L’alchimiste des Ombres – Les Lames du Cardinal T2 de Pierre Pevel

alchimiste2

Folio SF, 402 pages, 7,90€

4ème de couverture

A peine remis de leurs dernières aventures, La Fargue et ses Lames du Cardinal doivent une nouvelle fois reprendre du service. En effet, la très belle et très dangereuse Alessandra di Santi, célèbre espionne connue sous le surnom de l’Italienne, les prévient d’un complot visant le trône de France et impliquant leur plus ancien adversaire : l’Alchimiste des Ombres, un dragon dont le seul but est de mettre à bas le royaume. Leur mission ne s’annonce donc pas de tout repos, d’autant qu’un danger bien plus grand semble menacer la France.

Résumé

Des soldats se dirigent clandestinement et en hâte en Lorraine. Pourquoi ? Ils y retrouvent Sœur Béatrice, et se préparent ensemble à affronter un Dragon. De son côté, l’Alchimiste se repose avant son arrivée en France mais il comprend qu’il a été retrouvé par les soldats. Un combat s’engage alors. Il pourrait s’avérer lourd de conséquences et de révélations…

Pendant ce temps, en Artois, terre étrangère, La Fargue et ses lames doivent rencontrer L’Italienne, une espionne aussi vile que belle qui dit détenir des informations concernant un complot visant le trône de France…

Avertissement : ça risque de spoiler un peu le 1er tome, je vais essayer de limiter mais …

Mon avis

Une très très bonne suite !

J’étais tellement dedans avec le premier Les Lames du Cardinal que j’ai enchainé avec la suite. Le lecteur retrouve avec plaisir le capitaine La Fargue et les Lames pour continuer l’aventure. Agnès la baronne indépendante et mystérieuse, Marciac le Gascon débraillé et pétillant, Almadès la lame experte et stricte, Ballardieu affectueux et débonnaire, et les autres Saint-Lucq l’énigmatique sang-mêlé, Laincourt l’espion mystérieux ou encore le Mousquetaire Leprat. Puis le lecteur découvre de nouveaux personnages : l’Italienne, une espionne qui vend ses secrets aux plus offrants. Elle semble protégée par les plus puissants dont le Pape. Elle demande la protection du Cardinal car elle aurait des révélations sur un complot menaçant le trône, mais une fois n’est pas coutume, cela ne viserait pas le Roi Louis XIII mais la Reine. J’ai découvert Mme de Cheuvreuse, une intriguante amie proche de la Reine, belle et indépendante mais assez proche des Lorrains… On découvre également le nouveau maitre de magie de Mme de Cheuvreuse qui ne semble pas bien net. Et d’autres personnages encore auquel on s’attache l’ami libraire de Laincourt, Mirebeau, un gentilhomme, … Pierre Pevel croque des personnages tous différents et attachants. On passe par toutes les émotions avec eux, on en déteste certains, adore d’autres.

Lors de la rencontre entre La Fargue, quelques unes de ces lames et l’Italienne, un attaque de Dracs survient. Ces êtres autrefois soumis aux Dragons sont à la recherche de la jolie espionne. Et ils ne semblent pas agir de leur propre volonté, qui souhaite le silence d’Alexandra di Santi ? L’Italienne apparait comme fourbe, elle séduit pour attendrir et récolter des informations. Est-elle pourtant sincère dans sa demande ? Joue-t-elle double jeu ? Il est difficile de savoir si on apprécie ou si on déteste ce personnage ! En tout cas, il est suffisamment auréolé de mystère pour nous intriguer et nous faire tourner les pages. Et puis quel est ce complot contre la Reine que l’on sait être espagnole, cela a-t-il un rapport avec les Dragons ? la Griffe Noire ? Ou cherche-t-on a mettre les hommes du Cardinal sur une fausse piste ? Et les visions de sœur Béatrice que l’on rencontre au début de cette histoire que veulent-elles dire, qu’annoncent-elles ?  Qui est réellement l’Alchimiste des Ombres ?

Quelques pistes s’ébauchent dans ce tome, on émet des hypothèses, on se demande ce qu’il se trame… Il y a peut être un peu moins d’action que dans le 1er livre mais on a plus de détails sur les Lames, sur les Dragons, sur les loges, sur les relations entre le Roi et la Reine, … Pierre Pevel continue de semer les indices sur sa route comme le Petit Poucet. C’est vraiment intéressant de savoir ce que sont les Louves, les Châtelaines, ces personnages qu’on entrevoyait dans Les Lames du Cardinal et qui semble liés à Agnès. Peu à peu, on en apprend plus en accompagnant les lames, et on s’attache ainsi encore plus à eux. J’ai adoré encore plus Leprat et Laincourt dans ce second tome et je tremble pour mes personnages préférés. Quel sort l’auteur leur réserve-t-il ? Et après les révélations de la fin du premier tome, quand est-il vraiment des personnages qui cachent leur jeu ?

Les livres étant sortis à quelques mois (année? ) d’intervalle, et parce que j’ai enchainé les deux titres, j’ai eu un peu de mal avec les répétitions. Mais ce n’est pas un défaut puisqu’au regard des publications, elles sont nécessaires. Comme pour le premier, les descriptions sont dosées et toujours utiles pour l’histoire. J’ai vraiment adoré être plongée dans cette année 1663. C’est entrainant, bien écrit. Les changements de personnages que le lecteur suit  donnent du rythme au récit et nous tient en haleine. L’intrigue est vraiment bien montée (et en ayant lu les 3, je peux vraiment le dire). Encore une fois, une réussite ! Même si j’aurai aimé voir le maitre de magie… user un peu plus de magie…

Le tome se termine en apothéose, il se passe des choses dramatiques et on ne peut que souhaiter avoir le dernier livre sous la main pour poursuivre et enfin tout savoir ! L’atmosphère s’assombrit et on devine qu’il va se passer des choses pas sympathiques dans la suite. Le plus gros des révélations sera livré dans la fin, vous vous doutez bien que du coup, je n’ai pas trainé pour lire Le Dragon des Arcanes. Mais cela sera l’objet d’un autre billet ^^

*************************

DefiPALImaginales2014