13 à table – Collectif (2014)

13àtable

4ème de couverture

13 des plus grands auteurs français actuels pour 13 nouvelles autour d’un thème commun : un repas. Intrigues policières, réunions de famille qui dérapent, retrouvailles inattendues… Du noir, de la tendresse, de l’humour, de l’absurde, à chacun sa recette. 13 repas à déguster sans modération, alors à table !

Auteurs :

Françoise Bourdin – Maxime Chattam – Alexandra Lapierre – Agnès Ledig – Gilles Legardinier – Pierre Lemaitre – Marc Levy – Guillaume Musso – Jean-Marie Périer – Tatiana de Rosnay – Éric-Emmanuel Schmitt – Franck Thilliez – Bernard Werber

Mon avis

Olympe et Tatan de Françoise Bourdin

Un repas de famille à Noël chez Olympe à Paris.  La vieille dame réussit pour l’occasion à réunir l’ensemble de sa famille, mais le cœur n’y est pour personne. Mais personne ne saurait refuser l’invitation… La force de la tradition.

Je n’ai pas trop de chose à dire sur cette nouvelle, facile à lire, une pointe d’ironie, sympathique.

Maligne de Maxime Chattam

Sam Kruger, psychothérapeute reçoit « en urgence » dans son cabinet Patrick Hores. Ce dernier pense être possédé. Il a besoin d’un avis est-il fou ? Ou est-il en train de se détruire à cause d’une force maligne ?

En quelques pages, Maxime Chattam réussit à nous maintenir en haleine et à nous faire froid dans le dos ! Qu’arrive-t-il à Patrick ? Comment tout cela va-t-il finir ?

Nulle, nullissime en cuisine ! de Alexandra Lapierre

Sophie est nulle en cuisine mais vraiment, une vraie catastrophe, alors que son époux est un fin gastronome. Quand ce dernier est muté et doit recevoir à diner son patron, comment Sophie va-t-elle s’en sortir ?

Nouvelle assez drôle avec une narratrice qui sait reconnaitre avec dérision ses défauts. Quiproquo et rebondissement, j’ai passé un bon moment avec cette nouvelle.

Un petit morceau de pain de Agnès Ledig

Nicolas sort de l’école et il a faim, très faim. Mais sa maman Nathalie, qui élève seule son fils, qui passer sa journée à jongler, ne s’en rend pas compte. Elle rentre dans la boucherie en laissant son fils dehors. Un homme se rend compte que le petit garçon pleure et lui demande pourquoi. Il lui offre alors un morceau de pain et s’en va. La mère s’aperçoit que son fils a reçu quelque chose de quelqu’un et le dispute. Mais si cet événement était le début d’une belle histoire ?

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle relatée en partie par ce petit garçon. Une belle histoire qui débute avec un petit morceau de pain.

Mange le dessert d’abord de Gilles Legardinier

Deux anecdotes racontées par l’auteur : un repas pris sur le pouce avec sa famille alors qu’il vient de recevoir le permis de construire de sa maison puis un repas suivant un enterrement où l’auteur et un collègue ont mis les pieds dans le plat.

Je dois l’avouer j’ai pleuré. La première anecdote m’a beaucoup touché, je ne m’y attendais pas. Et j’ai pas mal souri à la lecture de la seconde. Je ne connaissais pas Gilles Legardinier et j’ai été surprise qu’il s’adresse à son lecteur. La façon de faire m’a beaucoup plu. Je pense que je lirai un titre de cet auteur à voir dans quel genre.

Une initiative de Pierre Lemaitre 

A 81 ans, M. Tessier décide d’inviter sa nièce et sa famille à diner. Mais bien vite, il se rend compte qu’il n’a pas vraiment la bonne façon de faire pour recevoir, surtout depuis la mort de sa femme. Comment va-t-il s’en tirer ?

Une nouvelle assez rapide où l’on se doute de la finalité. Elle aura eu le mérite de faire réfléchir sur la solitude de l’existence.

Dissemblance de Marc Levy

Mehdi et Aaron sont seuls dans une pièce et l’un s’interroge beaucoup, sur la durée de leur séjour en ce lieu… L’autre n’a pas envie d’échanger mais un dialogue entre les deux hommes s’engagent. Jusqu’à la révélation finale.

Une nouvelle qui aide à réfléchir sur les différences, les dissemblances entre les peuples. Un thème fort et efficace. Cependant, je regrette que cela soit la seule nouvelle du recueil qui ne respecte pas du tout le thème du repas… Dommage.

Fantôme de Guillaume Musso

Constance Lagrange est flic, le même jour, elle apprend qu’elle est promue et qu’elle est atteinte d’une tumeur au cerveau. Elle rentre dans un établissement pour consulter un cancérologue réputé. Fatiguée, devant son repas, elle tombe sur le docteur Montgomery qui lui propose d’aller lui chercher un mcdo pendant qu’elle se repose. A son réveil, elle découvre que le médecin est mort depuis des années… Son instinct de flic s’emballe et elle décide d’enquêter…

Une vraie histoire en quelques pages, ça se lit bien, vite,s’est prenant et la révélation est vraiment pas mal, une chute qui va bien à ce type de nouvelle. Un bon moment de lecture.

Jules et Jim de Jean-Marie Périer

Jules a décidé d’organiser un diner de retrouvailles. Il va revoir Jim qui fut un ami très cher mais que la vie et son ambition ont séparés. Comment vont se passer les retrouvailles ?

Une intrigue bien menée, une chute ici aussi parfaite pour ce type de nouvelle. Une histoire de paix, de l’âme, de l’esprit.

Le parfait de Tatiana de Rosnay

Monique est stressée, elle marie sa fille. Monique a une particularité, elle perd tout, tout le temps et faut reconnaitre qu’un jour comme celui là, l’éventualité que ça lui arrive, la rend nerveuse.  Et puis, il y a mamie qui a toujours son mot à dire …. et qui réclame qu’un parfait soit servit au repas du mariage…

On voit venir à des kilomètres la chute mais on a bizarrement envie de la lire, et sans s’en sentir coupable, ou presque. Parce que parfois, il y a des choses horribles qui soulage même si ça reste dans une nouvelle.

La part de Reine de Éric-Emmanuel Schmitt

Le narrateur est intrigué par Clovis, un clochard qui campe sur la place du village avec sa chienne Reine. Quand il reçoit un chien, Tao, en cadeau, il se retrouve à le promener en ville où le chien et Reine tombent amoureux. Notre narrateur se met à discuter avec Clovis. Il apprend par le voisinage que l’homme donne des petits coups de main, moyennant un repas. Il refuse catégoriquement de l’argent. Et quand il en reçoit, il ne le garde pas, qu’en fait-il ? La curiosité du jeune homme va lui ouvrir les yeux sur la fidélité et l’amour…

Une belle nouvelle qui donne à réfléchir. Ce que découvre le narrateur est essentiel et c’est bien ne nous le rappeler de temps en temps. J’ai beaucoup aimé cette histoire sensible et touchante.

Gabrielle de Franck Thilliez

Un couple se rend tous les ans en Alaska étudier les ours dans leur milieu naturel. Mais cette année, un phénomène étrange survient, aucun saumon, ou si peu n’a réussi à remonter la rivière et les ours n’ont pas de quoi se nourrir. Leur comportement va changer progressivement et les deux chercheurs sont peut-être en danger.

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle, qui prend son inspiration dans un fait réel qui s’est passé en Alaska. J’avoue que je n’ai rien vu venir et j’ai été happé par le récit. Une très bonne nouvelle de Franck Thilliez.

Langouste blues de Bernard Werber

Bob est une langouste et il nous raconte sa drôle et terrifiante histoire. Il a été péché et pense vivre à chaque instant sa dernière heure. Il voit les autres disparaître. A quand son tour ?

Une nouvelle rafraichissante, drôle, il fait le faire de se mettre à la place d’une langouste. C’est original et sympathique. Avec un fond de réflexion bien sur.

Un recueil sympathique avec des nouvelles qui se démarquent plus que d’autres. Certaines m’ont marqué, d’autres pas, c’est peut-être un peu inégal mais ça va si vite à lire. J’ai aimé découverte de nouvelles plumes que je prendrais plaisir à relire bientôt. Et puis, c’est pour la bonne cause. A s’offrir et à offrir.

L’âme du mal de Maxime Chattam

ame-du-mal

Pocket, 7,20€, 517 pages

4ème de couverture

Pas plus que sa jeune acolyte, l’inspecteur-profileur Brolin ne pense que les tueurs en série reviennent d’outre-tombe. Fût-il le monstrueux bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper avec précision. Mais le bourreau est mort et le carnage se poursuit. Le nouveau tueur agit-il seul ou fait-il partie d’une secte ? Pure sauvagerie ou magie noire ?
Brolin a peur. Cette affaire dépasse tout ce qu’on lui a enseigné. S’immerger complètement dans la psychologie d’un monstre, le comprendre afin de cerner et de prévoir ses crimes, devenir un monstre soi-même, tels sont les moindres risques de son métier. On dit au FBI qu’il s’en faudrait d’un rien pour qu’un bon profileur aille rejoindre la galerie de ses pires clients.
Peut-on impunément prêter son âme au mal ?

Résumé du début

Début des années 2000, l’inspecteur Brolin est appelé sur une scène de crime, un nouveau corps a été retrouvé dans un court d’eau, les avant-bras sectionné, le haut de la tête rongé parce qui semble être un acide. Mode opératoire similaire à deux autres corps retrouvés quelques semaines auparavant, tout laisse à penser qu’il s’agisse bien d’un tueur en série. Juliette, étudiante en psychologie, raisonnable, réservée et studieuse, est kidnappée par un homme et enfermée dans une sorte de cave. Brolin suit une piste intéressante sur le meurtre de la 3ème victime. C’est ainsi qu’il va secourir Juliette qui était tombée entre les mains du tueur. Mais un an plus tard, les crimes reprennent ! Que se passe-t-il ?

Mon avis

Un thriller fort sympathique.

C’était mon premier Maxime Chattam et je suis contente de découvrir enfin cet auteur.

J’ai beaucoup aimé l’intrigue de ce roman et les personnages, en plus, Maxime Chattam ne tombe pas dans la facilité avec ses personnages.

Après un prologue assez rapide, on découvre Juliette Lafayette, une jeune femme charmante et intelligente qui en est à ses dernières années d’études de psychologie à l’université. Elle « chat » sur le net avec un homme sympathique mais un soir, ses questions se font plus intimes, il parle de la voir en vrai. ça n’intéresse pas Juliette qui préfère poliment clore là leur entretien du soir.

En parallèle, on apprend à connaitre Joshua Brolin, dit Josh, qui travaille depuis deux, trois ans dans la police de Portland, aux affaires criminelles. C’est un ancien du FBI, il voulait cependant, travailler sur le terrain sans perdre des années à prouver ses capacités au FBI, il a donc démissionné pour entrer dans la Police. Il a donc été formé à Quantico et est plutôt très doué pour se mettre dans la tête des tueurs, c’est un bon profiler même s’il ne portant pas officiellement ce titre. Josh Brolin (et là, je digresse en indiquant, que j’ai eu la tête de l’acteur du même nom toute ma lecture!) enquête sur plusieurs meurtres qui semblent reliés au même assassin, un certain Leland Beaumont. C’est là que les routes de Joshua et Juliette vont se croiser. Juliette enlevée par Leland, sera secourue par Joshua.

Mais ça, ce n’est que le début de l’intrigue ! Parce qu’un an plus tard, une nouvelle série de meurtres similaires à ceux de Leland, va donner du fil à retordre à la police de Portland. Des meurtres qui vont faire douter la police, inspirés de la Divine Comédie de Dante, folie sous-jacente, Josh va établit un profil de tueur étrange et complexe. Mais surtout pourquoi ces crimes ?

J’ai trouvé le « truc » dans l’intrigue vers la moitié du roman, les indices sont assez évidents, au début ça m’a un peu perturbée d’avoir compris, puis ensuite, je me suis intéressée à la façon dont les enquêteurs allaient découvrir les choses et quand. Malgré ce point, l’intrigue complexe (mais pas encore trop) est très bien montée, on se laisse prendre à la résolution de l’enquête. On ne s’ennuie pas.

On sent dans ce livre, tout le travail de recherches effectuées en amont par Maxime Chattam, sur le fonctionnement du FBI, sur les techniques scientifiques, sur les tueurs en série. C’est à la fois un énorme point positif et un petit bémol (oui oui c’est possible). Les informations qui nous sont données sont très intéressantes et pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude des thrillers et des séries policières, c’est excellent et très très bien amené dans le déroulement de l’histoire. Quand on a un peu plus l’habitude, ça ralenti un peu le récit, mais c’est une remarque toute personnelle et qui tient au fait que j’ai lu des romans de ce type avant et que je suis fan de séries policières!

J’ai trouvé les personnages, surtout Josh et Juliette, très bien construits, on apprend plein de choses sur eux, leur psychologie est travaillée, développée, on découvre leurs passés, leurs habitudes, leurs sentiments,… du coup, on s’attache facilement à eux. Et puis, les personnages secondaires, même si on sait moins de choses sur eux, sont quand-même présents, marquants qu’on les aime ou qu’on les déteste! Par exemple, j’ai beaucoup aimé Larry Salhindro, un collègue de Josh, il a plus de 25 ans de carrière, célibataire, avec de l’embonpoint, mais extrêmement fiable, volontaire, touchant; et j’ai détesté l’attorney Gleith et Bentley Cotland (qu’on colle dans les pattes de Josh, alors qu’il n’est même pas encore officiellement nommé à son poste d’adjoint de l’attorney) même s’il a une meilleure image vers la fin. L’équipe de policiers, l’assistant attorney, les médecins légistes ou techniciens de laboratoire, … apportent tous quelque chose à l’histoire, nous permettent d’en découvrir plus sur les personnages principaux mais aussi sur le fonctionnement de l’appareil judiciaire aux États-Unis.

L’âme du mal est un bon roman avec une fin que j’ai apprécié, en ça, l’auteur a su prendre des risques pour un de ses premiers livres et c’est plutôt chouette. C’est détaillé, bien écrit, cohérent (lenteur des investigations, les erreurs, …), vraiment très bien construit. Et la fin, un peu énigmatique, donne envie de retrouver  la police de Portland dans d’autres affaires.

Par contre, je n’étais pas angoissée ou tendue pendant ma lecture, c’est un bon thriller mais il m’a manqué un peu de tension nerveuse. Je n’ai pas trouvé le contenu effrayant même si, faut le reconnaitre, les crimes du tueur en série et sa psychologie semblent vraiment réalistes.

Une remarque encore, je n’aime pas beaucoup quand les auteurs français écrivent des romans dont l’action se passe aux États-Unis, je préfère largement découvrir la France, l’Europe pourquoi pas, quand je lis un auteur français. Mais là, Maxime Chattam nous parle d’une ville qu’il connait bien, il y a beaucoup de recherches pour l’intrigue policière, sur le fonctionnement de la police et de l’appareil judiciaire là-bas, du coup, on est vraiment immergé. On pourrait croire à un auteur étranger. Avec l’avantage ici, pour le coup, de n’avoir aucune perte ou aucun soucis de traduction ! Cela montre que c’est vraiment bien écrit et le gros travail de préparation de Maxime Chattam.

Je continuerai avec plaisir cette « Trilogie du Mal »  avec In Tenebris et Maléfices.

*****************************

challenge incontournablelogo challenge thriller. jpg