Bel Ami de Declan Donnellan et Nick Ormerod

Bel Ami est l’adaptation du célèbre roman de Guy de Maupassant, publié en 1885

A Paris, à la fin du XIXe siècle, Georges Duroy, jeune homme ambitieux, est déterminé à se hisser au sommet d’une société qui le fascine. Des mansardes miteuses aux salons les plus luxueux, usant de son charme et de son intelligence pour passer de la pauvreté à la richesse, il quitte les bras d’une prostituée pour ceux des femmes les plus influentes de la capitale. Dans un univers où la politique et les médias mènent une lutte d’influence acharnée, à une époque où le sexe est synonyme de pouvoir et la célébrité une obsession, Georges Duroy ne reculera devant rien pour réussir.

Georges Ducroy est un jeune provincial qui après avoir combattu en Algérie, revient en France et décide de s’établir à Paris afin d’améliorer son niveau de vie et sa vie tout court. Il est au début de l’histoire employé du chemin de fer mais gagne une misère qui ne lui permet pas de loger dans les beaux quartiers ou de s’habiller élégamment. Un jour dans un cabaret Georges croisse Charles Forestier, un ancien colonel de l’armée, avec qui il a servi. Ce dernier travaille à la Vie Française, un journal assez influent et gagne plutôt bien sa vie. Il invite Georges à venir dîner chez lui le lendemain, histoire de lui présenter sa femme, Madeleine. Lors de ce dîner sont présents notamment, M. et Mme Rousset (lui est le patron de la Vie Française) et  Clotilde de Marelle.  Madeleine Forestier convainc l’assemblée de faire publier sous le nom de Georges, dans la Vie Française, une correspondance sur la guerre, chronique d’un ancien de l’armée. George fait donc son entrée à la Vie Française…

C’est compliqué de faire cette chronique. Je n’ai pas lu Bel Ami de Maupassant et ne peut donc pas dire si le film est fidèle à 100% au roman. Il semble pour ce que j’en ai lu sur différents sites, l’intrigue soit la même, les personnages également, c’est donc sans doute assez fidèle.

Personnellement, je n’ai pas vraiment apprécié ce film. Les images sont belles, les acteurs sont connus et plus ou moins charismatiques mais l’histoire ne m’a pas emballée et encore moins son traitement. Je n’ai pas trouvé ça trop long et ça n’est pas barbant mais j’ai trouvé que ça manquait d’âme et d’une mise en scène plus poussée. L’intrigue est à la fois amoureuse et politique. Les événements s’enchainent et on a finalement que très peu d’informations de la part des personnages. J’imaginais un Georges Ducroy, plus cruel ou plus fougueux, finalement, on ne sait pas trop d’où il vient, ce qui l’a marqué, quels sont ses sentiments, ce qu’il pense vraiment. On a bien parfois des expressions dans son regard ou quelques tirades bien assénées de sa part mais j’en ressors avec une impression de flou et d’inachevé. On comprend bien dans l’ensemble qu’il veut s’élever au dessus de sa condition et qu’il utilise pour ça, son charme et les femmes. Mais je n’ai pas eu l’impression qu’il était ambitieux et intriguant, j’ai plutôt trouvé qu’il se laissait porter par les événements et qu’il utilisait plus les femmes pour se venger qu’on ne soit « moquer » de lui, que pour manipuler et monter les échelons. En fait, au début du film et à la fin ça va, mais au milieu, je trouve que ça manque de développement. Et à la toute fin, on a l’impression qu’il est arrivé à ce qu’il voulait le plus, être riche, reconnu mais il me semble que dans le livre on laisse entendre que ça ne lui suffit pas, qu’il veut encore plus. Dommage, que dans le film ça ne soit pas mis en relief.

Je n’ai pas trouvé le jeu de Robert Pattinson trop mauvais mais pas extraordinaire non plus, mais je pense que ça vient plus du traitement du personnage et de la mise en scène que de manque au niveau de l’acteur. Les scénaristes n’ont pas voulu faire de lui un personnage antipathique, je pense que j’aurai autant préféré finalement. Cela aurait pour moi était plus marquant.

Les autres personnages sont plutôt bien traités, il y a des non-dits et des relations intéressantes entres les personnages. J’ai trouvé que Uma Thurman, Kristin Scott Thomas et Christina Ricci étaient vraiment bien dans leurs personnages mais que les liens entre elles, avec leur mari, la Société, n’étaient pas assez développés. Je me doute que c’est le style de l’époque, mais ça m’a pas suffit. Ma préférée est Christina qui joue Clotilde de Marelle, qui sera la maitresse de Georges Ducroy, même si je ne suis pas d’accord avec tous ses choix et toutes ses réactions, je crois que c’est celle qui par sa personnalité et sa relation avec Georges qui m’a le plus touchée.

Sinon, j’ai apprécié les costumes et l’époque dans laquelle se passe l’action. « L’histoire de Bel Ami fut perçue, dans les années 1880, comme étant scandaleuse, immorale et subversive. » Je crois que oui, pour l’époque parler de magouille politique, de manipulation des médiats, de sexe, … ça n’était pas commun. Et en 2012, c’est encore d’actualité, et en pire ! C’est pour ça, que je pense que je lirai un jour Bel Ami, pour me faire une idée plus précise de comment l’histoire est traitée par Maupassant. Par contre, c’est peut être aussi pour ça que le film ne m’a pas touchée, parce qu’on est à notre époque, en plein dans ce type de comportement et que dans notre société, on voit bien pire et bien plus horrifiant malheureusement.

Un autre point, je ne suis vraiment pas fan des films qui se passent en France avec des personnages français mais dont les interprètes sont anglais. J’en vraiment beaucoup de mal à me dire qu’on est à Paris et qu’on est dans les intrigues politiques françaises. Je me demande si je n’aurai pas plus apprécié un téléfilm de France 2 comme ils le font de temps en temps avec les auteurs classiques. Pour une fois, si je devais le revoir un jour, je pense que je le regarderai en VF, parce que là, la VO n’apporte rien du tour selon moi.

Je ne ressors pas emballée plus que ça par ce film et je pense que je l’aurai vite oublié. Même si moi, je n’ai pas apprécié plus que ça, je suis sure que certains le trouveront très bien 🙂 Par contre de là, à le qualifier de « Les liaisons dangereuses pour une nouvelle génération », je ne crois pas, ça n’a rien à voir ^^

Des saumons dans le désert de Lasse Hallström

adaptation du roman Partie de pêche au Yémen de Paul Torday, paru en 2006

avec Ewan McGregor, Emily Blunt, Kristin Scott Thomas, Amr Waked, …

A Londres, Harriet Chetwode-Talbot (Emily Blunt) travaille pour une société qui gère et place les fonds de personnes riches. Elle contacte le Dr Alfred Jones (Ewan McGregor), expert dans le domaine piscicole et travaillant au ministère de l’agriculture. Un de ces clients, un cheikh yéménite (Amr Waked) souhaite investir plusieurs millions dans un nouveau projet : introduire la pèche au saumon au Yémen. Projet fou et insensé que rejette en bloc Alfred Jones. Comment pourraient survivre des saumons hors de leurs rivières d’origine et qui plus est dans le désert.

En parallèle, Patricia Maxwell (Kristin Scott Thomas) la chargée de relation et communication du premier ministre cherche à mettre en lumière un projet positif pour faire oublier quelques temps les échecs du gouvernement britannique en Afghanistan. Elle tombe sur l’idée peu commune du cheik et contrait le Dr Jones a participé et même diriger le projet d’Harriet et du Cheikh.

Harriet et Alfred vont devoir travailler ensemble malgré les réticences de ce dernier sur la viabilité et la nécessité de ce projet.

Un coup de coeur !!!

J’ai vu le film en VOST et j’ai adoré le charme dégagé par les accents anglais ou arabes. Une atmosphère douce et belle ❤

Le scénario se base sur un livre de Paul Torday, je ne l’ai pas lu, mais j’ai cherché un peu, et ce livre avait été bien accueilli par la critique britannique, assez politique, le style est original car presque tout est écrit sous forme mails, mémo, etc. Pour le film, il n’a pas pu être vraiment repris cette structure mais les passages en font références ou clins d’œil (visioconférence, e-mails, messageries instantanées, etc.).

Une histoire touchante. D’abord, l’idée du cheikh est farfelue, couteuse et on a l’impression qu’on va tomber sur un vieil excentrique. Alors que pas du tout ! Il y a plus derrière son projet qu’une étalement de ses richesses, que de faire une attraction farfelue dans son pays. Il aime profondément son pays, il croit au fait que ce projet permettra d’améliorer les conditions des villageois (pêche, irrigation, agriculture,…). Le projet est insensé mais si ça marche, ça pourrait améliorer plein de choses. La démonstration et les moyens accordés au projet sont bien sur excessifs mais on a envie que le projet se réalise, que cela marche, même si ce changement ne plait pas à tout le monde.

Le choix du scénariste et du réalisateur a été d’atténuer la dimension politique du livre et de cibler plus sur la comédie romantique. Mais le fond politique (guerre, manipulation des médias, …) est quand même présent en toile de fond, avec une dose d’humour anglais sur les relations entre la presse, les ministères,…

C’est une comédie romantique bien sur mais pas mièvre ou mielleuse. Les acteurs sont justes et les personnages aussi. ça fait très réel. Un quadra qui n’est pas heureux dans sa vie et dans son ménage même si ça ne saute pas aux yeux du premier venu, un cheikh à la fois, riche et sur de lui mais également croyant, posé et observateur. Une jeune femme bosseuse et amoureuse qui traverse une épreuve difficile. Les réactions de personnages sont justes, pas précipitées, parfois drôles,  parfois gauches, crédibles et émouvantes.

L’histoire d’amour n’est pas toujours au centre du film et ça fait du bien.

J’ai beaucoup aimé le personnage du cheikh et l’acteur Amr Waked est vraiment très bon

et le duo Emily Blunt / Ewan McGregor fonctionne très bien.

Le personnage joué par Kristine Scott Thomas n’est pas celui qui m’a le plus plut, mais c’est quand même lui qui apporte la touche d’humour et de fraicheur dans le film par les réactions et les actions de Patricia Maxwell et sa façon d’être toujours en train de courir aussi bien dans son job que dans sa vie de famille et son air de tomber des nues :

Et les images sont magnifiques ! ça se voit que c’est produit en partir par la BBC. On alterne entre les splendeurs boisées et verdoyantes de l’Écosse (où le cheikh a une propriété) et les paysages magnifiques du désert yéménite [en réalité le Maroc, puisque le tournage n’a pas pu se faire au Yémen]. Les contrastes sont sublimés. Mais les milieux, les gens, les actions, est-ce vraiment finalement aussi différent d’un pays à l’autre ? Il y a quand même pas mal de réflexions (un peu philosophique, un peu politique) dans ce film, qui n’est donc pas uniquement une jolie comédie romantique.

J’ai vraiment passé un très bon moment 🙂