Les vagues de Clamatlice suivi de Saison de pluie sur Clamatlice de Vanessa Terral

clamatlice

Editions Voy'[el], collection e-court, ebook, 0,99€

4ème de couverture

Clamatlice, un monde bien loin de notre Terre, surprend les voyageurs par ses plages de sable vert, ses deux lunes, sa végétation singulière et son surnom : la Planète aux Mille Pensées. Les premiers colons évoquent parfois, à mi-voix, des créatures gigantesques et une nature guidée par une forme de conscience. Bien entendu, les nouveaux arrivés – tel Noota, un jeune surfeur – ne croient pas à ces superstitions…
Jusqu’à ce que Clamatlice murmure à leur esprit

Résumé

Noota, un jeune surfeur terrien, est depuis quelques jours sur Clamatlice. Mais il ne surfe pas aussi facilement et aisément que lorsqu’il était sur Terre. Quel phénomène l’empêche d’user de la technique qu’il avait acquis sur Terre ?
Luccine n’est pas comme ses camarades de classe, elle est plus lente, un peu molle et est donc la candidate toute désignée pour subir les moqueries et les railleries de ses petits camarades. Mais c’est sans compter sur l’étrange rencontre que va faire Luccine…

Mon avis

Un excellent moment de lecture !

Tout d’abord, je souhaite remercier les Editions Voy'[el] et notamment Aude Bourdeau, directrice de la collection E-court, de m’avoir proposer ce magnifique partenariat avec la collection E-court !!! Merci aussi à Vanessa puisque c’est elle qui a glissé mon nom de blog à la maison d’édition ❤

Ce premier e-court inaugure la collection et je l’ai acheté dès sa sortie, je voulais découvrir la maison d’édition, et retrouver la plume de Vanessa Terral et le don qu’elle a de me transporter ailleurs. Et je n’ai pas été déçue !

Les vagues de Clamatlice

Ce premier texte, nous emmène sur la plage de sable vert jade d’Oxalatl, sur Clamatlice. Une planète singulière, à deux lunes, qui est surnommée, la Planète aux Mille Pensées. Elle était habitée avant que les Terriens s’y rendent, on y trouve donc des originels et des colons. Noota, un jeune adolescent est arrivé sur la planète, il y a une dizaine de jour. Pour Noota, la vie c’est le surf, mais il n’arrive pas à prendre la vague comme il le faisait sur Terre. Un jour, il rencontre Inès, une jeune fille née sur la planète, elle fait parti du Clan des Abysses, un de deux clans qui s’oppose sur la plage d’Oxalatl, réunissant les meilleurs surfeurs de Clamatlice. Elle va proposer à Noota de rejoindre son clan, mais avant cela, il devra passer par la case bizutage, ça n’effraie pas notre jeune surfeur, il avait l’habitude de ce type d’esprit sur Terre. Mais les choses se passeront-elles normalement sur Clamatlice, sur cette planète, où il semble y avoir de drôle de créature et où la Nature semble se lier aux êtres ?

Je suis ravie d’avoir retrouvée, l’écriture de Vanessa Terral, sans chichi, sans tournure de phrase alambiquée, mais non dénuée de douceur, de détails, de relief, de sursauts, de percutant. Les descriptions sont belles et visuelles, on n’a aucun mal à se croire sur les plages de Clamatlice, ce malgré le court format du récit. On est tout de suite là-bas, on arrive aisément à s’approprier l’endroit. Le lecteur est propulsé dans un autre monde un peu similaire au notre, avec ses particularités et cette sorte de « magie » qui peut faire peur comme faire rêver.

Ce texte, ce monde, c’est un peu comme le calme et la tempête mêlés, remplis de légendes, de créatures, de nature, d’émotions. Je ne suis pas particulièrement fan de plage et de surf, mais j’ai adoré découvrir ce que va vivre Noota. Ses choix, ses décisions et les rencontres qu’il va faire. Il en ressortira changer, un peu comme le lecteur. Ce texte donne un étrange sentiment d’apaisement, de mieux-être, sans doute, ce monde est un peu celui qui nous aimerions connaitre. On peut faire pas mal de parallèles avec la vie de tous les jours, émotions, états d’esprit, choix, …

Saison de pluie sur Clamatlice

Saison de pluie, c’est l’histoire de Luccine, une enfant sage et repliée sur elle-même, si s’émerveille de la nature mais qui n’est pas la plus vive des petites filles. Elle est un peu lente, un peu molle, elle n’aime pas le conflit et donc elle est la proie des moqueries de ses camarades de classe, qui savaient qu’elle n’ira pas se plaindre à la maitresse, ni à ses parents (elle a essayé de toute façon, ça n’a rien donné). Elle ne se sent bien nulle part, ni à l’école, ni chez elle. Elle essaie de se révolter et en décidant de rester fidèle à elle-même, elle va faire d’étranges rencontres. Suivre et prendre quelques risques, lui permettra de voir certaines choses différemment et peut-être de découvrir qu’elle n’est pas si seule au monde.

Luccine est attachante, en même pas deux pages, j’avais déjà envie de la prendre dans mes bras et de l’emmener loin, au monde des bisounours avec moi. Mais surtout, j’ai été très touchée par ce second texte à me faire monter les larmes aux yeux. Je me suis un peu retrouvée enfant en Luccine. ça m’a toute retournée. Puis, j’ai aimé découvrir là aussi, les rencontres qu’elle va faire et la tournure que vont prendre les événements. Ce texte aborde, bien qu’il soit court, des thèmes très forts mais sur un ton doux et plutôt optimiste : la différence, l’égoïsme, les choix, l’entre-aide, la fragilité, l’acceptation. Et oui, tout ça dans un texte court ! Une réussite !

On est toujours sur Clamatlice, ce monde où tout est lié à la nature, ce second texte est une nouvelle illustration de la Planète aux Mille Pensées. J’ai vraiment apprécié cet univers, et j’aimerai bien découvrir cette planète, ce monde presque pareil mais différent.

***********

A la fin des textes, Vanessa Terral confie rendre hommage aux œuvres japonaises qui l’ont touchée et partager cette ambiance douce et oniriques de ces univers. Et je trouve que c’est très réussi. Je ne suis pourtant pas attirée par les mangas, les récits japonais et pourtant, j’ai adoré l’atmosphère créé par les deux textes de Vanessa. On oscille entre langueur et action, c’est très imagé, visuel. Je verrai bien des fan-arts mangas (arf, si seulement, je savais faire ça). C’est très bien écrit, sans temps mort, c’est précis et entrainant.

Clamatlice est un monde qui m’a attiré dans les quelques lignes de la 4ème de couverture et que j’ai aimé découvrir sous la plume si prenante de Vanessa Terral. Vanessa propose à d’autres auteurs de prendre le relais et de faire vivre cet univers (ils peuvent envoyer des nouvelles à la maison d’édition qui en sélectionnera pour les publier en e-court, si je ne me trompe pas), je trouve ça vraiment chouette, c’est une très belle idée de partager un monde commun. J’espère qu’il y aura donc des auteurs tentés par l’expérience, parce que je lirai avec plaisir d’autres histoires se déroulant sur Clamatlice !!!

***********

J’ai découvert l’introduction de cette collection chez Voy'[el], et je la conseille, elle permettra de découvrir la plume d’auteurs à petit prix avant pourquoi pas de tenter l’expérience avec d’autres de leurs écrits ! Le ebook se termine sur une biographie et bibliographie, la maison d’éditions fait donc la part belle aux auteurs pour notre plus grand plaisir ^^ Merci encore à vous pour ce partenariat qui débute fort bien !!!

**********************************

logo challenge

JLNN

logo

Publicités

Une réflexion sur “Les vagues de Clamatlice suivi de Saison de pluie sur Clamatlice de Vanessa Terral

  1. […] Les vagues de Clamatlice suivi de Saison de pluie sur Clamatlice de Vanessa Terral […]

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s