Cet oeil brillant qui la fixait de Nathalie Dau

reines-et-dragons-c1

Depuis 2009, les Éditions Mnémos publient en partenariat avec le festival, les Imaginales d’Epinal une anthologie annuelle de Fantasy.

Après Rois & Capitaines, Magiciennes & Sorciers et Victimes & Bourreaux, toutes trois dirigées par Stéphanie Nicot, anthologiste et directrice artistique du festival, l’édition 2012 sera co-dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust.

 Quatrième de couverture:

« LES AILES IMMENSES. LE CORPS VASTE. La tête cornue et mobile au bout du cou. Et ces plaques d’écailles d’un bleu noir. La reine Ayline aurait pu défaillir si elle n’avait connu une succession d’épreuves, si elle n’avait été ballotée d’un cauchemar à l’autre. Son cœur était celui d’une guerrière : il n’était pas invincible mais il ne cesserait de battre qu’au prix d’une défense farouche. Elle sortit son glaive du fourreau ; il lui sembla dérisoire face a la puissance du monstre qui se percha sur l’édifice, ailes toujours déployées. »

Réalisée en partenariat avec les Imaginales le festival d’Epinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, l’anthologie Reines et Dragons s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers et de Victimes et Bourreaux, saluée par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de Fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).

D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la Fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe. Drégongeon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Soeurs de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons !

AUTEURS Pierre Bordage Charlotte Bousquet Nathalie Dau Anne Fakhouri Mélanie Fazi Mathieu Gaborit Thomas Geha Vincent Gessler Justine Niogret Chantal Robillard Adrien Tomas Erik Wietzel

Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale.

L’auteur

Diplômée en communication et  marketing-publicité, Nathalie Dau se consacre cependant principalement à son écriture tout en multipliant les petits boulots à côté. En 1991, elle publie sous le nom de « Nathalie Letailleur » son premier roman, Bleu puzzle, aux éditions Tacussel. Ce roman est republié en 2013, dans une version revue et corrigée suivie de six nouvelles, au sein du recueil Tangram (éditions Black Coat Press dans la collection Rivière Blanche). Tangram bénéficie d’une préface signée Ayerdhal. Sa version numérique est publiée par Lune-Ecarlate Editions.

À partir de 1999, plusieurs de ses nouvelles paraissent en anthologies comme en revues professionnelles ou semi-pro, en fanzines et sur le net. En 2011, elle figure au sommaire de l’anthologie officielle du festival Les Imaginales d’Épinal, Victimes et Bourreaux, dirigée par Stéphanie Nicot et publiée par les éditions Mnémos, et récidive l’année d’après en participant à l’anthologie des Imaginales 2012, Reines et Dragons, mais dirigée cette fois-ci par Sylvie Miller et Lionel Davoust. Sa nouvelle dans Reines et Dragons, intitulée « Cet œil brillant qui la fixait », est republiée sous forme numérique en 2014 dans la collection Alternative des éditions Mythologica.

On le retrouve au sommaire de plusieurs anthologies entre 2012 et 2014 : Fragments d’une Fantasy antique ; Trolls et Légendes, anthologie Semi-hommes,  puis Lancelot.

En 2006, sa nouvelle Le Violon de la fée, parue dans la revue Faeries no 17, a été récompensée par le prix Merlin. Ce texte figure également au sommaire du premier recueil de Nathalie Dau, Contes myalgiques 1 : les terres qui rêvent (2007, éd. Griffe d’Encre), salué par la critique. Cet ouvrage reçoit en 2008 le prix Imaginales de la nouvelle. Ce recueil (et le suivant, Contes myalgiques 2 : les atouts du diable) tire son nom de la fibromyalgie, dont Nathalie est atteinte. Elle espère contribuer via ses écrits à la reconnaissance de cette maladie et des souffrances invisibles (dont les souffrances morales). Elle s’amuse souvent à déclarer qu’elle est certes fibromyalgique mais qu’elle a surtout la fibre magique. En septembre 2015, elle participe à l’anthologie caritative L’Imaginaire se mobilise destinée à collecter des fonds pour les associations ElanSEP et Fibromyalgie France. Cette anthologie n’existe qu’au format numérique et est publiée par les éditions Mythologica dans la collection Alternative.

Nathalie Dau crée en 2007 les éditions Argemmios, qui publient en 2008 Les Débris du chaudron, un roman construit sur le socle mythologique de la nouvelle éponyme parue dans l’anthologie Royaumes (éd. Fleuve noir), puis de nombreux ouvrages. Malheureusement, sa santé s’étant dégradée, Nathalie s’est vu contrainte de ralentir puis de cesser, en 2014, son activité de directrice littéraire.

Nathalie Dau est aussi l’auteur d’ouvrages pour la jeunesse. En 2008, en collaboration avec l’illustratrice Krystal Camprubi, elle publie aux éditions Auzou Légendes, créatures fantastiques. Début 2009 paraît aux éditions Argemmios Voir avec le cœur, une histoire pour enfants illustrée par Alexandre Dainche, avec un CD audio où elle raconte l’histoire mise en musique par David Mille (David Millemann), et un livret de coloriages. La même année, toujours chez Argemmios, elle prête également sa voix au livre-disque Grisemine, le petit chat qui voulait voler écrit et illustré par Isabelle Chatel Merlier et lui aussi mis en musique par David Millemann.

2012 voit paraître aux éditions Asgard son roman La Somme des Rêves, premier tome de son cycle de Fantasy Le Livre de l’Énigme. Nathalie confie, notamment lors de son interview télévisée dans l’émission Rêves et cris n°12 sur la chaîne Nolife, qu’elle porte en elle ce monde et ce cycle depuis juillet 1987, et qu’elle le bâtit et le peaufine depuis lors. Ce roman bénéficie d’une préface amicale signée Robin Hobb et reçoit, le 1er janvier 2013, le prix Découverte 2012 décerné par le collectif littéraire Histoires de Romans. Shéradye, nouvelle se situant dans le même univers que le cycle, est publiée en mai 2013 dans le no 0 de la toute nouvelle revue Mythologica, dans laquelle elle publie aussi, à partir du no 1, son roman-feuilleton Chroniques des Terres Mixtes.

D’autres nouvelles, dont certaines ont été republiées dans les bonus de La Somme des Rêves, appartiennent au même univers : « Ton visage et mon cœur », « Cosmogonie », ou encore « Contre-Magie » qui cependant a été écrite et publiée à une époque où les canons du cycle n’avaient pas encore été pleinement fixés. Nathalie n’a jamais caché son intention de réécrire ce texte afin de l’harmoniser avec l’ensemble. Bleu Puzzle, lui, relève de la même cosmogonie que Le Livre de l’Enigme, et fait même apparaître un Ceredawn alternatif.

Gratifiée souvent de préfaces ou de postfaces, Nathalie Dau s’est également prêtée à l’exercice pour différents ouvrages : Les enfants de Svetambre de Lucie Chenu chez Black Coat Press, Les Sombres Romantiques dirigés par Mathieu Coudray aux éditions du Riez, ou encore L’Aube de la guerrière de Vanessa Terral aux éditions du Chat Noir et, plus récemment, le recueil Intervalles de Denis Labbé chez Lune Ecarlate éditions.

Depuis mai 2013, Nathalie fait partie du groupe The Deep Ones, un collectif de musiciens et d’auteurs de l’imaginaire proposant des lectures de textes en live avec accompagnement musical. Auteurs-lecteurs lors du concert donné le 15 décembre 2013 au Dernier bar avant la fin du monde : Sire Cedric, Nathalie Dau, Mélanie Fazi, Ophélie Bruneau, Patrick Eris, Lionel Davoust, Ghislain Morel.

Mon avis

J’ai adoré cette nouvelle !! ❤

Les cloches sonnent l’alerte, l’assaut est imminent. Le peuple de l’île doit se réfugier dans les grottes même si la Créature du Lac les protège de l’attaque du peuple qui vit sur la terre ferme. Gwendolyn, elle, n’en peut plus de se cacher lors de ces assauts et décide de sortir à l’extérieur pour voir ce qui se passe même si c’est interdit. Protéger des rayons du soleil qui lui brulerait les yeux, elle observe les ennemis et découvre qu’eux aussi ont une Créature mais celle-ci ne ressemble pas à la Grande Serpente, le leur peut voler ! Elle envie ces ailes et la possibilité de voler haut, très haut, peut-être jusqu’à l’homme-lune qui attire la jeune fille, qui habite ses rêves.

Gwendolyn finit par rejoindre sa famille, son père le roi est en colère de son comportement et des risques que la jeune princesse a pris. Il faut la punir. Sa mère annonce alors que la créature du lac a été gravement atteinte lors de l’attaque et qu’elle se meure. Comme le veut la coutume, les jeunes filles du château lui seront proposées et elle choisira sa remplaçante. Si elle ne choisit pas Gwendolyn alors il faudra la punir sinon sa punition sera toute trouver.

Le Grande Serpente mourante demande aux princesses ce que représente pour elles le Lac, Gwendolyn doit répondre et pense que sa réponse est la moins appropriée. A tort. Elle est choisit pour succéder à la créature et quand celle-ci s’éteint, sa couronne qui permet la transformation est posée sur la tête de la pale jeune fille. Qu’elle ne peut retirer. Elle va changer mais avant cela elle prend une décision qui changera son destin…

Un véritable conte ! Une belle histoire un peu triste et pleine d’espoir. J’ai particulièrement aimé la partie où le dragon de feu se souvient de son passé, passé que l’on découvre et on comprend alors ce que sont les créatures. Gwendolyn est intrépide, elle rêve de l’homme-lune, là haut dans les étoiles, mais son caractère si différent de ceux de ses sœurs scellera son destin. Mais elle ne se le lassera pas imposer par sa famille ou une quelconque tradition, elle va faire un choix et tant pis pour les conséquences.

J’ai aimé le personnage de Tiainrug et j’ai été touché par sa vie et parce que qu’il comprend, bien trop tard, des paroles d’une sorcière qu’il a croisé jadis. Les liens qui lient les personnages sont fragiles et sensibles. C’est beau et c’est triste.

J’ai adoré cette sorte de mythologie de l’homme-lune et de la femme-soleil, le travail de l’auteure sur les contraires et les opposés pourtant liés : soleil/lune, feu/eau, lumière/pénombre, etc. ça ressemble beaucoup à un conte et l’auteure est douée pour faire passer l’émerveillement, le conte, …. J’ai beaucoup aimé la plume de Nathalie Dau que je n’avais jamais lu mais dont j’ai acheté deux recueils chez Griffe d’encre et dont la Somme des Rêves attend depuis longtemps dans ma PAL. Je la relirai donc avec plaisir.

logo

Les avis des membres de la LC

Marie et Anne :

Nyxx :

Fanny :

Dionysos :

Publicités

Festival Trolls et Légendes à Mons (Belgique) le 31 mars 2013

11820_467233910011285_103331842_n

Le mois de mars était riche en salon et pas qu’en France ! Tous les deux ans la ville de Mons en Belgique organise le Festival de toutes les Fantasy : Trolls et Légendes ! Réunion de cosplayeurs, artisans, auteurs, joueurs,  fan de musique, … il y a plein d’animations, d’activités et de divertissements, pour en savoir plus, vous pouvez aller sur le site du festival.

Trolls

Cette année, j’y allais pour la première fois ! Je ne connaissais que de nom et parce que je bois de la Troll ! On est parti à 3, Cassiopée, mon homme et moi, vers 10h10 de Lille et on a mis moins de temps que le prévoyait google pour venir. On est arrivé un peu avant 11h et on a été impressionné par le monde qui attendait ! Comme on était pas sur de venir, on a pas acheté de billet en prévente mais c’est sur que c’est ce qu’il vous faut faire si vous prévoyez d’y aller dans deux ans ! Avec la prévente, vous accédez directement au site et quasiment sans faire de fil d’attente.

foule

On est rentré sur le site après environ 50 min d’attente. Avec Cassie, on avait regardé les auteurs présents et on voulait au moins voir Oliver Peru et Gabriel Katz. Y sommes-nous parvenues ? Vu le monde, tout est possible !

Premier arrêt chez Rebelle Editions, histoire que Cassie craque pour les Étoiles de Noss Head 4 !!

sophie jomain

Sophie Jomain

Sophie Jomain nous accueille avec le sourire, elle nous raconte que la veille à 15h, les organisateurs ont du refuser l’entrée au site ! Une première sans doute ! On est bien contente en tout cas, d’avoir choisi le dimanche, même s’il y a beaucoup de monde, le samedi ça devrait être difficile de circuler dans les allées ! Juste à côté de Rebelle, on retrouve avec plaisir Emilie Witwicki-Barbet au stand Val Sombre Editions !

Emilie Witwicki-BarbetEmilie Witwicki-Barbet

Emilie Witwicki-Barbet

On craque pour le MP du tome 2 de Demain est un autre monde : Les révoltés. Emilie est magnifique ! On profite aussi de l’accalmie dans le coin, pour saluer Claire Wallaert-Muller et Frédéric Livyns, c’est toujours un plaisir de se voir !

Frédéric et Claire

Claire Wallaert-Muller et Frédéric Livyns

Il y a beaucoup de monde (oui cette phrase sera répétée plusieurs fois), on arrive quand même à voir quelques stands d’illustrateurs BD, mais il va falloir vite s’y faire c’est dans ce coin que la foule est la plus dense, du coup, on ne verra qu’une infirme partie des exposants. Idem au marché féérique ! C’est dommage, je voulais voir plusieurs créateurs dont je suis les pages FB mais malheureusement, je n’en ai trouvé aucun 😦

instruments

Sarah BertagnaMArché Féérique

marché féérique

Illustrateurs et marché féérique

Nous somme « tombés » ensuite sur les stands de la Porte Littéraire et des Editions du Chat Noir, un coup d’œil à l’Artbook raconté de Fleurine Rétoré : MAGNIFIQUE ! Il sera acheté aux Imaginales très certainement (j’attends de voir Fleurine directement). On discute avec Mathieu Guibé de l’affluence, du fait que son livre est presque en rupture de stock, il en reste 3 ! On le félicite quel succès !!! Je l’achète, c’est l’occasion et puis il me fait de l’oeil depuis sa sortie ! Une belle dédicace à ajouter à ma collection. On a parlé aussi des prochains salons, les Imaginales et les salons de fin d’année : Les halliénales et le Val Joly, où nous espérons tous nous revoir !

Mathieu Guibé

Mathieu Guibé

Je bave ensuite sur les stands Actu SF, lokomodo / Asgard / Midgard, et autres mais je résiste pour le moment ! On arrive dans la partie « librairie » où les « têtes d’affiche » du festival dédicace leurs ouvrages. Oliver Peru n’est pas à sa place, on cherche alors Gabriel Katz. On le trouve à l’opposé de l’espace librairie  et on lui fait dédicacé, Cassie le T1 et moi le T1 et le T2 de Puits des mémoires. On prend chacune la suite, Cassie le 2 et moi le 3, hop une trilogie complétée ! Gabriel Katz est charmant, il prend le temps de discuter avec nous lui aussi. De son prochain roman (dans le même univers, mais il y fera plus chaud et on suivra une femme), de la fantasy qui n’est pas médiatisée par les radios et la TV, heureusement il y le net !, nous demande (enfin à Cassie) son personnage préféré, nous donne envie de lire ou continuer la saga ! A côté de lui, je louche sur les livres de Claudine Glot mais c’est l’heure de manger. Je n’aurai pas la possibilité de revenir là malheureusement, mais je sais de source sûre que je pourrais retrouver Claudine dans un autre salon à la fin de l’année !

Gabriel Katz

Gabriel Katz

La restauration. Mauvaise idée, c’est blindée, un système de jeton, qui ralenti les choses, et qui donne l’impression de moins dépensé alors que c’est l’inverse… Bref, sans polémiquer, si je tourne à T&L dans deux ans, je prends des sous et je vais manger ailleurs.

pause musicale

Pause musicale

En tout cas, on s’en met plein les yeux dans ce festival, les tenus de ceux qui se déguisent, plutôt que font du Cosplaty sont magnifiques ! On a bavé sur les tenus steampunk toute la journée ! Et on a croisé des trolls, des fées, des nains, Gandalf, des elfes, … bref toute sorte de créatures criantes de réalisme (et oui lol !), vraiment ça donne envie de faire l’effort de se préparer pour d’autres festivals ! et chapeau à ceux qui le font, vous étiez magnifiques !

costumes costumes costumes

Les affaires reprennent,pour Cassie, nous trouvons Cassandra O’Donnell, qui n’a plus beaucoup de livres devant elle, heureusement que Cassie a acheté le T4 de Rebecca Kean avant le salon ! Hop ! Une dédicace et de charmants sourires, ah ces auteures qui ont les yeux qui brillent, ça met de bonne humeur !

Cassandra O'Donnell

Cassandra O’Donnell

Puis, en face, je ne résiste pas à passer du temps devant le stand des Editions de l’Homme sans Nom ! Découverte récemment, je n’ai encore aucun ouvrage mais les couvertures, les résumés et les univers donnent plus que plus qu’envie !

stand HSN

Stand de l’Homme Sans Nom

On discute avec la charmante et adorable Magali Villeneuve, auteure et illustratrice, et je craque pour les deux tomes Iluvendan de Nicolas Debandt, et qu’est-ce que j’apprend, je l’ai loupé à 5 min 😦 mais il sera aux Imaginales ! (ha là là, prendrais-je les deux tomes,… wait & see). Mais Alexandre Dainche, l’illustrateur de ce « diptyque » est là lui et me dédicace les deux tomes ! Les illus’ sont magnifiques ! Comme le stand !!! On sera ravies avec Cassie de les retrouver aux Imaginales !

magali Villeneuve

Magali Villeneuve

Alexandre Dainche

Alexandre Dainche

Pendant ce temps, Oliver Peru est à son stand, du coup, on se place dans la file d’attente, cet auteur est tellement sympa, que c’est un peu long, du coup, je file acheter la première anthologie du salon, sur les Semi-hommes, sur le stand des Editions Asgard, j’y retrouve Jess Kaan, a qui je « racket » un MP de Fissures et qui m’en offre gentiment un autre ! Merci beaucoup ! Je retourne attendre avec Cassie et mon homme, dans la file et c’est notre tour, j’ai pris mon exemplaire de Druide et Oliver tout en répondant à nos questions des plus bêtes aux plus intelligentes, me dessine Obrigan dessus et Jarekson pour Cassiopée ! Un billet de cet entretien a été fait sur le blog de l’île aux livres, si vous voulez jeter un oeil c’est ici!

 Oliver Peru

oliver peruOliver Peru

Anthologie à la main, je la fais dédicacer par Oliver bien sur mais également par Adrien Tomas, Simon Sanahujas et Emmanuelle Nuncq

  Adrien Tomas

Adrien Tomas (qui part quand je sors l’appareil !)

Simon Sanahujas

Simon Sanahujas

Emmanuelle Nuncq

Emmanuelle Nuncq 

et ensuite par Mathieu Gaborit, avec qui je profite pour discuter des Confessions d’un automate mangeur d’opium co-écrit avec Fabrice Colin (je sais enfin qui a écrit Théo et qui a écrit Margot), et de sa réédition chez Bragelonne avec une couverture magnifique !

Mathieu GaboritMathieu Gaborit

Mathieu Gaborit

Entre les allées, on a réussi à croiser Maia du blog Les lectures de Maia, Ptyx du club de lecture et Caliope du blog L’autre côté de moi-même, incroyable ! Par contre, pas de Cali avec sa petite famille 😦

En face, c’est le stand Lokomodo, j’en profite pour « embêter » Anthelme Hauchecorne, et lui dire que je suis en train de dévorer Âmes de verres, (assez fort j’espère pour que certains lecteurs se décident à l’acheter aussi, sait-on jamais).  Enfin, je pars faire dédicacer l’anthologie aux Editions Argemmios par Mathieu Coudray qui a fait l’illustration de la couverture. Pas le temps de faire la chasse à l’illustrateur, dommage (7 illustrateurs différents ont fait l’intérieur de l’anthologie). Nathalie Dau n’étant pas là et Cassie ayant craquée pour une illustration de Magali Villeneuve, nous retournons la faire dédicacer par Magali aux Stand de l’Homme sans Nom !

mathieu coudray

Mathieu Coudray

On retourne ensuite faire un tour dans les allées du marché féérique, toujours assez bondé malheureusement, moins dehors alors on y reste un peu malgré la température peu clémente. Nous sommes repassés saluer Emilie, Frédéric et Claire sur le stand Val Sombre,

 Frédéric Livyns

Frédéric Livyns

puis en se dirigeant vers la sortie, je m’arrête pour une dernière dédicace, celle de Nathalie Dau sur l’anthologie. Sur 7 auteurs, il me manquera Pierre Dubois mais quelque chose me dit que j’aurai l’occasion de le voir sur d’autres salons !

Nathalie Dau

Nathalie Dau

Il est passé 16h30, on a quand même mal au pied et même si on a pas bu de Cuvée des Trolls, on a passé un super journée ! Le festival victime de son succès peut-être (quel monde!) mais vraiment sympathique ! Peut être qu’on rempilera dans deux ans ! Seul l’avenir nous le dira !

Quelques photos en plus :

   Trollsrapace

rapace

dragon mécanique dragon mécanique dragon mécanique

Maintenant, nous n’avons plus qu’à attendre les Imaginales à Epinal fin mai 🙂

Merci Cassie pour tes photos complémentaires aux miennes 🙂

Val Joly’maginaire à Eppe-Sauvage le 3 novembre 2012

Festival organisé par la Confrérie de l’Imaginaire et la station du Val Joly avec comme parrain officiel Jean-Luc Marcastel

Blog du Val Joly’maginaire

Programme

6h00, woouh réveil difficile, mais c’est pour la bonne cause alors même si 4h de sommeil c’est pas beaucoup, on se dépêche dans la joie et la bonne humeur (enfin on essaie !). 7h00 métro, j’arrive, je vois Caliope, youpi, j’me suis pas trompée d’arrêt. Cassie s’élance à notre rencontre, on est un peu en avance, qu’importe elle est déjà là ! 7h45 Demoiselle-Coquelicote, nous rejoint et c’est parti direction l’Avesnois, la station touristique du Val Joly pour le Salon Val Joly’maginaire (2ème édition) !!!!

Une première fois, formidable !!!!!!! J’vous raconte !

On arrive après 1h20 de trajet, à croire que la titine de Cassie avait des ailes (et promis elle a respecté les limitations de vitesse) c’est qu’on était sans doute déjà sur un nuage ! En avance, le salon ne commençant que vers 10h et l’inauguration vers 11h ; on décide d’aller voir Cindy, à son stand de La Porte des Mondes, elle aura peut être besoin de bras ? Et bien oui, peut être pas de 4 paires mais bon, on se rend utile comme on peut, elle nous accueille avec le sourire et on rêve déjà devant les piles de livres qu’on installe.

Cindy et son stand La Porte des Mondes

On va ensuite faire un tour des salles (3 à l’étage) et on zieute aussi par-dessus la balustrade les magnifiques stands des créateurs, féérique !

stand de créateurs

Dans le désordre, nous avons salué Sklaerenn Baron installée au stand sympathique des Éditions Nergäl, elle nous montre Lune Bleue et nous explique son travail sur l’univers de Mestr Tom et leur collaboration puis Cassie en plein Ryan Blake, la stratégie des ténébres lui fait part de ses impressions plus que positives sur sa lecture (et là, je suis ravie de l’avoir dans ma bibli !!!). On arpente cette salle avec les Éditions Quid Novi, Rebelle Éditions, Sophie Jomain nous accueille avec le sourire également et on échange sur le reportage Envoyé Spécial (que je n’ai pas vu, mais parait que c’est pas plus mal).

Puis nous avons croisé notre Capitaine Chica et son second Lulu la pirate !!!!! Échange de bisous, impressions sur le salon, … on se dirige vers le haut des balustrades pour écouter les discours d’inauguration. On sent que ce salon est aimé, attendu et anime clairement la station le 1er weekend de novembre, on en a de la chance !!! Les stands de créateurs sont magnifiques, L’atelier de Lyloo, Esprit de Melusine, Styll life, Le Chevalier Thibault

stand de créateurs bis

Puis c’est direction dédicaces et achats, j’ai squatté un moment au superbe stand des Editions du Chat Noir, j’ai d’abord profité pour faire dédicacé Quintessence Hiémale et Germ~iN~es[SENS]ce (merci pour ce titre Mathieu, qui me fait utiliser la touche Atl Gr dont je me sers peu 😉 ) par Mathieu Guibé !!!!!! Placé à côté de Cécile Guillot, nous avons échangé avec eux sur leur  recueil commun  et découvert les prochaines sorties du Chat Noir  notamment Les chroniques d’Oakwood, dans l’ombre de la demoiselle de Marianne Stern (janvier 2013), Even dead things feel your love de Mathieu Guibé (en mars 2013).

Cécile Guillot et Mathieu Guibé

Cécile Guillot et le magnifique stand du Chat noir

Puis GRAND moment pour moi, j’ai enfin rencontré Vanessa Terral !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Intimidée et impressionnée aussi, je l’ai remerciée à nouveau pour la place qu’elle a faite à Aurore dans L’Aube de la Guerrière et du coup j’en ai profité pour le faire dédicacer !!!!! Je lui avais préparé deux petites choses pour la remercier (quand on a plus de mots pour s’exprimer…) et pour son anniversaire et on discuté du livre, j’suis touchée que le rôle ai été plus long que prévu ❤ ha là là  c’est troooooop !!!!! J’en ai profité après que les filles aient fait dédicacer leur exemplaire de L’Aube de la Guerrière (bin oui elles ont craqué à force de m’en entendre parler !!!) pour faire dédicacer mes anthologies du Chat Noir Le lamento des Ombres, Saisons païennes que j’ai pris mais aussi Sorcières et Sortilèges.

Vanessa Terral !!!!!!!!!!!!!

Et qui s’est rendu compte que j’ai oublié de donner à dédicacer Dames de Lune, Fées des Brumes !!! Du coup, faudra que je saute sur un prochain salon où Vanessa sera là !!! Et puis en discutant, de fils en aiguille, j’ai pris Fille d’Hécate Tome 1 La voie de la sorcière de Cécile qu’elle m’a dédicacée. Et puis, en discutant, je dis qu’avec les Éditions du Chat Noir, j’aime beaucoup Les Éditions du Riez mais que je ne trouve pas Les Sombres Romantiques, et voilà que Vanessa me dit que Mathieu Coudray en avait encore 2 à Octogone 3 semaines auparavant et qu’il est dans la salle d’à côté, aurais-je de la chance ? En attendant, il est déjà 13h30 et du coup, hop on part manger un morceau avant de revenir pour la suite de cette journée de foliiiiie !

On a été voir le stand Val Sombre Éditions, on a discuté avec Emilie Witwicki-Barbet, Cassie a adoré Les Insoumis Demain est un autre monde, Demoiselle-Coquelicote était en cours de lecture et moi, il est dans ma PAL !

Emilie Witwicki-Barbet

et j’ai acheté le dernier livre de Frédéric Livyns, Le Souffle des Ténèbres qu’on attendait depuis qu’on a appris sa sortie !!!!! Un livre magnifique ! J’ai hâte de le lire !!!

Frédéric Livyns

Dans une autre salle, une dédicace de mon exemplaire Le Dernier Hiver par Jean-Luc Marcastel, M. Marcastel est super sympa, il raconte vachement bien ses univers ! J’adore !!!! Et la dédicace est magnifique !!!! Il a superbement expliqué à Demoiselle-Coquelicote Louis Le Galoup, pendant que Cassie faisait dédicacer Rebecca Kean à Cassandra O’donnell.

Jean-Luc Marcastel (parrain) et Cassandra O’donnell (invitée d’honneur)

puis dans la même salle j’ai eu l’honneur d’être la toute première dédicace de Kévin Eïron Devis, qui a écrit une nouvelle « Mel » dans l’anthologie Sortilège Éditions Magie Celtique : Avant-gout d’éternité, Kévin était intimidé mais il est adorable et j’espère que vous aurez la chance de le rencontrer !

Kévin Eïron Devis (stressé ? nan … 😉 )

Puis je suis passée acheter à Cindy La Somme des rêves Le livre de l’énigme Tome 1 (Asgard Editions) de Nathalie Dau et j’ai filé le faire dédicacé par une Nathalie souriante et accessible, j’ai appris que son « monde » est une idée qu’elle a déjà depuis 25 ans ! Hooo !

Nathalie Dau

Et devinez, c’est à son stand qu’était Mathieu Coudray et j’ai pu avoir le DERNIER livre Les sombres romantiques, épuisé jusque chez son créateur !!! Mathieu qui a fait la couverture de La somme des rêves m’a fait deux magnifiques dédicaces ❤ (et merci Vanessa pour le tuyau !!!)

Mathieu Coudray et une des deux dédicaces ❤

Ensuite, je suis allée revoir Vanessa Terral pour qu’elle me dédicace sa nouvelle dans Les sombres romantiques pendant que les filles faisaient un tour pour remplir le questionnaire de la chasse au trésor organisée par Fan 2 Fantasy. Puis, j’ai rencontré la charmante et talentueuse Sarah Bertagna, illustratrice. Ses dessins sont magnifiques, j’adore ! J’avais plus de monnaie, je n’ai pris qu’un marque page, mais je pense craquer si je la revois en salon et j’ai pu discuter avec elle du projet qu’elle a avec ma belle Tiffany Schneuwly et c’était vraiment très très chouette !!!! Franchement les amis découvrez Sarah !!!! ça vaut le coup !!! ❤

Sarah Bertagna


Le stand de Sarah

J’ai ensuite craqué pour La quête oubliée des celtes, T1 – Armor de Sébastien Garnier en l’écoutant en parler avec une future lectrice, me voilà avec mon premier roman de chez Éditions Persée. J’ai même croisé Adora et Tsuki, vraiment les filles, il faudra qu’on se voit un jour pour échanger bien plus !

J’ai ensuite rejoins les filles à la Conférence de Jacques Sirgent sur Elizabeth Bathory et le mythe vampirique, c’était vraiment très très intéressant !!!! Un jour j’aimerai bien faire son « tour » du Père Lachaise et avoir un de ses ouvrages sur le mythe vampire. Suite à la conférence, on a essayé de compléter au max le questionnaire et nous sommes allées à l’exposition de Jacques Sirgent « Le musée du vampire » et Lawrence Rasson dont une galerie « Le miroir des fées ».

Exposition Musée du vampire

Un extrait du travail de Lawrence Rasson

Pour finir, on est allée rendre nos questionnaires et on a toutes gagné quelque chose, Calie Saisons païennes aux Editions du Chat Noir, Cassie et Demoiselle-Coquelicote le tome 2 de la BD Les chevaliers de l’émeraude, et moi Lune Bleue de Sklaerenn Baron et Mestr Tom. En écoutant ce dernier, j’ai eu envie de découvrir l’Hommage à Sir Terence (collectif Fan de Fantasy), je l’ai donc pris chez Cindy ! J’en ai donc profité pour faire dédicacer les deux livres Lune bleue par Mestr Tom et Sklaerenn. Mais aussi Hommage à Sir Terence par Anthelme Hauchecorne que j’étais contente de revoir, sa dédicace m’a fait beaucoup rire et par Mathieu Guibé, tous les deux ayant écrits une nouvelle dans ce recueil. 

Achat pendant le salon :

Une journée bien bien remplie, des étoiles plein les yeux et des souvenirs plein la tête !!! C’est sur que je ferai tout pour y retourner l’an prochain !!!!

MERCI et BRAVO à la Confrérie de l’Imaginaire, à la ville d’Eppe-Sauvage et au Val Joly, merci de nous permettre de découvrir plein d’auteurs, d’univers, de créateurs et de talents !!!

Encore !!!!!!!!!!!!!!!!!

Un autre magnifique billet avec d’autres photos chez ma Demoiselle-Coquelicote préférée : ici

Le catalogue reprenant une grande partie des livres et auteurs présents fait par Cassie : ici

A la découverte des maisons d’édition #3

3ème édition du RDV  !!!!

Rappel :  D’où me vient cette idée ? De ma choupette Chica du blog A l’abordage de la culture qui a l’excellente idée d’organiser chaque mois, une chasse aux trésors des petites maisons d’édition ! Ainsi, internautes-pirates nous nous lançons à la découverte d’une maison d’édition, de ses auteurs et des romans publiés ou à paraitre. A travers une série d’énigmes sous forme de questions, nous explorons la page officielle internet de la maison d’éditions, les pages FB ou sites internet de certains des auteurs, des illustrateurs et des romans édités (ou prévus).

Les logos sont repris ici avec l’accord de Chica, pour les explications de la chasse aux trésors des petites maisons d’édition, tout est très bien expliqué sur son blog, je vous encourage vivement à aller y faire un tour ! Chasse aux Trésors des Petites Maisons d’Edition.

Voici la maison d’édition découverte le mois précédent : en juin, il s’agissait de Argemmios Éditions. Je vais donc revenir sur les auteurs, romans et/ou illustrateurs de cette maison d’éditions 🙂 Pour plus d’informations sur l’ensemble de la maison d’édition : Site internet d’Argemmios Editons. Comme le mois dernier, voici le super logo réalisé par Chica, qui nous a accompagné à chacune des énigmes disponibles sur le blog A l’abordage de la Culturen°1, n°2 et n°3.

Les résultats de cette troisième édition ne sont pas encore connus, que va donner cette nouvelle chasse ?

Voici donc la présentation de la troisième  maison d’éditions découverte : Argemmios Editions

Argemmios Editions est une maison d’éditions spécialisée dans la Fantasy et le fantastique nourris de mythologie, de légendes, de folklore avec des collections d’albums pour enfants (maternelle et primaire) et des BD.

Argemmios Editions dispose d’un large choix : romans, recueil, anthologie, BD, jeunesse,… pour toutes les bourses et tous les publics.

Voici les deux publications que nous avons découvert lors de la chasse aux trésors :

  • Qantice, La Cosmocinésie ou les Remuements des Mondes de Marie Fontaine et Tony Beaufils

Qantice est une terre plate, infinie, que survolent des légions d’étoiles.
Œuclarine n’en est qu’une infime partie.
Et Alsrick, mégantrope aux pouvoirs fabuleux, y est mort. Et ressuscité. Sans la moindre idée de ce qu’il fit avant de s’éteindre.
Il sait pourtant que Théloée peut l’aider.
Cette autre mégantrope, capable de guérir tous les maux étranges de Qantice, saurait probablement combler les trous de sa mémoire.
Sauf que Théloée a disparu. Et sa planète miraculeuse aussi.
Commencent alors la quête et l’aventure.

Quantice est décrit comme une « odyssée spatiale servie par une plume ciselée, Marie Fontaine et Tony Beaufils (Tony l’Orc au sein du Naheulband), invitent le lecteur à philosopher avec un poulpe aérien, à remonter le fleuve Panagorée en compagnie de joyeux pirates, ou encore à voguer vers de lointains empirions chamailleurs.« 

Les Auteurs: Tony Beaufils et Marie Fontaine

Surtout connu pour son personnage d’Orc au Banjo au sein du Naheulband, Tony Beaufils vit dans l’univers de Qantice depuis la fin du XXe siècle. Il en a dessiné les paysages tout au long de son parcours musical, allant des airs traditionnels aux sphères du métal symphonique. Le premier album de Qantice, composé par lui comme la bande originale d’un film entre fantasy et space opera, est sorti en 2009 sur le label Brennus : The Cosmocinesy or The Movements of the Worlds.

La rencontre avec Marie Fontaine permet à l’aventure de se faire également littéraire. Pour Marie, vivre, c’est lire et écrire. Partageant sa vie entre Homère, Lucien de Samosate et leurs descendants, elle ne pouvait que trouver plaisir à écouter la Muse qui l’invitait à conter l’épopée d’Alsrick. (source : argemmios ).

Qantice est sorti le 11 juin 2012 et peut être accompagné du CD !

Le site internet de Qantice : http://www.qantice.com/

  • Et cette porte, là-bas, qui se fermait… de Pierre Gévart


Orphée écrit, pour lui-même et pour un journal, où il signe une chronique quotidienne. Eurydice est professeur de lettres. Il boit, elle fume. Il est jaloux, elle aime se sentir libre. Dans le labyrinthe de leur vie commune, des portes s’ouvrent et se referment, innombrables, et nul ne saurait dire si elles les conduisent vers les Enfers ou si elles les en ramènent ; si, à travers elles, ils se retrouvent ou se perdent encore. Par la magie des archétypes, on entre dans l’intimité de ce couple, que le regard particulier de l’auteur arrache à toute banalité. Sans jamais quitter les contours oniriques du mythe, on observe les gestes des amants, décomposés, ralentis, magnifiés. La vie, l’amour, les malentendus passent sous le microscope. Une œuvre atypique, riche en références et clins d’œil semés çà et là comme autant de petits pétards, qui écorchent le mythe sans jamais l’abîmer vraiment.

L’auteur : Pierre Gévart

Pierre Gévart est un explorateur de l’écriture. De l’ouvrage universitaire au recueil de poèmes, en passant par le théâtre, les récits pour enfants ou les romans de science-fiction, il signe sous son nom mais également sous plusieurs pseudonymes, dont Hugo van Gaert, ce qui le rend multiplement prolifique.
Sociétaire de la SACD, Pierre est le président du festival de théâtre lyrique Les Malins Plaisirs de Montreuil (Pas-de-Calais). Fondateur du fanzine Géante Rouge, du Prix Pépin, organisateur par deux fois de la Convention Nationale Française de SF, qui s’est ainsi tenue à Bellaing (Nord) en 2006 et 2009, il est, depuis mai 2008, le rédacteur en chef de la revue Galaxies. (source : argemmios ).

En fouinant ensuite sur le site, je suis tombée sur 2 anthologies qui me plaisent bien, qui s’intéressent à la mythologie et aux légendes :

Les Héritiers d’Homère dirigé et présenté par Nathalie Dau

La mythologie grecque, ses dieux et ses héros nous sont souvent familiers, eux qui hantent même notre vocabulaire : nous sommes narcissiques, érotiques, nous avons parfois la beauté d’Apollon, la ruse d’Ulysse, nous tombons dans les bras de Morphée… Jusqu’à nos ordinateurs que tentent d’infiltrer des chevaux de Troie !
Qualifiés de classiques, les mythes grecs n’ont cessé d’inspirer les modernes. Aujourd’hui, ce sont 18 plumes francophones qui ont interrogé les Muses afin de vous offrir la quintessence de leurs rêves.
Fantasy, fantastique, et même un peu de science-fiction… Les genres de l’Imaginaire se sont vêtus pour vous des couleurs de l’Olympe. Véritables aèdes du XXIème siècle, nos auteurs se sont fait tragiques, satiriques ou lyriques. Leurs récits vous entraîneront depuis les temps de l’Âge d’Or jusqu’aux étoiles de demain.

Avec les auteurs suivants :  Eliane Aberda, Olivier Boil, Anthony Boulange, Charlotte Bousquet, Céline Brenne, Nadège Capouillez, Fabrice Chotin, Sophie Dabat, Marie-Catherine Daniel, Jeanne-A Debats, Nicholas Eustache, Franck Ferric, Philippe Guillaut, Claire Jacquet,  Jess Kaan,  TK Ladlani,  Romain Lucazeau,  Yan Marchand. 

Cette anthologie a été  doublement primée !

Prix Imaginales 2010 : « Les Sept derniers païens » de Romain Lucazeau.

Prix Merlin 2010 : « La Descente aux Enfers d’Orphée et Eurydice », d’Anthony Boulanger.

Chants de Totems dirigée par Nathalie Dau et Hélène Pedot

Pour ce second Périple Mythologique, 13 auteurs ont chaussé leurs mocassins et sont partis sur les traces des légendes amérindiennes.
Enquête dans les terres apaches, manifestations surnaturelles chez les Hopis, mystères polaires des Inuits, mémoire des Sioux encore hantés par la Ghost Dance et Little Big Horn…
L’oiseau-tonnerre traverse le ciel. Sous ses ailes déployées chantent les ultimes totems.
Alors approche, ami lecteur. Viens en paix, prends place, et que le souffle du Grand Esprit, bienveillant ancêtre sous sa coiffe enrichie de ces treize plumes, bénisse ta lecture.

Avec les auteurs suivants : Marie Barthelet, Armand Cabasson, Jean-Michel Calvez, Nicolas Cluzeau, Sophie Dabat, Marie-Catherine Daniel, Franck Ferric, Jacques Fuentealba, Carole Grangier, Denis Labbé, Aurore Perrault, Pierre-Alexandre Sicart, Vanessa Terral.

Et enfin deux romans, deux plumes féminines:

* Les Débris du Chaudron de Nathalie Dau

L’amour et la vengeance ont l’art de traverser les âges, et ce d’autant plus lorsque les dieux sont impliqués. Pour certains mortels, cela signifie un héritage lourd à porter, mêlé de malédiction. Ainsi en va-t-il d’ Augusta Quinn et d’ Alwyn Archtaft. Destinés à réparer le chaudron de Kerridwen, afin de permettre le retour de la déesse, ils devront compter avec Affang, le terrible démon des eaux, qui les poursuivra de sa haine. Mais en cette fin de XXème siècle, un dieu veille et se souvient. Capable d’arpenter les lieux d’ici et d’ailleurs, Kernunnos, sous l’un ou l’autre de ses avatars, permettra à la réalité de rattraper le mythe… et de le dépasser.

L’auteure : Nathalie Dau

Nathalie Dau est tombée dans le chaudron de l’écriture dès l’enfance, elle découvre, à l’âge adulte, les littératures de l’imaginai, qui lui permettent de concilier sa passion pour le folklore et la mythologie avec son style empreint de poésie.
Son premier texte publié est un conte fantastique, Bleu Puzzle, qui paraît aux éditions Tacussel en 1991, dans une collection de littérature générale.
Il faut attendre 1999 pour que Nathalie trouve le chemin des éditeurs de fantasy. Elle fait ses premières armes de novelliste et y prend goût. Les textes courts s’enchaînent, tant en anthologies qu’en revues professionnelles – avec quelques incursions dans le fanzinat. En 2003, elle devient elle-même anthologiste pour les éditions Nestiveqnen (L’Esprit des Bardes, 2003), en incitant 21 auteurs à créer sur le thème de ces mythes celtes qu’elle chérit particulièrement.
En 2006, sa nouvelle Le Violon de la Fée (revue Faeries n° 17) est récompensée par le prix Merlin, et en 2007 elle publie son premier recueil : Contes Myalgiques 1 : les terres qui rêvent (éditions Griffe d’Encre), salué par la critique, et lauréat du prix Imaginales 2008.
Tout en continuant d’écrire, puisqu’elle ne pourrait vivre sans, et de publier chez divers éditeurs, Nathalie Dau a créé sa propre structure : les éditions Argemmios. Folklore, mythologie et poésie y sont évidemment mis à l’honneur. – (source : site argemmios )

Et Au miroir des Sphinx de Charlotte Bousquet

Il y a très longtemps… Dans un champ de ruines, deux sphinx défient la destinée. Un vieux philosophe attend la mort. Une sphinge et une femme ailée décident de s’aimer. Autrefois… Un vampire est victime de son inquiétante étrangeté. Un voyageur égaré trouve l’amour dans les yeux d’une louve. Aujourd’hui… Une acrobate amoureuse cherche des ailes pour voler. Deux anges s’affranchissent, enfin, du poids de la divinité. De la lointaine antiquité à nos jours, des rives du Nil aux ruelles étroites de Florence ou de Paris, cette errance au fil du texte et du temps s’interroge inlassablement sur l’altérité et le moi, sur l’amour et l’effroi.

L’auteure : Charlotte Bousquet

Charlotte Bousquet a commencé à écrire juste après avoir appris à monter à cheval – beaucoup trop tôt pour ses yeux et son dos. Son adolescence dissolue n’ayant réussi à la détourner ni des équidés, ni de la plume, elle s’est vengée de cet échec en ajoutant aux passions de cette malheureuse l
Un mélange qui a poussé cette drôle d’amazone à mener de front un doctorat au titre interminable – Les mondes imaginaires et le déplacement du réel : un questionnement de l’être humain –, deux récits pour enfants, la première esquisse de Lettres aux ténèbres, des travaux de traductrice et de scénariste de jeux de rôles – et quelques rencontres qui ont bouleversé sa vie.
Le résultat de ces miscellanées, c’est que Charlotte Bousquet est une auteure aux multiples facettes qui n’aime rien tant que se jouer des étiquettes et brouiller les pistes.
Aujourd’hui, convaincue que le rôle d’un écrivain est aussi de s’engager, elle a créé au sein de CDS-éditions – maison fondée avec son époux, l’illustrateur Fabien Fernandez – la collection pueblos. Celle-ci a pour but d’aider des organismes humanitaires et écologiques à travers des anthologies thématiques.
Zaïna et le fils du vent, roman jeunesse, a remporté le Prix Grand Atlas des lycéens 2001. Les Arcanes de la trahison, premier tome de sa trilogie de Fantasy (Le cœur d’Amarantha) a reçu le Prix Merlin 2005.
Récit fantastique, Lettres aux ténèbres est paru en février aux éditions Le Calepin Jaune et a été finaliste du prix Imaginales 2008. – (source : site argemmios )

Une chasse dans une jeune maison d’éditions qui a permis aussi aux pirates de découvrir Mathieu Coudray, Graphiste Illustrateur, travailleur acharné, toujours appliqué à affiner son style, son identité, il navigue entre illustrations et bandes dessinées. Particulièrement à l’aise dans les univers de Fantasy ou de fantastique, son trait prend une efficacité remarquable dans le registre humoristique. Mathieu a signé plusieurs couvertures pour les éditions Argemmios, Quid Novi ? ou Pietra Liuzzo, le fanzine Borderline, et des illustrations intérieures pour Khimaira, OutreMonde, les éditions Spootnik… Graphiste freelance, Mathieu s’exprime aussi dans le domaine de la communication, réalisant logos, designs, affiches, flyers, et même des sites internet. Il a publié fin 2009, aux éditions du Riez, Les Sombres Romantiques : un recueil rassemblant 6 de ses illustrations, lesquelles ont inspiré 6 écrivains. – (source : argemmios ).

Les couvertures de Qantice, de Et cette porte, là-bas, qui se fermait…, Les Héritiers d’Homère sont de lui ! Juste magnifique !!!

Voici d’autres œuvres de Mathieu Coudray : TOUS DROITS RESERVES

Pour aller plus loin :

e-boutique : http://boutique.argemmios.com/
forum : http://argemmios-editions.aforumfree.com/

Mais aussi des titres supplémentaires sur le site lokomodo : http://www.diffusion.lokomodo.fr/50-Editions-Argemmios.html

Encore de bien belles découvertes grâce à cette chasse aux trésors à travers l’univers d’Argemmios Editions.