Hommage à Sir Terence – Collectif

pratchett

Fan 2 Fantasy, 6€, 151 pages

4ème de couverture

Hommage à Sir Terence… Sir Terence ?
Comprenez Sir Terence David John Pratchett, plus connu sous le nom de Terry Pratchett, génial créateur du Disque-Monde. Sa saga “fantastico-burlesque” est devenue un incontournable du patrimoine mondial de la littérature.
Pourquoi lui rendre hommage ? Parce que cet auteur britannique, maître du récit et véritable magicien des mots, a réussi à l’aide d’une poignée de personnages loufoques et d’aventures rocambolesques à nous faire rire et rêver depuis presque trente ans.
Le thème de cette anthologie 2011 s’est imposé naturellement. C’est avec un grand plaisir que nous saluons dans ces pages l’auteur du Disque-Monde et l’un de ses habitants emblématiques : La Mort.
Installez-vous confortablement et découvrez ou redécouvrez ce personnage aussi drôle qu’effrayant, à travers la vision de 11 jeunes auteurs francophones qui rendent à Terry ce qui appartient à Terry.

Mon avis

Si comme moi, vous avez des périodes où vous captez pas grand chose à la vie, vous serez passé à côté de ce livre 3 ou 4 fois sur le Stand de Cindy en vous disant « sympa mais bon, c’est qui ça Terence ? » Et puis la honte suprême, vous vous rendez compte que Sir Terence oui c’est Terry Pratchett, celui dont vous avez tous les ouvrages dans votre bibliothèque (même si vous n’en avez lu que 6 pour le moment) et vous vous ruez sur votre libraire préférée avec le livre à la main, l’air de rien ^^

Bref, tout ça pour dire, que je connais un peu l’univers créé par l’auteur même si je suis loin d’avoir tout lu encore. Et que j’adooooore !!!! En plus, pour le moment mon personnage préférée est la Mort, ça tombe terriblement bien non ?

Alors ce recueil me direz-vous ? J’ai beaucoup aimé ! Certaines nouvelles plus que d’autres, j’ai apprécié retrouver la Mort dans plein de situations différentes. Les nouvelles sont souvent courtes mais ça ne m’a pas dérangée, en fait, c’est même sympa de passer d’un esprit à l’autre et voir à quelle sauce IL va être mangé par les auteurs ! Et puis en général dans les Pratchett (hors Mortimer, Le Père Porcher, Le Faucheur,…), la Mort n’est pas le personnage principal et donc même s’il est récurrent, ses scènes sont courtes et elles vous marquent ! Et donc pas de problème pour la taille des nouvelles pour moi.

Et la couverture du recueil est magnifique ❤

Marie Devigne : Peur enfantine

Une enfant a peur de la Mort, depuis un carnaval dans sa plus tendre enfance. Un jour, elle voit la Mort et cette peur empêche notre « héros » de quitter la ville de la petite fille.

Une première nouvelle assez courte mais très jolie, la petite peut voir la mort parce qu’elle en a peur et croit en elle, alors que de base, les gens autres que des mages et les sorcières, ne la voit pas. Comment lui faire comprendre que la Mort cette personnification anthropomorphique ne doit pas être crainte ?

Lydie Blaizot : Happy Halloween !

En 1930, Jack Franklin est au bord du désespoir et du précipice. La Mort en avance attend qu’il se jette dans le vide. Perturbé, Jack entame la conversation avec la Mort qu’il peut voir. C’est le 1er Halloween du quartier et Jack n’est pas satisfait, cependant, la Mort ne connaissant pas cette fête, Jack va lui expliquer en l’emmenant dans les rues animées.

J’ai beaucoup aimé l’idée de prendre le thème Halloween avec la Mort, et j’ai adoré quand il se met avec les enfants pour la collecte de friandise ! La plume de Lydie Blaizot que j’ai envie de découvrir avec un de ses romans est fort agréable.

Mathieu Guibé : Taux d’écolémie mortel

La Mort s’ennuie à mourir et répond à une annonce publiée par une école, il devient squelette intérimaire et accepte même de servir d’accessoire pendant une pièce de théâtre jouée par les élèves… de quoi traumatiser les jeunes esprits non ?

Contente de retrouve la si jolie plume de Mathieu Guibé avec cette histoire d’école et d’apprentissage. De jolis jeux de mots, l’esprit du personnage de la Mort est respecté, ça pourrait être dans un des livres du « maitre ».

Anthelme Hauchecorne : Sale petite Peste

1349, la Mort est submergé de boulot avec l’épidémie de peste qui traverse l’Europe, la Pestilence nie y être pour quelque chose, bizarre… La Mort se rend chez M. Marasme, mort depuis 6 mois, recueillir son âme malgré le retard du à la pandémie. A sa grande surprise, il découvre que Mme Marasme est enceinte mais de moins de 6 mois, que se passe-t-il ? Qui se cache derrière ça ?

Une nouvelle plus complexe que les précédentes, où je découvre avec joie le style d’Anthelme Hauchecorne (dont un de ses livres m’attend dans la PAL), c’est travaillé et piquant. Comme pour la nouvelle de Mathieu Guibé, on retrouve la Mort comme on se l’imagine dans l’œuvre de Pratchett. Et on assiste à la naissance d’un personnage intéressant !

Blanche Saint-Roch : Les histoires de la Faucheuse

La Mort s’ennuie et parfois elle assiste aux lecteurs d’une mère à sa fille, les histoire que la petite préfère sont celles où apparait la Mort. Un soir, après la lecture, la Mort repart accomplir sa besogne mais il est pris d’un étrange pré-sentiment et retourne chez la mère et sa fille…

Une nouvelle très bien écrite mais qui m’a dérangée. J’ai pas accroché à la Mort qui nous parle et qui n’agit pas comme il est sensé le faire. C’est dommage.

Anthony Boulanger : Le huitième métier

Les 3 chevaliers de l’Apocalypse (Guerre, Famine et Pestilence) se rendent sur la dernière planète ayant reçu le sérum immortalité, ils cherchent leur 4ème compagnon, la Mort… qui est depuis l’invention de ce sérum… au chômage !

Encore une nouvelle dans l’esprit des romans de Pratchett ! La Mort ne manque pas d’auto-dérision et de bon sens. On retrouve des clins d’œil aux personnages des Annales du Disque-Monde et les 3 chevaliers de l’Apocalypse sont très bien croqués en peu de page ! Drôlissime.

Nicolas Saintier : Mort de Lame

En recueillant l’âme du seul forgeron du coin, la Mort casse la lame de sa faux ! Comment faire pour la remplacer ? La Mort est contraint de se rendre dans une boutique spécialisée…

Et quelle boutique ! Et quel gérant ! La Mort fidèle à lui-même, une nouvelle très sympathique avec clin d’œil, jeux de mots et références contemporaines cinématographique, décalée, j’adore !

Anne Goudour : Aux couleurs de l’Âme

Gupuck l’aide de la Mort se rend dans une pharmacie spécialisée dans les sentiments, il pense que M. Gidéon, le propriétaire, peut aider la Mort, qui cherche à devenir humain.

Malheureusement, je n’ai pas trop accroché à cette nouvelle, même si la boutique de M. Gidéon est plus que très intéressante !

Nathalie Vadinc : Dé Faux

En plein repos sur son île, la Mort est dérangé par la visite d’un représentant en outillage agricole, Zénobe. Ce dernier réussit à lui vendre une faux dernière génération mais son utilisation ne se passe pas comme prévu…

Ah Zénobe, typiquement, un personnage qu’on pourrait retrouver dans les Annales ! Un peu à la Defleur dans les deux premier tomes ! Un style d’écriture très sympa, j’ai beaucoup aimé, notamment les « dialogues » entre Nathalie et la Mort, bien vu !

Matthieu Gousseff : La Mort se marre

Où quand la Nature pense que la Vie va bien s’éteindre d’elle-même non ? Et puis rapidement surtout ! Mais que non, décidément rien ne se passe comme prévu, surtout avec l’arrivée de l’Humanité… et alors la Mort se marre.

Une nouvelle très différente des autres, philosophique. J’apprécie l’auteur et sa franchise quand il dit (dans l’interview faisant suite à la nouvelle) qu’il est un peu l’intrus du recueil, n’ayant peu voire pas du tout lu Pratchett au moment de la rédaction de sa nouvelle, ça se sent mais elle est très bien écrite, subtile, et elle fait réfléchir !

Richard Mesplède : Duel Mort-Bide

La Mort s’ennuie à mourir et décide de se reconvertir en chasseur de prime ! Arizona 1881, la Mort prend pour contrat la mort du méchant du coin, pas si facile, si ?

Univers far-west, la Mort à contre-emploi, décalé, entre SF et western, c’est drôle et inattendu, surprenant aussi, vraiment pas mal !

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce recueil qui permet à la fois de découvrir de jeunes auteurs (leur style, leur plume et puis une interview clôture chaque nouvelle) et de retrouver un personnage emblématique des Annales du Disque-Monde. Ce recueil devrait plaire aux fans de Pratchett (sauf peut-être les plus à cheval sur l’univers qui risquent de ne pas aimer certains « détournements ») mais également à ceux qui le connaissent moins. C’est un bon moyen de découvrir le personnage de la Mort et de donner envie aux lecteurs de se plonger dans les Annales du Disque-Monde. Sur 11 nouvelles, j’ai tiqué sur deux ou trois mais dans l’ensemble, c’était vraiment très bien. Contente d’avoir ce recueil dans ma bibliothèque en tout cas !

************************************************

logo3

Publicités

2 réflexions sur “Hommage à Sir Terence – Collectif

  1. Cassiopée dit :

    Je suis contente qu’il m’attende dans ma bibliothèque ^^

  2. […] Les découvertes de Dawn : « Happy Halloween : j’ai beaucoup aimé l’idée de prendre le thème Halloween avec la Mort, et j’ai adoré quand il se met avec les enfants pour la collecte de friandise ! La plume de Lydie Blaizot que j’ai envie de découvrir avec un de ses romans est fort agréable… J’ai passé un bon moment de lecture avec ce recueil qui permet à la fois de découvrir de jeunes auteurs (leur style, leur plume et puis une interview clôture chaque nouvelle) et de retrouver un personnage emblématique des Annales du Disque-Monde. » Lire l’avis complet […]

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s