Sans raison… de Mehdy Brunet

sans raison

Editions Taurnada, 9,99€, 287 pages

Merci aux Editions Taurnada de me permettre à nouveau la découverte d’un de leur titre 🙂

4ème de couverture

Je suis dans cette chapelle, avec ma femme et mes deux enfants, je regarde le prêtre faire son sermon, mais aucun son ne me parvient.
Je m’appelle Josey Kowalsky et en me regardant observer les cercueils de ma femme et de ma fille, mon père comprend.
Il comprend que là, au milieu de cette chapelle, son fils est mort. Il vient d’assister, impuissant, à la naissance d’un prédateur.

Mon avis

Une très bonne lecture même si j’avoue ne pas avoir adhérer à tout ^^

Josey Kowarsky et son fils assistent à un match de football au stade de Bordeaux, une surprise que leur a fait l’épouse de Josey. Une sortie entre garçon pour une des plus belles affiches de la saison. Christine, elle, reste avec leur fille de 8 ans pour une soirée DVD. Quand pendant la mi-temps du match, Josey essaie de joindre sa femme, il n’y parvient pas. Comme le match reprend, il n’y prête pas plus attention. Sur la route du retour, à quelques rues de chez lui, il croise une camionnette tous phares allumés qui l’ébloui et le fait sortir de la route. Plus de peur que de mal, il reprend la route. Arrivé chez lui, Josey s’aperçoit vite que quelque chose ne va pas, la porte d’entrée est ouverte, les lumières allumées et les filles ne répondent pas quand il les appelle. Il doit se rendre à l’évidence, elles ont disparu, et de façon inquiétante. Que s’est-il passé? Josey appelle son père, Aleksander, pour qu’il vienne chercher William et il appelle ensuite la police. Une enquête commence. Les premières heures sont cruciales mais il n’y a aucun indice, à part la camionnette à la conduite sportive dans les petites rues. Quand Josey reçoit un mail avec une vidéo attachée, sa vie commence à basculer…

L’histoire est bien menée, les codes du thriller sont très bien exploités. L’intrigue n’est peut être pas la plus originale, on voit venir pas mal de choses, mais elle a le mérite de nous confronter aux choix du personnage principal. De rentrer dans sa tête, de le suivre dans ses faits et gestes. Je me suis attachée à ce personnage même si je n’approuvais pas tout de ses actes, une part de moi avait envie de le voir réussir, une autre de me révolter ! De plus, ce roman est très bien écrit, fluide, concis, explicite. Il y a beaucoup de rythme, on ne s’ennuie pas une seule seconde, pas le temps ! Comme Josey on est toujours en mouvement.

Un thriller haletant, qui se lit vite. J’avais envie de savoir ce qu’allait faire Josey, ce qu’il allait décidé, jusqu’où il irait. Et même si je n’ai pas adhéré à ses choix, je ne pouvais m’empêcher de continuer. Le dilemme c’est que j’arrivais à le comprendre même si je ne pouvais pas cautionner ce qu’il faisait.

Déjà, on est horrifié parce qu’il arrive à la famille de Josey. Comme lui, on va alors ressentir des émotions fortes : souffrance, tristesse, révolte. Puis viendront la prise de conscience, la volonté d’agir. Mais que faire ? La haine engendrera-t-elle le goût de la vengeance? Dans Sans raison…, on aborde la noirceur de l’âme humaine. Cela aurait pu être encore plus poussé mais je trouve que là, c’est parfait, bien dosé parce que ça reste encore assez cohérent et réaliste. Même si certaines réactions de personnage m’ont un peu fait tiqué, je dois le reconnaître. Le roman aborde aussi l’enquête des policiers, qui piétine et la notion de justice. Il garde aussi une part de mystère, le pourquoi de tout cela ? Et là, j’ai apprécié comment a travaillé l’auteur, par touche on commence à comprendre. Mais est-ce possible ? Pourquoi ? Mais ça ne peut pas être ça ? Jusqu’à ce qu’on comprenne avec le comportement des personnages qu’une hypothèse est plus probable qu’une autre. Je suis assez contente d’avoir compris avant que cela nous soit explicitement révélé.

J’ai beaucoup aime le père de Josey, c’est un beau personnage. Une force de la nature qui n’a pas eu l’affection d’un père mais qui ferait tout pour sa famille même aller au delà ce qu’il pourrait être capable, de supporter, … qui n’a pas honte d’avouer qu’il a peur, etc. Vraiment, j’ai beaucoup aimé Aleksander. Et inversement, j’ai détesté d’autres personnages à un point ! Mais je ne vous en raconte pas plus !

J’ai trouvé la fin un peu trop rapide, peut être qu’au fond j’avais envie de suivre encore la famille Kowalski. Et puis, je suis intriguée maintenant par les toutes dernières lignes. Nul doute que Medhy Brunet n’en a pas terminé avec certains de ses personnages et que le lecteur pourra un jour retrouver sa plume et son style ^^

Merci encore aux Editions Taunada pour la découverte et la publication de romans très efficaces.

Les apparences de Gillian Flynn

9782253164913-T

Le livre de poche, 696 pages, 8€60

4ème de couverture

Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan pour s’installer dans le Missouri. Un jour, Amy disparaît et leur maison est saccagée. L’enquête policière prend vite une tournure inattendue : petits secrets entre époux et trahisons sans importance de la vie conjugale font de Nick le suspect idéal. Alors qu’il essaie lui aussi de retrouver Amy, il découvre qu’elle dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d’autres plus inquiétantes. Après Sur ma peau et Les Lieux sombres, Gillian Flynn nous offre une véritable symphonie paranoïaque, dont l’intensité suscite une angoisse quasi inédite dans le monde du thriller.

Résumé

Tout commence le Jour où. Où Nick passe au bar qu’il tient avec sa soeur jumelle Margo. Où il se confie sur le 5ème anniversaire de mariage et le fait qu’il n’ait pas acheté de cadeau à sa femme Amy. Où le voisin de Nick l’appelle en pleine matinée pour lui dire que la porte de chez lui est grande ouverte et que le chat est dehors. Où Nick revient chez lui, ce lieu qu’il évite et où il découvre un salon sans dessus dessous et une maison vide. Où Amy sa charmante et belle épouse a disparu. Que s’est-il passé ? Où est Amy ? Est-elle encore en vie ? Nick est-il responsable de sa disparition ? La police va mener son enquête alors que Nick mal à l’aise, clame son innocence.

Mon avis

Un très bon thriller même si j’ai trouvé la fin un peu longuette.

Le choix de l’auteur se porte sur une narration en 2 points de vue, celui de Nick quand il découvre la disparition de sa femme et celui d’Amy à travers son journal intime. L’alternance de narration est extrêmement bien réalisée. L’auteure a vraiment su se mettre tantôt à la place de Nick, tantôt à celle d’Amy. C’est vraiment très bien construit.

Tout d’abord Nick nous raconte sa rencontre avec Amy, une femme sympathique, cool, belle et intelligente. Mais il ne sait jamais à quoi sa femme pense vraiment. Amy qui essaie de vivre malgré l’ombre de son personnage L’épatante Amy. L’héroïne d’histoires pour enfants que les parents psychologues ont écrits, sur une Amy idéalisée. Au point qu’Amy n’a jamais semblé aussi loin de ce personnage ! Amy dont le lecteur parcourt le journal intime. Elle aussi nous raconte sa rencontre avec ce beau garçon, installé à New York mais originaire du Missouri, journaliste. Tout de suite, ils s’entendent à merveille et même s’ils se quittent de vue un certain temps, c’est pour mieux se retrouver, comme le hasard fait bien les choses.

Mais la crise financière passe par là et Nick perd son travail, puis c’est au tour d’Amy et quand Nick apprend que sa mère est atteinte d’un cancer et qu’elle n’en a plus pour très longtemps, il décide de s’installer dans le Missouri. Un style de vie à des années lumière de ce que connait Amy. Mais elle le suit et fait de son mieux pour s’adapter à cette vie. Deux ans après leur arrivée, Amy disparait, le jour de leur 5ème anniversaire de mariage. Qu’est-il arrivé à Amy ? Nick a-t-il quelque chose à se reprocher? Est-ce une dispute qui a mal tournée ? Car depuis quelques temps, leur mariage s’est dégradé. Prise de tête, désaccords, et autres. La police commence son enquête et quand elle commence à trouver des indices accablants sur Nick, le lecteur se pose de plus en plus de questions. Surtout que Nick ,qui a des difficultés à exprimer ses émotions, n’agit pas de la meilleure façon, il semble cacher quelque chose. Il ment à la police. Pourquoi ? A-t-il fait du mal à sa merveilleuse épouse ? L’opinion publique commence à s’emballer. Les voisins font des révélations. Et le journal d’Amy nous apprend de terribles vérités… Que c’était-il passé ce jour là… ? Le récit à deux voix permet d’être encore plus proche de Nick et Amy, on est dans leur tête. Et parfois, on préférait être ailleurs !

Une construction magistrale, on se pose des questions, on collecte les indices, les incohérences? On essaie de déduire des choses, de décrypter les non-dits. Et plus on progresse, plus on découvre de choses, plus notre opinion change. Certains lecteurs ont trouvé le début trop long, moi je l’ai trouvé fascinant ! La psychologie des personnages principaux est hyper détaillée, travaillée. Très complexe. C’est un régal. Le livre porte super bien son titre. Les apparences, l’image que l’on donne, que l’on pense donner, que les autres perçoivent. Le livre est aussi là dessus. Le lecteur découvre en même temps que Nick, les évolutions de l’enquête de la police et tout s’enchaine avec précision, une course infernale. Telle la chasse au trésor qu’Amy organise chaque année à Nick pour leur anniversaire de mariage. Dans celle-ci, plus que les années précédentes, Nick va découvrir plus de choses sur lui et sur sa femme.

Et puis, le contexte est détaillé, précis et chacun de ces détails a son importance. Le travail des personnages est important que cela soit dans le moment du récit, lors de la disparition d’Amy, que les passages avant ce drame. Le couple heureux à New York qui change une fois dans le Missouri. Les soucis d’argent. Les parents de Nick, ceux d’Amy. Les bons et mauvais moments qui nous permettent de comprendre et connaitre Nick et Amy. Certains personnages sont complexes et effrayants. Amy n’est plus si cool, si parfaite dans le Missouri, Nick se met plus facilement en colère, il boit. Que se passe-t-il dans leur relation ?

J’ai bien aimé Nick bien qu’il ait des défauts (et un rédhibitoire pour moi d’habitude d’ailleurs). Mais ce chic type, est-ce un tueur, un homme violent ? Que cache-t-il ? Par contre, d’un côté j’ai aimé Amy et d’un autre pas du tout. Compliquée, ambiguë.  A la fois sympa mais hautaine. A la fois chaleureuse et glaciale. Ce qu’en fait l’auteure est génial. On ne sait jamais comment se placer.

La fin m’a laissée perplexe mais elle colle parfaitement avec le récit et les événements. J’irai même jusqu’à dire qu’elle est originale et cohérente. Mais terrifiante aussi d’un autre côté. Elle met mal à l’aise. C’est parfois glaçant. L’esprit tordu de certains personnages filent les jetons ! Certaines choses sonnent tellement vraies parfois que s’en est effrayant. Mais l’ensemble de l’intrigue est bien mené, bien construit. On dévore pour savoir ce qu’il va se passer. Ce que va être le rebondissement final. Les personnages secondaires sont importants, la soeur de Nick, les parents d’Amy. Ils permettent de comprendre certaines choses. Il y a aussi l’avocat de Nick : Tanner, la journaliste Ellen Abbott, … une galerie de personnage, tout sourire et/ou  venimeux. Emblématique de l’emballement médiatique. L’apparence au dessus de tout.

J’ai toutefois trouvé la fin un peu longuette à venir. On en rajoute dans l’esprit tordu et le rebondissement et au bout d’un moment quand j’ai eu compris, j’aurai aimé que ça arrive plus vite à la fin. En tout cas, le dénouement reste une excellente surprise malgré ma perplexité. Ce roman est dense et c’est un vrai plaisir à lire. Il est donc dur à résumer, difficile d’en dire plus sans spoiler.

Entre temps, j’ai vu le film Gone Girl. J’avais des doutes sur le film, la façon de donner les deux points de vue. Et j’ai bien aimé. Il est très fidèle au roman, jusqu’à certains dialogues ! Mais je l’ai vu trop rapproché de ma lecture, je n’avais plus aucun suspense. Je pense que c’est à voir avant pour une fois.

Voilà, je conseille cette lecture qui est pour une fois assez surprenante. Ma libraire m’a conseillé une histoire dans le même style, de Robin Cook, je me laisserai peut être tenter.

 

100038117.to_resize_150x300095322822

Avant d’aller dormir de S.J. Watson

avant-daller-dormir

Sonatine Editions, 21€, 400 pages

4ème de couverture

A la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est aujourd’hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.

Résumé

Christine se réveille un matin. Elle se demande où elle est et qui peut être le garçon à côté d’elle dans le lit. Elle se lève mais se rend compte qu’elle n’est pas chez elle. Elle trouve la salle de bain et là stupéfaction elle ne se reconnait pas dans le miroir. Puis finalement, oui, ce sont bien ses yeux. Mais ces cheveux, ces rides… Et ces photos qui entourent le miroir. Qui est cet homme, son époux ? Ce dernier se lève et lui explique qui elle est et le mal qui la touche. Suite à un accident elle n’a plus de souvenir de ces dernières années, et chaque jour elle se réveille en pensant avoir 20 ans voire moins… Le docteur Nash l’appelle, il doit lui réexpliquer qui il est. Il la suit depuis quelques temps, il a espoir qu’elle fasse des projets. Elle tient depuis quelques temps un journal. Mais certaines incohérences entre les jours vont la perturber… Christine va essayer de faire la lumière sur sa vie…

Mon avis

J’ai beaucoup aimé malgré la chute.

Le lecteur découvre Christine affectée par un cas rare d’amnésie. Elle ne se souvient pas de ses journées, et donc des dernières années de sa vie… presque 25 ans de néant. Le matin elle se réveille en pensant avoir 20 ans voire moins mais elle en a 47 ans et ne se souvient pas de plus de la moitié de sa vie. Elle est mariée à Ben qui travail dans une école. Le docteur qui la suit le fais sans le consentement de son mari. Ben ne croit plus que la médecine puisse venir en aide à sa femme. Le Dr Nash est persuadé pourtant que Christine puisse faire des progrès. La première partie du livre commence un jour comme les autres. Christine amnésique. Le docteur l’appelle pour lui rappeler leur rendez-vous. Ce jour-là, elle récupère un journal. Son journal. Depuis quelques temps, sous les conseils du médecin elle écrit tout ce qui se passe dans sa journée. Elle écrit en cachette de son mari. Sur la seconde page, elle a écrit « ne pas faire confiance à Ben » mais pourquoi ? Dans la seconde partie du livre, le lecteur découvre le cheminement de la vie de Christine. Et de plus en plus, Christine met en évidence des incohérences dans ses journées. Des réponses de Ben différentes d’un jour à l’autre. Pourquoi ? la protège-t-elle ? Se protège-t-il ? Quel est l’accident dont Christine a été victime ?

C’est vrai que le déroulé des journées de Christine peut être un peu redondant mais de cette redondance nait les questions, le chaos de la vie de cette femme qui ne se souviens pas de sa vie. On doute autant que Christine, on apprend en même temps qu’elle au fur et à mesure. On se demande ce qu’il va se passer, ce qui a bien plus se passer 20 ans auparavant. On en vient même à se demander si ce qu’on lit est réel, si Christine existe, si elle est folle ou paranoïaque.

Comme cette femme est notre narratrice, peut-être que rien n’est vrai, que nous sommes manipulés ? Tout est possible!!! On ne sait jamais ce qu’on peut prendre pour argent comptant ? Christine nous dit-elle tout ? On peut imaginer tout et son contraire. C’est génial. C’est un très bon thriller psychologique. On se demande qui tire les ficelles ? si quelqu’un tire les ficelles bien sur ^^ On extrapole, on interprète, on choppe des indices, ou on croit en découvrir. Le lecteur échafaude ses hypothèses. Pourquoi a-t-elle la mémoire bloquée ? Que lui est-il arrivé ? Qu’a-t-elle vécu ? Progressivement, lentement, les choses s’emboitent, s’éclairent.

La psychologie de Christine est super bien travaillée. C’est haletant. L’auteur dose ses pauses, ménage le suspense. J’avais vraiment envie de savoir. Comme on apprend en même temps qu’elle et à un instant t, on se demande si elle a déjà vécu les événements, si elle a déjà eu ou non des souvenirs plus précis, on sent progressivement que quelque chose cloche. Est-ce que ça vient de Christine ? de son entourage ? On s’attache à ce personnage. Même si par certains côtés elle a pu m’agacer,  elle a aussi su me toucher par d’autres aspects. Ce n’est pas facile de se mettre à la place de quelqu’un qui ne retient rien d’un jour à l’autre mais j’ai trouvé que l’auteur s’en était super bien sorti. Les pages se tournent sans se dire « ça c’est pas cohérent ». On ne se pose pas que des questions sur Christine, tout le monde parait bizarre, son mari, le docteur Nash, ainsi que les autres rares personnages croisés.  On en deviendrait parano nous aussi !

En tout cas, le suspense est ménagé, on apprend les choses vraiment qu’à la fin, l’ambiance et l’intrigue tiennent jusqu’au bout. Par contre, j’ai été un poil déçue par la chute, une de mes hypothèses de départ mais que j’avais rejetée. Mais dans l’ensemble, tout se tient vraiment très bien.  C’est sympa de se poser des questions mais c’est super aussi de se laisser porter et de ne pas vouloir à tout pris décortiquer ou tout comprendre en 50 pages. Le dénouement n’a pas été aussi original qu’espérer mais la construction elle est géniale donc ça rattrape bien !

Une très bonne lecture en tout cas pour moi. J’espère aller voir le film qui sort ce mois-ci même si j’ai un peu peur de la façon dont le sujet est traité (journal vidéo à la place du journal papier).

*********************************

99601762

95322822

Esprit d’hiver de Laura Kasischke

esprit-de-dhiver

Christian Bourgeois Editeur, 276 pages, 20€

4ème de couverture

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

Résumé

Holly et Eric se sont réveillés tard le matin de Noël. Eric a du filer précipitamment à l’aéroport chercher ses parents et Holly a bien du mal à émerger. En effet, elle s’est réveillée avec la sensation bizarre que  » Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux. » Holly aimerait prendre du temps pour elle, pour écrire sur cette impression étrange comme une prophétie. Mais c’est Noël, les invités vont arrivés et elle doit se préparer et préparer le repas. Et puis Tatiana, sa fille de 15 ans n’est pas venue comme tous les matins, les réveiller pour ouvrir leurs cadeaux, l’adolescente serait-elle en plein dans l’âge tant redouté des parents ? La journée commencée tard va prendre une drôle de direction…

Mon avis

Un livre que je n’ai sans doute pas pu/su apprécier à sa juste valeur…

ça arrive parfois, de prendre une lecture et de se dire, en fait je pourrais en retirer tellement plus mais … Je pense que le début que je n’ai pas aimé, y est pour quelque chose. Du coup, j’ai eu du mal à me mettre vraiment dedans, et que j’ai perdu du coup, toute la montée d’inquiétude et de bizarrerie qui doit prendre le lecteur dès les premières pages. Comme c’est un « service presse », match de la rentrée littéraire de Priceminister, j’ai continué et franchement, j’aurai regretté de pas continuer. Car, il s’agit d’un récit vraiment très bien monté. Passé les premières pages, on commence à se poser des questions, on découvre Holly et on se demande ce qui lui arrive. Il y a plein de choses perturbantes, étranges et insolites qui se passent et on s’interroge sur ces choses, sur le pourquoi, est-ce que Holly est perturbée, folle ? Ou bien, il y a-t-il autre chose ?

Holly et Eric se réveillent donc tard le matin de Noël et Eric part précipitamment pour l’aéroport, laissant seules sa femme et leur fille Tatiana à la maison pour préparer le déjeuner traditionnel de Noël. Holly aimerait se poser et écrire, comme elle le faisait dans sa jeunesse mais tout s’y oppose, elle est en retard, elle doit préparer le repas et ne peut pas vraiment cette année compter sur son adolescente de fille, qui semble en plein crise d’ado. Et dehors, pendant ce temps, le blizzard s’installe et les premiers invités se décommandent. L’ambiance est tendue entre Holly et sa fille qui se retrouvent coincer chez elles à cause de la neige. Holly se souvient alors de son passé. Le lecteur en apprend progressivement beaucoup sur Holly, sur sa santé, sur sa famille, sur son besoin, son envie d’être mère et on découvre que Tatiana a été adopté 13 ans plus tôt. Holly et Eric sont allés l’adopter en Russie, dans un orphelinat de Sibérie. Bébé aux grands yeux et aux cheveux si longs et noirs pour son âge. Elle devient vite le rayon de soleil d’Holly, sa lumière, son existence.

Le lecteur a donc en alternance, les souvenirs d’Holly et ce qu’il se passe d’étrange en ce jour de Noël. Les propos d’Holly sont parfois embrouillés. Le lecteur se prend à se demander si tout ce qu’on lui raconte est vrai. Et puis Holly se confie, ses doutes en temps que mère, ses inquiétudes et ses joies. Ce qui occasionne la remontée d’autres souvenirs…. Un climat particulier s’instaure et le lecteur a envie de découvrir de quoi il retourne. Oui quelque chose a suivi Holly et Eric jusque chez eux dans le Michigan depuis la Russie ? Leur fille bien sur mais ça n’est pas ça… Quoi alors ? Le climat tendu, l’atmosphère étrange, cotonneuse, sont accentués par le non découpage du roman en chapitre, je pense que ça contribue à une atmosphère encore plus oppressante (même si je ne l’ai pas vraiment perçu cette oppression, je pense vraiment que certains vont la vivre ^^).  Holly est parfois confuse et on navigue entre passé et présent mais c’est très bien fait. L’auteur parvient très bien à passer de l’un à l’autre sans perdre pour autant son lecteur en route.

Le récit permet aussi de sensibiliser volontairement ou non, sur les adoptions à l’étranger et sur les conditions de vie dans les orphelinats et une fois les enfants adoptés, et offre un point de vue d’un couple adoptant, les doutes, les choix, etc. Surtout sur  le point de vue de la femme, cette maman qui n’a pourtant pas porté son enfant. C’est aussi un récit sur les non-dits, sur ce qu’on refuse de dire, de voir, de faire. Et sur les conséquences.

C’est un roman très bien écrit même si je n’ai pas particulièrement trouvé en Laura Kaisischke une plume qui m’accroche. Par contre, elle est douée pour créer des climats inquiétants, des récits où on se demande si on a compris ou pas, avec une fin qu’on ne voit pas venir, ou alors que quelques pages avant. J’ai été très convaincue par la fin, la chute qui est vraiment très bien.

Même si ma lecture a mal commencé, j’ai ensuite su me laisser guider et intriguer par les événements. Il m’a manqué un petit quelque chose pour être complètement fascinée. Mais c’est un livre (et une auteure) qu’il vaut le coup d’être découvert, c’est un très bon roman psychologique !

Ma note (je joue le jeu, mais je ne note jamais les livres normalement) : 16/20

Livre lu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire Priceminister. Merci à Oliver et aux Editions Christian Bourgeois !

479x324_logo2_rentree-literaire2013