Les Imaginales à Epinal les 28/29/30 et 31 mai 2015

imag2015Grégory Delaunay

Festival des mondes Imaginaires, organisé par la ville d’Epinal depuis 2002

Troisième fois que je me rends à ce festival. Comme l’an dernier, j’ai eu la chance de participer aux 4 jours des Imaginales ! Festival de l’Imaginaire, des belles rencontres, des instants magiques, comme hors du temps.

Cette année, Maia n’a pas pu partir avec nous, sache que tu nous as manqué ma belle

Jeudi

  11406886_10153458171830774_720066724205203779_n 11401350_10153458172010774_973534331306690988_n

11393087_10153458171195774_3536342045898922906_n11401153_10153458171760774_8544419418801282692_n

Parc Epinal

11393086_10153458181625774_7835205479501390727_n11427699_10153458171075774_6747564911828170012_n

Cette année, panne de voiture oblige, j’ai investi le home de Tsuki dès le mercredi soir ! Merci à toi et ta maman pour l’accueil ! On était toutes les deux déjà un peu fatiguée mais contente de repartagée cette aventure ensemble 🙂

Nous sommes parties vers 6h50 vers Epinal. Tski a géré la route tout le weekend, merci ma belle Suisse euh Luxembourg), nous arrivons vers 14h50 à Epinal pour assister à une première conférence dans le Magic Mirror 1 : Fées ou… fays, entre tradition et modernité. Nous y retrouvons Meli.Cette conférence était géniale avec Pierre Dubois, Anne Fakhouri, Hélène M. Larbaigt et Claudine Glot. Nous rentrons aussi Aurélie qui a récemment ouvert son blog Lilie lit mais pas que. Charmante rencontre 🙂

Puis nous allons saluer Lucie au stand du Chat Noir parce que notre 4ème membre est un chaton, oui oui Lucie G. Matteoldi. Un bonjour aux auteurs déjà présents et Cécile Guillot. Quelques coups d’œil aux livres et stands de la bulle aux livres, un gros bisou à Céline Landressie <3, et rapidement nous partons récupérer le gîte puis les courses. Pas le temps de retourner vraiment au salon. On se repose au gîte.

Et on prépare les livres à dédicacer le lendemain en épluchant le programme pour être bien sur de ne rien oublier :p

Vendredi

Je vais être plus rapide que l’année dernière , un peu moins de blabla, plus de photo.

A l’arrivée, nous avons croisée Anne et Marie de Même les sorcières lisent. Anne m’a offert le hibou qu’elle a peint récemment, je m’y attendais pas, je suis très touchée, il est superbe ! Merci beaucoup ❤

11377104_887117371334755_5002966766147821478_n

Ensuite, direction le chat noir, dédicace du magnifique Il neige sur Encelade, un ovni littéraire d’Olivier Moyano et le rafraichissant et touchant La pelote d’épingles de la souriante Cécile G. Cortes. Ravie de vous avoir rencontrés tous les deux 🙂 Une petite gribouille de Cécile Guillot qui a réalisé la couverture de La pelote.

 11406994_10153458180785774_1455860732507292794_n 1907483_10153458180685774_2053510893337941787_n 1384206_10153458180610774_1771770235482320784_n  11391192_10153458180100774_1134909898430758804_n11423401_10153458180425774_8068938697570715147_n

le stand du chat noir ^^

J’avais pris mon Trolls & Légendes anthologie officielle vu qu’il y avait 9 auteurs sur 10 aux Imaginales, cela m’a permis de rediscuter avec les adorables Jean-Luc Marcastel, Gabriel Katz, Patrick McSpare, Adrien Tomas, Cassandra O’Donnell, Estelle Faye, Megan Lindholm (alias Robin Hobb), Pierre Pevel et Claudine Glot ^^

Parmi ces 9 auteurs, j’en ai profité pour faire dédicacer Frankia livre 2 à Jean-Luc Marcastel, avec la fameuse poudre qui fait des images trop belles ❤

11406820_10153458179985774_8883098119828687932_n11406832_10153458179885774_4500770814898160601_n

Il m’a raconté l’intrigue du Simulacre, je crois que je me laisserai tenter, je vais d’abord terminer Frankia.

Puis, j’ai été voir Manon Fargetton, pour la dédicace de l’héritage des rois-passeurs, reçu juste avant le salon, commencé mais malheureusement pas suffisamment pour pleinement échanger avec cette si sympathique auteure.

11427721_10153458179645774_1419689174434075043_n

11393258_10153458179775774_8186695488812164449_n

C’est l’air des tampons, celui de Manon est superbe !

Ensuite avec les copines, nous sommes allées voir la pétillante Cindy Van Wilder, juste avant sa conférence, elle a été comme toujours adorable, j’ai hâte de me replonger dans les outrepasseurs.

11377191_10153458179515774_7588687772575894391_n

1507591_10153458179330774_7333645756381231233_n

Après une pause déjeuner, avec Tsuki nous avons assisté à un conte de Pierre Dubois, dans la Yourte, quel orateur

11377289_10153458178850774_7351251602437099083_n

C’était génial !!! 4 alertes licorne pour Cassiopée d’ailleurs dans ce conte ;=)

De retour dans la bulle aux livres, j’ai fait la queue avec Meli pour Robin Hobb, même si je n’ai pas accroché au prélude à l’assassin royal, un jour, je lui laisserai sa chance et c’est impressionnant de voir cette auteure si connue et si humble pourtant.

J’ai donc fait dédicacer le Prélude à l’assassin royal et là, je me rends compte que je suis toujours aussi nulle en anglais, incapable de converser. Et sa nouvelle dans Trolls et Légendes.

11401502_10153458178430774_865491333655447881_n

11427055_10153458178545774_3418574516651345590_n

Mon premier achat du festival : le magnifique Les fées ont une histoire de Claudine Glot. Cette auteure est aussi sympathique d’érudite ❤

11407267_10153458178315774_925458794143963250_n

Ensuite, j’ai eu la chance de trouver Anne Fakhouri présente en même temps que Thomas Geha, on a bien discuté d‘American Fays que j’ai adoré (la chronique bientôt) et je suis ravie d’apprendre qu’il y aura un autre volet des No Ears Four ❤

10462891_10153458178080774_1145470287284815338_n

10393976_10153458178185774_4227241029292625946_n

11053873_10153458177870774_8124202088689825504_n

11425234_10153458177975774_6374208368193917638_n

Avec Tsu, on est ensuite passé récupérer notre précommande aux Editions du Riez. Toujours une joie de revoir Alexis, adorable éditeur et de rencontrer de nouveau auteur comme Cyril Carau, qui m’a dédicacé Les Runes de feu :

11391373_10153458177810774_6192555406078235445_n

Comme Alexis m’a offert le second tome des chroniques de Siwès, Le lion à la langue fourchu et que j’avais prévu d’acheter le tome 2 de La balance brisée, avec Tsu, nous avons ensuite été à la rencontre de Lise Syven. Bien qu’un peu stressée parce qu’elle devait faire une conférence avec Robin Hobb, on a bien rigolé avec Lise 🙂

11009973_10153458177590774_1331582350745789973_n 11392810_10153458177775774_705212560605568482_n

Enfin, Meli ayant beaucoup aimé La mort peut danser de Jean-Marc Ligny, j’ai craqué, je l’ai pris, 3ème achat. On a parlé de l’Irlande, promis, je penserai à vous dans le Burren !

11424006_10153458177040774_4731246400431648140_n

J’ai ensuite profité de la présence d’Agnès Marot au stand du Chat Noir, pour lui faire dédicacer La couleur de l’aube de chez Armada Editions, que je n’ai pas encore lu mais je pense que je ne serai pas déçue.

10897801_10153458176775774_5427144418674454024_n

Déjà 17h ! Direction le Magic Mirror 1 pour une nouvelle conférence Pratiquer la magie (et en payer le prix) ? avec Manon Fargetton, Lise Syven, Stefan Platteau et Robin Hobb, très intéressante avec des extraits des romans des auteurs. Lise vous vous en êtes très bien sortie 😉

1545880_10153458176700774_1111351615468797583_n

18h passé, un dernier petit tour avec ma Tsu (inséparable nous fûmes <3) dans la bulle. Céline (Landressie) a enfin des T3 de Rose Morte devant elle, je me précipite ! Quelle bonheur de voir que la couverture a été retouchée par rapport à celle montré dans le mois sur le net, et de toute façon, c’est la plume de Céline et son amour des belles histoires que je cherche ^^

11264865_10153458176515774_3852216051201690866_n 11150461_10153458176600774_1333846144010554386_n

Plus de 18h passé, Pierre Pevel qui ne devait être là que de 16h à 18h est toujours présent, j’en profite. Je lui prend le T1 du Paris des Merveilles, Les enchantements d’Ambremer, avec la magnifique couverture de Xavier Colette. On parle de son épuisante tournée de dédicace et de ses magnifiques chaussures rouges ❤

11427176_10153458176275774_4963629088090919096_n

Toujours un plaisir d’échanger avec vous !

Fin de cette journée au Festival, avec les filles, on a décidé de manger japonais et d’aller boire une bière (enfin Lucie et moi) !

11038003_10153458176210774_8473681016321605583_n11407213_10153458176060774_7726939022323424275_n

11391501_10153458176100774_5931682365918980800_n11401456_10153458176000774_9163553842751676840_n

Japonais très bon, par contre, déception pour le pub irlandais à l’ambiance extrêmement éloigné de l’Irlande 😦

Samedi

Il me reste quelques livres à faire dédicacer, mais d’abord, je continue les gribouillage sur Trolls et Légendes (oui peut-être qu’un jour je ferai dédicacé une antho des Imaginales à Troll !)

D’abord Gabriel Katz, qui a réussi à écrire une nouvelle sans troll 😀 et Patrick Mc Spare qui lui dessine une héroïne qui n’est pas dans la nouvelle. La matinée démarre bien 😉

10301048_10153458175860774_5936477118512284787_n11393276_10153458175730774_7507371499763542243_n

J’attends ensuite patiemment Cassandra O’Donnell, qui me conseille de ne lire la nouvelle qu’à la fin des 5 tomes de Rebecca Kean. N’ayant pas commencé la saga, ça ne sera donc pas lu avant …

  11350622_10153458175650774_969793251868975308_n

J’avais décidé de découvrir une nouvelle maison d’éditions, j’ai choisi Elenya Editions, et j’ai pris un recueil de nouvelles Légendes et sortilèges de Doris Facciolo.

11390105_10153458175435774_6303268884355637388_n

Ex-Machina me faisait de l’oeil, je pense que j’aurai du l’acheter. Je le prendrai certainement sur le net ^^

Un tour aux Editions du Riez ( Rédemption à la charmante Bérengère Rousseau et à nouveau Le pantin sans visage à Aalehx dont nous attendons avec les filles la sortie de la 2nde BD musicale prévue pour cette année.

11428009_10153458175375774_1929237968332346909_n 11407234_10153458174980774_3455035336461932032_n

Je la cherchais depuis des jours lol où il y avait toujours foule devant son stand (et c’est mérité) Estelle Faye ! Je voulais lui prendre le T2 de La voie des oracles en plus d’une bafouille sur sa nouvelle dans Trolls et Légendes. Seconde rencontre (première les Halliennales) toujours aussi franche et souriante 🙂 Notre point commun, nous adorons Aurélien Police et sommes ravies qu’il est remporté récemment un prix 🙂

J’y croise Coquelicote et son homme, je suis contente d’avoir pu vous voir, même si ce fût court 🙂 Vous passerez par Lille bientôt ? Aux halliennales ?

11390285_10153458174580774_1277071132826978644_n 11390181_10153458174200774_8255649211612909137_n

J’ai croisé Ivy de La plume d’Ivoire, je suis ravie de t’avoir vu, heureusement que tu m’as trouvé, j’avoue n’avoir pas zieuté le téléphone souvent ^^ C’était sympa, j’espère qu’on aura l’occasion de se revoir et discuter plus longtemps 🙂

Ensuite, un saut aux éditions du petit caveau, pour acheter, Belladonna à Cécile Guillot 🙂

11205529_10153458174020774_8834726948493398063_n

Que j’ai harcelé toute l’après-midi, puisque j’ai acheté au Chat Noir The pink tea time club et Iridescence Estivale !!

Dernière griboule sur Trolls et légendes : Adrien Tomas, qui chaque année me voit débarquer avec la promesse de lire la Geste, mea culpa, sur il sera lu, mais je n’avance plus de date :p

11407234_10153458173605774_6669086732250025454_n

Ensuite, c’est la folie au stand du chat noir ! Plein d’auteurs présents, des sourires, des oreilles de chat ! Bon et bien je prend les dernières nouveautés, en plus du livre de Cécile et Mathieu qui me le dédicace, je récolte les bafouilles de Marianne Stern : Smog of Germania et Céline Rosenheim : Diabolus in musica

11393075_10153458172285774_9160862878433365771_n  11350622_10153458172365774_4681784931691116025_n

  11391451_10153458173125774_2665268508269902541_n 1891279_10153458173335774_5968974006486996191_n

11428949_10153458173085774_9126557199199028247_n10672328_10153458173025774_2443635067447973839_n

Avec les filles, on décide d’aller aux Editions Voy’el elles doivent se faire dédicacer des livres par Cécile Duquenne. Et, là, c’est le craquage pour moi ! Je lui prend les 3 nécrophiles anonymes… oui oui 3 … Et Corinne Guitteaud l’éditrice offre pour 3 achats son roman 393 résidence Avalon. On est gâté par les éditeurs cette année !

11392937_10153458172780774_4421928455166216550_n 11390325_10153458172945774_8923647531846995983_n

On fait une pause puis je décide de ne plus acheter… HAHAHAH …

Je vois Morgane Caussarieu chez les Indés, j’ai Black Mambo dans mon sac. Une belle dédicace, pendant laquelle Lucie me parle en bien de Dans les veines…. Je suis faible, je le prend ^^ Une résolution qui a tenu … max 1h bravo ^^

11150461_10153458172555774_1544212531867574967_n 11403213_10153458172455774_6356746454161930191_n

L’année dernière j’ai eu droit à la licorne arc-en-ciel, cette année à la chauve-souris réglée, je suis toujours pliée avec les dédicaces de Morgane !

Depuis jeudi, je me promène avec mon Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski, édition Folio SF heureusement vu le poids de la version mouton électrique ! Mais M. Jaworski est très demandé et miracle, il n’y a presque personne devant lui, je fais donc la file pour la dédicace. J’avais commencé mais assez peu, je n’ai pas échangé autant que je l’aurai voulu mais il est très gentil et je repars ravie 🙂

11218057_10153458172205774_8682816480812804041_n

Avant de rejoindre Lucie et Meli en pause thé à la terrasse de la bulle, avec Tsuki on discute avec les uns et les autres et sur le chemin, Nadia Coste est seule ^^ Je voulais découvrir cette auteure. Elle me raconte donc ses univers et je repars avec Le premier qui vient de sortir chez Scrinéo (je n’ai aucune volonté, vous l’aurez noté). Une auteure adorable que j’ai hâte de lire 🙂

10421311_10153458172135774_5264411758636975220_n

La fresque avec Diane Ozdamar en plein travail ^^

11427226_10153458171705774_1544273389607943733_n11038116_10153458171730774_6738851064192805290_n

La journée touche à sa fin mais à la bulle aux livres uniquement. Parce que nous avons rendez-vous à quelques kms d’Epinal avec Magali Villeneuve et Alexandre Dainche

Contente d’avoir rencontré des arpenteurs, d’avoir mis des visages sur des noms même si malheureusement, je n’ai pas tout retenu… Sorry.

10655236_1590290351253291_8132950241190715630_o

Dimanche

Nous décidons d’aller faire un dernier tour dans la bulle aux livres avant de quitter le gite et le festival. Dire au revoir à nos maisons d’édition chouchoute : Riez, Chat Noir, Voyel, Petit Caveau. Ravie de recroiser Péléane (que j’avais vu les premiers jours et offert le MP gagné au 3 ans du blog et créé par Tsuki), toujours un plaisir de discuter avec toi et ton homme 🙂

Le matin est l’occasion de prendre quelques photos :

11403279_10153458171255774_8237329665541254493_n 11391260_10153458171300774_2607939527263399646_n 11255490_10153458171450774_1311424153661874194_n 11390555_10153458171530774_8433713328277054554_n 11067504_10153458171625774_2931379171972316308_n

Étant aussi faible le dimanche que le samedi, je fais deux derniers achats : un d’occasion : Qantice, chez Argemmios, que je voulais depuis un moment. Et Le roi des fauves d’Aurélie Wellenstein que j’espère lire pour les halliennales 🙂

10405654_10153458171145774_999268189836712906_n

Nous sommes reparties avec des sourires, des étoiles dans les yeux mais aussi faut bien le dire de la fatigue et des kilos en plus ^^ C’était une nouvelle fois un super festival. Ambiance chaleureuse et de belles découvertes. Un peu étrange aussi parfois mais c’est la vie. J’ai été ravie de croiser des têtes connues, inconnues (qui ne le sont donc plus), désolée si j’ai oublié des personnes.

Merci à Meli, Lucie et ma Tsuki pour les 4 jours super. J’ai adoré partager avec vous tout ça. Une belle retrouvaille, une belle rencontre et une belle histoire ❤

Pour un récap des achats :

https://lesdecouvertesdedawn.wordpress.com/2015/06/07/in-my-mailbox-137/

Et voici les dédicaces ^^ (Cliquez pour agrandir)

20404_10153445656435774_4482042748320475418_n10489628_10153445656400774_8480522955079896458_n10306483_10153445656275774_4964100353555036218_n10984079_10153445656155774_3180343408567311738_n10408084_10153445655725774_7669416385927660410_n

11219111_10153445654700774_2212576497130296319_n11393195_10153445654625774_3457940306499257068_n10343653_10153445654560774_6855246684707371203_n11012065_10153445654500774_2621444768329520484_n11215807_10153445654430774_27778615869725328_n

11232009_10153445654285774_6677707159529264987_n11229407_10153445654225774_3072550099229810877_n10363752_10153445654140774_6462459352212157508_n11235391_10153445654010774_694527725662450755_n11150789_10153445653890774_3008927123383546215_n

11351418_10153445653825774_567223052191862963_n10583834_10153445653750774_2758411461562318420_n549235_10153445653675774_7242080901939427493_n10583834_10153445653595774_2102639194481494748_n11351224_10153445653490774_1665873313417751597_n11391562_10153445653360774_8606784055418227354_n

11295847_10153445653285774_1731163397760541573_n11350641_10153445653205774_6548561077294148658_n11329805_10153445653155774_3936538029412025230_n11329813_10153445653095774_4647903432869558799_n11229688_10153445657450774_2329385180972033931_n11391562_10153445657395774_7465759317294750271_n

10710965_10153445657335774_7165446715074263174_n11148325_10153445657265774_8325222288248643009_n11391203_10153445657195774_1296898813035016178_n11391474_10153445657135774_8096095406579170972_n11254277_10153445652845774_533650823724344523_n11226570_10153445652790774_3325922941311970325_n 11218062_10153445652715774_6030944343517376506_n11206940_10153445652680774_3549630621922523373_n11390304_10153445652620774_6133447417047537190_n1625657_10153445652540774_6956305638158535076_n11205511_10153445652475774_5024100250591984299_n10012490_10153445652430774_6445285509248026370_n

La voie des oracles – I. Thya d’Estelle Faye

La voie des oracles_une

Scrineo, 337 pages, 16,90€

4ème de couverture

La Gaule, Ve siècle après Jésus-Christ. Cerné par les barbares, miné par les intrigues internes et les jeux du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement. Les vieilles croyances sont mises au rebut, les anciens dieux se terrent au fond des bois, des montagnes et des grottes, les devins sont pourchassés par la nouvelle Eglise. Thya, fille de l’illustre général romain Gnaeus Sertor, a toujours su qu’elle était une Oracle. Il lui faut vivre loin de Rome, presque cachée, en Aquitania, perdue au milieu des forêts. Que faire alors, quand son père, son protecteur, tombe sous les coups d’assassins à la solde de son propre fils ? Il faut fuir, courir derrière la seule chance qu’elle a de le sauver… Se fier à ses visions et aller vers Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a vaincu les Vandales. Et peut-être, le long de ce chemin pavé d’embûches et d’incroyables rencontres voir le passé refaire surface, et réécrire l’Histoire…

Résumé

En forêt d’Aquitania, un faune est à l’affut. Il attend l’arrivée de celui qu’il épie depuis quelques temps déjà. Un humain. Un ancien militaire. Contre l’avis de ses Dieux, il a décidé de se battre. De marquer les esprits, la révolte de l’ancien peuple contre le nouveau. Afin que lui et les siens ne sombrent pas dans l’oubli. Mais alors que l’humain et son fils arrivent enfin à niveau du Faune aux yeux d’or, des Pictes les attaquent. Et blesse gravement celui dont le Faune voulait la mort. En retrait, caché, il apprend que le fils n’est pas pour rien dans cette attaque. Ce dernier d’ailleurs après avoir réglé le chef picte s’échappe en hurlant à qui veut l’entendre que lui et son père ont été attaqués et que son père, le général est mort. Pourtant, pendant ce temps, une Dryade sauve le vieil homme, car sa perte ne cadre pas avec le Destin et la volonté des Dieux. Il doit vivre afin que sa fille prenne la route vers sa destinée. Et le Faune doit la surveiller et la protéger …

Mon avis

Une excellente lecture !

J’ai beaucoup aimé ce nouvel univers fantasy d’Estelle Faye.

Le lecteur découvre Thya, une jeune oracle qui n’est proche que de son père le général romain Gnaeus Sertor. Il  l’a protégé dès qu’il a eu connaissance de ses dons, en l’envoyant vivre en Gaule. Là bas, Thya développe son don dans la plus grande discrétion et de fait, dans la solitude.  Thya a un grand frère Aedon qui a cherché à faire tuer leur père, pourquoi ? Sauvé par une dryade, le général est gardé par quelques uns de ses hommes. Pendant ce temps, Thya consulte l’avenir et s’aperçoit que si elle veut sauver son père, qu’elle adore plus que quiconque, elle doit se rendre à Borg à l’autre bout de la Gaule. Elle s’échappe donc de la Villa de son père avec les objets les plus chers à son coeur.

Sur son chemin, Thya va faire plusieurs rencontres plus ou moins importantes. D’abord Enoch un jeune maquilleur,  livré aux bêtes en pleine nuit dans la forêt, qu’elle va aider. Puis, d’anciens militaires, qui ont servi avec son père 20 ans plus tôt.
Et si, le voyage de l’oracle avait plusieurs buts ? Si Thya allait en fait au devant d’elle-même ? ou du Destin ? Sur sa route, elle va devoir faire des choix, prendre des décisions, faire confiance, affronter des dangers, fuir,… Que lui réserve donc Borg ?

Moins sombre que la Dernière Lame et ses airs de fin du monde, l’intrigue de La voie des oracles se déroule en Gaule romaine, au Ve siècle, un contexte qui de base ne m’attire pas. Mais c’est sans compter que j’ai adoré discuter avec l’auteur et que je suis fan de la couverture donc je me suis laisser tenter et je suis pas déçue. Moins sombre certes mais l’époque n’est pas très légère, l’empire romain est affaibli, les Vandales reprennent les offensives sur la Gaule, le peuple de Gaule sent croitre le climat d’insécurité, de plus en plus abandonné par les romains.

Pour moi, ce premier tome se place entre adulte et jeunesse. Thya est jeune, Enoch aussi mais ses rencontres, ses ennemis, son entourage sont adultes. Je pourrais regretter un peu qu’il n’y ait pas plus de détails de la civilisation, l’histoire, etc. mais en même temps, c’est abordable, j’avais envie de fantasy mais pas d’un roman historique et donc je ne suis pas déçue.

J’ai beaucoup aimé rencontrer des créatures mais ce qui change un peu des trolls et des elfes, ce sont des personnages mythologiques : dryade, faune, ondine, etc.  J’ai beaucoup les glissements dans l’univers des anciens dieux et le parallèle avec le monde Romain du Ve siècle. Et puis, j’ai aussi beaucoup aimé le parcours de Thya, apprentissage du monde extérieur, quête, combat contre la destinée ou jouet du Destin ? Pourquoi est-elle si importante ? Les oracles doivent se cacher depuis que la religion du dieu unique a pris le pas sur les anciens dieux. Il est donc très intéressant d’en suivre une et de partager avec elle ses doutes, ses remarques sur ses visions, etc. Personnellement, je suis très fan des anciennes croyances, des mythes, des anciens dieux, etc., du coup, je suis ravie.

J’ai apprécié les personnages, leurs ambiguïtés, leurs caractères. Et notamment certains personnages secondaires que je ne citerai pas, à vous de les découvrir. Thya se révèle pendant sa traversée de la Gaule. J’ai beaucoup aimé la découvrir à travers le regard d’Enoch et de Mettius. J’ai envie de savoir ce que les augures lui réservent ! Comme j’ai envie d’en apprendre plus sur Enoch, les Nodes, … Un premier tome très plaisant qui se lit rapidement. Fluide et entraînant. J’attends avec impatience la suite ^^

La dernière lame d’Estelle Faye

ladernierelame

Le pré aux clercs, 451 pages, 16€

4ème de couverture

Un monde qui ressemble à notre Renaissance, menacé par la montée des océans grouillant de créatures maléfiques, où règnent la violence, la famine et la misère. L’Église des Cendres prospère sur tout ce désespoir, menée par la mystérieuse Marie aux yeux verts. Dans une des dernières villes émergées, Joad tente d’apaiser les souffrances et se prépare à affronter l’Armée des Cendres. Joad et Marie vont s’engager dans une course dont l’enjeu n’est rien de moins que le sort du monde.

Résumé

Sévrina et ses amis ont fait la fête plusieurs jours et nuits d’affilé. A l’aube du 5ème jour, la jeune fille décide de rentrer enfin chez elle, où elle vit avec son père, un des derniers docteurs de Scande. Il cherche un moyen de sauver sa ville mais pas que. La Terre entière est menacée par la Crue qui est en train de tout recouvrir. Pendant ce temps, l’Eglise des Cendres et ses prêtres prennent de plus en plus d’importance et de pouvoir. Ils cherchent à arrêter tous ceux qui se veulent donner de l’espoir aux autres, tenter de sauver le monde. Quand le père de Séverina est assassiné sous ses yeux, la jeune fille s’échappe par les souterrains inondés. Elle en sortira plus que mal en point. Son destin est en train de changer, que va-t-elle devenir ?

Mon avis

Une très bonne lecture même si j’aurai apprécié un peu plus de développement sur certains points.

Malgré ce fait, je n’ai pas été frustrée dans la lecture pour autant, ça aurait juste permit de prolonger le plaisir de la lecture ^^

Le lecteur découvre un monde différent du notre mais qui par certains aspects peut être similaire. Les eaux sont progressivement en train de recouvrir toutes les surfaces, le sel attaque le métal mais surtout des créatures marines envahissent les cours, les jardins, les demeures, … coquillages et crustacés. Mais pas si sympathiques sur les ballades au bord de l’eau l’été. Des créatures venimeuses, acides, coriaces. Auxquelles il ne vaut mieux pas se frotter. Pendant ce temps, la religion « majoritaire » celle des Cendres étant son aura, mais on se demande si les prêtes désirent vraiment sauver les hommes et leurs âmes. Dans ce contexte, il y a ceux qui suivent, ceux qui survivent et ceux qui tentent d’améliorer le quotidien des leurs. Comme Joad de Vorastburg. Un homme avec deux prothèses mécaniques (une jambe, un bras) qui s’occupent d’un hôpital. Un homme qui ignore tout de son propre passé. Car dans le monde créé par Estelle Faye, certains ont le pouvoirs de vous ôter tous souvenirs. Ce qui nous donne des personnages mystérieux, qui se cherchent, que l’on découvre à mesure qu’ils se découvrent.

Marie est de ceux-là. Elle aussi n’a plus de mémoire. Recueillie par des Cendreux, elle sera d’abord un souffre douleur, mais habile et têtue, elle acquiert une vraie force au combat. De là, à prendre la tête d’une troupe et de faire mieux que le valeureux et agaçant Laurent de Wörst, il n’y a qu’un pas. Qui sera franchi. Le destin va faire se croiser Marie des Cendres et Joad. Pour quelle raison ? Est-ce que tout est écrit d’avance ? Le monde court-il inexorablement à sa perte ? Peut-il encore être sauvé ? Bien entendu, le lecteur saura ce qu’il advient de la belle et insouciante Séverina.

Plusieurs contrées traversées ressemblent à l’Europe ou à l’Asie. C’était très intéressant à découvrir et le lecteur va croiser des personnages intrigants, haut en couleur, courageux ou avide de pouvoir. Le récit s’émaille de nombreux rebondissements et ceux dès le début. Je suis personnellement allée de surprise en surprise, je ne m’attendais pas à la tournure des événements.Les personnages n’ont pas évolués de la façon dont je l’imaginais. Toutes les cartes, tous les fils de l’histoire ne sont pas distribuées, tissés d’entrée de jeu. Cela change de mes lectures précédentes et c’est vraiment très sympa.

Et puis, les Cendres font froids dans le dos, comment ne pas faire la comparaison avec notre monde si réel. On peut donc choisir une double lecture. Fantasy ou fantasy/réflexion. J’apprécie beaucoup. Et ça reste une lecture détente mais avec un fond, quelque chose de plus profond si on a envie de le voir. Tous les personnages secondaires apportent quelque chose à l’histoire. Ils permettent soit d’éclairer le lecteur sur le monde, soit de comprendre un peu mieux les réactions des personnages principaux. D’ailleurs, les personnages principaux sont-ils réellement les personnages principaux ?

L’histoire est sympa, on ne sait pas où elle va aboutir, où l’auteur nous emmène. Personnellement, j’aurai aimé un peu plus de choses sur Jester  Une jeune femme, belle et vive, qui va croiser Joad alors en exil et qui aura son rôle à tenir. Personnage féminin importante mais qui n’a peut être pas été suffisant détaillée (son passé, ses impressions). Même si je reconnais avoir apprécié qu’elle n’apparaissent pas immédiatement. En tout cas, l’univers , le monde dans lequel évolue les hommes est fascinant, l’ambiance créée est réussie, noirceur, mêlée d’ombre, d’humidité, de salissures. Comme le reflet du monde que nous détruisons peu à peu par nos actes ou nos idées. On ressent presque la moiteur ambiante, la touffeur à la fin, la sensation oppression. C’est très réussi.

Les personnages sont complexes, Marie notamment, perturbants aussi. Dans l’ensemble, les personnages sont attachants et on a vraiment envie de découvrir ce qu’ils vont devenir.  Le style est fluide, l’écriture rigoureuse, beaucoup de vocabulaire précis, quelques inventions bienvenues, un univers bien décrit. Peut être qu’une géographie plus développée, une carte, aurait apporté un plus. Et j’ai juste eu l’impression parfois que les ellipses de temps, certains passages assez courts pouvaient perturber le lecteur.

Dans tous les cas, La dernière lame fut une belle découverte, un bon moment de lecture. Qui peut dérouter un peu mais qui se démarque. Sure que je relirai un ouvrage d’Estelle Faye !