Delirium Tremens de Ken Bruen

9782070320912

Folio Policier, 8,60e, 384 pages

4ème de couverture

Il n’y a pas de détectives privés en Irlande. Les habitants ne le supporteraient pas. Le concept frôle de trop près l’image haïe du mouchard. Jack Taylor le sait. Viré pour avoir écrasé sciemment son poing sur le visage d’un ministre, cet ancien flic a gardé sa veste de fonction et s’est installé dans un pub de Galway. Son bureau donne sur le comptoir. Il est chez lui, règle des broutilles, sirote des cafés noyés au brandy et les oublie à l’aide de Guinness. Il est fragile et dangereux. Une mère qui ne croit pas au suicide de sa fille de seize ans le supplie d’enquêter.  » On l’a noyée  » sont les mots qu’elle a entendus au téléphone, prononcés par un homme qui savait. De quoi ne plus dormir. Surtout si d’autres gamines ont subi le même sort. Surtout si la police classe tous les dossiers un par un…

Résumé

Ancien garda, Jack Taylor est passé privé, un métier qui n’existe pas en Irlande. Viré après avoir fichu son poing dans la gueule d’un ministre, alcoolique invétéré, Jack passe son temps dans son bar préféré à aider plus ou moins les malheureux qui ne peuvent plus compter sur les gardai. Un jour, Ann se présente au bar et lui demande son aide, elle refuse de croire que sa fille Sarah, 16 ans, s’est suicidée. Un coup de fil anonyme lui a indiqué qu’elle avait été noyée. Jack réticent, accepte finalement d’enquêter pour Ann mais les choses ne se passent jamais comme elles le devraient dans la vie de Jack…

Mon avis

Un polar coup de cœur !

On peut être désarmé à la lecture de cet ovni. La forme déjà :  des chapitres courts, des citations, des énumérations / listes, … le style ensuite, corrosif, percutant, cynique souvent, critique parfois. Et l’histoire, celle de Jack, qui a réussi à se faire virer de la Garda Siochana, ce qui est quasiment impossible. Un Irlandais pur souche, qui picole, qui parle le plus souvent sans y mettre de forme et qui a une drôle de façon d’enquêter, sans intervenir dans les affaires des autres, sans réelle investigation. De ce mélange, il ressort un très bon polar, un portrait de privé, noir jusqu’à la scène finale. Une lecture plus qu’agréable, une excellente découverte, je ne voulais tellement pas quitter cette lecture particulière que j’ai fait durer le plaisir alors que ça se lit vite !

Comme je le dis un peu plus haut, on a ici un véritable portrait, l’enquête policière n’est qu’un prétexte pour découvrir Jack, sa façon d’être, sa vision du monde, son entourage, ses problèmes, ses petites joies,… Et quel personnage ! J’ai vraiment beaucoup aimé Jack Taylor, il a un véritable problème avec l’alcool certes, mais c’est également un homme de bon sens quand il est à jeun. Il a une capacité d’écoute et un sens du tact assez particuliers. Et puis, il a une histoire. On découvre une grosse partie de son enfance, ses parents, puis la raison de son entrée dans la police irlandaise, pourquoi il s’est mis à boire et a continué. On apprend aussi à apprécier ses défauts parce qu’on entre-aperçoit de belles qualités. En plus, il aime lire et à un amour tout particulier pour la lecture et les livres. Mais il peut aussi se voiler la face, se mettre des œillères et jouer au con. Il est cynique et parfois drôle, il est coriace mais fragile. Vraiment Jack est touchant. C’est un authentique.

Le récit est essentiellement à la première personne, c’est encore une façon de plus de se rapprocher, de s’attacher à Jack. Parfois, il nous perd un peu dans son cerveau embrumé par les vapeurs d’alcool. Et d’autres moments où on aurait bien envie de descendre quelles pintes de Guinness avec lui !

C’est un gros lecteur et il aime le cinéma et la musique. Régulièrement dans le livre, on retrouve des extraits de films, des références livresques et cinématographiques, des extraits, des poèmes, des références musicales aussi. Ces intermèdes rythment le récit et donnent envie de découvrir plein de choses différentes (bon à la fin, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas grand chose…). Encore de bonnes raisons pour s’attacher à lui !

Ce sont les relations entre Jack et les personnages qui font l’histoire, découvrir ses amis et leurs particularités, le livre est rempli de dialogues truculents, bourrés de sarcasmes et d’humour. On oscille sur une palette d’émotions : tendresse, violence, oubli, dégout, rage, … Jack va ouvrir les yeux sur certains éléments de sa vie et ça va faire mal.

L’action se déroule à Galway, on en apprend beaucoup sur la ville, sur la manière de vivre d’une partie des Irlandais, l’opposition avec les anglais, les traditions, et surtout sur la façon d’être, de penser, de réagir d’un peuple à la fois fier et réservé. La société, les personnages, oscille entre optimisme et pessimisme. Ken Bruen nous jette à la figure une Irlande sombre et quelque peu corrompue, où la police ne fait pas vraiment bien son travail. Un point de vue différent de ce que j’ai pu déjà lire sur ce pays. Tout n’est pas tout rose… ou tout vert, comme partout il y a des zones d’ombres.

J’en profite pour vous conseiller un excellent film avec un policier irlandais : L’irlandais de John Michael McDonagh, avec beaucoup d’humour noir. ça n’est pas le même personnage, ni la même histoire (ici c’est le choc des cultures Irlande / USA) mais dans le style et le ton, on retrouve de Delirium Tremens, alors si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être ce film atypique, que j’ai vu il y a presque un an au cinéma.

Une première aventure de Jack Taylor qui pose d’une façon brillante le personnage, moi je l’ai adoré, peut être que d’autres ne le supporteront pas, mais moi, c’est le genre d’anti héros que j’adore ! Je pense que je craquerais bientôt sur le second Toxic blues. Essentiellement pour replonger dans un humour pinçant et grinçant, un personnage atypique.  Pour connaitre l’avenir de Jack, retrouver la verte Erin, ses traditions et ses côtés sombres.

****************

Lecture commune effectuée ici et sur le forum Livraddict avec Cesnat et Natiora

Avis de Cesnat

Avis de Natiora

****************

logo challenge thriller. jpg

logo-1

Publicités

C’est lundi, que lisez-vous ? #37

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

Cette semaine j’ai terminé Delirium Tremens de Ken Bruen pour la LC que j’organise via Livraddict dans le cadre de mon challenge Irlande et littérature irlandaise, je poste mon avis dans la journée (le temps de le faire quoi), et j’ai repris vendredi Train d’enfer pour ange rouge de Franck Thilliez (136/436).

Que vais-je lire cette semaine ?

Je continue Train d’enfer pour ange rouge de Franck Thilliez. Je n’ai pas trop de temps en ce moment, mais j’espère le finir dans la semaine. Ensuite, je ne sais pas ce que je lirai mais je pense que je prendrai un livre assez court pour alterner.

 Que vais-je lire la (les) semaine(s) prochaine(s) ?

Comme indiqué la semaine dernière j’ai dans ma liste de « priorité », Confession d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit, La Vie sexuelle des super-héros de Marco Mancassola ou  5 filles, 3 cadavres, mais plus de volant d’Andrea H. Japp.

Mais j’aimerai aussi lire une lecture qui me mette dans l’ambiance de Noël, j’ai installé sur ma liseuse Contes de Noël de Dickens. Sinon, je pense que je lirai la nouvelle Christmas Pudding d’Agatha Christie.

Et vous que lisez-vous ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #36

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

Cette semaine j’ai lu Le mal en la demeure, Le cycle des âmes déchues, Tome 1, de Stéphane Soutoul, pour une LC avec Demoiselle Coquelicote / NyrA pour le 30 novembre, donc billet à venir le 30/11. Puis j’ai lu Le cercle des poètes disparus de de Nancy H. Kleinbaum (roman du film). J’ai commencé Delirium Tremens de Ken Bruen pour la LC que j’organise via Livraddict dans le cadre de mon challenge Irlande et littérature irlandaise.

Que vais-je lire cette semaine ?

Je continue Delirium Tremens de Ken Bruen  et après je ne sais pas encore, je reprendrais bien Train d’enfer pour ange rouge de Franck Thilliez, que j’ai abandonné pour les LC.

 Que vais-je lire la semaine prochaine ?

Sans doute, serais-je dans le même livre. Après, je vais lire les livres qu’on m’a prêté, les petits formats, parce que les grands j’ai pas envie de les abimer dans les transports, au choix, Confession d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit, La Vie sexuelle des super-héros de Marco Mancassola ou  5 filles, 3 cadavres, mais plus de volant d’Andrea H. Japp.

Et peut être que je me laisserai tenter par un autre livre court de ma PAL ou un recueil de nouvelles =)

Et vous que lisez-vous ?

In My MailBox #22

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Il s’agit d’un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

Quoi de neuf dans mon sac ou ma boite aux lettres cette semaine ?

Cette semaine, une seule acquisition, un livre que j’avais mis dans ma wish list et que je passe donc dans ma PAL avec projet de lancer bientôt une lecture commune qui rentrera dans le Challenge Irlande et Littérature Irlandaise, il s’agit de Delirium Tremens de Ken Bruen !

Synopsis :

Il n’y a pas de détectives privés en Irlande. Les habitants ne le supporteraient pas. Le concept frôle de trop près l’image haïe du mouchard. Jack Taylor le sait. Viré pour avoir écrasé sciemment son poing sur le visage d’un ministre, cet ancien flic a gardé sa veste de fonction et s’est installé dans un pub de Galway. Son bureau donne sur le comptoir. Il est chez lui, règle des broutilles, sirote des cafés noyés au brandy et les oublie à l’aide de Guinness. Il est fragile et dangereux. Une mère qui ne croit pas au suicide de sa fille de seize ans le supplie d’enquêter.  » On l’a noyée  » sont les mots qu’elle a entendus au téléphone, prononcés par un homme qui savait. De quoi ne plus dormir. Surtout si d’autres gamines ont subi le même sort. Surtout si la police classe tous les dossiers un par un…

Alors surtout si vous vous participez à cette LC, n’hésitez pas à me dire quand elle vous arrangerait en commentaire (je la voyais pour mi novembre ou début décembre).

Et vous de bonnes surprises dans votre BAL ?