Blanche-Neige et le chasseur de Rupert Sanders

avec Kristen Stewart, Charlize Theron, Chris Hemsworth,…

Réécriture du conte des frères Grimm

Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige. Et voilà précisément où l’histoire que vous croyiez connaître prend fin et où la nouvelle adaptation épique et envoutante de ce célèbre conte des frères Grimm débute. Notre héroïne, dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine Ravenna et déclencher son courroux, n’a plus rien d’une damoiselle en détresse, et la cruelle marâtre en quête de jeunesse éternelle ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur qu’elle avait elle-même envoyé pour la capturer. Alliant leurs forces, Blanche-Neige et le chasseur vont fomenter une rébellion et lever une armée pour reconquérir le royaume de Tabor et libérer son peuple du joug de l’impitoyable Ravenna.

La mère de Blanche-Neige, la reine du royaume meurt quelques années après la naissance de sa fille, de maladie. Le roi est accablé de tristesse et pense ne jamais pouvoir la remplacer. Une mystérieuse armée noire s’approche du royaume et le roi avec ses hommes s’en va la combattre dans la forêt. Tous les ennemis vaincus, les hommes du roi tombent sur une roulotte où une jeune femme est prisonnière:  Ravenna. Elle est magnifique et le roi en tombe amoureux au premier regard. Le lendemain ils se marient et le soir venu, la nouvelle reine tue le roi, prend possession du royaume et fait emprisonner Blanche-Neige dans la plus haute tour du château. Le mal s’étend alors sur le royaume. Des années plus tard, la maléfique reine découvre que son pouvoir s’affaiblit d’autant que la beauté et la pureté de Blanche-Neige s’épanouissent, elle envoie son gardien, son frère tuer Blanche-Neige. Mais celle-ci parvient à s’échapper dans la foret obscure. La reine demande alors à son frère de lui trouver un homme qui pourra pister Blanche-Neige et la lui ramener.

J’ai beaucoup aimé cette adaptation revue et corrigée du conte des frères Grimm. Un spectacle esthétique et de bons acteurs. L’histoire est un peu convenue et peu surprenante peut être, mais le film est quand même, je trouve, très réussi. Ce qui m’a interpelé, c’est vraiment les images, les effets spéciaux et l’ambiance sombre dès que la reine Ravenna prend le pouvoir. J’ai adoré la performance de Charlize Théron qui fait une méchante à la fois cruelle, orgueilleuse mais qu’on sent rongée par le mal et ses secrets. On apprend petit à petit pourquoi elle est devenue ce qu’elle est et comment et on ne peut s’empêcher de comprendre pourquoi elle fait tout ça. J’ai beaucoup aimé les transformations, du point de vue effets spéciaux c’est très réussi, aussi bien lorsque la reine décline et qu’elle vieillit ou alors quand elle se transforme pour rejoindre la forêt noire.

C’était pour moi, le premier film avec Kristen Stewart, j’ai trouvé qu’elle faisait une très belle et convaincante Blanche-Neige, naturelle et sensible. Enfin une Blanche-Neige qui n’est pas niaise ou naïve. Par contre, le personnage n’est pas très creusé. Elle n’a pas beaucoup de consistance avant le passage de la pomme et la bataille. L’accent est beaucoup plus mis sur la reine et je pense que c’était plus tourné sur son point de vue. Du coup, je regrette un peu de ne pas avoir vraiment eu les sentiments de Blanche-Neige sur la mort de ses parents, son enfermement, etc.

J’aime beaucoup Chris Hemsworth (et pas que physiquement, je vous vois venir), j’ai trouvé qu’il avait le regard juste et le jeu qu’il fallait pour jouer le chasseur. Il y a de très belles scènes entre lui et Blanche-Neige. Il n’est pas que bourru, son comportement est plus profond. Des personnages intéressants ont été ajoutés dans cette histoire, le frère de la reine ou encore William (le meilleur ami de Blanche-Neige) mais là encore, comme pour l’héroïne, les rôles n’ont pas vraiment été trop creusés. Du coup, il y a une nette préférence scénaristique pour le chasseur (forcément, vu le titre du film). Toutefois, pas de réelle histoire d’amour, pas de prince charmant, et vraiment j’ai trouvé ça bien.

J’ai beaucoup aimé les nains et leur histoire avec quelques clins d’œil appréciables et des touches d’humour. Je n’en ai pas réellement eu de préféré même si je ne nierai pas que j’ai apprécié retrouver Ian McShane, Nick Frost et Bob Hoskins.

J’ai vu qu’il y avait une polémique sur le choix du réalisateur d’avoir fait jouer des acteurs dits de taille normale et d’avoir ensuite tout retravaillé par ordinateur. Il me semble qu’il en était de même pour le Seigneur des Anneaux et je ne me souviens pas d’avoir entendu des protestations. Je comprends le point de vue de l’association Little People of America même si je salue la prouesse technique, parce qu’on y voit que du feu.

Comme j’ai pu voir Blanche-Neige (Mirror Mirror) de Tarsem Singh avec Julia Roberts, il y a peu de temps, je peux dire que les deux films sont du point de vue histoire fort peu comparables. Ils sont même complètement différents. Même si dans les deux, sont présentées, une reine maléfique et une Blanche-Neige combative, la comparaison s’arrête là. Ici c’est sombre et noir, Mirror, Mirror est burlesque, absolument second degrés, coloré et nettement sur le ton de la comédie. J’avais beaucoup aimé d’ailleurs ce décalage voulu avec le compte (même s’il manque vraiment quelque chose pour que ça soit génial). Dans Mirror, Mirror, les nains sont plus présents dans l’histoire, c’est peut être ce que j’aimerai aimé retrouver ici.

Des deux, je préfère quand même celui-ci, plus esthétiquement sombre, avec une reine qu’on adore détester, des effets spéciaux qui claquent, des sentiments mais pas d’histoire d’amour. C’est un très bon premier film pour Rupert Sanders, j’attends de voir son prochain film maintenant 🙂

Des bémols ? Pas beaucoup plus que ce qui a déjà été dit, peut être, juste ceci: le Merveilleux dans le film, même si j’ai aimé, j’ai trouvé que cela tombait un peu bizarrement ? Comment ? Quel sens donner à tout ça ? Mais ce n’est qu’un détail.

Sinon, je l’ai vu en VF, et je pense que je le reverrai en VO pour avoir les vraies intonations des personnages.

Là où je dis NON, c’est qu’une suite est annoncée, voire même une trilogie ! Franchement, si c’est pour nous faire le coup d’une histoire d’amour, je refuse l’idée. J’attendrai donc de lire le synopsis de ce volet supplémentaire avant de me décider sur la possibilité d’aller ou non le voir au cinéma.

Si vous voulez un autre avis très complet sur le film, je vous encourage à aller lire le billet de Dame Coquelicote sur Sans Grand Intérêt, avec qui je partage pas mal de points de vue sur ce film 🙂