Ce qui nous lie de Cécile Guillot (LC 2014 : Saisons païennes) : Lughnasad

Zfem7Pv0IJEuFMKJMxrYzEhhRis

5ème billet de la LC au rythme des Saisons Païennes, recueil de nouvelles publié aux Editions du Chat Noir. Parmi les Enfants de Walpurgis, c’est au tour de Cécile Guillot et de sa nouvelle Ce qui nous lie, qui célèbre Lughnasad, le 1 aout (où en fait quand la lune est pleine, proche de début aout).

Je ne sais pas pourquoi, mais c’est je pense ma célébration préférée des fêtes païennes ^^

Le lecteur découvre Dorine une sorcière qui s’apprête à s’unir selon les rites païens du mariage à l’homme de sa vie. Elle a la chance d’avoir rencontré quelqu’un qui accepte ce qu’elle est et qui désire tout découvrir à ses côtés. Mais la nuit précédent leur mariage, Dorine va être sollicitée par Blanche qui a besoin de sa magie pour guérir. Comment Dorine va-t-elle réussir à aider cette femme si désespérée?

Je suis contente de retrouver la plume si douce de Cécile Guillot. C’est assez rare pour être souligné mais son écriture a l’air de m’apaiser ! Ici la nouvelle est assez courte et se concentre vraiment sur la célébration du mariage de Dorine et son époux lors des fêtes de Lughnasad. Cécile Guillot transmet tous les symboles et messages de cette fête. Plus que le développement des personnages. Toutefois, à la fin de la nouvelle, on apprend que l’action se passe avant Fille d’Hécate et là, on se dit : « ho mais découvrirait-on des personnages liés à Maëlys ? Du coup, ça m’a donné envie de lire plus vite que prévu le tome 2, donc il sera certainement pour avant la fin de l’année 😀 C’est donc bien écrit et fluide. Peut être que j’aurai aimé plus de développement pour m’immerger encore plus dans cette célébration que j’aime beaucoup ❤

La nouvelle traite très bien du thème, des références à Lughnasad, la période des récoltes, de la moisson,  la célébration des mariages, la soleil,… C’est vraiment très bien fait. On imagine bien les blés, les coquelicots, la terre fertile. J’ai beaucoup aimé le symbolisme de la renaissance à la fin et puis, on sent que Cécile s’y connait et ça c’est génial. Une douce nouvelle baignée de soleil que j’aurai aimé prolonger encore un peu.

Quelques petits mots sur la célébration de Lughnasadh (rapidement, parce que les liens que je vais vous donner à la fin de ce billet, vers les autres chroniques de cette nouvelle ou concernant la célébration, vous détailleront plus ce qu’est cette célébration).

Lammas-Aug20001

Lughnasadh ou Lammas a lieu début aout signifiant « assemblée de Lug ». Cette fête est célébrée en  l’honneur de Lug,  divinité celte associé à la lumière stellaire, complémentaire de Belenos associé(s) à la lumière solaire, et de sa mère nourricière Tailtiu. Chez les Celtes, LUG était le dieu de la Lumière. C’est un dieu « multiple » car il possède de nombreux talents. Maitre de plusieurs arts, il est parfois aussi appelé le « polytechnicien ». C’est la fête du blé, des moissons et de l’abondance, placée sous le regard bienveillant du dieu qui promettait la paix et la prospérité. Il assurait l’éternité des cycles de mort et de renaissance, la pérennité des récoltes.

Dans l’Irlande d’autrefois, Lugnasadh était le temps des rassemblements, des contrats et des mariages. C’était aussi une fête agraire, un divertissement collectif avec des jeux et des compétitions (foire, audition de poètes et de musiciens, jeux, courses de chevaux…). Elle était placée sous le signe des échanges et de l’amitié: on y venait sans arme. Sur les pentes des collines était lancée une roue enflammée, ceci illustrait la descente vers l’hiver; mais elle terminait aussi sa course dans une rivière, unissant ainsi le symbolisme du Feu à celui de l’Eau.

Pour retrouver de façon tout aussi bien traité mais en roman, Lughnasah et l’Irlande, je vous conseille mon coup de coeur : Lughnasadh de Pat McMurphy

Vous retrouvez aussi Lammas dans une nouvelle de Vanessa Terral : Au soir de la moisson

Les symboles et correspondances de Lughnasadh / Lammas :

  • Encens :sauge, cèdre.
    Arbres : noisetier, noyer.
    Fleurs : rose, belladone.
    Couleurs : jaune, orange, vert foncé.
    Chandelles : vertes, jaunes.
    Pierres : jaspe rouge, jade, malachite.
    Planète : Soleil.
    Carte du tarot : Force, arcane majeure 8.
    Influence : courage, succès.

Les participantes de la LC

Cassie : Lughnasad / Lammas

Marie et Anne : ce qui nous lie et Lughnasad

Coquelicote : Lughnasad

Chica

logo LC

Publicités

4 réflexions sur “Ce qui nous lie de Cécile Guillot (LC 2014 : Saisons païennes) : Lughnasad

  1. Coquelicote dit :

    On voit déjà Dorine dans le tome 1 de Fille d’Hécate ^^ C’est la fille de la dame qui tient la boutique de sorcellerie, on voit même le petit garçon qu’elle a eu, Théo. C’est rigolo ces correspondances à chaque fois. Au final, on ne dit pas toutes la même chose sur les fêtes ^^

  2. Marie et Anne dit :

    Je suis d’accord avec Coquelicote chacun parle d’une même fête à sa manière et on se complète 🙂

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s