Au coeur du Dragon d’Anne Fakhouri

reines-et-dragons-c1

Depuis 2009, les Éditions Mnémos publient en partenariat avec le festival, les Imaginales d’Epinal une anthologie annuelle de Fantasy.

Après Rois & Capitaines, Magiciennes & Sorciers et Victimes & Bourreaux, toutes trois dirigées par Stéphanie Nicot, anthologiste et directrice artistique du festival, l’édition 2012 sera co-dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust.

 Quatrième de couverture:

« LES AILES IMMENSES. LE CORPS VASTE. La tête cornue et mobile au bout du cou. Et ces plaques d’écailles d’un bleu noir. La reine Ayline aurait pu défaillir si elle n’avait connu une succession d’épreuves, si elle n’avait été ballotée d’un cauchemar à l’autre. Son cœur était celui d’une guerrière : il n’était pas invincible mais il ne cesserait de battre qu’au prix d’une défense farouche. Elle sortit son glaive du fourreau ; il lui sembla dérisoire face a la puissance du monstre qui se percha sur l’édifice, ailes toujours déployées. »

Réalisée en partenariat avec les Imaginales le festival d’Epinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, l’anthologie Reines et Dragons s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers et de Victimes et Bourreaux, saluée par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de Fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).

D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la Fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe. Drégongeon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Soeurs de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons !

AUTEURS Pierre Bordage Charlotte Bousquet Nathalie Dau Anne Fakhouri Mélanie Fazi Mathieu Gaborit Thomas Geha Vincent Gessler Justine Niogret Chantal Robillard Adrien Tomas Erik Wietzel

Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale.

L’auteur

Anne Fakhouri est née à Paris et, après quelques escales ici et ailleurs, y est revenue. Passionnée par Lewis Carroll et les chevaliers de la Table Ronde, sa formation très classique la mène sur les bancs de la Sorbonne puis devant ceux d’un collège où elle exerce l’enthousiasmant métier de professeur de français.

Dévorant toutes formes de littérature, elle s’est naturellement tournée vers l’imaginaire pour écrire, pratiquant le voyage immobile et l’évasion quotidienne, ce qui lui tient lieu d’activité périscolaire.

En 2008, l’Atalante publie son premier roman, Le Clairvoyage, suivi de la Brume des Jours, dyptique pour la jeunesse remarqué (Grand Prix de l’Imaginaire 2010), puis Narcogenèse (2011), un thriller fantastique pour adultes où les sorcières côtoient les flics et le Marchand de Sable tue les enfants en perdition. L’Horloge du temps perdu (2013) renoue avec son inspiration jeunesse en plongeant son héros dans le passé de son père. Hantés (2013), entre thriller halluciné et fantastique moderne, continue à explorer ses ports de l’angoisse.

Son dernier roman, American Fays (2014), co-écrit avec Xavier Dollo, met en scène un monde de fantasy urbaine où sévissent Al Capone, adeptes de la prohibition et créatures magiques .

Mon avis

Cette fois-ci, je retrouve une auteure que j’ai déjà lu. D’Anne Fakhouri, j’ai lu Narcogénèse, un roman particulier, une découverte originale, et j’avais pu lui en parler d’ailleurs pendant les Halliénales. Je m’attendais donc à être surprise par cette nouvelle et à retrouver une certaine ambiguité dans le récit de l’auteur. Et ce fût le cas, même si format nouvelle oblige, c’est moins marqué que pour un roman. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle qui se démarque sur plusieurs points donc je parlerai ensuite.

D’abord, le lecteur découvre Jil une jeune femme et Oeuf de dragon, un jeune homme à la description un peu particulière, comme son nom d’ailleurs. Ce sont deux orphelins qui ont grandi ensemble, se protégeant mutuellement. Ils vont bientôt participer à la cérémonie qui leur permettra d’obtenir une place dans le Dragon et  leur donner un nom. Jil se rend avant cette cérémonie aux Pics Jumeaux à la recherche de silex. Qu’elle trouvera dans le nid d’une des espèces de dragons nichant dans les montagnes. Jil et Oeuf de dragon sont des grimpeurs, en échangeant du nettoyage des nids des dragons, ils peuvent récupérer des pierres allant de la plus banale à la plus mythique que personne n’a jamais vu en passant par des pierres précieuses.

Mais lors de la cérémonie, rien ne se passe comme prévu pour Jil. Elle avait l’intention de monter au plus haut pic et trouver de le nid de L’Espério, un dragon que personne n’a vu depuis des décennies. Mais elle est suivie par un Marchand récemment arrivé et échoue dans son épreuve… Comment va-t-elle réagir ? Que peut-elle tenter ? et comment s’en est sorti Oeuf de dragon ?

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle. Elle se démarque de plusieurs façons. Déjà les dragons ne sont pas terrifiants. Bien sur la montagne est dangereuse et ce sont de grosses créatures. Le danger est toujours présents. Mais les dragons sont plutôt présentés comme des animaux sauvages. Et les humains les aident en nettoyant leurs nids. Ensuite, la réaction de Jil ou plutôt ses réactions à ce qui lui arrive tout au long de la nouvelle m’a agréablement surpris. Pas que je sois toujours d’accord avec ses choix mais ils ne manquent pas d’être surprenants. Enfin, la fin et l’ambiguïté de certains personnages. Il semble donc il y avoir souvent un côté « obscur » et sombre chez Anne Fakhouri, parfois dérangeant mais ça ne me gène pas, au contraire.

J’ai aimé aussi les descriptions des dragons, les 6 espèces toutes différentes. J’ai aimé que contrairement à d’autres histoires, ce ne sont pas des dieux, l’ennemi à combattre. J’ai apprécié cette façon de tourner l’histoire. Cette nouvelle est également un peu frustrante, parce qu’il reste des questions en suspens. On se demande qui est vraiment un des personnages. Ce qu’il veut. Cependant, l’histoire se tient bien en quelques pages, même si on a l’impression d’un commencement, d’une introduction à un univers plus vaste et plus riche.

Je vais essayer de lire Americans Fays rapidement, histoire de découvrir encore une facette de cette auteure 🙂

J’ai une fois encore passé un bon moment avec une des nouvelles de Reines et dragons et attend la suite avec plaisir.

 

logo

Les avis des membres de la LC

Marie et Anne : https://memelessorciereslisent.wordpress.com/2015/04/26/au-coeur-du-dragon-danne-fakhouri/

Nyxx :

Fanny :

Dionysos :

Publicités

Une réflexion sur “Au coeur du Dragon d’Anne Fakhouri

  1. […] critiques : Dawn (Les Découvertes de Dawn) et Marie et Anne (Même les sorcières […]

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s