A vos souhaits de Fabrice Colin

J’ai lu, 381 pages, acheté d’occasion, tirage épuisé

Lecture effectuée dans le cadre de la 17ème rencontre du club de lecture l’île aux livres/Alille.com, sur le thème « A la découverte d’un auteur : Fabrice Colin »

4ème de couverture

Dans un Londres décalé, rebaptisé Newdon, vivent des elfes, des gnomes, des enchanteurs, des humains et des célébrités telles que Sherlock Holmes, Oscar Wilde ou Jack l’Eventreur. Au milieu de cette foule fantaisite, un entraîneur sportif mène l’équipe des Ogres de Chelsay d’echecs retentissants en piètres performances. Un quatuor formé de ce suicidaire raté, d’un apprenti magicien sans talent, d’un nain nuisible aux fleurs des jardins et d’un petit dragon domestique mythomane, va se voir confier la délicate mission de déjouer le diable qui a investi la ville…

Mon résumé

Dans la ville de Newdon, John Moon est entraineur sportif d’une équipe Les Ogres de Chelsay du jeu local, son équipe composé d’elfes, d’orges, et autres créatures est dernière du championnat. Dans cette ville plongée dans un brouillard quasi perpétuel et dont on ne connait pas les frontières, John est désespéré. Sa copine l’a quitté, la dernière place du championnat va sonner la fin de sa carrière, il voudrait bien en finir avec la vie. Mais à chaque fois, quelque chose se passe qui l’en empêche. En plus, en guise d’ami, il n’a que deux boulets qui lui collent aux basques : Gloïn un nain incapable de faire pousser la moindre plante (le BABA pour un nain normal) et Vaughan, un elfe incapable de réussir ses examens de magie (le comble pour un elfe).
Quand le Diable va se retrouver libérer de sa crypte, où les 3 Mères (la Mort, la Nature et la Magie) l’avait enfermé la dernière fois qu’il a voulu envahir le monde, la vie de John va être chambouler, et les ennuis vont commencer !
Mais si tout ça n’était qu’une invention de celui qui tire les ficelles en douce… le Grand Marionnettiste ?

Mon avis

Un ovni dans la Fantasy française

On retrouve ici beaucoup de personnages, de créatures fantastiques qui côtoient les humains : des elfes, des nains, des fées, des zombies, des vampires, des ogres, des fantômes, … Notre héros est clairement un anti-héros, un loser, un gars qui subit les événements, sur qui le sort s’acharne, qui ne comprend rien à ce qui lui arrive… Voilà John Moon et son aventure complément barrée. Parce que voilà, c’est clairement ici, rien que la 4ème de couverture le confirme, un livre de fantasy humoristique, mêlant tous les effets du genre.

Et effectivement c’est très drôle, des situations cocasses, rien ne se passe comme prévu, on navigue presque entre réel et rêve, fantasme et folie. Pas vraiment parodique sur le genre c’est plutôt loufoque, gentiment barré, décalé, très second degrè. Mais l’histoire se tient bien. J’ai eu du mal au début à rentrer dedans, je ne voyais pas trop où ça voulait en venir mais après une quarantaine de pages, j’y voyais déjà plus clair. Un livre où il faut se laisser complètement embarqué, sortir son sens de l’humour de sa poche, sinon, vous risquez vraiment de ne pas aimer et de trouver ça confus. Moi j’ai passé un moment agréable et drôle avec John Moon, Gloïn, Vaughan et le dragon domestique, étrangement doué de parole !

Les personnages secondaires sont très bien croqués, comme les décors, les lieux, les impressions mystérieuses, on s’y croirait presque dans ce Londres revisité ! Une atmosphère et une ambiance vraiment réussies. On trouve vraiment de tout question personnage dans ce roman qui foisonnent sans que ça ne soit trop. Une grosse préférence à la Mort et au Diable qui sont deux êtres incarnés complètement décalés, avec leur querelles qui datent de plusieurs millénaires. Il est difficile d’en parler plus précisément (des personnages ou des actions) tellement il se passe de choses, qui ont des imbrications les unes avec les autres. Il y a beaucoup de clins d’œil, quelques jeux de mots, des figures de style,… J’ai beaucoup aimé la façon dont Fabrice Colin joue avec son lecteur mais également avec ses personnages et notamment avec John Moon !

Ce livre c’est comme une farce mais dans le sens théâtral du terme, ici on n’essaie pas de nous faire croire à des faits peut-être réels ou peut-être imaginés, on est bien dès le début dans l’imagination débordante de Fabrice Colin, parfois tirée par les cheveux, mais comme c’est un roman drôle et décalé, c’est clairement dans le ton et cela passe très bien.

J’ai aimé le style d’écriture de Fabrice Colin, ça se lit vite et bien, c’est rythmé (découpage en petites parties ayant un titre plutôt qu’en chapitre), le ton est drôle, c’est léger mais pas simpliste. Le langage est adapté à la personne qui s’exprime, encore plus flagrant quand ce sont des abrutis (comme certains joueurs du jeu national) qui parlent ou des zombies auxquels ils manquent une partie de la mâchoire !

Si on veut aller un peu plus loin que le récit lui-même, on trouve des axes de réflexion très intéressants comme : Qui décide vraiment de notre vie ? Est-on complètement pris dans le système ? Pouvons-nous agir et réfléchir par nous-même ? Ou bien est-ce que ce sont nos croyances qui nous façonnent ?  Sommes-nous censés suivre ou bien agir et nous rebeller ? Faire le contraire de ce qu’on nous dit ? Est-ce que nos dirigeants agissent pour eux ? ou pour l’intérêt commun ? Faut-il croire ? Pourquoi ? Et finalement est-ce si important que ça toutes ces questions ?

Un bémol, même si j’ai beaucoup aimé la Mort et la façon dont elle est personnifiée etc., c’est dommage d’avoir négligé ses sœurs la Nature et la Magie, ça m’aurait bien plut d’avoir plus d’actions de ce côté. Un autre point, la couverture ne donne pas vraiment envie par rapport à celle des grands formats c’est dommage. Et le texte manque un peu d’aération dans cette version.

Voilà, pour moi, c’était une agréable lecture, une bonne découverte de l’auteur, c’est vrai que ça ne plaira pas à tout le monde la fantasy fantaisiste mais les personnages sont truculents, drôles, les personnifications bien trouvées, j’en garderai un bon souvenir. Cependant, je préfère l’humour parodique de Pratchett mais Colin se défend très bien dans le domaine en tout cas.

Bannière réalisée par Cassiopée pour la réunion du club de lecture ayant pour thème  » A la découverte d’un auteur : Fabrice Colin »