Le songe d’Adam de Sébastien Péguin

Songedadam-MagaliVilleneuve

L’homme sans nom éditions, 395 pages, 19,90€

4ème de couverture

Allemagne, Forêt-Noire, de nos jours. C’est dans ce cadre magnifique que s’installent Hugo, chercheur dans le domaine des lettres, et sa fille Morgane, inventive adolescente. Mais la Forêt-Noire est également le cadre de légendes ancestrales, dont certaines seraient peut-être bien plus que de simples légendes…

Et lorsque Morgane commence à percevoir des choses qui ne devraient pas exister et que les fantômes du passé du père et de la fille semblent devenir plus que des souvenirs, l’horreur surgira, et les disparitions au cœur des bois trouveront une explication que l’esprit humain ne peut concevoir…

Résumé

3 chausseurs en pleine Forêt Noire. Une chasse nocturne. Traquant un animal, ils s’enfoncent dans la forêt, la tension monte entre les 3 amis, entre ceux qui feraient bien demi-tour et ceux qui s’acharnent. Quand soudain, un silence de mort se fait. Deux des chasseurs sont plus tard retrouvés massacrés. Le troisième semble bon pour l’asile. Les blessures sur les deux cadavres sont telles que rien ne peut les expliquer. Que s’est-il donc passé ?

Hugo et sa fille Morgane font route de Strasbourg vers la forêt Noire, où Hugo a décidé de loger une année, le temps de finir sa thèse. Il a choisi cette région car elle l’inspire et est assez proche de la bibliothèque de Göttenberg où il pourra trouver de précieuses sources et documents pour sa thèse. Mais sur le chemin, une étrange apparition va les glacer d’effroi et inaugurer d’une étrange façon leur séjour en Forêt Noire.

Mon avis

Le Songe d’Adam est un livre original, extrêmement construit et travaillé ! C’est une excellente découverte !

Une œuvre dense et complexe mais terriblement passionnante et prenante, qu’il est très dur de synthétiser ! Je m’en excuse d’avance.

Le lecteur va suivre Morgane une jeune fille de 16 ans et son père Hugo. Morgane n’a pas vraiment de souvenir de sa mère Mélanie, morte quand elle était encore toute petite. A 16 ans, elle a encore un pied dans l’adolescence mais l’autre déjà dans le monde des adultes. Hugo, qui a élevé seul sa fille, en est assez dérouté. Ils sont très complices mais ces derniers temps, Hugo travaillant beaucoup, il a moins de temps à accorder à sa fille. Ce séjour d’un an en Forêt Noire pour sa thèse sera peut être l’occasion de passer du temps avec elle.

Hugo va cependant passer beaucoup de temps en dehors du chalet qu’il loue à un vieil original du coin, principalement pour ses recherches, sur Dionysos, la résurrection, … Une thèse vaste avec de nombreux recoupements, d’idées… Du coup, Morgane va se retrouver seule assez régulièrement et va combattre sa solitude en prenant possession d’un lieu proche du chalet : une carrière en bordure de la Forêt Noire.

Leur séjour ne sera pas de tout repos. Après avoir aperçu une créature étrange sur leur route, un cerf déchiqueté, ensanglanté mais pourtant bien debout sur ces pattes en travers de leur chemin, plus rien ne sera pareil pour Hugo et Morgane …. Notamment, cette dernière sera réveillée une nuit par des coups sourds à sa fenêtre. Une créature mi-homme, ni-cerf lui apparait alors… Ce qui ne manquera pas de la perturber. A-t-elle rêvée ? Était-ce réel ?

Hugo est un père affectueux mais perdu, très pris par ses recherches. Il va promettre à Morgane de se renseigner sur ce qu’elle a semblé voir/vivre au cours de cette nuit-là. Mais plus Hugo va creuser sur les légendes ancestrales allemandes, sur la Forêt Noire, plus il va faire des liens avec certaines de ses recherches, plus il va s’enfoncer vers un but inattendu. Et s’il parvenait à découvrir des secrets cachés depuis des siècles? Tout cela, dans une ambiance de plus en plus oppressante et pesante, habilement créée par Sébastien Péguin. Certaines scènes sont fortes, le lecteur a l’impression d’étouffer, une aura malsaine attend son aile sur le récit. C’est peut être maladroitement dit de ma part, mais c’est un compliment, j’adore  être happée dans une ambiance, une atmosphère étrange, malsaine qui sert le récit. Là, on a presque l’impression de ressentir les odeurs et les sensations de la carrière, de la forêt, …. Et puis certaines scènes, rien que d’y repenser …

Le récit qui va creuser plein de choses mais qui vont servir l’histoire. L’auteur, rencontré aux Imaginales m’a avoué qu’on lui avait reprocher un côté académique trop marqué, un récit trop développé. Personnellement, je n’ai pas eu cette impression. De toute façon, j’adore les récits développés où j’apprends beaucoup ! Et là, j’ai lu cette histoire et les explications de façon linéaire, j’ai trouvé que les éléments donnés étaient utiles pour comprendre toute l’histoire et qu’ils n’étaient pas superflus. Comme quoi, chacun sa perception de la lecture, moi j’ai adoré !

J’en reviens aux thèmes développés. Moi, qui ne connait rien à l’Allemagne, j’ai été captivée par les légendes narrées. Par leur côté sombre et terrible. L’auteur utilise racines et étymologie pour expliquer certaines choses par le biais d’Hugo et un homme qu’il rencontre en Allemagne. C’était fort intéressant. Il y a plusieurs croisements, de mises en abyme entre la religion et les mythes grecques, sur la résurrection, les croyances. L’auteur sublime tout ça avec en filigrane le mythe d’Orphée que j’apprécie énormément ^^

Le lecteur avance donc avec Hugo dans les déductions qu’il fait et comme lui, il a envie de savoir si ce qu’il apprend, ce que les gens du cru raconte est vrai. Hugo va-t-il vraiment découvrir quelque chose? Personnellement, je me suis plus attachée à Hugo qu’à Morgane. Pourtant ce sont deux personnages intéressants. Morgane est accablée par sa solitude et ne comprend pas toujours son envie créatrice exacerbée. A un moment donné, on ne sait plus si elle a des hallucinations, si elle devient folle, si elle cherche à attirer l’attention, à se faire du mal ou si tout ce qui se passe autour d’elle est réel. Hugo lui est dépassé par certains événements, il a un peu trop tendance à repenser au passé mais c’est un personnage qui m’a touchée. Les personnages secondaires sont aussi passionnants. Mais je vous laisse les découvrir par vous même 🙂

On sent que ce roman est le fruit d’un gros travail par quelqu’un de passionné. C’est dense et travaillé. Sombre, complexe. Pour apprécier la lecture, je pense qu’il faut éviter d’être de trop perturbé et de la couper le moins possible. C’est un récit plus atypique, où l’on frissonne d’horreur, où le cerveau travaille, où l’on se questionne. C’est très appréciable d’alterner les lectures plus légères avec un roman de cette qualité où l’on doit être attentif.

La couverture de Magali Villeneuve est magnifique, elle retransmet parfaitement l’idée qu’on se ferait de la Forêt Noire sans trop en dévoiler non plus. Parfaite. Le récit comprend des typographies différentes. Qui permettent de bien s’y retrouver. Même si une d’entre elle fatigue assez rapidement les yeux, j’ai trouvé. Mais ce n’est pas un défaut, juste que j’ai pas une super vue lol

J’ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture. Que je pense relire quand quelques années pour retrouver l’ambiance décrite et peut être découvrir des choses qui m’auraient échappés à la première lecture ^^ Je recommande.

**************************************

DefiPALImaginales2014

Publicités

C’est lundi, que lisez-vous ? #113

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

J’ai terminé Le songe d’Adam de Sébastien Péguin

Songedadam-MagaliVilleneuve

J’ai lu Projet Harmonie de Christophe Nicolas

9782918719212

Que vais-je lire cette semaine ?

Je lis Les coups de coeur des Imaginales

42793

Que vais-je lire la (les) semaine(s) prochaine(s) ?

A voir dans ma PAL Imaginales ^^

Et vous que lisez-vous ?

In My MailBox #94

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Il s’agit d’un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

Quoi de neuf dans mon sac ou ma boite aux lettres cette semaine ?

Un seul livre rejoint ma PAL : faut bien être un peu raisonnable avec les Imaginakes : Le songe d’Adam de Sébastien Péguin 🙂

10268605_10152503592135774_5762924878576238768_n

Et vous de bonnes surprises dans votre BAL ?

A la découverte des maisons d’édition #9

 Après les Éditions du Chat Noir, Nergäl Éditions , Argemmios Éditions, Sortilège Éditions, les EditionsValentina (hors chasse), les éditions Sharon Kena, Val Sombre Editions et l’Atelier Mosésu, voici le 9ème rdv !

Rappel :  D’où me vient cette idée ? De ma choupette Chica du blog A l’abordage de la culture qui a l’excellente idée d’organiser chaque mois, l’année dernière une chasse aux trésors des petites maisons d’édition ! Ainsi, internautes-pirates nous nous lançons à la découverte d’une maison d’édition, de ses auteurs et des romans publiés ou à paraitre. A travers une série d’énigmes sous forme de questions, nous explorons la page officielle internet de la maison d’édition, les pages FB ou sites internet de certains des auteurs, des illustrateurs et des romans édités (ou prévus).

Je ne sais pas si Mon Capitaine d’Amuuuuur reprendra un jour les chasses, pour le moment c’est toujours à l’arrêt mais j’ai décidé de présenté ce mois-ci une maison d’éditions que j’aimerai découvrir :

LES EDITIONS DE L’HOMME SANS NOM

Pour plus d’informations sur l’ensemble de la maison d’édition :

http://editions-hsn.fr/

logo ehsn

Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire un de leurs ouvrages mais je n’ai eu pour le moment que de bons échos sur leurs sélections, ça donne envie !!!!

Présentation extraites du site internet :

Les Editions de l’Homme Sans Nom sont un projet un peu fou, qui naquit dans l’esprit d’un seul homme, Dimitri Pawlowski.
Après avoir passé deux ans en tant que secrétaire d’édition d’une maison d’édition de mangas, et avoir appris les ficelles du métier (toutes les roublardises nécessaires), et profitant de ses nombreux contacts dans le monde du livre, ainsi que de son intérêt infini pour la littérature, Dimitri décida de se lancer dans le grand bain, et de monter son propre projet.

Le marché des livres sur les paysans andalous du XVIe siècle étant saturé, il se tourna vers sa seconde passion : la littérature de l’imaginaire, du fantastique à la S-F en passant par la fantasy. S’entourant peu, mais s’entourant bien, via des indépendants compétents n’alourdissant pas la structure, il se lance petit à petit, et commence à prospecter les auteurs, jusqu’à mettre la main sur diverses perles, et obtient assez de textes de qualité pour planifier sa première année de publication.

Voici les parutions de cette maison d’éditions :

D’abord celui qui m’a interpellé sur le net :

Iluvendan de Nicolas Debandt & Marc-Antoine Fardin

Titre publié en 2011 et 2012, il y a deux tomes :

Tome 1 : rencontre avec Gaëria

9782918541011

4ème de couverture

Iluvendan. Une cité où la magie et la technologie se côtoient et s’entremêlent. Le Iolthän, étrange cristal noir, source d’énergie mystérieuse, assure la prospérité de la cité, fait voler ses aéronefs, offre le confort à ses habitants. Trois adolescents, les jumeaux Feäsil et Klaod et la séduisante Imenel, vont enfin pouvoir découvrir cette cité, car c’est là qu’ils mèneront leurs études. Les heures de cours, les rencontres avec les enseignants, les doutes personnels, cela aurait déjà de quoi largement remplir les journées : mais voilà qu’ils découvrent des rumeurs parlant d’une pénurie de Iolthän, d’une guerre imminente face au pays voisin ! Et comment résister à l’appel de l’aventure lorsqu’on est jeune ? Les trois héros vont décider d’enquêter. Manipulés par certains, aidés par d’autres, ils devront faire face à des forces qui les dépassent, mais feront tout pour faire éclater la vérité !

Tome 2 : Le crépuscule de cristal

ILUVENDAN-TOME-2

4ème de couverture

Iluvendan. Une cité où la magie et la technologie se côtoient et s’entremêlent.
Le Iolthän, étrange cristal noir, source d’énergie mystérieuse, assure la prospérité de la cité, fait voler ses aéronefs, offre le confort à ses habitants.
Mais cela, c’était avant.
Avant que la pénurie organisée par le gouvernement embrase Gaëria de guerres terribles. Avant que les dangers du Iolthän soient connus de tous…
Klaod, Fëasil, Imenel, Narf et Eänielle : cinq jeunes gens sur qui repose la Résistance qui lutte contre le totalitarisme du gouvernement. Et alors que les trahisons se succèdent, que les drames entraînent les héros toujours plus bas, que les batailles désespérées s’enchaînent, ils devront envisager les plus terribles sacrifices pour rétablir l’équilibre à la surface de Gaëria…

De la fantasy avec une pointe de steampunk, c’est vraiment un diptyque que j’aimerai découvrir !

Le site internet des Editions, vous propose une biographie des auteurs, c’est ici : Nicolas Debrandt & Marc-Antoine Fardin

Ensuite, deux livres que mes copinautes ont lu et ont adoré, deux styles très différents :

Rose Morte – La Floraison de Céline Landressie

Rose-Morte-Tome-1-Floraison-Celine-Landressie

4ème de couverture

France, fin du xvie siècle. C’est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les Greer, fuyant l’Angleterre élisabéthaine.
Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et de caractère. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier.
Et c’est en faisant tout pour éviter cette terrible obligation à l’aide de sa fidèle amie Charlotte que Rose fera connaissance d’Artus de Janlys.
Le séduisant et mystérieux comte l’entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle…

Un livre historique qui a l’air vraiment pas mal.

Pour en savoir plus sur Céline Landressie, c’est ici : Céline Landressie

Voici l’avis de ma copinette Cali, plus que plus enthousiate, un vrai coup de foudre pour ce roman : http://calidoscope.canalblog.com/archives/2013/02/10/26383221.html

et

Le Songe d’Adam de Sébastien Péguin

4ème de couverture

Allemagne, Forêt-Noire, de nos jours. C’est dans ce cadre magnifique que s’installent Hugo, chercheur dans le domaine des lettres, et sa fille Morgane, inventive adolescente. Mais la Forêt-Noire est également le cadre de légendes ancestrales, dont certaines seraient peut-être bien plus que de simples légendes…
Et lorsque Morgane commence à percevoir  des choses qui ne devraient pas exister et que les fantômes du passé du père et de la fille semblent devenir plus que des souvenirs, l’horreur surgira, et les disparitions au cœur des bois trouveront une explication que l’esprit humain ne peut concevoir…

 couv16048069

Ambiance oppressante, un peu de gore, de l’horreur, un livre comme on en trouve rarement, je dis « j’aime » !

Pour tout savoir sur l’auteur c’est ici : Sébastien Péguin

Voici l’avis de Dame Meli qui a été ravie de découvrir ce livre différent de ses lectures habituelles : http://bazardelalitterature.com/2013/03/04/le-songe-dadam-de-sebastien-peguin/

5ème livre que je voulais mettre en avant :

Le dernière terre – T1 – L’enfant Merehdian de Magali Villeneuve

laderniereterre-couv

4ème de couverture

Un monumental ruban de pierre se dresse en sentinelle au bord des brumes éternelles.
Les hommes leur ont donné un nom : la Dernière Terre.
Dans la cité-capitale des Cinq Territoires, Cahir, jeune homme frêle, maladif, aux mœurs et aux allures bien éloignées des codes stricts qui font loi autour de lui, subsiste envers et contre la réprobation générale. Il est issu des Giddires, un peuple rejeté, au ban de la paix politique qui unit les autres contrées. Malgré cela, entre intelligence et ingénuité, il parvient à se rapprocher de certains locaux, dont Ghent, fils du Haut-Capitaine à la tête des forces militaires des Basses-Terres.
Au fil de ces jours paisibles, s’il advenait un événement capable de bouleverser tous les dogmes établis, quel poids l’existence de Cahir aurait-elle dans la balance des certitudes ?

De la dark fantasy qui m’a l’air à couper le souffle !

Plus d’infos sur Magali Villeneuve c’est là que ça se passe : Magali Villeneuve

D’autres ouvrages sont disponibles chez cet éditeur qui a tout d’un grand, une saga d’Alexis Flamand, le cycle de Alamänder avec déjà 3 titres de paru : Le T’Sank, Le Menzohtain et Le Xéol.

Découvrir Alexis Flamand c’est par ici : Alexis Flamand

Les Editions de l’Homme Sans Nom c’est aussi des illustrateurs et notamment, on trouve avec plaisir Magali Villeneuve, mais aussi Alexandre Dainche plus d’infos sur ce qu’ils font sur les sites suivants :

Portfolio de Magali Villeneuve :  http://magali-villeneuve.blogspot.fr/

Portfolio d’Alexandre Dainche : http://alexdainche.blogspot.fr/

Moi j’adore vraiment leur travail, n’hésitez pas à les découvrir !!!!

et notamment je ne peux pas m’en empêcher tellement cette affiche est juste MAGNIFIQUE : Les Imaginales 2013

IMAGINALES 2013 VILLENEUVE-DAINCHE FINAL sll (1)

Pour aller plus loin :

La boutique des Editions de l’Homme Sans Nom : (cliquer sur les livres pour accéder à l’onglet « ajouter à mon panier ») : http://editions-hsn.fr/livres

(alors qui a craqué ?)

La page Facebook de la maison d’édition : https://www.facebook.com/lhomme.sansnom.7

La maison d’éditions sera à Trolls et Légendes à Mons en Belgique le weekend du 29 au 31 mars 2013, et j’espère que je pourrais y aller pour voir leur stand et très très certainement craquer !!!!!

N’hésitez pas à vous pencher sur cette maison à la ligne éditoriale fantasy de Qualité !

276668_528931213784445_768525637_n