Les herbes de la lune – 2 d’Anne Laure

herbe

Editions du Chat Noir, 14,90€, 222 pages

4ème de couverture

«Mon équilibre personnel me faisait penser à un sablier. Il était de mon devoir de garder la même quantité de sable de chaque côté de l’ampoule en verre. Vie humaine. Vie druidique. En franchissant la ligne, je me perdrais.» Après avoir embrassé sa véritable nature, Abigail va faire face à ses ambivalences pour gagner sa place au sein de la communauté, entre apprentissage et déboires sentimentaux…

Mon avis

J’avais tellement hâte de découvrir la suite de la vie d’Abigail que je n’ai pas traîné à lire ce roman (mais plus à le chroniquer on est d’accord).  Ce diptyque est un véritable coup de cœur ! Il est certain que je le relirai (avec la joie d’enchaîner les deux tomes) et j’ai hâte aussi je lire de nouveau un récit de l’auteure ^^

L’histoire reprend là où le tome 1 s’était arrêté. Exactement, là, où pauvre lectrice que je suis, je fus frustrée de ne pas avoir la suite.

Abigail attend des nouvelles de Tim mais ce dernier reste silencieux. Il est, a priori, parti réviser chez son grand-père mais il est quand même étrange qu’elle n’ait aucune nouvelle. Abi se replie alors sur elle-même. Il faut dire, qu’elle a des difficultés à concilier la vie druidique et la vie humaine, du mal à trouver sa véritable place, à savoir qui elle est vraiment… Avec elle, le lecteur va découvrir son histoire et son passé. Mais pour cela, elle devra affronter ses peurs et certaines révélations et lutter contre l’obscurité.

Dans sa vie de tous les jours, Abi prépare toujours le mariage de sa grand-mère avec André le libraire. Mais intérieurement, elle lutte pour ne pas laisser la Force l’atteindre et prendre le dessus. Surtout avec l’absence de Tim qui la ronge de l’intérieur.

Dans ce second tome, on apprend plein de choses sur la mythologie celte, sur le druidisme, les cérémonies. Il développe plus les relations entre les personnages, les liens et la hiérarchie des autorités druidiques et la psychologie de notre héroïne que le premier tome, qui lui nous éclairait sur la magie, les coutumes, et développait plus les personnages secondaires entourant la jeune fille. Même si ces derniers sont plus en retrait, ils sont toujours aussi essentiels à l’équilibre d’Abi, à sa vie, et au récit.

Ici c’est donc bien Abigail qui est au centre du récit. On partage ses doutes, ses choix, ses questionnements. Elle est en quête d’elle-même. Et on comprend qu’elle ne sera pas complète tant qu’elle ne connaitra pas ses racines. Et un personnage devra se révéler pour qu’elle puisse comprendre enfin qui elle est. Toutefois, cette révélation ne sera pas sans conséquence sur la vie d’Abi.

Comme lors de la lecture du premier tome, on se rend compte des nombreuses recherches de l’auteure, notamment sur les cérémonies qui ne sont pas toujours des célébrations festives. Cette suite est plus sombre que le premier tome et contient plus d’éléments dramatiques. Des événements qui marqueront Abigail pour toujours. Pour rendre le récit si intense, il fallait faire passer l’héroïne par de nombreux sentiments et la douleur et la peine ne lui seront pas épargné. Il fallait un événement marquant et le choix d’une disparition donne beaucoup de profondeur au récit, d’émotions ausisi et de puissance. Je me doutais que l’auteur ferait ce choix et j’ai eu peur. Heureusement pour moi, celui qui est fait est très cohérent avec le récit et m’a épargné la crise cardiaque. Plus sombre, donc, mettant en relief les vieilles rivalités dans la nouvelle vie d’Abi. La trahison, le mensonge. La relation d’Abi avec un des personnages, les révélations, vont tout changer pour elle. Et elle devra apprendre le pardon après un phase légitime de révolte. Certains peuvent trouver ce pardon trop rapide, pour moi, il est cohérent parce que dans ce qu’elle découvre, il n’y a pas que du négatif.

Anne-Laure a su mettre les mots sur le mal-être d’Abi comme sur son bonheur et le l’avoue dans ce tome, j’ai versé quelques larmes. Comme pour le premier, j’ai été complètement en empathie avec cette jeune femme à la fois forte et fragile. Même si je n’ai pas eu la même impression qu’à la lecture du tome 1, d’être complètement immergée au point de ne plus me rendre compte que je lisais, je n’en étais pas loin. Je me souviens avoir frissonné, avoir eu l’impression de sentir les éléments naturels se détraquer, etc. Puis, il faut dire que les décors sont magnifiques. Les descriptions sont telles que j’ai eu l’impression d’y être.

Ce diptyque présente quelques surprises et quelques révélations. De plus, j’admire le travail de l’auteur sur la culture celte mais aussi pour m’avoir épargné les clichés, le triangle amoureux, les « je t’aime, moi non plus ». L’histoire d’Abi et de Tim est belle et tendre, ils se complètent et s’équilibrent. Ont besoin l’un de l’autre. C’est beau, jamais mièvre. Pour une fois que la romance d’un roman ne me donne pas des hauts- le-cœur mais au contraire me fait fondre ! Merci Anne Laure.

Le seule reproche que je ferais et que c’est trop court. J’étais tellement dedans que j’en aurais bien repris encore 100 pages ! J’aurais bien aimé plus de détail dans la célébration des noces par exemple. Je n’avais tout simplement pas avoir de quitter ces personnages auxquels je me suis profondément attachée.

Les herbes de la lune, c’est une histoire de découvertes, d’acceptation de soi, du lourd regard des autres  mais c’est aussi un hymne à la Nature. Cette histoire nous rappelle bien comment elle est importante, vitale, cruciale. J’ai adoré ce qu’Abi représente, le druidisme, les équilibres, les autres mondes. Le melting pot, la débâcle des sentiments : amour, espoir, destruction, l’ambiguïté et l’ambivalence des êtres, l’harmonie. J’ai adoré l’écriture simple mais captivante de l’auteure. Vivement le prochain roman d’Anne Laure ^^

Pacte Obscur – La geste des exilés – T1 de Bettina Nordet

pacte obscur

Éditions du Chat Noir, 19,90€, 417 pages

4ème de couverture

Je suis flic, et à part une petite bizarrerie et un sérieux manque de sex-appeal dont je me passerais bien, ma vie est plutôt sympa. Mais un soir tout vole en éclat. Traquée par des types bizarres, je me retrouve baby-sittée par mon nouveau boss, un type beau à tomber aux instincts meurtriers peu rassurants, qui semble éprouver à mon égard une allergie aussi violente qu’inexplicable. Alors, telle Alice, je plonge dans le terrier du lapin blanc ; sauf que, dans mon cas, la curiosité n’y est pour rien : mon imbuvable garde du corps m’y a poussée. Bien décidée à retrouver ma vie et les miens, je rue dans les brancards, mais les échos d’une prophétie plus vieille que le monde pourraient bien finir par me rattraper et m’en empêcher. Je vais tout faire pour me sortir de ce guêpier, même si, je dois bien l’admettre, il y a quelques compensations : des beaux mecs comme s’il en pleuvait. Et dire que je me plaignais que mon carnet de bal était vide…

Pièce maîtresse d’une lutte de pouvoir immémoriale, entraînée au cœur d’un tourbillon de violence et de sang, Jana découvre peu à peu que tout ce qu’elle croyait savoir n’est qu’un leurre, et que la frontière entre les bons et les méchants n’est peut-être pas aussi tranchée que ce qu’en disent les traditions millénaires.

Mon avis

J’avoue au départ ma lecture m’a agacée. Je ne lis pas beaucoup de bit-lit et j’ai un peu de mal avec les héroïnes belles, un peu naïves mais qui comme par hasard sont sauvées par de beaux jeunes hommes mystérieux… Mais je suis rentrée dans le récit assez facilement et je me suis retrouvée accrochée, prise au jeu… Et c’était une excellente lecture ! Je ne peux pas trop comparer avec les lectures du genre n’ayant presque pas de référence mais je pense pourvoir dire, aux retours que j’en ai eu et du mien, que c’est du très bon ! J’avais peur de ne pas accrocher au genre mais en fait si et je suis donc surprise dans le bon sens du terme ^^

Jana est agent de police, elle a un don assez particulier, c’est un vrai sérum de vérité pour des criminels d’un genre particulier. A part cela, elle mène une vie tranquille, même un peu trop à son goût. Elle aime son taff, a un meilleur ami adorable Nico, une famille géniale mais côté cœur ça n’est pas vraiment ça, elle n’est jamais vraiment satisfaite. Elle attire plus les femmes que les hommes et elle qui est pourtant très mignonne n’a plu qu’assez tard.
Un matin, elle arrive au commissariat assez tard, après avoir aidé un autre service à faire avouer un tordu, elle retrouve Nico qui lui annonce qu’elle a loupé la réunion et l’arrivée du nouveau boss. La boulette. De quoi être affichée d’entrée. Quelques minutes après, elle croise le nouveau chef, Kell, grand brun ténébreux et glacial dans l’ascenseur. Elle se sent rapidement attirée par lui mais ce dernier, pas du tout, et il la menace. Sans doute la conséquence de son retard du matin…

Quand elle sort du commissariat, elle se sent épiée mais en bon flic, elle ne cède pas à la panique. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une impression, elle est poursuivie et traquée par plusieurs hommes en pleine rue. Elle tente de leur échapper mais seul l’arrivée de Kell sur sa moto, lui permettra de mettre de la distance entre elle et ses agresseurs. Kell refuse de lui donner des explications. De plus, il tire en pleine rue avec une arme étrange sur les agresseurs ! Quel type de flic est son nouveau boss ?! Que se passe-t-il ? Les policiers ne font pas ça, elle nage en plein délire.
Kell la laisse sur un parking, prétextant aller lui chercher des affaires, lui donne une arme spéciale, lui annonce qu’elle ne pourra plus rentrer chez elle, qu’elle est traquée par des loups-garous et l’abandonne à ses interrogations. Elle est complètement dépassée par les événements et ne comprend pas ce qui se passe. Elle pense perdre la raison, Kell lui a parlé de loups-garous ! Mais bien sur … ! Dans quel mauvais trip est-elle tombée ? Il se drogue c’est pas possible autrement… Elle n’a pas trop le temps de s’apitoyer sur son sort parce que les gars qui la traquent l’ont retrouvée. Elle va vite se rendre compte que Kell ne ment pas, qu’elle est vraiment en danger et que la fuite pour sa survie ne fait que commencer….

L’auteur nous livre un premier tome dense et fouillé, très travaillé et qui fourmille d’informations. Pas uniquement un tome introductif, on découvre déjà plein de choses sur Jana, les gens qu’elle va côtoyer et il y a énormément d’action. Même si habituellement, les créatures surnaturelles, les beaux mecs et les prophéties ne sont pas ma tasse de thé, j’avoue que là  j’ai vraiment accrochée et je me suis vraiment prise au jeu. Au bout d’un quart du récit, je n’avais plus envie de m’arrêter, tellement je voulais savoir ce que Jana était et ce qu’elle allait devenir. Ce premier tome se lit vraiment très bien, c’est dynamique et très rythmé. Parfois, j’avais envie de mettre des claques à l’héroïne mais finalement son comportement est si bien expliqué dans l’histoire, si bien intégré à l’intrigue que ces baffes elle ne les mérite pas vraiment ^^

Jana a un sacré langage et ne mâche pas ses mots, elle donne ce côté « fun » au récit qui est si plaisant. Ajoutez quelques références cinéma, série et livre bien placées et on obtient un livre bourré d’humour. L’univers développé est plus complexe que ce que j’ai pu en dire dans cette chronique, en fait là, vous n’avez peut-être même pas 10% de l’intrigue du livre ^^ Il y a beaucoup d’action et même si parfois mes nerfs ont été irrités par le comportement de certains personnages, c’est génial, parce que cela veut dire que j’ai été touchée par ma lecture.

Dans l’ensemble, j’ai apprécié Jana, ce qui a pu m’agacer dans sa façon d’être, s’explique finalement et c’est une héroïne sympathique et le lecteur n’est pas au bout de ses surprises avec elle, je pense. Je suis allée au delà de mon aversion pour Kell, les personnages froids et compliqués, en général, très peu pour moi. Et finalement, c’est un personnage qui s’étoffe tout le long de l’histoire et assez intéressant. Il y a pas mal d’autres personnages mais je ne préfère pas en parler, pour vous laisser la surprise mais j’ai un ou deux coups de cœur déjà, Phen, Mayron ❤

Bien sur, il y a comme dans un bon roman du genre, des scènes un peu plus intimes et des beaux mecs mystérieux à foison, mais l’auteur gère tout cela très bien, jamais vulgaire. Le style est certes un peu plus « parlé », « jeune » et « cash » mais il y a du vocabulaire, l’univers est travaillé, la seconde partie notamment, très détaillée, on apprend en même temps que Jana. C’est très complet et intéressant.

Pacte obscur présente une histoire que j’ai beaucoup apprécié parce que je ne savais pas trop à quoi m’attendre et que je n’avais rien vu venir. Pour dire, j’en avais même oublié le tire de la saga et je fus surprise de la fin qui pourtant est très logique. Il y a bien sur les codes du genre, quelques ficelles que l’on voit venir mais c’est frais, agréable et vivant. On passe largement au dessus. Je ne m’attendais pas à un tome si riche en développement et si dense, vraiment on en a pour son argent comme on dit ! Je lirai la suite avec plaisir. Et pour avoir échangé avec des copines qui l’ont lu et l’auteur lors des Halliennales, ce tome va être encore plus chargé en rebondissements, en révélations et en action ! ça promet !!! J’ai hâte !