Comment trouver la femme idéale ou le théorème du homard de Graeme Simsion

homard

Pocket, 380 pages, 7€30

LC du club de lecture Lille aux Livres

4ème de couverture

Don Tillman a un gros problème. Ce n’est pas son incapacité à vivre en société. Ni ses idées arrêtées sur à peu près tout (à commencer par le homard au dîner, le mardi). Non, le vrai souci de Don, brillant professeur de génétique, c’est le  » Problème Épouse « . Sur 100 individus de sexe féminin, 100 ne répondent absolument pas à la liste de critères scrupuleusement établie par lui – et Rosie, étudiante le jour, serveuse la nuit, encore moins que les autres… Et c’est bien là que le théorème se complique… « 

Mon avis

Divertissant

Don est professeur de génétique et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a de gros problèmes de comportement social. Ses journées, sa vie sont réglées comme du papier à musique, à la minute près Don sait ce qu’il doit faire, ce qu’il doit dire, ce qu’il doit manger. Don a réussi à se faire des amis Gene, un collègue d’une dizaine d’année son aîné et Claudia sa femme. On peut presque compter leurs enfants dans le nombre des amis de Don, presque. Par contre, à l’université, il a beaucoup de mal à prendre l’importance d’être sociable et surtout de se battre pour obtenir des financements, et c’est pas la doyenne qui dira le contraire.

Le principal problème de Don est qu’il n’arrive pas à trouve une femme (oui oui pour lui c’est le principal de ses problèmes). Il y a toujours un grain de sable dans sa mécanique comme la Glace à l’Abricot… Il décide alors de traiter ce problème de manière mathématique et établit un questionnaire très précis afin de gagner du temps pour trouver une Épouse mais aussi être sur que les soucis rencontrés lors des rendez-vous précédents avec des prétendantes ne se représenteront pas. Il diffuse son questionnaire sur Internet et écume de nouveau les speed datings. L’avantage du questionnaire c’est qu’à la moindre réponse inacceptable (fumer, être végétarienne, etc.), il ne perd plus son temps et passe à quelqu’un d’autre. Autant dire qu’il n’es pas prêt de trouver une femme notre Don Tillman ^^

L’ami de Don, Gene va chercher, semble-t-il à l’aider un peu, et embarque une partie des réponses aux questionnaires pour les analyser… 2h après, une jeune femme Rosie, débarque dans le bureau de Don. Gene lui a conseillé de s’adresser à Don. Ce dernier l’invite à dîner le soir même, peut-être que Gene lui a trouver la partenaire idéale? Cependant, bien vite, Don va se rendre compte que Rosie ne répond à aucun des critères de l’Opération Épouse. Mais le temps passé avec elle n’est pas si désagréable. Surtout elle semble avoir des problèmes affectifs qui remontent au fait qu’elle ne connaisse pas qui est son vrai père. Peut-être une occasion pour Don de lui venir en aide. Même si cela est parfaitement… déraisonnable. Que se passe-t-il ? Pourquoi donne-t-il soudain de l’importance à des choses qui ne rentre pas dans son planning si serré ?

Don est sans doute le seul qui ne se rend pas compte qu’il a tout de la définition de quelqu’un atteint du syndrome d’Asperger. C’est de là que vient la plus grande partie du comique de situation du livre, les malentendus sociaux. Par contre, même si le personnage global de Don est un peu exagéré et très romancé (il change très vite, ce qui n’est pas vraiment cohérent avec ce trouble), on ne tombe pas dans quelque chose de malsain sur ce sujet. Au contraire, il y a même des choses assez justes expliquées. La scène de la conférence au début est excellente.

Don est aussi touchant qu’agaçant. Sa relation avec sa vieille voisine par exemple est adorable et touchante. Par contre, sa méthode pour trouver une femme est complètement choquante ! Toutefois, l’auteur le confronte à une femme intelligente, Rosie, qui va lui faire comprendre combien ce comportement est inadapté. Là aussi, les choses sont abordées assez intelligemment alors que la pente était glissante. Peut-être aussi est-ce parce que l’auteur est australien. Je trouve en général que les comédies romantiques qui ne sont pas américaines sont plus justes et moins clichés que les américaines (et surtout moins pipi/caca – sexiste – humour gras, comme les films en fait…). Rosie est un personnage quand-même assez convenu, finalement on s’aperçoit très vite qu’elle est plus qu’elle n’en montre.

L’histoire est sympathique, ça se lit bien, ça détend, c’est léger, on peut franchement sourire sur certains passages, ça joue donc son rôle de comédie sentimentale. Et d’un autre côté, ce que je n’aime pas trop du coup, c’est que c’est assez convenu, on devine le scénario et toutes les réactions en chaine à 3 kms. Comme la recherche d’identité du père de Rosie, c’est un bon fil conducteur qui permet aux personnages de rester à proximité l’un de l’autre mais on sait sans trop de mal ce qu’il en est. Il y a quand même certaines scènes qui sont drôles

J’ai regretté ne pas avoir un peu plus l’impression d’être en Australie. Pour le coup, comme pour 44 Scotland Street (qui se passe en Écosse), l’auteur ne prend pas la peine de planter un décor, de créer quelque chose de plus typique, qui se démarquerait un peu. L’histoire pourrait finalement se passer n’importe où.

C’est donc une lecture en demi-teinte, c’est vraiment divertissant, mais elle sera vite oubliée. Et les deux chapitres bonus du début de la suite ne m’ont pas particulièrement donné envie de lire la suite. Après, je suis manique savoir que ce n’est pas vraiment terminer me poussera peut-être un jour à me procurer la suite pour la découvrir quand même. En attendant, je préfère vider ma PAL 😀

Publicités

Tendre veillée de Scarlett Bailey

Tendre veillée de Scarlett Bailey

Milady, collection Central Park, 408 pages, 7,60 €

Lu en ebook

4ème de couverture

Quel homme déballera-t-elle au pied du sapin ?
 
Lydia a toujours souhaité vivre un Noël parfait. Aussi n’hésite-t-elle pas une seule seconde quand ses meilleures amies l’invitent à réveillonner en leur compagnie. Au programme, feux de cheminée et marrons chauds – le tout dans un décor digne d’une carte de vœux. Mais quand elle se retrouve bloquée par la neige en compagnie de son petit ami, de son ex et d’un irrésistible inconnu, son Noël idéal est sérieusement mis à mal. Pourtant, trois rois mages, c’est la tradition à cette époque de l’année…

Résumé

Lydia Grant est une jolie avocate anglaise. Romantique mais posée quand même, elle adore les vieilles romances cinématographiques et les Noël blanc. Sauf que Lydia n’a jamais eu le Noël de rêve qu’elle souhaite pourtant. Mais cette année, elle saute sur l’occasion de le passer dans une charmante demeure ancienne, à la campagne anglaise avec ses meilleures amies, il ne pourra qu’être merveilleux. Et en plus, il annonce de la neige, quand de mieux ? Elle saute sur l’occasion d’autant plus qu’elle a découvert une bague dans les affaires de son petit ami et qu’elle se pose désormais plein de question sur son avenir…

Mon avis

Une lecture détente qui convient bien à la période de Nowel ❤

Le 4 décembre, alors qu’elle n’a plus trop de temps et qu’elle cherche une paire de chaussette propre, Lydia se décide à piquer une paire à Stephen son petit ami depuis un peu plus d’un an. A sa grande surprise, elle découvre une bague magnifique de chez Tiffany. La bague parfaite car en grande romantique, Lydia aime les vieux films à l’eau de rose comme Diamants sur canapé. Mais Lydia n’est pas certaine de vouloir se marier. Or ce n’est pas dans la nature et le caractère de Lydia de ne pas savoir ce qu’elle veut. Cette brillante avocate est sure d’elle, dynamique et compétente. Que lui arrive-t-il ?

Le 21 décembre, elle fait route avec son petit ami vers leur lieu de vacances Heron’s Pike, demeure victorienne près d’un lac. Rares les occasions pour eux de se retrouver à deux, eux qui ne prennent quasiment jamais de congés. Mais alors que Stephen avait envisagé une escapade romantique en tête à tête, Lydia a sauté sur la proposition de son amie Katy qui vient, avec son mari Jim, d’acheter une vieille demeure dans la campagne anglaise dans le but d’y ouvrir un hôtel. Stephen en tient un peu rigueur à Lydia mais la jeune femme le convainc, elle va avoir un Noël comme dans ses rêves. Parce que Lydia n’a jamais eu de chance à Noël, entre ses parents qui se détestaient et ensuite les Noël chez l’un et pas chez l’autre source d’engueulade… Elle n’a pas été gâtée. Mais là, il y aura de la neige, de belles tablées, des décors de Noël, une dinde, des rires…

Un Noël de rêve avec ses 3 meilleures amies qu’elle n’a pas vu depuis un bail. Katy qui s’occupe donc de retaper un peu la demeure avant l’ouverture, elle a deux enfants et un mari assez cool la vie Joanna, belle, présentatrice star du télé achat, ancienne coloc’ de Lydia, toujours sur le point de se marier mais qui n’a jamais fait le grand saut. Et Alex, sportive, aventurière et engagée dans une association combattant le cancer. Enceinte de 8 mois et qui commence à avoir des doutes sur sa capacité à devenir mère. Elle est accompagnée de David, son époux.

Joanna a annoncé qu’en plus elle serait accompagnée. Mystérieuse, elle a clairement raconté à Katy que celui là c’était le bon, elle est prête à l’épouser. Il s’agit de Jackson, un bel américain. Qui s’avère être l’ex petit ami de Lydia ! L’horreur ! Surtout qu’elle a tellement peu parler de lui, qu’elle ne sait pas comment l’apprendre aux autres… En plus, ce Jack lui a tourné la tête et briser le coeur, les retrouvailles ne s’annoncent pas sous de bons hospices.

Alors que le four, pièce essentielle dans les fêtes de Noël, car sans lui pas de repas, lâche, les hommes affrontent la neige pour aller chercher de l’aide au village. L’entrepreneur du coin accepte de les aider. Il ne sait pas où il débarque… L’atmosphère est aussi joyeuse qu’explosive. Bien venu chez les cinglés.

J’ai beaucoup aimé cette romance, fraiche et douce. Lue au moment de Noël, elle est parfaite. L’ambiance, les détails du lieu de vacances, cheminée, odeur du sapin, les décos de Noël, boules et rubans, l’effervescence des jours avant Noël, c’est génial ! L’auteur nous offre rebondissements, catastrophes, coup d’éclat, yeux qui pétillent, voix et regard embués par l’alcool, des confidences, des trahisons, des coups de gueule, de l’amour. C’est un peu convenu, on se doute bien de ce qu’il va se passer mais c’est vraiment l’atmosphère qui fait tout le charme du livre. Et puis, il se lit vite, c’est sympathique, pas culcul, un peu mièvre parfois mais juste ce qu’il faut. J’ai passé un bon moment de lecture. Le style est simple et frais mais pas non plus fade. On a plein de détails qui nous aident à nous immerger dans le lieu, dans le décor, avec les personnages.

L’héroïne, Lydia a plutôt la tête sur les épaules, elle réfléchit avant d’agir mais pas forcément avant de parler, elle et ses amies sont drôles. Lydia est romantique, avec plein d’envies et d’idéaux mais elle grandit, murit et comprend que la vie n’est pas un conte de prince et princesse et donc évite de foncer tête baissée. Quoique…

J’ai beaucoup aimé les liens entre les personnages, surtout entre les copines. Leur amitié m’a paru crédible et je me suis parfois retrouvée, toute proportion gardée, chez l’une ou chez l’autre. Et puis, ce sont des femmes, avec des responsabilités, pas niaise, un peu naïve (mais on est toute de temps en temps un peu naïve),  ce qui m’a empêché d’avoir envie d’en prendre une pour frapper l’autre, si je puis dire. Mais très différente, la mère de famille, la working girl, la bimbo star et la sportive (non, ce n’est pas le retour des Spice Girls), 4 femmes avec du caractère, ça ne peut faire que des étincelles, que cela soit positif ou négatif !

D’habitude, ce n’est pas mon genre de lecture, du moins, j’ai du mal avec la romance, mais là, j’ai passé un très bon moment avec Lydia, mon petit coeur a aimé la voir douter, choisir, décider, abandonner, rebondir, etc. L’ambiance Noël, que j’adore, m’a beaucoup aidé à apprécier cette histoire. Une lecture doudou que je pourrais bien relire dans quelques années.

Le Montespan de Jean Teulé

Pocket, 6,70€, 307 pages

4ème de couverture

Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C’était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan…

Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu’il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l’homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d’assassinat, il poursuivit de sa haine l’homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme…

Résumé du début

Tout commence par une « dispute » entre 8 personnages de la noblesse, 4 d’un côté, 4 de l’autre et une proposition de duel le lendemain matin aux premières heures du jour. C’est à cette « occasion » ainsi que Louis-Henri Marquis de Montespan va perdre son frère le Marquis d’Antin. Alors qu’il se fait sermonné par La Reynie (les duels sont interdits par Edit), pour les actions de son frère trépassé, Louis-Henri va faire la rencontre de Françoise de Rochechouard de Mortemart, dite Mlle de Tonnay-Charente qui elle, suite à ce duel, n’a plus de fiancé. Entre Françoise et Louis-Henri, ça sera le coup de foudre, et le début du bonheur… Jusqu’à ce que criblé de dettes et voulant assuré un grand train de vie à sa magnifique épouse, le Marquis décide de partir en campagne de guerre (d’abord des séjours assez courts, puis plus longs) pour le Roi Louis XIV, pendant que sa femme restée seule, se fera introduire à la cour de Versailles par Louise de la Vallière, favorite du Roi mais il est bien connu que « la favorite en date présente toujours la prochaine à sa Majesté… »

Mon avis

Mitigé, je n’ai ni adoré, ni détesté, en fait, j’ai aimé certains points et en est pas aimé d’autres.

Je ne suis pas contre les romans historiques ou l’histoire de France, je n’en lis pas beaucoup, mais j’aime bien, surtout qu’en c’est un poil romancé et pas juste un traité d’histoire. Ici, j’ai apprécié que l’auteur nous raconte l’histoire d’un personnage qui est resté peu connu mais qui méritait d’être mis en lumière. Par contre, j’ai beaucoup de mal avec la royauté, le pouvoir de droit divin, les passes-droits du Roi qui était tout puissant et là impossible de faire l’impasse dessus, puisque de l’histoire du Marquis de Montespan c’est justement tout ça, une homme qui a une femme qui va plaire au Roi parce qu’elle est belle, pas farouche et avec moult traits d’intelligence. Et bien entendu, une fois que votre femme est la favorite du Roi, c’est comme si elle n’était plus votre femme, le drame pour quelqu’un d’aussi amoureux.  Du coup, j’ai oscillé entre l’intérêt porté à ce qu’allait décider, faire, choisir M. de Montespan et l’envie de jeter le livre à travers la pièce (nan j’exagère 😉 ) ! Comprendre que ce n’est pas le livre en lui même, ni le style de l’auteur mais bien certaines parties de l’Histoire avec un grand H que je n’aime pas.

Du coup, je ne me suis attachée qu’au Marquis, qui est amoureux de sa femme, un comble semble-t-il à l’époque. Dans la noblesse surtout. On ne s’y mariait pas par amour mais  pour des raisons d’argent, pour associer des familles, etc. Il est le seul a avoir été horrifié d’apprendre que sa femme couchait avec le Roi, tous les autres maris n’auraient attendu que cela, pour pouvoir bénéficier de titres, de terres, d’honneurs non acquis, d’argents. Tout ce que Montespan refusa toute sa vie. Et c’est vraiment ça qui m’a attaché au Marquis, il a décidé de ne pas se laisser faire, de ne pas se taire, il a refusé tous les privilèges qu’on lui a proposé quitte à finir en prison, exilé ou mort. Il est resté droit dans ses bottes et même en prenant de l’âge et en ayant une situation financière très peu reluisante, il n’a pas cédé au Roi qui lui avait déjà pris sa femme, pas question qu’on lui prenne en plus son honneur ! Mais il sera finalement malheureux quasiment toute sa vie, privée de sa femme, ses enfants frappés par le malheur (de façon différente) de n’avoir pas eu une mère auprès d’eux, etc. Cet homme a été ridiculisé, méprisé, montré du doigt par la noblesse de l’époque, alors qu’il n’avait aucun tort à se reprocher (ou si peu). La méchanceté et la vilénie de cette période et de ces gens, c’est vraiment quelque chose qui m’horripile. J’ai du mal à voir ça avec plus de recul. Du coup, ça me reste en tête après ma lecture, même si le sujet est ailleurs ou qu’on peut prendre le fait que ça soit relaté dans le roman, comme une forme de dénonciation des travers de l’époque. (Et puis, même si les temps ont changé, ça reste malheureusement encore trop actuel, bref, reprenons).

Au début j’ai apprécié Françoise, jeune, très femme, plein de joie et d’esprit, amoureuse de son époux et réticente à rester seule à la cour, mais plus j’avançais dans le roman, plus on apprend que la situation de favorite plus tient à coeur, qu’elle aime ça, se taper le roi et porter ses enfants finalement, plus je l’ai détesté. Pourtant, quand on y réfléchit, elle n’a fait que ce qu’on attendait d’elle à l’époque. Mais elle a pris la grosse tête, les gens ont commencé à la détester et moi avec. Après, on a pas réellement son point de vue ou très peu, du coup, est-elle heureuse elle ? Pas si sur.

Enfin, le roman n’épargne pas le Roi, la noblesse (française ou étrangère), les mœurs de l’époque (évoquées donc comme dénoncées finalement), du coup, c’est vrai que j’en garde quand même une bonne impression, même si j’ai pu être agacée par certaines choses pendant ma lecture.

J’ai bien aimé aussi les références qui sont introduites avec les personnages comme La Fontaine et les illustrations très parlantes qui aident à se faire une idée des lieux, personnages, etc. Les chapitres sont courts, le rythme est rapide, ça se lit très bien.

Sinon, j’ai aimé le travail de Jean Teulé, quand on regarde une biographie de Mme de Montespan, on se rend compte que tous les événements charnières de sa vie sont repris dans le roman (est-ce que tout est vrai, là c’est une autre question), de plus, la manière de décrire la réaction du Marquis, ses actions (comme repeindre le carrosse en noir et ajouter des cornes à son blason), sa manière d’envoyer bouler les émissaires du Roi, ou le Roi lui-même c’était vraiment un régal ! Le récit tout en image, avec un langage assez fleuri ou cru, pas mal de scène de sexe, de bravades, … ça m’a bien plu aussi, l’histoire est vraiment contée avec le style qu’il faut pour la mettre en relief, avec piquant et humour, mais aussi en n’occultant pas ce qui était dur, crasseux, sale, (au propre comme au figuré)…  Je pense donc que je relirai avec plaisir d’autres romans de  Jean Teulé. Et sans doute, le suivant viendra très vite avec Le Magasin des Suicides que je veux lire avant de voir l’adaptation au cinéma.

**********************************

Lecture commune dans le cadre du Club de Lecture Alille.com (16ème rencontre)