Le livre de la jungle de Rudyard Kipling

le livre de la jungleLu en ebook, gratuit

4ème de couverture

Un loup et sa compagne découvrent un Petit d’Homme errant tout nu dans la forêt. Mowgli : ainsi va l’appeler Mère Louve qui l’adopte comme un de ses petits, refusant de le livrer à Shere Kahn, le tigre boiteux. Furieux, le tigre vient exiger son dû au Conseil du Clan où, selon la loi, chaque petit du Peuple Libre doit être présenté devant les autres loups. Mais l’ours Baloo et la panthère Bagheera interviennent en sa faveur. Mowgli va grandir sous leur protection. Mais Shere Kahn rôde dans l’ombre…

Résumé

Découvrir les moments forts de l’enfance de Mowgli, du conseil des loups à l’affrontement avec Shere Kahn, le rapt par le peuple Singe, découvrir la loi de la jungle et ses animaux sauvages (et d’autres domestiqués),  voyager de l’Alaska à l’Inde … 7 nouvelles qui emméneront le lecteur vers toutes ses découvertes.

Mon avis

Une déception

ça ne m’arrive pas souvent mais là, je n’ai pas aimé. Je peux trouver des choses qui m’ont plu, mais mon ressenti général est que je me suis ennuyée et que je suis passée à côté des nouvelles et de leurs « messages ». En fait, c’est en discutant de ce livre, lecture commune du Club de lecture L’île aux livres, que je me suis rendue compte qu’il y avait certainement bien plus « à en tirer » que ce que j’en ai pensé.

Voici d’abord succinctement mon avis sur les nouvelles :

  • Les Frères de Mowgli (avec Mowgli)

Le lecteur découvre, au cœur de la Jungle, un clan de loups et l’arrivée surprenante d’un petit d’homme. Il faudra toute la persuasion de membres extérieurs à la meute, pour que le petit ne soit pas abandonné à son triste sort, servir de repas au tigre Shere Kahn. Et puis 12 ans après, la stupidité et la cupidité des uns, la cruauté et la méchanceté des autres vont le forcer à quitter la jungle.

Retrouver les héros du livre de la jungle, le dessin animé, est intéressant. Mais le style de l’auteur ne pas m’a pas aidé à me plonger dans ce récit. Pourtant, on a là, beaucoup de thèmes qui devraient toucher : le rejet, l’abandon, la trahison, … mais je ne sais pas pourquoi, la « magie » n’a pas opéré.

  • La Chasse de Kaa (avec Mowgli)

Mowgli a 7 ans, il apprend les lois de la jungle avec Baloo, qui n’est pas toujours très tendre avec lui. Quand, un jour, Mowgli est enlevé par le peuple singe, les Bangar-log, peuple sans loi, sans règle; à la mémoire courte, vaniteux, sot et stupide, Baloo et Bagheera vont devoir chercher de l’aide. Ils doivent s’en remettre à Kaa, pourtant le dernier animal de la Jungle auquel ils souhaiteraient demander de l’aide.

On découvre les lois de la jungle avec Mowgli. On retrouve Kaa, l’hypnotiseur serpent et le lecteur en apprend plus sur les liens entre les peuples, ce qu’il faut faire ou ne pas faire, les codes pour survivre. Cette nouvelle traite de l’importance de respecter les lois, les codes, les règles.

Encore une fois, je n’ai pas vraiment su apprécier, je pense être passée à côté des vrais messages à la lecture. La façon de faire m’a agacée et puis les dialogues m’ont gênés, comme s’ils ne sonnaient pas vrais.

  • « Au tigre ! au tigre ! » (avec Mowgli)

On revient sur Mowgli réfugié chez les hommes, qui apprend que Sheer Khan en veut toujours à sa vie. Mowgli doit prendre les devants, quitte à tuer avant de se faire tuer.

Manipulation, combat, ruse et tactique, sont les maitres mots de cette nouvelle. Des 3 nouvelles sur Mowgli c’est celle que j’ai le moins aimé.

Certains thèmes et certains passages ne sont pas vraiment adaptés pour les enfants, je trouve. Cette 3ème nouvelle est violente dans son genre. Je pense qu’il y a de quoi vraiment faire peur à de jeunes enfants. Il y a aussi des messages pour leur apprendre à respecter les ainés, les lois, ne pas suivre ou croire n’importe qui … mais je crois que ce n’est plus un style adapté pour notre époque.

  • Le Phoque blanc

Kotick est un bébé phoque qui apprend la vie. Nager, se nourrir, suivre les courants. Cependant, il est spécial. Déjà il est tout blanc. Et puis il est curieux. Il comprend que l’homme tue et chasse les phoques. Kotick décide de ne pas « s’établir » avant d’avoir découvert un endroit où les phoques de son clan, seront en sécurité.

Une nouvelle surprenante, que viennent faire des phoques dans la Jungle 😉 ! Ici, l’auteur apprend aux jeunes qu’il faut être curieux, altruiste et défendre ses idées. Mais je n’adhère toujours au style et la façon de faire. Je me rend compte que je suis passée complètement à côté de cet ouvrage…

  • Rikki-tikki-tavi

Une mangouste est recueillie par des humains. Elle n’est pas sauvage pour un sou,  elle est même très curieuse et se fait un devoir de protéger la famille qui l’a trouvé. Quand elle comprend que la famille est menacée par un couple de cobra noir, elle passe à l’action.

Alors là, je suis passée encore plus à côté de cette histoire que des autres …. C’est intéressant de voir comment les animaux « combattent » mais à part ça…

  • Toomai des Éléphants

Le lecteur suit les Toomai qui de pères en fils travaillent à rassembler et dompter les éléphants sauvages pour qu’ils soient ensuite « domestiqués » pour la guerre ou le confort des plus riches et l’homme blanc. Un soir, un vieil éléphant quitte le campement en emmenant avec lui le jeune Toomai…. qui va assister à la ce que personne n’a jamais pu voir, la Danse des Éléphants.

Cette danse est le passage le plus « joli » du recueil, un moment suspendu, un phénomène rare qu’aucun humain n’a jamais vu. Malheureusement, l’éléphant habitué à servir les hommes ne reprend pas sa liberté. Quel dommage. C’est la nouvelle dont j’arrive le moins à parler mais qui a été la plus sympa pour découvrir une partie de ce qui se passe dans la jungle au 19e siècle.

  • Service de la Reine

A l’aube d’une parade lors d’une cérémonie officielle, un soldat est réveillé en pleine nuit par un grand brouhaha. Un chameau a pris peur et dévaste le camp où les animaux et les hommes se reposent pour la nuit. Le soldat écoute alors les animaux du camp parler entre eux : boeufs, chameaux, mulets, cheval australien, … éléphant, chacun discourt sur sa place dans l’armée. C’est à qui est le plus utile et fait le mieux les choses, connait le mieux l’art de la guerre. Ils se disputent l’honneur d’être le meilleur à servir les militaires…

C’est la nouvelle que j’ai détesté le plus. Pour moi, elle met en avant la domestication, la servilité, l’obéissance dans l’art de la guerre. C’est un éloge à l’art de la guerre britannique en pays colonisé… Je n’ai pas du tout aimé.

****************************

Donc voilà, je me suis ennuyée, je n’ai pas réussi à m’intéresser à ses histoires. Je pensais découvrir plus de choses sur l’Inde, même si je me doutais qu’on ne ferait qu’effleurer le pays et ses coutumes. Et même si découvrir les lois de la Jungle se révèle assez intéressant, ce ne fut pas suffisant. Je pense comme ma copine Coquelicote, que nous sommes désormais éloigné du public auquel ces histoires étaient destinées. Par contre, on ressent bien la marque du colonialisme anglais. Trop même je pense, surtout dans la dernière nouvelle. Ode à l’armée britannique. Pas de doute, ça change des autres histoires contées lors de l’ère Victorienne mais je n’ai pas réussi à accrocher. Même si certaines choses, avec le recul, m’ont plu comme retrouver les « héros » du livre de la jungle de Disney, découvrir la danse des éléphants, ce ne fut pas suffisant et cela ne m’a pas donné envie de lire Le second livre de la jungle.

Avec le recul, ce n’est pas aussi horrible dans mon souvenir. Même si certains messages me sont apparus depuis, surtout en discutant avec d’autres lecteurs, ce ne m’empêche pas de m’être ennuyée. C’est dommage, car il y a certainement un fond sur la protection de l’environnement, de la nature… qui pourtant m’intéresse beaucoup; mais tout est eclipsé par la mise en avant de la présence anglaise dans ce décor.

*************************************

otm5

Challenge La littérature fait son cinéma 2013. (2) jpg

L’Odyssée de Pi d’Ang Lee

L’adaptation du livre Histoire de Pi de Yann Martel, avec Suraj Sharma, Irrfan Khan, …

Après une enfance passée à Pondichéry en Inde, Pi Patel, 17 ans, embarque avec sa famille pour le Canada où l’attend une nouvelle vie. Mais son destin est bouleversé par le naufrage spectaculaire du cargo en pleine mer. Il se retrouve seul survivant à bord d’un canot de sauvetage. Seul, ou presque… Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage. L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d’un courage insoupçonné pour survivre à cette aventure incroyable.

Un auteur canadien en mal d’inspiration rencontre un homme en Inde qui lui parle de son neveu Pi, qui a vécu une histoire extraordinaire quand il était âgé de 17 ans. Cet auteur part à la rencontre de Pi qui désormais la quarantaine installé au Canada. C’est ainsi que Pi va lui raconter d’abord un peu de son enfance puis son extraordinaire odyssée…

odysee-de-pi

On apprend donc à connaitre Pi, d’abord l’origine de son nom que je ne vous donnerai pas entier ici mais vous verrez c’est très intéressant à découvrir et puis aussi une partie de son enfance dans un Zoo tenu par son père. Sa rencontre avec un tigre magnifique qui porte l’étrange nom de Richard Parker. J’ai beaucoup aimé ce petit garçon qui lit des livres d’aventure (Jules Verne entre autres) et qui découvre les religions car son pays en compte plusieurs : les Dieux hindous, le Christ, Allah,…

Puis le père de Pi décide d’emmener sa famille au Canada afin qu’ils puissent avoir un meilleur avenir. Ils embarquent les animaux et leur affaire sur un cargo japonais. Mais les choses ne vont pas se passer comme espérer. Après un drame, Pi va se retrouver seul sur une chaloupe de sauvetage avec … Richard Parker. Comment va-t-il survivre ? Comment va se passer la cohabitation ? Pi va tout nous raconter.

J’ai trouvé les acteurs jouant Pi très bons, qu’il s’agisse de Pi enfant ou de Pi adulte et la performance de Suraj Sharma (Pi adolescent) est époustouflante.

20313351.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La réalisation est belle, les effets visuels sont magnifiques et on y croit vraiment à ce tigre (pourtant en image de synthèse) tellement il est bien fait.

images

top_home_image

J’ai personnellement été embarquée dans l’aventure et j’ai vécu le film sans remettre en cause les événements. C’est beau et prenant, les deux heures sont passées hyper vites. Le seul bémol peut-être c’est que Pi est assez croyant et parfois j’avais l’impression de trop de mysticisme mais mon homme n’a pas été choqué (alors que c’est le premier à râler en général dans ces moments là). Mais ça ne gène en rien le film. Il y a peu de protagonistes dans l’histoire mais pourtant je ne me suis pas ennuyée une seconde. Et j’avais envie de savoir comment ça allait se terminer. Certaines choses semblent impossibles mais pourtant… La survie en mer est vraiment très bien faite, le scénariste s’est aidé d’une personne qui a vraiment du survivre sur un radeau pendant presque 80 jours. Et le héros ne manque pas d’un peu d’humour en prime.

L'Odyssée de Pi Une Vision à Travers l'Océan

J’ai été très touchée par l’histoire de Pi, il y a plus à en découvrir que le résumé et le titre peuvent le laisser deviner, il y a plus, que l’on découvre dans la 2ème partie du film. Et puis, j’aime beaucoup l’esprit et la façon de voir les choses des indouistes et j’apprécie de plus en plus, les films prenant pour lieu ou personnage l’Inde et ses habitants.

Le film m’a donné envie de lire le roman de Yann Martel un jour. Le film m’a donné l’impression d’être fidèle à l’histoire, c’est bizarre quand on a pas lu le livre! Du coup, je découvrirai bien par moi-même le livre pour en être sure.

Un film que j’ai beaucoup apprécié, qui m’a donné à réfléchir et encore les jours suivants le visionnage. Concernant la 3D, je ne pourrais pas vous renseigner, je l’ai vu en VF normal (même si j’aurais préféré la VO, surtout que les accents japonais sont loin d’être super, heureusement il n’y avait pas beaucoup de scènes..). A voir au moins une fois, à vous de décider si ça sera au cinéma ou en DVD 🙂

LOdyssee-de-Pi

Indian Palace de John Madden

Adaptation du roman « Ces petites choses » (« These foolish things » en VO) de Deborah Moggach

Avec Judi Dench, Bill Nighy, Maggie Smith, Tom Wilkinson,…

Sortie le 9 mai 2012

Evelyn Greenslade (Judi Dench) a perdu tout récemment son mari Hugh et découvre qu’il avait des dettes. Elle ne souhaite pas vivre chez son fils et sa belle-fille, ne veut pas être un poids pour eux, mais elle doit vendre l’appartement pour rembourser les créanciers.

Douglas et Jean Ainslie (Bill Nighy et Penelope Wilton), jeunes retraités, ont investi dans la start-up de leur fille Laura et n’ont pas de quoi se payer plus qu’un très modeste pavillon pour retraités dans la banlieue de Londres.

Graham (Tom Wilkinson), juge depuis près de 40 ans, réalise soudain qu’il est temps de raccrocher sa robe de magistrat et de prendre sa retraite.

Madge Hardcastle (Celia Imrie), jeune retraitée, se met en quête d’un énième mari et Norman Cousins (Ronald Pickup) se cherche une compagnie féminine.

Muriel Donnelly (Maggie Smith), aigrie et un peu beaucoup effrayée par les étrangers, (pour ne pas dire xénophobe) apprend qu’elle doit porter une prothèse de la hanche, mais l’opération en Angleterre est chère et le délai d’attente de plus de 6 mois. Son médecin anglais d’origine indienne, lui propose de se faire opérer en Inde où les délais sont plus courts et l’opération moins chère.

Tous entendent parler, d’un palace indien, au meilleur prix (on leur offre le billet d’avion (aller) pour finir de les convaincre) accueillant les séniors pour une retraite paisible et à moindre coup : le Best Exotic Marigold Hotel. Ce dernier est tenu par Sonny (Dev Patel) qui l’a hérité à la mort de son père (enfin un tiers puisqu’il a deux frères). A leur arrivée, les séniors vont découvrir que cette résidence est délabrée, en cours de restauration. Sonny est un peu débordé mais il souhaite tant réussir le rêve de son père (s’occuper d’un hôtel resplendissant et utile), là où ce dernier avait échoué.

Les jeunes retraités vont découvrir que les apparences sont trompeuses et cette aventure en Inde va bouleverser leur vie.

Je ne l’avais pas mis dans ma liste des film sortant en Mai, j’étais passée à côté. Mais heureusement que ma coupine Sophinette m’a dit qu’elle avait envie de le voir, parce que j’aurai loupé d’un très beau film!

Déjà les acteurs sont excellents, j’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver la classe de Judi Dench (« M » dans les James Bond avec Daniel Craig), Maggie Smith que j’adore (Harry Potter, Downtown Abbey), l’excellent Bill Nighy (Love Actually, Harry Potter, Hot Fuzz, Pirates des caraïbes, Good Morning England) et le talentueux Tom Wilkinson (The Patriot, Full Monty, Shakespeare in Love,  The Ghost Writer,…). Un casting excellent, des acteurs justes et sensibles, j’ai découvert Dev Patel, qui joue Sonny, l’indien qui s’occupe de l’hôtel, qui tient le rôle principal de Slumdog Millionnaire que je n’ai pas encore vu.

L’histoire est touchante et belle, ces séniors qui découvrent l’Inde et sa culture, qui vont encore à leur âge découvrir plein de choses sur la vie, sur leur vie. Certains d’entre eux sont en quête de leur passé ou d’aventures, d’autres se découvrent une nouvelle vie inattendue, un nouveau départ. Savoir décider que les choses ne sont pas finies parce qu’on a 60 ans passés, parce que la route à parcourir est moins longue que celle qu’on vient de suivre.

Ce film n’est pas moralisateur, il est fin et drôle, on y retrouve tous les ingrédients de la comédie avec une part de réflexion et il est servi pas des acteurs séniors qui sont loin d’être en fin de carrière ! Un peu comme dans RED de Robert Schwentke, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures !

J’ai aimé suivre ces personnages, découvrir un peu de la culture et des habitants en Inde. Au début, j’ai été un peu perdue, beaucoup de personnages, décrits très vite, mais on apprend ensuite à les connaitre et on s’y attache rapidement. Ici peu de clichés, ou alors pour tenter de les faire tomber.

Tous les personnages vont trouver en Inde ce qu’ils n’avaient pas encore trouvé ou compris en Angleterre. Et on s’attache aussi aux personnages indiens de l’histoire dont Sonny  dont la philosophie de vie va être elle aussi chamboulée par l’arrivée et la vie avec ces séniors. Il va apprendre d’eux et se révéler à leurs contacts sans perdre sa joie de vivre, sa bonne humeur et sa détermination à aller au bout de ce qu’il entreprend.

Pour moi, c’est un film rempli d’espoir. D’autres n’y verront peut être qu’une manière de montrer que l’Inde ne peut pas s’en sortir sans les anglais… A vous de vous faire votre opinion là dessus.

En tout cas, je recommande ce film et si vous n’avez pas la possibilité de le voir au ciné, n’hésitez pas lors de son passage sur le petit écran ou en DVD et de me dire ce que vous en aurez pensé 🙂

Et pour finir, pour ma part, je garderai longtemps en tête, cette citation, utilisée par Sonny : Tout est bien qui finira bien. Si ce n’est pas bien, c’est que ce n’est pas fini.