Fièvre rouge (Les chroniques de MacKayla Lane – tome 2) de Karen Marie Moning

fièvre rouge

J’ai lu, 12,50€, 448 pages

4ème de couverture

 » Je suis une sidhe-seer, une humaine capable de voir les faës, ces effrayantes créatures d’un autre monde installées parmi nous depuis des millénaires et dissimulées sous des voiles d’illusion. Mon univers a commencé à se fendiller à la mort de ma soeur, et j’ai l’impression que, depuis, il n’en finit plus de s’effondrer. Je ne parle pas seulement de mon petit monde personnel: il s’agit aussi du vôtre. Les murs entre humains et faës sont en train de s écrouler. Et je suis la seule à pouvoir nous sauver. « 

Mon avis

Une bonne lecture, une chouette suite même si je trouve quand-même que tout ça n’avance pas très vite…

On retrouve Mackayla dit Mac, quasiment là, où le lecteur l’avait laissé à la fin du tome 1. Elle a commencé à mener son enquête sur la mort de sa soeur, découvert qu’elle est une sidhe-seer, elle vit chez Barrons, cet homme mystérieux et étrange qu’elle n’arrive pas à cerner. Elle s’est remise de sa confrontation avec Mallucé et le Haut Seigneur. Le premier est sans doute mort suite à l’affrontement en tout cas, il ne donne plus signe de vie et le second serait responsable de la mort d’Alina qui lui aurait servi à découvrir où est caché le Sinsar Dubh un pilier des ténèbres que recherche également Barrons. t.

Le policier que Mac a presque convaincu de ne pas arrêter l’enquête sur le meurtre d’Alina commence à se demander ce que peut bien lui cacher cette jeune américaine qu’il retrouve complètement changé, cheveux courts, brune, couverte de bleus, bras en écharpe. Il s’est aussi rendu compte que quelque chose clochait en ville avec ses rues qui disparaissent des cartes… Mais Mac ne veut plus qu’il s’occupe de tout ça, la situation est trop dangereuse, seulement le policier s’obstine… Soudainement pourtant le garda va disparaître et son beau frère, policier également, va soupçonner Mac d’être liée à cette disparition et il est beaucoup plus obstiné que son beauf…

A côté de cela, Mac réfléchit aux choses étranges qui lui sont arrivées et surtout à ce que peu bien dire Barrons quand ce dernier daigne bien lui faire quelques confidences. Est-ce que d’autres personnes comme elle et lui peuvent voir les faës? Elle va un jour se rendre compte que oui et même découvrir qu’il existe une sorte de communauté à Dublin… Derrière laquelle, une vieille femme qu’elle a déjà croisé plusieurs fois et qui ne lui ai jamais venu en aide ! Rancunière et méfiante, Mac cherchera quand-même à comprendre, la rencontrera, surtout si cela peut lui apprendre qui elle est vraiment…

Elle va aussi croiser de nouveaux personnages qui resteront pour le moment mystérieux. En effet, ces derniers semblent en savoir plus sur elle et son nouveau monde qu’elle ne l’imagine. Tout cela c’est sans compter sur V’lane qui continue à attendre d’elle se qu’elle n’est pas prête à lui donner…

Le lecteur continue donc à suivre l’existence tumultueuse de Mac depuis son arrivée sur le sol irlandais.
Sa relation avec Barrons est toujours compliquée, elle ne sait pas s’il l’utilise comme détecteur d’Objet de Pouvoir ou s’il essaie vraiment de l’aider. Peut-elle lui faire confiance ? Elle a l’impression que parfois oui et à d’autres moments non. Leur relation est toujours pleine de piques, d’animosité et de surprises. Elle augmente aussi en intensité et en ambiguïté. Elle m’a moins saoulé que dans le 1er tome et pareillement Barrons m’a été moins pénible, toujours du mystère, du charme, une pointe d’arrogance mais c’est passé plus facilement que dans Fièvre Noire.

J’ai préféré Mackayla dans ce tome, elle est moins frivole, bon, c’est vrai il lui arrive encore de passer à côté des évidences et son côté girly qui ne peut plus se faire belle a continué à me gonfler mais elle évolue, et forcément vu tout ce qui lui arrive, devient plus posée (et ça c’est bien !).

Je suis toujours contente de retrouver l’Irlande et Dublin. Il y a même une partie de l’histoire dans le Burren, une région qui m’a vraiment plu quand j’y suis allée l’été dernier, j’adore ses paysages lunaires. C’est une lecture plaisante et détente, sans prise de tête, rapide. Je regrette juste que l’histoire n’avance pas beaucoup beaucoup, on sent bien l’esprit « saga », je pose les décors, je pose beaucoup de questions et tu devras attendre le 5ème tome pour tout savoir et comprendre… Je pense que le prochain va bien me plaire et j’espère quand même que Mac va y découvrir ses racines ou au moins s’en approcher.

Je ne rentre pas plus dans les détails, les chroniques de suite c’est toujours compliqué, peur d’en dire trop mais du coup, c’est pas forcément très étoffé. En tout cas, j’espère ne pas mettre 2 ans entre celui-ci et le prochain, ça serait bien 🙂

logo-1

Publicités

Un cadeau du ciel de Cecelia Ahern

un-cadeau-cu-ciel

J’ai lu, 317 pages, 7€20

4ème de couverture

Lou a une vie parfaite, une femme magnifique, deux enfants adorables et un travail qui le comble. Mais la réussite a un prix et Lou est prêt à tout pour parvenir au sommet. Un matin, en se rendant au travail dans les rues enneigées de Dublin, il fait la connaissance de Gabe et lui propose de l’embaucher. Il ne sait pas encore que cette rencontre va bouleverser sa vie. Car Gabe n’est pas un homme comme les autres…

Mon avis

Un policier voit débarquer au poste le jour de Noël un ado paumé qui a balancé une dinde à travers la fenêtre de la maison où son père a refait sa vie avec nouvelle femme et bébé. Le gamin est désabusé et ne semble pas comprendre la portée de son coup de folie. Raphie, le policier va alors lui raconter une histoire incroyable que lui et sa collègue viennent de vivre…

Lou Suffern est un homme charmant et séducteur. Il a une belle femme Ruth, une petite fille adorable Lucy et un bébé Pud. Mais Lou a aussi beaucoup d’ambition et dans la société où il travaille il vise le poste laissé vacant de n°2 par un collègue qui vient de craquer et partir en dépression. Lou est le genre d’homme qui devrait être à deux endroits en même temps, qui enchaine les rendez-vous sans avoir participer au début et en attendre la fin. Son ambition lui a fait perdre de vue l’importance d’accorder du temps à sa femme, ses enfants, il ne s’est jamais occupé du petit dernier et à sa famille. Il n’écoute plus rien, ni personne et ne se remet jamais en question. En fait, l’homme charmant en est devenu détestable, volage et arrogant.

Un matin, il est pris d’une impulsion qui va pourtant à l’encontre de ses habitudes, il offre un café à un sans-abri qui squatte devant l’immeuble à côté de celui de son boulot. Et prend le temps de discuter avec lui. Gabriel, dit Gabe lui fait une telle impression, que quelques temps plus tard il va le faire engager au service courrier de sa boite. Gabe est étrange, intriguant, énigmatique. Il semble se déplacer plus vite que n’importe qui dans cet immeuble, et séduit la moindre personne à qui il parle. Lou est à la fois attiré par ce personnage et effrayé. Et si ce dernier n’attendait rien d’autre que de lui prendre sa place… La parano de Lou s’accroit progressivement mais en même temps il ne peut s’empêcher d’aider le jeune homme.

Quelques jours avant Noël, la vie de Lou devient de plus en plus compliquée. Il doit gérer plusieurs choses en même temps pour le boulot et décide en parallèle de soulager sa soeur Marcia de l’organisation des 70 ans de leur père, alors qu’il en a visiblement rien à faire mais aussi qu’il n’a pas de temps pour se consacrer à ça… Quand Gabe lui propose une recette miracle, Lou pense que tout va s’arranger….

Cecelia Ahern est une de mes auteurs préférées parce qu’elle aborde des thèmes durs avec un regard sensible et des mots souvent très justes. Un cadeau du ciel ne déroge pas à la règle. Toutefois, j’ai un peu moins aimé que les livres précédents de l’auteur et en même temps, je n’ai pas su retenir mes larmes de nouveau lors de ma lecture. C’est juste que parfois le récit s’étire au lieu d’aller droit au but et puis il y a deux ou trois petites choses que j’ai peut-être trouvé trop faciles mais cette histoire est presque un conte, et du coup, ces petites choses ne viennent pas pour autant gâcher le plaisir de la lecture.

Lou est un personnage à la fois détestable et attachant. Il est devenu tout ce qu’il détestait chez les autres, dévoré par l’ambition et la chance que ça marche plutôt bien pour lui. Avec l’entrée de Gabe dans son existence, il va évoluer et comprendre certaines choses. Il va changer et faire le point sur sa vie mais pourra-t-il vraiment modifier sa destinée ? On a envie de le secouer et de lui donner des baffes mais on espère aussi que tout va aller bien pour lui parce qu’on arrive à voir ses bons côtés. Sa famille est touchante, la petite Lucy, son père et sa femme Ruth surtout. Qui ont vu Lou se transformer et qui ne savent plus comment communiquer avec lui.

Et puis, qui est Gabe ? Que propose-t-il a Lou ?
Au départ, je pensais avoir une réécriture du Conte de Noël de Dickens et finalement non, même si on se doute bien que Gabe n’est pas un homme comme les autres, ce qu’il veut et ce qu’il fait ne sont pas toujours évidents pour Lou ou le lecteur et on se demande comment cette histoire va finir.

Certains ont trouvé cette histoire de Cecelia Ahern trop moralisatrice. Il y a en effet, une morale mais je pense pas que cela desserve le récit. Au contraire, elle lui donne du sens. Et personnellement, même si je suis loin de ressembler à Lou et d’avoir sa vie, je retiens ce que l’auteur veut nous faire passer comme message. Le temps qui passe ne se rattrape pas. Et il faut profiter oui mais ce qui est vraiment important. Et moi, ça ne me dérange pas que me le rappelle de temps en temps dans mes lectures. Je ne me sens pas pour autant montrer du doigt ou je n’ai pas l’impression qu’on me fasse la morale.

J’ai encore beaucoup apprécié l’action à Dublin, l’évocation des lieux et des immeubles, la description des décors et le charme de l’Irlande. Y a pas c’est vraiment agréable d’avoir un peu de descriptions qui ne donne pas l’impression qu’on pourrait être n’importe où. Cette fois-ci pas de légende et de folklore irlandais. Une pointe de fantastique pendant la période de Noël, comme un conte en effet. Une lecture qui me marquera bien qu’elle ne sera pas ma préférée de l’auteure.

logo 3

Secrets et mystères de la vie de Merlin de Marie Tanneux

arton781

Editions Ouest-France, 192 pages, 15,90€

4ème de couverture

Issu d’une tradition orale celtique archaïque, le personnage de Merlin a acquis, au cours des siècles, une immense popularité, le faisant accéder au statut de véritable mythe littéraire. Fuyant et méprisant les honneurs de ce monde, il s’est volontairement coupé de celui-ci pour vivre en ermite. Pourtant, il n’en demeure pas moins la figure centrale de la légende arthurienne. Merlin personnifie le détenteur des pouvoirs magiques du passé et de la connaissance des évènements futurs. Conjuguée sur le mode des fêtes celtiques, voici la vie secrète et mystérieuse de Merlin.

Résumé

Un vieil homme bat des cartes dans une Taverne un soir de Samain…. Une bien étrange nuit où tout est possible. Riwalen et ses amis écoutent ce vieux étrangement jovial, alerte, alors que son visage est fortement marqué par l’âge. Des cartes de l’étrange homme surgissent des animaux et commence alors la roue du temps. Riwalen se précipite dehors dans une course folle. Quand il s’arrête, il rencontre à nouveau le vieil homme de la taverne et s’il ne s’était finalement pas arrêté de courir ?

Mon avis

J’ai beaucoup aimé même si c’était mal parti ! Comme quoi !

Le lecteur découvre un vieil homme qui rapidement nous apprend être Merlin, il est pourtant bien dans une taverne bretonne possédant des tables en Formica… Comment dire ? ça m’intrigue quand même ! Le début est donc assez surprenant car on ne comprend pas bien comment Merlin peut être présent en Bretagne au 21ème siècle mais attention, c’est la nuit de Samain et cette nuit n’est pas comme les autres ! Rappelez-vous en en lisant ce livre ^^ Car les Portes sont ouvertes ce soir là…

Secrets et mystères de la vie de Merlin permet de façon un peu romancée de revisiter la vie de Merlin. Son histoire étant oral, le récit de Marie Tanneux, lui est donc propre et sa vision de certaines choses pourront surprendre voire faire bondir peut-être. Mais moi, j’ai bien aimé les liens entre Merlin et Arthur par exemple. Le lecteur retrouve donc les « temps forts » de la légende de l’enchanteur. De la légende arthurienne aussi, profondément liée. Mais Merlin ce n’est pas que le guide, le conseil du Roi, c’est une vie remplie bien avant et bien après également. Certains aspects de cette passionnante vie seront développés, quand d’autres seront moins abordés, parce que plusieurs légendes s’entrecroisent et qu’on ne peut pas tout dire en un seul ouvrage. Mais pas d’inquiétude, on retrouve Viviane, Morgane, Lancelot et encore d’autres ^^

Le livre permet un voyage sympathique en Bretagne mais également en Angleterre et en Irlande. J’aurais pu faire la liste des lieux, j’avais envie de tout voir, de tout visiter. C’est un magnifique voyage en Grande-Bretagne et Petite Bretagne, chaque lieux est l’occasion de développer un partie de la légende, la liaison aux mythes est vraiment très bien faite.  Pour compléter le voyage, la vie de Merlin, la culture celte, on redécouvre également les célébrations d’équinoxe et de solstice, les traditions, les symboles. Toujours un plaisir pour moi de glaner des infos sur ces célébrations, avoir plusieurs sources.

Si j’ai eu un peu de mal au début ensuite, je me suis complètement laissée emporter par la course du temps, l’initiation de Riwalen. Les choses vues, les propos de Merlin, les événements se mettrent progressivement en place et à avoir du sens. C’est une lecture envoutante, déroutante et surprenante. Passionnante également. Parfois, elle peut sembler un peu « fourre-tout » tant Merlin est lié à la culture et aux traditions magiques mais au final on est vraiment pris dans la roue du temps et on apprend beaucoup de choses. Un autre plus du livre, des lexiques, un des lieux de Bretagne, un des personnages, histoire d’éclairer encore plus le lecteur.

J’avais craqué sur la couverture, elle est vraiment parfaite pour cette lecture, on la comprend encore mieux en lisant ce récit de la vie de l’enchanteur, à mesure que l’on découvre les secrets et les mystères de son existence. J’ai beaucoup aimé la façon qu’à l’auteure de se réapproprier certains mystères. Poser par écrit une transmissions orale c’est accepter que chacun le retranscrive à sa manière. Ce qui donne des visions différentes d’un même mythe. C’est ce qui me passionne dans la légende de Merlin et celle d’Arthur, chacun contribue à la légende.

De plus, l’auteur sert cette visions d’un Merlin entre le fou et l’attendrissant bonhomme. Il y a beaucoup d’humour en lui, autant que de sagesse mais finalement d’humanité car, Merlin aussi n’a pas toujours fait les bons choix, réussi tout ce qu’il avait en tête.

Comme quoi parfois un début déroutant pour livrer une très belle surprise ! Je suis bien contente de l’avoir lu avant mes vacances en Bretagne, son souvenir m’a accompagné en Brocéliande et à Huelgoat. Le début d’un voyage…. initiatique ?

logo-1

Swap Irlande !!!!!!!!!! L’échange avec Cassiopée !

logo swap irlande

Enfin, voici mon compte rendu de notre échange de Swap avec Cassiopée de La Tête Dans Les Etoiles. C’est le premier swap que j’organisais et donc j’avais un peu la pression, je me suis lâchée sur son colis et ce fût réciproque ! et c’est mon 5ème swap depuis que j’en fait, et j’adore voir l’ouverture et tout et tout ! Et là, comme avec Cassie on habite pas très loin, nous nous sommes rencontrés pour l’échange et c’était génial !

Nous sommes allées au Tir Na Nog, un pub Irlandais sur Lille, quoi de mieux ? Musique irlandaise, feu de tourbe, Guinness et déco irlandaise, la classe !!!

           IMGP1494 IMGP1495

J’ai reçu un superbe colis comme vous allez le voir !

IMGP1502

(je vous laisse deviner qui a pris un coca, et qui a pris une Guinness…)

Déjà la boite, c’est une surprise en elle-même, puisque je vais pouvoir la conserver et y ranger mes MPs et autres cartes et goodies. Faite à l’aquerelle par Cassie elle est magnifique ❤

IMGP15001512647_10152248580665774_317672644_n1546432_10152248580950774_1557579988_n734070_10152248580810774_1351639250_n

Et dans le couvercle, la température monte ! Des irlandais (et un ecossais et un américain, mais mes chouchous <3) !!!!!!!!! Je craque !!!

IMGP1504

Dans la boite, du thé, Cassie m’a indiqué que c’était une tuerie et en effet c’est excellent ! Des bonbons et du caramel !!! Miam ❤

1601024_10152248581325774_650142051_n

Les Mps (que j’ai eu plus tard, Cassie les ayant fait elle même, elle les a bien planqué pour qu’ils s’aplatissent et les avait oublié faute de les voir !!) fait main donc et  ils sont superbes : une chouette parce qu’elle sait que j’adore ça, un avec un mouton comme la boite, et un « double », un test m’a-t-elle dit, et bien test approuvé alors Cassie ! Original, avec une citation derrière, une réussite (tu peux en refaire sans avoir à en rougir ❤ ). Et la carte est belle aussi dans le style de la boite, et le mot que je garde pour moi, m’a beaucoup touché ❤

1499528_10152248581485774_1911651761_n1510735_10152248582025774_730282330_n1488903_10152248582145774_247582024_n

Puis les livres, au nombre de trois : mon premier Cathy Kelly : Retour à Dublin, une auteur que je voulais découvrir, Tout ce qui meurt de John Connolly, Cassie était surprise que je n’ai pas encore lu ce maitre irlandais du thriller et donc, je vais pouvoir découvrir ^^ Et un dernier livre Histoire jamais entendues dans un pub en Irlande, de Tom O’Barley, très original, je n’en avais pas entendu parlé et je suis contente de faire cette découverte !

1495544_10152248959340774_1598202572_n

Puis c’est le tour des surprises, Cassie a eu des déboires avec sa commande et donc, le tour de la remise, j’ai eu un très joli repose sachet de thé aux douces couloirs de l’Irlande et la promesse qu’on se reverrait au plus vite pour qu’elle m’apporte LA surprise !

1499462_10152248582235774_612359730_n

Et quelle surprise ! en 2 paquets + 1 paquet de Noël …. La trilogie A la croisée des Mondes de Philip Pullman ! Oui alors vous me direz c’est pas Irlandais mais je vous explique !!! C’est un (voire le) livre coup de coeur de Cassie et comme je ne l’ai jamais lu, je m’étais acheté d’occasion l’intégrale en grand format. Livre sensé être comme neuf… reçu dans un état qui ne vous donne pas envie de l’ouvrir. Comprenant que je ne le lirai pas de sitôt vu l’état, Cassie m’a donc offert les 3 livres plus pratiques et neufs. Et c’est donc une véritable SURPRISE puisque je ne pouvais pas m’attendre à ces livres là !

1505302_10152248582475774_1906273327_n

Le swap en 1 photo :

swap

Merci infiniment Cassie pour ce swap magnifique aux couleurs de l’Irlande, j’ai été ravie de notre échange et de nos deux rendez-vous spécial « swap »!

Et si vous voulez voir ce que contenait la boite que j’ai offerte à Cassiopée c’est pas >ici<

Je me suis amusée à faire le colis, à choisir quoi mettre dedans, j’ai pris beaucoup de plaisir à voir Cassiopée ouvrir les paquets, et à ouvrir les siens !!!

J’espère que tous les participants auront eu autant de plaisir que nous et peut être qu’un second swap Irlande reviendra sur le blog 😉

IMGP1496(oui la Guinness c’était moi :D)

Lughnasadh de Pat McMurphy

LughnasadhManannan Editions, 14,90€, 400 pages

4ème de couverture

1845.
Touchée par une famine épouvantable et des tensions fratricides, l’Irlande abandonne son âme épuisée à la promesse d’une nouvelle légende. Mais est-il encore un Devin ou quelques dieux anciens pour consacrer la naissance d’Aenghus Cork sous ce dolmen sacré et révéler son ineffable destinée ?

Véritable saga qui le mènera de Cork à la terrifiante réalité des bagnes australiens, en passant par la prometteuse Amérique, le jeune Aenghus apprendra l’âpreté du monde à la découverte d’un idéal qu’il semble incarner à la perfection: un humanisme qui défie tous les rêves de ces temps troublés.

Face aux tragédies de son époque, il ne lui reste que son courage, le soutien de quelques proches et l’Amour. Un amour par delà le Temps qui lui révèlera bien plus que tout ce qu’il ne pouvait imaginer et s’imposera comme une révélation à tous les protagonistes de cette fascinante épopée… « 

Lughnasadh est le premier roman de Pat Mc Murphy. Il signe sur ce coup d’essai une oeuvre remarquable.

Résumé

Aenghus a 10 ans. Sa mère l’amène chez Cogan qui vit en ermite au Conrrag. Il est temps pour Aenghus de découvrir d’où il vient. Cogan l’emmène dans les montagnes, c’est l’occasion de raconter au garçon l’histoire de son père Aenghus Cork. Un enfant particulier confié à ses soins et ses connaissance druidiques, pour le former jusqu’à son Initiation. Car Aenghus Cork a une destinée à accomplir quelque soit les obstacles qui se dresseront peut-être devant lui…

Mon avis

UNE MERVEILLE ! Un énorme coup de coeur !

Lu en lecture commune avec ma Cassiopée, vous pouvez retrouver son avis >ici<

Le lecteur découvre donc très vite Aenghus Cork, un enfant confié par Deirdre (personnage de la mythologie celtique) à Cogan pour que celui-ci l’élève et lui inculque l’amour de son pays, de ses légendes, et le prépara à son Initiation. Qui de mieux pour cela qu’un druide. C’est à Lughnasadh des années après, que nous retrouvons Aenghus, à la croisée de sa destinée. Il rencontre par hasard une belle lavandière un jour de méditation dans la forêt. Intrigué par les hommes et par le fait que Cogan l’élève à l’écart de tout, il décide de découvrir leur « monde » et de voir par lui-même comment ils vivent. Il se rend alors au marché, là où les paysans recrutent leur main d’oeuvre. Malgré son manque d’expérience, Daniel O’Grady accepte de l’embaucher pour l’aide aux champs de pomme de terre. Aenghus découvre que toute la vie de la maisonnée tourne autour du tubercule. Et il a la chance d’y retrouver la jolie lavandière : Fiona. C’est le départ pour Aenghus de la découverte des hommes, des troubles qui surviendront dans cette Irlande du 19ème siècle.

Lughnasadh est un récit multiple, on y découvre l’Irlande du 19ème, la culture de la pomme de terre, la vie paysanne rude et simple mais fière et honnête. L’opposition entre l’Irlande et l’Angleterre qui administre l’île, s’octroie les richesses, et laisse au peuple irlandais les restes. Avec Aenghus, le lecteur s’initie à l’écoute de la nature, des traditions celtiques, les connaissances druidiques et découvre via ses rencontres les convictions des catholiques irlandais, leur croyance en Dieu, la révolte sous jacente d’un peuple dont certains ne reconnaissent pas l’autorité anglaise. Mais tout cela n’est que le début du chemin initiatique d’Aenghus. Tout va commencer avec la grande famine et les événements conduiront le jeune irlandais jusqu’en Australie…

Aenghus a été élevé par un druide, il est proche de la nature et sensible à des choses qu’il est le seul à voir. Il a une destinée, liée aux Dieux.  Il semble qu’il doive retrouver la trace de l’esprit de du dieu Lugh. Symboliquement, tout se passe lors de la grande famine qui toucha l’Irlande. Lugh s’étant égaré, la terre ne réagi plus comme elle le devrait. Coïncidence ou croyance celtique ? Aenghus, cette nature sensible qui semble être au dessus de toute considération humaine, va découvrir l’injustice, les politiciens véreux, la justice aveugle,  une Angleterre souveraine qui manque de compassion. Sur son chemin, il verra la misère, la mort, les troubles et vivra même l’exil. Le lecteur ne pourra pas lui non plus rester insensible à ce qui se passe en Irlande et ressentira lui aussi ce sentiment d’injustice pour le peuples irlandais et pour ce que vivra Aenghus.

Au court, de son périple, Aenghus sentira la présence de Dreidre, cette fée qui semble désirer quelque chose et qui a besoin d’Aenghus pour y parvenir. Il sera victime de ses charmes, de ses desseins et de sa jalousie. Aenghus est-il maitre de son destin ? ou un jouet dans les mains d’autres ? Il vivra tellement de choses, devra surmonter des obstacles, vivre l’enfer pour découvrir sa destinée, ce pourquoi il a été engendré. Nous sommes en empathie avec lui et on voudrait tellement que les choses changent mais le destin doit s’accomplir et les épreuves être passées. Elles sont nécessaires et on apprend pourquoi.

L’auteur n’épargne pas au lecteur la cruauté de la vie. On ressent l’émerveillement de la nature. Mais aussi la puanteur de la mort. La confrontation entre l’espoir et l’horreur. Le récit mêle légende et réalité, malheur et beauté. On voyage avec Aenghus et on continue d’apprendre et de découvrir à la fois l’horreur du monde, le bagne, la misère, le rejet et l’espoir, le destin. Même à ce stade de son parcourt initiatique, on sent qu’Aenghus a un lien puissant avec la nature et son environnement. Il se dégage de lui une assurance, une force qu’il ne voit pourtant pas. Il est comme en dehors du monde en étant pourtant un humaniste. Et bien souvent, il a du mal à comprendre le comportement des gens leurs vices, leurs défauts mais il voit leurs faiblesses, leurs désœuvrements. Leur désespoir ou leur espoir. Il essaie toujours quelque part de faire quelque chose. Aenghus est un personnage incroyable que j’ai adoré suivre. J’ai eu beaucoup de mal à le quitter. Surtout avec cette fin….

Dans Lughnsadh, on apprend beaucoup de choses, l’histoire de l’Irlande, les Dieux et leurs particularités, tout cela prend vie sous la plume de Pat McMurphy. Des légendes et des mystères dont Lugh, Deirdre, Mannanan Mac Lyr, … Parfois, un peu confus dans ce que sera la finalité du récit, tout s’éclaire progressivement et la fin est magistrale. A la fin de cette histoire extraordinaire, je me suis aperçue que des détails sont donnés sans s’en rendre compte, ce qui montre tout le travail de l’auteur. Luhgnasadh est un récit prenant et vivant. L’écriture est délicate et belle. On sent la passion de Pat McMurphy pour l’Irlande, les mythes, les mystères, pour la mer aussi. J’ai vraiment adoré cette lecture dense et riche sur des sujets merveilleux, variés, durs, passionnés. Pat McMurphy a un véritable talent de conteur, je fus tenue en haleine jusqu’au bout. Et conquise par l’histoire, les personnages, les ambiances.

Il y aura un autre livre, une suite, bien que Lughnasadh se suffit amplement à lui-même, que j’attends avec impatience pour replonger dans l’univers et être charmée de nouveau par la plume de l’auteur !

 ***************************************

logo 3

logo challenge

otm5

Une terre si froide d’Adrian McKinty

9782234072039-GStock, 21,50€, 396 pages

4ème de couverture

« Par moments Une terre si froide fait penser à James Ellroy par la précision et l’intensité de la langue. »
The Glasgow Herald

1981, Carrickfergus, Irlande du Nord. Le gréviste de la faim Bobby Sands vient de mourir et la région est sous haute tension. C’est dans ce contexte oppressant que le sergent Sean Duffy est appelé d’urgence pour résoudre une étrange enquête : un homme a été retrouvé dans un terrain vague, une main coupée. La victime est un homosexuel notoire. Un mobile suffisant ? Puis une deuxième victime est découverte, présentant les mêmes sévices. Aurait-on affaire au premier serial killer de l’histoire du pays ? Duffy sait toutefois que les apparences sont souvent trompeuses, lui qui incarne un paradoxe en Ulster : il est flic et catholique.

Adrian McKinty réussit le pari de faire vivre la violence de la guerre civile en même temps qu’il nous entraîne au coeur d’une enquête palpitante, maniée avec un humour noir si cher aux Irlandais.

Résumé

A Belfast, les émeutes font rage suite à la mort d’un gréviste de la faim, militant de l’IRA provisoire, âgé seulement de 27 ans, Bobby Sands. Dans le même temps, le Sergent Duffy et ses coéquipiers, prêtent main forte à la police anti-émeute. En fait, ils attendent qu’on ait besoin d’eux, mais les conditions météo freinent la volonté des émeutiers et pour le moment, ils se sont pas sollicités. De retour chez lui, Sean Duffy est contacté en pleine nuit par son supérieur. Un homme a été retrouvé mort dans une voiture abandonnée, mort d’autant plus suspecte, qu’il est retrouvé avec une main coupée. Tout porte à croire qu’il s’agisse d’un règlement de compte mais la victime était homosexuelle et un autre crime similaire vient d’être découvert. L’affaire se complique et prend une drôle de tournure…

Mon avis

On n’est pas bien loin du coup de coeur !

Au début, je l’avoue, j’avais peur d’être perdue face aux contextes historique et politique de ce roman qui se passe en Irlande du Nord dans les années 80. Je n’y connais pas forcément grand chose et j’ai craint de ne pas comprendre ou que cela soit très présent dans l’histoire. Alors bien sur, le contexte est donné et les événements en fond sont réels mais les éléments sont donnés progressivement et on peut le lire sans s’y connaitre sur le climat difficile de l’époque, les groupes armés IRA, UDA, …Et puis, cela permet d’en apprendre plus sur ce qu’il s’est passé en Irlande du Nord en 1981 de manière différente. C’est vraiment très intéressant.

On suit l’histoire (à la 1ère personne) de Sean Duffy, jeune sergent catholique. Élève brillant, rien ne le destinait à rentrer dans la police. Il est muté à Carrickfergus, réputé pour être un poste plus calme, moins difficile que les autres villes d’Irlande du Nord. Sa hiérarchie souhaite plus ou moins le mettre à l’abri, car flic et catholique, c’est assez rare et peut  engendrer des tensions. Pas vraiment entre collègues mais plutôt avec la population. Mais Sean ne s’en préoccupe pas, surtout qu’il a choisi de s’établir dans un quartier protestant de la ville. Comme on s’en doute un peu, tout ne se passe pas cependant pour le mieux pour Sean. On sent bien dans le roman, la tension entre catholiques et protestants. Et puis Sean n’est pas bien vu par les catholiques, c’est un flic travaillant pour la couronne britannique, un « traitre » quoi. Heureusement Sean s’entend bien avec son équipe.
Et puis, il y a cette affaire qui commence comme un règlement de compte, la victime serait-elle un informateur ? Et ses employeurs se seraient-ils vengés de la « balance » ? Ou bien est-ce un crime homophobe ? Aurait-on affaire à la première victime d’un tueur en série, ce qui serait une première en Ulster ?

J’ai vraiment bien accroché à cette affaire, je pense que ça vient de plusieurs choses, que j’ai réussi sans mal à m’attacher à ce flic, sympathique, parfois un peu paumé. On suit l’évolution de l’enquête avec ses yeux et donc on a ses réflexions, on est perdu comme lui, on s’interroge, on cherche les pistes, remonte les fausses pistes, etc. La trame se met en place progressivement et on ne comprend pas trop vite où l’auteur nous emmène. Et puis le contexte, les tensions, les attentats dans Belfast, les émeutes, donnent une ambiance tendue et noire que j’ai beaucoup apprécié. Mais attention, ce livre est aussi touchant et drôle, j’ai souri plusieurs fois aux réflexions et à l’humour irlandais de Sean, noir mais aussi rempli d’autodérision ou parfois avec un humour « potache », ou celui de ses collègues, enfin plutôt malgré eux. Ces touches d’humour permettent de faire tomber un peu de la pression que l’on ressent dans l’histoire. J’ai aussi trouvé ça chouette de découvrir des références typiques des années 80, musicales, films ou autres (mariage du Prince Charles par exemple). Le contexte du pays dans ses années 80 est subtilement décrit, fermetures d’usines, chômages, … mais aussi le début des méthodes scientifiques. Bref, plein d’éléments qui rendent le livre terriblement efficace.

On suit aussi Sean dans sa vie de tous les jours, ses insomnies, ses rencontres, ses habitudes, son voisinage, sa passion pour la musique, les pubs, etc. etc. Ce personnage est voué à faire l’objet d’une trilogie et on apprend donc ici à le connaitre et à l’apprécier. Il sera très intéressant de suivre son évolution. L’intrigue n’est pas forcément des plus originales, bien que la tournure des événements, les liens entre les personnages et d’autres affaires sont très bien menées, on ne s’ennuie pas un instant.

Le style d’Adrian McKinty est à la fois poétique et noir (certaines descriptions des événements sont aussi belles que dérangeantes), j’ai le sentiment (sans mis connaitre beaucoup) qu’il n’y a pas de parti pris de la part de l’auteur, il essaie de rester attaché au contexte réel sans pour autant nous dire : l’IRA ou l’UDA c’est le mal ou le bien; par contre, il y a des choses qu’on ne peut accepter quelque soit le camp dans lequel on se trouve. En plus, on sent qu’Adrian McKinty est attaché à son pays, à son histoire, aux traditions, à ses particularités. C’est vraiment très bien écrit, équilibré et rythmé.

L’écriture est fluide, précise et agréable, on est emporté dans les années 80, en Irlande du Nord, on sentirait presque l’odeur de la tourbe dans les rues, en entendrait presque le bruit des balles en caoutchouc, on verrait presque les fresques sur les murs des immeubles de Belfast. J’ai beaucoup aimé découvrir cette histoire, je continuerai avec plaisir de suivre les aventures de Sean Duffy. Je découvre un auteur intéressant, qui a déjà publié une trilogie traduite en français, consacrée à Michael Forsythe, je me pencherais peut-être prochainement dessus. Ses one-shots eux ne sont malheureusement pas traduits.

Je découvre également cette collection chez Stock et l’objet livre que j’ai trouvé magnifique. Bref, je le conseille aux amateurs mais pas uniquement !

Livre lu en partenariat avec Babelio, opération Masse Critique, que je remercie.

Voici le lien vers le roman :

***********************logo challenge thriller. jpg

logo-1

Fièvre Noire (Les chroniques de MacKayla Lane, Tome1) de Karen Marie Moning

fievre noireJ’ai lu, 12,50€, 416 pages

4ème de couverture

« Ma philosophie tient en quelques mots : si personne n’essaie de me tuer, c’est une bonne journée. Autant vous le dire, ça ne va pas très fort, depuis quelque temps. Depuis la chute des murs qui séparaient les hommes des faës. Pour moi, un bon faë est un faë mort. Seulement, les faës Seelie sont moins dangereux que les Unseelie. Ils ne nous abattent pas à vue. Ils préfèrent nous garder pour… le sexe.
Au fait, je m’appelle MacKayla Lane. Mac pour les intimes. Je suis une sidhe-seer.
La bonne nouvelle : nous sommes nombreux.
La mauvaise : nous sommes le dernier rempart contre le chaos. »

Résumé

Mackayla dit Mac est une jeune américaine de Géorgie, elle adore sa vie dans le bled paumé d’Ashford, jolie, blonde, un peu écervelée, elle profite de la maison de ses parents qui sont partis en vacances. Tout va bien dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce qu’elle reçoive un coup de fil qui lui apprend l’assassinat de sa sœur Alina, qui faisait ses études à Dublin. Sa vie bascule alors, Alina était son modèle, sa meilleure amie. Quelques semaines après cette perte terrible, Mac apprend que la police va clore l’enquête sur le meurtre de sa sœur, faute de preuves, de témoins, de suspects. Une nouvelle difficile à avaler, Mac décide alors de s’envoler pour Dublin afin de pousser la police à rouvrir l’enquête, surtout qu’elle a depuis découvert un étrange message sur son répondeur téléphonique. Ce que Mackayla ne sait pas encore c’est que sa vie va complètement changer une fois le pied posé sur le sol irlandais…

Mon avis

Cela faisait plusieurs mois, qu’à force de voir les copinautes le lire, adorer, dévorer la suite, j’avais envie d’essayer. Et puis, quoi de mieux en weekend à Dublin que lire un livre qui se passe là bas ! J’avais besoin d’une lecture légère et j’ai été servi. Je ne suis pas déçue par ce premier tome, mais il s’agit clairement d’une introduction, Fièvre Noire, ne peut pas se lire sans ses suites. C’est cependant, une bonne lecture détente.

Et comme un bon tome d’introduction, Fièvre Noire, nous permet de découvrir une héroïne : Mackayla, un peu de son passé, son caractère, une jeune demoiselle pas si écervelée que ça finalement, avec du caractère même si parfois il lui arrive de passer à côté des évidences ! Je ne suis pas complètement attachée à Mac, du moins pas eu point, de frémir avec elle ou de stresser quand il se passe quelque chose, mais elle est sympathique et c’est son évolution qui m’a plu le plus. Elle est obligée de faire face à plein de choses et elle finit par les accepter, tout en restant elle-même, demoiselle qui aime le vernis à ongle et le rose 😉
Il nous permet également de découvrir la mythologie développée par Karen Marie Moning. Elle a choisi la mythologie celte, avec le Sidhe, les faës, les seelies, les unseelies,… Loin de nous perdre, elle explique très bien et progressivement à travers les révélations qu’apprend Mackayla (et dans le prologue), les différences entre les uns et les autres, les « bons » et les « mauvais », leurs aspects, etc. J’ai vraiment beaucoup aimé cette mythologie (ça donne envie d’en apprendre plus d’ailleurs) et donc l’histoire que vit Mackayla.

Même si beaucoup l’ont lu, je vais quand même éviter de spoiler, je ne rentrerai pas dans les détails. Mackayla va vite découvrir qu’elle (et ça c’est la 4ème de couverture qui le dit), est une sidhe-seer, elle a la capacité de voir les fäes, leurs vraies natures et c’est souvent pas beau à voir d’ailleurs ^^ Elle va tomber sur Barrons, un homme énigmatique et terriblement beau, qui va l’aider (ou pas ^^), tout va dépendre du point de vue, la grande question posée dans ce tome 1 :  peut-elle lui faire confiance ?
Leur relation est pleine de piques, d’animosité et de surprises. Parfois, elle m’a saoulé, et parfois j’ai adoré. Je n’aime pas Barrons pour le moment, il est trop arrogeant (et je déteste les gens imbus d’eux même) mais il est mystérieux, et ça, bizarrement, ça me plait, parce qu’on ne sait pas sur quel pied danser avec lui ! Il est méchant ? Manipulateur ? Altruiste (hahaha)… ?

Ce premier tome pose beaucoup de questions et ne donne quasiment pas de réponses, on en a bien une à la fin, mais sommes-nous sûrs ? Est-ce que l’auteur ne se joue pas de nous ? (A déconseiller donc à ceux qui ne veulent pas se lancer dans une saga de 5 tomes, il y a en a, il faut prévenir). Mais, Fièvre Noire pose bien les jalons de l’univers, les personnages, les intrigues et sous-intrigues. Il donne envie de savoir ce que va encore découvrir MacKayla, si notre monde est en danger, comment va-t-elle faire? Seule ? Avec qui ?
Concernant la narration, je n’ai pas trop eu de mal avec la première personne, c’était sympa. Mais j’ai eu plus de mal avec le découpage, une impression parfois, de sauter du coq à l’âne … Certaines choses auraient pu être un peu plus creusées ou détaillées, mais je suppose que tout cela viendra dans les tomes suivants.

Autre point que j’ai apprécié et là pô de surprise, ça se passe en Irlande, à Dublin et on s’y croit (il y a peut être un ou deux trucs qui ne collent pas trop mais qu’importe, c’est une histoire inventée), des noms de lieux, des personnages au tempérament « irlandais », des noms de plat, etc. C’était vraiment agréable de se dire, « hé j’ai vu ça », et « hé moi aussi j’ai fais ça » etc.

Concernant le style de l’auteur, c’est frais, rythmé, pas mal d’humour aussi. Sur ce n’est pas de la Grande Littérature diront certains, mais c’est très plaisant. Honnêtement, j’ai préféré Anthelme Hauchecorne, et son Âmes de verre, dans le style et la thématique mais je me suis laissée portée par cette lecture et même si c’est pas un coup de coeur, j’ai passé un bon moment 🙂 Je continuerai donc cette sympathique sage d’urban fantasy 🙂

*************************

logo 1

challenge destins de femmes

logo club lecture