Comme son ombre de Val McDermid

comme son ombre

Editions Flammarion,  21€, 457 pages

Lu en partenariat avec Entrée Livre pour A l’abordage de la culture

Quatrième de couverture :

Quand la psychiatre Charlie Flint reçoit un mystérieux colis rempli de coupures de presse à propos d’un meurtre sauvage, son sang ne fait qu’un tour. Le crime a eu lieu dans l’enceinte de son ancienne université à Oxford – un jeune homme battu à mort quelques heures seulement après s’être marié. Tandis que sa jeune épouse et les invités sirotaient du champagne, on jetait son corps ensanglanté dans la rivière. Charlie ne sait pas qui lui a envoyé le colis, ni pourquoi, mais elle ne peut chasser ce crime de ses pensées. Et avec sa carrière de psychiatre clinicienne qui bat de l’aile, elle dispose de beaucoup de temps libre pour enquêter. Charlie renoue alors avec le monde mystérieux et fermé d’Oxford et comprend que cet assassinat est lié à des événements encore plus sordides. Chaque pas vers la vérité la rapproche désormais du danger…

Pas de résumé perso, la 4ème de couv’ est bien faite ^^

Mon avis :

Un bon polar !

C’est pour moi, une découverte de l’auteure dont j’ai souvent croisé le nom et les livres sans sauter le pas. Et je suis contente d’avoir enfin pu lire cet écrivain écossaise.

Le lecteur découvre Charlotte Flint, dit Charlie, dont la réputation d’expert psychiatre pour la police est mise à mal suite à son témoignage dans une affaire de meurtre. Elle reçoit un matin une enveloppe contenant des articles de presse concernant un procès en cours : Philip un homme d’affaires a été tué le soir de son mariage, à Oxford, il semble que ce soit par ses associés qui se rendaient coupable de délit d’initié. Mais pourquoi Charlie a-t-elle reçu cette enveloppe et quel est le message qu’on souhaite lui faire passer ?

Nous suivons en parallèle Jay Stewart, une femme d’affaire douée et ambitieuse qui écrit le second volet de ses mémoires. Elle a eu une enfance assez difficile, élevée par une mère junkie qui alors qu’elle n’avait que dix ans, a du jour au lendemain « trouvé » Jésus et peu de temps après un mari chrétien extrémiste.

Concernant l’histoire, l’intrigue est bien ficelée. J’ai apprécié l’alternance des points de vue entre Charlie qui progresse dans son enquête officieuse et Jay écrivant ses mémoires. Nous comprendrons vite le fin mot de cette histoire d’enveloppe et pourquoi nous suivons ces deux jeunes femmes précisément.

J’ai apprécié cette mise en abîme entre un des personnages qui écrit et l’auteur du roman. En effet, on nous explique que Jay est passée maîtresse dans l’art de tenir en haleine son lecteur et de finir ses chapitres par des révélations chocs. C’est un peu ce qu’il se passe d’ailleurs dans le récit de Val McDermid, et c’est assez amusant à comprendre.

La psychologie des personnages est bien travaillée qu’on les aime ou les déteste, nous avons suffisamment d’éléments pour les comprendre même si bien sûr, il y a une part de mystère en chacun d’eux pour faire vivre l’intrigue. C’est un bon polar, avec une intrigue progressive. J’ai commencé à avoir des doutes sur un personnage vers la moitié du livre et à comprendre ce qui nous était caché vers le dernier quart. C’est un peu frustrant de se dire que l’on a compris mais après, nous voulons savoir pourquoi et comment Charlie va se sortir de son enquête.

J’ai beaucoup apprécié Charlie, je l’ai trouvé assez juste, elle doute, elle se passionne, elle cherche, elle est parfois perdue dans sa vie sentimentale. Elle a toutes les raisons d’être découragée par ce qui lui arrive professionnellement mais elle comprend qu’elle a besoin d’un défi, d’une occupation et elle accepte de faire des recherches sur ces meurtres suspects. C’est un personnage très intéressant que nous prenons plaisir à suivre. De plus, son enquête est cohérente. J’ai beaucoup aimé que l’auteure convienne que Charlie n’est pas une enquêtrice mais bien une psychiatre et que donc elle ne peut pas avoir accès à toutes les informations qu’elle souhaite. N’étant pas flic, soit il y a des zones d’ombre et elle devra faire avec, soit elle pourra être aidée. Mais jamais, elle ne dépasse sa fonction et devient une super héroïne. J’ai vraiment beaucoup aimé cet aspect et la maîtrise de l’auteure à s’y tenir.

Nous découvrons un peu Oxford et son fonctionnement universitaire dans les années 90. C’est très intéressant, et nous apprenons des choses parfois assez hallucinantes pour quelqu’un vivant à notre époque. Nous oscillons entre tradition et ouverture d’esprit, entre personnages conservateurs, catholiques, lesbiennes, psychologue, flics… Un monde en contraste, en opposition, en nuances, … Le livre est aussi une occasion pour l’auteure de montrer qu’il n’est pas facile, dans ce contexte universitaire (et dans d’autres) d’être d’orientation sexuelle différente, surtout au sein de familles croyantes et cela, aussi bien dans les années 80/90 que de nos jours. Un message de tolérance, d’actualité.

Jay est le personnage mystérieux de l’histoire. Tout ce qu’elle raconte dans ses mémoires est-il vrai ? Pourrait-elle avoir des choses à se reprocher ? Ou bien est-elle parfois simplement au mauvais endroit, au mauvais moment ? Nous aimerions nous attacher à elle mais nous ne savons jamais sur quel pied danser et la peur de se laisser berner par l’auteure l’emporte !

Des personnages secondaires existent. Maria la compagne de Charlie, que j’ai beaucoup appréciée ; Magda, la veuve de Philip, qui subit le procès des associés de son défunt époux ; Lisa faisant carrière dans le développement personnel. Elle a rencontré Charlie quelques temps auparavant et cette dernière n’est pas insensible à son charme. Personnellement, plus je lisais, plus je détestais Lisa !

Dans l’ensemble, j’ai trouvé, le roman très bon, mais je n’ai ressenti la tension dramatique, la montée de suspense que pendant une trentaine de pages avant de comprendre les liens entre les morts suspectes et le Qui.

C’est très bien écrit, toutefois cela manquait un peu de rythme pour moi (il y avait des extraits de mails, de journaux, qui aidaient à renouveler le récit), même si l’histoire est très bien menée. J’ai juste relevé une erreur de prénom vers la fin (traduction ?). C’est dommage, cela casse un peu la fin surtout quand nous nous apercevons de la confusion…

Un dernier point : cette histoire m’a donné envie de voyager et surtout de découvrir l’île de Skye mais peut-être pas au mois de février !!! 😀 (Vous comprendrez en lisant le livre.) Nous sentons en tout cas, que l’auteure aime son pays.

J’ai donc passé un très bon moment de lecture avec Comme son ombre et il est assez probable que je tente de nouveau un roman de cet auteure.

Merci à Entrée Livres et aux éditions Flammarion pour ce partenariat ! Et au blog à l’Abordage de la Culture ^^

Pour résumer en quelques mots : Un bon polar, bien ficelé et bien écrit, prenant mais qui manque à mon avis un poil de rythme. Cependant, les personnages sont finement creusés et l’intrigue et le roman brillamment construits. Un polar qui change, des personnalités fortes, notamment la psychiatre essayant de se refaire une carrière, des fausses pistes, des rebondissements, le tout en Angleterre et en Ecosse, je recommande !

Sérum, Saison 1, Episode 3 d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza

97822910

J’ai lu, 6€, 179 pages

4ème de couverture

1773 : MESMER INVENTE L HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Malgré l’aide précieuse du Docteur Draken, qui a décodé une partie des visions d’Emily, le détective Lola Gallagher n’a pas réussi à empêcher l’enlèvement du couple Singer.
Qui est caché derrière ce kidnapping ?
Depuis quelques jours Draken est introuvable. Pourquoi cette soudaine disparition ? Qu’est-il arrivé à Emily ?

Résumé (attention spoils si vous n’avez pas lu les 2 premiers livres)

Emily Scott, amnésique, continue les séances d’hypnose avec le Dr Draken, bien que la police ne cautionne plus cette pratique.  De plus, Lola Gallagher, les soupçonne d’entretenir une liaison. N’ayant pas réussi à éviter le kidnapping des gérants d’Exodus2016, Lola est déchargée de l’enquête qui passe dans les mains du FBI. Son collègue Detroit est d’ailleurs recruté temporairement par l’agent Loomis afin de l’aider. Le FBI récupère une photographie d’un homme qui pourrait bien être celui qui a tenté de tuer Emily. Detroit propose à Lola de montrer la photographie à l’amnésique, histoire de voir si cette image la fait réagir. Le détective Gallagher cherche alors à rentrer en contact avec Draken et Emiliy, mais personne ne lui répond. Que se passe-t-il ? Lola est prise d’un très mauvais pressentiment.

Mon avis

Rebondissement et une enquête qui progresse !

Pour rappel, l’idée de la série Sérum est une idée intéressante et originale, elle fonctionne comme une série TV en plusieurs épisodes (6 par saison). Le texte est agrémenté de flashcodes et un site internet a été développé pour obtenir des informations en plus. Ce troisième tome repend là où s’arrête le deuxième épisode. Mais comme une série TV, on a droit à un « résumé de l’épisode précédent » en début de livre. Cette fois-ci, il ne m’a pas été nécessaire, ayant enchainer les deux tomes ! Comme avec les deux premiers tomes, j’ai envie d’enchainer, même si là, je vais devoir faire une pause.

Attention spoils si vous n’avez pas lu les 2 premiers :

A la fin du deuxième épisode, John et Cathy Singer ont été kidnappés, et ce malgré les déductions faites par le docteur Draken, d’après les séances d’hypnose d’Emily Scott. Le couple Singer dirige le groupe Exodus2016, un média internet qui dévoile ce que les gouvernements veulent cacher à la concitoyens (magouilles, corruptions, manipulations, mensonges, etc etc.). Mais qui est derrière cet enlèvement ? Le doute se porte sur une agence fédérale ? Mais qu’en est-il vraiment ? Ne serait-ce pas une façon de détourner l’attention des vrais responsables ? Ou bien cette agence a-t-elle vraiment des choses graves à se reprocher ?

Ce troisième épisode reprend les personnages des précédents tomes, le détective Gallagher, Detroit, Emily et Draken (père et fils) mais le lecteur découvre de nouvelles têtes, comme l’agent du FBI, Sam Loomis, qui semble tout prendre (action, explication, révélation) sur le ton de l’ironie. Un personnage comment dire… tout droit sorti d’une série TV !!! Mais est-il aussi nonchalant et si peu concerné qu’il y parait ? Ou encore Mitzie Dupree (la police des polices) qui cherche à prendre Lola en fragrant délit d’enquête non autoriser. Cette inspectrice cherche « à la faire tomber », nous comprenons qu’il n’y a pas là dessous que des raisons professionnelles… Personnellement, j’arrive très bien à détester cette femme ! Peut-être que les auteurs nous réservent encore des surprises… En tout cas, on éprouve peu de sympathie pour ces personnages par rapport aux autres.

Ce 3ème tome est l’occasion pour les auteurs, de commencer avec un énorme rebondissement. Qui laisse le lecteur stupéfait et interrogatif ! Pourquoi après ce qui se passe dans le 1er épisode ?  On continue à s’attacher à Lola qui apprend certaines choses au court de son enquête officieuse, de plus en plus dramatique. Elle même reste un mystère pour le lecteur, qui comprend qu’elle cache des choses à ses collègues. Nous commençons à deviner que quelque chose de particulier lie Lola et Arthur Draken.

Cet opus, est l’occasion de suivre l’enquête concernant l’enlèvement du couple Singer, les enjeux en transparence, les magouilles et promesses faites entre les protagonistes du récit.

Un tome un peu moins centré sur les visions d’Emily, sur ce que son subconscient a voulu révéler lors des séances d’hypnose sous sérum. C’est plutôt l’occasion pour le lecteur de se demander pourquoi Draken disparait, pourquoi Mitzie Dupree cherche à arrêter Lola… Cependant, le sérum et les révélations, ne sont jamais bien loin.

Cet épisode est donc source de plusieurs rebondissements et il reste encore 3 tomes pour nous permettre de comprendre les tenants et les aboutissants des événements et découvrir qui se cache derrière tout cela. Il reste encore des questions en suspens. Pour le moment, je ne me lasse pas de ce format et je ne trouve pas, qu’on piétine particulièrement ou que cela soit redondant, j’espère pouvoir en dire de même des 3 suivants.

Comme pour les épisodes précédents,  l’action est au cœur du récit, c’est toujours rapide, efficace, rythmé et bourré d’interrogations. Nous ne quittons jamais l’action d’un épisode à l’autre, à chaque fois, de nouvelles pistes sont lancées, sur lesquelles le lecteur (comme les personnages) tâtonne, cherche, émet ses hypothèses, …Et comme précédemment, cet opus se lit très vite, des chapitres courts, percutants, … On commence à sentir à la fin, une tension pour les personnages, qui frôlent de plus en plus le danger. Ce qui nous pousse à prendre tout de suite le tome suivant pour s’y plonger ! (Je l’ai commencé, mais je dois le mettre en pause, Grrrrr).

Je continue de conseiller cette « série livresque » aux fans de polar et aux fans de séries TV également.

Et vous, vous avez lu ce tome ? Le début ? Tout la série ? Qu’en pensez vous ? (sans spoiler dans les commentaires, merci 🙂 )

*******************************

88054463_p

Sérum, Saison 1, Episode 2 d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza

9782290041734

J’ai lu, 6€, 212 pages

4ème de couverture

1773 : MESMER INVENTE L HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

En cas d accoutumance à la série Serum, consultez notre site : www.serum-online.com

Résumé

Emily Scott est amnésique, elle ne se souvient plus de sa vie, de son passé. Lola Gallagher, le flic en charge de l’enquête décide de conduire la jeune femme auprès du meilleur psychiatre de la ville, le docteur Draken. Ce dernier pratique l’hypnose. Mais depuis quelques temps, il utilise un sérum crée par un de ses amis. 7 minutes pour accéder au subconscient de la personne… Sans le savoir, Lola laisse Draken utiliser le sérum sur Emily. Que va révéler son subconscient ?

Et qui est l’homme au chapeau, que trame-t-il ? Quelles sont les expériences que subissent ses patients ?

Mon avis

Une suite qui carbure !

Pour rappel, l’idée de la série Sérum est une idée intéressante et originale, elle fonctionne comme une série TV en plusieurs épisodes (6 par saison). Le texte est agrémenté de flashcodes et un site internet a été développé pour obtenir des informations en plus. Ce second tome repend là où s’arrête le 1er épisode. Mais comme une série TV, on a droit à un « résumé de l’épisode précedent » en début de livre. Et c’est pas plus mal ! Parce que j’ai vraiment laissé passer du temps entre les deux et j’avais besoin d’une piqure de rappel. Comme le premier tome, on en ressort avec une indéniable envie de continuer et d’avoir les réponses aux questions posées. On déroule l’intrigue et on apprend certaines choses dans cet opus mais il y a encore beaucoup de questions !

Ce deuxième épisode reprend les personnages du premier, il n’y en a que 2 ou 3 de plus par rapport au précédent. Et même si tout n’est pas rappelé, on se remet plutôt bien les persos en tête et les actions associés. Les personnages attachants et mystérieux le reste dans ce second opus. On retrouve le détective Lola Gallagher, on n’en apprend moins sur elle mais on apprécie toujours autant sa compagnie et de suivre son enquête. On retrouve également Emily qui participe à des séances d’hypnose avec le Dr Draken. On commence à relier les scènes du subconscient d’Emily à certaines choses qui nous sont racontés en parallèle à cette histoire. Comme un puzzle à reconstituer, un jeu de piste. On apprend un peu plus de choses sur Draken, on découvre son père, leur relation mais aussi certains traits de caractère de ce psy particulier. Et on commence à comprendre certaines choses sur le sérum. Encore de temps en temps, le lecteur retrouve le mystérieuse organisation avec à sa tête un homme au chapeau noir, qui reste mystérieuse même si on sent que la pelote de laine commence à se dérouler ! Le contenu des séances d’Emily est intéressant, on a vraiment des choses un peu loufoques mais assez sombres et on a envie de comprendre nous aussi ! On est un peu plus à la place du Dr Draken que de Lola dans ce tome, j’aime assez cette alternance.

Il n’y a pas encore beaucoup de rebondissement dans ce tome, mais il en reste 4 pour avoir notre lot de surprise, je pense. Qui est Emily ? Que cherche l’homme au chapeau ? Qui est vraiment le Dr Draken ? Ses intentions sont-elles louables? Le mystère s’épaissit par endroit et donne envie au lecteur d’en apprendre plus. Comme une bonne série TV, c’est addictif, le lecteur est amené à s’interroger, à « se faire » des films, émettre ses hypothèses, les mettre de côté, les suivre, ….

Comme le premier tome, l’action est vraiment l’élément clé de la saga, c’est rapide, efficace, rythmé, percutant et on s’interroge beaucoup. On reprend l’action tout de suite, on part sur plein de pistes, on cherche, on tâtonne, comme le détective Gallaher et ses collègues. Le style est percutant et comme l’épisode 1, ce livre se dévore, c’est très bien écrit, ça se lit très vite, l’action ralenti un petit peu mais on a quand même une impression de vitesse surtout sur la fin (ici du fait des découvertes des enquêteurs) et on en redemande. J’espère ne pas mettre de nouveau des mois avant de lire la suite, parce que là, comme la première fois, on a envie de savoir !!! Et là tous les tomes sont sortis ! Plus d’excuse !!!

Ce tome est un peu plus long que le premier, mais toujours pour le nombre de pages, le prix est un poil élevé, mais maintenant on trouve les livres en occasion et peut être qu’une intégrale sortira (cependant, je trouve quand même le concept super, et je garderai les 6 tomes).  Comme pour le 1er, les flashcodes c’est sympa mais ça n’apporte pas grand chose et je n’ai pas vraiment eu le temps d’aller me pencher sur le site internet.

Je continue de conseiller ce livre aux fans de polar et aux fans de séries TV également. Vivement que je lise l’épisode 3 !

Et vous, vous avez lu ce tome ? Le début ? Tout la série ? Qu’en pensez vous ? (sans spoiler dans les commentaires, merci 🙂 )

*******************************

88054463_p

Deuils de Miel de Franck Thilliez

9782266205009

Pocket, 7,20€, 340 pages

4ème de couverture (Spoliers non ? quand même…)

Après le décès accidentel de sa femme et de sa fille, le commissaire Sharko est un homme brisé. Insomnies, remords, chagrin… Difficile dans ces conditions de reprendre du service. Mais une macabre découverte va brutalement le ramener à la réalité : une femme est retrouvée morte, agenouillée, nue, entièrement rasée dans une église. Sans blessures apparentes, ses organes ont comme implosé. Amateur d’énigmes, le tueur est aussi un orfèvre de la souffrance. Et certainement pas prêt à s’arrêter là. Pour Sharko, déjà détruit par sa vie personnelle, cette enquête ne ressemblera à aucune autre, car elle va l’entraîner au plus profond de l’âme humaine : celle du tueur… et la sienne.

Résumé

Le commissaire Sharko après l’enquête éprouvante de l’Ange Rouge, a retrouvé son poste à Paris. Un an maintenant qu’il a traversé un drame terrible et qu’il réoccupe l’appartement parisien au milieu des trains électriques. Alors qu’il vient à peine de rentrer de ses congés en Bretagne, et qu’il lui reste une journée de repos, il est appelé par son divisionnaire. Un corps a été retrouvé dans une église. Une femme nue et attachée au niveau des pieds. La cause du décès reste à première vue un mystère. Le plus étrange est la présence de 7 papillons vivants, sur son crâne, des sphinx tête de mort… Pourquoi cette mise en scène ? Qui était la victime ?

Mon avis

Toujours aussi bien !!!!

Pour qui a lu Train d’enfer pour ange rouge, je trouve que la 4ème de couv’ dévoile un peu trop vite le contenu de cette « suite » (même bon c’est pas plus gênant que ça en fait). Bien que les affaires soient indépendantes, on trouve ici Sharko, le commissaire de Train d’enfer… et donc je trouve qu’il est quand même bien d’avoir lu le 1er pour comprendre la psychologie de Franck Sharko. Maintenant, ils peuvent très bien se lire séparément, les éléments de Deuils de Miel ne viennent pas spoiler l’histoire de Train d’Enfer pour ange rouge et quand c’est nécessaire des explications sont données pour comprendre les références.

On retrouve donc Franck Sharko, commissaire à Paris. Il a vécu un drame un an plutôt et peine à s’en remettre. On le fait enquêter sur un nouveau cas, celui d’une femme retrouvée morte dans une église. Tout indique une mise en scène. Sa position, son doigt qui semble indiquer une direction, les papillons, des sphinx à tête de mort (même si celui de l’affiche du silence des agneaux) qui sont retrouvés sur son crâne. Sans autopsie, le légiste ne peut indiquer la façon donc elle est morte. A première vue, rien n’indique comment elle a perdu la vie, pas de contusion, pas de marques de couteau ou d’arme à feu… A force de réflexion, Franck va découvrir une énigme gravée sur le toit de l’église, ce message date de quelques mois auparavant, tout était donc prémédité. Commence alors un jeu de piste macabre, qui va entrainer Franck sur la piste du tuteur.

Si vous avez la phobie des insectes, ce livre n’est pas pour vous ! Enfin essayer quand même de le lire parce que ça vaut vraiment le coup. Et il n’y a pas tant de passages qui vous perturberont je pense. Personnellement à chaque bruit bizarre dans ma maison, à chaque bourdonnement, j’avais la chair de poule ! J’adore quand une histoire me fait cet effet-là ! Il n’y a pas  un temps mort dans Deuils de Miel, de l’action, de l’action, de l’action. L’intrigue est très très bien montée, beaucoup de rythme. On suit vraiment Sharko dans cette enquête et on ne comprend pas les choses avant lui mais en même temps que lui. Les pièces du puzzle se mettent en place petit à petit. On pense avoir compris et comme Franck Sharko on est quand même surpris à la fin.

C’est un plaisir de retrouver le commissaire Sharko même si on retrouve un homme fragilisé par ce qu’il a traversé. On découvre une nouvelle facette de ce personnage, comment il surmonte le drame qui a subi, tout cela, en parallèle de l’enquête. Il a de plus en plus de mal à trouver le sommeil et cette enquête le fait basculer dans l’horreur. Dans cet opus, on découvre un monde souterrain rempli de personnes malsaines d’une part et d’aficionados des petites bébêtes en tout genre d’autre part.  L’intelligence du commissaire est mise à l’épreuve par le tuteur et il s’en sort brillamment mais cela n’est pas sans danger.
Cependant, il y a des choses qui se passe autour de Sharko qui vont perturber le lecteur, qui n’auront rien à voir avec l’enquête et on commence à comprendre certaines choses et d’autres nous surprennent complètement. Le commissaire va faire d’étranges rencontres, par exemple, une petite fille dont la mère ne s’occupe pas, va venir régulièrement  trouver Sharko pour qu’il s’occupe d’elle… Qui est-elle ? que veut-elle  ?
Franck Thilliez sait vraiment faire évoluer son personnage principal dans une direction que l’on n’attend pas.  On n’imagine pas la tournure que prend la vie du commissaire … C’est le point fort de l’intrigue, cette façon de jouer avec son personnage, de malmener ce flic doué et intelligent. Cette force de l’auteur de chercher à faire un polar différent de ses confrères avec un personnage attachant, fort mais fragilisé, complexe, simplement différent.

Comme d’habitude, on sent de la part de l’auteur, tout un travail de recherche en amont de la rédaction, cette fois, sur les insectes, les théories qui peuvent se développer autour de leur domination sur la race humaine, sur la fascination de certaines personnes pour les araignées, les poisons, etc . Tout est bien décrit, les lieux, les scènes, les collègues de Franck, … et les atmosphères sont bien posées, oppressantes quand il le faut. On est plus d’une fois en empathie avec Franck ou avec ses collègues Sibersky notamment.

Deuils de miel m’a semblé plus court que les autres romans que j’ai lu de Franck Thilliez, ça n’est pas forcément négatif, il se lit très bien, très vite, peut-être manque-t-il toutefois d’un peu de suspense, Sharko devrait peut-être piétiner un peu plus avant de trouver le pourquoi du comment del’intrigue ? Il m’a semblé moins trépidant que les précédents mais peut-être parce que je le trouve vraiment plus centré sur la physiologie de Franck Sharko ?

Ce roman est vraiment en continuité avec Train d’enfer pour ange rouge. Bien sur, il fait référence à l’enquête du premier, à sa résolution mais on retrouve les petites manies si attachantes du commissaire, les trains électriques, le voisinage excentrique, … puis on apprend plein de nouvelles choses sur sa façon de raisonner, sur sa vie, son travail.

Ce roman est donc surtout centré sur le personnage principal même si l’enquête est bien menée et que l’on prend plaisir à remonter le fil de l’intrigue. J’ai hâte de me replonger dans le style si percutant de Franck Thilliez. Le prochain sera La forêt des ombres.

***************************88054471_p

Challenge Thrillers et Polars, le bilan et le renouvellement

Et voilà, le challenge Thrillers et Polars 2012/2013 chez Liliba est terminé !

J’ai largement réussi ce challenge puisque j’avais choisi la catégorie la plus basse et que j’ai lu en tout 21 titres ^^ Bon c’est honorable, certain(e)s ont fait beaucoup beaucoup plus, mais quand on sait que je lis environ 60 livres par an ça donne 1/3 de polars quand même !

Lily Bard, T1, Meurtre à Shakespeare de Charlaine Harris

La Prime de Janet Evanovich

Intrusion d’Elena Sender

Les meurtriers de Dieu de Jean Depreux

Delirium Tremens de Ken Bruen

Train d’enfer pour ange rouge de Franck Thilliez

Christmas Pudding d’Agatha Christie

Le Pacte Boréal d’Anna Jansson

Harpicide de Michel Vigneron

Cinq filles, trois cadavres mais plus de volant d’Andrea H. Japp

Enfants de la paranoïa de Trevor Shane

Les contes de crimes de Pierre Dubois

Druide d’Olivier Peru

Deux petites filles de Cristina Fallaras

Cette nuit-là de Linwood Barclay

L’âme du mal de Maxime Chattam

Nymphéas Noirs de Michel Bussi

Les Damnés de Ceallach de David Le Yaouang

L’enfant des cimetières de Sire Cédric

Une terre si froide d’Adrian McKinty

Ainsi fût-il d’Hervé Sard

Je rempile pour une nouvelle année  et mon objectif perso, sera de faire mieux que cette année ! C’est toujours chez Liliba que ça se passe ! Y du changement cette année, je vous invite à aller lire l’article complet :)

Plusieurs logos sont à disposition, je pense alterner selon mon humeur mais mon préféré c’est la rose ^^

88054467_p 88054471_p88054460_p 88054463_p

Le challenge court à partir du 5 juillet 2013 et se terminera le 5 juillet 2014.

Voici les catégories (les quantités ont augmenté !):

Touriste planqué : 8 thrillers ou polars au choix
Téméraire du dimanche : 15 thrillers ou polars au choix
Même pas peur : 25 thrillers ou polars au choix

Je m’inscris en Téméraire du dimanche, 15 ça serait aller :)

Serez-vous de la partie ?