Rosa Candida d’Audur Ava Ólafsdóttir

Points, 7,50€, 333 pages

4ème de couverture

“Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens. Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s’en rendre compte les dernières paroles d’une mère adorée. Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C’est là qu’Arnljótur aura aimé Anna, une amie d’un ami, un petit bout de nuit, et l’aura mise innocemment enceinte.

En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d’Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.”

Résumé

Arnljótur, que son père surnomme Lobbi, a 22 ans, une petit fille de 7 mois qu’il a conçu un soir dans la serre familiale avec Anne, l’amie d’un ami, mais ils ne sont pas ensemble et ne la voit pas beaucoup, un frère jumeau autiste et beaucoup de mal à savoir ce qu’il faut faire de sa vie, surtout depuis le décès de sa mère dont il était très proche avec qui il partageait, la passion des fleurs, de la nature et du jardinage. Doué pour les études mais ne souhaitant pas les poursuivre, Arnljótur décide de partir sur le continent s’occuper d’une roseraie mondialement connue mais dont plus personne ne s’occupe vraiment, il prend avec lui quelques boutures de rose dont la variété à 8 pétales, rare, que faisait pousser sa mère.  Son père le dépose à l’aéroport après lui avoir préparer un dernier repas familial. Dans l’avion, Arnljótur ne se sent pas bien. Arrivé à la première étape de son voyage, il doit se faire opérer de l’appendicite, le voyage commence bien…

Mon avis

On suit l’histoire à travers les impressions et les observations d’Arnljótur. Il est jeune et un peu perdu, il ne sait pas vraiment quoi faire de sa vie, quel sens lui donner. Il se pose beaucoup de questions depuis la mort de sa mère dont il était très proche et la naissance inattendue de sa fille, Flóra Sól, conçue un soir avec une simple connaissance.

J’ai apprécié cette histoire simple, douce et belle, mais j’ai eu du mal à m’attacher à Arnljótur, jeune homme de 22 ans qui a parfois des réflexions touchantes et parfois des idées bizarres, comme lorsqu’il évoque que maintenant à 22 ans, il n’a plus qu’à attendre la mort, faute de mieux. Après, une fois qu’il arrive au monastère pour s’occuper de la roseraie, j’ai trouvé son personnage plus sympathique et touchant.

Quand il quitte l’Islande et ses champs de lave, il voyage à travers plusieurs pays avant d’atteindre sa destination. Je m’attendais à un peu plus de descriptions des pays traversés, histoire d’en apprendre un peu plus sur des pays peu connus. Mais non, on sait juste qu’il traverse des forêts puis 3 frontières sans plus de détails. Du coup, on ne sait même pas vraiment où arrive Arnljótur et où est situé le monastère. Comme c’est ma première découverte de la littérature nordique et de ses cultures, j’aurais apprécié plus de détails mais je suppose que cela n’était pas le but du récit. Finalement, on se passe assez facilement de savoir où il est parce que ça n’est pas cette destination là qui est importante.

J’ai aimé accompagner Arnljótur dans sa rencontre avec Frère Thomas, moine passionné de films d’art et d’essais, parlant plusieurs dizaines de langues; dans sa découverte de la roseraie et de la transformation qui s’opère en lui en même temps qu’il redonne vie aux jardins et aux parterres; de son apprentissage de papa quand il accueille Anna et leur fille un moment. Il y a de nombreux passages touchants et de nombreuses réflexions sur les sentiments, la façon de voir ou de comprendre les choses. Même si Arnljótur se confie à un moine, le récit ne tourne pas à un récit mystique ou une profession de foi. Le Frère bien sur explique certaines choses par le biais de la religion, mais le fait qu’il soit grand amateur de films, permet d’éviter que ses réflexions se limitent à l’aspect religieux et il tente du mieux qu’il peut d’aider Arnljótur et même s’il n’a pas toujours de réponse à lui donner, il est à son écoute et devance de temps en temps ses besoins. Leur relation est particulière mais très touchante.

D’ailleurs, les relations particulières c’est le quotidien d’Arnljótur. Il connait à peine Anna la mère de Flóra Sól, il ne sent pas l’âme d’un conjoint ou d’un père, mais a répondu présent quand elle avait besoin de lui. Il n’a pas vu beaucoup sa fille avant de quitter l’Islande et va apprendre à la connaitre sur cette terre étrangère. Une enfant agréable et facile qui rayonne et qui va rendre son sourire à Arnljótur, mais pas à lui uniquement. Il aime son père mais un fossé générationnel de plus de 50 ans, cela n’est pas facile à combler. Il était très proche de sa mère, malheureusement décédée, elle nous apparait comme douce, aimante mais parfois lointaine et absente quand Arnljótur décrit les souvenirs qu’il a d’elle.

J’ai pu me retrouver dans quelques réflexions d’Arnljótur ou réactions d’Anna. Il n’est pas facile de se trouver, de savoir ce qu’on veut, de réagir à certains événements qui vous tombent dessus. Donner un sens à sa vie ça n’est pas simple, concilier sa personnalité avec les événements non plus. Mais quoi qu’il se passe, même si ce n’est pas sur le bon trajet ou pas assez vite, on avance, on apprend à faire avec et/ou à faire autrement.

Ce livre est comme une tranche de vie, un voyage initiatique. Quand j’ai tourné la dernière page, je me suis dit « non, mais ce n’est pas déjà fini ? », il n’y a pas de fin en soi, dans le sens où, on ne suit pas Arnljótur jusqu’à son éventuel retour en Islande, sur plusieurs années ou jusqu’à la fin de sa vie. Mais, on l’accompagne dans un tournant de son existence. A la fin, quand même, j’ai un petit sentiment de frustration, parce que j’aurai aimé une autre fin ou, du moins, plus d’éléments, et je suis restée un peu sur ma faim. Même si je comprend pourquoi l’histoire s’arrête à ce moment là. Tout est symbolique.

Le style est plaisant, les chapitres courts permettent de donner un rythme ni trop long ni trop rapide à la lecture. Je pense sans m’y connaitre que la traduction est bien faite (l’histoire est claire et on comprend tout). Rosa Candida n’est pas un coup de cœur mais une première expérience de la littérature nordique, belle et intéressante. Un livre sensible et touchant (le tout début notamment, puis à partir du moment où Arnljótur arrive au monastère), dans lequel on peut se retrouver un peu et qui permet de réfléchir aussi.

Lecture effectuée dans un double cadre : une Lecture Commune initiée par Le Jardin de Natiora et moi-même et étendue sur le site Livr@ddict : ici,où participent également BenoitD67Tête de LitoteRoseSharon, ASK, FelinaPlumisa et Stellade

et pour le Challenge organisé par Coeur de Libraire : Challenge Littératures Nordiques

Publicités

13 réflexions sur “Rosa Candida d’Audur Ava Ólafsdóttir

  1. […] Retrouvez les avis de : Tête de Litote, Dawn, […]

  2. Natiora dit :

    Moi aussi je suis assez mitigée sur cette lecture, certains éléments m’ont beaucoup plu, et d’autres beaucoup moins. Ce ne sera pas une lecture aussi marquante que je l’espérais.

    • Faut dépasse les 100/150 pages au début on voit pas bien où l’auteur veut en venir. J’ai vraiment préféré une fois qu’il arrive au monastère.
      Mais c’est vrai, pas sure que j’en parle encore dans 2 ou 3 ans de ce livre.

      • Rose dit :

        Ca me rassure de voir que je ne suis pas la seule à m’être demandé dans quoi je m’étais embarquée pendant les 150 premières pages !

  3. J’ai bien aimé aussi la fin symbolique, c’est très joli, mais j’étais bien contente que le livre se termine. Non pas que cela ait été une lecture pénible, mais les longueurs et certaines scènes inutiles ont « endommagé » mon appréciation de ce roman, qui ne me laissera pas non plus un souvenir impérissable ^^

  4. stellade dit :

    Ton article est très complet!!
    J’ai eu le même sentiment que toi sur le fin..;c’est symbolique,c’est ça!!
    Je pense que tu as bien aimé?!!!
    à très bientôt.

  5. A S K ! dit :

    « J’ai apprécié cette histoire simple, douce et belle » C’est tout à fait ça, même si j’aurais tout de même aimé connaître exactement l’endroit où il atterri. Un joli voyage initiatique ou un jeune adulte devient un « vrai » adulte. Mais, il m’a tout de même manqué un petit quelque chose.

    • Oui pareil, il y a un petit quelque chose qui manque, mais ça reste très agréable, c’était ma première expérience dans la littérature nordique, et c’était une bonne expérience 🙂

      Merci d’être passée 🙂
      J’aime les LC, je découvre plein de jolis blogs !

  6. Plumisa dit :

    J’ai été déçue par cette lecture, attendant bien autre chose. C’est une jolie histoire, voilà tout ce que j’en retiens…

  7. Ah !! C’est mon livre de chevet, j’ai été conquise dès la première page, inexplicable… tellement beau et poétique. J’aime particulièrement le fat que l’on ne sache pas où le héros voyage. Tu as raison, c’est un voyage initiatique. Et la fin… elle m’a complètement bouleversée !

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s