Le crime du golf d’Agatha Christie

26091_1202984

Mon édition : Le Masque, 251 pages, occasion

4ème de couverture

Une fois n’est pas coutume, cette enquête d’Hercule Poirot nous mène en France d’où M. Renauld – un monsieur qui semble avoir des moyens – a lancé un SOS impérieux au détective. Une limousine attendra Poirot et son ami Hastings à Calais… Mais à Calais, point de limousine : c’est que M. Renauld a été assassiné dans la nuit. On l’a trouvé lardé de coups de couteau dans le dos, au fond d’une tombe ouverte, creusée dans un terrain de golf… L’enquête ne sera pas facile : M. Renauld était bien discret sur son passé en Amérique du Sud ; et bien mystérieuses sont les deux femmes qui, aux dires des domestiques, le rencontraient souvent le soir… Mais Poirot est là, furetant partout, à récolter le moindre indice…

Résumé

Dans le train pour Calais, Hastings tombe sur une bien charmante mais agaçante demoiselle. Grâce à elle, le trajet passe plus vite et la traversée vers l’Angleterre a déjà un parfum de nostalgie. A Londres, Hastings retrouve Poirot qui s’ennuie à mourir. Bien vite pourtant, le courrier leur apporte une nouvelle aventure. Un riche homme d’affaire, M. Renauld, installé en France depuis peu, demande au célèbre détective belge de l’aide. Il reste très mystérieux sur les raisons de sa demande mais prie expressément Poirot de venir en France et de le rencontrer au plus vite. Ni une, ni deux, Hastings et Poirot se rendent à Calais où une voiture doit les attendre. Point de véhicule à l’arrivée cependant. Ils louent alors une voiture. Arrivés à Merlinville-sur-Mer, la police est sur les lieux.  M. Renault a été retrouvé mort… Poirot est arrivé trop tard…

Mon avis

Avec Agatha rien n’est jamais fortuit et j’aime ça !

J’avais envie d’une auteure doudou dans un passage à vide livresque et je suis bien contente d’avoir pris dans ma PAL le crime du golf.

Comme à son habitude, le célèbre détective Poirot met de côté les affaires trop conventionnelles pour se consacrer à un appel à l’aide d’un obscur homme d’affaires, M. Renauld, qui dans sa lettre ne s’explique même pas sur les raisons de sa demande. Mais arrivés dans la petite ville de Merlinville-sur-Mer, Poirot et son fidèle associé Hastings apprennent l’assassinat de M. Renauld. Tué prêt du futur golf, poignardé par derrière. Adieu l’invitation et l’enquête? Pas du tout, car la renommé du détective belge et surtout la lettre du défunt,cet appel à l’aide, lui permettent de participer à l’enquête de la police française. Bien entendu, la femme de M. Renauld est effondrée, elle ne peut pas pour le moment raconter ce qu’elle sait mais les employés racontent déjà qu’ils l’ont retrouvée ligotée sur son lit. Le fils du couple est quand à lui absent, parti à l’étranger pour affaires à la demande de son père.

L’enquête va vite révéler que M. Renauld recevait régulièrement la visite d’une dame. Habitante de la villa d’à côté. Se pourrait-il que le défunt entretenait une liaison avec cette Mme Daubreuil ? L’œil acéré de Poirot et sa façon de fureter partout seront bien utiles pour découvrir le fin mot de l’histoire. Le coupable et les raisons de ce meurtre. Et comme tout cela s’est déroulé.

J’ai passé un très bon moment avec cette lecture d’un après-midi. Déjà retrouver Poirot, c’est toujours un délice. Sa maniaquerie, sa façon d’être, d’épier sans se faire remarquer, pince sans rire, son air hautain et ses manières d’une autre époque. Mais quel cerveau ! Quel incroyable talent de déduction. Le meilleur élève de Joseph Bell (https://www.youtube.com/watch?v=h6oxaidos-c) ! C’est vraiment mon personnage préféré de la grande Agatha.

Dans le crime du golf, j’ai beaucoup aimé la relation entre Poirot et Hastings. La façon dont le capitaine est toujours en train de se demander de que pense Poirot, il le trouve un peu dépassé, peu enclin aux nouvelles méthodes et pourtant il doit bien reconnaître qu’il a la chance de suivre le meilleur ! Le lecteur découvre Giraud l’inspecteur français si différent du petit belge. La nouvelle génération qui épluche une scène de crime mais malheureusement n’établit de théorie qu’à partir des indices retrouvés. Tout ce qu’il ne faut pas faire ! Alors qu’Hercule Poirot lui utilise la déduction, et en maitrise parfaitement l’art ^^

En parlant d’art, celui d’Agatha Christie est d’imaginer des histoires où on ne voit pas venir l’évidence ^^ Où l’on se pose moultes questions. Et quand on pense que l’histoire est terminée et bien non ! Il y a encore un rebondissement que le lecteur n’a pas vu venir ^^ Excellent. Ici, on comprend peut-être un peu plus vite que dans d’autres histoires ce qu’il se trame mais sans jamais savoir qui a bien pu tuer M. Renault. On a bien quelques révélations au milieu du récit mais on n’a pas encore toutes les clés ^^  Comme à chaque fois, nous sommes comme Hastings en train de relier les éléments entre eux mais toujours moins vite d’Hercule Poirot.

J’adore l’atmosphère un peu vieillotte du récit, des villes, le voyage en train, location de voiture, villas au bord de la mer… C’est le charme du roman et finalement, il y a suffisamment peu de détails pour que le récit ne se démode jamais.

L’intrigue est incroyablement bien ficelée, c’est toujours un plaisir de retrouver l’esprit vif et retord d’Agatha. C’est court, rythmé, avec un suspense ménagé. Alambiqué comme il faut. Toujours une réussite.

Mon seul bémol, c’est que je ne suis pas fan des récits au travers des yeux d’Hastings. Et puis, il est un peu trop au centre d’une intrigue secondaire à base d’amour et de bons sentiments et ça m’a pas vraiment plu. Le personnage a tendance à m’agacer. Mais bon, ça fait du charme de l’histoire ^^ Heureusement, ces aspects du récit ne durent jamais trop longtemps.

En bref, une excellente lecture détente, peut-être pas le meilleur avec Poirot mais c’est quand-même toujours un régal. A découvrir ou redécouvrir.

Publicités

Top Ten Tuesday #21

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

 Le thème de cette semaine est:

Les 10 auteurs qui vous ont fait aimer la lecture

Jules Verne avec Les Enfants du Capitaine Grant, l’île mystérieuse, Voyage au centre de la Terre, ….

Alexandre Dumas avec Les 3 mousquetaires, Le Vicomte de Bragelonne et Vingt ans après

La Comtesse de Ségur : Les malheurs de Sophie, Un bon petit diable, Les Petites Filles Modèles, …

Agatha Christie, beaucoup de Hercule Poirot

Georges Chaulet avec la série des Fantômette !!!!

Maurice Leblanc, ah là là, Arsène Lupin

Caroline Quinn avec la collection des Alice, la première détective que j’ai lu

J.K. Rowling : Incontournable Harry Potter

Roald Dahl avec notamment James et la grosse pêche et Charlie et la chocolaterie

Arthur Conan Doyle : Sherlock Holmes

EDIT (ça fera 11 mais tant pis)

Marcel Pagnol  avec notamment La gloire de mon père, Le Château de ma mère, Jean de Florette, Manon des Sources, etc.

Le thème de la semaine prochaine :

Les 10 livres de la rentrée littéraire que vous attendez avec impatience

N’hésitez pas à me donner les vôtres en commentaire ou le lien vers votre TTT 🙂

C’est lundi, que lisez-vous ? #7

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

La semaine dernière,  j’ai lu Un secret de Philippe Grimbert, Dix petits nègres d’Agatha Christie et j’ai commencé Un autre de Christophe Nicolas.

Que vais-je lire cette semaine ?

Je continue Un Autre de Christophe Nicolas. Si je le finis cette semaine, je commencerai peut être La chambre des morts de Franck Thilliez.

Un autre de Christophe Nicolas

« Au milieu de la nuit, deux hommes débarquent chez Sam et le jettent sur la banquette arrière d’une voiture, un sac de toile sur la tête, le canon d’un revolver contre la tempe. Samuel Marx a accumulé les dettes depuis son divorce, et l’ardoise a été rachetée par un dangereux mafieux. Mais Sam réussit à s’enfuir en volant la voiture du caïd, et sa cavale le mène dans un village où débute l’étrange méprise… Pourquoi le pompiste l’appelle-t-il Vince ? Et pourquoi cette jeune femme l’accueille-t-elle chez elle et l’embrasse en croyant étreindre son mari ? »

Que vais-je lire la semaine prochaine ?

La chambre des morts de Franck Thilliez si Un Autre me prend la semaine, et peut être bien Starters de Lissa Price ou  La vie est un arc-en-ciel de Cecelia Ahern.

Et vous que lisez-vous ?

Dix petits nègres d’Agatha Christie

Le livre de Poche, 5,30€, 222 pages (avec la post-face)

Quatrième de couverture

Dix personnes apparemment sans point commun se retrouvent sur l’île du Nègre, invités par un mystérieux M. Owen, malheureusement absent. Un couple de domestiques, récemment engagé, veille au confort des invités. Sur une table du salon, dix statuettes de nègres. Dans les chambres, une comptine racontant l’élimination minutieuse de dix petits nègres. Après le premier repas, une voix mystérieuse s’élève dans la maison, reprochant à chacun un ou plusieurs crimes. Un des convives s’étrangle et meurt, comme la première victime de la comptine. Une statuette disparaît. Et les morts se succèdent, suivant le texte à la lettre. La psychose monte. Le coupable se cache-t-il dans l’île, parmi les convives ?

Résumé

L’ïle du Nègre a été récemment achetée par une mystèrieuse personne dont l’identité est cachée, une star du cinéma ? M. Owen ? Un excentrique millionnaire ? L’amirauté britannique y ferait-elle des expériences ? Personne ne le sait, même pas Mr et Mrs Rogers les deux domestiques récemment embauchés pour s’occuper de l’île et des invités. Car Mr  O’Nyme (c’est comme ça que se nomme le propriétaire dans ma version), a invité 8 personnes à séjourner sur l’île :

– Emily Brent vieille demoiselle âgée de 65 ans. Elle a reçu une éducation très stricte de son père, colonel de la vieille école. Elle vient sur l’île croyant être conviée par une connaissance effectuée 2 ou 3 ans plus tôt en vacances.

– le Dr Amstrong  médecin très en vogue, d’une intégrité indiscutable et très compétent d’un point de vue professionnel, se rend sur l’île pensant que Mrs O’Nyme souffrante a besoin de ses services,

-William Henry Blore, officier de police qui dirige une agence de détectives à Plymouth. Celui-ci a pour pseudonyme Mr Davis, pour ne pas qu’on le reconnaisse en temps que policier, mais il annonce très vite sa véritable identité aux autres convives. Il est convié par Mr O’Nyme lui-même pour veillé à la sécurité du site pendant le séjour en sa qualité de détective.

– Véra Claythorne, femme assez jeune, nerveuse et rongée par le passé. Elle était la gouvernante d’un enfant nommé Cyril puis professeur de physique dans un établissement de troisième ordre. Elle pense venir pour être la secrétaire de Mme O’Nyme (en intérim).

– Philip Lombard, capitaine fort, grand et aux petites moustaches. Il part souvent à l’étranger et a été mêlé à de multiples scandales. Il vient sur l’île à la demande d’un certain Mr  Morris en échange de 100 guinées.

– le Général Macarthur qui a eu une conduite courageuse pendant la Grande Guerre. Il pense venir retrouver de vieux copains militaire comme lui.

–  A.J. Marston, jeune homme charmant au physique de jeune premier. Il conduit vite de très belle voiture de sport.  Il pense être convié sur l’île par son ami Badger Berkelery.

– le juge Wargrave, magistrat respecté, remarquable et honnête. Il pense être invité par une ancienne amie Lady Constance Culmington.

A leur arrivée sur l’île, ces 8 personnes sont surprises et perturbées par l’absence de leurs hôtes. De plus, elles commencent à se rendre compte qu’elles n’ont pas toutes été conviées par la même personne.

Lors de la première soirée sur l’île après le repas, une mystérieuse voix se fait entendre dans le salon annonçant que les 10 personnes présentes sont coupables de la mort de certaines personnes qui sont clairement identifiées (nom + date). Les 10 protagonistes commencent alors à se défendre de ces accusations et cherchent par qui elle a pu être proférée. Mrs Rogers se trouvant mal est conduite à sa chambre et le Dr Amstrong lui fait prendre un somnifère. De retour en bas, les « invités » découvrent dans la pièce voisine que le message accusateur a été diffusé par un disque sur un gramophone.  Quand soudain, après avoir bu un énième whisky, le jeune Marston s’effondre, foudroyé. Il a été empoisonné. Est-ce un suicide ou un meurtre ? Le lendemain matin, Mrs Rogers est retrouvée morte dans son lit, ayant succombé dans son sommeil. S’était-elle suicidée, coupable de l’accusation portée contre elle et rongée de remord  ? As-elle été tuée? L’angoisse monte, personne ne vient comme tous les matins apporter le courrier et les provisions. Les 8 personnes présentes semblent bel et bien piégées sur l’île. Quand le Général MacArthur est retrouvé mort, il n’y a plus de doute possible, un assassin est sur l’île. Qui peut-il être ? Les crimes sont similaires à la comptine affichée dans chaque chambre  » 10 petits nègres » … des statuettes disparaissent à chaque mort … Est-ce l’œuvre d’une personne qui se cache sur l’île, d’un des convives, d’un fou ?

Mon avis

J’ai adoré ma lecture ! J’ai encore une fois été scotchée par Agatha !!!!

L’intrigue, très bien ficelée, est centrée sur une succession de crimes, on a les pensées de chacun des personnages et on ne peut quand même pas savoir si le coupable est parmi eux ! Cela permet à la tension de monter progressivement. Même si on lit la berceuse au début du roman, que l’on fait le rapprochement dans la succession des meurtres, on est quand même surpris de la façon dont tout cela se passe. Agatha Christie réussi à faire monter la peur et l’angoisse, le lecteur se sent piégé et pris en tenaille lui aussi. C’est très efficace.

Comme d’habitude, c’est très bien écrit avec les détails qu’il faut au moment où il les faut. C’est impressionnant d’être dans la tête des protagonistes mais de na pas réussir à démêler les nœuds de l’intrigue ! A chaque fois, que l’on pense avoir trouvé, hop retournement de situation et faut tout reprendre au début. C’est excellent !

Le livre se lit vite, on est happé par l’histoire, on veut savoir ce qui va arriver à ces personnages, vont-ils tous mourir? Par qui ? Comment ?  Sont-ils coupables des crimes dont ils sont accusés? On s’attache aux personnages, pourtant tous si différents, ils sont tous brillamment dépeints par Agatha, qui vous fait passer avec brio les sentiments ressentis par les personnages présents sur l’île.

Comme Agatha Christie le dira elle même, le roman est clair, direct et déroutant, la conclusion est plausible, la personne responsable ne se devine pas en 5 minutes et la succession des morts ne tourne pas en ridicule, tout reste cohérent et possible. Si certains ont tendance à lire la fin avant le début, c’est largement déconseillé. C’est vraiment se laisser guider du début dans l’intrigue qui permet la montée d’angoisse, les questionnements et d’être bluffer par la lecture.

J’ai encore passé une excellent moment avec la reine du roman policier (même si ici c’est un polar sans policier) ! En 2007, Dix petits nègres était dans la liste des ouvrages les plus vendus au monde, le premier roman policier et le septième livre tous genres confondus. Comme quoi, les histoires, le suspens et le talent d’Agatha Christie sont encore plus que jamais d’actualité. J’ai hâte d’ouvrir un autre Agatha et encore un autre, et un autre, et un autre…. 🙂

*****************

Sans le vouloir, j’ai vu que cette lecture rentre dans le cadre du Challenge  La littérature fait son cinéma (2e année) via le blog Kabaret Kulturel

Plusieurs films ont été réalisés sur cette histoire.