Morflam de Pierre Bordage

reines-et-dragons-c1

Depuis 2009, les Éditions Mnémos publient en partenariat avec le festival, les Imaginales d’Epinal une anthologie annuelle de Fantasy.

Après Rois & Capitaines, Magiciennes & Sorciers et Victimes & Bourreaux, toutes trois dirigées par Stéphanie Nicot, anthologiste et directrice artistique du festival, l’édition 2012 sera co-dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust.

 Quatrième de couverture:

« LES AILES IMMENSES. LE CORPS VASTE. La tête cornue et mobile au bout du cou. Et ces plaques d’écailles d’un bleu noir. La reine Ayline aurait pu défaillir si elle n’avait connu une succession d’épreuves, si elle n’avait été ballotée d’un cauchemar à l’autre. Son cœur était celui d’une guerrière : il n’était pas invincible mais il ne cesserait de battre qu’au prix d’une défense farouche. Elle sortit son glaive du fourreau ; il lui sembla dérisoire face a la puissance du monstre qui se percha sur l’édifice, ailes toujours déployées. »

Réalisée en partenariat avec les Imaginales le festival d’Epinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, l’anthologie Reines et Dragons s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers et de Victimes et Bourreaux, saluée par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de Fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).

D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la Fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe. Drégongeon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Soeurs de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons !

AUTEURS Pierre Bordage Charlotte Bousquet Nathalie Dau Anne Fakhouri Mélanie Fazi Mathieu Gaborit Thomas Geha Vincent Gessler Justine Niogret Chantal Robillard Adrien Tomas Erik Wietzel

Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale.

L’auteur

Pierre Bordage, né le 29 janvier 1955 à La Réorthe, en Vendée, est un auteur de science-fiction français. C’est avec sa trilogie Les Guerriers du silence, publiée aux éditions de l’Atalante et vendue à 50 000 exemplaires, qu’il rencontre le succès. Ce space opera ainsi que le cycle de Wang sont salués par la critique littéraire comme des œuvres majeures du renouveau de la science-fiction française des années 1990, genre qui était alors dominé par les auteurs anglo-saxons.

Au fil de ses publications, Pierre Bordage acquiert la notoriété et une reconnaissance parmi les meilleurs romanciers populaires français. Auteur d’une quarantaine d’ouvrages ainsi que de nouvelles, publiés chez différents éditeurs (notamment Au Diable Vauvert) et de différents genres (fantasy historique avec L’Enjomineur, science fantasy avec Les Fables de l’Humpur, polar, etc.), il a aussi conçu des novélisations et a même réalisé quelques scénarios pour le cinéma, pour ensuite s’essayer à l’adaptation théâtrale ainsi qu’à celle de sa propre œuvre en bande dessinée.

Les ouvrages de Pierre Bordage ont une orientation humaniste, axée sur la découverte de la spiritualité, la lutte contre le fanatisme ou encore le détournement du pouvoir politico-religieux au profit de quelques-uns. Bien qu’issu de la science-fiction, il travaille bien davantage sur ses personnages que sur la science et les technologies qu’il met en scène, et s’inspire des épopées et des mythologies du monde entier.

Pierre Bordage a reçu de nombreux prix littéraires tels que le grand prix de l’Imaginaire (1993) et le grand prix Paul-Féval de littérature populaire (2000).

Mon avis

La Reine Hoguilde a encore reçu des doléances des habitants des Confins, le dragon a détruit les villages et les récoltes, le peuple lointain meurt de fin. La Reine comme à son habitude promet des combattants et une aide financière, promesse qu’elle ne tiendra pas. Le peuple des Confins est toujours demandeur, trop, beaucoup trop. Et la Reine est féroce, elle qui a pris la succession de son père, sans héritier mâle.

Elle a fait tué tous ceux qui pouvaient s’opposer à elle, sauf le mage Marioch qu’elle ne trouva pas. Mais un soir, ce dernier se présente à elle et lui annonce que le Dragon l’attend, elle est la seule à pouvoir l’affronter. Dans le cas contraire, il mettra le royaume en cendres. Mais Hoguilde ne que faire des injonctions du vieux mage. Elle ne voit en le dragon qu’imagination d’un peuple avide. Cependant, ce dernier, Morflam, est bien réel et décime le royaume. La Reine va lui envoyer ses meilleurs guerriers mais cela ne suffira pas…

J’ai beaucoup aimé la description du « voyage » de la Reine qui se décide à prendre son destin en main. En peu de mot, l’auteur nous met dans l’ambiance, un dragon terrifiant, une Reine vierge, les forêts, une mission pour se montrer digne du royaume ? la sensation d’être épiée, suivie…

Jerphon, un gnome de la forêt va croiser la jeune Reine. J’ai beaucoup aimé ce personnage, étrange et au discours assez ironique. Et la Reine aussi qui ne croit en aucune forme de magie, colérique et froide, mais aussi contrainte d’ouvrir les yeux et de croire. De comprendre ce qui la lie à son peuple, à sa terre et à ce qui s’y passe. Ce que représente le dragon m’a beaucoup plu également, si cette façon de voir les choses se retrouvent souvent dans des nouvelles ou des romans, je trouve que c’est ici vraiment très bien fait.

L’écriture et le style de Pierre Bordage sont très plaisants. Les valeurs, les sentiments et le lien entre les deux personnages sont vraiment au cœur de la nouvelle qui répond parfaitement au thème de l’anthologie. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle, son dénouement, le message philosophique passé, la façon de procéder. C’est le premier texte que je lis de l’auteur et je pense que ça ne sera pas le dernier.

logo

Les avis des membres de la LC

Marie et Anne : https://memelessorciereslisent.wordpress.com/2015/06/20/morflam-de-pierre-bordage/

Nyxx :

Fanny :

Dionysos : https://bibliocosme.wordpress.com/2015/07/02/morflam-nouvelle/

Publicités

2 réflexions sur “Morflam de Pierre Bordage

  1. […] critiques : Dawn (Les Découvertes de Dawn), Marie et Anne (Même les sorcières lisent) et Nyxx (Nyxx […]

  2. […] critiques : Dawn (Les Découvertes de Dawn), Marie et Anne (Même les sorcières lisent) et Nyxx (Nyxx […]

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s