Le Chant Premier (Les derniers guerriers du silence) de Yoann Berjaud

C1-Le-Chant-premier

Édition Mnémos, Collection Dédales, 288 pages, 20,5€

4ème de couverture

La Confédération des planètes est en paix. Et pourtant…
… Aux confins de l’espace, Sékhem, la jeune amiral de la flotte des six anneaux de Sbarao, braque les senseurs de son vaisseau de guerre sur un étrange artefact suspendu dans le vide.
Dans les splendeurs de Bella Syracusa, Adryan l’aristocrate éprouve les pouvoirs du séduisant Dieu Noir.
Des bas-fonds de Raya aux dunes d’Osgore, Sahel le Vitaguerrier s’éveille aux énergies de l’ancien monde…
Ces destins prêts à basculer deviendront-ils les gardiens ultimes du Chant Premier, à l’origine de toute vie ? Les Derniers Guerriers du Silence ?

Épopée spatiale, récit initiatique et journal intime, le Chant premier compose un véritable Space Opera mystique. L’écriture de Yoann Berjaud est un souffle qui nous transporte de batailles cosmiques en conflits intimes à la suite de personnages au destin incertain, en quête d’absolu.
Comme L’Incal ou Dune, Yoann Berjaud trace une voie originale de la Science-Fiction.
Se déroulant dans l’univers des Guerriers du Silence de Pierre Bordage, Le Chant Premier se lit indépendamment.

Résumé

Il y a quelques siècles, les humains ont eu à affronter les Scaythes d’Hyponéros, qui contrôlaient l’esprit des hommes. Grâce entre autres aux Guerriers du Silence, l’Univers a perduré. Cependant, alors que la confédération des planètes est en paix, le Néant est de nouveau aux portes de l’Univers, prêt à tout anéantir. L’amirale Sékhem qui commande l’armada spatiale du gouvernement des 6 anneaux de Sbarao, mène ses troupes vers un objet extrahumain une sphère bleue irradiant de paix et de sérénité. De quoi s’agit-il ? Un piège? Une menace ? Un message ? Une invitation ? Sékhem décide d’aller voir par elle-même. Parvenue au sein de cette sphère, elle se retrouve comme téléportée sur sa planète natale, Kémya. Où elle retrouve son fils qu’elle croyait mort. Rajân, lui annonce que des heures sombres se profilent, qu’il doit se cacher. Et qu’elle, elle doit être sur ses gardes car elle est traquée par les seigneurs du mal. En effet, une prophétie la désigne comme celle qui pourrait empêcher la destruction du genre humain… Commence alors pour Sékhem (et pour d’autres personnages), une lutte contre le Néant et ses chevaliers, un combat pour la Vie…

Mon avis

Tout d’abord merci à Yoann Berjaud et à Mnémos Editions, pour cette belle opportunité de découvrir le diptyque des Derniers Guerriers du Silence !

Un très beau roman de SF, même si personnellement, il m’a fallut du temps pour rentrer vraiment dedans.

Le lecteur découvre progressivement les personnages et les planètes « importants » du récit. Attention, il n’est pas plongé comme cela, tel quel, dans un univers dense et complexe, sans un minium d’informations. Les débuts de chapitre donnent des extraits de mémoires, de carnets, de traités, … afin de nous permettre de situer les événements de ce roman, par rapport aux écrits précédents de Pierre Bordage. En effet, lunivers de Chant Premier est emprunté des Guerriers du Silence de Bordage, et est continué par Yoann Berjaud. Les introductions de chapitre nous racontent donc rapidement les faits historiques, les batailles passées, l’affrontement entre les Scaythes et les hommes,…

Le premier personnage à être présenté au lecteur est Sékhem. Cette jeune femme originaire de Kémya, planète du désert, amirale, commandant une armée puissante. Nous apprenons une partie de son histoire, sa formation de guerrière, son initiation aux conditions extrêmes du désert par son père Sethi, son « don de voyance » transmis par sa mère Lilya, l’existence d’un ex-mari Hartmon et d’un enfant d’une vingtaine d’année Rajân, qui malheureusement s’est suicidé quelques mois plutôt. Sékhem a beaucoup de mal à faire son deuil mais son entrainement et son sens du devoir, lui permettent de continuer à avancer. Jusqu’au jour, où elle est averti de la présence d’une entité dans l’espace, elle a pour mission d’aller voir ce que c’est. Ce premier événement va engendrer des révélations. Sékhem va comprendre qu’on lui a menti, que son enfant vit toujours, qu’un immense danger arrive et que le Néant approche, décidé à tout anéantir de l’Univers. Sékhem est promise à un rôle d’importance car sa formation aux stratégies militaires et son endurance, la désigne comme une pièce maitresse dans le combat qui va opposer les Guerriers du silence et les chevaliers servant le Néant. Elle pourrait être en mesure d’empêcher la destruction de l’humanité et par suite de l’univers. Mais pour cela, des épreuves l’attendent puisqu’elle est poursuivi par les chevaliers du Dieu Noir et elle va devoir faire confiance à des personnes qui l’ont personnellement trahie jadis.

Deux autres personnages importants dans le récit, dans le « combat » vers la sauvegarde de l’humanité, sont suivis par le lecteur. D’abord, Adryan, un aristocrate de Bella Syracusa. Personnage dévasté par la perte de son père avec qui, il s’entendait à merveille et qui comme lui était sénateur de la république de Bella Syracusa. Nous apprenons vite que sur cette planète, les vieilles familles complotent depuis des siècles contre la confédération des 100 planètes, que les hommes d’État sont corrompus. Et que la « capitale » Vénitia abrite même un ordre secret le Neo-Mashma. Les membres de cet ordre ont la capacité d’influencer la matière par l’esprit. Adryan va être recruté par cet ordre aux ordres du Dieu Noir, mais cela ne se passera pas comme prévu.
Puis, nous découvrons Sahel, un Vitaguerrier, espion du Réseau Ronde Lune Rouque, alors aux prises avec un adepte du Dieu Noir. Il utilise le Cri de Mort pour s’en débarrasser (une technique particulière des Initiés), mais son poursuivant se relève. Sahel sera aidé par un homme Lyorim, qui prétend avoir des visions du futur. Ce dernier indique à Sahel qu’il doit l’accompagner pour l’aider dans une partie de sa mission. Ils doivent retrouver le Gardien des Annales Inddiques. Cet homme est un légendaire guerrier du silence, qui en quelque sorte, protège l’Histoire de l’Humanité et donc l’Humanité. Seulement, eux aussi, se verront freiner par des difficultés et des trahisons.

Ce roman est vraiment très bien écrit, rien en vocabulaire, en images, c’est très visuel. Le récit est rythmé et le style fluide. Chaque chapitre suit un personnage ce qui nous évite de nous perdre entre les mondes et les personnes, ce qui je pense serait le cas, si on alternait les points de vue dans un même chapitre. Cependant, il faut s’accrocher au début de la lecture, se familiariser avec les personnages et le très riche univers repris dans ce livre. Au niveau du rythme, j’ai apprécié certains passages à la première personne, extrait des écrits de Sékhem, qui permet de varier la narration et surtout qui permettent au lecteur de s’attacher à elle, de mieux la comprendre. C’est une héroïne féline et sauvage mais endurcie par ses fonctions militaires. On a envie de la suivre et de savoir ce qu’elle va découvrir, les dangers qu’elle va affronter mais surtout réussira-t-elle?

Yoann Berjaud développe dans ce roman, un univers dense, riche et complexe. La confédération des 100 planètes est composée de planètes toutes différentes les unes des autres (avec des soleils, des lunes, des géographies diverses,…), avec des peuples différents également (des nomades, des citoyens aliénés par neuropuces, …). Il semble s’approprier à la perfection la mythologie et l’univers développés par Pierre Bordage (malheureusement n’ayant pas lu la trilogie, je ne peux pas comparer). Toutefois, je peux dire qu’on peut en effet, lire ce livre complètement indépendamment des œuvres précédentes. Nous comprenons très bien les choses, c’est très complet. Cependant, il est peut-être plus facile pour un lecteur connaisseur des guerriers du silence, d’appréhender le côté mystique des événements. Nous remontons dans la lecture presque aux origines de l’univers. La présence du Chant Premier, de l’Antra de vie, du Son primordial. Des choses que nous comprenons très bien à la lecture mais qu’il est assez difficile de retranscrire ici sans trop en raconter sur l’ensemble des faits et des personnages. En tout cas, nous découvrons les figures emblématiques des religions principales de cet univers, la planète originelle (Terra Nova) et ses premiers guerriers du silence, jusqu’à la menace actuelle. Et de nouveaux guerriers du silence apparaissent, les destinées changent, d’autres se façonnent, luttant pour la Vie pour l’humanité ou pour accomplir la volonté du Dieu Noir.

A travers ce roman et cette histoire, on aborde la dualité du monde, et des hommes, tiraillés entre le Bien et le Mal, sous fond de crises et de guerre de religion. Auxquelles se mêlent des luttes de pouvoir, la corruption, la souffrance, la haine, les ténèbres et l’anéantissement. Et bien entendu, leurs contraires, l‘espoir, la lutte pour survivre, la lumière, l’entre-aide, l’amour, le soutien, le dépassement de soi,

Le lecteur sera amené à rencontrer de nombreux personnages. J’ai beaucoup apprécié Sékhem, mais aussi Athenaïa, Abahelle, Sahel et Lyorim. Et de rencontrer de nombreux types de personnages, des gardiens, des guides spirituels, des anges, des êtres transcendés, des guerriers, des espions,… Et pourtant, le tout dans une logique narrative et une construction concise. Nous n’avons pas une impression de fouillis, les personnages et l’univers sont parfaitement maitrisés par l’auteur, qui sait où il veut en venir et par où il va faire passer ses personnages.

Personnellement, j’ai eu un peu de mal à rentrer pleinement dans ma lecture, peut-être parce que je ne lis pas tant de SF que cela (j’en regarde beaucoup en séries et en films mais j’en lis assez peu) mais passé la seconde moitié du roman, j’ai avalé les pages, j’avais enfin envie de savoir comment les personnages (il a peut-être fallu que tous me soit présentés avec leurs missions ?) allaient s’en sortir. L’intrigue nous réserve quelques rebondissements préparant la suite (Le livre de la création). Le travail de l’auteur est très intéressant (de Pierre Bordage également ?), on sent au cours de la lecture plusieurs influences, plusieurs mythologies servant de bases aux différents mondes (empire et croyance égyptiens, empire romain, religion judéo-chrétienne et indouiste, …) qui permettent aux lecteurs de se raccrocher un peu à des choses qu’ils connaissent, comme des points de repère.

Un petit bémol pour moi, c’est qu’au bout d’un moment, j’avais l’impression que tous les personnages étaient beaux, méchants mais pas vraiment, magnifiques avec une aura exceptionnelle, un destin fabuleux, peu de défauts, beaucoup de qualités, surdoués, extraordinaires…. J’aurai aimé que les personnages plus sombres, plus noirs et pas gentils du tout, soit plus présents, plus développés. Parfois avec les visions du futur, les prophéties et autres, j’avais le sentiment que tout était déjà « plié », que l’on n’aurait pas vraiment de surprise. Mais dans le dernier tiers du roman, cette impression m’a quittée. Pendant, une bonne partie de ma lecture, je ne suis pas vraiment parvenue du coup, à m’attacher aux personnages, même si j’étais émerveillée par l’écriture et la description des mondes, des croyances, j’avais du mal à y adhérer complètement. Mais vers la fin (quand ça commence à prendre une tournure différente, à se corser un peu plus), j’ai beaucoup plus accroché. J’ai d’ailleurs enchainé avec la suite parce que j’ai très envie de savoir comment va se terminer cette histoire et afin de rester immergée dans l’Univers (parce qu’il ne doit quand même pas être évident de laisser passer 1 année entre les deux tomes).

Personnellement, je suis impressionnée par ce roman même s’il m’a fallut du temps pour y accrocher vraiment, le lecteur y découvre un Univers riche et foisonnant, des planètes magnifiques et/ou terrifiantes, des destins noirs ou lumineux, des personnages développés et combattifs, à la recherche d’eux-même pour le bien de tous. Le tout servi par une plume belle et précise. Un premier roman SF impressionnant.

Je suis plongée dans la suite, Le Livre de la Création, mon avis devrait être publié dans le mois ^^

Merci encore à Yoann Berjaud et aux Editions Mménos.

Top Ten Tuesday #78

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est:

Les 10 livres de ma PAL pour cet automne

On va reprendre une partie de celle de l’été (3/10)…

Le Lamento des ombres : Les enfants de Walpurgis des Editions du Chat Noir

lamento-1

Coeurs de Loups une anthologie des Editions du Riez

Coeur de loups

Les tangences divines de Franck Ferric

Les-Tangences-Divines

et ajouter :

Réseau(x), T1, de Vincent Villeminot

réseaux

Pour le salon du polar de Templemars, j’aimerai lire au moins un de ces 4 livres :

Glacé de Bernard Minier

Glacé de Bernard Minier

A minuit, les chiens cessent d’aboyer de Michaël Moslonka

500_____Visuel-a minuit19mm_101

Chat Quantique & Picon Bière de Gilles Warembourg

500_____couv_chat_web_173

Bienvenue à Dunkerque de Maxime Gillio

polars.pourpres.net

Pour les halliennales, j’aimerai lire au moins :

Créature du miroir de Jess Kaan

creature du miroir

Le sacrifice des damnés de Stéphane Soutoul

00good_couv

et pour le Val Joly’maginaire

A un sanglot de moi, tu reposes de Mathieu Guibé

a-un-sanglot-de-moitu-reposes-3746973

Le souffle des ténèbres de Frédéric Livyns

souffle

Fille d’Hécate, tome 1- la voie de la sorcière de Cécile Guillot

hecate1

Le thème de la semaine prochaine :

Les 10 meilleurs deuxièmes livres de séries
N’hésitez pas à me donner les vôtres en commentaire ou le lien vers votre TTT 🙂

C’est lundi, que lisez-vous ? #78

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

J’ai terminé Comme son ombre de Val McDermid (la chronique se fera attendre, je l’ai lu pour les Pirates de Chica et donc je dois attendre qu’elle soit publié là-bas avant de la mettre plus tard ici) et  Serum saison 1, épisode 3 d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza (chronique à venir).

J’ai lu Au service des insectes de Cindy Van Wilder et  Le Chant premier de Yoann Berjaud (chronique à venir).

J’ai commencé Le livre de la création de Yoann Berjaud (18 pages sur 267)

Que vais-je lire cette semaine ?

Je continue Le livre de la création. Et je lirai La brigades des loups S01E01 de Lilian Peschet

Que vais-je lire la (les) semaine(s) prochaine(s) ?

A venir :  finir Lughnasadh de Pat McMurphy,

A lire : Réseau(x), Tome 1 de Vincent Villeminot, Créature du Miroir de Jess Kaan, Le Lamento des ombres – Collectif au Chat Noir, …

Et vous que lisez-vous ?

In My MailBox #67

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Il s’agit d’un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

Quoi de neuf dans mon sac ou ma boite aux lettres cette semaine ?

Cette semaine, j’ai eu une envie de remplir ma PAL même si cette dernière regorge de lectures, j’avais besoin de me faire plaisir 😀

J’ai commandé en occasion Le livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness, que je voulais après l’avoir lu grâce à Cali. Et j’ai commandé la suite sortie en poche : L’école de la nuit de Deborah Harkness (toujours lol).

1268452_10151951157965774_1355453661_o

Et j’en ai profité pour acheter L’île des chasseurs d’oiseaux de Peter May, que je lirai en LC avec Cassiopée et La mort s’invite à Pemberley de P.D. James, qui vient de sortir en poche et que j’attendais depuis des mois !

Enfin, j’ai reçu un des deux polars d’occasion que j’ai commandé : Bienvenue à Dunkerque de Maxime Gillio, le second du même auteur devrait arriver tantôt.

 1267677_10151951157825774_1657999989_o

Et vous de bonnes surprises dans votre BAL ?

La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier

9782070417940

Folio, 313 pages, 7,70€

4ème de couverture

La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l’âge d’or de la peinture hollandaise. Griet s’occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s’efforçant d’amadouer l’épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l’introduit dans son univers. À mesure que s’affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville…

Résumé

Griet aide sa mère à la cuisine quand elle reçoit la visite d’une femme et de son époux. L’homme ne lui adresse la parole que pour comprendre pourquoi elle trie les légumes de la soupe par couleur. On sent que cela à une importance pour lui que ne comprend pas Griet ou le lecteur. La mère de Griet lui apprend qu’elle doit entrer au service de ces personnes le lendemain. Depuis l’accident de son époux, elle a besoin d’une aide financière que lui apportera Griet. Cette dernière apprend qu’elle rentre au service du peintre Vermeer, mais surtout de son épouse et de leurs nombreux enfants. Commence alors pour la jeune fille, une vie nouvelle, différente et qui va lui réserver des surprises…

Mon avis

Une belle découverte !

Ce livre n’est pas un coup de cœur mais je l’ai beaucoup apprécié. Je l’ai lu, il y a plus d’un mois, et j’en garde un excellent souvenir.

L’action commence en 1664 et le lecteur découvre Griet, une jeune fille de 16 ans (si je ne me trompe pas). C’est elle qui nous raconte son histoire. Un matin comme un autre, sa famille reçoit la visite d’un couple, une femme grande et assez sophistiquée, au ton abrupt et un homme, plus petit, qui semble vivement intéressé par la manie de Griet pour le tri des légumes de couleur. Un couple bien singulier. La mère de Griet lui apprend qu’elle va rentrer à leur service le lendemain pour 8 florins la journée et que désormais elle logera chez eux, dans le Coin des Papistes. C’est un coup dur pour Griet mais encore plus pour sa petite soeur Agnès qui ne pensait pas être séparé de sa seule confidente si tôt. Mais Griet comprend, depuis que son père est devenu aveugle, il ne peut donc plus travailler. Et la vie est difficile, les mois sont durs. Son père lui apprend qu’elle va travailler pour le peintre Vermeer et son épouse. Elle devra principalement faire le ménage de son atelier.

cb31d70c-dca0-11e1-a0cc-1a7c5b8956f2-493x328

Débute alors une toute nouvelle vie pour la jeune Griet, nous apprenons quelles seront les taches qu’elle devra exécuter en tant que servante, mais surtout nous découvrons avec elle la famille Vermeer et son maigre personnel. Une galerie de portraits très bien croqués par Tracy Chevalier. De Catherine, l’épouse enceinte de son 6ème enfant à Maria Thins sa mère propriétaire de la maison, en passant par les 4 fillettes donc l’insupportable Cornélia, Tanneke fidèle servante de Maria, et bien sur, Johannes Vermeer le peintre et marchand de tableau, chef de famille. Un nouveau monde de dur labeur, de mise en garde, de sournoiserie, de méchanceté parfois, mais de lumière aussi, de couleur et de beauté.

la_jeune_femme_a_l_aiguiere

Griet va devoir s’adapter à ses nouvelles tâches mais aussi conjuguer avec le caractère de Tanneke, qui la voit un peu comme une ennemie et une bonniche dénichée on ne sait où; ou encore avec celui de sa maitresse assez particulier. Et puis, surtout il y a le ménage dans l’atelier du maitre, comment le faire sans rien déplacer ? Et il est tellement secret. Peu à peu, Griet va se faire une drôle de place dans l’univers de ce peintre qui peint peu et lentement. Elle est attachante. Souvent, j’éprouve des difficultés avec les récits à la première personne, mais ici, ça sonne juste, et j’ai trouvé cette petite servante loin d’être agaçante. Elle n’a pas que des qualités (un soupçon de naïveté, une dose de fausse innocence)  bien sur mais elle fait de son mieux pour éviter les ennuis. Cette société du 17ème est tellement différente de ce qu’on connait de nos jours. Tracy Chevalier parvient à nous faire ressentir le mal être des personnages et les sentiments de  Griet : la tristesse, le doute, son mal aise en la présence du peintre. Cet homme qui l’impressionne, qu’elle admire et qui pourtant, lui adresse si rarement la parole. Puis progressivement, il la fait entrer dans son univers.

J’ai beaucoup aimé être immergé dans la ville à cette époque là, jusqu’au style flamand des constructions, le marché. On s’y croirait ! L’auteure a vraiment un don pour dépeindre les lieux sans abuser de lourdes descriptions. Nous retrouvons les us et coutumes de cette région dans les années 1660, l’opposition des quartiers catholiques / protestants, la prise des repas, les constructions, les travaux manuels (différents métiers nous sont exposés), l’accouchement et les traditions associés, la peste, … Le lecteur est vraiment immergé dans cette ville des Provinces-Unies (ce qui deviendra les pays-bas).

delft1

J’ai beaucoup apprécié cet univers et de découvrir par le récit de Griet, le monde de la peinture, du moins celui de Vermeer. Les couleurs, les détails, l’immobilité, le mouvement, … L’auteure décrit ce quotidien tellement bien, avec le vocabulaire précis et soigné. Les descriptions et leurs impressions permettent au lecteur d’imaginer les peintures de Vermeer comme la vie de Griet dans le Delft du 17ème siècle.  J’ai adoré chercher et retenir dans les descriptions des peintures ou des anecdotes les éléments pour retrouver les vraies peintures ensuite sur le net, et on en a des évocations des toiles de Vermeer (j’en ai repéré au moins 9 sans compter la jeune fille à la perle !) !!! Et puis apprendre qu’il peignait quasiment toujours dans la même pièce, avec des éléments récurrents, en utilisant ses couleurs favorites,… c’est très intéressant.

Verm1665Concert761 la_lecon_de_musique

280px-Jan_Vermeer_van_Delft_008 lettre2

vermeer_thumb la_femme_au_luth

Ce qui va se passer au sein de cette maison ne sera pas sans conséquence sur la vie de Griet, mais en lisant la 4ème de couverture, je m’attendais à du scandale, à bien pire ! Sans raconter ce qu’il se passe, on en vient à découvrir une version potentielle de l’histoire de la naissance du fameux tableau représentant une jeune fille au turban ou encore « une jeune fille à la perle ». Et j’avoue que j’ai bien accroché moi à cette vision de l’auteur. Il est fort probable que tout cela n’est que pure fiction mais c’est amené de telle manière, que cela semble assez crédible. Du fait, du récit du pont du vue de Griet et du traitement de l’histoire, le peintre et son œuvre ne sont jamais dénaturé par le récit. Peut être que pour certains du coup, l’auteure ne prend pas de risque mais à moi, ça me convient très bien.

J’ai passé un très bon moment de lecture, dans une petite partie du monde des Arts, dans une époque plutôt méconnue dans un pays dont on parle peu dans les livres que je lis (et c’est dommage). Le livre parfait pour aborder les thèmes des servants et de leurs conditions, de l’innocence, de la peinture et de l’esthétisme. Il ne me reste plus qu’à trouver le temps de voir le film avec Colin Firth (<3) mais j’avoue avoir peur d’être déçue (et puis je ne suis a priori, pas convaincue pour Scarlett dans le rôle de Griet).

*************************

Challenge La littérature fait son cinéma 2013. (2) jpg

Salon à venir : Les Halliennales An 2, le 12 octobre 2013 à Hallennes-Les-Haubourdin

Dans un mois jour pour jour aura lieu le salon que j’attends depuis un an ! La première édition était géniale et j’ai vraiment hâte de retrouver l’ambiance, les auteurs, un marché artisanal qui double de surface, des expositions,… mais d’abord l’affiche :

310131_544906732218810_1385326834_nMagnifique affiche signée Gilles Francescano qui sera présent lors de l’événement.

C’est où ? C’est quand ? C’est quoi ?

Il s’agit d’un salon des littératures fantastiques qui a lieu dans la métropole lilloise. Cette année, réservé votre 12 octobre 2013 de 10h à 18h au complexe Pierre de Coubertin à Hallennes-Les-Haubourdin à 15 min en voiture de Lille (et c’est bien desservi par les transports) !

Le prix :

C’est gratuit ! Oui oui entrée gratuite.

Le thème :

Oui, cette année c’est : LE TEMPS !!!! ça s’annonce fort fort intéressant d’ailleurs. Un vent steampunk soufflera sur le complexe Coubertin à n’en pas douter !

Le programme :

Alors là, moultes choses : dédicaces, expositions, marché fantastique, conférence,.. :

Les Halliennales c’est près de 40 auteurs et illustrateurs qui vont vous accueillir le sourire aux lèvres !

La marraine cette année c’est : Cassandra O’Donnell, l’auteure de Rebecca Kean et de Sans Orgueil, ni préjugé.

P1090561

La liste des auteurs est belle et continuera de s’étoffer jusqu’en octobre :

Sylvain Blanchot
Julien Heylbroeck
Bérangère Soustre de Condat

En cliquant sur les noms, vous accédez à la fiche auteur 😉

Du beau monde n’est-ce pas ?

J’ai hâte en tout cas, j’ai déjà repéré des livres à faire dédicacer et d’autres à acheter là-bas !!!

images

Et puis, cette année c’est aussi 2 expositions :

Anùchronisme : « Mêlant photographie, artwork et photomontage, entre portraits et arrêts sur image, il s’agit ici de parler de « l’anachronisme uchronique ». C’est la volonté de revisiter et de déstructurer les codes esthétiques traditionnels, en se servant du thème steampunk comme pilier central. » (http://www.halliennales.com/exposition-anuchronisme/)

et :

Rétrofuturism : « la première exposition de la « Uamanab Team » [n.f+m. {wamanabi-tim}], collectif d’artistes de tous styles, toutes techniques, tous horizons et de tous âges. Elle vous fera découvrir des créations exceptionnelles et uniques (peintures, fresque, illustrations, infographie, bijoux et accessoires, costumes…) dans le plus pur style Steampunk, nées de l’imagination fantastique de 10 Artistes !  » (http://www.halliennales.com/exposition-retrofuturism/)

Un concours de cosplay steampunk ! Résultat ce jour là à 17h. Plus d’information ici : http://www.halliennales.com/concours-de-cosplay-en-collaboration-avec-steampunk-en-nord/

Et un grand marché fantastique avec plus de 20 exposants, la liste est disponible ici : http://www.halliennales.com/un-marche-fantastique-non-un-super-marche/

Et puis côté pratique, si ça ne change pas de l’an dernier, petite restauration sur place, wc, parking gratuit. Pensez à du liquide si vous devez acheter sur le marché ou à certains auteurs belges 😉 (pas de chèque en belgique, on oublie pas!).

Alors vous faites quoi le samedi 12 octobre ?

Rejoignez nous !

971229_544905135552303_2005835186_n

Pour suivre toute l’actualité du salon :

Site des Halliennales

Page FB des Halliennales

Un événement organisé par la ville d’Hallennes-Les-Haubourdin et EXquisMen

Au service des insectes de Cindy Van Wilder

132613487

Editions Voy’[el], collection e-court, ebook, 0,99€

4ème de couverture

La peste a ravagé les cités-murailles. Jadis protégées derrière leur dôme, survolées de glorieux aéronefs, elles ne sont désormais plus que ruines où errent les survivants. Les Insectes ont envahi les territoires laissés vacants par les hommes. Leurs ruches s’élèvent fièrement à la conquête du ciel. Bess est l’une des femmes recrutées pour prendre soin de leurs larves, ce qui lui assure un minimum de confort. Mais en ces temps de dévastation, que peut encore attendre de l’avenir une humaine qui a tout perdu ?

Résumé

Bess vit avec Marge et Jeannie, qui sont comme elle des nourrices. Ces survivantes disposent d’un minimum de confort en échange de leur travail pour la ruche. Elles nourrissent et prennent soin des cocons des différents insectes de la Ruche. Bess se résigne à cette existence, elle aimerait en savoir plus, mais dans ce contexte, elle ne peut faire que survivre. Jusqu’au jour, où une attaque se produit..

Mon avis

Voici ma seconde lecture dans le cadre du partenariat entre le blog et la collection e-court des Editions Voy'[el]. Merci de me permettre de découvrir cette nouvelle et par la même occasion Cindy Van Wilder dont c’est le premier texte que je lis.

Une nouvelle angoissante !

Le lecteur pénètre dans un monde post-apocalyptique. Le monde était occupé par les Hommes et les Insectes (oui oui des insectes géants, terrifiant n’est-ce pas?). Protégés derrière les cités-murailles et leurs dômes, les humains cherchaient à  exterminer les Insectes considérés comme une menace. Mais la Peste a décimé les cités, les hommes luttent pour survivre et les Insectes ont envahi le monde. Rien que ce point de départ, pour une phobique des insectes, c’est l’horreur !!!! Mais comme j’adore me faire peur, j’ai lu cette nouvelle avec un plaisir mêlé d’appréhension !

Au cours de ma lecture, j’ai pensé à d’autres lectures (polars notamment) où des illuminés pensent que l’avenir appartient aux insectes, qu’ils domineront le monde et que l’homme sera anéanti par eux et la nature. Et bien, ici, ces passionnés des petites bêtes seraient enchantés, Cindy Van Wilder nous donne un aperçu de ce que serait ce monde et cela donne la chair de poule !

Nous suivons Bess, qui a un peu plus de « chance » que d’autres survivants, elle bénéficie d’un minimum de confort, car elle est Nourrice. Un poste considéré par les survivants comme humiliant et dégradant mais surtout comme une traitrise de la part de ses femmes qui ne cherchent qu’à survivre. Les autres survivants moins chanceux donc, vivent dans la rue, sans manger à leur faim, dans la misère et la pauvreté.

Bess s’occupe donc de nourrir et de prendre soin des larves des Insectes au sein de la Ruche. Elle s’efforce de faire au mieux en évitant de se remémorer son passé, dramatique. J’ai ressenti beaucoup de peine pour Bess et l’auteure nous permet de bien ressentir ses émotions, sa relative indifférence, ses questionnements, ses peurs, … La vie de Bess est loin d’être enviable, le travail est dur et la pression constante. Imaginez être inspecté, gardé, observé,… par des guêpes géantes, pas commode du tout… Bouhhhh Et encore s’il n’y avait que des guêpes … d’autres dangers rôdent, terrifiants, poilus

Bess est un personnage qu’on prend plaisir à suivre, elle qui a tout perdu, va découvrir qu’il reste peut être un peu d’espoir dans sa vie. Cette nouvelle est cependant trop courte !!! Oui, je sais c’est le principe de cette collection, mais là, quand même, j’aurais aimé suivre Bess plus longtemps, et en savoir plus sur ce monde si particulier (et oui même si les insectes et moi, on est pas copain-copain). L’auteure nous dépeint un monde qu’on aimerait découvrir plus en détails, qui ne rougirait pas d’être développer en format plus long ! 

J’ai apprécié cette nouvelle angoissante (voire même terrifiante quand on est phobique!), très bien écrite même si je dois reconnaitre que je reste sur ma faim concernant l’univers post-apo très intéressant qui mériterait un développement !!! Cindy Van Wilder a su créer une atmosphère étrange et particulière, entre courant glacé et torpeur moite, mélange d’oppression et de sérénité. Je suis contente d’avoir découvert une auteure, son écriture et je guetterais ses news concernant ses prochaines publications.

Merci encore aux Editions Voy'[el] et la collection e-court, pour ce partenariat très riche en découverte !!!

*****************

JLNN

Top Ten Tuesday #77

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est:

Les 10 livres que vous aimeriez voir adapté en film ou en série TV

Oraisons de Samantha Bailly, je pense que ça pourrait faire un chouette série ou film d’animation

Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, ça vraiment ça serait trop génial !

La Horde du contrevent d’Alain Damasio, il y a un projet de film d’animation, je crois, ça serait chouette, même si j’ai un peu peur du résultat

La saga du Protectorat de l’ombrelle de Gail Carriger, ça serait une série très drôle je pense

Sérum d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza, pas compliqué, c’est déjà écrit comme une série !

Rue Farfadet de Raphaël Albert, ça pourrait donner une chouette série

L’affaire Jane Eyre de Jasper Fforde et ses suites, ça pourrait donner ça aussi

Soyons fou, Âmes de verre d’Anthelme Hauchecorne, avec un tournage à Lille ❤

et la série des Embaumeurs, ^^ chez l’Atelier Mosésu

ou encore  Druide d’Oliver Peru

EDIT : Le livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness

Le thème de la semaine prochaine :

Les 10 livres de ma PAL pour cet automne
N’hésitez pas à me donner les vôtres en commentaire ou le lien vers votre TTT 🙂

C’est lundi, que lisez-vous ? #77

Découvert sur plusieurs blogs livresques, le lundi est le jour de la semaine choisi pour le  C’est lundi, que lisez-vous ?

N’hésitez à commenter avec vos lectures passées, en cours et/ou à venir.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

J’ai continué Comme son ombre de Val McDermid et un petit peu  Serum saison 1, épisode 3 d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza.

J’ai lu Les vagues de Clamatlice suivi de Saison de pluie sur Clamatlice, de Vanessa Terral.

Que vais-je lire cette semaine ?

Donc je termine aujourd’hui Comme son ombre de Val McDermid et je vais lire Au service des insectes de Cindy Van Wilder.

J’entamerai Le Chant premier de Yoann Berjaud.

Que vais-je lire la (les) semaine(s) prochaine(s) ?

A venir :  finir Lughnasadh de Pat McMurphy, Créature du Miroir de Jess Kaan, Le Lamento des ombres – Collectif au Chat Noir, …

Et vous que lisez-vous ?

In My MailBox #66

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Il s’agit d’un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

Quoi de neuf dans mon sac ou ma boite aux lettres cette semaine ?

Ces deux dernières semaines, j’ai reçu les Epreuves Non Corrigées de Réseau(x) Tome 1, de  Vincent Villeminot :

1234549_709991642347566_1368521797_n

Et deux ebook dans le cadre du partenariat entre le blog et la collection e-court de Voy'[el] Editions :

La brigade des loups, épisode 1 de Lilian Peschet et Au service des insectes de Cindy Van Wilder :

132613765  132613487

Et vous de bonnes surprises dans votre BAL ?