Avant le déluge (Les extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, T2) de Raphaël Albert

extraordinaires-fantastiques-enquetes-Sylvo-Sylvain-detective-prive-2-avant-le-deluge-raphael-albert

Editions Mnémos, Collection Hélios, 391 pages, 11,90€

4ème de couverture

Sylvo Sylvain est un elfe détective privé dans Panam, un Paris du XIXè siècle décalé, aux accents steampunk. Après des débuts laborieux, son agence connait maintenant succès et richesse. Tout va pour le mieux, jusqu’au jour où son ami le journaliste Jacques Londres disparaît. Sylvo et son acolyte Pixel vont mener l’enquête : précipités au coeur d’une gigantesque conspiration, ils vont côtoyer de très près la Grande Faucheuse…

Résumé

Quelques années après La Conjuration des éléments, Sylvo et Pixel ont enfin une vraie agence de détective privé, avec des employés et surtout des clients, nombreux et qui paient bien. Fini les années de disettes et de vaches maigres. Mais au lieu de surfer trop longtemps sur la vague des héros, ils décident de garder profil bas, même si la célébrité a quelques avantages. Un nouvel acolyte à rejoint les deux exilés, un jeune garçon voleur à ses heures mais débrouillard et sympathique : Broons. Il dérise plus que tout qu’on lui confie une affaire, une vraie. Et Sylvo décide de lui laisser sa chance, bientôt, très bientôt. Un matin, Sylvo et Pixel accompagnés de Broons, trouve qui les attend à l’agence, Mme Lane, la patronne du journaliste Jacques Londres, l’autre héros de la conjuration des éléments. Ce dernier a disparu depuis 3 jours déjà et cela ne lui ressemble pas. Même si Sylvo n’est pas convaincu que Londres est réellement disparu, il accepte d’enquêter… Commence alors une mission qui aura de très grosses conséquences….

Mon avis

Gros coup de cœur ! Une suite encore meilleure que le premier tome !

Je vous invite à relire mon avis sur le 1er tome, si vous n’avez pas eu l’occasion de le connaitre : Rue Farfadet

Par quoi commencer… On retrouve Sylvo et le pillywigging Pixel quelques temps après l’action du tome 1, Rue Farfadet. Leur Agence est désormais on ne peut plus officielle :  P & S, et marche plutôt bien, une vraie secrétaire et des employés sérieux et efficaces, Le Géomètre, Hobo, … et Broons. Chacun a ses petites particularités mais ce sont de bons détectives qui contribuent à la renommé de l’Agence. Le lecteur apprend vite à les connaitre ou les reconnaitre car certains membres du personnel ne lui seront pas inconnus ! Sylvo nous conte sa routine et ses habitudes nouvelles, tout bien, voire tout va mieux, jusqu’au jour où disparaît Londres, le journaliste vedette depuis la Conjuration des Éléments. De prime abord, on découvre que lui et Sylvo ne sont pas aussi amis que la presse le dit mais en soe uvenir des événements passés, l’elfe détective accepte de mener l’enquête sur cette fraiche disparition. Les investigations de P & S débutent pas fouiller le bureau de Londres au journal et son appartement. C’est lors de la fouille de ce dernier lieu que les enquêteurs vont commencer à comprendre que la disparition du journaliste est peut-être bien sérieuse et les deux acolytes vont se retrouver au coeur d’une conspiration qui les dépassent. Comment vont-ils s’en sortir ? et retrouveront-ils Londres ?

A partir de la fouille de l’appartement de Londres, le rythme ne s’essouffle pas un instant ! Une vraie enquête voit le jour, découvertes, indices … Les événements s’enchaînent. L’intrigue est superbement construite. Ce second tome est résolument plus noir que le précédent, il se passe beaucoup de choses. Et le lecteur découvre qu’il ne se passe pas que du joli, joli dans le royaume et à Panam. Dans le premier, l’humour était de mise, ici même si certains passages sont plus légers, l’atmosphère des découvertes, les drames qui se jouent, des événements, complots … ne prêtent pas à la rigolade. Sombre et dense, étrange et mystérieuse, l’intrigue est à l’image de l’univers créé par l’auteur. C’est vraiment un polar plaisant, dramatique et palpitant, on en oublierait presque que les héros sont des personnages de « fantasy ». De nouveau, Raphaël Albert réussi le coup de maître de mêler polar et fantasy avec une facilité qui semble si déconcertante, et par là même il bluffe son lecteur ! Je trouve qu’on accroche très bien aux deux univers mélangés et que les peuples, créatures, mythologie inventée se fondent complètement dans l’histoire. Ce roman allie les deux univers que j’aime le plus, ce n’est donc que du bonheur !!!

On retrouve avec plaisir Panam, ce Paris de la fin du 19ème, à la sauce steampunk. Et c’est toujours aussi bon.  Je continue de beaucoup aimé cet univers et je dirais même que c’est encore meilleur, car il y a plus de choses développées. On retrouve ce monde avec 3 lunes, des rythmes différents, des noms d’heure, de jour, de mois à la fois différent et proche des nôtres, une gestion du Royaume par 3 Ducs. Toujours original et dans le respect de certains codes. Le steampunk est toujours le plus de cet univers en lien avec le monde fantasy où l’on croise autant de magie que de science. Je loupe peut-être quelques références, n’étant pas parisienne, cependant il y a les incontournables, les références littéraires … qu’on ne peut pas les louper. Un vrai méchant se démarque un peu plus, le 4ème Duc, personnage mystérieux, qui peut bien se cacher derrière ce mythe ? Existe-t-il vraiment ? Qui tire donc les ficelles ?

On suit Sylvo à travers Panam et avec lui, on explore encore un peu plus les traditions de ce Royaume, la Danse macabre par exemple, ainsi que la composition du Petit Peuple. L’auteur a choisi cette fois, de nous faire découvrir, l’envers du décor, des lutins et des leprechauns. J’ai adoré cette balade sombre dans Panam où l’on sent poindre le souffle de la révolte…

L’univers est très travaillé, tout comme le personnage de Sylvo. On commence à découvrir des choses de son passé, la collecte d’informations continue et on a envie d’en savoir toujours plus. Il reste mystérieux sur ce passé mais sa psychologie est elle, très développée. Le lecteur sait ce qu’il pense, ce qui l’effraie, le rend heureux, le perturbe, le dérange. Il semble changé mais est-ce vraiment le cas ? Il y a encore tant de choses à découvrir. Je suis très attachée à ce personnage que j’adore de plus en plus, et la fin …. le choc, elle m’a brisé le cœur, frustrée je suis. C’est dire, il me faut absolument la suite ! Malheureusement, elle n’est pas encore publiée. Je rassure ceux qui se demandent si du coup, il y a une fin ou pas, oui, l’intrigue est résolue mais on apprend et on souhaite savoir tellement d’autres choses, que : vivement la suite !!!!

Avant le déluge, comme Rue Farfadet, est très travaillé, recherché, et très bien écrit. Je dirais aussi que je le trouve plus fluide et que l’auteur affirme encore plus son style. Il y a du renouveau, plus sombre comme je l’ai déjà dit, une vraie suite. Un coup de cœur !

Avant le déluge, c’est une véritable plongée en eaux troubles, une enquête avec son lot de révélations (et quelles révélations!), de trahison, de surprise, de suspense !!! Je le recommande vivement. A lire de préférence après le 1, même si les deux tomes peuvent se lire assez bien l’un sans l’autre, l’univers est tellement formidable que ça serait dommage de ne pas lire Rue Farfadet.

masse critique

*****************************

88054471_p

otm5

Publicités

Rue Farfadet (Les extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, T1) de Raphaël Albert

rue-farfadet-raphael-albert

Les éditions Mnémos (collection Hélios), 281 pages, 9,90€

Lecture commune avec Ivy de La Plume d’Ivoire et Zina de Les Pipelettes en parlent

4ème de couverture

Panam, dans les années 1880 : les humains ont repris depuis longtemps la main sur les Peuples Anciens. Sylvo Sylvain a posé son havresac dans la rue Farfadet, gouailleuse à souhait. Chapeau melon vissé sur le crâne, clope au bec, en compagnie de son fidèle ami Pixel, il exerce la profession exaltante de détective privé et les affaires sont nombreuses ! Des adultères à photographier, des maris jaloux, des femmes trompées, etc. Ni très rémunérateur, ni très glorieux que tout ceci. Alors, Sylvo fréquente assidûment les bars, les cafés et les lieux de plaisir en tout genre où son charme envoûte ces dames…

Jusqu’au jour où, lors d’une banale enquête de routine, il se trouve mêlé à une machination dépassant l’entendement. Le voilà, bien malgré lui, chargé de l’affaire par l’un des trois puissants ducs de Panam. Saura-t-il tirer son épingle de ce jeu compliqué et dangereux ?

Résumé

Tout commence avec Martin le nain, vivant à Saltrouville en banlieue de Panam, avec sa femme Griselda. Martin vit son petit train train quotidien. Mais Martin a la chance de ne pas faire un métier de nain (égoutiers ou tunneliers), il travaille dans l’administration duccale. Seulement Martin en sortant de son travail, va rejoindre quelqu’un dans un hôtel en tout discrétion. Enfin, pas suffisamment, Griselda a des soupçons, elle embauche Sylvo, un détective privé, elfe de son état pour suivre son nain de mari. Un jour, Sylvo est en planque au café non loin de l’hôtel, histoire de voir sortir Martin, pendant son attente, il observe. Ce qu’il voit l’inquiète un peu mais pas le temps de pousser plus avant, Martin est déjà sorti de l’hôtel. Alors qu’il allait se remettre en route, le café est victime d’un attentat, un de plus qui secoue Panam depuis quelques mois. Personne ne sait qui est derrière toi ça. La police piétine. Sylvo va se retrouver embarqué, dans une affaire beaucoup plus complexe…

Mon avis

Un pur moment de détente !

Je me suis beaucoup amusé avec ce roman de Raphaël Albert !!! Déjà ça commence bien, la couverture d’Aurélien Police ❤ juste trop belle, une nouvelle collection, un format poche, bien pratique à emmener partout, j’adore ! Et puis…

On découvre un Paris devenu Panam des années 1880, un peu steampunk, beaucoup fantasy, pas mal polar, avec beaucoup d’humour ! Que du bon !!!  J’ai beaucoup aimé cet univers créé par Raphaël Albert, une ville qui ressemble à ce qu’on connait mais un monde avec 3 lunes, des rythmes différents, des noms d’heure, de jour, de mois à la fois différent et proche des nôtres. C’est à la fois original et dans le respect de certains codes. Le steampunk est léger mais on découvre de un Panam industrialisé, avec les premiers véhicules à moteur, la photographie, le contrôle du climat, etc. Tout reste en lien avec le monde fantasy et on croise autant de magie que de science.

Le personnage principal est Sylvo Sylvain, un elfe détective qui a dure quitter Toujours-Vert, la terre des elfes. Sylvo est un exilé, on ne sait pas pourquoi il a du quitter sa forêt, sa vie, son oxygène, … mais on comprend que c’est très difficile pour lui. Il enquête donc sur un adultère entre un nain et … une humaine! Mais quelque chose cloche, qui est le 3ème personnage qui débarque dans cette chambre d’hôtel ? Qu’est-ce qu’il n’y aurait pas autre chose là dessous ? Peu importe pour Sylvo, il a des créanciers à payer, pas le moment de se poser des tas de question dont les réponses ne serviront pas. Autant faire son rapport à Griselda et passer à autre chose. Sylvo est attachant. J’ai aimé sa façon de voir les choses, ses meurtrissures, un passé qui semble douloureux, qui lui donne une consistance mais surtout de l’autodérision, de l’humour, un peu l’antihéros. ça colle très bien avec le côté polar du livre en plus, et ce type d’enquêteur j’adore ! Vous savez, le détective qui fume comme un sapeur, aime le ouisk (ou la bière), qui trainasse, les choses lui tombent dessus comme ça mais il est loyal, avec un coeur gros comme ça. Voilà vous y êtes ! J’ai adoré Sylvo quoi 😉

On découvre que Panam est régi par un système ducal, 3 ducs. Mais tout n’est pas simple, il semble y avoir des tensions, des mystères et des secrets d’alcôves… On découvre un peu l’histoire de la ville (le libérateur Djizu, etc.). En parallèle, à l’enquête de Sylvo, on apprend donc les dessous supposés de Panam, les attentats qui se déroulent depuis quelques temps déjà, dont la spécificité est d’utiliser des élémentaux (air; feu;..). Mais qui commet ses attentats ? Pourquoi ?

Raphaël Albert croque toute une série de personnages d’espèces différentes : des orques, des gobelins, des trolls, des nains,… mais c’est tellement bien fait qu’on a pas l’impression d’une sur-enchère dans le côté fantasy. Chacun a un rôle à jouer dans l’intrigue, dans la ville et aucun n’est vraiment le bienvenu chez les humains de toute façon. J’ai beaucoup aimé Pixel, je vous laisse découvrir qui c’est, j’ai beaucoup aimé son interview par exemple.

Il y a pas mal d’effets de style dans ce roman (ce qui pourra peut être en rebuter certains mais qui moi m’ont conquise !), par exemple, on est en train de construire La Tour des Fées… Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. On retrouve ça pour les noms de rue, de monuments, de places, … J’en ai compris pas mal, mais j’avoue n’étant pas parisienne, je n’ai pas tout saisi mais ce n’est vraiment pas grave, c’est resté amusant et un plaisir jusqu’au bout! Il y a des choses vraiment très drôles ! J’ai même capté des références à des chansons ou des films. On trouve donc pas mal d’humour dans cette aventure de Sylvo. Je me suis beaucoup amusée à lire ce livre, j’ai souvent souri, et même rit parfois ! C’est bien écrit, fluide, précis. Dans un style qui colle parfaitement avec l’histoire. L’intrigue polar est très bien menée, elle est sur plusieurs niveaux, on va de découvertes en révélations. Dans l’ensemble, on ne voit pas venir les choses (sauf une, mais ça c’est mon instinct qui m’a guidé), plein d’hypothèses sont avancées, pistes, fausses pistes ?

Raphaël Albert a créé un univers dont on ne connait pas encore tout, et qu’on a envie de découvrir, qu’y a-t-il en dehors de Panam ? quel est le passé de Sylvo ? Je pense que je lirai les prochaines aventures de Sylvo, histoire de découvrir ce qu’il devient, ce qu’il a fait, et je pense que l’auteur a laissé des indices pour d’autres histoires, d’autres énigmes.

Vous retrouverez les avis d’Ivy et de Zina, en cliquant sur leur pseudo ! Une très chouette découverte et lecture commune !

*******************************

88054467_p

logo challenge