Le roi des fauves d’Aurélie Wellenstein

livre-le-roi-des-fauves

Scrineo, 352 pages, 16,90€

Prix des Halliennales 2015

4ème de couverture

Poussés par une famine sans précédent, trois amis, Kaya, Ivar et Oswald, prennent le risque de braconner sur les terres de leur seigneur, mais son fils les surprend. Au terme d’une lutte acharnée, ils laissent le noble pour mort.
Capturés et jugés pour tentative de meurtre, les trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les transformer en « berserkirs ».

Au bout de sept jours de lente métamorphose, ils seront devenus des hommes-bêtes, et leur raison s’abîmera dans une rage inextinguible. Le temps de cette transformation, ils sont enfermés dans Hadarfell, un ancien royaume abandonné, dont le passé et l’histoire ont été engloutis par le temps…

Mon avis

Une excellente lecture !

Dans le village d’Ivar, les habitants ont faim. Une famine de grande importance commence. Ivar, fils du forgeron, accompagné de deux de ses amis d’enfance Oswald, fil de l’herboriste et Kaya, fille de couturière décide de partir à la recherche de nourriture. Cependant, comme il n’y a plus rien chez eux et dans les bois environnant, ils se rendent sur les terres du Jarl où bien entendu, le braconnage est interdit. Les 3 amis arrivent mort de trouille dans les bois du Jarl et réussissent à prendre un lièvre. Malheureusement, ils sont repérés par le berserkir du Jarl qui les tient en respect. Le Jarl rejoint bientôt son hideux compagnon et sa cruauté est bien pire que celle du berserkir qui le sert. En effet, la créature est sous le contrôle de son maître, lié par une magie et ne peut s’y soustraire.

La rencontre entre ses personnages ne passent mal et de retour au village, les 3  jeunes adultes décident de n’en compter mot à personne et de reprendre leur vie. Cependant, un matin des Valkyries accompagnés de berserkirs débarquent au village et Ivar, Kaya et Oswald sont arrêtés pour meurtre ! Et leur châtiment sera d’être transformé en berserkir lors d’une cérémonie. Où ils découvrent ce que sont réellement ces créatures mi homme mi bête. La transformation prend en moyenne 7 jours pendant lesquels ils traverseront Hadarfell. Il semble n’y avoir aucun espoir d’y échapper, sauf peut être de répondre à l’appel du roi des fauves…

J’ai adoré cette lecture originale et très bien écrite. Elle se démarque des autres récits et c’est agréable de lire quelque chose de nouveau auquel on ne s’attend pas. Parce que tout le long du récit, le lecteur se demande où Aurélie Wellenstein veut en venir. L’histoire ne prend pas le cours de ce que je croyais qu’il prendrait. Rien ne se passe comme je m’y serai attendu en tout cas. Le récit s’inspire des mythologies nordiques (et ça change je n’en lis quasiment pas) et des guerriers ours: berserkir. J’ai adoré ce qu’a utilisé l’auteur pour récit.

Les héros ne sont pas épargnés par leur aventure. La psychologie d’Ivar et de ses compagnons est brillamment retranscrite, tout comme la lente transformation qui se fait en eux. Ce qu’ils vivent, est incroyablement dur, difficile et injuste et leur esprit est malmené. Que faire ? Comment réagir lorsque vous devenez un animal ? Que reste-t-il de votre humanité  quand s’exprime la bête en vous ? Faut-il l’accepter ou la combattre ? Faut-il baisser les bras, renoncer ? Ou est-il possible de vivre en étant l’un et l’autre ? Comment réagir quand votre corps se transforme  ? Quand vos instincts changent ?

La façon dont les personnages changent, caractère et physique, tout est vu à travers les yeux d’Ivar qui combat ce qu’il devient et ce qu’il espérait. L’auteur s’en sort à merveille dans ces descriptions qu’elles traitent de la psychologie des personnages ou des décors et créatures. Je n’ai eu aucun mal à m’imaginer les bersekirs, mi-homme mi-bête. Je ne m’attendais pas un tel panel de possibilité dans le choix de la transformation. Comme les berserkirs sont traqués et utilisés par les hommes comme des armes, je n’avais pas imaginé qu’il puisse y avoir des animaux plus faibles…

Le récit est bien plus tragique que ce à quoi je m’attendais et je trouve que l’auteur a su parfaitement surprendre son lecteur le long de ce qui ressemble à un chemin initiatique très particulier. Chacun des personnages va réagir différemment à sa transformation, à ce qu’il peut en attendre, espérer ou perdre espoir, la lutte si difficile contre ce qui est en eux. J’ai beaucoup aimé le passé du royaume ancien et les révélations qui nous sont faites.

Je ne m’attendais pas non plus à la finalité du récit, je m’étais trompé sur ce que je pensais qu’il se passerait et je suis ravie de m’être égarée au début de ma lecture parce que j’ai avancé en me disant « oh il se passe ça ?  » « pourquoi ils font ça » « qui est donc le roi des fauves ? »… Quelle excellente surprise que ce livre ^^
Il n’y a pas d’époque clairement indiquée mais le style et l’atmosphère étrange font penser à une sorte de moyen-âge et même sans datation, on s’y croit très bien. Le récit n’est pas trop horrifique mais les personnages n’étant pas épargnés dans leur voyage, une tension s’installe progressivement.

Dernier point et non des moindres, la couverture d’Aurélie Police est magnifique ❤ Elle retranscrit à merveille les berserkirs et l’atmosphère du roman. On est vraiment vraiment pas passé loin du coup de coeur pour cet excellent roman young adult, presque inclassable ^^ Bravo à Aurélie Wellenstein pour ce récit original et parfaitement travaillé. Il a gagné le prix des Halliennales 2015 et c’est amplement mérité !!! J’aurai plaisir à lire un autre des textes de cette auteure très prometteuse.

(j’ai respecté le singulier et le pluriel utilisés par l’auteure même si on écrit plus souvent berserk et berserkir)

Publicités

Le premier jour de Marc Levy

le-premier-jour-165907_L

Pocket, 496 pages, 7,70€

4ème de couverture

Un étrange objet trouvé dans un volcan éteint va révolutionner tout ce qu’on croit savoir de la naissance du monde. Il est astrophysicien, elle est archéologue. Ensemble, ils vont vivre une aventure qui va changer le cours de leur vie et de la nôtre.

Résumé

Adrian, d’origine grecque, londonien, est un astrophysicien dont les recherches l’ont emmené au Chili, à plus de  5 000 m d’altitude. Adrian cherche où commence l’aube, la première étoile. Mais, l’organisme d’Adrian ne va pas supporter le séjour dans les hauteurs. A son grand désespoir, il est rapatrié à Londres. De retour, il est contacté par Walter le gestionnaire de l’Académie des Sciences qui lui fait une drôle de proposition : participer à un concours pour gagner 2 millions de livres qui permettront de rénover le toit de l’université. Et s’ils gagnent, la faculté appuiera Adrian pour qu’il retourne au Chili. Adrian participera-t-il au concours ?
Keira est une jeune archéologue qui procède à des fouilles dans la Vallée de l’Omo en Ethiopie. Elle recherche le premier homme, celui qui serait le chainon manquant. Elle est persuadée être au bon endroit. Dans le camp qu’elle occupe, Keira a pris en charge Harry, un jeune éthiopien qui a perdu ses parents. Elle lui a appris à parler, lire,… Mais une tempête rarissime dans la région balaye les 3 années de travail de Keira. Elle voit alors tous ses espoirs de découverte s’évanouir. Elle doit rentrer en France mais ne peut emener avec elle Harry. La seule chose qu’elle emportera d’Éthiopie est un médaillon qu’Harry lui avait offert… Comment va-t-elle réussir à poursuivre ses recherches ?

Mon avis

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un Marc Levy. Le premier jour m’a beaucoup plu, malgré ses défauts. Comme nombre des romans de cet auteur, je les lis pour me vider la tête et c’est encore réussi avec ce livre ! Bien sur, certains pans de l’intrigue sont cousus de fils blancs et les autres sont un vaste scénario rocambolesque, mais peu importe, j’ai voyagé et j’ai aimé suivre Adrian et Keira.

Adrian est un astrophysicien anglais surprend, à la fois consciencieux et désinvolte. Il a plusieurs côtés touchants et au début de l’histoire, il accompli enfin son rêve travaillé sur le plateau d’Atacama au Chili où se trouve un des meilleurs télescope du monde. Mais la chance abandonne notre astrophysicien qui ne supporte pas les 5 000 m d’altitude. Cet aventurier retourne à sa morne vie londonienne. Mais tout espoir n’est peut-être pas perdu s’il participe au concours que lui propose Walter, le gestionnaire de l’Académie.  Les deux hommes sont complètement différents. Adrian qui a ses racines en Grèce est passionné, aventurier, un peu mystérieux. Et puis c’est quand même le seul grec qui a le mal de mer ! Walter est l’anglais typique, froid, pincé, et qui se déride avec quelques verres de Whisky ! J’ai adoré leur complicité naissante, leurs échanges. Il y a beaucoup d’humour dans ce livre de Marc Levy ! Ce sont les personnages que j’ai préféré dans l’histoire.

Keira est un peu plus agaçante. Elle cache ses sentiments, elle est ambitieuse et parfois tête à claque. Mais au fil du récit, elle change un peu et je l’ai plus facilement apprécié. Keira est très affecté par la perte de ses recherches et se retrouve chez sa sœur Jeanne à Paris. Sa sœur travaille au Quai Branly et Keira l’y rejoint régulièrement. Là-bas, un vieux professeur Ivory remarque le collier que Keira a reçu d’Harry. Ce collier va beaucoup l’intriguer et Ivory va proposer à Keira de faire des tests sur ce bijou afin d’en savoir plus sur sa provenance. Intriguée elle pense que le vieil homme cherche à s’occuper et accepte sa proposition. C’est le début d’un engrenage pour l’archéologue qui ne s’en doute pas encore. Car le bijou n’est pas commun, ni une pierre, ni métal, un vrai mystère l’entoure.

Un engrenage parce que les recherches d’Ivory ne vont pas passer inaperçues et un étrange organisation mondiale va se mettre en alerte. C’est le début de l’aventure pour Keira et vous vous en doutez pour Adrian parce que c’est deux là vont être liés. Le premier jour est un vrai roman d’aventures, bien sur certaines situations sont un peu tirées par les cheveux mais on retrouve cela aussi dans les romans US ou canadiens alors franchement pas de quoi crier au scandale. Mais surtout, ce roman m’a donné envie de voyager. Vraiment, on est tout le temps en mouvement, entre avions, bateau, 4×4 …. ça n’arrête pas une minute !

Voyez plutôt :

gibe3_vallee_omoVallée de l’Omo, Ethiopie

41895Plateau d’Atacama, Chili

Dingbian-Great_Wall-ShaanxiProvince de Shaanxi, Chine

hydraHydra, Grèce

Alors ? N’est-ce pas, ça donne envie ! Bref, je retiens surtout ça, une course, des recherches, des pauses, des découvertes dans des parties du monde que Marc Levy nous donne envie de découvrir. L’histoire est prenante et le roman se lit assez vite. Il  y a de l’action, ça ralenti un peu parfois histoire que les héros soufflent, puis les recherches repartent de plus belles avec toujours l’Organisation en filigrane. Qu’est-elle ? En a-t-elle après Keira et Adrian ? Progressivement on commence à entrevoir ce qu’est le bijou de Keira, ce qu’il peut impliquer. J’ai trouvé la trame très bien faite. Ce roman est peut-être, pour moi, un des mieux documentés et construits de l’auteur. Le style est simple mais on retrouve de l’humour qui est un bon plus dans l’histoire. Bien sur tout ne sera pas rose pour les deux personnages, quand même, il faut du stress, des péripéties. La relation du couple est sympathique, pour une fois, ni mièvre, ni trop convenue, j’ai réussi à survivre à l’aspect romance ! Hourra !

Les personnages secondaires sont géniaux, c’est vraiment sympa ! Walter bien sur, la mère et la tante d’Adrian, ces deux bonnes femmes c’est quelque chose ! L’organisation aussi : qui est lié à qui ? Qui domine? Quel pays a réellement le dessus sur les autres ? Sont-ils unis, ennemis ? Le personnage d’Ivory m’a quelque peu agacé, le lecteur est en droit d’en savoir plus à un moment mais ce n’est pas le cas, dommage.

La fin m’a surprise, je ne m’attendais pas à ça et j’ai été agréablement surprise. J’ai même versouillé ma larmichette, gorge serrée et tout ! Dire si je l’avais pas vu v’nir. Mais les toutes dernières pages m’ont intriguées et si ce n’était pas ce que j’avais imaginé ? La fin donne bien entendu envie d’enchaîner avec le second tome de ce diptyque : La première nuit. Ce que j’ai fait et donc on se retrouve bientôt pour mon avis (en essayant de pas trop spoiler :p ).

 

L’Odyssée de Pi d’Ang Lee

L’adaptation du livre Histoire de Pi de Yann Martel, avec Suraj Sharma, Irrfan Khan, …

Après une enfance passée à Pondichéry en Inde, Pi Patel, 17 ans, embarque avec sa famille pour le Canada où l’attend une nouvelle vie. Mais son destin est bouleversé par le naufrage spectaculaire du cargo en pleine mer. Il se retrouve seul survivant à bord d’un canot de sauvetage. Seul, ou presque… Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage. L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d’un courage insoupçonné pour survivre à cette aventure incroyable.

Un auteur canadien en mal d’inspiration rencontre un homme en Inde qui lui parle de son neveu Pi, qui a vécu une histoire extraordinaire quand il était âgé de 17 ans. Cet auteur part à la rencontre de Pi qui désormais la quarantaine installé au Canada. C’est ainsi que Pi va lui raconter d’abord un peu de son enfance puis son extraordinaire odyssée…

odysee-de-pi

On apprend donc à connaitre Pi, d’abord l’origine de son nom que je ne vous donnerai pas entier ici mais vous verrez c’est très intéressant à découvrir et puis aussi une partie de son enfance dans un Zoo tenu par son père. Sa rencontre avec un tigre magnifique qui porte l’étrange nom de Richard Parker. J’ai beaucoup aimé ce petit garçon qui lit des livres d’aventure (Jules Verne entre autres) et qui découvre les religions car son pays en compte plusieurs : les Dieux hindous, le Christ, Allah,…

Puis le père de Pi décide d’emmener sa famille au Canada afin qu’ils puissent avoir un meilleur avenir. Ils embarquent les animaux et leur affaire sur un cargo japonais. Mais les choses ne vont pas se passer comme espérer. Après un drame, Pi va se retrouver seul sur une chaloupe de sauvetage avec … Richard Parker. Comment va-t-il survivre ? Comment va se passer la cohabitation ? Pi va tout nous raconter.

J’ai trouvé les acteurs jouant Pi très bons, qu’il s’agisse de Pi enfant ou de Pi adulte et la performance de Suraj Sharma (Pi adolescent) est époustouflante.

20313351.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La réalisation est belle, les effets visuels sont magnifiques et on y croit vraiment à ce tigre (pourtant en image de synthèse) tellement il est bien fait.

images

top_home_image

J’ai personnellement été embarquée dans l’aventure et j’ai vécu le film sans remettre en cause les événements. C’est beau et prenant, les deux heures sont passées hyper vites. Le seul bémol peut-être c’est que Pi est assez croyant et parfois j’avais l’impression de trop de mysticisme mais mon homme n’a pas été choqué (alors que c’est le premier à râler en général dans ces moments là). Mais ça ne gène en rien le film. Il y a peu de protagonistes dans l’histoire mais pourtant je ne me suis pas ennuyée une seconde. Et j’avais envie de savoir comment ça allait se terminer. Certaines choses semblent impossibles mais pourtant… La survie en mer est vraiment très bien faite, le scénariste s’est aidé d’une personne qui a vraiment du survivre sur un radeau pendant presque 80 jours. Et le héros ne manque pas d’un peu d’humour en prime.

L'Odyssée de Pi Une Vision à Travers l'Océan

J’ai été très touchée par l’histoire de Pi, il y a plus à en découvrir que le résumé et le titre peuvent le laisser deviner, il y a plus, que l’on découvre dans la 2ème partie du film. Et puis, j’aime beaucoup l’esprit et la façon de voir les choses des indouistes et j’apprécie de plus en plus, les films prenant pour lieu ou personnage l’Inde et ses habitants.

Le film m’a donné envie de lire le roman de Yann Martel un jour. Le film m’a donné l’impression d’être fidèle à l’histoire, c’est bizarre quand on a pas lu le livre! Du coup, je découvrirai bien par moi-même le livre pour en être sure.

Un film que j’ai beaucoup apprécié, qui m’a donné à réfléchir et encore les jours suivants le visionnage. Concernant la 3D, je ne pourrais pas vous renseigner, je l’ai vu en VF normal (même si j’aurais préféré la VO, surtout que les accents japonais sont loin d’être super, heureusement il n’y avait pas beaucoup de scènes..). A voir au moins une fois, à vous de décider si ça sera au cinéma ou en DVD 🙂

LOdyssee-de-Pi