le recevoir quelques jours après par l’auteur lui-même.

J’ai beaucoup apprécié la 4ème de couverture et les premiers chapitres, où on s’adresse directement au lecteur, on est pris à témoin, on est acteur à part entière du récit ; c’est une introduction efficace pour nous entrainer dans la lecture de ce 1er tome de 650 pages ! On plonge directement dans l’action, on est complètement concerné par ce qu’il va se passer.

Le lecteur pénètre dans un monde inconnu mais qui est pourtant le sien, mais son statut d’Eveillé lui permet de découvrir une réalité sombre et inattendue. Il possède désormais la Vue qui lui permet de voir les Streums (ou Daedalos) étranges créatures, comme tout droit sorties de cauchemars. En réalité, des êtres venus du Sidh, vivants dans l’En-deçà et se rendant régulièrement à la Surface, c’est-à-dire chez nous. Mais qui sont les Daedalos, que veulent-ils, comment sont-ils arrivés là, c’est l’ensemble de ce premier tome qui va nous l’apprendre.

Le lecteur va croiser d’autres personnages, des Dormeurs, les humains normaux qui n’ont pas reçu la Vue à la naissance ou qui ne l’ont pas (encore) ;  la Vigie, des Éveillés qui recueillent les nouveaux, sa fonction  est détaillée dans le roman, principalement défendre la Surface et ceux qui ne font pas partis de la Vigie. Le lecteur découvrira la création de la Vigie, les Piliers (membres fondateurs), les Chasseurs, les Colombes, notamment grâce au Codex Metropolis que la Vigie fait lire à chaque nouvelle Recrue.

Voilà ce qu’on peut dire de la mise en bouche, parce que là, vous ne trouverez que les grandes lignes, des 50 ou 100 premières pages !

On est projeté à la suite de Camille, une recrue qui veut devenir Chasseuse, elle a un but bien précis et fera tout pour y parvenir ; et de Vincent, un professeur quadragénaire qui a perdu sa famille et qui cherche des réponses, et enfin, on découvre le Marchand de sable, un tueur ( ?) que traque la police locale mais qui ne laisse aucun corps derrière lui, sinon un tas de sable noir ensanglanté …

La forme, la structure du roman permet au lecteur de ne pas crouler sur un flot d’informations mais de ne pas manquer non plus de données pour comprendre l’histoire. 3 façons de procéder ont été choisies par Anthelme Hauchecorne, 1/ suivre Camille, Éveillée, Recrue, 2/ suivre un autre Éveillé Vincent qui a écrit des notes régulièrement comme une sorte de journal intime (écriture italique sur fond grisé) et un Codex (pages grisées), guide pour toute jeune recrue de la Vigie. On découvre donc les choses au fur et à mesure, les 3 styles en alternance, avec des chapitres courts qui donnent beaucoup de rythme au récit.

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’Âmes de verre dispose d’un fond riche, dense et original, une histoire travaillée, construite sous forme de puzzle dont le lecteur remet le dessin original en place au fur et à mesure de sa lecture. On va de découvertes et rebondissements. Mais attention même si de prime abord, ça peut sembler complexe, la forme du roman et le talent d’Anthelme Hauchecorne permettent une lecture aisée, passionnante et addictive. On a envie de découvrir les tenants et les aboutissants, les pages se tournent toutes seules, le lecteur est captivé, happé dans l’univers Ô combien bien développé par l’auteur. Une mythologie précise, une inspiration celte, un mélange de nos angoisses et de légendes urbaines, donnent un roman original et fort, une magnifique fantasy urbaine travaillée et entrainante.

Les personnages sont détaillés, on découvre leur passé, leurs secrets, leurs angoisses, leurs espoirs. On s’attache à Camille, cette jeune recrue qui cherche à la fois à se faire une place dans la Vigie et à poursuivre son chemin et son but. C’est un personnage féminin comme j’aime en lire, elle est parfois dépassée par les événements, mais elle est combattive et pleine de ressources, on est loin d’une jeune fille fragile et godiche mais elle n’est pas sans faille, ni faiblesse. Grâce à elle, on découvre le cœur de la Vigie et ses principaux membres. On découvre aussi les oppositions entre ces membres, les aspirations de chacun. Et on est quasi-constamment en mouvement, dans l’action,…

Vincent est étrange, perturbé et perturbant, on découvre son passé à travers son journal intime mais aussi à travers ses actes. Grâce à Vincent, on va en découvrir plus sur certains Daedalos, la vie des Éveillés hors de la Vigie, …

Avec les personnages d’Anthelme on ne sait jamais sur quel pied danser ! Et j’adore ça ! Les apparences peuvent être trompeuses ou complètement justes. Il faut creuser la surface pour découvrir la vérité.  J’ai beaucoup aimé les personnages plus secondaires, que vous découvrirez, je vous laisse la surprise.

Comme le journal de Vincent, le Codex est pour le lecteur, une source importante de renseignements. (Anthelme faut le laisser dans le prochain même sous une forme différente !). Ce Codex Metropolis est un livre d’enseignements à destination de nouvelles recrues, rédigé par certains des Piliers, fondateurs de la Vigie. Ce codex nous permet d’en apprendre plus sur les créatures et sur le Monde. J’ai adoré lire ses passages, notamment parce qu’Anthelme fait écrire plusieurs Piliers totalement différents, avec des inspirations et des connaissances différentes et chacun a son style pour relater les événements ou les enseignements qu’il veut apporter. Loin d’être ennuyeuses, ces parties sont dynamiques, riches et parfois très drôles.

L’action du récit se passe à Lille (et en-deçà), et étant de la région, j’ai adoré retrouvé mes repères (le métro, les bâtiments comme l’Aéronef, les édifices, les quartiers, les rues, les places). Cependant, la vision de Lille est très sombre, remplies de misères sociales et de détresse latente. C’est vrai que c’est peut-être un peu comme ça, sous certains aspects  mais rassurez vous les non-Nordistes, Lille a d’autres côtés (festifs, touristiques, économique…) positifs (faut venir visiter !). En tout cas, j’aime quand un roman se déroule dans mon coin ! J’ai beaucoup aimé aussi l’utilisation du patois lorrain (qui rappelle les origines de l’auteur), ça donne vraiment un plus au personnage qui l’utilise.

Qu’on soit en répulsion ou en extase devant certains personnages, la force d’Anthelme est de les avoir croqués à la perfection ! J’ai aimé détester certains personnages et j’ai aimé en adorer d’autres et j’ai hâte de les suivre de nouveau dans le tome 2. D’ailleurs un chapitre de ce deuxième tome est livré à la fin du roman, et il donne envie de continuer l’aventure !

Âmes de verre n’est pas qu’un tome d’introduction et de découverte de l’univers de l’auteur, on y apprend déjà beaucoup de choses, des mystères sont résolus, on en découvre d’autres (il se dessine les intrigues des tomes suivants).  C’est vrai qu’il faut parfois s’accrocher pour une partie de l’intrigue, celle concernant le Requiem du Dehors (indiqué dans la 4ème de couverture) mais les différents points de vue permettent de relier les éléments ensemble et de comprendre son importance fondamentale à l’histoire. Certaines scènes peuvent être assez dures, mêlant sombre, glauque, sang et sueur. Mais chaque chose a sa place et son importance dans le récit.

En plus de tout ça, on découvre dans l’intrigue l’importance de la musique pour l’auteur. Certains passages difficiles sont bizarrement assez mélodieux, comme si on essayait d’adoucir les souffrances. En tout cas, l’intrigue en ressort encore plus originale. J’ajoute aussi qu’on sent toute une réflexion derrière cette histoire, un arrière-fond social ; une réflexion sur la vie, l’existence, sur la place de chacun, sur la politique sociale, sur la différence, sur l’indifférence,… On peut le lire facilement et on peut aussi réfléchir ^^

Le style de l’auteur est percutant, recherché et aisé, pas de lourdeur mais du vocabulaire, il appelle un chat, un chat ; la plume est tantôt belle, tantôt sombre, ce livre est comme un jeu de nuances, riche, je vous dis, riche ! Les personnages d’Anthelme ont une certaine gouaille, le style oral utilisé se fond bien dans le récit, pas vulgaire, mais qui sonne « vrai », ça m’a fait sourire d’ailleurs que les personnages les plus trashs ont le plus fin langage.

Vous l’aurez peut-être compris, si vous m’avez lu, jusqu’au bout, j’ai adoré ce livre, je l’ai dévoré (650 pages d’un moyen format, en écriture normale (ni « oui-oui » ni minuscule) en 1 semaine est une prouesse pour moi !), je le conseille à tous ceux qui veulent une histoire originale, inédite et très bien écrite (et qui fait réfléchir si on a envie  ^^)). L’objet livre en plus est superbe, la couverture, l’intérieur, des illustrations N&B magnifiques.

Personnellement, j’ai eu du mal à décrocher, et je lirai avec plaisir la Tour des Illusions (qui m’attend dans ma PAL), il m’a été difficile de passer à autre chose après cette lecture.

Merci infiniment à Anthelme Hauchecorne et aux Éditions Midgard pour cette magnifique découverte. Vivement la suite !

*********************************

Logo Vivent nos régions !!!

logo challenge

Les Halliennales 1er salon des littératures fantastiques à Hallennes Lez Haubourdin (13 octobre 2012)

Voici l’heure du compte-rendu sur le 1er salon des littératures fantastiques à Hallennes Lez Haubourdin : Les Halliennales qui ont eu lieu le 13 octobre 2012. Je l’attendais depuis longtemps, c’est rien de le dire !!! Depuis que j’ai vu un jour ce flyer :
Pour moi, les Halliennales ont commencé le vendredi soir avec un apéro entre Pirates, proposé par Capitaine Chica du blog A l’abordage de la culture (qui vous commencez à bien connaitre) et Cali du blog Le Calidoscope, les copinautes – pirates adorables !!!! Lors de cet apéro, j’ai eu la chance de rencontrer Sklaerenn Baron, l’auteure de Ryan Blake – La Stratégie des Ténèbres qui m’a gentiment dédicacé mon exemplaire de Ryan Blake ! Avec une dédicace personnalisée et tout (J’ai ainsi pu décharger mon sac aux trésors spécial « dédicace en salon » d’un livre assez épais, pour vous le verrez le remplir de nouveaux trésors et découvertes le lendemain!). J’ai aussi rencontré Adeline Dias, l’auteure de En rage de toi (aux Éditions Valentina), c’était une super soirée !
Merci encore à Cali de nous avoir reçu chez elle et aux filles pour l’opportunité de rencontrer deux sympathiques auteures et Sklaerenn en avant-première des Halliennales !!!

Est ensuite arrivé le jour tant attendu ! Rendez-vous donné sur le parking à ma copine du Club de lecture, l’île aux livres, blogueuse également Cassiopée (La tête dans les étoiles), on est arrivé en même temps. On était pile à 10h pour le début d’une grande journée !

Voici la liste des auteurs et le programme :

D’abord, nous avons salué Cindy, libraire officielle de l’événement, de La Porte des Mondes et il faut le dire, on a bavé une première fois devant la multitude des ouvrages, franchement un stand comme ça, c’est magnifique et ça donne envie! Ensuite, un tour du lieu pour observer où sont placés les auteurs, les animations et très vite, nous sommes allés faire les premières dédicaces, Cassi a d’abord fait dédicacer à Fleurine Rétoré (Le Monde de Fleurine), les livres dont cette créatrice talentueuse a fait les couvertures, pendant que je regardais les Mps, badges et autres goodies proposés. Nous avons croisés Capitaine Chica et Lulu La Pirate, on a papoté puis nous nous sommes séparés pour nous retrouver plus tard. Je suis donc allée en premier Frédéric Livyns que j’avais juste croisé à La Foire aux Livres de Lille et avec qui depuis j’ai pu échanger virtuellement via le blog ou Facebook, et dont j’ai adoré ses deux recueils de nouvelles Entrez… et Les Contes d’Amy.  Il m’a d’ailleurs offert ce dernier qui a obtenu le Prix Masterton 2012 (encore Bravo !!!) et Oxana publié chez Sharon Kena pour que je découvre un autre sytle d’écrit que les nouvelles, puisqu’il s’agit d’un roman bit-lit jeunesse. Tous les deux dédicacés ! un grand MERCI encore Frédéric !!! J’ai hâte de le revoir au Val Joly’Maginaire durant lequel il dédicacera Le Souffle des Ténèbres (publié chez Val Sombre Editions).

Frédéric Livyns

Après avoir monopolisé Frédéric, je l’ai rendu à ses autres (futurs) lecteurs et je suis allée « craquer le sac » chez Cindy !!! J’y ai retrouvé Chica et Lulu. On a pu échanger sur les livres, choisir ensemble des nouveautés sous les conseils avisés d’une Cindy incroyable qui a su gérer le conseil et la vente (bien aidé par Christiane) parce que la foule devant l’espace libraire n’a pas désempli !!! Franchement bravo !

Avec mes trésors sous le bras, j’ai commencé les dédicaces par Ludovic Rosmorduc pour Trahisons et Faux-Semblants (publié chez Baam!). Qui m’a conforté dans mon choix car trois de ses ouvrages étaient disponibles mais il faut faire un choix et j’avais peur de prendre un livre en court de saga.

Ensuite, je me suis précipité vers Adrien Tomas, ma copine Natiora m’avait conseillé son livre La Geste du sixième royaume (prix Imaginale 2012!), je l’ai donc pris sur ses bons conseils et j’ai échangé avec Adrien pendant qu’il dédicaçait le roman.

Adrien Tomas (en pause ;))

Puis j’ai retrouvé Cassi accompagnée par une autre copine du Club de lecture Demoiselle Coquelicote (du blog Sans grand Intérêt). Ensuite, nous avons été voir Cassandre F. Amaranthe et Stéphane Soutoul pour faire dédicacé Samhain (chez Rebelle) par Cassandre et Le Mal en la Demeure (Éditions du Petit Caveau) par Stéphane. Ils ont gentiment répondu à nos questions et nous ont parlé de leurs projets en cours ou prévu. Des auteurs sympathiques et souriants qui prennent le temps de discuter avec leurs (futurs) lecteurs, c’est génial !!!

Cassandre F. Amaranthe et Stéphane Soutoul

Déjà 13h passé, vite nous sommes attendues au déjeuner entre Pirates proposé par Chica, nous avons fait la connaissance de plein de blogueuses de la région ou de Belgique, c’était vraiment sympa de se voir en vrai même si on est arrivé quand elles avaient déjà presque terminé. Une pause agréable, bienvenue pour reposer les pieds, caler l’estomac et repartir d’attaque pour la suite des dédicaces !

Dans le désordre, nous sommes allés voir Anthelme Hauchecorne, humour et sympathie au rendez-vous, une dédicace originale (inspirée de votre métier ou votre passion) sur mon exemplaire de La tour des Illusions (Lokomodo Editions), excellent ! Jess Kaan qui m’a dédicacé Fissures (Lokomodo Editions) que j’avais acheté le jeudi d’avant. David S. Khara, le parrain de cette première édition, que je découvrirai avec Le Projet Bleiberg (10/18 Editions) et qui m’a indiqué de quoi parlerai le 3ème volet de sa série.

Jess Kaan et Anthelme Hauchecorne

Je voulais me faire dédicacé Le Club des apprentis criminels (Octobre Édition) mais Audray Françaix a malheureusement du partir à 13h, du coup, je vais essayer de la voir lors du salon de Somain où elle sera présente.

Je suis revenue faire dédicacer Dames de Lune, Fées des Brumes (Edition du Chat Noir) par Stéphane Soutoul et aussi par Malaïka Macumi et j’ai fais dédicacé mon exemplaire de Quintessence Hiémale par Cécile Guillot. Et c’est là que j’ai croisé Adora (The Midight Angel’s Blog) c’était la première fois qu’on se voyait, on a papoté un peu, elle m’a gentiment prise en photo avec Stéphane Soutoul et Malaïka Macumi (merci encore mon homonyme), rencontre brève mais très chouette, j’espère qu’on se recroisera vite et qu’on pourra discuter un peu plus.

Je suis ensuite repassée chez Cindy entre deux papotages avec Sklaerenn Baron, Emilie Witwicki-Barbet, Laetitia de la Confrérie de l’Imaginaire, Chica, Lulu, Aliénor,… Et j’ai recraqué pour 2 livres Les insoumis – Demain est un autre monde T1 d’Emilie Witwicki-Barbet (je n’ai fait qu’en entendre du bien tout le long du salon) et pour Dracula de Bram Stoker (LE classique, plus d’excuse pour ne pas le lire!).  Et pendant qu’on attendait pour payer, avec Cassiopée nous avons été interviewées par La Voix du Nord !

Sklaerenn Baron en dédicace

Ensuite, nous avons profité des animations proposées, l’exposition magnifique de Fleurine:

un extrait de l’expo (dommage les photos avec le téléphone c’est pas terrible)

et les stands de créateurs (bijoux, accessoires, vêtements, etc.), de très belles choses, notamment chez Kazelle, A l’Atelier de Lyloo ou Bella (avec 2 ailes). C’est chez cette dernière que j’ai craqué (encore) sur une parure sublime sur le thème « pirate », regardez-plutôt :

Stand de Bella (avec 2 ailes)

Et en fin de journée, après une discussion avec Cassi et une de ses connaissances qui cherchait un polar fantastique, et sur les conseils de Cindy, j’ai de nouveau pris des livres (oui oui, vous ne rêvez pas, je crois que j’étais possédée par un esprit malin mais je ne regrette rien !) Morts sûres de Benoît Chavaneau qui me l’a dédicacé avec plaisir et Germ~iN~es[SENS]ce de Mathieu Guibé (en prévision du Val Joly).

Avec Cassi, nous avons quitté le salon à 18h45 avec plein de souvenirs en tête, des étoiles plein les yeux, nous avons eu des échanges et des discussions avec des auteurs passionnés et disponibles, tous souriants, on s’est bien amusé avec les copinautes et les auteurs, on a profité un maximum de ce salon. J’ai découvert des auteurs, j’en ai revu d’autres salons, j’ai découvert des maisons d’édition, de jeunes talents, … Une belle journée remplie de découvertes dont je me souviendrais longtemps !

Et pour ne pas mettre un terme brutal à cette magnifique journée, nous avons fini la soirée entre Pirates au Flam’s à Lille pour continuer à parler bouquins, salons et prochaines rencontres. Merci Chica d’avoir eu cette merveilleuse idée ! Et d’avoir grandement contribué à la rendre inoubliable ! Grâce à toi, on a pu se retrouver et partager des moments super avec les auteurs que tu connais ! Merci !

Merci beaucoup aux organisateurs (David, Benjamin et Maxime entre autre) les eXquisMen  qui ont réussi à faire de ce premier salon un incontournable ! Et à la municipalité d’Hallennes-lez-Haubourdin pour avoir misé sur le fantastique! Vivement l’année prochaine, car c’est un très beau succès, je suis sure qu’on s’y reverra!

C’était la première fois, que je faisais un salon pendant toute une journée, je le referai ! C’est extra d’avoir le temps de tout faire, de discuter sans devoir courir ! Et le prochain, ça sera le Val Joly’Maginaire ! A ne rater sous aucun prétexte !

Petit bonus, l’article de la voix du nord :

Source les Halliennales