Les illusions de Sav-Loar de Manon Fargetton

couv35666863

Editions Bragelonne, 665 pages, 20€

4ème de couverture

Dans le royaume d’Ombre, les femmes qui possèdent le don sont persécutées. Pour survivre et devenir magiciennes, il leur faut se réfugier dans la cité légendaire de Sav-Loar.
Or Bleue se trouve très loin de là lorsque apparaissent ses pouvoirs : elle n’est qu’une jeune esclave entre les griffes d’un seigneur sadique desquelles nul ne s’est jamais évadé. Mais certains de ses compagnons de captivité vont risquer leur vie pour tenter de sauver Bleue, à commencer par Fèl, une beauté farouche qui ne rêve que de liberté. Leur fuite éperdue va précipiter le royaume dans une guerre impitoyable au cours de laquelle Bleue, dont la puissance s’affirme de jour en jour, pourrait bien changer le monde…

Mon avis

Coup de coeur ❤

J’avais beaucoup aimé L’héritage des Roi-Passeurs mais j’en regrettais un peu le manque de développement. Et bien là, j’ai été servi ! L’univers d’Ombre dense est bien développé, le lecteur suit plusieurs personnages dont les destins s’entremêlent, c’est palpitant et complet ^^ Ce second roman dans l’univers des rois et reines d’Ombre, des magiciens et des magiciennes m’a complètement happé, même si ma lecture n’a pas été rapide (pouponnage oblige), j’y pensais souvent et avait envie de m’y replonger avidement, voire même je regrette encore d’avoir terminé, j’ai eu du mal à quitter cet univers.

Un magicien, une cape d’or, recherche une jeune femme avec qui il a passé une nuit et qui est enceinte, très certainement de lui. Il doit la retrouver pour éliminer l’enfant si c’est une fille, l’envoyer étudier au Clos à Astria si c’est un garçon. Car cette cape d’or est un Traqueur, hors de question pour lui, de laisser dans la nature, une potentielle magicienne… Dans le royaume, lui et ses pairs ont pour tâche de retrouver les jeunes filles dont le pouvoir s’est déclenché et de les éliminer avant qu’elles s’en aillent grossir les rangs des sorcières qui se cachent dans la Forêt des Songes, à Sav-Loar. La jeune femme traquée mets au monde une petite fille, l’abandonne à des marchands et disparait.

Quelques années plus tard, à Dorderès, sur la foire aux esclaves, les hommes du Sker Nazâr, seigneur d’une citadelle dans le Désert des Regrets, recherchent des bras pour les mines et des jeunes femmes pour le harem du maître. Fèl, une étrangère du royaume d’Ombre, belle blonde provocante est remarquée par le chef du harem, elle est achetée avec une sauvage en haillon. Ils achètent également sur les recommandations du médecin du Sker, Amesân, deux guerriers un étranger d’Ombre et un homme robuste. Ils croisèrent le regard d’une gamine, Bleue qui fût acheté elle aussi pour le harem malgré son jeune âge… Le groupe hétérocycle, enchaîné, se mets ensuite en route avec la citadelle. Cependant, Fèl ne pense qu’au moyen de s’échapper, peut-être en séduisant un des trois hommes, un guerrier du nom de Yôn. Mais il reste plutôt insensible à ses charmes mai surtout ils n’ont pas l’occasion de s’arrêter en chemin.

Fèl et Bleue se retrouvent donc au harem et si Bleue essaie d’être la plus transparente possible, Fèl elle décide de se mettre en avant, afin d’être choisie par le Sker, dans l’intention de réussir à découvrir comment elle pourrait s’échapper de la citadelle. Mais rien ne va se passer comme elle l’attendait, notamment, le seigneur va se révéler bien différent de se qu’elle s’était imaginé… Surtout, elle et Bleue vont vivre un enfer à la merci de cet être infâme…

C’est toujours difficile pour moi de parler d’un coup de coeur, j’ai envie de rentrer dans les détails mais je ne voudrais pas gâcher votre lecture et en même temps, je veux vraiment vous convaincre de lire ce roman !
Les personnages sont vraiment bien développés, on suit principalement Fèl et Bleue mais nombre de personnages secondaires qui vont croiser les jeunes femmes. Des magicien(ne)s mais aussi des personnes normales ou encore des Dieux. En effet, pour ceux qui ont lu les Rois-Passeurs, on retrouve Aa et Izil. Ce ne sont les seuls personnages que l’on retrouve d’ailleurs. Je me suis attachée à beaucoup de personnages, j’ai couru avec eux, j’ai tremblé pour eux, j’ai espéré pour eux et avec eux. J’ai adoré la petite troupe qui gravite autour de Fèl. Surtout, l’auteure prend le temps de nous en apprendre sur chacun et à chaque fois pour servir l’histoire. Plus on creuse les personnages, plus je m’attache à eux et plus j’ai du mal à m’en détacher et c’est exactement ça que j’ai ressenti avec Oreb, Luernios, Bleue notamment. J’ai eu un peu plus de mal avec les magiciennes. Comme tout n’est pas tout blanc ou tout noir, on se rend compte que rien n’est parfait même à Sav-Loar et que même cette communauté cachée par nécessité et qui devrait pouvoir vivre au grand jour à ses défauts. Même si j’ai eu un peu plus de mal avec ces personnages, je me suis beaucoup attachée à certaines d’en elle, notamment Néphélie et Tyna.

On ne s’ennuie pas une seconde et on apprend beaucoup sur l’univers imaginé par Manon Fargetton. L’histoire des magiciennes et des magiciens, du royaume d’Ombre, du Dieu gris… L’intrigue est solide et se met en place, parfois on se demande ce que le début va nous apporter, où on va, et progressivement tout se lie, tout à un sens, rien n’est laissé au hasard. Le lecteur va naviguer entre le destin des deux femmes, mais aussi entre les eaux tumultueuses de la politique du royaume et des caprices des Dieux.
L’auteure a réussi à faire évoluer ses personnages et de quelle façon ! Ils traversent tous  un moment donné un tournant décisif dans leur vie et les événements, les gens, les façonnent.
Différents thèmes sont abordés, très forts, la liberté, le renoncement, l’acceptation de soi, des autres, la vengeance, l’espoir. Pour les développer, sachez que Manon Fargetton ne va pas épargner les personnages et le lecteur non plus. Le plus puissant est la dualité des êtres, faire mal en pensant faire le bien mais aussi apprendre à accepter d’être imparfait, apprendre à pardonner pour avancer. La dualité de l’ombre et de la lumière, des faux-semblants et des vérités, de la mort et de la vie, de la vengeance et du pardon. Le savoir et les non-dits, les mensonges et la vérité. On sent que l’auteure travaille dans le milieu de la lumière, son récit est tout en nuance, éclairage / part d’ombre… C’est encore plus flagrant que dans le premier.

Comme pour L’héritage des Rois-Passeurs, les personnages féminins sont forts et mis en valeur, un livre encore une fois un peu féministe mais cette fois si, en nuance, le Passé nous est révélé et les défauts des deux camps, magiciens qui ont le pouvoir et traquent les magiciennes, et ces dernières qui ne font plus confiances aux hommes… Le mystère sur ces personnages est levé par rapport au premier livre. Comme dans ce dernier, j’ai beaucoup aimé la façon de faire la magie, et encore plus je crois, ce que peuvent faire les magiciennes les illusions, seulement la méthode …. est loin d’être parfaite…

Un récit fluide et prenant. Des personnages consistants et attachants. Une histoire passionnante et terrible. J’ai eu beaucoup de mal à quitter cet univers, il me manque déjà. Je garde l’espoir que l’auteure aura peut-être envie d’y replonger un jour et alors, je me ferais un plaisir de continuer l’aventure même si beaucoup de choses ont été dites, on ne sait jamais ^^

Merci à Babelio et aux Editions Bragelonne pour la découverte et ce beau coup de coeur ❤

L’héritage des Rois Passeurs de Manon Fargetton

héritage

Editions Bragelonne, 20€, 312 pages

4ème de couverture

Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité.
Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue. 
Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…

Résumé

En Terre de feu, agile et légère, Ravenn mène une meute à la chasse aux dragons. Quand, après une expédition, elle revient au Clan, un message l’y attend. Sa mère la reine du royaume d’Ombre est mourante. Ravenn princesse héritière a un jour fait la promesse de revenir sur ses terres et d’accéder au trône. Mais quand elle rentre après 9 ans d’exil, à la capitale Astria elle n’est pas vraiment la bienvenue. Le Roi son père avait annoncé sa mort et préparé Aénor sa soeur au trône. En Rive, dans le monde que l’on connaît, Enora et Erwan s’appètent à fêter leur vingtième anniversaire. Chez leurs parents, l’attitude de leur grand-mère est étrange mais Enora s’apprête à revoir Axel, un voisin parti pendant plusieurs années et pour lequel la petite fille d’alors craquait. Mais au plus fort de la fête, une étrange délégation débarque et massacre les invités sauf Enora et Axel, miraculeusement retranchés dans les jardins, hors de vue des assaillants…

Mon avis

Un très bon roman, une bonne lecture même si j’aurai bien aimé un peu plus de développement.

Pendant que Ravenn revient pour la succession à la tête du royaume d’Ombre, Enora en Rive est confrontée au pire des cauchemars, et perd sa famille, tous ceux à qui elle tient. Elle est secourue par deux jeunes hommes Charly et Julian qui l’aident à prendre la fuite. Ils l’emmènent rencontrer Hank un ami qui pourrait leur venir en aide. Ils lui apprennent que les assassins sont connus sous le nom de l’Ordre. Cet Ordre s’en est pris à sa famille car elle est une passeuse. Elle a le pouvoir de traverser entre les deux mondes : Ombre et Rive. Mais cela, avant ce jour néfaste, Enora n’en avait aucune idée. Profondément ébranlée par les événements, elle accepte néanmoins de fuir l’Ordre en ouvrant un passage en Ombre où elle se rend avec Charly et Julian. Ne sachant pas ce qu’ils vont trouver là-bas, la prudence et la discrétion sont de mise. Ils doivent se fondre dans la masse.

Au château où vivent les Rois, Ravenn, revenue avec deux aides, Laïm un jeune garçon très intelligent et observateur et Pelekaï, le second de la meute (en terre de feu), se rend compte qu’elle n’est absolument pas la bienvenue. Dans le bureau qu’elle s’est choisie, et avec l’aide de l’intendant du royaume, elle se met au fait des événements et des intrigues politiques. Elle doit, le soir venu, déjouer des tentatives d’assassinats. En effet, son père, les magiciens et les prêtes du Royaume ne sont pas prêts à laisser la princesse rebelle le droit de gouverner. Heureusement, Ravenn peut compter sur quelques soutiens. Notamment un des généraux de son père qui lui affrète quelques soldats pour sa sécurité.

J’ai adoré le monde façonné par Manon Fargetton. Les liens entre Ombre et Rive, l’histoire des Rois Passeurs, la succession en Ombre : de mère en fille, les dieux et leur intrusion dans le monde. Les intermèdes permettent de donner de nombreuses informations sur le Royaume d’Ombre, son fonctionnement, les différentes « dynasties » de rois, etc. Ils enrichissent le monde créé par l’auteure. Cette dernière sème des indices tout le long du roman et quand les liens se dénouent, que les pièces du puzzle se mettent en place, le lecteur se rend compte que l’intrigue et sa mise en place sont rudement bien ficelées. J’ai beaucoup apprécié la magie développée dans le roman, différente de celle que l’on peut trouver ailleurs. Elle permet une touche originale dans une histoire prenante mais un peu convenue. J’ai aimé aussi le mystère et le secret entourant les magicien(ne)s.

J’ai beaucoup aimé Ravenn, cette princesse qui a fuit le royaume parce qu’elle ne voulait pas être celle que tout le monde voulait qu’elle soit. Elle a ses envies, son besoin de liberté et ses valeurs. On pourrait croire qu’elle fuit ce qu’elle est mais il n’en ai rien. Elle avait besoin d’apprendre ce qu’elle a appris avec les clans et la meute pour devenir un jour, Reine. Indépendante et à la fois extrêmement attachée à son royaume, Ravenn est vraiment une héroïne, une figure féminine de premier plan. J’ai aussi beaucoup aimé les deux frères : Charly et Julian, un solaire, l’autre plus sombre, torturé. Manon Fargetton joue beaucoup sur les opposés et sur cette thématique de l’ombre et de la lumière même chez ses personnages, comme les deux frangins ou encore l’artiste peintre Jana par exemple. J’ai vraiment beaucoup aimé ce travail sur les héros. J’ai aimé aussi les Dieux, les échanges entre Aa, Dieu de la Nuit et Izil, Déesse du Jour, ou encore le Gris et leurs réactions, leur capacité à interférer sur les humains et leur implication dans l’histoire.

Par contre, et c’est dommage, je suis restée un peu distante avec Enora. Malgré tout ce qu’elle a vécu, je ne suis pas parvenue à me lier, à m’attacher à elle. Et je l’ai trouvé peut-être trop effacée dans la seconde moitié du roman. J’aurai aimé la suivre avec plus de ferveur, avec plus d’empathie. J’ai préféré Ravenn et son destin, à celui d’Enora. Je ne serai pas vraiment expliquer pourquoi mais je n’ai pas tremblée pour elle par exemple, et ne cherchais pas à savoir ce qu’elle allait faire.

C’est le premier livre de Manon Fargetton que je lis et j’ai découvert une plume très agréable, un style rapide et dynamique. Le lecteur est tout de suite, dès le prologue et le premier chapitre, embarqué au cœur de l’action. Très peu de temps morts, le fil de l’intrigue se déroule et les complots, les trahisons, les Heures sombres passent, cela va très vite. Peut-être un peu trop. J’aurais bien aimé un peu plus de développement. Plus d’informations sur les autres royaumes, sur d’autres personnages. Un récit un chouilla plus dense sur les personnages, même secondaires.

Un roman  un peu féministe  et c’est temps mieux, les figures féminines y sont très fortes. Ce sont de beaux personnages qui ne s’en laissent pas compter. Pas de simples marionnettes comme leurs prédécesseurs, les héroïnes affrontent avec force et esprit leur destin et s’affirment. L’auteur est en train d’écrire un second livre dans le même univers avec un personnage secondaire qui est déjà marquant dans ce roman. Je pense que je le lirai pour retrouver cet univers et surtout en savoir plus sur cette partie effleurée dans ce one shot mais qui mérite (et j’en suis contente) une mise en lumière, un développement.

Je remercie Babelio et les Editions Bragelonne pour cette découverte ^^

Les herbes de la lune d’Anne Laure

les-herbes-de-la-lune-t1

Éditions du Chat Noir, 231 pages, 14,90€

4ème de couverture

« Elle est différente, c’est certain. Pas seulement différente des autres filles. Elle est Autre. » Aussi sûrement que ses cauchemars récurrents ne sont pas le fruit de son imagination, l’univers que s’apprête à découvrir Abigail va lui ouvrir les portes de son passé, mais aussi de son avenir.
Les brumes mystérieuses de la lande, la force destructrice de la mer, la célébration du solstice d’hiver et la fête celtique de l’Alban Arthan : autant de secrets que la jeune étudiante ne pouvait soupçonner.

À présent, Abigail devra puiser dans la puissance du cycle lunaire pour affronter son destin qui s’est rapidement mis en marche. Bien trop rapidement…

Résumé

Début décembre. Abigail se réveille suite à un cauchemar qui lui a semblé si réel. Dans ce mauvais rêve, elle se trouve dans les Landes poursuivie par un homme. Pour lui échapper, elle se réfugie dans une grotte mais il la rejoint et elle doit s’enfoncer toujours plus profondément jusqu’à une chute sans fin. Réveillée très tôt, Abigail décide de sortir prendre l’air et de rejoindre Morgan son meilleur ami pour le petit déjeuner. Dans le vieux troquet, elle cherche à savoir si le lieu déserté de son cauchemar existe et en effet, il semble s’agir de la Lande des brumes, un endroit réputé maudit. Ceci ne sera que la première des révélations qui vont changer la vie de la jeune femme…

Mon avis

Un énorme coup de coeur ❤

C’est simple, j’ai tout aimé dans ce roman, même ce qui m’agace d’ordinaire !!! Il rassemble tout ce que j’aime comme thématiques et l’histoire d’Abigail et ce qu’elle est m’ont énormément plu.

Le lecteur découvre une jeune femme encore étudiante, orpheline qui vit chez sa grand-mère. Abigail fait un étrange cauchemar dans lequel elle veut échapper à un homme duquel émane une étrange puissance, mélange d’attraction et de peur. Elle est donc souvent réveillée en pleine nuit et ses insomnies la fatiguent de plus en plus. Ce cauchemar récurrent et le manque de sommeil jouent sur son moral et sa motivation pour ses études d’histoire. Heureusement, la grand-mère d’Abigail est là pour elle, ainsi que son meilleur ami Morgan. Et puis, il y a Timothée, un garçon dont elle est pathétiquement amoureuse, comme une collégienne, en l’observant de loin, en rougissant quand il lui adresse la parole.

Pour l’aider à retrouver le sommeil, Abigail a essayé il y a quelques temps des infusions de sommeil et tombe sur un livre qu’André, un ami libraire de sa grand-mère, lui a offert, qui provient de l’Herboristerie Lune, en centre ville de Madden. Elle ressent au fond d’elle qu’elle doit se rendre dans ce lieu, sans réussir à se l’expliquer, cela lui parait important. Là bas, elle fait la rencontre de Ler le propriétaire, et ressent de drôles de chose, notamment quand elle croise un jeune homme brun, mystérieux et sombre. Puis presque au même moment dans sa vie, Timothée lui propose de travailler ensemble, alors qu’il bosse ses TD depuis le début de l’année avec Merewenn, grande et belle jeune fille qui a elle aussi des vues sur Tim. Abigail se rend compte que son attirance pour Timothée est peut-être réciproque, elle accepte donc de travailler avec lui sur un exposé de médecine médiévale.

Ils vont avoir l’occasion de passer du temps ensemble et de se rapprocher. De plus, pour leur exposé, ils vont s’inscrire à des ateliers à l’herboristerie Lune. Abigail se révèle très attirée par l’art des plantes et de leurs pouvoirs. A l’herboristerie, Abigail tombe sur le garçon qui ne l’a pas laissée indifférente lors de sa première venue, il s’agit de Maelann le neveu de Ler. Il lui propose de venir célébrer l’Alban Arthan, le 21 décembre, le solstice d’hiver. Troublée, elle ne sait pas quoi faire et puis elle ne connait pas bien ces célébrations anciennes. Elle décide cependant de s’y rendre avec Timothée avec qui elle ne pourra pas passé Noël. Mais il va se passer d’étranges choses lors de la célébration du solstice qui vont bouleverser la vie d’Abigail.

On est donc amené à suivre Abigail et en parallèle, le lecture découvre quelques impressions de Timothée. J’ai commencé le roman en ne sachant pas grand chose de l’histoire et je me suis lassée complètement portée. J’ai beaucoup aimé la tournure que prennnent les événements. Je ne savais pas à quoi m’attendre et j’ai adoré !

De plus, on a vraiment l’impression d’y être, la lande sauvage, le bord de mer, les villages aux rues pittoresques, des personnalités bourrues et attachantes. Une multitude de décors, de caractères et d’habitudes qui donne une atmosphère particulière, mystique et mystérieuse au roman, qui lui donne du caractère. Et Abigail est entourée de personnages atypiques et charismatiques.  Sa grand mère d’abord, parfois ouverte, parfois vieux jeu mais adorable. Leur maison est un petit nid confortable, avec du thé, des plaids en tweed et de l’amour. Cette vielle femme a un caractère bien trempé, pilier de la vie d’Abigail, elle a aussi ses secrets. Il y a aussi André l’ami libraire de la grand mère, il est ouvert, patient et offre son aide aux deux femmes, il est le confident, la figure paternelle. Abigail a deux meilleurs amis, Morgan qui fut sa première peine de cœur, le beau jeune homme étant de l’autre bord et Gwen sa meilleure amie qui malheureusement n’est plus aussi présente depuis qu’elle est partie vivre avec son compagnon. Et puis, il y a Ler, l’herboriste, récemment rencontré qui permettra à Abigail de se connaitre.

Notre héroïne va se découvrir à l’occasion du solstice d’hiver, nous allons découvrir pourquoi elle est Autre. Elle va apprendre aussi des choses sur ses parents disparus quand elle était jeune. Au fil de l’histoire, le passé remonte à la surface. Le passé de la jeune femme mais pas seulement. Le monde d’Abigail s’ouvre à elle mais elle n’a pas le révélateur qu’elle devrait avoir à ses côtés qui lui permettrait de comprendre les choses qui se passent. Le temps des choix est arrivé. La belle relation entre Abi et Timothée, trop intense et trop rapide sera mise à l’épreuve. Mais pas seulement, elle va devoir affronter bien pire que des doutes sur une histoire d’amour. On vibre avec Abigail. On ressent sa détresse, ses doutes, sa frustration et son impatience. On ouvre les yeux avec elle sur ce qu’elle est. On se demande ce qu’il va lui arriver, comment elle va réagir, ce qu’elle va choisir et comment les choses vont tourner pour elle et ceux qui l’entourent.

J’ai, d’habitude, bien du mal avec les couples, la romance ou les effets type triangle amoureux, la jalousie, les doutes, l’incohérence de certaines réactions, mais ici, j’étais tellement prise que je n’en suis aperçu qu’une fois fini ^^
L’écriture d’Anne Laure est simple mais ce n’est pas un défaut, la beauté des choses, la force des éléments, la puissance des événements sont extrêmement bien décrites et elles n’ont pas besoin de lyrisme ou de longues phrases compliquées. Le style s’est se faire apaisant et terrifiant quand il le faut. Atmosphère et ambiance sont justes comme il le faut. J’ai adoré la structure du récit aussi découpé en jour, avec le cycle de la lune.

Dans le roman, Anne Laure nous transmet sa passion pour les plantes, la magie, la puissance de la Lune, des éléments, de la Nature, leurs beautés et leur importance, … De petits détails qui m’ont fait accrocher au récit, j’ai redécouvert des choses, j’en ai appris d’autres. J’ai adoré me promener dans les forêts, assister aux célébrations, vivre au rythme de la Lune. J’ai été complément immergée dans l’histoire. Je devais me forcer à me « défaire » du récit, c’est comme si j’étais à côté d’Abigail. Le seul défaut du roman c’est d’être trop court ! Une fois fini, je me suis dit plusieurs fois, que j’allais le reprendre et continuer mais non, j’étais bien à la dernière page. J’avais vraiment envie de poursuivre l’aventure et découvrir le destin de cette jeune fille. C’est sur, je me jetterai sur la suite à sa sortie. Je l’attends avec impatience.

Voilà, j’ai la méchante impression de pas réussir à transmettre ce que j’ai ressenti lors de cette lecture. Peut-être que je ne le peux simplement pas. Les thèmes, ce qu’est Abigail, tout cela me parle. Vivement la suite ❤ Je vous recommande cette lecture, et encore plus si comme moi, en secret pour aimeriez un jour ouvrir une herboristerie ^^

Et je vous conseille si vous avez FB de passer sur la page du roman, l’auteure est adorable et poste régulièrement des photos magnifiques qui permettent de mettre le lecteur dans l’ambiance de son récit.

La couverture du 1er tome est magnifique et celle du second tout autant, regarder :

10173680_969916243036250_8362532469175075890_n

On My WishList #5

« On my Wishlist » est un petit rendez-vous sympa lancé à la base par Book Chick City, et repris par la belle Chica sur son blog A l’abordage de la Culture – Chica’s Booksland. Je trouve l’idée excellente ! Alors je m’y mets 🙂

Il a lieu tous les samedis et permet dans sa version originale de faire un récap’ de tous les livres que l’on voudrait désespérément ajouter à notre PAL, qu’il s’agisse de parutions récentes ou non. Le RDV français concerne UN livre qui se trouve sur notre Wishlist : votre découverte de la semaine que vous piétinez de vous acheter ou ce livre que vous voyez régulièrement sur les blogs des copinautes ou dans votre librairie, qui vous fait envie mais pour lequel vous n’avez pas encore craqué !!

****************************************************

Les dieux ne valent pas mieux de Marie Phillips

4ème de couverture

N’en croyez pas la légende, le sort des immortels n’est pas tout rose. Au contraire, être un dieu grec au XXIe siècle, c’est un vrai calvaire. Les fidèles ayant déserté, on est condamné à vivre à l’étroit, dans un quartier populaire de Londres. On vous manque de respect jusqu’au sein de votre propre famille. Et la reconversion est rude. Apollon prédit l’avenir sur une chaîne câblée, quand Aphrodite fait du téléphone rose. La déesse de la chasse promène les chiens des autres pendant son footing. Dionysos, patron d’une boîte de nuit pourrie, n’offre plus les bacchanales d’antan.
Diminués et déclasses, les dieux sont tombés très bas. Jusqu’à ce que la disparition de l’astre solaire les oblige à reprendre du service.

Tremblez, mortels, ce livre vous fera mourir de rire.

Pourquoi ce livre ?

Je suis très fan de mythologie romaine et grecque et j’ai trouvé le résumé vachement sympa, imaginez les Dieux vivant encore parmi nous mais obligés de se fondre dans la masse, avec un job très éloignés de leur attribution divine. Je ne connais pas du tout Marie Phillips, c’est a priori son première roman, bestseller au Canada à sa sortie en 2007/2008. Ça me tente beaucoup de la découvrir et si en plus ça me fait rire, le pari sera gagné.

Et vous, quel est le livre que vous très envie d’avoir cette semaine ?

—————-

Les On My Wishlist de Natiora, Serega, Lu Rêve, Michèle, …