In My MailBox #8

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Il s’agit d’un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

Quoi de neuf dans mon sac ou ma boite aux lettres cette semaine ?

Ma PAL continue de faire un bond en avance ! Une semaine très riche en réception de lot de concours, de craquage à La Porte des Mondes, de prêts de mes coupines choupi, Natiora, Lilith et NyrA et de trocs !!!!

J’ai d’abord trouvé dans ma BAL les exemplaires gagnés chez Place-to-be !!!! La vie et moi et Merci pour les souvenirs de Cecelia Ahern !!!

Puis Élie et l’Apocalypse – Tome 1 – Les Trois Sages d’Elen Brig Koridwen, gagné lors du grand concours organisé par Thibaut (Les chroniques de Thib), Tom (La voix du livre) et Nathan (Le cahier de lecture de Nathan) pour l’anniversaire de leurs blogs, avec un MP !

J’ai ensuite reçu l’exemplaire de La Baronne des Monts-Noirs de Céline Guillaume gagné lors d’un concours organisé par Céline Guillaume elle-même !!!! UN ÉNORME MERCI à elle !!!! Et quel exemplaire ! Dédicacé, accompagné de carambars, de MPs/flyers et d’une carte !!!! Juste magnifique ❤

Voici le livre et les MPs/flyers :

Puis j’ai reçu le lot gagné sur la page FB des Éditions Fleuves Noir, gagné il y a quelques temps déjà : Peter James : A deux pas de la mort

Et un MP dédicacé d’Ambre Dubois : Les Damnés de Dana, la Dame Sombre, gagné grâce à la chasse aux trésors des petites maisons d’édition de Chica !

Lundi chez Cindy de La Porte des Mondes, j’ai craqué pour Le Lamento des Ombres de Les Enfants de Walpurgis aux Éditions du Chat Noir et pour le recueil de nouvelles de Mathieu Guibé & Cécile Guillot : Quintessence Hiémale

Puis, semaine du Club de lecture et du troc culturel Alille.com, j’ai vu mes coupines lectrices/blogueuses amoureuses des livres !

Elles m’ont prêté : Côté Face d’Anne Denier (en cours de lecture) et Hunger Games de Suzanne Collins, merci NyrA !

Merci à Natiora pour le prêt de Entrez… et Les contes d’Amy de Frédéric Livyns !

Prêt de Lilith, encore merci : JFK de Jim Garrison, Le cercle des poètes disparus de N.H. Kleinbaum et Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson.

Voilà qui va me faire avancer dans mes challenges !

Et troc Alille.com oblige, je me suis séparé de livres mais pour en gagner d’autres !!!! Quand je disais que ma PAL explose !

– Léa Silhol : La sève et le givre et La Tisseuse

– Tatiana de Rosnay : Le voisin ; Agatha Christie : Un, deux, trois,… ; Nora Roberts : La maison aux souvenirs ; Linwood Barclay : Cette nuit-là

– Amanda Stevens : La poupée brisée et Kristina Ohlsson : Les enfants de cendres

– Hugues Douriaux : Le temps des loups et Henri Loevenbruck : Le syndrome de Copernic

Bon et bien avec tout ça et ceux de la semaine dernière : rendez-vous dans deux vies !!!

Et vous de bonnes surprises dans votre BAL cette semaine ?

Le Grand Secret de René Barjavel

Livre choisi en lecture commune pour la 12ème rencontre du Club de Lecture Alille.com

 

Pocket, 384 pages, 6,10 €

Résumé

Pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, je n’en dirai pas trop sur l’intrigue mais surtout je ne dévoilerai pas le Grand Secret ! Du coup, je vais être assez limitée dans l’écriture de mon ressenti, je serais obligée de laisser quelques impressions de coté.

L’histoire débute en 1955. Elle commence par la présentation de Jeanne et de Roland, qui s’aiment d’un amour fou et passionné. Pourtant chacun est marié et parent, ils sont obligés de se voir en cachette, bien que le mari de Jeanne, brillant professeur, plus âgé qu’elle, le sache. Lui ne voulant que son bonheur, il accepte, alors que la femme de Roland, elle est dans l’ignorance totale.

En parallèle, Nehru, le premier ministre de l’Inde, en plein conseil des ministres, reçoit un appel d’un laboratoire de recherche du pays et arrête sa réunion pour se rendre au plus vite à la rencontre de Shti Bahanda, scientifique, à Bombay. Ce dernier doit lui faire part au plus vite de sa découverte ! Cette découverte qui devra le plus Grand Secret de tous les temps. C’est le secret de la plus grande peur et du plus grand espoir du monde.

Nehru organise alors un voyage à travers le monde afin de rencontrer les chefs d’état des plus grandes nations. Il leur révèle le Grand Secret (sans que nous lecteurs soyons mis dans la confidence) mais ce secret est tellement porteur de conséquences, que même dans ce contexte historique de Guerre Froide, les plus grands s’unissent pour le maintenir secret au-delà de leurs oppositions politiques. Entre temps, de nombreuses personnes disparaissent dans des circonstances suspectes ; Jeanne et Roland sont séparés quand ce dernier disparaît à son tour.

 Mon avis

Le livre est assez facile à lire, le découpage en chapitres plus ou moins longs permettent d’alterner entre les faits historiques romancés et les progrès (ou déceptions)  de Jeanne partie à la recherche de son grand amour disparu. Ce découpage donne du rythme à la lecture. Le début est un peu longuet, avant que le Grand Secret ne soit encore connu, on peut se demander où Barjavel veut nous emmener. Toutefois,  cette mise en place contribue au suspense  et donne envie au lecteur de connaître le Grand Secret.

J’ai beaucoup aimé l’intrigue scientifique (même si j’avais deviner le grand secret après l’explication de Mélanie lors du club de lecture), les imbrications entre les faits historiques et le grand secret qui expliqueraient, entre autres, la cause de l’assassinat de Kennedy, le comportement de De Gaulle en mai 1968, les voyages de Nixon à Moscou et à Pékin, etc. J’aime quand les anecdotes historiques contées collent avec l’intrigue développée par l’auteur. On pourrait tout à fait croire que les faits se sont vraiment passés comme ça !

Puis, le Grand Secret une fois dévoilé, à travers les actions et les réflexions des personnages, le lecteur est amené à réfléchir lui aussi sur les conséquences de cette découverte (« qu’aurais-je fait à la place des chercheurs, des hommes d’état ? Si c’était réel, est-ce que j’aurai envie de savoir ? …).

Je n’ai pas adhéré au couple Jeanne / Roland et à la façon qu’à Barjavel de décrire la passion amoureuse. Le livre est parfois inégal mais comme les chapitres peuvent être courts, ça n’est pas un frein à la lecture. Le début n’a pas été une réussite pour ma part, et j’ai commencé à accrocher vraiment qu’une fois Roland disparu. Pas que je n’ai pas aimé son personnage, mais à partir de ce moment-là, l’histoire est beaucoup plus intéressante.

Même si la fin est logique (non non, vous ne saurez pas !), je trouve qu’elle va beaucoup trop vite.

Bon, je n’en dirais pas plus, mais si vous voulez savoir le reste, je vous invite à vous rendre sur le site du Club de Lecture Alille.com, nous allons très certainement échanger sur le livre par écrit après l’avoir fait hier lors de notre rencontre. Là je pourrai parler plus librement de mes impressions sur la fin.

Au final

J’en ressors mitigée, je n’ai pas craquée sur Barjavel même s’il y a de bons cotés. C’était mon premier de cet auteur, j’ai La nuit des temps dans ma PAL donc sure j’en lirai un deuxième. Il me plaira peut être plus.

La Horde du Contrevent d’Alain Damasio

Avant de vous proposer un billet sur ma dernière lecture, je continue dans mes derniers coups de cœur. Après Batignolles Rhaposdy, je vous présente Les Hordes du Contrevent d’Alain Damasio.

Il s’agit d’une lecture dans le cadre du Club de lecture auquel je participe, lecture du club de février.

Folio SF, 700 pages, 9,90€

Résumé (4ème de couverture)

Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu’un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s’y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d’eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu’en Extrême-Aval ait été formé un bloc d’élite d’une vingtaine d’enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueule, leur vie durant, le vent jusqu’à sa source, à ce jour jamais atteinte : l’Extrême-Amont.
Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m’appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l’éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l’azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l’ultime.

Mon avis

J’avoue, j’y suis allée à reculons. Encore de la Fantasy, de la SF (à peu près 1 livre sur 2 dans le club cette dernière année) encore un livre énorme (700 pages), des critiques mitigées et acerbes sur certains sites internet. Et bien comme quoi, faut toujours se faire son propre avis : ce livre est pour moi une EXCELLENTE SURPRISE !!!!! Loin de ce que je lis d’habitude et pourtant j’ai beaucoup aimé.

J’ai d’abord eu du mal à rentrer dans l’histoire -pas du fait qu’il y ait plusieurs narrateurs (en effet, la Horde se compose de 23 protagonistes, repérés par l’auteur par des symboles divers (ex : Ω pour Golgoth, ∏ pour le Prince,…)- plutôt parce que j’ai commencé en lecture hachée dans les transports en commun et parce qu’au début ils sont déjà en route depuis 30 ans, ça m’a perturbé. Mais finalement, le style est travaillé et très efficace, les personnages attachants et singuliers. Alors une fois commencé, très difficile de lâcher ce livre ! J’ai mis de coté dans ma lecture les aspects philosophiques et “sur le sens de la vie” pour le prendre comme un vrai roman d’aventures. On est dans la horde, on vit la horde, on devient la horde! (Et cela c’est très fort de la part de M. Damasio !).

On tremble, on s’émeut, on les encourage, on partage leurs victoires et leurs abattements.
Et finalement, une fois fini, toutes les symboliques nous rattrapent, la quête de la vie, le chemin qu’on suit, les défis, les peurs à combattre, rester debout, continuer, le courage, être humain, être différent, savoir renoncer, l’entraide, et j’en oublie, et font que le livre marque par sa forme, son contenu, ses idées.

Petit bémol

On sait un peu trop tôt (à 250/300 pages de la fin) à mon gout comment va certainement finir cette histoire, ou comment vont tourner les événements.

La fin est cohérente, peut être un peu frustrante, mais c’est un point de vue personnel, beaucoup de membres du club n’ont pas ressentie la fin de cette manière.

Mais sinon

Et s’il y a un jour une suite même si elle ne reprend pas l’idée de horde (c’est ce qu’on peut lire ici et là sur le net) mais garde l’univers créé par l’auteur, je dis banco !

Concernant les personnages, il y a un très gros travail de l’auteur, j’ai lu qu’il a mis 4 ans à faire les fiches des personnages ! Il est vrai que prendre 23 protagonistes au départ est un défi, et c’est réussi.
Ma préférence va à Caracole le troubadour qui en sait beaucoup (trop?). Et ensuite Sov, qui se pose moultes bonnes questions, Aoi la sourcière, Callirohé la feulleuse et Steppe celui qui connait les plantes et la nature en général.

Mais c’est difficile de ne pas les “aimer” tous parce que la 34ème horde est un personnage à part entière, chacun en fait partie, a son savoir, ses qualités et ses défauts, ils en deviennent presque parfois indissociables!

Mention spéciale à Golgoth, bourrin et vraie force de la nature, spécial mais qui nous touche quand même !

La Horde du Contrevent pour moi c’est une grosse claque (une grosse rafale de vent 😉 ) Une très belle découverte, je le conseille à tout le monde !