Abraham Lincoln : chasseur de vampires de Timur Bekmambetov

L’adaptation du roman de Seth Grahame-Smith, avec Benjamin Walker, Dominic Cooper, Anthony Mackie, …

Lorsqu’Abraham Lincoln découvre que des vampires assoiffés de sang se préparent à envahir le pays, il jure de les éliminer les uns après les autres, à coups de hache. C’est alors que se révèle un chasseur hors pair, menant une guerre secrète sans précédent, avant même de devenir l’illustre figure de la guerre de Sécession.

Abraham est un jeune garçon qui qui aide son père dans son travail pour Jack Barts, un jour il défend un de ces amis Will qui a pour seul « défaut » d’être « noir ». Will et Abraham sont battus, le père d’Abraham s’interpose alors et met Barts à la flotte. Cela lui coutera son travail, mais Thomas Lincoln a des dettes et Barts le menace, il se vengera et le fera payer. Une nuit, Barts s’introduit chez les Lincoln et s’en prend à la femme de Thomas, sous les yeux d’Abraham. Le lendemain, la mère d’Abraham décède d’un étrange mal. Trop jeune, Abraham contient sa rage et devenu un adulte, il est bien décidé à se venger, seulement les choses ne vont pas se dérouler comme prévu, Barts n’est pas celui qu’il prétend être. Henry Sturgess va prendre Abraham sous son aile et va lui apprendre comme se battre contre ceux qu’il poursuit…

Autant le dire tout de suite, oui, il y a plein de scènes improbables et l’introduction de vampires dans la vie de Lincoln fait sourire, voir hurler de rire, mais moi, j’ai beaucoup aimé ! Après, ça passe ou ça casse,  le synopsis a en fait débloqué plus d’un c’est sur, moi je voulais voir avant de juger. Et j’ai passé un bon moment, il faut savoir mettre de côté son exigence sur la cohérence des faits, et se laissant simplement emporter par cette histoire de vampires.

J’aime quand les légendes sont incluses dans des faits historiques, ici les vampires côtoient le futur Président des États-Unis, Abraham Lincoln, sur fond de messages sur l’égalité des hommes et de la fin de l’esclavage. Le titre n’est pas là pour rien, l’association de Lincoln et des vampires est annoncée, si elle vous dérange, peu de chances pour vous d’apprécier le film ! En tout cas, le mélange Abraham Lincoln + univers fantastique des vampires moi je trouve que c’est bien vu. L’auteur en a eu l’idée car il a écrit son roman très peu de temps après le bicentenaire de la naissance de Lincoln (2009) et l’explosion de la vague de roman sur le thème des vampires. Voilà un auteur, scénariste du film qui ne nie pas avoir suivi l’effet de mode.

La réalisation est efficace, beaucoup d’action, du rythme, des effets spéciaux, des costumes,… Bien sur ça n’est pas le meilleur film de tous les temps, mais la sauce avec moi a bien pris. Les vampires sont très bien faits, j’ai beaucoup aimé, l’apparence qu’ils ont lors de leur transformation et ils font bien peur comme il faut. Enfin des vampires qui sont de vrais vampires ! J’ai beaucoup aimé les combats entre Abraham et ces êtres doués de certains « pouvoirs » rapidité, invisibilité, force,..

J’ai beaucoup aimé l’acteur qui joue Abraham : Benjamin Walker, il fait un très bon Lincoln, un grand échalas, un peu rude mais très bon orateur. Les décors, maquillages et costumes sont très réussis. J’ai vraiment eu l’impression de voir Lincoln, la guerre de Sécession, … comme on nous les représente dans les livres. Le travail pour transformer Benjamin Walker en Lincoln est très réussi.

Dans ce film, en plus de l’action, il y a le côté romance, la rencontre entre Abraham et Mary. J’ai bien aimé Mary, personnage avec de l’humour, de la détermination, qui seconde son mari président mais qui voit bien que certaines choses lui sont cachés mais n’ose demandé pourquoi. L’actrice Mary Elizabeth Winstead est bien trouvé, pleine de fraicheur avec un joli minois.

J’apprécie beaucoup Dominic Cooper, vu dans Mamma Mia ! (Sky) et Capitain America (Howard Stark), le personnage d’Henri est sympathique, il est ambigu et cet ami d’Abraham va se révéler plein de surprises, mais seront-elles bonnes ?

Il y a quelques touches d’humour au début du film, quelques clins d’œil à la mythologie vampiriques. Dommage, que ça ne continue pas sur l’ensemble du film. Tout ce qui tourne aux légendes sur les vampires est bien fait, je trouve, l’argent, le non-reflet dans le miroir, la sensibilité au soleil, comment s’alimenter tout en restant discret, etc. L’esprit du mythe est bien retranscrit, j’y ai retrouvé ce que j’aime dans ces légendes.

Bref, il faut passer au dessus de la crédibilité de certaines scènes (hors scènes avec des vampires of course), garder à l’esprit que l’auteur a écrit un roman d’horreur mais qu’il aime les aspects parodiques et je pense vraiment que ceux qui ne sont pas fermés au mélange légende sur les vampires + historique, passeront un excellent moment ! Les autres devraient attendre la diffusion à la télévision.