Les sorties cinéma attendues #39

On se retrouve pour un nouveau rendez-vous des sorties ciné !

D’abord, comme d’habitude un petit bilan, en juillet j’ai vu : Tale of tales, Terminator Genisys, Les profs 2, Spy, ANt-Man et les minions. J’aimerai voir la femme au tableau ce weekend mais pas sur que ça soit possible. Et éventuellement le Petit Prince ^^

Quels sont les films qui sortent en août que je pourrais aller voir :

LES FANT4STIQUES de Josh Trank avec Miles Teller, Kate Mara, Michael B. Jordan,… 

    4fantastiques

Sortie le 5 août

Adaptation moderne et résolument nouvelle de la plus ancienne équipe de super-héros Marvel, le film se concentre sur quatre jeunes génies qui se retrouvent projetés dans un univers alternatif et dangereux, qui modifie leurs formes physiques mais aussi leurs vies de façon radicale. Ils devront apprendre à maîtriser leurs nouvelles capacités et à travailler ensemble pour sauver la Terre d’un ancien allié devenu leur ennemi.

Je le met mais en fait, je suis que moyennement motivée

MISSION IMPOSSIBLE : ROGUE NATION de Christopher McQuarrie avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg,…

 MI5

Sortie le 12 aôut

L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé,
alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat.
Cette organisation sans scrupules est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux.
Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat.


Juste parce qu’il y a Simon Pegg…

LA FACE CACHEE DE MARGO de Jake Schreier avec Nat Wolff, Cara Delevingne, Halston Sage,…

margo

Sortie le 12 aout

D’après le best-seller de John Green, La Face Cachée de Margo est l’histoire de Quentin et de Margo, sa voisine énigmatique, qui aimait tant les mystères qu’elle en est devenue un. Après l’avoir entraîné avec elle toute la nuit dans une expédition vengeresse à travers leur ville, Margo disparaît subitement – laissant derrière elle des indices qu’il devra déchiffrer. Sa recherche entraîne Quentin et sa bande de copains dans une aventure exaltante à la fois drôle et émouvante. Pour trouver Margo, Quentin va devoir découvrir le vrai sens de l’amitié… et de l’amour.


Pas lu mais comme Nos étoiles contraires finalement ^^

ABSOLUTELY ANYTHING de Terry Jones avec Simon Pegg, Kate Beckinsale, Rob Riggle,…

asoluteltanything

Sortie le 12 aout

Neil Clarke, un enseignant désenchanté, amoureux de sa voisine du dessous qui sait à peine qu’il existe, se voit attribuer par un conseil extraterrestre le pouvoir de faire absolument tout ce qui lui passe par la tête. Neil l’ignore mais la manière dont il va se servir de ce nouveau pouvoir va dicter le destin de l’humanité. Un seul faux pas de sa part et les extraterrestres anéantiront la planète Terre.


Bin… Y a Simon Pegg 😀

UNE FAMILLE A LOUER de Jean-Pierre Améris avec Benoît Poelvoorde, Virginie Efira, François Morel,…

458235

Sortie le 19 aout

Paul-André, la quarantaine, est un homme timide et plutôt introverti. Riche mais seul, il s’ennuie profondément et finit par conclure que ce dont il a besoin, c’est d’une famille ! Violette, quadragénaire pleine de peps, est menacée d’expulsion et a peur de perdre la garde de ses deux enfants. Paul-André propose alors un contrat en tout bien tout honneur pour louer sa famille contre le rachat de ses dettes. Pour le meilleur et pour le pire…

Pour Virginie Efira 🙂

 Et vous, quels films pensez-vous aller voir en aout!?

(Résumé by Allociné)

Publicités

Faim du monde de Tesha Garisaki

41Dy3TfXtGL

Editions Voy’[el], collection e-court, ebook, 0,99€

4ème de couverture

Les étudiants mangent souvent des pâtes. Mais que connaissent-ils de la faim, la vraie ? Dans leur cité U cernée par les zombies, un petit groupe de survivants va en faire l’expérience.

Mon avis

Tout d’abord merci à Editions Voy’el, à la Collection e-court et Manon pour l’envoi de cet e-court 🙂

Benjamin est étudiant et court pour sauver sa vie. Poursuivit par des morts-vivants, il n’a pas trop le choix, il fonce vers la cité U et sa résidence, dans l’espoir qu’il pourra s’y calfeutrer. Il aurait du croire le gars qui avait annoncé la nouvelle dans l’amphi mais qui n’aurait pas pensé à une mauvaise blague ? Il arrive à proximité de la résidence juste quand les jeunes sont en train d’en barricader les portes. Heureusement son voisin de chambre le reconnait et convainc les autres de le laisser passer. In extremis.

Après un point sur la situation, les 13 étudiants de la cité U vont devoir s’organiser. Trouver à manger, s’occuper, espérer l’arrivée de l’armée…

Je retrouve avec plaisir la plume de Tesha, par contre, je ne suis pas fan du sujet. Moi et les zombies, on ne fait pas très bon ménage. Regarder un épisode de Walking dead en entier est un défi ^^ Mais ici, le format et la façon dont l’auteur aborde son sujet font que j’ai quand-même réussi à apprécier ma lecture. Tesha ne s’appesantit pas sur le phénomène zombie même si les jeunes se demandent ce qui a bien pu se passer. Elle développe surtout la psychologie des jeunes gens et notamment du point de vue de la faim comme le souligne le titre de cet e-court. Et le lecteur découvre alors le raisonnement très fin et juste de l’auteur sur la faim qui transforme les gens. J’aurai même bien aimé que cela soit encore plus long et plus développé. Attention, ce n’est pas non plus une thèse sur le sujet, le style n’est pas lourd.  Le développement de la nouvelle est très bien fait, la psychologie est fondue dans l’histoire.

Un peu comme une nouvelle qui traitait de l’absence de sommeil chez les gens, ici c’est l’absence de nourriture qui va pousser l’humain à des comportements auxquels il n’aurait jamais pensé. Mais est-ce une fatalité ? Est-ce que tout le monde va inexorablement agir de la même façon ? Que se passe-t-il dans la tête des autres ? Que devient-on ? Est-on alors si différent des choses qui nous traquent ?

Cet e-court plonge son lecteur dans la réflexion. Qu’est-ce que je ferai moi en cas d’attaque zombie ? Comment gérer la situation ? Comment gérer l’autre ? Comment gérer le manque ? Une nouvelle très intéressante qui se lit facilement, qui faut réfléchir. Qui vous permettra de découvrir Tesha ! Alors n’hésitez pas 😉 A lire même si comme moi, les histoires de zombies ne sont pas votre tasse de thé !

Merci encore à la collection e-court pour ce partenariat. Découvrir des auteurs et ici un même auteur dans deux styles d’histoire différentes est vraiment enrichissant.

Top Ten Tuesday #175

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est:

Les 10 personnages qui aiment la littérature (qui aiment lire, écrire, qui travaillent dans une librairie ou qui tiennent un blog littéraire, etc…)

Les personnages du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (Mary Ann Shaffer, Annie Barrows)

 La voleuse de livres ^^ (Markus Zusak)

Firmin le grignoteur de livre (Sam Savage)

André, un ami libraire de la grand-mère d’Abigail dans Les Herbes de la lune (Anne Laure)

Montag de Fahrenheit 451 (Ray Bradbury)

 Brigdet Jones, bin oui elle écrit son Journal !

ça sera tout, je pense qu’il y en bien d’autres, ceux qui écrivent des lettres comme Merteuil et Valmont, ou les héros de Réseaux de Vincent Villeminot qui écrivent sur réseaux sociaux…

Le thème de la semaine prochaine :

Les 10 derniers livres que vous avez offerts
OU
Les 10 derniers livres que vous avez reçus en cadeau


 N’hésitez pas à me donner les vôtres en commentaire ou le lien vers votre TTT 🙂

C’est lundi, que lisez-vous ? #175

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

J’ai terminé Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski

meme pas mort

J’ai lu Le crime du golf d’Agatha Christie

26091_1202984

Que vais-je lire cette semaine ?

Je  vais lire La terre brûlée de James Dashner

l-epreuve,-tome-2---la-terre-brulee-4428953

Je pense que je suis un peu en panne de lecture… du moins, j’avance vraiment pas vite dans même pas mort…

Livres en pause

undergroung

Que vais-je lire la (les) semaine(s) prochaine(s) ?

A voir dans ma PAL mais certainement un de ceux là :

evendeadthings

9782253169819-T

CVT_La-derniere-terre--Tome-2--Des-certitudes_5138

Et vous que lisez-vous ?

Azr’Khila de Charlotte Bousquet

reines-et-dragons-c1

Depuis 2009, les Éditions Mnémos publient en partenariat avec le festival, les Imaginales d’Epinal une anthologie annuelle de Fantasy.

Après Rois & Capitaines, Magiciennes & Sorciers et Victimes & Bourreaux, toutes trois dirigées par Stéphanie Nicot, anthologiste et directrice artistique du festival, l’édition 2012 sera co-dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust.

 Quatrième de couverture:

« LES AILES IMMENSES. LE CORPS VASTE. La tête cornue et mobile au bout du cou. Et ces plaques d’écailles d’un bleu noir. La reine Ayline aurait pu défaillir si elle n’avait connu une succession d’épreuves, si elle n’avait été ballotée d’un cauchemar à l’autre. Son cœur était celui d’une guerrière : il n’était pas invincible mais il ne cesserait de battre qu’au prix d’une défense farouche. Elle sortit son glaive du fourreau ; il lui sembla dérisoire face a la puissance du monstre qui se percha sur l’édifice, ailes toujours déployées. »

Réalisée en partenariat avec les Imaginales le festival d’Epinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, l’anthologie Reines et Dragons s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers et de Victimes et Bourreaux, saluée par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de Fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).

D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la Fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe. Drégongeon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Soeurs de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons !

AUTEURS Pierre Bordage Charlotte Bousquet Nathalie Dau Anne Fakhouri Mélanie Fazi Mathieu Gaborit Thomas Geha Vincent Gessler Justine Niogret Chantal Robillard Adrien Tomas Erik Wietzel

Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale.

L’auteure

Philosophe de formation, passionnée par l’histoire et la mythologie, les contes et le fantastique, Charlotte Bousquet est un auteur aux multiples facettes. Elle a publié des nouvelles dans différentes revues et anthologies, des articles universitaires, a participé à la création de plusieurs jeux de rôles, dont le récent Nécropolice, et n’aime rien tant que se jouer des étiquettes. Convaincue que le rôle d’un auteur est aussi de s’engager, elle a participé à plusieurs anthologies à vocation caritatives. Elle a également dirigé trois ans durant, au sein de CDS éditions, la collection Pueblos qui avait pour but d’aider des organismes humanitaires et écologiques à travers des anthologies thématiques comme « L », qui parle de la réalité de l’oppression des femmes. C’est aussi dans une veine que s’inscrivent Précieuses, pas ridicules, un essai drôle et informé en faveur de l’égalité des sexes, et Rouge tagada, un superbe roman graphique pour la jeunesse qui a eu une presse dithyrambique.

2009 voit l’entrée de Charlotte Bousquet en littérature jeunesse, avec La Marque de la bête, une impressionnante relecture de Peau d’âne. 2010 voit la parution de son premier roman historique, Noire lagune et de  Llorona on The Rocks, un court roman de bit-lit, âpre et révolté, qui parle de Ciudad Juarez, la ville où des centaines de femmes sont tuées depuis des années dans l’indifférence quasi générale. Pour le fric ? Pour le sexe ? Pour le fun ? Pour leurs organes ? Assez en tout cas pour que des journalistes inventent un néologisme : féminicide.

Charlotte Bousquet s’est aussi fait remarquer avec sa trilogie de L’Archipel des Numinées, une fantasy sombre et brillante qui lui a valu, pour Cytheriae, le prix Elbakin 2010 et le prix Imaginales 2011 (meilleur roman, meilleure illustration).  La récente réédition en poche d’Arachnaé, de Cytheriae puis de Matricia (Mnémos)  lui a gagné un nouveau public.

La Peau des rêves, cinq volumes de SF post-apocalyptique dont la publication a débuté avec Nuit tatouée (Prix Imaginales des collégiens 2012), et Le dernier ours (Rageot), un thriller écologique survolté, ont été bien accueillis par la critique et les lecteurs. Ses trois romans historiques (Princesse des os, Noire lagune, Venenum) ont confirmé son talent de raconteuse d’histoires. Après Proie idéale et À l’oreille d’Atlas, la trilogie Lune et l’ombre, qui mêle fantastique, peinture et quête d’identité, marque son retour à l’imaginaire.

Sélectionnée en 2012 pour le Prix du livre numérique présidé par Bernard Werber, Charlotte Bousquet est l’une des  valeurs sûres de la nouvelle génération de l’imaginaire français.

Mon avis

Dans une contrée aride et désertique, vit une vieille guérisseuse Yaaza. Elle s’occupe de son troupeau de chèvres avec l’aide régulière des enfants de la tribu. Un soir, aussi calme que les autres, les Teshites armés attaquent le camp nyambe et massacre sans distinction femmes, hommes et enfants. Dans une horreur immobile, Yaaza reste seule à la fin du massacre avec la plus vieille des chèvres du troupeau, trop effrayée pour s’enfuir. La veille femme pleure jusqu’à ce que la nuit l’engloutisse. Alors elle se met en marche et accomplie un rituel vengeur.

Une nouvelle au parfum de vengeance, de mystère et de tradition. La veille femme est touchante seule rescapée du massacre de son village. Elle cherche alors à venger toutes les âmes meurtries par l’assaut violent et cruel des Teshites. Elle remonte leur piste et accomplie une sombre besogne. Le lecteur découvrira aussi Maysa Khila la Reine aux deux visages, celui de la vie et celui de la mort et de son incarnation sur terre le vautour.

La fin de la nouvelle m’a laissé pensive. La nouvelle n’est pas aussi convenue qu’elle pourrait le laisser paraitre. Elle nous permet de développer plusieurs hypothèses, libre au lecteur de choisir ce qu’il préfère. Moi, je me suis fait ma petite théorie. Cette nouvelle est rapidement lue. Le style de Charlotte Bousquet est travaillé, avec exercice de styles et mots que l’on sent soigneusement choisis. Elle est peut-être un peu moins fluide que certaines autres mais elle se lit très bien quand-même.

La nouvelle semble s’éloigner du thème de l’anthologie, le lecteur cherche longtemps comment se raccrocher aux Reines et Dragons mais le choix de Charlotte Bousquet est intéressant et permet de se différencier des autres nouvelles du recueil. C’est plus subtil, et plus abstrait aussi. Une nouvelle qui fait travaillé l’imagination du lecteur après la lecture. Je l’ai apprécié pour ses différences avec les autres nouvelles de l’anthologie.

 

logo

Les avis des membres de la LC

Marie et Anne :

Nyxx :

Fanny :

Dionysos : https://bibliocosme.wordpress.com/2015/07/25/azrkhila-nouvelle/

Firmin : Autobiographie d’un grignoteur de livres de Sam Savage

41Cyo7N0yPL

Babel, 200 pages, 7€70

4ème de couverture

Autobiographie d’un grignoteur de livres, Firmin raconte l’histoire d’un rongeur érudit qui a vu le jour dans les sous-sols d’une librairie de Scollay Square, vieux quartier en péril du Boston des années 1960. Plein d’appétit pour les mots, épris de nourritures spirituelles autant que terrestres, Firmin ne peut communiquer tous ses coups de coeur ni exprimer ses détresses, et voit avec révolte se déliter sa race comme son quartier, cernés par l’incompréhension des hommes et par les mécanismes du profit. Mais la rencontre avec un romancier marginal le sauve du pessimisme ambiant. Superbe hommage aux valeurs de l’écrit et aux singularités de toutes espèces, l’aventure de Firmin est aussi un fabuleux trait d’union entre littérature, exclusion et résistance.

Mon avis

Malheureusement, une lecture que je n’ai pas apprécié.

Firmin est un rat de librairie. En effet, né dans les sous-sols d’un bâtiment, il découvrira qu’il s’agit d’une librairie tenue par un dénommé Norman. Il apprendra aussi qu’il se trouve à Boston, dans les années 1960 et plus particulièrement dans le quartier de Scollay Square. Dernier d’une fratrie de 13 rat, Firmin est malingre, lutte pour survivre. Il est le seul à être né les yeux ouvert et à développer son intelligence. Toujours affamé, Firmin va chercher sa nourriture ailleurs que les mamelles maternelles, il découvre alors un livre et le grignote. Mais quand il découvre qu’il arrive à comprendre les titres des rayonnages, des livres et ensuite ce qu’il mange, son appétit vital dévorant se transforme en appétit de mot. Et Firmin lit plus qu’il ne dévore.

Progressivement, ses frères et sœurs vont partir s’établir à l’extérieur mais Firmin lui va rester dans la librairie et en faire son petit univers. Firmin se livre à nous à la fin de sa vie et nous raconte comment tout à commencer, comment il passait ses journées entre les livres mais aussi à la recherche de nourriture dans les rues et le cinéma de quartier. Comment il s’est découvert et comment il se perçoit. Il ira de déconvenues en déception sur les humains et leurs possibilités, eux qui peuvent s’exprimer, se rebeller, pleurer ou rire, ne font cependant rien pour améliorer leur existence. Alors que lui, qui ne le peut, le voudrait tellement.

Je n’ai pas su apprécier cette lecture, principalement, parce que je ne me suis pas attachée à Firmin, trop bavard. Et puis, je crois que je n’avais pas envie d’une histoire si déprimante. Et je me suis vraiment ennuyée. Alors, ce n’est que mon avis, je pense qu’on peut adorer cette lecture et je peux comprendre pourquoi. L’auteur y dépeint la déchéance d’un quartier, les difficultés sociales. Quoi de mieux qu’un rat pour observer ce qui se passe. Il est présent, discret et mobile. Il voit le quartier péricliter. Et puis, il est intelligent, il réfléchit et se pose des questions. Il essaie de comprendre ce qui arrive aux gens et à la ville. Mais aussi, il parle beaucoup de lui, des choses qu’il comprend sur Norman, qu’il comprend sur lui-même, sur la vie. Le roman aborde aussi sa volonté de communiquer. Sa condition de rat l’en empêche et cela le rend malheureux. Il aimerait tant partager ce qu’il lit, découvre, aime ou déteste. L’existence de Firmin reste néanmoins celle d’un rat même s’il cherche à faire comprendre aux gens qu’il n’est pas un rat comme les autres. Il doit se nourrir, affronter ceux qui ne supportent pas les rats en ville et les dangers inhérents. Il parcourt la librairie, fini par en connaître autant que le libraire. Et chercher à se faire connaître de lui. Mais rien n’est facile pour un rat.
Un autre personnage fait son apparition dans l’histoire de Firmin, Jerry un écrivain qui ne parvient pas à percer. Ce personnage saura-t-il rendre à Firmin un peu sa foi en l’humanité ? En tout cas, Jerry est un personnage que j’ai apprécié. J’ai préféré la partie du récit qui le concerne dès que Firmin fait sa connaissance quand il est encore à la librairie. Surtout, j’ai apprécié les synopsis de ces romans, un effet miroir sur la société, un exercice de style de l’auteur, très sympathique.

L’auteur en profite pour transmettre son amour de la littérature, des chefs d’œuvre littéraires, des mots, des écrits. Cependant, même si c’est très bien fait, intégré au récit de la vie de Firmin, il y a beaucoup de références littéraires, la plupart je suis passée à côté ne les connaissant pas. C’est souvent mon problème avec ce type de récit américain ou anglais, il y a beaucoup trop de choses que je ne connais pas et je trouve que c’est un peu handicapant. Cela empêche d’être émerveillé par le talent de l’auteur. Et à la place, je m’ennuie. Autre point, Firmin développe une imagination fertile faite à partir de ce qu’il lit, voit, de ce qui l’entoure. Il « se fait des films », vit dans sa bulle, pour adoucir, alléger son existence. Il part souvent dans des trips que j’avoue avoir, sinon parfois eu du mal à suivre, à trouver nécessaire.

L’auteur produit un roman qui amène à réfléchir sur nos choix mais surtout sur la vie et la fugacité de l’existence. Il y a vraiment beaucoup de bon, de ce point de vue, dans le récit. Mais cela n’a pas suffit à m’accrocher et à me charmer. Je ne retiens qu’un ennui persistant et c’est bien dommage. Je ne saurais dire si c’est l’histoire ou sa construction qui ne m’a pas convaincue. L’écriture de Sam Savage est riche et travaillée, avec de longues phrases. Beaucoup de références, un vrai travail sur le quartier de Boston et de vraies anecdotes de la vie de l’écrivain. Firmin est un récit mêlé de nostalgie et de mélancolie, une peinture amer et acide de la déchéance d’un quartier, d’idées, de valeurs, qui ne sombre pas dans le pathétique. Je pense qu’il lui manque peut-être pour me plaire un peu d’humour même noir.

Ce texte, un peu inclassable, original et mélancolique, a trouvé son public et le trouvera encore j’en suis sure mais ce n’était pas fait pour moi. Et vous, vous l’avez lu ? Vous en avez pensé quoi ?

Top Ten Tuesday #174

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est:

Les 10 livres qui parlent de la diversité (minorités, religions, homosexualité, handicap, etc…)

La-vie-devant-soi_2

couv62288416
couv59413598
9782258105546
9782092543030
Le thème de la semaine prochaine :

Les 10 personnages qui aiment la littérature (qui aiment lire, écrire, qui travaillent dans une librairie ou qui tiennent un blog littéraire, etc…)

 N’hésitez pas à me donner les vôtres en commentaire ou le lien vers votre TTT 🙂