Mourir sur Seine de Michel Bussi

mourir-sur-seine-bussi

Editions des falaises, 9€, 470 pages

4ème de couverture

Un meurtre… huit millions de témoins.
Sixième jour de l’Armada. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen ! Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ? Quel scandale dissimulent les autorités ?
Une implacable machination… qui prend en otage huit millions de touristes.
Une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine. L’histoire de la navigation en Seine, stupéfiante et pourtant bien réelle, livre la clé de l’énigme. Les quais de Rouen, le cimetière de Villequier, les rues médiévales de Rouen, le marais Vernier… deviennent autant de scènes de cette enquête défiant l’imagination.

Résumé

1983, Muriel, sa fille Marine et son époux se rendent au Marais Vernier. Le mari de Muriel est un plongeur émérite et sa fille d’une dizaine d’année l’accompagne. Pendant qu’ils plongent, en général, Muriel se promène et découvre les environs. C’est ce qu’elle décide de faire ce matin-là, une ballade dans les bois même si la chasse est ouverte. Quand Marine et son père ressortent de la Seine, Muriel n’est pas là à les attendre avec les serviettes chaudes comme elle le fait d’habitude. Ils partent à sa recherche. Seulement, il est trop tard…

25 ans plus tard, la ville de Rouen vit les premiers jours de l’Armada. D’un voilier mexicain, un matelot plonge dans la Seine, il fait sensation. Mais les raisons de son saut reste obscur pour tous même de l’équipage. Il écope de 4 soirées sans permission. Le premier soir où il peut sortir, il se rend à la Cantina s’amuser avec ses camarades. Il ressort de là au bras d’une jolie blonde. Le lendemain matin, à l’aube, un artiste-peintre va découvrir le corps du jeune homme sans vie devant le voilier mexicain, le Cuauhtémoc.

cuauhtemoc2

Mon avis

Une très bonne lecture ^^

J’aime beaucoup Michel Bussi, sa façon de construire ses histoires et son style. Ce livre est très bien, mais en ayant lu des titres plus récents, on sent qu’il n’avait pas encore trouvé sa « patte ». Cependant, Mourir sur Seine est une très bonne lecture ! Donc imaginez la suite ^^ Bref, Michel Bussi est un auteur à lire !

Suite à la découverte du corps d’Aquilero un matelot mexicain, une enquête policière démarre. Ce marin a été retrouvé mort devant le voilier le Cuauthémoc présent à Rouen pour l’Armada. Pour la police, c’est l’horreur, en pleine Armada, ce meurtre va bouleverser les festivités, attirer les journalistes prêts à descendre la tradition de l’Armada et terrifier les touristes. Le commissaire Paturel et son équipe doivent aller vite. Ils commencent leur enquête dès la découverte du corps. Le jeune homme s’était fait remarquer en sautant du mât du voilier dans la Seine. Les policiers retracent sa soirée, boite, danse, alcool, etc, et départ de la Cantina au bras d’une jolie fille. A-t-elle un lien avec le meurtre ? Quelques heures plus tard, le légiste affirme qu’Aquilero est mort à 2h du matin, à la sortie de la Cantina mais le corps ne présente aucune manifestation de la décomposition, et il n’a été découvert que 4h plus tard. Pourquoi ? Comment est-ce possible ? Et puis surtout, qui en voulait à ce marin ? Un mari jaloux ? Un vol qui a mal tourné ? Les inspecteurs vont émettre des hypothèses parfois assez farfelues mais si la vérité l’était tout autant ?
Pendant, ce temps, une journaliste Maline est missionnée par le directeur du SeinoMarin lui demande de suivre l’Armada et l’enquête et de faire un papier sur le sujet…

Le lecteur découvre l’équipe d’inspecteurs. Des personnages sympathiques mais, en dehors du commissaire, peut-être un peu trop survolés pour être attachants. Le commissaire Paturel, 30 ans de service, du caractère, deux enfants en garde alterné, et qu’il a justement pour les vacances, des comptes à rendre au Préfet,… Colette, la cinquantaine, autant d’années de carrière que le commissaire, dans son équipe depuis presque autant, ils se connaissent très bien. Ovide celui qui émet des hypothèses et des théories improbables mais qui sont souvent les bonnes pistes à suivre. Jérémy, stagiaire, blouson de cuir, sourire en coin et chewing-gum. J’ai eu beaucoup de plaisir à suivre l’enquête et les découvertes de cette équipe même si on sent que les liens entre eux auraient pu être un peu plus développés, la psychologie un peu plus détaillée. Il y a des passages assez prévisibles mais on sent déjà une maîtrise de l’auteur dans la recherche de la crédibilité scientifique mais sans assommer le lecteur de détails, de théories. Bref, pas les experts 😉 mais ça prend très bien !

Et puis, on suit Maline, journaliste professionnelle. Jolie jeune femme qui n’est pas encore prête à se poser. Elle a une source d’information au cœur même de la police et  elle suit  donc l’enquête de très près. Elle va même déduire plus de choses des éléments communiqués par son informatrice. Pour son article au SeinoMarin, elle va devoir rentrer Olivier Levasseur, relation presse de l’Armada. Une rencontre qui ne va pas la laisser de marbre. Maline va contribuer sans le vouloir à l’enquête et bien sur, elle va se retrouver dans une situation compliquée ^^ Elle est attachante, spontanée et intelligente. Je pensais en apprendre un peu plus sur Maline, il y a des choses que regrette de ne pas avoir été un peu plus développée. Même si je comprend pourquoi. Maline connait le commissaire qui ne sera pas surpris de la retrouver plusieurs fois sur son chemin.

Dans Mourir sur Seine, j’ai retrouvé le style de l’auteur : l’art de mettre en place des fausses pistes, de faire naître des doutes chez le lecteur, de le surprendre avec une tournure inattendue des événements. On sent que le style dans la construction de l’intrigue doit encore d’affirmer un peu, ce que l’auteur a brillamment réussi dans ses derniers romans. Il y a déjà la fluidité et le rythme tant apprécié de ses romans, grâce à l’alternance des points de vue : police/ Maline et des chapitres courts. Il y a parfois des maladresses comme des répétitions dans la description des personnages ou certains dialogues mais il faut bien se rôder ^^

Malgré celà, j’ai été happé dans l’histoire. Je me suis torturée les méninges pour trouver l’astuce, faire le tri entre faux semblants, fausses pistes et rebondissements. J’adore échafauder des théories, me faire des nœuds au cerveau, parfois même compliquer l’intrigue plus qu’elle ne l’ai en réalité ! L’auteur réussit à installer la paranoïa de Maline chez son lecteur, comme elle, j’ai vu des complots, des coupables partout. Tout le monde s’est mis à être le suspect, le coupable idéal !

J’ai beaucoup aimé cette lecture qui se passe pendant l’Armada de Rouen donc. J’ai appris beaucoup de chose que je ne connaissais sur cet événements, sur la ville, sur la piraterie, les légendes du coin,… vraiment très intéressant. Les légendes et la piraterie sont vraiment ce que j’ai aimé le plus ici. De plus, l’Armada est un magnifique décor pour cette intrigue. Cette lecture m’a donné envie de m’intéresser plus à l’histoire riche de Rouen, la prochaine fois que j’irai. Et aussi d’assister un jour à une Armada.

amerigo-vespucci-armada-2013 rouen1La prochaine est en 2019…. c’est loiiiiiiiiin

Ce n’était pas aussi tordu que dans d’autres romans de l’auteur, on sent parfois qu’il s’agit d’un de ses premiers romans, mais, comme j’avais pu déjà le lire pour mon autre chouchou Franck Thilliez, les premiers romans sont déjà très bons, y a déjà du niveau, on sent déjà le gros potentiel de l’auteur qui arrive à se jouer de nous ^^

Petit bémol,  il y a des répétitions qui donnent trop d’éclairage sur la vérité et il y a quelques coquilles, mais ma foi, rien qui ne gâcha ma lecture 🙂 J’ai passé un très bon moment, et j’espère sortir bientôt de ma PAL énorme, les autres romans que j’ai de Michel Bussi 🙂

Mention spéciale, au titre du roman qui bien sur, laisse en tête la chanson de Dalida… Comme le titre un avion sans elle… Où comment réussir à avoir une chanson en tête pendant des jours, qui n’a « rien à voir » avec l’histoire du roman…

tous les livres sur Babelio.com
Publicités

4 réflexions sur “Mourir sur Seine de Michel Bussi

  1. Rouen !! C’est chez moi !! Rien que pour ça je dois le lire 🙂 Mais je n’aime pas trop la couverture.

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s