Rose Morte, T1, La Floraison de Céline Landressie

Rose-Morte-Tome-1-Floraison-Celine-Landressie

Les éditions de l’Homme Sans Nom, 19,90€, 488 pages

4ème de couverture

France, fin du XVIe siècle. C’est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les Greer, fuyant l’Angleterre élisabéthaine.
Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et de caractère. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier.
Et c’est en faisant tout pour éviter cette terrible obligation à l’aide de sa fidèle amie Charlotte que Rose fera connaissance d’Artus de Janlys.
Le séduisant et mystérieux comte l’entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle…

Résumé

Le Comte de Greer, Lord anglais est contraint de quitter l’Angleterre pour sauver sa famille, son jeune frère s’est octroyé toutes ses terres et a prêté allégeance à la nouvelle Reine. Lady Mary la femme du conte l’attend cachée dans un bateau avec leur unique enfant Eileen. Le conte convaincu de la trahison de son frère embarque et emmène en France sa famille. 28 ans plus tard, Eileen est devenue une jeune femme charmante, avec du caractère, qui a déjà refusé plusieurs prétendants et qui se voit imposer par son père un ultime choix. Elle va se confier à sa meilleure amie Charlotte et toutes les deux vont mettre au point une stratégie pour éviter à Eileen dite Rose de conclure une union indésirée…

Mon avis

Une envoutante découverte !

Un jour, une copinaute adorable, Cali pour la citer, vous recommande à une auteure tout aussi adorable et vous vous retrouvez contactée pour avoir la chance de découvrir une maison d’édition qui vous fait de l’oeil depuis des mois et un titre dont les chroniques des blogueuses vous ont fait l’inscrire sur votre wish-list, d’échanger avec une auteure passionnée et sympathique. Il y a des jours où la vie d’une blogueuse est illuminée de soleil même quand il fait gris dehors. Tout cela, pour remercier Cali, Céline Landressie et les Editions de l’Homme Sans Nom pour avoir pensé à moi pour découvrir ce premier tome de la saga Rose Morte ! ❤

Ce fut une magnifique découverte, une excellente lecture !

Le lecteur découvre d’abord rapidement l’Angleterre du 16ème, période troublée par les guerres de religions puis la France au moment de la signature de l’édit de Nantes. Le récit commence donc dans un contexte troublé, au moment, où le conte de Greer fuit son pays natal pour la France, puis se poursuit 28 ans plus tard, dans une période qui se veut plus calme mais où des tensions existent encore.

J’ai énormément apprécié ce contexte historique, c’est une période de l’histoire que je trouve intéressante et puis j’ai beaucoup aimé les descriptions (des tenues, des us) et surtout cette impression d’y être, langage adapté, vocabulaire précis (et expliqué dans un glossaire), un enchantement ^^ Le style d’écriture est parfaitement adapté à l’époque, sans être trop pompeux (fastidieux), sans en rajouter, c’est dosé et précis comme il faut. Les descriptions sont belles, vivantes, on a vraiment l’impression de voir les décors, les lieux, les tenues, toutes ces choses qui font briller les yeux du lecteur.

On découvre Eileen, dite Rose par ses amis. Elle a 28 ans, et est donc considérée comme une « presque » vieille fille (en gros, il est de plus en plus difficile de lui trouver un homme prêt à l’épouser, bah oui, il faut bien donner quelques bambins héritiers au dit époux ! (heureusement que les mœurs ont changés quand même!)). C’est une jeune femme charmante, qui a du caractère (mais attention pas non plus, la fille égoïste, ou insupportable qu’on aimerait remettre à sa place), non Rose est bien élevée, intelligente mais elle ne se laisse pas marcher sur les pieds c’est tout. On s’attache à cette jeune femme en décalage avec son époque (dans le sens où elle refuse un mariage arrangé et puis d’autres petites choses), forte mais pas dépourvue de certaines fêlures. Dans toute la première partie du roman, on découvre donc Rose,  ses amis, des brides de son passé, son attachement pour son père, ses aspirations, etc.  Elle est contrainte de rencontrer un nouveau prétendant lors d’un bal, son père est bien décidé à la marier cette fois. Heureusement Rose est pleine de ressources et elle peut compter sur Charlotte sa meilleure amie pour l’aider à contrecarré les projets de son père.

Puis entre en scène, le Conte de Janlys, un homme pourvu d’un énorme charisme, dont les rumeurs vantent la fortune et dont les titres de noblesse familiaux remontent aux croisades. Il est beau, mystérieux, charmant. Et là, j’ai eu peur de retrouver ce que je déteste dans certains romans, une sorte de surenchère sur sa beauté, son physique, son intelligence, sa richesse, et que comme par hasard, lui et l’héroïne vont vivre un amour fou, passionné, donc dramatique etc. etc. Mais ici, quel plaisir, quel bonheur, les clichés sont laissés de côté, pas de surenchère, tout est dosé, maitrisé, crédible. Le talent de Céline Landressie est d’avoir su faire dans la mesure tout en faisant rêver ! Alors oui, il a certaines choses indispensables à ce genre d’histoire mais qu’est-ce que c’est bien écrit !

Ce tome 1, commence donc comme un roman historique avec une intrigue un peu romance, sans être vraiment cela non plus, puis comme vous vous en doutez, on dérive progressivement dans une intrigue plus fantastique… Mais pas seulement, tout un côté enquête, vient s’ajouter au récit, qui donne du corps au texte de Céline Landressie et du poids à l’histoire de Rose. D’abord, il va se passer quelque chose qui va toucher Rose et elle se fera un devoir de découvrir pourquoi cela est arrivé. Et puis, dans le même temps, dans les régions normande et parisienne, des massacres inexpliqués ont lieu sans mobile et coupables apparents. Le lecteur sera alors amené à découvrir comment et surtout pourquoi. Les deux intrigues sont très bien menées, les révélations sont progressives, indice après indice. Ce nouveau côté de l’intrigue m’a agréablement surprise. J’ai adoré !

Ce que j’ai énormément apprécié également, c’est la façon dont Céline Landressie cultive le mystère, maitrise le suspense. Le lecteur qui a un peu l’habitude de ce type d’histoire, va comprendre certaines choses assez rapidement mais pour tout le monde : waouh, on est plongé dans une atmosphère, dans un mystère opaque, on est pris de doutes et puis les choses nous sont révélées progressivement, comme pour le côté « enquête », les éléments sont livrés pas à pas. On est tenu en halène, on pense qu’on va savoir, puis non, pas encore, et puis on se met à douter. C’est génial. Même celui qui sait, se prend au jeu des déductions et des indices. Magistral !

A la fin, on comprend certainement choses, d’autres restent encore à découvrir, on a envie de poursuivre l’aventure et de connaitre la suite. Rose est plus complexe qu’on pourrait le croire, on aura certainement plein de révélations sur elle mais sur d’autres personnages aussi à n’en pas douter, dans la suite de la saga (combien de tomes, il y aura-t-il d’ailleurs?). J’ai grandement apprécié l’histoire, la façon de traiter les mythes fantastiques, les détails et la maitrise dans le récit (pour un premier roman c’est superbe). J’ai été agréablement surprise par les personnages, par la façon dont est traitée la relation entre Rose et Arthus, par certains choses que je n’avais pas du tout vu venir et qui donnent un regain d’intérêt à l’intrigue, qui relance la mécanique au cours du récit.

J’ai découvert une plume belle et maitrisée, une auteure très prometteuse et qui signe un premier roman superbe, envoutant, inclassable. Vivement la suite !
A noter, la couverture magnifique de Magali Villeneuve, un livre objet superbe, la mise en page nickel, une belle qualité de lecture. J’ai relevé juste deux ou trois coquilles (rien d’ordre orthographique, juste des mots en double), c’est super agréable à lire.

Merci encore à Céline Landressie de m’avoir donné la chance de découvrir ce premier tome, et aux Éditions de l’Homme Sans Nom.

*******************************

challenge destins de femmes

logo challenge

Publicités

11 réflexions sur “Rose Morte, T1, La Floraison de Céline Landressie

  1. stelphique dit :

    Ouahhh, il a l’air terrible!!!!Je me laisserai bien envouter aussi!!!!!

  2. Décidément, je crois que je vais me faire une étagère complète des titres des éditions de l’Homme Sans Nom : ils sont tous plus tentants les uns que les autres 😀

  3. Ivy Read dit :

    J’ai parcouru très rapidement ta chronique après m’avoir fait promettre de ne pas la lire, tout simplement parce que j’ai peur qu’après cette chronique je craque soudainement et décide de filer fissa chez mon libraire alors que je me suis promis d’attendre la rentrée ^^’
    Mais j’ai déjà envie de craquer…
    Ton blog fait mal à mon compte en banque ! C’est de la torture pure et simple ! Tortionnaire va :p

  4. […] Rose morte le 1 et le 2 de Céline Landressie, c’était dur de le poser pour dormir […]

  5. […] Pour lire l’avis complet de Dawn, rendez-vous sur cette page. […]

  6. totorotsukino dit :

    j’ai adoré! quel travail au niveau historique!

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s