La voix des rois – Les haut-conteurs T1 d’Oliver Peru & Patrick Mc Spare

couv2712167

Pocket, 336 pages, 7,70€

4ème de couverture

Au XIIe siècle, les Haut-Conteurs, prestigieux aventuriers et troubadours portant la cape pourpre, parcourent les royaumes d’Europe en quête de mystères à éclaircir, d’histoires à collecter et à raconter. Leur quotidien se nourrit de la vérité cachée derrière la rumeur, les superstitions et les légendes.
Ceux qui ont la chance de les entendre s’en souviennent toute leur vie. Les Conteurs possèdent la voix des rois, une voix dont ils usent comme d’un instrument magique. Mais ces éblouissants vagabonds ne chassent pas que des frissons. Dans le secret, ils recherchent les pages disparues d’un livre obscur, un ouvrage vieux comme le monde que certains croient écrit par le diable en personne.
Et ce livre, Roland un fils d’aubergiste que rien ne destine à l’aventure, pourrait bien en percer l’énigme. Car à treize ans, il devient le plus jeune garçon à poser la cape pourpre sur ses épaules et il semble tout désigné pour devenir le héros d’une grande histoire, une histoire de Haut-Conteur…

Résumé

Un haut-conteur a disparu! Dans l’auberge du Grand Robert on ne parle que de ça. C’est qu’il a séjourné là avant de ne plus donner signe de vie. Après ceux qui venaient pour écouter le Flamboyant, ce sont les curieux qui affluent. Bientôt des recherches seront lancées, même s’il est habituel pour les conteurs de rechercher l’aventure et de parcourir le monde, ne pas donner de nouvelles ne leur ressemblent pas. Roland le fils de l’aubergiste et ses sœurs ont de quoi faire, l’établissement ne désempli pas. La présence d’un haut-conteur est un tel événement, ceux qui racontent les histoires qui vous envoutent de leurs récits, qu’a-t-il bien pu arriver au Flambloyant ? Conteur émérite enquêtant sur la présence dans la région d’êtres maléfiques. Il se dit que des Goules rôdent dans les cimetières du coin… Que lui est-il arrivé ? Un soir, Roland et son père reçoivent la visite de Mathilde, la Patiente qui recherche son ami, son mentor. Roland sent bien qu’elle ne leur dit pas toute la vérité. Il décide qu’il doit participer aux recherches. Ne trouvant pas le sommeil, Roland quitte le confort rassurant du logis pour partir à la recherche du conteur perdu…

Mon avis

Un bon moment en compagnie de Mathilde et Roland !

Ce premier tome est très sympathique ! On saute à pieds joints dans l’univers créé par Oliver Peru & Patrick Mc Spare. C’est un tome introductif, certes, mais pas que. Les auteurs nous expliquent bien entendu ce que sont les Capes Pourpres, ce qu’ils font et ce qu’ils cherchent, etc., et ceci de manière très construite. Un peu par un narrateur omniscient et beaucoup par la voix de Mathilde qui va prendre Roland sous son aile. Et le lecteur va aussi suivre les réflexions de Roland, ses doutes, ses interrogations, ses déductions et ainsi pénétrer au sein du cercle fermé des haut-conteurs, au cœur de l’action.

Pour moi, c’est un très bon roman jeunesse. Il y a un bon équilibre entre Roland qui a 13 ans (pour l’époque, il est déjà un jeune adulte) et Mathilde, la petite trentaine qui a déjà pas mal vadrouillée de part l’Europe. Les personnages, l’histoire et le thème sont destinés à la jeunesse, aux « ados » mais ils permettent également d’atteindre un public plus large. On ne s’ennuie pas en compagnie de Roland et Mathilde. Les personnages principaux sont sympathiques, Roland n’est pas trop tête à claque, il m’a beaucoup surprise. Il a beaucoup de courage et il réfléchit. Bien sur le lecteur apprendra qu’il n’est pas parfait, mais qu’importe on s’attache à lui ! Deviendra-t-il un haut-conteur fascinant ? Un aventurier sans Peur ?  Trouvera-t-il sa voix ? Les conteurs sont comme une grande famille mais comme dans toute bonne famille littéraire qui se respecte, les membres ont des secrets. Certains nous seront dévoilés, d’autres juste entre aperçus. Il y a dans ce tome une bonne dose de mystère et de doute. Chacune des capes pourpres à sa propre voix, sa propre particularité et c’est un régal d’en découvrir plusieurs aux fils des pages. J’ai adoré Ruppert l’archiviste par exemple ^^

J’ai beaucoup apprécié la tournure « enquête » que prend le récit, comme le dit la 4ème de couverture, les haut-conteurs ne courent pas qu’après les frissons, ils recherchent les pages d’un livre très ancien qui pourrait révéler plusieurs choses effrayantes ou fascinantes. De plus, un des héros semble lié à au « Livre des peurs ». Pourquoi ? comment ? Des questions qui commencent à trouver un début de réponse. Les auteurs ont trouvé la recette pour nous donner envie de suite l’histoire de Roland au delà de ce premier tome. J’aime les messages codés, les jeux de pistes, les labyrinthes, les légendes … autant dire que j’ai passé un très bon moment. J’espère que les prochains tomes seront encore plus développés de ce côté.

J’ai également beaucoup aimé la mythologie développée, les créatures que l’on croise et ce que nous apprenons sur elles. C’est certes pas, dans ce tome, la plus originale mais j’ai bien aimé  la façon dont elle était traitée, amenée, expliquée. J’ai hâte d’en découvrir d’autres créatures et j’espère aussi voyager, peut-être au delà du comté, dans l’Angleterre, à Londres ? ou pourquoi pas en Europe ? Le petit plus de ce tome, c’est une bonne dose d’humour,  les taquineries de Mathilde, les répartis des uns des autres, la gouaille des serfs, Ruppert, … humour bien présent dans les pages de cet opus. C’est efficace. Habituellement, je n’aime pas les livres dont l’action se déroule en période médiévale mais si pas trop de descriptions, l’époque est surtout bien trouvée pour sa part de légendes, de mystères, de mysticisme, …. Le mélange médiéval, « policier », fantasy est très réussi.

Les pages se tournent très facilement, le style est simple, direct mais riche en vocabulaire, toute une atmosphère est créée. Le récit est dynamique et plein de rebondissements. Je me suis laissée embarquer dans l’histoire, j’ai vu venir certaines choses c’est vrai, mais d’autres m’ont surprises.  C’est vrai que par certains aspects, cela reste jeunesse, un peu cliché sur certains points mais c’est léger sans l’être, c’est divertissant sans être assommant. Pour moi, c’est le bon équilibre. En tout cas, j’ai envie d’en savoir plus et donc je poursuivrais cette série !

Et hop, une première lecture dans le cadre de mon défi : vider votre PAL Halliennales ! Je commence avec un livre de M. Peru qui a réalisé l’affiche du salon cette année !

logodéfi

4 réflexions sur “La voix des rois – Les haut-conteurs T1 d’Oliver Peru & Patrick Mc Spare

  1. Manon Marie dit :

    Une chronique qui fait envie. Je suis curieuse de découvrir ce livre car je ne connaissais pas du tout cette série. Maintenant j’ai hâte de lire ce premier tome =D

  2. Cassiopée dit :

    Ah tu me donnes envie ! Je l’achèterai aux Halliennales !

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s