The Amazing Spiderman de Marc Webb

Nouvelle adaptation du comic book avec Andrew Garfield, Emma Stone, Rhys Ifans,…

Suite à l’effraction de son bureau, le père de Peter Parker, sent que sa vie et celle de sa famille sont en danger et décide de confier temporairement à son frère Ben et sa femme May. Mais les parents de Peter disparaissent tragiquement et Peter est élevé par sa tante et son oncle. Chahuté par ses camarades de classe, maladroit et gauche, il n’est pas très populaire au lycée. Cependant, il semble ne pas laisser indifférent Gwen Stacy, la meilleure élève de sa classe. Alors qu’une fuite d’eau se déclare dans la cave de la maison de Ben et May, Peter découvre des documents ayant appartenu à son père. Peter apprend alors l’existence de l’ancien associé de son père Curt Connors, qui s’occupe du laboratoire Oscorp. Il décide de se rendre sur place et empruntant l’identité d’un autre stagiaire, il pénètre dans la tour Oscorp, donc la spécialité est la recherche en génétique animal et le transfère chez l’homme. Trop curieux, Peter va se faire piquer par une araignée génétiquement modifiée et sa vie va en être bouleversée…

J’ai un avis très mitigé sur cette nouvelle version de Spiderman. D’abord, quid de l’intérêt de faire un reboot déjà si vite après la trilogie de Sam Raimi ? Okay les techniques d’effets spéciaux ont progressé et la version de Sam Raimi ne reprenait pas le vrai point de départ de l’histoire de Peter Parker. Soit, voyons ce que donne cette version de Marc Webb.

Il y a des choses positives, notamment, le fait qu’il est plus fidèle au Comics. Gwen Stacy est la première fille dont Peter tombe amoureux. On découvre donc ce personnage. Et là, je dis oui, j’ai beaucoup aimé Emma Stone, elle est jolie, pétillante et souriante.

Je ne sais pas si j’ai préféré Andrew Garfield à Tobey Maguire. Les deux acteurs ne sont pas mauvais, font assez bien l’ado mal dans sa peau dont la force s’accroit après la piqure d’araignée. Esthétiquement, je trouve qu’Andrew est trop maigre, ça se voit fort dans son costume.

Le traitement du personnage est quand même différent. Dans le film de Marc Webb, le caractère de Peter est mis en avant par rapport aux performances de Spiderman. Il s’en prend plein la tête et physiquement, ça se voit. Il est plus agile et plus fort mais il ne ressort pas indemne de ses confrontations. ça c’est un côté qui m’a plu, avec le fait aussi que tous ses artifices ne viennent pas de la morsure d’araignée. J’ai bien aimé le jeu d’Andrew Garfield dans les passages plus sombres ou plus dramatiques. Ou quand il découvre ce dont il est capable suite à la morsure, il y a des passages très drôles.

Je crois que ce qui m’a le plus déplu dans l’histoire (hormis que quand on connait les films précédents, il n’y a pas des masses de surprises) c’est que l’histoire d’amour, les bons sentiments, prennent trop le dessus par rapport à l’histoire du super héros. Même si je trouve le couple Peter/Gwen touchant et que le duo fonctionne bien, c’est trop mis en avant, j’ai eu l’impression d’être devant une comédie sentimentale plus que devant un film de super héros.

Les effets spéciaux sont super par contre, les balancements de Spiderman entre les immeubles, dans le vieil entrepôt, etc., j’ai vraiment trouvé ça sympa et bien fait. Mais malheureusement, je ne me suis pas sentie emballée, je n’ai pas eu peur pour le héros par exemple. J’ai trouvé que ça manquait cruellement d’action, de vitesse et de danger.

En ce qui concerne le méchant, j’adore Rhys Ifans (voir mon billet sur Anonymous) mais le rôle ne lui va pas du tout. Ce méchant n’est vraiment pas à la hauteur de ceux de la trilogie de Raimi. Le pire étant le combat de la fin que je ne révèlerais pas pour ceux qui iront le voir. Et les effets spéciaux ne sont pas du tout réussi quand il est transformé 😦 Quelle déception.

Je fais l’impasse sur de nombreuses incohérences scénaristiques. Il y en a dans tous les films, ici certaines se voient plus que d’autres. Et en général, elles sont combinées à des effets dramatiques voulus pour l’esthétisme des images ou des relations entre les personnages ou encore pour que les spectateurs les plus sensibles aient la larme à l’œil. C’est dommage, nombre de spectateurs de films de super héros attendent plus. Surtout d’un reboot. J’attends encore le pourquoi du « Amazing »…

J’ai quand même apprécié de retrouver Martin Sheen et Sally Field dans les rôles de Ben et May, ils sont tous les deux très bons dans leur rôle. Les personnages font un peu plus jeunes que dans la trilogie de Raimi et c’est pas plus mal. On sent Peter vraiment plus proche de son oncle ou de sa tante.

Dernier point, j’ai trouvé le film trop long, peut être parce que je connaissais déjà la trame principale et donc du coup, quand au delà d’une heure, Peter n’est pas encore Spiderman le justicier, j’ai tiqué. Deux fois, je me suis dit que les scènes étaient trop longues.

Je n’ai pas détesté le film, j’ai apprécié dans l’ensemble, il y a un peu d’humour, des effets spéciaux qui claquent mais c’était un peu long et pas assez sombre pour moi, un avis très mitigé donc.

Comme dans tout bon MARVEL, on retrouve une apparition de Stan Lee et ne quittez pas trop tôt la salle pendant le générique…Et oui, il y aura une ou plusieurs suites

Anonymous de Roland Emmerich

Il y a beaucoup de théories développées indiquant que William Shakespeare n’aurait pas écrit les œuvres qu’on lui attribue. William Shakespeare, une énigme littéraire, un mystère fascinant.


Ce film nous plonge au cœur du Londres de la seconde moitié du 16ème siècle et nous propose une nouvelle version de l’histoire de William Shakespeare, dramaturge et poète.

La théorie abordée ici est la suivante : le 17ème comte d’Oxford Edouard de Vère serait le véritable auteur de toutes les pièces de William Shakespeare. L’histoire se noue sur fond de succession du trône de la reine Elisabeth  Ière d’Angletette.

Un film qui tient ses promesses, les décors, les acteurs et la photographie sont sublimes !  2h18 que je n’ai pas vu passer !

J’ai beaucoup aimé le choix des acteurs :

Le comte de Vère est joué par Rhys Ifans.

Son nom ne vous dit rien mais vous l’avez déjà vu quelque part ?

Vous ne rêvez pas, cet acteur habitué aux seconds rôles, c’est bien Spike dans Coup de foudre à Notting Hill, Gavin dans Good Morning England ou encore le père de Luna dans Harry Potter !

 

Je sais pas vous mais moi j’aime les acteurs qui jouent avec leur style dans les différents films qu’ils font !

Rhys Ifans est ici dans le rôle principal et sa performance est très réussie !

J’ai beaucoup aimé le choix d’une actrice et de sa  fille pour le rôle Élisabeth jeune et vieille. C’est une très bonne idée et permet une cohérence dans le physique du personnage (qui parfois choque quand on passe d’une époque à une autre).

Vanessa Redgrave joue Élisabeth à la fin de son règne et Joely Richardson joue Élisabeth dans toute sa gloire :

et

Les autres membres du casting sont excellents également.

L’atmosphère, l’ambiance, le rythme, l’histoire, l’énigme Shakespeare, font que je suis complètement rentrée dedans.

C’est un très bon film, un coup de cœur!

J’attends sa sortie en DVD maintenant, normalement le 9 mai 2012.

Et vous, l’avez-vous vu ?

********************

Suite à des échanges sur la page FB du blog, j’ai eu la question suivante de ma copine Sidonie :

 » le film est bon, mais est-ce qu’il influence? cette théorie te semble-t-elle plausible? est-ce que c’est documenté? pourquoi les fanatiques n’ont-ils pas brûlé les cinémas?!!! ^^ parce que bon, Roland Emmerich, quoi! »

Je me permet donc de compléter un peu cette chronique avec la réponse donnée 😉

« Le film commence de nos jours et c’est un acteur de théâtre contemporain qui raconte cette théorie. On le voit dans la bande annonce, il expose ce que serait la vérité mais rien ne peut être prouvé.

Pourquoi brûler le cinéma? La thèse que Shakespeare n’aurait pas écrit ses pièces remonte à longtemps déjà, c’est pas Roland Emmerich qui l’a inventée. Et c’est très crédible dans le film, clairement on y croit au fait que Shakespeare qui était acteur, ait endossé le rôle de l’auteur pour de l’argent et parce qu’un noble ne pouvait être dramaturge et encore moins faire passer des messages sur la religion, la politique etc. Je pense personnellement que William Shakespeare est le père de ses oeuvres et je ne suis pas choquée ou outrée qu’on cherche à remettre cela en cause. Au contraire, c’est tout ce mystère qui est intéressant et qui alimente l’imaginaire !

Je pense que Emmerich ou plutôt le scénariste John Orloff est allé puiser toutes ces infos dans le nombreux documents produits par ceux qui recherchent la paternité des pièces de Shakespeare et celle des « anti-stratfordiens » comme Abel Lefranc ou J. T. Looney.

Le film est vraiment bien, qu’on aime ou pas le réalisateur (moi personnellement j’aime ses films Le Jour d’après, Stargate, The Patriot notamment), ici sans connaitre le budget ça ne fait pas grosse production avec multes effets visuels. Mais l’image est sublime.

(EDIT du 12 avril 2012)