L’héritage des Rois Passeurs de Manon Fargetton

héritage

Editions Bragelonne, 20€, 312 pages

4ème de couverture

Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité.
Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue. 
Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…

Résumé

En Terre de feu, agile et légère, Ravenn mène une meute à la chasse aux dragons. Quand, après une expédition, elle revient au Clan, un message l’y attend. Sa mère la reine du royaume d’Ombre est mourante. Ravenn princesse héritière a un jour fait la promesse de revenir sur ses terres et d’accéder au trône. Mais quand elle rentre après 9 ans d’exil, à la capitale Astria elle n’est pas vraiment la bienvenue. Le Roi son père avait annoncé sa mort et préparé Aénor sa soeur au trône. En Rive, dans le monde que l’on connaît, Enora et Erwan s’appètent à fêter leur vingtième anniversaire. Chez leurs parents, l’attitude de leur grand-mère est étrange mais Enora s’apprête à revoir Axel, un voisin parti pendant plusieurs années et pour lequel la petite fille d’alors craquait. Mais au plus fort de la fête, une étrange délégation débarque et massacre les invités sauf Enora et Axel, miraculeusement retranchés dans les jardins, hors de vue des assaillants…

Mon avis

Un très bon roman, une bonne lecture même si j’aurai bien aimé un peu plus de développement.

Pendant que Ravenn revient pour la succession à la tête du royaume d’Ombre, Enora en Rive est confrontée au pire des cauchemars, et perd sa famille, tous ceux à qui elle tient. Elle est secourue par deux jeunes hommes Charly et Julian qui l’aident à prendre la fuite. Ils l’emmènent rencontrer Hank un ami qui pourrait leur venir en aide. Ils lui apprennent que les assassins sont connus sous le nom de l’Ordre. Cet Ordre s’en est pris à sa famille car elle est une passeuse. Elle a le pouvoir de traverser entre les deux mondes : Ombre et Rive. Mais cela, avant ce jour néfaste, Enora n’en avait aucune idée. Profondément ébranlée par les événements, elle accepte néanmoins de fuir l’Ordre en ouvrant un passage en Ombre où elle se rend avec Charly et Julian. Ne sachant pas ce qu’ils vont trouver là-bas, la prudence et la discrétion sont de mise. Ils doivent se fondre dans la masse.

Au château où vivent les Rois, Ravenn, revenue avec deux aides, Laïm un jeune garçon très intelligent et observateur et Pelekaï, le second de la meute (en terre de feu), se rend compte qu’elle n’est absolument pas la bienvenue. Dans le bureau qu’elle s’est choisie, et avec l’aide de l’intendant du royaume, elle se met au fait des événements et des intrigues politiques. Elle doit, le soir venu, déjouer des tentatives d’assassinats. En effet, son père, les magiciens et les prêtes du Royaume ne sont pas prêts à laisser la princesse rebelle le droit de gouverner. Heureusement, Ravenn peut compter sur quelques soutiens. Notamment un des généraux de son père qui lui affrète quelques soldats pour sa sécurité.

J’ai adoré le monde façonné par Manon Fargetton. Les liens entre Ombre et Rive, l’histoire des Rois Passeurs, la succession en Ombre : de mère en fille, les dieux et leur intrusion dans le monde. Les intermèdes permettent de donner de nombreuses informations sur le Royaume d’Ombre, son fonctionnement, les différentes « dynasties » de rois, etc. Ils enrichissent le monde créé par l’auteure. Cette dernière sème des indices tout le long du roman et quand les liens se dénouent, que les pièces du puzzle se mettent en place, le lecteur se rend compte que l’intrigue et sa mise en place sont rudement bien ficelées. J’ai beaucoup apprécié la magie développée dans le roman, différente de celle que l’on peut trouver ailleurs. Elle permet une touche originale dans une histoire prenante mais un peu convenue. J’ai aimé aussi le mystère et le secret entourant les magicien(ne)s.

J’ai beaucoup aimé Ravenn, cette princesse qui a fuit le royaume parce qu’elle ne voulait pas être celle que tout le monde voulait qu’elle soit. Elle a ses envies, son besoin de liberté et ses valeurs. On pourrait croire qu’elle fuit ce qu’elle est mais il n’en ai rien. Elle avait besoin d’apprendre ce qu’elle a appris avec les clans et la meute pour devenir un jour, Reine. Indépendante et à la fois extrêmement attachée à son royaume, Ravenn est vraiment une héroïne, une figure féminine de premier plan. J’ai aussi beaucoup aimé les deux frères : Charly et Julian, un solaire, l’autre plus sombre, torturé. Manon Fargetton joue beaucoup sur les opposés et sur cette thématique de l’ombre et de la lumière même chez ses personnages, comme les deux frangins ou encore l’artiste peintre Jana par exemple. J’ai vraiment beaucoup aimé ce travail sur les héros. J’ai aimé aussi les Dieux, les échanges entre Aa, Dieu de la Nuit et Izil, Déesse du Jour, ou encore le Gris et leurs réactions, leur capacité à interférer sur les humains et leur implication dans l’histoire.

Par contre, et c’est dommage, je suis restée un peu distante avec Enora. Malgré tout ce qu’elle a vécu, je ne suis pas parvenue à me lier, à m’attacher à elle. Et je l’ai trouvé peut-être trop effacée dans la seconde moitié du roman. J’aurai aimé la suivre avec plus de ferveur, avec plus d’empathie. J’ai préféré Ravenn et son destin, à celui d’Enora. Je ne serai pas vraiment expliquer pourquoi mais je n’ai pas tremblée pour elle par exemple, et ne cherchais pas à savoir ce qu’elle allait faire.

C’est le premier livre de Manon Fargetton que je lis et j’ai découvert une plume très agréable, un style rapide et dynamique. Le lecteur est tout de suite, dès le prologue et le premier chapitre, embarqué au cœur de l’action. Très peu de temps morts, le fil de l’intrigue se déroule et les complots, les trahisons, les Heures sombres passent, cela va très vite. Peut-être un peu trop. J’aurais bien aimé un peu plus de développement. Plus d’informations sur les autres royaumes, sur d’autres personnages. Un récit un chouilla plus dense sur les personnages, même secondaires.

Un roman  un peu féministe  et c’est temps mieux, les figures féminines y sont très fortes. Ce sont de beaux personnages qui ne s’en laissent pas compter. Pas de simples marionnettes comme leurs prédécesseurs, les héroïnes affrontent avec force et esprit leur destin et s’affirment. L’auteur est en train d’écrire un second livre dans le même univers avec un personnage secondaire qui est déjà marquant dans ce roman. Je pense que je le lirai pour retrouver cet univers et surtout en savoir plus sur cette partie effleurée dans ce one shot mais qui mérite (et j’en suis contente) une mise en lumière, un développement.

Je remercie Babelio et les Editions Bragelonne pour cette découverte ^^

Publicités

4 réflexions sur “L’héritage des Rois Passeurs de Manon Fargetton

  1. scarlett21 dit :

    Je crois bien qu’il va m’accompagner en vacances ce titre-ci ^^

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s