Sainte Futile d’Alix Girod de l’Ain

Anne Carrière Editions, 18,30€, 305 pages

4ème de couverture

Les articles d’humeur de Pauline Orman-Perrin, dite POP, dans le magazine Modelle, ont fait sa réputation de journaliste vive, rigolote et gâtée. Après un douloureux accident du travail dans une boutique à la mode et une rencontre rêvée ? avec Dieu, POP se voit confier une mission: donner du sens à sa vie. Mais transformer une famille désordonnée et joyeuse en cellule d’accomplissement de soi et un magazine féminin en temple de la quête de sens, est-ce bien raisonnable ? Son mari et ses enfants s’habitueront-ils à la personne d’humeur égale qui leur tient lieu d’épouse et de mère ? Les rédactrices en chef de Modelle, continueront-elles à employer une journaliste qui refuse d’écrire la moindre perfidie sur qui que ce soit ?

Résumé

Pauline dite POP est LA spécialiste des billets d’humeur du magasin Modelle, des billets à la fois, drôle, percutant et décalé. Elle a un mari, deux enfants et approche de la quarantaine. Un jour après avoir couvert une semaine de défilés haute couture, elle s’accorde une pause dans un café chic de la Capitale et s’installe dans le recoin du café où sont exposées sur des étagères les plus belles eaux minérales. Et là c’est le drame. L’ensemble de la collection lui tombe sur la tête. Elle se réveille aux portes du Paradis devant Dieu, afin Karl Lagerfeld (oui, parce que Dieu nous apparait comme on souhaite le voir). Et là, c’est double choc, il ne la considère pas apte à rejoindre le Paradis, elle est trop égo-centrée pour ça, sa vie est dorée et futile. Soit elle accepte de tenir la sainte gazette soit elle est renvoyée sur Terre mais en ayant pour mission de faire le Bien, de vivre dans le Bon. Ni une, ni deux, POP choisi de rentrer. Commence alors une nouvelle vie…

Mon avis

Bof…

Je remercie Pauline qui m’a prêté ce livre qu’on a trouvé ensemble chez un bouquiniste (et finalement, je crois comprendre pourquoi il était là bas…).

Comment commencer ? L’histoire d’abord. Elle n’est pas hyper originale, on se croirait un peu dans la trame d’un téléfilm d’M6. Les rebondissements sont attendus, les réactions de POP aussi. Un point sympa une sous-intrigue sur le dernier tiers qui permet de maintenir  l’attention du lecteur.

Un gros point gênant, okay Pauline voit Dieu afin Karl, mais le livre est rempli de références religieuses (de tout type) ensuite. Elle passe de la journaliste branchée à la catho convertie. A croire qu’on ne peut pas être en même temps, utile, croyant et  fun et mode. Les références, à petite dose pourquoi pas, mais là c’est trop. En plus, cliché ultime, le bon chrétien ne l’est pas vraiment. Ah bah oui hein…

Ça se laisse lire mais voilà c’est rempli de clichés, alors oui le but est sans doute de dénoncer les a priori des uns et des autres, ceux qui bossent / aiment la mode, les peoples etc, et ceux qui les dénigrent;  et de convaincre que le futile est utile. Mais je n’ai pas trouvé que c’était la bonne manière de faire. Enfin pour moi, c’est toujours mieux que Confessions d’une accro du shopping 😉

Y a de bonnes idées mais elles ne sont pas données dans une forme qui me plait. J’ai  pendant les 2/3 du roman, eu l’impression qu’on ne pouvait pas être à la fois altruiste, rendre service et être généreux (si on exclu qu’être croyant c’est mieux) et être passionné par la mode, s’y connaitre un peu en people, etc. Pas possible d’être à la fois élégante et spirituelle. Pourtant j’en connais des filles comme ça moi ! avec ou sans croyances religieuses.

Sinon, question personnages, on s’attache quand même un peu à Pauline, mais surtout parce qu’on a des détails de sa vie de famille et pour sa relation avec sa meilleure amie.

Du point de vue de l’écriture, ça se lit bien, vite et c’est agréablement écrit. Une fluidité renforcée par un découpage en « journée », on n’est pas inondé d’informations inutiles, on sait l’essentiel de la journée de Pauline, pour ça, c’est pas mal, pas de temps mort. Il y a pas mal de second degré bien sur, de l’humour (surtout les rédactrices en chef de POP) mais pour moi, ça manquait quand même un peu de mordant, Pauline est trop « à fond » dans le changement radical.

Peut être qu’un jour que me laisserais tenter par De l’autre côté du lit de cette même auteure, qui a été adapté en film avec Sophie Marceau et Dany Boon.

Pour moi, ça sera un livre qu’on lit qu’une fois, et qui n’est pas indispensable à ma bibliothèque.

****************************************

Publicités

C’est lundi, que lisez-vous ? #35

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

Alors j’ai terminé Sans âme de Gail Carriger (chronique pour la fin de la semaine, pendant ou après le club de lecture prévu jeudi), j’ai lu Sainte Futile d’Alix Girod de l’Ain (chronique à venir) et Le joueur d’échec de Stefan Zweig (le livre est très court, je ne sais pas si je vais le chroniquer).

Que vais-je lire cette semaine ?

J’ai commencé ce matin Le mal en la demeure, Le cycle des âmes déchues, Tome 1, de Stéphane Soutoul, que je lis en LC avec Demoiselle Coquelicote / NyrA pour le 30 novembre.

Après, je pense commencer Delirium Tremens de Ken Bruen pour la LC que j’organise via Livraddict dans le cadre de mon challenge Irlande et littérature irlandaise. Un avis a déjà été rendu, il est positif, j’ai hâte de le lire et de voir si je suis d’accord 🙂

 Que vais-je lire la semaine prochaine ?

A mon avis, je serais toujours dans Delirium Tremens. Après, je ne sais pas encore, j’essaierai de continuer à lire les livres qu’on m’a prêté. Et peut être le livre qui sera choisi jeudi au Club de lecture, en fonction de la date de la réunion de décembre/janvier.

Et vous que lisez-vous ?