Bienvenue à Dunkerque de Maxime Gillio

Maxime-Gillio-Bienvenue-A-Dunkerque-Livre-893745439_L

Editions Ravet-Anceau, 9€, 222 pages

4ème couverture

Inspecteur de police stagiaire, Stéphane Marquet a préféré s’éloigner de sa famille, quitter Nice et demander sa mutation à l’autre bout de la France. A Dunkerque, le jeune Niçois se retrouve sous les ordres de l’inspecteur Dacié, ancien prof de lettres entré dans la police par dépit. A son contact, Marquet va devoir oublier ses a priori et ses idées préconçues. Dacié est un homme seul, volontiers cassant, brisé par la mort de son fils. A ses côtés, Marquet découvre l’ambiance de Dunkerque, à travers une série d’attaques de pharmacies, la profanation d’une église et le meurtre d’une militante d’extrême droite.

Mon avis

Un homme visiblement sous l’influence de médicaments ou de drogue s’est caché dans une église. Il semble devoir accomplir certaines choses. Il profane l’autel, crée une mise en scène et ressort de l’église. La police est convoquée pour rechercher qui a bien pu agir de cette façon et pourquoi.

Stéphane Marquet, niçois, est fraichement arrivé à Dunkerque où il a demandé sa mutation. Il doit supplier le commissaire Dacié. Une rencontre qui fera des étincelles entre l’ancien prof devenu commissaire, natif de la région, au passé douloureux et le jeune niçois qui a demandé explicitation la localisation la plus éloignée de sa ville et de sa famille.

En parallèle, les deux flics sont amenés à enquêter sur la mort d’une CPE d’un collège difficile de Grande Synthe, corps sans vie découvert à son domicile. En creusant la vie et le passé de cette femme, les policiers vont découvrir qu’il s’agit d’une militante d’extrême droite en opposition avec des collègues de travail… S’agit-il d’un crime politique ?

Bienvenue à Dunkerque est un roman court certes mais qui réussit à allier de bons personnages auxquels on s’attache, une intrigue bien développée même si elle n’est pas retord, une cohérence dans la manière dont l’enquête est menée avec les différentes pistes, les latences d’une enquête policière, un style rapide et efficace et enfin une plongée dans la ville de Dunkerque, crédible entre industrialisation et patrimoine. L’auteur évite en plus les clichés sur le Nord ou les gens du Nord, ou alors pour les railler un peu.

Le lecteur s’attachera à ce commissaire un peu particulier, dont on apprend le passé au fil du récit. Il est touchant mais aussi assez tranchant avec son personnel. On se pose pas mal de questions sur Marquet. Leur duo fonctionne très bien. L’écriture de Maxime Gillio est fluide, pas rébarbative et il se dégage un certain humour très appréciable.

L’intrigue est bien menée et intéressante. J’ai bien aimé le mélange des thèmes politique, religion, espoir et mélancolie. Le roman est court mais on y trouve plein de choses. Je ne peux pas en dire beaucoup plus, au risque de trop en dire. En tout cas, c’est agréable de lire un roman qui se passe dans sa région, j’ai (re)découvert des choses sur la ville de Dunkerque, patrimoine culturel ou historique.

Je relirai avec plaisir un roman de Maxime Gillio et peut-être retrouver un jour Dacié et Marquet, le dernier n’ayant pas je pense révélé tous ses secrets.

Publicités

L’anneau de Moebius de Franck Thilliez

moebiusPocket, 608 pages, 8€20

4ème de couverture

Pour sa première enquête, Victor Marchal aborde son métier de flic par sa face la plus noire : une actrice du porno torturée, une plongée dans le monde des déviants sexuels et des monstres de la nature.
Depuis toujours, Stéphane Kismet est hanté par des images prémonitoires, mais cette fois elles obéissent à une terrifiante logique. Dans ses rêves, Stéphane possède une arme, il est recherché par la police, une petite fille est morte…
Les trajectoires de Victor et Stéphane vont se rejoindre.
L’un n’a encore rien vu, l’autre ignore qu’il sait déjà tout…

Mon avis

Vic est un jeune flic qui vient de prendre sa première affectation à la criminelle. Il vient de s’installer avec sa femme enceinte en banlieue à Boulogne-Billancourt. Sa carrière démarre sur les chapeaux de roue, cela ne fait pas quelques semaines qu’il est là, qu’il est appelé par son supérieur sur une scène de crime, la victime, une ancienne star du porno, a été torturée et la mise en scène est particulièrement macabre. Vic arrive en retard, se fritte avec son commandant, laisse son collègue Wang lui exposer la situation. Il tente bien de poser des questions mais elles semblent stupides aux oreilles de son partenaire. Le moins qu’on puisse dire c’est que Vic n’est pas vraiment à l’aise, il a du mal à se faire une place dans son équipe. Moqué et raillé par ses collègues, il a hérité du doux surnom de V8, lui jeune homme qui a fini dans les premiers n’arrive pas à leur faire admettre qu’il n’a pas été pistonné. Comment pourraient-ils le croire, il est fils de flic et pas n’importe lequel. Du coup, sa hiérarchie ne lui passe aucune erreur.

En parallèle, Stéphane Kismet, artiste, travaillant pour le cinéma, se réveille très perturbé. Il se souvient de son rêve, ce qui ne lui est jamais arrivé de toute sa vie. Et ce dernier était particulièrement intense, si réel. Lui dans sa maison, comme en train de fuir quelque chose ou quelqu’un, qui se voit avec un oeil au beurre noir, en pleurs et le visage griffé. Que lui est-il arrivé ? Pourquoi arpente-t-il les couloirs et les pièces de son sous-sol comme si sa vie était menacée? Et pourquoi, se met-il soudain à tout noter à la craie sur les murs comme s’il avait un message urgent à délivrer ?

Les rêves ou cauchemars de Stéphane sont de pire en pire. Il cherche alors à savoir si ces derniers pourraient être prémonitoires. La jeunesse de Stéphane a toujours été différente des autres et il a bien peur que ses rêves contiennent des vérités qu’il aimerait empêcher. Sa femme Sylvie, elle, ne voit dans les rêves de Kismet et dans les découvertes qu’il fait ensuite que de simples coïncidences ? Mais est-ce vraiment le cas?

Dans l’enquête sur la mort de la jeune femme, les policiers piétinent, aucun indice sur le coupable, sur ses raisons. Ils découvrent néanmoins que la victime avait des penchants particuliers. Dans un de ses rêves, Stéphane va voir des photos de jeunes femmes torturées, on comprend alors qu’il y a un lien entre les deux pans de l’intrigue.

Comment les deux personnages, si opposés, vont-ils être amenés à se croiser ?  Les songes de Stéphane et l’enquête criminelle sont-ils liés ?  Qui est donc Stéphane ? Le lecteur découvre son passé et s’interroge de plus en plus sur cet homme, des drames parsèment sa vie, le comportement de sa femme est étrange….

L’intrigue est une nouvelle fois bien menée, tambour battant. L’engrenage dans lequel les protagonistes osnt pris semble inextricable. L’histoire jongle entre les cauchemars de Stéphane et l’enquête de Vic. Entre présent et futur ? Entre fantasme et réalité ?
Les thèmes abordés sont ici encore une fois différents de autres livres de l’auteur. C’est ce que j’apprécie chez Franck Thilliez, on sent un renouveau dans ses one-shots, l’envie de ne pas toujours raconter la même chose et d’explorer de nouvelles facettes scientifiques et/ou de l’âme humaine. Ici, on évoque donc, comme le titre l’indique, l’anneau de Moebius, le temps, la douleur, les rêves et les impressions de déjà-vu. Il y a des questions sous-jacentes : Peut-on défier le temps? Peut-on agir sur un enchainement d’évènements ?

Le rythme est effréné, l’écriture efficace. Le lecteur n’aura pas le temps de s’ennuyer, les 600pages défilent à toute vitesse. La vulgarisation de théories scientifiques, d’évènements historiques, passent toujours aussi bien.
Il y a des personnages auxquels je me suis attachée, on a envie que ce qui semble tout tracer puisse changer. Et il y a des personnages qui m’ont fortement agacés. Antipathiques à souhait.

J’ai beaucoup apprécié cette intrigue et j’ai encore une fois passé un super moment de lecture avec M. Thilliez. J’ai hâte de continuer à découvrir ses romans. Je ne devrais pas tarder à retrouver Hennebelle et Sharko, je crois que le prochain que je dois lire est Le syndrome [E].

Le club des apprentis criminels d’Audrey Françaix

Club-apprentis-criminels

Editions Octobre, 18€, 272 pages

4ème de couverture

« Réfléchissez… Si vous tiriez accidentellement sur votre pire ennemi, essaieriez-vous de le secourir, au risque qu’il vous attaque en justice ? Pensez-y ! Qui n’a jamais eu envie de supprimer un être immonde ? Sans doute serions-nous tous des assassins, s’il n’y avait cette peur de l’emprisonnement. Cessons d’être hypocrites : c’est uniquement la crainte de la répression qui bloque nos pulsions meurtrières. »

Quand une bande de vieillards et un jeune orphelin commettent accidentellement un meurtre, puis prennent conscience du plaisir qu’ils ont à éradiquer les nuisibles, les homicides se succèdent à la vitesse de l’éclair dans la jolie station balnéaire de Reauville. Mais qui donc irait soupçonner cinq petits vieux bien sous tous rapports, et un gamin à qui l’on donnerait le bon dieu sans confession ? D’autant que ce club d’apprentis criminels ne manque pas de talent pour maquiller ses forfaits en disparitions ou en morts naturelles. Comme si, en définitive, certains de ses membres n’en étaient pas à leur coup d’essai…

Résumé

Simon a mauvaise conscience. Simon est responsable de deux morts. Deux, à même pas 10 ans… Simon vit à Reauville où sa mère s’est réfugiée après avoir fui Liège. Reauville et son festival du polar. Avec ses vieilles anglaises ayant élu domicile dans la région pour y passer leurs vieux jours. Reauville où des décennies plus tard, Simon peut enfin faire ce qui lui plait, depuis qu’Arlette, sa femme, a cassé sa pipe et que sa mère est à l’hospice. Mais Simon repense encore souvent à ces deux morts innocents. Simon visite, dans une maison de repos pour personnages âgées, aux  » Jours Heureux « , une ancienne actrice Alice Lefort dont il aimait beaucoup les films. Il n’est pas le seul à donner de son temps aux petits vieux. Michel un orphelin accompagné d’un chien vient régulièrement. Comme Miranda une vieille veuve anglaise et bigotte ou encore l’ancienne actrice Mlle Laine et sa secrétaire particulière…. Quand Alice va rendre son dernier soupir, tout ce petit monde va se retrouver, malgré leurs différents et leurs oppositions, chez Miranda, afin de lui rendre un dernier hommage. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu et ils vont faire parti malgré eux (?) d’un bien étrange Club…

Mon avis

Très mitigée

Le lecteur découvre toute une galerie de personnages, chacun ayant son caractère, ses manies, ses mystères. Au début, chaque personnage semble aimable, affable, parfait, ou au contraire affreux, vile, …. mais si tout cela n’était qu’apparence ? La trame narrative est très bien faite. Le lecteur se rend vite compte que les personnages décrits ne sont pas tout à fait comme il se les imaginait. Et ce sont tous, à part deux ou trois, de sacrés personnages, comme j’aurai bien du mal à en supporter ! Simon Agapit, discret et honnête semble pourtant cacher un secret. Lena Laine, ancienne actrice de polar est de plus en plus aigrie et mauvaise. Son assistance Rosalyne Chevin se plie pourtant à ses quatre volontés ? Pourquoi ? Le lecteur rencontre progressivement Miranda, veuve qui lorgne sur Simon, et la belle-fille de Miranda, une idiote qui ne pense qu’à toucher l’héritage de sa belle-mère. Michel un orphelin qui n’a pas d’ami et passe beaucoup de temps à rendre visite aux personnages âgés. Et encore d’autres.

Je n’ai pas été une grande fan du style choisi par l’auteure, des expressions graveleuses, des sous-entendus, du vocabulaire fleuri. Choisi pour contraster avec le rang des personnages présentés. Mais je n’ai pas su trop y adhérer. De même, j’ai eu du mal à comprendre la réaction de certains personnages. Mais une fois le livre terminé, on comprend bien ce jeu de contraste et les réactions, comme si finalement on ne devait apprécier que les personnages qui en valaient vraiment la peine.

Reauville et ses morts, ses tragédies. Car oui, progressivement des morts plus ou moins violentes surviennent. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la police ne fait pas vraiment son taff, d’ailleurs, ils sont inexistants dans ce roman ! Le lecteur va donc commencer à entrevoir le vrai visage des personnages, découvrir certains secrets, à mesure que les morts surviennent. Celles de petits vieux malades et fatigués. Celles de crapules qui n’ont pas pu être condamnées… Y a-t-il un lien ? Que se passe-t-il à Reauville et dans ses environs ?

J’ai bien aimé les personnages de Michel et son parrain, ils sont touchants dans leur façon de ne pas savoir se montrer affectueux. Ils traverseront des épreuves  qui les changeront. Avec ces deux personnages, on arrive à s’attacher à Simon qui survit dans son quartier craignos. Mais pour les autres personnages, j’ai vraiment eu beaucoup du mal à les aimer.

Je n’ai pas détesté cette lecture mais je ne peux pas dire non plus que je l’ai adoré. Au début, j’ai eu un peu de mal, puis quand les événements s’enchainent, quand le club se forme, j’ai trouvé l’intrigue plus intéressante. Ensuite l’action se déroule, même s’il y a des scènes qui furent de vraies surprises, le fil conducteur était un peu trop flou à mon goût. J’ai du mal à me prononcer sur ce roman. L’histoire ne m’a pas déplut et en même temps, elle ne m’a pas vraiment convaincue.

En tout cas, Audrey Françaix est douée pour créer des personnages infâmes, retords, pervers, horripilant, goujat ou noir et déprimé. Elle est douée pour créer une atmosphère particulière, une ambiance raffinée et glauque à la fois. Les thèmes sous-jacents portent la réflexion : les différences sociales, les apparences, les célébrités déchues parmi des personnes banales.. La plume d’Audrey Françaix est plaisante, le langage fleuri, sans sombrer dans la vulgarité même si le personnage est vulgaire. De l’humour aussi. Noir.

Mon ressenti est mitigé, je pense que ce roman n’était tout simplement pas pour moi. ça arrive parfois, c’est dommage, il avait tout pour me plaire pourtant. Vous l’avez lu ? Qu’en avez-vous pensé?

logodéfi

 

99601764

N’oublier jamais de Michel Bussi

9782258105546

Presses de la Cité, 21,90€, 504 pages

Sortie : mai 2014

4ème de couverture

« Vous croisez au bord d’une falaise une jolie fille ?
Ne lui tendez pas la main !
On pourrait croire que vous l’avez poussée. »

Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper. A Yport, parti s’entraîner sur la plus haute falaise d’Europe, il a d’abord remarqué l’écharpe, rouge, accrochée à une clôture, puis la femme brune, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Ils sont seuls au monde ; Jamal lui tend l’écharpe comme on lance une bouée.
Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît sous les yeux effarés de Jamal le corps inerte de l’inconnue.
A son cou, l’écharpe rouge.

C’est la version de Jamal.
Le croyez-vous ?

Résumé

Jamal travaille dans un centre psy. Il passe actuellement une semaine de congés à Yport en Normandie. Une occasion pour lui de s’entrainer à courir sur la plus haute falaise d’Europe. Car Jamal a un rêve, être le premier handicapé à participer et finir l’Ultra Trail du Mont Blanc. Sa revanche sur la vie. Un matin où il s’en va courir, il trouve accroché à un grillage une belle écharpe rouge. Etrange. Quelques mètres plus loin, une jeune femme se tient au bord de la falaise. Sa robe déchirée, en larmes, elle lui demande de la laisser et de s’en aller. Mais Jamal profite de cette écharpe pour tenter de la raisonner, il la lui lance comme on lance une bouée à la mer, façon désespérée de lui faire renoncer à sa décision plus désespérée encore. Mais la belle inconnue se jette malgré tout dans le vide. Jamal la retrouve avec deux autres témoins au pied de la falaise. La suicidée a l’écharpe autour du cou. Comment est-ce possible ?

Et ce flic, qui arrivé sur les lieux, parle de meurtres ? Que se passe-t-il ?

Mon avis

Quand Babelio m’a proposé le nouveau roman de Michel Bussi, en Masse Critique Exceptionnelle, je n’ai pas pu refuser ! J’avais été charmé et « pertroublée » par Nymphéas Noirs et j’avais envie de renouveler l’expérience et confirmer ou non, mon coup de coeur pour cet auteur! Alors ? C’EST CONFIRME !!!!

Coup de coeur !

De nouveau, Michel Bussi entraine son lecteur dans une intrigue travaillée et subtile, qui ne va pas là où on l’attend.

Jamal nous raconte son histoire. Étrange mais pourtant, il nous l’assure cette dernière malgré les apparences va bien se terminer. Il sera pourtant soupçonné d’avoir tuer la belle inconnue de la falaise. Nous lecteur, allons-nous croire le récit de Jamal ? Sommes-nous prêt à l’écouter et à lui accorder du crédit ? Et si on cherchait à nous embrouiller ?

Je me suis terriblement attachée à Jamal. Il a des défauts, il aime raconter des histoires, c’est encore plus difficile de ce fait de savoir si ce qu’il raconte est vrai ou pas. Mais Jamal est aussi quelqu’un de courageux et d’optimiste. La preuve : n’avoir qu’une jambe ne l’empêche pas d’avoir un rêve, un but dans sa vie. De vivre à fond et de se mettre des challenges ! Il a des principes et 5 choses qu’il a envie d’accomplir dans son existence. Cette histoire de suicide lui tombe dessus. Cela ne devrait pourtant pas l’inquiéter. Mais pourquoi, lors de l’enquête, les témoins n’ont pas la même version des événements que lui ? Pourquoi des preuves semblent s’accumuler contre lui ? Il n’est pourtant pas cinglé  ! La fille s’est jetée d’elle-même de la falaise ! Mais Jamal nous raconte-t-il la vérité ? Elle a été retrouvée étranglée. C’est donc un meurtre ?

Jamal découvre rapidement que cette mort, une jeune femme étranglée et violée, retrouvée avec une écharpe rouge  en rappelle d’autres qui ont eu lieu dans la région une dizaine d’années auparavant. Il y a-t-il là, un lien ? Doit-il creuser sur ces meurtres afin de prouver qu’il n’est pour rien dans celui qui vient d’avoir lieu ?

Je préfère volontairement ne pas donner de détails sur le récit, sur ce que vit Jamal pour maintenir le mystère. Juste que Jamal ne sera pas seul à chercher ce qui se passe. Il va rencontrer à Yport, Mona, une jolie rousse, intelligente et peu farouche, qui va croire sa version des faits et qui l’aidera comme elle peux.

Le lecteur suit le récit de Jamal, perd pied avec lui, essaie comme lui de dénouer les fils de ce mystère, ce suicide qui ne semble pas en être un. Est-ce que Jamal devient fou ? Est-il fou ? ou nous raconte-t-il la vérité ? Encore une fois, Michel Bussi maitrise l’art de dérouter son lecteur, de le mener là où il ne serait jamais allé. On s’interroge, on émet des hypothèses, on cherche la vérité. Michel Bussi maitrise les intrigues en toile d’araignée, tout en faux semblant, en vérité crue, en injustice, en doutes. A plus de mi-récit,  le lecteur ne sent toujours pas où tout cela va le mener. Puis les indices semés nous permettent de comprendre, de dénouer les fils du récit. Il reste alors à creuser la psychologie des personnages et découvrir le pourquoi après le comment !

Comme pour Nymphéas Noirs, je suis séduite par l’atmosphère créée par Michel Bussi. Et encore une fois, j’adore découvrir la Normandie et le caractère des gens de cette façon. Les paysages, le climat, la fausse tranquillité, les fais divers, … tout est conjugué pour immerger le lecteur dans l’histoire. On a envie de savoir, les pages se tournent « toutes seules ». Je n’ai pas réussi à lâcher le roman, que j’ai lu rapidement, avec peu de pauses. A lire d’une traite si possible ! Très fluide, très bien construit, très bien mené, c’est vraiment difficile de le poser.

Michel Bussi ne nous noie pas dans les expertises scientifiques, le gore et l’étrange mais il est indéniable que ces écrits sont travaillés pour surprendre le lecteur, maintenir le plus possible le suspense, pour perdre son lecteur au début et lui proposer les pièces d’un puzzle à remettre en place. J’adore ça ! C’est vraiment très bien fait.

J’ai adoré les personnages, surtout Jamal. Complexe et entier. Vraiment, je me suis attachée à lui. J’ai beaucoup aimé Mona aussi. Chaque personnage a sa part de mystère et cela ajoute de l’intérêt à l’intrigue. J’ai adoré l’histoire, être un peu malmenée par l’auteur, et surtout ne pas réussir à poser le livre avant d’avoir fini. J’ai même versé ma p’tite larme à la fin, pour dire comme j’ai été prise dans cette histoire, dans l’action.

Je conseille vraiment de découvrir Michel Bussi. Toute le monde devrait au moins en lire un dans sa vie ! Et plus si affinité. Moi ça sera plus, j’en ai déjà deux autres qui m’attendent dans la PAL !

Merci à Presses de la Cité et Babelio pour cette masse critique et cette super découverte !!!

tous les livres sur Babelio.com

**********************

88054460_p

Avant le déluge (Les extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, T2) de Raphaël Albert

extraordinaires-fantastiques-enquetes-Sylvo-Sylvain-detective-prive-2-avant-le-deluge-raphael-albert

Editions Mnémos, Collection Hélios, 391 pages, 11,90€

4ème de couverture

Sylvo Sylvain est un elfe détective privé dans Panam, un Paris du XIXè siècle décalé, aux accents steampunk. Après des débuts laborieux, son agence connait maintenant succès et richesse. Tout va pour le mieux, jusqu’au jour où son ami le journaliste Jacques Londres disparaît. Sylvo et son acolyte Pixel vont mener l’enquête : précipités au coeur d’une gigantesque conspiration, ils vont côtoyer de très près la Grande Faucheuse…

Résumé

Quelques années après La Conjuration des éléments, Sylvo et Pixel ont enfin une vraie agence de détective privé, avec des employés et surtout des clients, nombreux et qui paient bien. Fini les années de disettes et de vaches maigres. Mais au lieu de surfer trop longtemps sur la vague des héros, ils décident de garder profil bas, même si la célébrité a quelques avantages. Un nouvel acolyte à rejoint les deux exilés, un jeune garçon voleur à ses heures mais débrouillard et sympathique : Broons. Il dérise plus que tout qu’on lui confie une affaire, une vraie. Et Sylvo décide de lui laisser sa chance, bientôt, très bientôt. Un matin, Sylvo et Pixel accompagnés de Broons, trouve qui les attend à l’agence, Mme Lane, la patronne du journaliste Jacques Londres, l’autre héros de la conjuration des éléments. Ce dernier a disparu depuis 3 jours déjà et cela ne lui ressemble pas. Même si Sylvo n’est pas convaincu que Londres est réellement disparu, il accepte d’enquêter… Commence alors une mission qui aura de très grosses conséquences….

Mon avis

Gros coup de cœur ! Une suite encore meilleure que le premier tome !

Je vous invite à relire mon avis sur le 1er tome, si vous n’avez pas eu l’occasion de le connaitre : Rue Farfadet

Par quoi commencer… On retrouve Sylvo et le pillywigging Pixel quelques temps après l’action du tome 1, Rue Farfadet. Leur Agence est désormais on ne peut plus officielle :  P & S, et marche plutôt bien, une vraie secrétaire et des employés sérieux et efficaces, Le Géomètre, Hobo, … et Broons. Chacun a ses petites particularités mais ce sont de bons détectives qui contribuent à la renommé de l’Agence. Le lecteur apprend vite à les connaitre ou les reconnaitre car certains membres du personnel ne lui seront pas inconnus ! Sylvo nous conte sa routine et ses habitudes nouvelles, tout bien, voire tout va mieux, jusqu’au jour où disparaît Londres, le journaliste vedette depuis la Conjuration des Éléments. De prime abord, on découvre que lui et Sylvo ne sont pas aussi amis que la presse le dit mais en soe uvenir des événements passés, l’elfe détective accepte de mener l’enquête sur cette fraiche disparition. Les investigations de P & S débutent pas fouiller le bureau de Londres au journal et son appartement. C’est lors de la fouille de ce dernier lieu que les enquêteurs vont commencer à comprendre que la disparition du journaliste est peut-être bien sérieuse et les deux acolytes vont se retrouver au coeur d’une conspiration qui les dépassent. Comment vont-ils s’en sortir ? et retrouveront-ils Londres ?

A partir de la fouille de l’appartement de Londres, le rythme ne s’essouffle pas un instant ! Une vraie enquête voit le jour, découvertes, indices … Les événements s’enchaînent. L’intrigue est superbement construite. Ce second tome est résolument plus noir que le précédent, il se passe beaucoup de choses. Et le lecteur découvre qu’il ne se passe pas que du joli, joli dans le royaume et à Panam. Dans le premier, l’humour était de mise, ici même si certains passages sont plus légers, l’atmosphère des découvertes, les drames qui se jouent, des événements, complots … ne prêtent pas à la rigolade. Sombre et dense, étrange et mystérieuse, l’intrigue est à l’image de l’univers créé par l’auteur. C’est vraiment un polar plaisant, dramatique et palpitant, on en oublierait presque que les héros sont des personnages de « fantasy ». De nouveau, Raphaël Albert réussi le coup de maître de mêler polar et fantasy avec une facilité qui semble si déconcertante, et par là même il bluffe son lecteur ! Je trouve qu’on accroche très bien aux deux univers mélangés et que les peuples, créatures, mythologie inventée se fondent complètement dans l’histoire. Ce roman allie les deux univers que j’aime le plus, ce n’est donc que du bonheur !!!

On retrouve avec plaisir Panam, ce Paris de la fin du 19ème, à la sauce steampunk. Et c’est toujours aussi bon.  Je continue de beaucoup aimé cet univers et je dirais même que c’est encore meilleur, car il y a plus de choses développées. On retrouve ce monde avec 3 lunes, des rythmes différents, des noms d’heure, de jour, de mois à la fois différent et proche des nôtres, une gestion du Royaume par 3 Ducs. Toujours original et dans le respect de certains codes. Le steampunk est toujours le plus de cet univers en lien avec le monde fantasy où l’on croise autant de magie que de science. Je loupe peut-être quelques références, n’étant pas parisienne, cependant il y a les incontournables, les références littéraires … qu’on ne peut pas les louper. Un vrai méchant se démarque un peu plus, le 4ème Duc, personnage mystérieux, qui peut bien se cacher derrière ce mythe ? Existe-t-il vraiment ? Qui tire donc les ficelles ?

On suit Sylvo à travers Panam et avec lui, on explore encore un peu plus les traditions de ce Royaume, la Danse macabre par exemple, ainsi que la composition du Petit Peuple. L’auteur a choisi cette fois, de nous faire découvrir, l’envers du décor, des lutins et des leprechauns. J’ai adoré cette balade sombre dans Panam où l’on sent poindre le souffle de la révolte…

L’univers est très travaillé, tout comme le personnage de Sylvo. On commence à découvrir des choses de son passé, la collecte d’informations continue et on a envie d’en savoir toujours plus. Il reste mystérieux sur ce passé mais sa psychologie est elle, très développée. Le lecteur sait ce qu’il pense, ce qui l’effraie, le rend heureux, le perturbe, le dérange. Il semble changé mais est-ce vraiment le cas ? Il y a encore tant de choses à découvrir. Je suis très attachée à ce personnage que j’adore de plus en plus, et la fin …. le choc, elle m’a brisé le cœur, frustrée je suis. C’est dire, il me faut absolument la suite ! Malheureusement, elle n’est pas encore publiée. Je rassure ceux qui se demandent si du coup, il y a une fin ou pas, oui, l’intrigue est résolue mais on apprend et on souhaite savoir tellement d’autres choses, que : vivement la suite !!!!

Avant le déluge, comme Rue Farfadet, est très travaillé, recherché, et très bien écrit. Je dirais aussi que je le trouve plus fluide et que l’auteur affirme encore plus son style. Il y a du renouveau, plus sombre comme je l’ai déjà dit, une vraie suite. Un coup de cœur !

Avant le déluge, c’est une véritable plongée en eaux troubles, une enquête avec son lot de révélations (et quelles révélations!), de trahison, de surprise, de suspense !!! Je le recommande vivement. A lire de préférence après le 1, même si les deux tomes peuvent se lire assez bien l’un sans l’autre, l’univers est tellement formidable que ça serait dommage de ne pas lire Rue Farfadet.

masse critique

*****************************

88054471_p

otm5

La forêt des ombres de Franck Thilliez

527317_438201622893001_397505720_nPocket, 7€30, 365 pages

4ème de couverture

Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d’un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d’argent.

Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l’on ne doit pas rappeler…

Résumé

Miss Hyde fracasse contre une poutre le test de grossesse. Comment David, son David a-t-il pu faire ça ! Hors de question qu’elle lui envoie sa dernière lettre amour, après cet affront, il ne mérite pas son Amour, il mérite mépris et silence. Et si c’était la femme de David, Cathy qui se servait de lui…

David Miller, embaumeur de profession, est abordé par Arthur Doffre. Ce dernier a adoré le premier roman noir de l’auteur, et il lui propose un sujet en or pour un second livre. Contre une très forte somme d’argent, Arthur lui propose de faire revivre le Bourreau 125, un célèbre tueur en série, pour ça, David doit passé 1 mois reclu avec sa famille et Arthur en plein coeur de la forêt noire…. Et si c’était le début du cauchemar ?

Mon avis

Je continue dans la lecture « dans l’ordre » des Franck Thilliez. Il s’agit de ce qu’on peut considérer comme son premier one-shot, ici pas d’Hennebelle, pas de Sharko. Et pour avoir déjà lu, un autre one-shot de l’auteur, La forêt des ombres n’est pas son meilleur. Attention, c’est toujours un grand plaisir de lire cet auteur que j’adore mais l’histoire est, je trouve moins bonne que dans les livres que j’ai déjà lu.

David Miller et sa famille se retrouve donc en plein coeur de la forêt noire en Allemagne. Il doit écrire plusieurs heures par jour, et être relu dans la foulée par Arthur Doffre qui valide ou non la façon dont l’écrivain va faire revivre le Bourreau 125. Doffre est donc présent, il a avec lui une jeune compagne, qui ne va pas s’entendre très bien avec l’épouse de David.

En tout cas, c’est très agréable de retrouver le style et l’écriture d’un auteur chouchou ❤ C’est percutant, rythmé, rapide, fluide. ça se lit très bien. L’effet huit clos angoissant est très réussi. Par contre (et oui, il y a du contre…), il y a des choses qui m’ont déplut : déjà, on voit venir l’intrigue super vite. J’ai échafaudé dans ma tête des scénarios qui m’auraient surprises mais finalement, les rebondissements que j’attendais, ne sont pas venue. Il y a de grosses ficelles, des liens qu’on percute tout de suite. Ensuite, il y a des scènes « gores » que j’ai trouvé pour une fois vraiment de trop. Elles ne servent pas vraiment l’histoire. Dommage. Il y en a d’autre heureusement qui sont nécessaires pour plonger dans la folie de l’esprit.

Dans La forêt des ombres ce n’est donc pas le « qui » et le « comment » qui est important mais bien le « pourquoi », le « dans quel but? ». Et là, ce qui compense les grosses ficelles de l’intrigue, c’est le développement de la pensée des personnages, leur psychologie. On plonge alors dans la folie, dans l’horreur de certains esprits humains.  On se laisse emporter par la spirale et on se demande jusqu’où les personnages vont aller. Comment ils vont s’en sortir, s’ils s’en sortent.

Autre point, il y a des personnages qu’on déteste, mais alors méchamment ! Il y a ceux qu’on ne peut pas aimer vu l’histoire et la démence qui les touchent mais il y en d’autres qu’on déteste à cause de leur attitude et comportement. Vraiment certains personnages m’ont horripilée et d’autres m’ont horrifiée. J’ai bien aimé aussi l’atmosphère crée par l’auteur, cet effet huit clos, le froid, la neige, l’isolement, les lynx… Ce chalet perdu au milieu de la forêt, vraiment un contexte, une ambiance qui m’a beaucoup plu.

Voilà pour moi , c’était un bon moment de lecture même si ça n’a pas été le meilleur fait avec cet auteur. Il y a du bon et du moins bon. J’espère que le prochain me plaira plus ^^ Je ne fais pas plus long, je vous laisse découvrir l’intrigue, déjà qu’il n’y a pas trop de surprise, si j’en dis trop ça ne serait plus intéressant ! Je pense du coup, il est peut-être préférable de découvrir l’auteur par ces premiers écrits, dans l’ordre quoi, parce que passer par celui-là après les plus récents, j’ai peur que ça vous déçoive beaucoup.

*********************

88054460_p

Dans les bois éternels de Fred Vargas

9782878582338

Editions Viviane Hamy, 442 pages, 18,50 € (disponible en poche)

Merci à Ludivine de m’avoir prêté son Vargas préféré pour me faire découvrir cette auteure que je n’avais jamais lu.

4ème de couverture

Danglard la voyez-vous ? demanda Admasberg. L’Ombre ? Le commandant revint sur ses pas, tournant les yeux vers la fenêtre et vers la pluie qui assombrissait la pièce. Mais il était trop fin connaisseur d’Adamsberg pour se figurer que le commissaire lui parlait du temps. – Elle est là, Danglard. Elle voile le jour . Vous la sentez ? Elle nous drape, elle nous regarde. – Humeur sombre ? Suggéra le commandant. – Quelque chose comme cela . Autour de nous. Danglard passa la main sur sa nuque, se donnant le temps de la réflexion. Quelle ombre ? Quand, où, comment ? – Depuis quand ? demanda-t-il. – Peu de jours après que je suis revenu. Elle guettait peut-être avant, rôdant dans nos parages. « 

Résumé

Adamsberg vient d’acquérir une maison, il est désormais voisin d’un vieil espagnol. Ce voisin lui apprend que sa demeure est hantée. Une ombre plane sur ce lieu. Mais elle ne s’en prend qu’aux femmes, Adamsberg n’a donc rien à craindre, a priori. Un Nouveau est arrivé au sein de la Brigade : Veyrenc. Il est placé à faire de la surveillance dans un cagibi. Sa mission, surveiller Camille. Pendant ce temps-là, deux corps sont retrouvés et faute de  preuves qu’il s’agisse qu’un crime non lié à la drogue, l’enquête risque d’être transférée aux stups. En déplacement personnel en Normandie, Adamsberg se lie avec des gars du coin qui lui racontent la façon dont un cerf a été tué récemment. D’une manière qui ne se fait pas, certainement pas l’acte d’un simple chasseur. De retour à Paris, Adamsberg retrouve Ariane, la nouvelle légiste, vielle connaissance de sa jeunesse, avec qui il évoque le cas de ‘l’Ange de la mort’, une infirmière, dissociée, qui a tuée pendant 40 ans un nombre conséquent de personnes âgées avant d’être arrêtée par Adamsberg.

Qu’est qui peut relier tous ses événements et le sont-ils ? Adamsberg va devoir creuser pour le découvrir.

Mon avis

Je n’aime pas prendre une « série » en cours, c’est donc assez exceptionnel pour moi. Ici c’est le Fred Vargas préféré de Ludivine, une copine du Club de Lecture L’île aux Livres, alors, je me suis lancée ! Il fallait bien que je découvre ^^ Alors, même s’il y a bien des allusions aux livres précédents (il y a même des notes en bas de page pour dire de quel livre il s’agit),  il ne s’agit de quelques bribes, de petites choses, sans rentrer dans le détail. Du coup, même si je n’aime pas « prendre le train en marche », ça ne m’a pas trop dérangée, ça m’a même donné envie de lire Sous les vents de Neptune (histoire se passant juste avant Dans les bois éternels) !

Les chapitres sont très courts et l’auteure creuse vraiment beaucoup ses personnages et notamment Adamsberg. Ce qui est quand même, vachement bien quand il s’agit d’un héros récurrent, c’est ce qu’attendent les lecteurs, et je pense qu’ils ne doivent pas être déçus. J’ai découvert la Brigade, un personnage à part entière. C’est comme une famille où tous les membres sont différents mais complémentaires, qui s’acceptent et s’engueulent, qu’on ne peut pas séparer. J’ai passé mon temps à me demander comment elle tenait debout cette Brigade, surtout avec un commissaire comme Adamsberg mais au final, il ne pourrait en être autrement. Cette façon s’être constamment en équilibre, prête à s’effondrer, c’est ce qui fait tout son charme.

Le commissaire est spécial, il a des moments de déconnexion, un côté mélancolique très prononcé, un côté perdu. Il est terriblement attachant ! Ses bizarreries le rendent encore plus  attachant d’ailleurs. On le perçoit à travers les membres de son équipe comme le pilier fragile. Il est assurément loin d’être parfait mais il a les qualités de ses défauts. Dans l’équipe, il est essentiel même si on se rend vite compte que chaque membre est important et à son rôle à jouer même mineur. Dans la Brigade, chaque membre a sa lubie, son caractère, sa façon d’être, … plein de spécificités qu’il est si plaisant de découvrir.

L’intrigue est diablement bien construite. Sous une impression de grosses ficelles et de facilité, le lecteur est en fait embarqué dans un imbroglio et ressort finalement assez voire complètement surpris du dénouement. Rebondissements, fausses pistes … Fred Vargas a réussi à me séduire, je n’en menais souvent pas plus large qu’Adamsberg. J’aime beaucoup les différents morceaux de l’intrigue, qui s’emboitent au fur et à mesure, avec en fond de tout ça, le quotidien du commissaire et ses relations difficiles avec les autres. Je n’en dirai pas plus sur l’histoire, parce qu’il est préférable de garder de la surprise, sans aucun doute ^^

J’ai beaucoup apprécié, la façon dont le récit est construit, jusqu’aux métaphores utilisées par le commissaire (les bouquetins tout ça). On recueille des indices, on cherche vraiment, on s’inquiète pour les personnages, on essaie de trouver le lien, on réussit ou on échoue, peu importe. La trame est vraiment réussie, c’est détaillé, imagé, avec un rythme propre à l’auteure et c’est, je pense, ce qui fait le charme de ce livre et de cette série très certainement. Le gros plus de Dans les bois éternels, et de la série entière sans doute, c’est le commissaire et son monde. C’est le microcosme crée par l’auteure : la Brigade, son fonctionnement, ses membres, son chef. La psychologie des personnages est bien développée. Comme le commissaire, les membres de la Brigade sont attachants, presque tous aussi barrés et bizarres qu’Adamsberg, sans oublier le chat le plus spécial du monde :p. Et comme la brigade compte presqu’une trentaine de membres, nul doute qu’il y ait matière à se renouveler de livre en livre ! Il a ceux qu’on adore, ceux qui intriguent, ceux qu’on déteste, ceux qui ne sont pas ce qu’ils laissent transparaitre…, vraiment il y a de quoi faire ^^

Je retiendrai entre autres que Fred Vargas réussit à me faire aimer des bizarreries et des attitudes qui dans la réalité m’agaceraient très certainement ^^ Elle a une façon bien à elle se surprendre son lecteur, une manière de retranscrire « l’imaginaire du quotidien » grâce à un héros différent avec les pieds sur Terre mais la tête dans les nuages.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, un vrai polar et j’ai envie de lire d’autres titres de l’auteure avec le commissaire Adamsberg, et si pour une fois, je ne cherchais pas à « lire dans l’ordre » ? Je pense que c’est faisable, parce que l’auteure ne spoile rien ou si peu des autres intrigues et donc, je risque de lire Sous les vents de Neptune prochainement.

Encore merci Ludivine, je comprend maintenant pourquoi ce livre et cette auteure sont un coup de coeur pour toi !

*******************************

88054463_p