Points chauds de Laurent Genefort

9782253169819-T

Le livre de poche, 384 pages, 7€60

4ème de couverture

Désormais, nous ne serons plus jamais seuls. Septembre 2019.
Deux Bouches s’ouvrent. L’une, au-dessus du Pacifique. L’autre, au large du Golfe du Bengale. Ce qui en tombe se noie dans l’océan… Reste la réalité imposée par l’événement : nous ne sommes plus seuls ! D’autant que bientôt une troisième Bouche se matérialise sur la terre ferme, et les aliens débarquent sur Terre. C’est l’effervescence, la mobilisation mondiale, l’exultation… les vagues de suicides, aussi. Et bientôt une quatrième Bouche, puis une cinquième, puis dix, cent, mille Bouches qui partout apparaissent, livrant passage à des kyrielles d’extraterrestres de races, de mœurs et d’aptitudes diverses… À la sidération initiale succèdent le chaos et la terreur. Pourtant il faut faire face, s’adapter, mais comment vivre dans un monde qui ne vous appartient plus ?

Mon avis

Un sympathique lecture.

Quand les bouches s’ouvrent sur Terre, le monde que l’on connait change radicalement. Cependant, il s’avère vite que les extra-terrestres qui traversent les bouches ne sont pas hostiles, du moins pas volontairement. Ce sont des voyageurs et non des combattants. Toutefois, chaque race est différente autant visuellement que culturellement. Et ce qui peut être considéré pour un peuple comme une démonstration de respect ou de tentative de dialogue peut être considére par d’autres comme une menace. Les groupes qui débarquent sur Terre se rendent en fait vers une nouvelle bouche. Il faut donc quand cela est possible sécuriser l’accès de l’une à l’autre et surtout empêcher les humains curieux de les emprunter. Une section spéciale de l’armée est créée. Dans laquelle s’engage Léo. Le lecteur va le suivre sur plusieurs années, dans le monde entier (ou presque) et pour des missions qui seront parfois éloignées de la mission première de la section.

Parallèlement à l’histoire de ce militaire, Adriadne une jeune ado décide de passer la bouche qui s’est ouverte dans son immeuble, avant que celle-ci soit protégée par les militaires. A Prokopyé, un nénèste raconte sa rencontre avec les héhé-ty, afin d’honorer la mémoire de son peuple, il décide de venir en aide à cette race qui tente de rallier une autre bouche en traversant la toundra glacée. En 2027, deux scientifiques : une espagnole et un indien doivent travailler ensemble en Suisse, sur deux Corcovados. Camila, quand à elle, travaille dans l’humanitaire et c’est donc tout naturellement qu’elle décide d’aider les shaytans à traverser le désert mais surtout sa mission consiste à les appareiller car ces derniers ont subis des blessures graves…

Le récit se compose d’instants de vie de ces différents personnages entrecoupés de news, d’interview, de petites annonces,… toujours en rapport avec la perception des hommes sur les bouches, les créatures qui en sortent ainsi que la réaction des hommes et femmes de la Terre.

Le récit est assez concis, l’auteur a volontairement construit son récit comme tel, plutôt comme un reportage, comme un documentaire que comme un roman de science-fiction. Ainsi tout semble très réel. Les réactions nous semblent donc cohérentes avec ce qui se passent. En bien ou en mal. Certaines choses donnent la chair de poule, d’autres donnent de l’espoir.
Le récit est construit sur les différents points de vue des personnages, qui présentent des points de vues « thématiques » : Humanitaire – Scientifique –
Militaire – Humaniste.

L’auteur balaye ainsi un ensemble de réactions possibles. Il y a ceux qui aident et ceux qui luttent contre les hommes qui veulent profiter des caractéristiques des aliens ou qui cherchent à les tuer sans pourtant avoir été menacés. Certains les enferment,  les aliens se retrouvent parqués comme des animaux.  Où encore dans certaines zones on les tue par dizaine. Là où la guerre hésitait déjà, elle ne s’arrêtera pas avec l’arrivée des aliens. Or la plupart d’entre eux sont inoffensifs.  Mais parfois, certains sont de nature toxique pour la planète ou les humains mais jamais consciemment comme une xenoplante et ses spores ou encore des aliens avec une force inattendue. C’est l’inconnu. Et cela fait peur.

Dans les réactions, il y a les riches qui s’arment et se replient sur eux-même. Qui augmentent la sécurité de leurs habitations. En général, les pauvres ou les gens modestes vont être ceux qui vont aider, qui se montrent souvent plus ouverts.
Le lecteur découvre que les politiques et les gouvernements ont peur, et refusent que les humains partent par les bouches. Pourquoi voudraient-il quitter la Terre ? Et quand on découvre que certaines technologies aliens peuvent venir en aide aux gens, les autorités s’opposent à ce progrès, de peur de perdre leur pouvoir sur les gens, de perdre de l’argent, de perdre le contrôle. La liberté fait peur donc c’est hors de question.

Le principe des bouches est vraiment intéressant. Il s’agit juste de passer de l’une à l’autre. Et il arrive que certains aliens décident de rester. Comme certains humains partent à l’aventure ou passent la bouche dans l’espoir de trouver une vie meilleure.

On peut facilement faire un parallèle avec notre monde. Avec les exodes, les migrants, les guerres, les conflits. Le récit renvoi à nos peurs, à nos espoirs, à notre regard sur les autres. Je retiendrai surtout un livre qui montre que ce que la peur de l’autre peut engendrer d’horrible mais aussi ce que la différence peut amener de beau. C’est aussi très effrayant de voir que ces êtres ne sont pas considérés comme des êtres vivants. Il n’ont aucun droit. Comment ne pas penser à certains choses que l’on voit aux infos le soir ?
Quelle régression, on y voit un retour à des périodes noires de notre Histoire. Ceux qui cherchent à les aider, à les protéger sont dénigrés ou arrêtés. Certains passages font froids dans le dos. Et parfois, il y a des lueurs d’espoirs comme dans la toundra ou à la fin du récit.

A la fois, on peut trouver que l’auteur ne va pas assez loin, qu’il ne tisse pas assez de liens entre les différentes parties, mais cependant il arrive en ces quelques récits à montrer quasiment tous les aspects d’un gros bouleversement. Les forces armées, les recherches scientifiques, la religion (entre ceux qui croient à un message de dieu et ceux qui y voient le diable), l’entraide, le profit,… Il aurait été plaisant de suivre les aventures des humains qui ont passés une bouche, là on n’en garde qu’un vague aperçu. Mais, peut-être que l’auteur n’en a pas fini avec son univers ?

Moi, j’ai eu une préférence pour les passages qui décrivent les aliens, les modes de vie, leur planètes d’origine. Certains mondes font rêver, d’autres flipper. Et il faut une sacrée dose d’imagination pour les visualiser. Mon récit préféré a été celui du nénèste et l’opposition aux russes.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ce livre, qui bien que court, contient tellement de choses. Il plaira en plus, je pense, à ceux qui ne sont pas SF. C’est une lecture sur la psychologie des humains confrontés à l’inconnu et à la différence.

Un plus, le guide de survie en situation de contact alien qui permet de prolonger le récit en développant plus les caractéristiques des aliens. Pas trop court pour avoir un vrai plus, mais pas trop long, parce que ce type de guide même s’il ne se prend pas au sérieux pourrait vite être rébarbatif. Je l’ai lu d’une traite, sinon, je pense que je n’y serais pas revenu.

Bref, une bonne découverte, une lecture sympathique, un auteur à suivre.

 

Publicités

Une réflexion sur “Points chauds de Laurent Genefort

  1. […] Autres critiques : Dawn (Les Découvertes de Dawn) […]

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s