Les Imaginales à Epinal les 25 et 26 mai 2013

affiche

Festival des mondes Imaginaires, organisé par la ville d’Epinal depuis 2002

Site des Imaginales

Le billet de Coquelicote

En début d’année avec Cassiopée et Coquelicote nous avons évoquer le fait d’aller cette année nous aussi à ce festival dont on entend du bien toute l’année. L’année dernière j’ai bavé sur les photos de copinautes blogueuses qui ont pu s’y rendre et la tentation était trop forte, nous avons donc décidé d’y aller, de réserver en avance une chambre et de partir le temps du weekend. Impératifs obligent, nous nous sommes limités au samedi et dimanche. Et puis plus de 5h de route pour y aller, pas question de rester qu’une journée. Malheureusement Cassiopée n’a pas pu partir avec Coquelicote et moi, c’est mon homme qui nous a accompagné à sa place ^^

P1110137 P1110139

On a plutôt facilement trouvé le lieu, c’est très bien indiqué dans Epinal, on sent que les organisateurs ont l’habitude ! Nous somme arrivés vers 11h30, on a d’abord fait un petit tour de la bulle aux livres, repéré les auteurs invités au centre à l’espace librairie et les petites maisons d’édition autour. J’ai trouvé la Bulle aux livres hyper bien organisée et on ne se marchait pas dessus même quand il y avait foule !

P1110121 P1110125

J’ai pris pas mal de livres à me faire dédicacé, au moins une 15aine !

On est resté jusque midi et demi, puis on a mangé rapidement pour y retourner le plus vite possible, ce jusque 18h.

Voici un peu résumé du samedi, un peu dans le désordre, sorry

Un arrêt aux Editions du Riez ! Je suis super contente d’avoir enfin fait un salon où la maison d’éditions et pas mal de ses auteurs étaient là !!! J’ai pu rencontré Aalexh (qui était déjà venu plein de fois à Lille ou à côté mais jamais quand je pouvais y aller aussi ^^) qui m’a dédicacé sa magnifique BD Le pantin sans visage et Franck Ferric, qui m’a dédicacé Les tangences divines que je n’ai pas encore lu. Alexis Lorens m’a dédicacé son roman qui était sorti chez Nuits d’Avril : Le long des sentiers obscurs. Et j’ai récupéré Coeurs de Loups, précommandé 🙂 Pas de Virginia Schilli prévu à l’horizon du coup, je me renseigne, elle sera là le dimanche, yeah !

P1110130

Le stand des éditions du Riez, avec Aalehx, Alexis Lorens et Franck Ferric

P1110132

Aalexh et ma belle dédicace ❤

Ensuite direction le stand magnifique de l’Homme Sans Nom, où il règne une ambiance de folie en ce samedi matin ! J’en profite pour faire dédicacer Iluvendan par Nicolas Debandt, le T1 uniquement, je pouvais pas prendre les 2.

P1110133

Nicolas Debandt (les livres ne vous font pas envie ??? Ils sont trop beau)

Je rencontre enfin, la charmante et sympathique Céline Landressie avec qui ont a bien discuter 🙂 Elle m’a gentiment proposé Rose Morte, T1 en Service Presse, MERCI encore Céline ❤

P1110135

L’adorable Céline Landressie (avec les lunettes, produits dérivés vendues sur le stand!)

Puis, elle m’annonce que Magali Villeneuve accepte elle aussi de me remettre un SP du T1, de la Dernière Terre, L’enfant Merehdian, mais c’est Noël en mai !!!! MERCI Magali !!!! J’ai beaucoup de chance ❤

C’est l’heure de partir manger, mais je repasserai sur le stand, faire dédicacer les deux livres par Magali Villeneuve pour Rose Morte  et Alexandre Dainche pour La Dernière Terre, qui ont fait les superbes couvertures !

Après la pause déjeuner, passage chez Nergäl afin de revoir ma belle Tiffany Schneuwly et de lui prendre 28, allée des Ormeaux ! Tiffany est toujours aussi souriante et adorable, j’ai adoré nos échanges lors du salon ❤

P1110140 P1110141

Tiffany ❤

Puis arrêt au stand lokomodo, j’ai pensé à prendre Les maléfices du temps et j’ai enfin eu ma dédicace de Michel Rozenberg (que j’avais croisé à T&L) 🙂 Un auteur adorable, si vous avez l’occasion, discutez avec lui ^^  P1110143

Michel Rozenberg 🙂

J’ai craqué sue le stand et pris même s’ils n’étaient pas là, Miroirs d’Ambre de Denis Labbé et Créature du Miroir de Jess Kaan. Mais aussi A un sanglot de moi, tu reposes, de Mathieu Guibé ! Achat prévu, la couverture est trop belle et je savais que je n’allais pas tardé à voir Mathieu sur le stand du Chat Noir.

Un arrêt chez Rebelle, afin de revoir Stéphane Soutoul, auteur adorable qui nous a envoyé à Coquelicote et moi, en SP, l’ebook d’Anges d’Apocalypse, Le Tourment des Aurores, nous voulions en discuter avec lui, l’ayant commencé toutes les deux pour l’occasion. C’est toujours un plaisir de discuter avec Stéphane de ses livres et de ses projets. J’en ai profité pour faire dédicacer Troubles songes 🙂

P1110145Stéphane Soutoul

A côté, ou non loin, nous nous sommes arrêté sur le stand du Chat Noir, mon chouchou 2012 des petites maisons d’édition, quel ravissement à chaque fois, ce stand, et les auteurs sont tous si sympathique ❤ Une dédicace de Mathieu Guibé sur son recueil chez Lokomodo et achat craquage d’Amulettes de Véronique Ajarrag et Les chroniques d’Oakwood, dans l’ombre de la demoiselle de Marianne Stern, avec un prime, une sympathique discussion et de jolies dédicaces ❤

P1110146

Mathieu Guibé

P1110148

Véronique Ajarrag et Marianne Stern

Ensuite, nous avons rencontré avec Coquelicote, Meli du Bazar de la littérature, elle a reconnu Coq’ et son joli bandeau (c’était une très bonne idée) et nous avons échangé quelques mots sur le salon. Nous nous sommes quittés pour mieux nous retrouver le soir pour manger entre blogueuses avec Maia des Lectures de Maia et Tsuki de Tsuki-books 🙂

J’ai ensuite été cherché un autre de mes achats prévus : L’ArtBook raconté de Fleurine Rétoré, ce livre est magnifique (moins pratique à promener toute l’aprem mais bon, c’est rien, quand on aime…)

P1110154P1110181 P1110182

Fleurine et son stand 🙂

Ensuite, nous avons pris notre courage à deux mains et affronté les stands des auteurs invités autour de l’espace librairie. J’ai fait dédicacer pas mal de mes livres, craquant uniquement pour Sans forme de Gail Carriger. Pèle mèle :

P1110150

Manon Fargetton me dédicace Coeurs de Loups (je bave sur La maison des mages d’Adrien Tomas, mais je craquerais quand j’aurai lu La geste du 6ème royaume)

P1110153

Stéphane Beauverger me dédicace Le Déchronologue, un gros gros coup de coeur et l’auteur est hyper sympathique, j’ai bien discuté avec lui, j’attends son prochain livre impatiemment !

P1110156

Gail Carriger (sans âme et sans forme), auteur sympathique très souriante, dommage que mon anglais laisse à désirer

P1110157

Kristin Cashore dédicace Graceling, elle ne sais pas prononcé Aurore mais Aurora bizarrement ça passe très bien ! ^^

P1110158

Gail Carriger et Kristin Cashore

P1110159

Jean-Luc Marcastel appose sa griffe sur Coeurs de Loups ^^ (sa trilogie Frankia a l’air géniale)

P1110161

Mathieu Gaborit, toujours charmant dédicace Les chroniques des crépusculaires (ma version contraste avec la méga belle version à gauche)

P1110164

Fabien Clavel me dédicace sa nouvelle issue de l’ArtBook Raconté du Monde de Fleurine

P1110167

Sire Cédric nous dédicace De fièvre et de sang et l’enfant des cimetières, encore une belle rencontre, il prend le temps de répondre à toutes nos questions et vraiment, je vous conseille d’en lire au moins un pour découvrir ^^

P1110169

Sire Cédric

Il y avait des stands de livres d’occasions, je trouve que c’est une excellente chose parce qu’on ne peux pas toujours tout trouver ou tout acheter neuf. Moi, j’ai trouvé de Fièvre et de sang de Sire Cédric, Coquelicote L’enfant des cimetières. Beaucoup de choix, de classiques ou du récent en petits et grands formats!

P1110171

Samantha Bailly

P1110172

Samantha Bailly, Coup de coeur des Imaginales de cette année, m’a dédicacé, Oraisons, l’intégrale chez Bragelonne, un de mes derniers coups de coeur ❤ et sa nouvelle dans Coeurs de Loups

P1110177

Jean-Philippe Jaworski (je suis revenue prendre une photo, j’ai oublié pendant la dédicace)

P1110178

Fabrice Colin en pleine dédicace d‘A vos souhaits, j’aurai aimé échanger avec lui sur ce livre et sur Confessions d’un automate mangeur d’opium, mais je ne suis pas arrivée au bon moment, tant pis, une prochaine fois ! (Monsieur Colin, j’ai bien reçu Elfes et Assassins, je vous en remercie, je ne manquerai pas de l’emporter avec moi, et au prochain salon où nous serons en même temps, je viendrai en discuter avec vous 😉 )

Il manque quelques photos, j’ai notamment acheté et fait dédicacé Magma par Pierre Brulhet quand il est venu sur le stand des Editions du Riez. J’ai une dédicace d’Elodie Morgen sur l’Artbook Raconté.

Enfin, on a clot la journée en repassant aux Editions de l‘Homme Sans Nom, pour avoir une petite dédicace de Magali Villeneuve illustratrice sur Rose Morte et d‘Alexandre Dainche sur La Dernière Terre :

P1110183

Magali Villeneuve

P1110184Alexandre Dainche

Voilà, pour le samedi, le dimanche, nous sommes arrivés à 10h et nous avons fait de derniers achats, puis nous avons tourné pas mal et chercher des auteurs… longtemps. Finalement, pour ne pas rentrer trop tard le soir, on est repartis vers 14h30 mais on a pas pu voir beaucoup de monde. Je retiens que le dimanche, n’est pas le meilleur jour pour voir les auteurs dans l’espace librairie, beaucoup fatigués sont repartis, d’autres profitent de leurs camarades ou encore comme c’était la fête des mères ne sont pas restés. On peut les comprendre. Du coup, si je devais refaire les Imaginales, je crois que ça serait le vendredi et le samedi, avec peut être même arrivée du jeudi et partir le dimanche matin. Et puis aussi j’aimerai assister à des conférences, faire plus de choses au programme. Je ne regrette pas pour autant être restée à la Bulle aux livres, pour les échanges, les bons moments avec les copines, et les auteurs. Juste que ça permettrait de faire plus de choses, de voir plus de monde. Et éventuellement de visiter un peu Epinal qui a l’air d’être une très chouette ville.

Le dimanche, j’ai craqué pour des MPs des Imaginales, pour 2 livres dont je n’ai pas pu voir les auteurs : Porteurs d’âmes de Pierre Bordage et Rue Farfadet de Raphaël Albert. J’ai pris aussi L’Asch Mezareph de Jean-Pierre Favard chez Lokomodo.

P1110191

Jean-Pierre Favard

J’ai croisé Vanessa Terral chez le Chat Noir, on a pu discuter un peu du salon, des retours sur ces livres là et au Petit Caveau (son ebook), c’était très sympa de se retrouver 🙂 J’ai ensuite était retrouvé Tiffany Schneuwly chez Nergäl, pour discuter un peu aussi, j’ai pu revoir l’adorable Sklaerenn Baron et rencontrer Cindy Mezni.

P1110195

Cindy Mezni, Sklaerenn Baron et Tiffany Schneuwly

Avec Coquelicote, on a discuté avec Anthelme Hauchecorne d’Âmes de Verre que je vous conseille encore vivement et de la suite, de ses projets etc. etc. Puis, je n’ai pas oublié de revenir aux Editions du Riez, me fait dédicacé Par le sang du démon de Virginia Schilli (dernier billet sur le blog, une très jolie découverte), une auteure sympathique.

P1110196Virginia Schilli

Puis il a fallu rentrer avec plein de souvenirs et d’étoiles dans les yeux, j’ai loupé des auteurs que j’espère retrouver tantôt sur d’autres salons mais surtout j’espère retourner un jour aux Imaginales parce que c’est un salon très convivial, sympathique, avec une belle organisation et je suis sure qu’on ne doit pas y ennuyer les 4 jours (il faut voir les sourires des auteurs qu’on croise dans les allées pour comprendre qu’ils sont plus que ravis d’être là et ça tombe bien, nous aussi ^^)

Quelques dédicaces, pas toutes mais quand même :

P1110225 P1110235 P1110236 P1110237 P1110238 P1110239 P1110241 P1110242 P1110243 P1110244 P1110245 P1110246 P1110247 P1110248 P1110249 P1110250 P1110251 P1110252 P1110253 P1110254 P1110256 P1110257 P1110258 P1110259 P1110260 P1110261 P1110262

Publicités

Le Requiem d’un Soupir de Tiffany Schneuwly

Tout d’abord, je souhaite remercier Chica d’avoir organisé un concours sur son blog A l’abordage de la culture pour permettre à une ou un chanceux de découvrir le roman de Tiffany Schneuwly ! Et un grand grand merci à Tiffany Schneuwly (et aux Editions Val Sombre) d’avoir acceptée ce concours et de m’avoir si gentiment dédicacée mon exemplaire gagné. J’ai passé un super moment avec vous deux lors de la Foire aux Livres de Lille ! MERCI BEAUCOUP !!!

Val Sombre Editions, 20 €, 189 pages

Quatrième de couverture

« Une inspiration… une expiration… un soupir…

La vie de Mercedes se résume à cela. A 19 ans, elle souffre d’un asthme sévère et ne peut profiter de sa vie comme elle le souhaite. Voyant qu’elle passe à coté de toutes les expériences d’elle devrait vivre durant son adolescence, une étrange petite fille va venir à sa rencontre afin de lui apprendre à profiter de sa vie.

L’asthme est une maladie commune, mais pas moins grave pour autant. Découvrez l’histoire d’une jeune fille qui se bat pour survivre, pour soupirer son requiem… »

Résumé

Eté 2004, Mercedes fête ses 19 ans. Elle passe la journée avec ses deux meilleures amies Coralie et Alice, et font les boutiques du centre commercial. Quand soudain, Mercedes fait une crise d’asthme et ne parvient pas à se calmer par elle-même. Elle est donc transportée à l’hôpital. Asthmatique depuis environ 4 ou 5 ans, les crises sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus dur. Mercedes met souvent des jours à récupérer. Ce jour là, elle peut rentrer chez elle le soir, mais elle se sent coupable d’avoir à faire subir tout cela à sa famille et à ses amies. Même si sa mère est très soucieuse, elle réussit à lui remonter le moral et le soir elle fête son anniversaire en famille. Le lendemain, réveillée par la sonnette de la porte d’entrée, Mercedes se retrouve un matin devant une petite fille devenue vendre du mimosa. Étrange enfant qu’elle n’a jamais vu auparavant qui pénètre dans sa maison comme si elle était chez elle et lui parle innocemment mais avec des propos d’adultes. La rencontre est brève et Mercedes ne se pose pas plus de question.

On suit ensuite Mercedes lors de sa rentrée des classes, l’année du bac, année si importante, elle va devoir faire face à des crises d’asthme assez violentes, et leurs conséquences, louper les cours, les rattraper, beaucoup travailler. Elle va revoir plusieurs fois la si étrange petite fille, lors de plusieurs événements et à chaque fois la petite va l’aider dans ses prises de décision.

Le roman étant relativement court et ne souhaitant pas trop en révéler, je m’arrête là dans le résumé.

Mon avis

On est immédiatement plongé dans le quotidien de Mercedes. Les crises d’asthme sont fréquentes, assez violentes et l’épuise beaucoup. Elle se retrouve souvent à l’hôpital. Très observatrice, elle se rend bien compte que sa mère souffre et s’inquiète beaucoup de voir sa fille dans cet état de santé fragile. Mercedes culpabilise beaucoup et se prive d’énormément de choses (sorties, rencontres,…) pour ne pas prendre des risques qu’elle juge inutile, pour ne pas faire souffrir les gens qui l’aiment et qui l’entourent, notamment ses deux meilleures amies Alice et Coralie, et ses parents. Elle évite de rapprocher des gens et à peu d’amis, elle connait mal ses camarades de classe. Son asthme sévère l’empêche de vivre sa vie comme elle le voudrait, elle est souvent mal à l’aise et mélancolique. Mais elle se bat.

On s’attache très vite à cette jeune fille et à ses amies. Mercedes est forte sans le savoir, elle assume beaucoup de choses, elle a grandit trop vite. Elle oublie de vivre pour elle et non à travers son asthme.
Et c’est que la petite fille va lui faire comprendre. Elle ne doit pas refuser de partager des moments en groupe, de se rapprocher des gens et de vivre ses propres expériences. La petite est là en quelque sorte pour la faire réagir, lui montrer le chemin, elle doit profiter de sa vie. Cette étrange petite fille lui apporte réconfort, encouragement et espoir.

Les amies de Mercedes sont des jeunes filles attachantes, un peu fofolles, avec des caractères très différents. Elles savent comment réagir quand Mercedes fait une crise, elles la soutiennent de manière indéfectible et lui remontent le moral, lui changent les idées.
Et Mercedes en a bien besoin, en plus des crises qui arrivent n’importe quand (en classe, en soirée, même en dormant) et de se retrouver souvent à l’hôpital, en cours, un professeur la persécute, et la fait passer pour une paresseuse qui prétexte des soucis de santé pour sécher les cours.

J’ai appris avec ce livre que l’asthme n’est pas qu’une maladie bénigne, il y a des formes graves qui engendrent des hospitalisations et des temps de récupération importants. Et c’est très difficile à vivre physiquement et moralement. Et dans sa forme aiguë, cela peut être également une maladie mortelle. Ce roman permet une prise de conscience sur la maladie qu’est l’asthme. Les émotions sont brillamment retranscrites, ce que ressent Mercedes, comment elle vit ses crises et comment elle se sent après. L’histoire n’est pas une auto-biographie mais Tiffany, l’auteure, s’est inspirée de son vécu.
Les scènes décrites en sont plus subtiles, fortes, précises et chargées émotionnellement.

L’écriture de Tiffany Schneuwly est légère et fluide, précise et travaillée. Une fois plongée dedans, on est captivé. La lecture est facile, le rythme rapide et on ne s’ennuie pas. Si comme moi, il vous arrive d’être sensible, il n’est pas négligeable d’avoir quelques kleenex avec soi pendant la lecture.

Le coté fantastique de l’histoire, avec la présence de la petite fille, n’est pas prédominant, il intervient par petites touches dans le récit, cela permet de ne pas nuire au message que veut nous fait passer Tiffany, l’asthme est une maladie grave, à prendre au sérieux, il est parfois très difficile de trouver un traitement adapté et cette maladie a des conséquences dans la vie sociale, professionnelle et personnelle des personnes atteintes. Mais cette touche de fantastique permet d’amener de la légèreté et de l’espoir.

J’ai beaucoup beaucoup aimé ce roman et j’ai été bouleversé par l’histoire de Mercedes, belle et émouvante. Tiffany réussit à nous sensibiliser sur cette maladie au travers d’une histoire forte mais sans être moralisatrice ni tomber dans le pathos. Je suis restée longtemps à m’interroger, à réfléchir une fois le livre fini. Ce qui est sur c’est qu’il m’a beaucoup marqué, je le recommande.
C’est un coup de !

Ayant rencontré l’auteure, j’ai entamé ma lecture, en sachant que l’histoire se passe en Suisse et qu’il y a parfois  quelques différences avec la France. En effet, quelques détails diffèrent mais c’est vraiment minime et quand on le sait avant, on s’en aperçoit pas vraiment.

Pour en savoir plus : un petit mot de l’auteure (tiré de son site internet Tiffany Scheunwly, n’hésitez pas à aller y faire un tour !)

Cette histoire n’est pas autobiographique. Fortement inspirée de mon vécu, elle s’éloigne cependant de ma propre vie et met en scène un personnage pas si inventé que ça. En effet, Mercedes doit son prénom à une jeune fille qui s’appelait également ainsi et qui est décédée d’une crise d’asthme peu avant ses 20 ans. J’ai choisi de mêler une part de fantastique à cette histoire afin de l’adoucir. Mais cette part reste cependant minime pour que les lecteurs n’oublient pas qu’il s’agit d’une réalité, que cette maladie est grave et qu’il est important d’apprendre à mieux la connaître.

De plus, sachez que l’achat de ce roman permet de soutenir les personnes souffrant de maladie des voies respiratoires. Une partie des bénéfices relatifs à la vente de l’ouvrage est reversée à la Ligue Pulmonaire Fribourgeoise.

*****

Une toute petite remarque de rien du tout concernant la mise en page, le texte de la dernière page n’est pas complètement justifié et la première page n’est pas écrite dans la même écriture que le reste. Je ne sais pas du tout si c’est voulu ou pas et puis ça se remarque à peine. Et si ça tombe, ça a changé depuis ^^