Fièvre rouge (Les chroniques de MacKayla Lane – tome 2) de Karen Marie Moning

fièvre rouge

J’ai lu, 12,50€, 448 pages

4ème de couverture

 » Je suis une sidhe-seer, une humaine capable de voir les faës, ces effrayantes créatures d’un autre monde installées parmi nous depuis des millénaires et dissimulées sous des voiles d’illusion. Mon univers a commencé à se fendiller à la mort de ma soeur, et j’ai l’impression que, depuis, il n’en finit plus de s’effondrer. Je ne parle pas seulement de mon petit monde personnel: il s’agit aussi du vôtre. Les murs entre humains et faës sont en train de s écrouler. Et je suis la seule à pouvoir nous sauver. « 

Mon avis

Une bonne lecture, une chouette suite même si je trouve quand-même que tout ça n’avance pas très vite…

On retrouve Mackayla dit Mac, quasiment là, où le lecteur l’avait laissé à la fin du tome 1. Elle a commencé à mener son enquête sur la mort de sa soeur, découvert qu’elle est une sidhe-seer, elle vit chez Barrons, cet homme mystérieux et étrange qu’elle n’arrive pas à cerner. Elle s’est remise de sa confrontation avec Mallucé et le Haut Seigneur. Le premier est sans doute mort suite à l’affrontement en tout cas, il ne donne plus signe de vie et le second serait responsable de la mort d’Alina qui lui aurait servi à découvrir où est caché le Sinsar Dubh un pilier des ténèbres que recherche également Barrons. t.

Le policier que Mac a presque convaincu de ne pas arrêter l’enquête sur le meurtre d’Alina commence à se demander ce que peut bien lui cacher cette jeune américaine qu’il retrouve complètement changé, cheveux courts, brune, couverte de bleus, bras en écharpe. Il s’est aussi rendu compte que quelque chose clochait en ville avec ses rues qui disparaissent des cartes… Mais Mac ne veut plus qu’il s’occupe de tout ça, la situation est trop dangereuse, seulement le policier s’obstine… Soudainement pourtant le garda va disparaître et son beau frère, policier également, va soupçonner Mac d’être liée à cette disparition et il est beaucoup plus obstiné que son beauf…

A côté de cela, Mac réfléchit aux choses étranges qui lui sont arrivées et surtout à ce que peu bien dire Barrons quand ce dernier daigne bien lui faire quelques confidences. Est-ce que d’autres personnes comme elle et lui peuvent voir les faës? Elle va un jour se rendre compte que oui et même découvrir qu’il existe une sorte de communauté à Dublin… Derrière laquelle, une vieille femme qu’elle a déjà croisé plusieurs fois et qui ne lui ai jamais venu en aide ! Rancunière et méfiante, Mac cherchera quand-même à comprendre, la rencontrera, surtout si cela peut lui apprendre qui elle est vraiment…

Elle va aussi croiser de nouveaux personnages qui resteront pour le moment mystérieux. En effet, ces derniers semblent en savoir plus sur elle et son nouveau monde qu’elle ne l’imagine. Tout cela c’est sans compter sur V’lane qui continue à attendre d’elle se qu’elle n’est pas prête à lui donner…

Le lecteur continue donc à suivre l’existence tumultueuse de Mac depuis son arrivée sur le sol irlandais.
Sa relation avec Barrons est toujours compliquée, elle ne sait pas s’il l’utilise comme détecteur d’Objet de Pouvoir ou s’il essaie vraiment de l’aider. Peut-elle lui faire confiance ? Elle a l’impression que parfois oui et à d’autres moments non. Leur relation est toujours pleine de piques, d’animosité et de surprises. Elle augmente aussi en intensité et en ambiguïté. Elle m’a moins saoulé que dans le 1er tome et pareillement Barrons m’a été moins pénible, toujours du mystère, du charme, une pointe d’arrogance mais c’est passé plus facilement que dans Fièvre Noire.

J’ai préféré Mackayla dans ce tome, elle est moins frivole, bon, c’est vrai il lui arrive encore de passer à côté des évidences et son côté girly qui ne peut plus se faire belle a continué à me gonfler mais elle évolue, et forcément vu tout ce qui lui arrive, devient plus posée (et ça c’est bien !).

Je suis toujours contente de retrouver l’Irlande et Dublin. Il y a même une partie de l’histoire dans le Burren, une région qui m’a vraiment plu quand j’y suis allée l’été dernier, j’adore ses paysages lunaires. C’est une lecture plaisante et détente, sans prise de tête, rapide. Je regrette juste que l’histoire n’avance pas beaucoup beaucoup, on sent bien l’esprit « saga », je pose les décors, je pose beaucoup de questions et tu devras attendre le 5ème tome pour tout savoir et comprendre… Je pense que le prochain va bien me plaire et j’espère quand même que Mac va y découvrir ses racines ou au moins s’en approcher.

Je ne rentre pas plus dans les détails, les chroniques de suite c’est toujours compliqué, peur d’en dire trop mais du coup, c’est pas forcément très étoffé. En tout cas, j’espère ne pas mettre 2 ans entre celui-ci et le prochain, ça serait bien 🙂

logo-1

Publicités

Une terre si froide d’Adrian McKinty

9782234072039-GStock, 21,50€, 396 pages

4ème de couverture

« Par moments Une terre si froide fait penser à James Ellroy par la précision et l’intensité de la langue. »
The Glasgow Herald

1981, Carrickfergus, Irlande du Nord. Le gréviste de la faim Bobby Sands vient de mourir et la région est sous haute tension. C’est dans ce contexte oppressant que le sergent Sean Duffy est appelé d’urgence pour résoudre une étrange enquête : un homme a été retrouvé dans un terrain vague, une main coupée. La victime est un homosexuel notoire. Un mobile suffisant ? Puis une deuxième victime est découverte, présentant les mêmes sévices. Aurait-on affaire au premier serial killer de l’histoire du pays ? Duffy sait toutefois que les apparences sont souvent trompeuses, lui qui incarne un paradoxe en Ulster : il est flic et catholique.

Adrian McKinty réussit le pari de faire vivre la violence de la guerre civile en même temps qu’il nous entraîne au coeur d’une enquête palpitante, maniée avec un humour noir si cher aux Irlandais.

Résumé

A Belfast, les émeutes font rage suite à la mort d’un gréviste de la faim, militant de l’IRA provisoire, âgé seulement de 27 ans, Bobby Sands. Dans le même temps, le Sergent Duffy et ses coéquipiers, prêtent main forte à la police anti-émeute. En fait, ils attendent qu’on ait besoin d’eux, mais les conditions météo freinent la volonté des émeutiers et pour le moment, ils se sont pas sollicités. De retour chez lui, Sean Duffy est contacté en pleine nuit par son supérieur. Un homme a été retrouvé mort dans une voiture abandonnée, mort d’autant plus suspecte, qu’il est retrouvé avec une main coupée. Tout porte à croire qu’il s’agisse d’un règlement de compte mais la victime était homosexuelle et un autre crime similaire vient d’être découvert. L’affaire se complique et prend une drôle de tournure…

Mon avis

On n’est pas bien loin du coup de coeur !

Au début, je l’avoue, j’avais peur d’être perdue face aux contextes historique et politique de ce roman qui se passe en Irlande du Nord dans les années 80. Je n’y connais pas forcément grand chose et j’ai craint de ne pas comprendre ou que cela soit très présent dans l’histoire. Alors bien sur, le contexte est donné et les événements en fond sont réels mais les éléments sont donnés progressivement et on peut le lire sans s’y connaitre sur le climat difficile de l’époque, les groupes armés IRA, UDA, …Et puis, cela permet d’en apprendre plus sur ce qu’il s’est passé en Irlande du Nord en 1981 de manière différente. C’est vraiment très intéressant.

On suit l’histoire (à la 1ère personne) de Sean Duffy, jeune sergent catholique. Élève brillant, rien ne le destinait à rentrer dans la police. Il est muté à Carrickfergus, réputé pour être un poste plus calme, moins difficile que les autres villes d’Irlande du Nord. Sa hiérarchie souhaite plus ou moins le mettre à l’abri, car flic et catholique, c’est assez rare et peut  engendrer des tensions. Pas vraiment entre collègues mais plutôt avec la population. Mais Sean ne s’en préoccupe pas, surtout qu’il a choisi de s’établir dans un quartier protestant de la ville. Comme on s’en doute un peu, tout ne se passe pas cependant pour le mieux pour Sean. On sent bien dans le roman, la tension entre catholiques et protestants. Et puis Sean n’est pas bien vu par les catholiques, c’est un flic travaillant pour la couronne britannique, un « traitre » quoi. Heureusement Sean s’entend bien avec son équipe.
Et puis, il y a cette affaire qui commence comme un règlement de compte, la victime serait-elle un informateur ? Et ses employeurs se seraient-ils vengés de la « balance » ? Ou bien est-ce un crime homophobe ? Aurait-on affaire à la première victime d’un tueur en série, ce qui serait une première en Ulster ?

J’ai vraiment bien accroché à cette affaire, je pense que ça vient de plusieurs choses, que j’ai réussi sans mal à m’attacher à ce flic, sympathique, parfois un peu paumé. On suit l’évolution de l’enquête avec ses yeux et donc on a ses réflexions, on est perdu comme lui, on s’interroge, on cherche les pistes, remonte les fausses pistes, etc. La trame se met en place progressivement et on ne comprend pas trop vite où l’auteur nous emmène. Et puis le contexte, les tensions, les attentats dans Belfast, les émeutes, donnent une ambiance tendue et noire que j’ai beaucoup apprécié. Mais attention, ce livre est aussi touchant et drôle, j’ai souri plusieurs fois aux réflexions et à l’humour irlandais de Sean, noir mais aussi rempli d’autodérision ou parfois avec un humour « potache », ou celui de ses collègues, enfin plutôt malgré eux. Ces touches d’humour permettent de faire tomber un peu de la pression que l’on ressent dans l’histoire. J’ai aussi trouvé ça chouette de découvrir des références typiques des années 80, musicales, films ou autres (mariage du Prince Charles par exemple). Le contexte du pays dans ses années 80 est subtilement décrit, fermetures d’usines, chômages, … mais aussi le début des méthodes scientifiques. Bref, plein d’éléments qui rendent le livre terriblement efficace.

On suit aussi Sean dans sa vie de tous les jours, ses insomnies, ses rencontres, ses habitudes, son voisinage, sa passion pour la musique, les pubs, etc. etc. Ce personnage est voué à faire l’objet d’une trilogie et on apprend donc ici à le connaitre et à l’apprécier. Il sera très intéressant de suivre son évolution. L’intrigue n’est pas forcément des plus originales, bien que la tournure des événements, les liens entre les personnages et d’autres affaires sont très bien menées, on ne s’ennuie pas un instant.

Le style d’Adrian McKinty est à la fois poétique et noir (certaines descriptions des événements sont aussi belles que dérangeantes), j’ai le sentiment (sans mis connaitre beaucoup) qu’il n’y a pas de parti pris de la part de l’auteur, il essaie de rester attaché au contexte réel sans pour autant nous dire : l’IRA ou l’UDA c’est le mal ou le bien; par contre, il y a des choses qu’on ne peut accepter quelque soit le camp dans lequel on se trouve. En plus, on sent qu’Adrian McKinty est attaché à son pays, à son histoire, aux traditions, à ses particularités. C’est vraiment très bien écrit, équilibré et rythmé.

L’écriture est fluide, précise et agréable, on est emporté dans les années 80, en Irlande du Nord, on sentirait presque l’odeur de la tourbe dans les rues, en entendrait presque le bruit des balles en caoutchouc, on verrait presque les fresques sur les murs des immeubles de Belfast. J’ai beaucoup aimé découvrir cette histoire, je continuerai avec plaisir de suivre les aventures de Sean Duffy. Je découvre un auteur intéressant, qui a déjà publié une trilogie traduite en français, consacrée à Michael Forsythe, je me pencherais peut-être prochainement dessus. Ses one-shots eux ne sont malheureusement pas traduits.

Je découvre également cette collection chez Stock et l’objet livre que j’ai trouvé magnifique. Bref, je le conseille aux amateurs mais pas uniquement !

Livre lu en partenariat avec Babelio, opération Masse Critique, que je remercie.

Voici le lien vers le roman :

***********************logo challenge thriller. jpg

logo-1

Fièvre Noire (Les chroniques de MacKayla Lane, Tome1) de Karen Marie Moning

fievre noireJ’ai lu, 12,50€, 416 pages

4ème de couverture

« Ma philosophie tient en quelques mots : si personne n’essaie de me tuer, c’est une bonne journée. Autant vous le dire, ça ne va pas très fort, depuis quelque temps. Depuis la chute des murs qui séparaient les hommes des faës. Pour moi, un bon faë est un faë mort. Seulement, les faës Seelie sont moins dangereux que les Unseelie. Ils ne nous abattent pas à vue. Ils préfèrent nous garder pour… le sexe.
Au fait, je m’appelle MacKayla Lane. Mac pour les intimes. Je suis une sidhe-seer.
La bonne nouvelle : nous sommes nombreux.
La mauvaise : nous sommes le dernier rempart contre le chaos. »

Résumé

Mackayla dit Mac est une jeune américaine de Géorgie, elle adore sa vie dans le bled paumé d’Ashford, jolie, blonde, un peu écervelée, elle profite de la maison de ses parents qui sont partis en vacances. Tout va bien dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce qu’elle reçoive un coup de fil qui lui apprend l’assassinat de sa sœur Alina, qui faisait ses études à Dublin. Sa vie bascule alors, Alina était son modèle, sa meilleure amie. Quelques semaines après cette perte terrible, Mac apprend que la police va clore l’enquête sur le meurtre de sa sœur, faute de preuves, de témoins, de suspects. Une nouvelle difficile à avaler, Mac décide alors de s’envoler pour Dublin afin de pousser la police à rouvrir l’enquête, surtout qu’elle a depuis découvert un étrange message sur son répondeur téléphonique. Ce que Mackayla ne sait pas encore c’est que sa vie va complètement changer une fois le pied posé sur le sol irlandais…

Mon avis

Cela faisait plusieurs mois, qu’à force de voir les copinautes le lire, adorer, dévorer la suite, j’avais envie d’essayer. Et puis, quoi de mieux en weekend à Dublin que lire un livre qui se passe là bas ! J’avais besoin d’une lecture légère et j’ai été servi. Je ne suis pas déçue par ce premier tome, mais il s’agit clairement d’une introduction, Fièvre Noire, ne peut pas se lire sans ses suites. C’est cependant, une bonne lecture détente.

Et comme un bon tome d’introduction, Fièvre Noire, nous permet de découvrir une héroïne : Mackayla, un peu de son passé, son caractère, une jeune demoiselle pas si écervelée que ça finalement, avec du caractère même si parfois il lui arrive de passer à côté des évidences ! Je ne suis pas complètement attachée à Mac, du moins pas eu point, de frémir avec elle ou de stresser quand il se passe quelque chose, mais elle est sympathique et c’est son évolution qui m’a plu le plus. Elle est obligée de faire face à plein de choses et elle finit par les accepter, tout en restant elle-même, demoiselle qui aime le vernis à ongle et le rose 😉
Il nous permet également de découvrir la mythologie développée par Karen Marie Moning. Elle a choisi la mythologie celte, avec le Sidhe, les faës, les seelies, les unseelies,… Loin de nous perdre, elle explique très bien et progressivement à travers les révélations qu’apprend Mackayla (et dans le prologue), les différences entre les uns et les autres, les « bons » et les « mauvais », leurs aspects, etc. J’ai vraiment beaucoup aimé cette mythologie (ça donne envie d’en apprendre plus d’ailleurs) et donc l’histoire que vit Mackayla.

Même si beaucoup l’ont lu, je vais quand même éviter de spoiler, je ne rentrerai pas dans les détails. Mackayla va vite découvrir qu’elle (et ça c’est la 4ème de couverture qui le dit), est une sidhe-seer, elle a la capacité de voir les fäes, leurs vraies natures et c’est souvent pas beau à voir d’ailleurs ^^ Elle va tomber sur Barrons, un homme énigmatique et terriblement beau, qui va l’aider (ou pas ^^), tout va dépendre du point de vue, la grande question posée dans ce tome 1 :  peut-elle lui faire confiance ?
Leur relation est pleine de piques, d’animosité et de surprises. Parfois, elle m’a saoulé, et parfois j’ai adoré. Je n’aime pas Barrons pour le moment, il est trop arrogeant (et je déteste les gens imbus d’eux même) mais il est mystérieux, et ça, bizarrement, ça me plait, parce qu’on ne sait pas sur quel pied danser avec lui ! Il est méchant ? Manipulateur ? Altruiste (hahaha)… ?

Ce premier tome pose beaucoup de questions et ne donne quasiment pas de réponses, on en a bien une à la fin, mais sommes-nous sûrs ? Est-ce que l’auteur ne se joue pas de nous ? (A déconseiller donc à ceux qui ne veulent pas se lancer dans une saga de 5 tomes, il y a en a, il faut prévenir). Mais, Fièvre Noire pose bien les jalons de l’univers, les personnages, les intrigues et sous-intrigues. Il donne envie de savoir ce que va encore découvrir MacKayla, si notre monde est en danger, comment va-t-elle faire? Seule ? Avec qui ?
Concernant la narration, je n’ai pas trop eu de mal avec la première personne, c’était sympa. Mais j’ai eu plus de mal avec le découpage, une impression parfois, de sauter du coq à l’âne … Certaines choses auraient pu être un peu plus creusées ou détaillées, mais je suppose que tout cela viendra dans les tomes suivants.

Autre point que j’ai apprécié et là pô de surprise, ça se passe en Irlande, à Dublin et on s’y croit (il y a peut être un ou deux trucs qui ne collent pas trop mais qu’importe, c’est une histoire inventée), des noms de lieux, des personnages au tempérament « irlandais », des noms de plat, etc. C’était vraiment agréable de se dire, « hé j’ai vu ça », et « hé moi aussi j’ai fais ça » etc.

Concernant le style de l’auteur, c’est frais, rythmé, pas mal d’humour aussi. Sur ce n’est pas de la Grande Littérature diront certains, mais c’est très plaisant. Honnêtement, j’ai préféré Anthelme Hauchecorne, et son Âmes de verre, dans le style et la thématique mais je me suis laissée portée par cette lecture et même si c’est pas un coup de coeur, j’ai passé un bon moment 🙂 Je continuerai donc cette sympathique sage d’urban fantasy 🙂

*************************

logo 1

challenge destins de femmes

logo club lecture

Les Damnés de Ceallach de David Le Yaouang

Les damnés de Ceallach

Yoran Embanner Editions, 11€, 167 pages

4ème de couverture

Alors qu’une terrible tempête se prépare, un homme hanté par la disparition mystérieuse de son père revient sur l’île où il est né pour tenter d’élucider les circonstances exactes du drame survenu 12 ans plus tôt. Que s’est il réellement passé sur l’île de Ceallach dans la taverne O’brien ce funeste soir de Novembre 1788 ? Quel sombre secret unis les derniers habitants de cet îlot rocheux inhospitalier perdu dans la mer d’Irlande au milieu des brumes et des pluies ? A travers l’histoire du clan Macnamara et la disparition du vieux Tomàs, ce récit nous fait revivre la tentative de soulèvement des « Irlandais unis » de 1798 et le destin tragique de Théobald Wolfe Tone, père du nationalisme irlandais, qui ainsi que plusieurs dizaines de milliers de patriotes, sacrifia sa vie pour la liberté de l’Irlande. L’attitude héroïque et exemplaire de ces hommes fit naitre un courant irréversible en faveur de l’indépendance totale, qui allait être relayé par d’autres partisans par la suite, jusqu’à l’établissement définitif de la république d’Irlande.

Résumé

Dans la taverne O’Brien, sur la petite île de Ceallach, les marins attendent que le gros de la tempête passe. En ce 1er novembre 1800, l’atmosphère est pesante. Est-ce dû à la présence parmi eux d’un marin étranger qui n’a encore prononcé aucun mot ? Des marins de passage il y en a quelques uns, mais celui, ils ne l’ont encore jamais vu, ses manières sont étranges. Qui est-il? Ce que ces marins  ne savent pas c’est qu’ils le connaissent déjà et que son retour va transformer leurs vies…

Mon avis

Tout d’abord je remercie David Le Yaouang qui m’a proposé de découvrir son premier livre. Un polar qui se passe en Irlande, vous vous doutez j’ai dit BANCO !!! Merci pour ce partenariat.

Une belle découverte !

Oui j’ai de la chance en ce moment, je découvre plein de belles choses ^^ Ce roman nous raconte plusieurs choses, on découvre l’île de Ceallach, une île sauvage, marquée par le climat, peu peuplée et ses habitants, des forces de la nature, dont les croyances ont été bouleversées par la Christianisation, … On découvre la famille Macnamara, Tomàs le père qui n’a jamais voulu quitté son île, sa femme Sorcha et leur enfant Padraig. On apprend que Tomàs a disparu un soir de novembre 1788, pourquoi ? Comment ? C’est le mystère qui nous sera dévoilé progressivement. Mais avant de disparaitre, il a confié Sorcha et Padraig à son frère Joseph, devenu riche négociant à Dublin. Ainsi l’auteur nous conte la vie de Padraig auprès de son oncle dans une période (1788-1798) tourmentée pour les Irlandais, le pouvoir est aux anglais, ils gèrent toutes les institutions importantes et répriment durement les tentatives de rébellion des Irlandais.

Loin d’être rébarbatif, ce côté historique est prenant, agréablement mêlé au récit de l’adolescence de Padraig. Le style de l’auteur permet de fluidifier les événements historiques. J’ai beaucoup aimé revenir sur le passé de l’Irlande, sur les grandes figures du nationalisme irlandais qui ont donnés leurs vies pour l’indépendance, la liberté, … , sur les tentatives des Irlandais aidés par la France car ils ont les Anglais comme ennemi commun, etc. Quand j’irai à Dublin le mois prochain, je ferai plus attention que la première fois, aux noms et aux symboles. Et j’espère remanger dans la Taverne peu recommandable au 18ème siècle le Brazen Head !

Le côté polar-enquête n’est pas très marqué, disons qu’on a une énigme mais pas vraiment d’enquête, par contre, le côté polar historique-politique est vraiment intéressant ! J’ai appris et réappris plein de choses sur l’Histoire de l’Irlande, des choses, et d’une façon très agréable ! Et on s’attache à Padraig, on a envie de savoir ce qu’il va faire et ce qu’il va découvrir en retournant sur l’île 12 ans après. Il est né sur cette petite île irlandaise mais a été élevé bien différemment finalement, comment va-t-il réagir face à ses découvertes ? Même si le récit est court, les personnages principaux sont détaillés et je n’ai pas ressenti trop de manques même quand il y avait des ellipses de plusieurs années. J’ai été surprise de la révélation finale, les apparences peuvent être trompeuses, et le tout est finement avancé par l’auteur.

J’ai aussi apprécié d’être vraiment immergée en Irlande, on n’a pas uniquement un nom de ville, un nom de famille à consonance irlandaise et des cheveux roux. Dans certains livres, on a parfois que ça, du coup, au bout de quelques pages, on pourrait être à Paris, Moscou ou New-York, ça serait la même chose. Ici non, on est vraiment en Irlande, avec le caractère des Irlandais et les paysages de là-bas. On sent la maitrise de l’auteur (ses recherches) de cette culture, de l’histoire du pays et son amour pour l’île d’émeraude.

Les damnés de Ceallach est un premier roman, bien écrit, au style fluide et avec un thème original (un mystère et une action au 18ème siècle avec un fond historique très intéressant), peut-être qu’un peu plus de détails sur certains personnages pour donner encore plus de profondeur à tout ce qui se joue aurait été un plus. C’est un roman à découvrir d’un auteur très prometteur, un roman policier mais aussi un roman d’aventures où la destinée d’un Irlandais se mêle à l’Histoire de son pays.

Un regret peut-être ? C’est un peu court ! Et bien oui, c’est tellement intéressant, j’aurai bien aimé continuer à découvrir la vie d’Irlandais le long de l’Histoire irlandaise. David Le Yaouang m’a indiqué être sur un deuxième polar. Je ne sais pas s’il se passera en Irlande ou si on y retrouvera des personnages similaires à ceux des Damnés de Ceallach, mais je resterai attentive à sa sortie car je serai ravie de retrouver la plume de cet auteur amoureux de mystère, d’Histoire et de culture celte.

Merci encore à David Le Yaouang.

Site de l’éditeur : http://www.yoran-embanner.com/

Pour acheter le livre : http://www.yoran-embanner.com/plr-damnes-de-ceallach.php

Et y a même du boutique avec des bijoux 😉

****************************

logo 3

logo challenge thriller. jpg

logo challenge

Delirium Tremens de Ken Bruen

9782070320912

Folio Policier, 8,60e, 384 pages

4ème de couverture

Il n’y a pas de détectives privés en Irlande. Les habitants ne le supporteraient pas. Le concept frôle de trop près l’image haïe du mouchard. Jack Taylor le sait. Viré pour avoir écrasé sciemment son poing sur le visage d’un ministre, cet ancien flic a gardé sa veste de fonction et s’est installé dans un pub de Galway. Son bureau donne sur le comptoir. Il est chez lui, règle des broutilles, sirote des cafés noyés au brandy et les oublie à l’aide de Guinness. Il est fragile et dangereux. Une mère qui ne croit pas au suicide de sa fille de seize ans le supplie d’enquêter.  » On l’a noyée  » sont les mots qu’elle a entendus au téléphone, prononcés par un homme qui savait. De quoi ne plus dormir. Surtout si d’autres gamines ont subi le même sort. Surtout si la police classe tous les dossiers un par un…

Résumé

Ancien garda, Jack Taylor est passé privé, un métier qui n’existe pas en Irlande. Viré après avoir fichu son poing dans la gueule d’un ministre, alcoolique invétéré, Jack passe son temps dans son bar préféré à aider plus ou moins les malheureux qui ne peuvent plus compter sur les gardai. Un jour, Ann se présente au bar et lui demande son aide, elle refuse de croire que sa fille Sarah, 16 ans, s’est suicidée. Un coup de fil anonyme lui a indiqué qu’elle avait été noyée. Jack réticent, accepte finalement d’enquêter pour Ann mais les choses ne se passent jamais comme elles le devraient dans la vie de Jack…

Mon avis

Un polar coup de cœur !

On peut être désarmé à la lecture de cet ovni. La forme déjà :  des chapitres courts, des citations, des énumérations / listes, … le style ensuite, corrosif, percutant, cynique souvent, critique parfois. Et l’histoire, celle de Jack, qui a réussi à se faire virer de la Garda Siochana, ce qui est quasiment impossible. Un Irlandais pur souche, qui picole, qui parle le plus souvent sans y mettre de forme et qui a une drôle de façon d’enquêter, sans intervenir dans les affaires des autres, sans réelle investigation. De ce mélange, il ressort un très bon polar, un portrait de privé, noir jusqu’à la scène finale. Une lecture plus qu’agréable, une excellente découverte, je ne voulais tellement pas quitter cette lecture particulière que j’ai fait durer le plaisir alors que ça se lit vite !

Comme je le dis un peu plus haut, on a ici un véritable portrait, l’enquête policière n’est qu’un prétexte pour découvrir Jack, sa façon d’être, sa vision du monde, son entourage, ses problèmes, ses petites joies,… Et quel personnage ! J’ai vraiment beaucoup aimé Jack Taylor, il a un véritable problème avec l’alcool certes, mais c’est également un homme de bon sens quand il est à jeun. Il a une capacité d’écoute et un sens du tact assez particuliers. Et puis, il a une histoire. On découvre une grosse partie de son enfance, ses parents, puis la raison de son entrée dans la police irlandaise, pourquoi il s’est mis à boire et a continué. On apprend aussi à apprécier ses défauts parce qu’on entre-aperçoit de belles qualités. En plus, il aime lire et à un amour tout particulier pour la lecture et les livres. Mais il peut aussi se voiler la face, se mettre des œillères et jouer au con. Il est cynique et parfois drôle, il est coriace mais fragile. Vraiment Jack est touchant. C’est un authentique.

Le récit est essentiellement à la première personne, c’est encore une façon de plus de se rapprocher, de s’attacher à Jack. Parfois, il nous perd un peu dans son cerveau embrumé par les vapeurs d’alcool. Et d’autres moments où on aurait bien envie de descendre quelles pintes de Guinness avec lui !

C’est un gros lecteur et il aime le cinéma et la musique. Régulièrement dans le livre, on retrouve des extraits de films, des références livresques et cinématographiques, des extraits, des poèmes, des références musicales aussi. Ces intermèdes rythment le récit et donnent envie de découvrir plein de choses différentes (bon à la fin, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas grand chose…). Encore de bonnes raisons pour s’attacher à lui !

Ce sont les relations entre Jack et les personnages qui font l’histoire, découvrir ses amis et leurs particularités, le livre est rempli de dialogues truculents, bourrés de sarcasmes et d’humour. On oscille sur une palette d’émotions : tendresse, violence, oubli, dégout, rage, … Jack va ouvrir les yeux sur certains éléments de sa vie et ça va faire mal.

L’action se déroule à Galway, on en apprend beaucoup sur la ville, sur la manière de vivre d’une partie des Irlandais, l’opposition avec les anglais, les traditions, et surtout sur la façon d’être, de penser, de réagir d’un peuple à la fois fier et réservé. La société, les personnages, oscille entre optimisme et pessimisme. Ken Bruen nous jette à la figure une Irlande sombre et quelque peu corrompue, où la police ne fait pas vraiment bien son travail. Un point de vue différent de ce que j’ai pu déjà lire sur ce pays. Tout n’est pas tout rose… ou tout vert, comme partout il y a des zones d’ombres.

J’en profite pour vous conseiller un excellent film avec un policier irlandais : L’irlandais de John Michael McDonagh, avec beaucoup d’humour noir. ça n’est pas le même personnage, ni la même histoire (ici c’est le choc des cultures Irlande / USA) mais dans le style et le ton, on retrouve de Delirium Tremens, alors si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être ce film atypique, que j’ai vu il y a presque un an au cinéma.

Une première aventure de Jack Taylor qui pose d’une façon brillante le personnage, moi je l’ai adoré, peut être que d’autres ne le supporteront pas, mais moi, c’est le genre d’anti héros que j’adore ! Je pense que je craquerais bientôt sur le second Toxic blues. Essentiellement pour replonger dans un humour pinçant et grinçant, un personnage atypique.  Pour connaitre l’avenir de Jack, retrouver la verte Erin, ses traditions et ses côtés sombres.

****************

Lecture commune effectuée ici et sur le forum Livraddict avec Cesnat et Natiora

Avis de Cesnat

Avis de Natiora

****************

logo challenge thriller. jpg

logo-1

Merci pour les souvenirs de Cecelia Ahern

J’ai lu, 7,30€, 474 pages

4ème de couverture

Après un accident qui a bouleversé sa vie et détruit son mariage, Joyce Conway ne doit la vie qu’à une transfusion sanguine. Mais des phénomènes étranges commencent à se produire. Elle se souvient de choses qu’elle n’a pas vécues. Elle peut parler des heures durant des rues pavées et sinueuses de Paris, ville qu’elle n’a jamais visitée, ou disserter sur l’architecture baroque. Et, toutes les nuits, elle rêve d’une petite fille aux cheveux blonds. Dès lors, Joyce n’aura plus qu’un but : découvrir à tout prix qui lui a donné son sang, dans l’espoir de comprendre ce qui lui arrive. Et retrouver le charmant Américain dont elle a fait la connaissance le jour de sa sortie de l’hôpital.

Résumé du début

Joyce est mariée et enceinte de quelques mois.  Suite à un accident, elle se retrouve à l’hôpital où pour la sauver, les médecins doivent la transfuser.

A Dublin, Justin Hitchcock, américain expatrié à Londres pour vivre près de sa fille, et de son ex-femme, doit donner une conférence sur l’art mais quand il arrive dans l’amphi, une jeune docteur est en train de faire une présentation sur le Don du Sang et  son importance et répond aux questions que se posent les étudiants. La jeune femme, Sarah, réussit à le convaincre de donner son sang. Mais Justin a peur des piqures et ne se rendra pas à la collecte du soir. De retour chez lui, il téléphone à sa fille Bea qui vit à Londres, elle lui fait remarquer son manque de courage et la honte d’avoir posé un lapin à Sarah. Avant de repartir pour Londres, Justin va pour les beaux yeux de sa fille et ceux de Sarah donner son sang.

Joyce de retour de l’hôpital s’installe chez son père et commence à remarquer que ses gouts, ses connaissances ont changés, de plus, elle dispose de souvenirs qui ne sont pas les siens…

Mon avis

Pas un coup de cœur mais j’ai beaucoup aimé ! Si je dois lire la « romance » ou de la « littérature pour filles », c’est exactement ça que je veux lire !!!

J’avais hâte de relire un texte de Cecelia Ahern après avoir eu un coup de cœur à la lecture de PS : I Love You et j’ai donc sauté sur l’occasion de la lecture commune de Tête de Litote pour sortir ce roman de ma PAL. Et même si j’ai moins apprécié que PS : I Love You, j’ai quand même beaucoup apprécié ma lecture et j’ai passé un très bon moment en compagnie de Joyce, son père, Justin et sa famille.

On suit en parallèle deux « familles » liés parce qui arrive à l’héroïne Joyce. On a d’abord donc Joyce (à Dublin) qui vient d’avoir un accident aux conséquences bouleversantes, son retour chez son père Henri, on apprend qu’elle a perdu sa mère 10 ans plus tôt et découvre ses deux meilleurs amies Kate et Frankie. Puis on a Justin, un bel américain, expatrié à Londres pour vivre à côté de sa fille Bea qui vit pour le moment chez sa mère et son nouvel ami. Justin donne de temps en temps des conférences à Dublin, l’Art c’est son dada. On découvre des personnages qui gravitent autour de Justin : son frère Al marié à Doris, son ex-femme, etc.  J’ai trouvé les personnages attachants surtout Justin et Joyce mais on a aussi une belle palette de personnages secondaires avec des caractères, des physiques et des actions tous différents.
Je me suis attachée à Joyce très vite parce que c’est principalement elle qui s’exprime et on a tout ce qu’elle ressent au moment où les choses lui arrivent. Elle traverse une palette d’émotions tout le long du roman qu’on partage avec elle, la peur, le désespoir, le doute, la joie, l’appréhension, etc.

Quand à l’histoire même si elle est moins originale que ce que j’ai pu lire avant, je me suis laissée prendre au jeu de cette expérience que vit Joyce, quelque peu « paranormale’, vivre avec des connaissances et des gouts, avec des souvenirs qui ne sont pas les siens. J’ai tout particulièrement apprécié qu’elle doute, se demande si elle ne deviendrait pas un peu folle, s’interroge sur la réaction des gens si elle devait se confier, … Quand elle va croiser par hasard Justin, quelque chose va se passer mais aucun n’imagine encore ce qui a pu les lier. Leurs rencontres inattendues, la reconnaissance que Joyce va avoir quand elle va comprendre, son envie d’aborder Justin, quelques quiproquos vont pimenter l’histoire et leurs vies.

J’ai retrouvé les thèmes que j’affectionne chez Cecelia Ahern et qu’elle arrive à retranscrire à merveille. Le premier est la relation père/fille, j’avais déjà fortement apprécié ce point dans PS : I Love You c’est encore plus fort et important ici entre Joyce et Henri et dans une moindre mesure entre Justin et Béa. Cette affection que Joyce et Henri se portent est très forte, Henri est vieux maintenant mais il sera un soutien et un pilier pour sa fille. Cette relation m’a tout particulièrement touchée, sincère et vraie, décrite avec subtilité et finesse par Cecelia Ahern. Le deuxième thème est « comment continuer à vivre quand un malheur vous frappe ». Dans Merci pour les Souvenirs, comme dans PS : I love You, l’héroïne doit apprendre à continuer d’avancer dans sa vie, et à chaque fois, tout se fait peu à peu sans qu’on s’en rend compte, grâce aux personnes et événements extérieurs. Ici l’amour et l’humour d’un père, le cadeau d’un lien entre elle et Justin, ses deux meilleurs amies qui vont l’épauler comme elles peuvent, et d’autres choses encore, vont permettre à Joyce d’aller mieux.

Je ne sais pas comment Cecelia Ahern fait, mais moi je suis conquise par sa manière de raconter ce type d’histoire, où j’oscille entre rire et larmes, les sentiments sont justes, quand c’est cruel, elle ne met pas de voile dessus, n’estompe pas la souffrance mais arrive à rendre ça plus léger mais pas moins fort. Elle arrive à insuffler dans ses histoires qui commencent par des drames, de l’optimisme, de la sincérité, un grain de folie, de l’humour, de la joie, tant de choses qui rendent le récit fort sans tomber dans le pathos ni la mièvrerie. J’aime beaucoup son style et la traduction est très bien faite. Le GROS plus de ce roman : l’humour ! J’ai ri plus d’une fois au cours de ma lecture. Il y a des situations ou des répliques vraiment drôles, une sorte d’humour thérapie (mais là je vais loiiiin). Mon personnage préféré de ce roman, le père de Joyce, Henri, à la fois fort et fragile, utilisant le sarcasme, l’humour, ses anecdotes, ses réparties et sa façon de parler, il est excellent !

Ce roman pourrait être une romance banale mais non, il a ce petit quelque chose en plus, qui fait que ça marche, une comédie romantique « mais pas que ». Parce qu’on n’a pas seulement une histoire d’amour (d’ailleurs ce n’est pas vraiment traité en tant que tel), une grande place est réservée à la famille, à l’amitié, à la (re)découverte de l’autre, de soi,… Complètement le genre de livre « pour filles » (même si je n’aime pas ce terme) qui me fait du bien !

Je crois que je suis fan de Cecelia (ça se sent non ?), j’ai deux autres de ses romans dans ma PAL et je crois que j’achèterai ceux que je n’ai pas. En espérant que comme pour cette histoire (et la précédente lue), je sois à la fois conquise par son style et surprise par le traitement du sujet.

En me relisant, je me rends compte que c’est un peu décousu mais je ne sais pas comment expliquer ce que je ressens quand je lis Cecelia Ahern…

Voici les avis de Natiora, Tête de Litote, Jasmine, …

*****************************************

Challenge Irlande et Littérature Irlandaise

Ceux qui me connaissent un peu, et les autres l’apprennent maintenant, j’aime l’Irlande et sa culture, les contes et légendes, leur musique folklorique et une bonne partie de leurs artistes interprètes (;)), la splendeur et la beauté des paysages, la Guinness,…

Voici venu le temps d’organiser mon premier challenge, ou plus exactement ici de reprendre un challenge qui a été créé par Val sur son blog Les quotidiennes de Val : CHALLENGE LITTERATURE IRLANDAISE, qui a pris fin en avril 2012; ayant créé ce blog fin mars 2012, je n’avais donc pas pu participer à ce challenge. Comme Val, j’adore l’Irlande et sa culture, alors avec son accord, je reprend donc ici le challenge sous le nom : Irlande et Littérature Irlandaise et selon le souhait de Val, en version illimitée.

Voici le principe : lire autant de livres (romans, BD, pièce de théâtre,…) que vous le voulez d’auteurs irlandais et par extension et pour compléter ce magnifique voyage sur l’île d’émeraude, des œuvres dont l’action se déroule en Irlande ou en grande majorité en Irlande d’auteurs non irlandais. Pour les romans, tous les genres sont acceptés : polars, thrillers, romances, etc.

Si certains ont besoin d’un challenge personnel, disons qu’au bout de 5 œuvres lues, vous aurez réussi votre challenge :)

Le but est donc de découvrir ou de faire partager votre passion pour ce magnifique pays, et pour rester dans la culture sous toutes ses formes, comme Val, seront acceptés les billets qui auront pour sujet : un CD/un titre d’un chanteur ou groupe irlandais, des films de réalisateurs irlandais ou dont l’action se déroule en Irlande (avec bande annonce ou teaser), etc.

Tout le monde est accepté, ceux qui ont déjà participé chez Val, des nouveaux, … Ce challenge étant illimité dans le temps, vous pouvez vous inscrire à tout moment ! Les billets qui seront pris en compte seront ceux datés de septembre 2012, pour que le challenge en 1 an de chez Val, lui reste propre :)

Pour vous aidez, vous trouverez les principaux noms d’auteurs irlandais : ici

Vous pouvez aussi vous inspirer du récap’ chez Val : ici

Pour ceux et celles qui avaient déjà participé au challenge, avec l’accord de Val, les logos qu’elle a créé sont toujours d’actualité :

Et je vous en propose d’autres de ma composition également :

Juste deux obligations :

–          me faire parvenir régulièrement le lien vers vos lectures à la suite de l’article qui sera créé très bientôt,
–          intégrer un des  logos du challenge dans vos articles .

Pour ceux qui n’ont pas de blog et qui voudrait participer, je peux envisager, de créer une page où serait compilés tous vos avis rédigés sur les œuvres (livres / CD/ etc.) à la suite les uns des autres avec un copier/coller des textes que vous m’enverrez via ma boite mail. A voir si certains sont intéressés.

Pour vous inscrire, il suffit de me donner le lien vers votre billet d’inscription ou de m’indiquer votre inscription pour ceux qui n’ont pas de blog : sur cette page en cliquant ICI en commentaire UNIQUEMENT.

Un billet récapitulatif avec les liens vers vos lectures (ou autres) sera mis en place dès les premières inscriptions ;)