Les sœurs de la Tarasque de Mélanie Fazi

reines-et-dragons-c1

Depuis 2009, les Éditions Mnémos publient en partenariat avec le festival, les Imaginales d’Epinal une anthologie annuelle de Fantasy.

Après Rois & Capitaines, Magiciennes & Sorciers et Victimes & Bourreaux, toutes trois dirigées par Stéphanie Nicot, anthologiste et directrice artistique du festival, l’édition 2012 sera co-dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust.

 Quatrième de couverture:

« LES AILES IMMENSES. LE CORPS VASTE. La tête cornue et mobile au bout du cou. Et ces plaques d’écailles d’un bleu noir. La reine Ayline aurait pu défaillir si elle n’avait connu une succession d’épreuves, si elle n’avait été ballotée d’un cauchemar à l’autre. Son cœur était celui d’une guerrière : il n’était pas invincible mais il ne cesserait de battre qu’au prix d’une défense farouche. Elle sortit son glaive du fourreau ; il lui sembla dérisoire face a la puissance du monstre qui se percha sur l’édifice, ailes toujours déployées. »

Réalisée en partenariat avec les Imaginales le festival d’Epinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, l’anthologie Reines et Dragons s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers et de Victimes et Bourreaux, saluée par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de Fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).

D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la Fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe. Drégongeon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Soeurs de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons !

AUTEURS Pierre Bordage Charlotte Bousquet Nathalie Dau Anne Fakhouri Mélanie Fazi Mathieu Gaborit Thomas Geha Vincent Gessler Justine Niogret Chantal Robillard Adrien Tomas Erik Wietzel

Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale.

L’auteur

Après des études d’anglais, elle passe un DESS de traduction. Elle commence à traduire des nouvelles pour la revue Ténèbres tout en commençant à en écrire à son tour. Ses nouvelles paraissent dans des anthologies à partir de l’an 2000. En 2002, les éditions Bragelonne l’embauchent comme traductrice. Elle traduit notamment des œuvres de Lois McMaster Bujold, Elizabeth Moon, Poppy Z. Brite, Graham Joyce, Kelley Armstrong, Lilith Saintcrow, Brandon Sanderson, etc. En 2011, elle a réuni et préfacé un recueil de nouvelles de Lisa Tuttle pour les éditions Dystopia : Ainsi naissent les fantômes.

Mélanie Fazi vit à Paris où elle continue à écrire des nouvelles.

Depuis mai 2013, elle fait partie du groupe The Deep Ones, un collectif de musiciens et d’auteurs de l’imaginaire proposant des lectures de textes en live avec accompagnement musical. Auteurs-lecteurs lors du concert donné le 15 décembre 2013 au Dernier bar avant la fin du monde : Sire Cedric, Nathalie Dau, Mélanie Fazi, Ophélie Bruneau, Patrick Eris, Lionel Davoust, Ghislain Morel. Musiciens : Ophélie Bruneau (chant, flûtes irlandaises), Nathalie Dau (chant, percussions), Shan Millan (harpe celtique), Ghislain Morel (percussions), Christophe Thill (sitar, lap-steel, viole de gambe).

Mon avis

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle.

Je découvre Mélanie Fazi avec ce texte. Et j’ai beaucoup apprécié son écriture, simple mais douce, avec une sorte de poésie latente, dans ce texte quelque peu mélancolique.

Rachel est une jeune fille de 15 ans qui avec 6 autres jeunes filles de l’île sont rentrées au service du Dragon. Elles doivent l’aimer. Un Pacte entre les Soeurs et le Dragon protège l’île. Si les habitants fournissent au Dragon une Reine, à chacun de ses réveils, alors il ne détruira pas l’île.

Les cours donnés aux jeunes filles sont destinés à faire d’elles des jeunes filles respectables, elles doivent connaître leur Histoire et une d’entre elles sera choisie par l’Avatar du Dragon, sa projection humaine. Elle deviendra alors la Reine-Mère qui subira la mue et portera et donnera naissance aux enfants du Dragon.

Les jeunes filles entre elles sont froides et méprisantes. Sauf Solène qui est très discrète et n’adresse pas beaucoup la parole aux autres et Rachel qui préfère faire profil bas. Rachel a un secret, elle n’arrive pas à aimer le Dragon et a peur que les autres filles et les Soeurs du pensionnat, qui s’occupent d’elles, le découvrent. Car être une des choisies pour ce collègue est un honneur, une chance. Les parents vendent leur fille et leur assure une existence à servir le Dragon. Elles doivent l’aimer et rien d’autre ne doit compter. Rachel est différente, elle n’a pas les yeux qui brillent à son évocation et ne ressent pas d’attirance pour l’Avatar.

Un matin, l’Avatar passe dans la salle de classe et fait son choix. Ce dernier va bouleverser la vie de Rachel.

J’ai apprécié que le choix fait par l’Avatar ne soit pas si convenu. Cela permet de mettre en évidence les conséquences pour les autres et non pour celle qui est choisie. Je me suis attachée à Rachel qui doit lutter pour ne rien laisser paraître de ses sentiments et qui va devoir faire un choix pour son avenir. Les filles sont encore pires après le choix de l’Avatar et on voit bien comment entre elles les nanas peuvent être de véritables pestes. Solène va confier des choses à Rachel qui même si elles sont au final évidentes, font froid dans le dos et surtout éclairent le lecteur sur cette tradition qui est loin d’être aussi idyllique que les Soeurs le racontent. On comprend surtout que le Pacte conclu avec le Dragon est malsain… la politique, les conflits auraient pu être un peu plus développés mais la nouvelle est surtout centrée sur Rachel et ses sentiments, son combat intérieur. Et j’ai apprécié ce choix.

Je serai ravie de retrouver d’autres textes de Mélanie Fazi dont l’écriture et les idées m’ont séduite.

Dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié ce recueil Reines et dragons avec deux figures emblématiques de la Fantasy qui sont vraiment intéressantes. C’était agréable de découvrir la vision des auteurs et de se laisser porter par leurs récits. Il y a des nouvelles qui m’auront plus marquées que d’autres mais dans l’ensemble j’ai vraiment apprécié cette anthologie. Je pense lire avec plaisir les autres anthologies des Imaginales que j’ai acheté au fil des années, si elles sont aussi bien faites que celle-ci.

Merci à tous ceux qui ont participé à cette LC 2015 ^^ Même si ce ne fut pas régulier je suis contente d’avoir pu lire vos avis et d’avoir partager cette lecture avec vous.

logo

Les avis des membres de la LC

Marie et Anne :

Nyxx :

Fanny :

Dionysos :

Publicités

Les coups de coeur des Imaginales – chez Actu SF

42793Actu SF, 14€, 313 pages

4ème de couverture

Tous les ans, le festival des Imaginales à Épinal est le grand rendez-vous de tous les amateurs de fantasy. Et chaque année, le festival choisit un auteur « coup de cœur ».
Dirigée par Stéphanie Nicot, cette anthologie rassemble les dix écrivains français distingués, depuis 2004.
Un casting de rêve avec dix nouvelles inédites et superbes. L’occasion de découvrir ces plumes exceptionnelles et de se balader sur les terres de la fantasy, de la fantasy urbaine, du fantastique et de la science-fiction.
Retournez dans le Vieux Royaume avec Jean-Philippe Jaworski, alors que les morts semblent se relever sur les champs de bataille ; marchandez avec Sire Cédric et le père d’Eva Svärta, un commerçant albinos qui saura combler jusque vos plus étranges désirs ; plongez au cœur de Narthécia en compagnie de Samantha Bailly, une cité encerclée de forêts dangereuses où la justice passe par l’empathie ; accompagnez Jérôme Camut dans un petit village des Pyrénées où la vie semble s’être arrêtée à la fin du XIXe siècle ou partez avec l’héroïne demi-elfe de Rachel Tanner au Kosovo enquêter sur un trafic d’organes…

Avec Thierry DI ROLLO, Jérôme CAMUT, Erik WIETZEL, Rachel TANNER, Mélanie FAZI, Jean-Philippe JAWORSKI, SIRE CÉDRIC, Charlotte BOUSQUET, Lionel DAVOUST, Samantha BAILLY.

Mon avis

J’ai acheté de recueil de nouvelles afin de pouvoir relire certains auteurs avant d’aller aux Imaginales et d’en découvrir d’autres qu’ils soient présents en 2014 ou non. Voici mon petit avis sur chacune des nouvelles :

Une simple promesse de Thierry DI ROLLO

Un Janus noir se rend en Territoire perdu. Il a fait une promesse qu’il souhaite honorer.  Les Janus Noir sont immortels mais qui sait ce qu’il encourt en se rendant là-bas … Wilbur veut revoir Choréandre même si le prix à payer est de ne jamais revenir, de tout perdre.

Je découvre Thierry Di Rollo avec cette nouvelle très belle, mélancolique, toute en nuance, teintée de désespoir et de fatalité. L’histoire est belle. J’aurai bien aimé en savoir plus sur l’univers dans lequel évolue le Janus Noir. J’ai beaucoup aimé le symbolisme et la fin de cette nouvelle.

Le secret de Parsigou de Jérôme CAMUT

Le lecteur découvre Parsigou dans les Pyrénées, un village qui n’a pas changé depuis 100 ans. Réellement. Les gens vivent là comme au début du 20ème siècle. Et la moyenne d’âge est assez élevée. Mais est-ce réellement de la propre volonté des habitants ou bien il y a-t-il quelque chose derrière ces particularités ?

Alors là, j’ai adoré cette nouvelle ! Une nouvelle fantastique dans le fin fond des Pyrénées, déjà l’idée j’adhère complètement ! Il y a beaucoup d’humour dans le traitement de cette nouvelle et dans l’analyse de la vie avec ou sans la technologie. De plus, j’ai beaucoup apprécié l’écriture de Jérôme Camut qui se veut légère avec un fond de réflexion sur le progrès si on en a envie de développer un peu !

Le chirurgien d’Erik WIETZEL

Un chirurgien reconnu trompe sa seconde femme avec une artiste. Un jour, à son réveil, il est pris d’un gros mal de gorge sans raison apparente. Après consultation d’un de ses confères, il découvre qu’il a subit une ablation des amygdales. Pourquoi en a-t-il aucun souvenir ? Quand une cicatrice apparait sur son corps quelques jours plus tard, plus de doute, il se passe réellement quelque chose d’étrange.

Une nouvelle intéressante même si j’avoue ne pas avoir vraiment accrochée. L’intrigue fantastique est sympathique mais je n’ai pas du tout été en empathie avec le chirurgien. Faut dire que j’ai beaucoup de mal avec les maris infidèles (ou les femmes d’ailleurs), pas de chance.

La stratégie du chasseur de Rachel TANNER

Juliette est une Chasseuse. Une partie d’elle est Elfe ce qui lui confère la capacité de ressentir des connexions avec les personnes, pour le peu qu’il dispose d’un objet leur appartenant. Freelance depuis quelques temps déjà, Juliette se voit régulièrement confier des missions de recherche de personnes importantes disparues, enlevées, … dans des zones sensibles du Monde. Et cette fois, elle va devoir s’envoler pour le Kosovo, son trafic d’organe, son insécurité, …

Une nouvelle dans un monde TRES réel, le notre, le Kosovo et ses tragédies, ses monstruosités. On s’attache à Juliette, cette Chasseuse et ses capacités. Le fantastique n’est présent que par touches dans notre quotidien si réel et Rachel Tanner le fait très bien. Cette nouvelle permet de nous ouvrir les yeux sur le monde et c’est ce qu’on peut aussi attendre de la fantasy.

Trois renards de Mélanie FAZI

Une jeune musicienne nous raconte comment elle se retrouve, seule, sans ami, dans un quartier pourri, dans un studio minuscule, à la suite de sa rupture. Elle était avec un homme violent mais comme de nombreuses femmes amoureuses, elle ne s’en ai pas rendue compte tout de suite et surtout elle pensait mériter la violence verbale dont son homme faisait preuve. Elle nous raconte aussi comment elle a vu les renards pour la première fois quand elle a joué de son violon pour le groupe Caméo. La brèche qui s’ouvre sur un autre monde quand la musique vous transporte.

C’est une très belle nouvelle, poignante et dure. Elle aborde des thèmes difficiles mais aussi le côté fantastique quand la violoniste joue, sa musique atténue le voile entre les mondes et la jeune femme voie les animaux, c’est très poétique. Elle a la chance de voir ce que très peu de personne peut voir mais attise la jalousie de ceux qui ne les voient pas. Elle est seule dans son monde et cela fait une nouvelle très mélancolique.

Profanation de Jean-Philippe JAWORSKI

Sabaude Cufart doit plaider sa cause devant les trois prêtres du Desséché, il a été pris en train de détrousser des cadavres tombés au champ de bataille, une profanation. Or Sabaude va leur démontrer qu’il n’est pas un profanateur…

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle qui (re)plonge le lecteur dans le Vieux Royaume. Elle m’a fait sourire plus qu’une fois,  j’ai beaucoup aimé la façon dont Jean-Philippe Jaworski a mené l’action. Un peu « arroseur arrosé ». Retrouver la plume de Jean-Philippe Jaworski est un plaisir, je ne suis toujours pas prête pour lire Gagner la Guerre mais je savoure les nouvelles du Vieux Royaume. La postface est bien utile pour comprendre tous les subtilités.

Séréna de SIRE CÉDRIC

Charles se rend dans un lieu isolé à la rencontre du marchand, Louis, un albinos. Dans les cercles d’amateurs de sombres débauches et autres vices étranges, c’est l’homme qui vous trouve ce qu’il vous faut. Charles a une demande des plus particulières, un fantasme à assouvir… Peu importe le prix à payer ?

Là aussi c’est toujours un plaisir de retrouver le style percutant de Sire Cédric ! Et avec un personnage lié à un autre personnage de ces romans, c’était très sympa ! La nouvelle est assez courte, dommage, j’aurai bien aimé en découvrir plus sur Louis moi ! Attention, c’est un peu spécial mais c’est du Sire Cédric quoi ❤

La nuit sur le plateau de K’fên de Charlotte BOUSQUET

Kanuya fuit. Elle essaie à nouveau d’échapper à celui à qui son père l’a mariée de force. Plutôt mourir que d’être reprise et de retourner là bas. Alors, Kanuya puise dans ses dernières ressources pour courir le plus loin possible. Mais il y a beaucoup d’obstacles sur sa route…

Je découvre Charlotte Bousquet avec cette nouvelle qui m’a beaucoup plu. Un imaginaire que j’ai trouvé très beau, c’est presque plus un conte qu’une nouvelle et j’ai beaucoup aimé là. L’héroïne est attachante et on a envie de savoir ce qui va se passer pour elle. Il y a beaucoup d’émotions dans cette nouvelle et c’est vraiment génial de réussir à les faire passer dans un format court.

Derrière les barreaux de Lionel DAVOUST

Un jeune homme se confie à son amie, dans une situation complexe, il lui explique son enfance, sa « différence », la difficulté pour les autres à le comprendre. Et puis aussi comment tout a commencé, pourquoi, il en est venu à faire ce qu’il a fait, les extraordinaires découvertes réalisées, si difficile à croire pour les autres…

Cette nouvelle aborde deux thèmes forts : la différence et trouver sa place dans le monde. En plus, l’auteur a saisi l’occasion pour aborder un thème tout spécial pour lui ce qu’il n’aborde jamais, sa passion pour les dauphins. Ces êtres mystérieux, doués d’intelligence. C’est une idée qu’on retrouve pas mal en SF (dans les séries télé), celle que les dauphins ne seraient pas vraiment de notre monde… Et si c’était vraiment le cas ? Le récit à la première personne est marquant. La psychologie du personnage est fine, travaillée. Une nouvelle très intéressante.

Élixir de Samantha BAILLY

Dans un monde différent, le gouvernement utilise les empathes pour travailler sur les maladies psychiatriques ou psychologiques. Mais aussi pour déterminer si les personnes arrêtées sont coupables ou non. Avec cette capacité particulière, Elixir a été forcée de renoncer à sa propre vie pour servir cette nouvelle société. On lui confie le diagnostic d’une personne qui a pu s’approcher du monde extérieur, de l’autre côté du champ de force, de l’interdit. Que va-t-elle découvrir?

Un vrai plaisir ici aussi de retrouver la plume si fluide et l’univers si riche de Samantha Bailly. Ici, le monde imaginé est très intéressant que ça en est frustrant de n’avoir qu’une nouvelle ! On aimerait tellement en savoir plus à la fin. Les thèmes m’ont beaucoup plu, la liberté, le choix. Je pense que ça pourrait donner un très chouette roman !

*****************

La présence de postfaces des auteurs indiquant la ou les raisons de leurs nouvelles, de leurs thèmes est vraiment un gros gros plus. Pour moi, cela a compensé le fait que ce recueil ne dispose pas d’un thème particulier, d’un fil conducteur, d’un lien entre les textes. Ce recueil permet de vraiment découvrir l’univers de ces auteurs, de découvrir de nouvelles plumes, différents façons d’écrire des récits imaginaires. Je n’ai pas été charmée par toutes les nouvelles, il y en a que j’ai préféré aux autres. Mais dans l’ensemble, c’est un bon recueil, avec des lectures variées et plaisantes. Et qui rappelle les bons moments passés aux Imaginales.

DefiPALImaginales2014