C’est lundi, que lisez-vous ? #82

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

J’ai terminé Le sacrifice des Damnés (le cycle des âmes déchues, T2) de Stéphane Soutoul.

 00good_couv

J’ai commencé Réseau(x), T1 de Vincent Villeminot

Que vais-je lire cette semaine ?

Je continue Réseau(x), Tome 1 de Vincent Villeminot

réseaux

Je pense lire très vite Punk’s not dead de l’auteur Anthelme Hauchecorne. Et donc le commencer j’espère.

punk-s-not-dead-347479-250-400

Que vais-je lire la (les) semaine(s) prochaine(s) ?

Reprendre Glacé de Bernard Minier.

Et les services presses de babelio, & priceminister

Le Lamento des ombres – Collectif au Chat Noir

Et vous que lisez-vous ?

In My MailBox #71

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Il s’agit d’un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

Quoi de neuf dans mon sac ou ma boite aux lettres cette semaine ?

Cette semaine, c’est … PAL +14… Rien acheté dans la semaine, c’est samedi que la moisson a été importante avec LES HALLIENNALES, entre achats prévus, coup de coeur auteur et cadeaux… c’est la fête dans la PAL !!

Je reviens avec du Val sombre Editions : Le cauchemar de Cassandre de J.B. Leblanc, et Danse de sang de Frédéric Livyns.

      1379296_10152016563190774_1789126236_n

Ainsi qu’un autre titre de Frédéric, la réédition de Les contes d’Amy.

1383520_10152016563580774_2119560176_n

Je reviens aussi avec plein de J’ai lu : Les larmes rouges de Georgia Caldera, le premier tome d’Oscar Pill – la révélation des Médicus d’Eli Anderson, Rebecca Kean – T1 Traquée de Cassandra O’donnell, Martyr (livre I) d’Olivier Peru. Un Milady aussi rejoins la PAL : La saga des sept soleils – T1- L’empire caché de Kevin J. Anderson.

1376645_10152016563925774_443784971_n

524088_10152016564915774_1045247623_n

Avec le tome 3 du cycle des âmes déchus : Coeurs de ténèbres de Stéphane Soutoul, le tome 2 de Fille d’Hécate : Le parfum du mal de Cécile Guillot.

541907_10152016564355774_1847080223_n

J’ai trouvé d’occasion : Reines et dragons anthologie Imaginales 2012. Puis un dernier tour, et j’ai pris L’embaumeur 4 : Deadline à Ouessant de Stéphane Pajot

1384135_10152016564625774_183208563_n

et j’ai craqué sur Mémoire classifiée de Sylvain Blanchot et Les dossiers secrets de Harry Dickson – tome 1 de Brice Tarvel

1390494_10152016565220774_2001778339_n

Et vous de bonnes surprises dans votre BAL ?

Narcogenèse d’Anne Fakhouri

narcogenese-fakhouri

L’Atalante Editions, 312 pages, 19€

4ème de couverture

Louise Gaucher travaille dans un service de réanimation. Dès qu’elle le peut, elle s’assoupit auprès de ses malades plongés dans le coma. Elle a le don de voyager dans le « monde des rêves » où les patients choisissent entre la vie et la mort.
Simon Larcher est flic. Il ne boit plus, ne baise plus et ne joue à rien. Il voudrait juste nettoyer le monde de son horreur et de sa tristesse.
Une nuit de janvier, un enfant de la DDASS disparu est retrouvé dans le parc du Chais, propriété de la puissante et riche famille de Louise…

Dans Narcogenèse, Anne Fakhouri convoque les grandes peurs enfantines et les personnages de conte pour nous faire vivre la genèse de l’abandon et de l’infanticide. Sur fond de secret de famille, les deux enquêtes menées par Simon et Louise nous emmènent aux frontières du fantastique.

Résumé

En 1917, Adrienne a bâti son petit empire dans le domaine pharmaceutique, et a fait construire sa demeure « Le Chais » où elle vit avec sa fille et ses petits-enfants. Son héritage est son bien le plus précieux qu’elle souhaite transmettre aux générations futures. Adrienne a une sorte de don de prémonition, elle fait donc tout pour se conformer à l’avenir qu’elle entrevoit. Sa fille Cécile est de nouveau enceinte mais pendant son veuvage. Adrienne craint pour l’avenir du Chais et de sa réputation. Cécile ne pourra pas garder l’enfant…

De nos jours, Simon est flic et il enquête sur la disparition d’un enfant enlevé en pleine nuit sans intrusion dans sa chambre. Depuis quelques temps, le petit faisait d’horribles cauchemars. En parallèle, Zette travaille au service de réanimation de l’hôpital, elle possède le don de « voyager » dans les rêves des comateux. Lors d’une de ces incursions, elle rencontre un personnage infecte, Le Marchand de sable »… Que relie donc tous ces événements entre eux ?

Mon avis

Une très bonne lecture !

Quand j’ai vu qu’Anne Fakhouri était invitée aux Halliennales, j’ai eu envie de découvrir un de ses titres avant le jour J. Je me suis décidée pour Narcogenèse. La couverture est accrocheuse et c’est un thriller fantastique. De plus, je voulais découvrir les Éditions L’Atalante, ça tombe bien.

Le lecteur découvre d’abord une vielle femme, un peu austère et au caractère plus qu’affirmé. Dès le début, l’atmosphère est pesante, Adrienne, est très autoritaire, elle sait ce qu’elle veut, elle a construit son domaine et fait fortune toute seule ou presque et ne veut pour rien au monde que son héritage disparaisse ou que la réputation du Chais soit entachée.  Puis après ce prologue qui se déroule en 1917, l’action se situe de nos jours. Le lecteur suit Simon, un flic un peu atypique, pas marié, sans enfant, bon flic. Il enquête actuellement sur la disparition mystérieuse d’un enfant de la DDASS, en centre car maltraité par ses parents. Simon soupçonne un employé du centre, mais n’écarte aucune hypothèse. Le petit faisait d’horribles rêves, harcelé dans ceux-ci par un être décharné et terrifiant. Dans le coin, on raconte que le marchand de sable existe, ce sont surtout des commérages de vieux, qui croit aux fantômes et aux sorcières ou qui cherchent à effrayer les petits ! En parallèle, le lecteur rencontre au chais, Ti le fils des gardiens du Chais. Grâce à lui, on apprend que le Chais est occupé par Claude Gaucher, qui a perdu son mari, et qui vit avec ses deux filles Louise et Diane. Louise travaille au centre de réanimation de l’hôpital de la ville, et Diane s’occupe de ses deux enfants, Lucie et Max. La famille Gaucher est auréolée de mystère, c’est la famille la plus riche du coin, mais des bruits et des rumeurs courent et personne ne se lie jamais avec eux.

On reste dans une atmosphère un peu oppressante au sein de cette famille. Il se passe chez eux des choses, on le sent mais on se demande quoi sans arrêt. Et puis Louise a un don spéciale, elle peut communiquer avec les personnes dans le coma. Pourquoi ? Elle y fera une étrange rencontre, ce qui commencera à dénouer les nœuds de l’intrigue…

Elle est très bien menée, c’est prenant et le lecteur se pose beaucoup de question. Entre rêves, fantasmes et souvenirs, le lecteur est happé dans ce thriller fantastique où rien ne semble être ce qu’il devrait. Déjà il y a-t-il un secret entourant la famille Gaucher ? Si oui, quel est-il ? Les rumeurs vont bon train en ville. Le mystère est bien présent, Saul le frère de Louise et Diane a disparu mais est-il mort ? Où est-il enterré ? De même, Mamia, la mère de Claude est-elle vivante, personne ne l’a jamais revu, il n’y a pas eu d’enterrement. Ces événements alimentent le mystère autour du Chais. Ensuite, pourquoi des enfants sont enlevés ? Pourquoi en ville, des somnambules commentent des crimes? Tous parlent d’un être étrange, le Marchant de sable, une sorte de croquemitaine, terrifiant et cruel. Que se passe-t-il ?

Dans ce roman, les protagonistes devront remonter aux sources, replonger dans le passé. Comprendre les rêves et les cauchemars sera nécessaire pour dénouer les fils de l’intrigue. Le mélange est très bien fait entre éléments réels, fantastiques, oniriques… Certains passages plongent même le lecteur sur les sentiers de l’effroi… Certains sujets tabous sont exposés, plongeant le lecteur dans l’horreur…

J’ai beaucoup aimé, l’atmosphère, les secrets révélés au fur et à mesure, les références au magicien d’Oz, les passages quasi  fantasmagoriques,… Au début, j’ai eu du mal avec la psychologie des personnages principaux, puis je me suis attachée à Louis et à sa nièce Lucie. Certains personnages m’ont touchés comme Amélia, Max et Paulo. Cependant, je n’ai pas apprécié Simon. Je n’ai pas réussi à m’attacher. Du tout. Je n’arrive pas vraiment à comprendre pourquoi, surtout qu’on apprend pas mal de chose sur lui. C’est un bon flic qui ne cherche pas à briller mais qui est compétent, il a vécu des drames personnels.  Mais je suis restée distante.

Narcogenèse est un très bon roman fantastique, c’est très bien écrit, les points de vue alternés des protagonistes, permet du rythme et de conserver des effets de surprises et rebondissements. Je suis contente de mon choix, et ravie d’avoir découvert le talent d’Anne Fakhouri. J’irai me faire dédicacer mon livre demain aux Halliennales avec plaisir !

*****************************

88054467_p

Créature du Miroir de Jess Kaan

creature du miroir

Editions les Lucioles, 399 pages, 15€

4ème de couverture

Ludwik et Aleksandre, deux frères maltraités par la vie, vivent avec leur mère à Bavignies, une petite ville où il ne se passait rien, jusqu’à récemment… Car depuis quelque temps, les nuits de Bavignies sont devenues de véritables cauchemars. Plusieurs meurtres ont endeuillé la cité. Une créature mystérieuse rôde, sans parler de ce chat rouge aux intentions maléfiques qui apparait parfois, souvenir du passé maudit de la ville… Aleksandre et Ludwik aimeraient rester en dehors de cette histoire qui les dépasse et vivre leur vie. Hélas, il est un moment où le Mal doit être combattu… Un moment où l’on doit prendre les bonnes décisions au risque de tout perdre. Créature du Miroir est un roman dédié aux jeunes ordinaires d’aujourd’hui. Parce que ce sont eux qui peuvent tout changer !

Résumé

Ludwik Marlières a 11 ans et vit à Bavignies. Un soir qu’il rentre chez lui, plus tard que prévu, par les remparts, il reconnait les voix des 3 brutes du lycée. Ils zonent dans le quartier, cherchant certainement un coup foireux à faire. Ludwik prend peur, ces 3 là n’hésiteront pas à venir l’asticoter et à le frapper, s’ils le trouvent. Il se cache, mais le bruit qu’il fait alerte les lycéens. Prenant son courage à deux mains, il échafaude un plan et réussit à s’enfuir. Il rentre chez lui et raconte tout à son frère Aleksandre. Ce dernier n’est pas ravi depuis le décès de leur père, c’est lui qui doit prendre soin de son petit frère et celui-ci a le chic pour désobéir… Et leur mère qui est peu présente…
Si seulement, il n’y avait que les tracas quotidiens mais quelque chose rôde en ville, un homme a même été retrouvé assassiné. Et l’horreur ne fait que commencer…

Mon avis

Une excellente découverte, un très bon roman

J’ai beaucoup aimé ce nouveau livre de Jess Kaan, happée dès les premiers chapitres, je n’ai pas su le lâcher avant la fin !

Le lecteur rencontre d’abord Ludwik, 11 ans, on le sent triste mais volontaire. Lui et son meilleur ami Hugo, bien que très différents, se comprennent et se soutiennent. Mais ils sont souvent pris pour cibles par les plus forts du collège ou les terreurs du lycée, Sullivan, Geoffrey et Jordan. Ludwik est à un âge, où grandir, s’affirmer, est difficile. On a la fois envie de le protéger mais aussi de le laisser s’affirmer. Dans tout les cas, Ludwik est bien décidé à ne pas se laisser faire et oscille entre peur et courage. Son grand frère Aleksandre avec « ks » est en terminal. Il a quelques difficultés scolaires mais dans l’ensemble c’est un adolescent normal et courageux. Il prend soin de son frère même s’ils se brouillent régulièrement. Il veille sur lui, surtout quand leur mère n’est pas présente, très prise par son boulot. Elle est seule pour joindre les deux bouts depuis la mort un an plus tôt de son mari. On s’attache très vite à Ludwik et Aleksandre, on a envie de les connaitre, on est embarqué dans leur quotidien et les événements qui les touchent. On s’aperçoit qu’ils ont beaucoup de mal à accepter la disparition de leur père, ils n’ont pas encore fait leur deuil mais ils tentent de s’en sortir. Ils sont touchants mais jamais on ne tombe dans le pathos.

Ludwik et Aleksandre doivent affronter les tracas de leur quotidien, les menaces de Sullivan et sa bande, l’absence de plus en plus fréquente de leur mère le soir. Et en plus, depuis aussi depuis quelques temps, les rues de Bavignies ne sont plus très sures. Un étrange chat rouge apparait et disparait, des meurtres sont commis, … la ville semble sous le joug d’une malédiction. Et malheureusement, Aleksandre a le chic pour se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. La police va le soupçonner d’avoir un rôle dans les événements récents. Le flic chargé de l’affaire surtout, prend en grippe Aleks et harcèle le jeune homme. Aleks est bien décidé à laver son honneur et prouver qu’il n’est pour rien dans les malheurs qui surviennent. Il va se mettre à chercher des pistes. Peut-être la police est-elle passée à côté de quelque chose ? Ludwik s’obstine à vouloir aider son grand frère. C’est ensemble qu’ils vont découvrir des choses de plus en plus surprenantes et terrifiantes…

Le lecteur se pose beaucoup de questions. Tout ce qui se passe en ville a-t-il un lien avec la nouvelle boutique du centre-ville, dont personne ne semble pouvoir dire depuis quand elle est ouverte ? Qui est Lucien Delcourt, la première victime ? Avait-il découvert quelque chose qui aurait du rester enfoui à jamais ? L’intrigue est bien ficelée, il y a beaucoup de rythme, de l’action, entrecoupé de moments plus calmes de réflexion, de vie et tracas quotidiens. Créature du miroir présente trois niveaux de narration, la vie des frères Marlières, les découvertes de M. Delcourt et enfin des faits qui se sont produits plusieurs siècles auparavant. Le lecteur découvrira les imbrications des 3 histoires. Cela donne un récit passionnant, une intrigue développée, un très bon roman « jeunesse » qui saura plaire à un public plus large.

J’ai adoré la relation fraternelle entre Aleksandre et Ludwik, très juste, très belle. Ils sont attachants, on prend plaisir à les suivre, on veut à tout prix savoir ce qu’ils vont découvrir, et ce qu’ils vont faire . Et puis aussi on tremble pour eux. Les épreuves, les expériences vont les faire grandir, mais aussi les confronter à des choix. Ces deux garçons sont des personnages très justes. On sent l’envie de l’auteur d’en faire des ados normaux, la tête sur les épaules, des « héros du quotidien » qui vont être pris dans des événements qui les dépassent. J’ai vraiment apprécié qu’on ne cherche pas à nous faire de ces jeunes des super-héros.

Il faut dire que Jess Kaan excelle dans la création d’histoires fantastiques ancrées dans une réalité brute et dans un quotidien pas facile. Dans créature du miroir, le fond est très réaliste, très concret, très actuel deux ados déboussolés depuis la mort de leur père, un quotidien fait d’écoles, de devoirs, de petites sorties, de filles, …. dans une ville banale où il ne se passe jamais rien… jusqu’au jour où… la vie flirte avec le fantastique, des événements étranges, des découvertes curieuses,… de quoi frissonner, parfois même on se trouve à la limite du conte horrifique… Le mélange équilibré, justesse des personnages, révélations fantastiques, donne une histoire prenante. L’opposition réussie des deux « mondes » rend le tout d’autant plus fascinant, plus terrifiant… Une réussite !

Ce roman a pour cible les adolescents et je pense qu’il trouvera son public dans cette tranche d’âge (dès 11 ans, s’il aime la lecture) mais également au delà, parce que même si les héros sont jeunes, ce qui leur arrive parlera à tous. Et puis l’histoire est super, il faut la découvrir ^^
Autre point, la fin. Qui m’a laissée la gorge serrée et avec un grand vide. Il me faut absolument une suite !!!!! L’issue est logique et conforme au style de l’auteur, elle est belle et compréhensible. Cependant, on a vraiment envie de continuer à découvrir les personnages, leur choix, ce qu’il va advenir d’eux. S’il y a une suite,  je la lirai avec plaisir !

Dernier point, la couverture de Sylvain Sarraihl  est superbe ! Elle reflète très bien le livre. bravo !

**************************

logo challenge

Top Ten Tuesday #81

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est:

Les 10 meilleures et/ou pires fins de séries

Ne lisant que peu de série et surtout n’en ayant terminé encore que très peu, j’aurais vite fait le tour…

Les meilleures :

Comment ne pas citer Harry Potter ^^ Je crois que cette série se termine comme elle le devait, je la met donc dans les meilleures !

J’ai beaucoup aimé la fin d’Hunger Games, même si je sais que certains ont détesté. C’est vrai que ça va un peu trop vite mais …

La fin de la trilogie du Seigneur des Anneaux, j’ai beaucoup aimé !

J’ai adoré la fin du diptyque Les derniers guerriers du silence de Yoann Berjaud, magnifique

La fin du diptyque Oraisons de Samantha Bailly elle est superbe mais à briser mon p’tit coeur

Les « j’m’en souviens pas »

Dans les autres séries lues, il y a Le cycle de Pendragon, et là j’avoue je ne garde aucune mémoire de la fin…

Le thème de la semaine prochaine :

Les 10 raisons qui vous poussent à faire des rendez-vous livresques (C’est lundi, Top ten tuesday, IMM, etc…)
N’hésitez pas à me donner les vôtres en commentaire ou le lien vers votre TTT 🙂

C’est lundi, que lisez-vous ? #81

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

J’ai lu Créature du Miroir de Jess Kaan et Narcogenèse d’Anne Fakhouri

 creature du miroirnarcogenese-fakhouri

J’ai commencé Le sacrifice des Damnés (Le cycle des âmes déchues – T2) de Stéphane Soutoul

Que vais-je lire cette semaine ?

Je continue Le sacrifice des Damnés de Stéphane Soutoul

00good_couv

et je vais commencer Réseau(x), Tome 1 de Vincent Villeminot

réseaux

Que vais-je lire la (les) semaine(s) prochaine(s) ?

Reprendre Glacé de Bernard Minier.

Il va y avoir quelques services presses (babelio, priceminister entre autre)

Le Lamento des ombres – Collectif au Chat Noir

Et vous que lisez-vous ?

In My MailBox #70

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Il s’agit d’un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

Quoi de neuf dans mon sac ou ma boite aux lettres cette semaine ?

Encore PAL +5 cette semaine !

J’ai reçu C.OV.E. Abel de Evie Lee et Karen Lad. Je ne l’avais pas gagné chez Cassiopée mais la maison d’édition Le Chat Lune m’a envoyé une réduction, alors j’ai commandé ce roman que j’avais envie de lire depuis l’avis de Cassie.

Ensuite j’ai eu L’ange d’Ayala d’Anthony Trollope, à lire dans le cadre d’un challenge du Club de lecture L’île aux Livres.

Et j’ai commandé 3 livres d’occasion pour les halliennales, histoire de commence doucement les achats : Et on dévora leur coeur de Sylvain Blanchot, Transparences d’Ayerdhal et Les sentinelles du futur de Carina Rozenfeld.

IMM 70

Et vous de bonnes surprises dans votre BAL ?

Chat quantique et Picon bière de Gilles Warembourg

500_____couv_chat_web_173

Edition Le Riffle, collection Riffle nord, 7,5€, 241 pages

4ème de couverture

Arthur, l’éditeur de Roger, est contrarier: non seulement son auteur désargenté ne lui a pas fourni de texte, mais il a en plus l’audace de lui demander une avance !
Angelo, propriétaire de souche italienne, est venu encaisser les loyers en souffrance de Roger et le menace d’expulsion.
Il ne reste plus alors à Roger qu’à aller chercher l’inspiration ou noyer son infortune dans un pub de Lille, le Penny Lane. Il y rencontre un amateur de Picon bière qui lui soumet un récit susceptible de faire un bon roman.
L’histoire mêle alors le tragique et le burlesque, le prosaïsme et les univers virtuels, les nombres premiers et la mécanique des particules, le Picon et la bière…  

Résumé

Roger est réveillé de bon matin par Angelo, son propriétaire italien, venant lui réclamé les mois de loyer non payés avec intérêt, sans quoi c’est l’expulsion ! Roger est auteur et n’a pas vraiment de piste pour son prochain roman, il a bien commencé quelque chose mais ça ne lui convient pas du tout. Hors de question qu’il se trouve dehors. Il lui faut absolument toucher ses droits d’auteur. Mais devant le montant ridicule de ses derniers, il se voit contraint de demander une avance à son éditeur. Mais celui ci n’est pas facile à convaincre. Arthur veut du solide ! Roger décide alors de sortir cherche l’inspiration au pub Le Penny Lane. Là, il va faire la rencontre d’un étrange personnage, lui promettant un sujet en or pour son prochain roman entre deux consommations de  Picon bière et discours sur la mécanique quantique…

Mon avis

Un roman surprenant !

J’ai choisi ce roman au salon de Bondues, parce que je voulais découvrir la maison d’édition Le Riffle, situé à Roubaix et pour sa couverture et son résumé. Je ne regrette pas de mettre arrêtée sur ce roman noir tout à fait surprenant !

Le lecteur découvre le personnage principal, Roger, auteur de roman noir, au saut du lit. Lui qui vit seul dans un petit appartement avec son chat, est réveillé par son propriétaire, exaspéré de devoir se rendre chez lui pour lui réclamer les loyers non perçus. En plus l’appartement est dans un état ! On sent bien que Roger se laisse débordé par sa vie assez morose mais surtout il est en manque d’inspiration. Quelle idée choisir pour le roman que lui demande son éditeur ? …

Roger est un personnage un peu atypique, qui saura toucher le lecteur, parce qu’on peut se retrouver de temps en temps en lui. Un peu loser mais pas seulement. Il se rend au pub Le Penny Lane. Sous fond de musique des Beatles et de Lennon, Roger rejoint Jean-Jacques et Marcel, deux habitués du pub. Il leur expose son problème pour trouver un sujet intéressant pour son prochain roman. Ses compagnons lui proposent de s’inspirer des faits divers, il y en a à la pelle, il y aura bien un sujet pour Roger ! Pendant que ses comparses feuillettent l’édition du jour, Roger s’aperçoit qu’ils sont écoutés par un client étrange qu’il n’avait jamais vu au pub auparavant. Ce dernier vient finalement se joindre à leur conversation et pour le moins qu’on, puisse dire, c’est que cet homme, Victor, est assez calé dans un domaine qui laisse les 3 acolytes perplexes  : la mécanique quantique.

Au premier abord, j’ai été déroutée par Victor et ce qu’il raconte aux 3 camarades. Physique quantique, courants de pensées, chat de Schrödinger, … Un discours scientifique, des idées complexes, le lecteur doit s’accrocher pour comprendre. Comme Roger d’ailleurs. Le lecteur peut être un peu perdu, dérouté, par le discours de Victor, par sa façon de parler, toute en dérision et sérieux mélangés. Il faut passer outre, comme Roger, d’ailleurs, car Victor nous l’assure, il a une histoire incroyable à raconter, à transmettre, qui pourra faire un excellent roman noir pour Roger. Alors oui on s’accroche et on est entrainé, accroché comme Roger, agacé parfois, comme Roger, quand le discours de Victor digresse et s’éternise sur des détails que l’on ne comprend pas bien.

Vous l’aurez compris, on a souvent l’impression de se retrouver en Roger. Le roman est basé sur les mises en abyme et à plusieurs niveaux. Roger nous fait découvrir la création d’un roman, ses recherches, ses réflexions sur les attentes d’un éditeur, puis sur celles d’un lectorat de plus en plus exigeant. Et il nous retranscrit également le récit de Victor, en étant lui-même en position de lecteur exigeant. Et nous, le roman à la main ? Nous sommes en position de lecteurs exigeants ! De quoi vous retourner la tête non ?

Chat quantique et Picon bière est une lecture originale et intéressante. Les mises en abyme, sur plusieurs niveaux, donnent du relief au roman. L’intrigue est bien menée, et le lecteur se laisse prendre au jeu. Oui, nous voulons savoir cette histoire que Victor a à  raconter et en quoi elle est si incroyable.  Au départ, on ne sait pas où Gilles Warembourg va nous amener, on passe d’interrogations en surprises. Puis en rebondissements, et enfin, la révélation finale inattendue. Personnellement, cette fin m’a scotchée et a fait pencher la balance de « c’est pas mal » à « j’ai beaucoup apprécié » !

Le style de l’auteur s’adapte à chacun de ses personnages, Roger et Victor bien sur, si différents. L’un qui nous semble transparent, et l’autre mystérieux, ont tous les deux une façon de s’exprimer différente, des attitudes différentes, les passages écrits sont donc différents. C’est donc tantôt dynamique, tantôt plus lent selon qui s’exprime et sur quel sujet. Ajouter que le livre cumule les indices très bien cachés, que l’histoire racontée par Victor est émaillée d’extraits de courriers, de blog, de tableaux,… Nous pouvons nous même remonter le fil de l’intrigue, « jouer les enquêteurs ». Cela donne à Chat quantique et Picon bière, une construction originale. Il faut dépasser certaines réticences à voir régulièrement revenir certains notions scientifiques (bien qu’elles donnent vraiment à l’œuvre son côté atypique et original), car au final, les éléments et les événements nous éclairent sur ces notions et nous en comprenons assez pour ne pas passer à côté du roman.

240 pages mais 240 pages très riches, une lecture agréable et surprenante, un récit ambigu, des univers intéressants à traverser (le monde de l’édition et la création d’un roman, les mondes virtuels sur le net, la complexité des relations entre jumeaux, etc.), des références musicales, des réflexions sur la vie, l’écriture,….
J’ai apprécie que l’action se passe à Lille et de retrouver des lieux, des noms de rue connus, surtout que l’appartement de Roger n’était pas bien loin de là où je vivais avant !

Le lecteur est longtemps hanté par la question « qui est Victor », ce type louche, sans âge, maladif, amateur de Picon bière, mais si perspicace et intelligent, et il trouvera bien sur la réponse dans ce roman.

J’aurai peut-être l’occasion de rencontrer un jour M. Warembourg, j’aimerai lui poser une question, « êtes-vous si éloigné de Roger ? »

Top Ten Tuesday #80

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est:

Les 10 raisons qui font que vous préférez les livres papier aux ebooks

 Dans le désordre :

1. Tu peux faire ton choix en le feuilletant en librairie, en boutique d’occasion et l’avoir tout de suite (oui oui, on peut aussi arrêter son choix et acheter en ebook, mais c’est pas pareil)

2. C’est vivant un livre, pour moi, c’est important de le toucher, sentir, tourner les pages… Admirer les couvertures, en prendre soin ou le faire vivre (sans aller jusqu’à arracher les pages hein)

3. Le faire dédicacer, le présenter à l’auteur comme la plus belle de chose au monde ! Oui je sais, les ebooks c’est « dédicassable » sur certains supports mais c’est quand même pas pareil !

4. Le plaisir d’avoir une belle bibliothèque (ou d’aller à la bibliothèque), de choisir pendant de longues minutes, de les regarder avec amour et de te souvenir d’un tel ou d’un autre en regardant son titre

5. Propager la bonne parole sans dire un mot dans les transports en commun

6. Le plaisir d’offrir un livre (à un enfant, un adulte) et le regarder déjà tourner les pages, etc.

7. C’est rare parce que j’ai du mal à m’en séparer, mais un livre papier se prête (si si c’est possible) beaucoup plus facilement qu’un ebook, surtout à des gens qui n’ont pas de liseuse (oui il y en a, encore,… pleiiiiin !)

8. J’adore aller rechercher un passage, une illu, … dans un livre . Avec ma liseuse, je galère, c’est chiant du coup, je reviens trrrrèèèss rarement sur une lecture

9. Certains ebooks sont encore trop chers et une liseuse faut quand même la recharger de temps en temps

10. Avec un livre, tu peux caler un meuble, frapper en agresseur, aplatir un poster roulé sur lui-même, faire des robes (oui ça existe, des robes de éphémères mais bon…), etc etc

Le livre numérique a des avantages mais pas le charme et la magie d’un livre papier !

Le thème de la semaine prochaine :

Les 10 meilleures et/ou pires fins de séries
N’hésitez pas à me donner les vôtres en commentaire ou le lien vers votre TTT 🙂

Challenge 1 mois -> 1000 pages : BILAN DE SEPTEMBRE

Dans le cadre du challenge lancé sur Facebook par Crouton (du blog palace of books) : Après la cata du mois d’aout, j’ai décidé de me limiter à 2000 pages pendant le mois de septembre

Ai-je réussi à atteindre ou dépasser l’objectif de 2000 pages dans le mois ?

Voici  mes lectures et le nombre de pages associées :

Comme son ombre de Val McDermid = 407 pages (commencé en septembre)

Lughnasadh de Par McMurphy = 188 pages (commencé en septembre)

Sérum, saison 1, épisode 3 d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza = 142 pages (commencé en septembre)

Les vagues de Clamatlice suivi de Saison de pluie sur Clamatlice de Vanessa Terral = 29 pages

Au service des insectes de Cindy Van Wilder= 19 pages

Le chant premier (Les derniers guerriers du silence) de Yoann Berjaud = 288 pages

La brigade des loups, E1, de Lilian Prechet = 41 pages

Le livre de la création (Les derniers guerriers du silence) de Yoann Berjaud = 272 pages

Chat quantique et picon bière de Gilles Warembourg = 241 pages

Créature du miroir de Jess Kaan = 243 pages sur 399

Glacé de Bernard Minier = 238 pages sur 725

Soit un total de 2108 pages !

Je crois que je tourne définitivement autour de 2000 pages par mois.

Je ne sais pas si je encore compter les pages les mois prochains vus que je n’ai pas tellement de variation dans mes mois…

Je vais réfléchir ^^