Ikigami, Préavis de Mort (01) de Motorô Mase

Kazé Editions, 206 pages, 7,99 €

4ème de couverture

Dans notre pays, une loi entend assurer la prospérité de la nation en rappelant à tous à tous la valeur de la vie. Pour ce faire, un jeune sur mille entre 18 et 24 ans est arbitrairement condamné à mort pour une micro-capsule injectée lors de son entrée à l’école. Lorsque l’on reçoit l’Ikagami, c’est qu’il ne nous reste plus que 24 heures à vivre. Mais à quoi passer cette dernière journée, lorsqu’on n’a pas eu le temps de faire sa vie ? Que feriez-vous de vos dernières 24 heures ?

Résumé

Dans la pays où se déroule l’action, les élèves lors de leur premier jour d’école se font vacciner. Mais il ne s’agit pas une vaccination médicale, une seringue sur mille contient une nanocapsule qui entrainera la mort du vacciné entre 18 et 24 ans, comme le veut la Loi pour la Sauvegarde de la Prospérité Nationale. Fujimoto est fonctionnaire d’Etat et sa fonction est de délivrer les Ikigami, préavis indiquant au sujet qu’il va mourir dans 24h. Il débute dans la fonction et doit livrer 2 à 3 Ikigiami par mois. Cette tâche semble simple mais annoncer la mort est difficile, le « livreur » doit être détaché, seulement Fujimoto commence à se poser des questions sur l’honorabilité de sa tâche.

Mon avis

On assiste à deux « livraisons » d’Ikigami. Les adulescents qui reçoivent ces préavis, ne vont pas avoir la même réaction face à leur mort prochaine et rapide. Et en fil conducteur, on observe Fujimoto lors de la livraison de l’ikigami, éventuellement pendant les 24h et le point effectué avec son supérieur à chaque fin d’histoire.

Je n’aime pas tellement les mangas (ni même les BD) mais ce livre a été choisi comme lecture commune de la 14 réunion du Club de Lecture Alille.com, j’ai donc joué le jeu et je l’ai lu. Et je dois dire que ce n’était pas si mal. Même si j’ai beaucoup de mal à me concentrer sur les images et sur les textes -je suis régulièrement obligée de revenir en arrière regarder les dessins pour être sure de ne rien louper- j’ai trouvé le thème abordé bien trouvé et les dessins sombres et noirs, précis et réalistes tout à fait en phase avec le sujet traité ici.

On débarque dans un régime qu’on peut considérer comme totalitaire, qui pour « la Prospérité Nationale » décide de terrifier la population dès leur plus jeune âge et en leur mettant une épée de Damoclès au dessus de la tête. Ils peuvent très bien vivre vieux comme mourir entre 18 et 24 ans. Cette solution a été mise en place principalement pour réduire la délinquance et le nombre de suicide dans le pays. Ainsi les dirigeants sont convaincus que les jeunes vivront leur jeunesse pleinement et en filant droit. Les familles des « victimes de la nanocapsule » sont indemnisées. Mais si le « condamné » n’emploie pas à bon escient les 24h qui lui restent, toutes les conséquences de ses actes retomberont sur sa famille…

Seulement, on s’aperçoit assez vite que ça ne marche pas vraiment, la première personne a qui Fujimoto remet l’Ikigami a été maltraité et violenté par ses camarades de classe et il s’aperçoit, des années plus tard, que certains jeunes de son quartier, le sont aussi. La menace d’une éventuelle mort prochaine, n’empêche pas la haine, la délinquance et l’irrespect. En plus, cette échéance aléatoire tombe sur n’importe qui, d’où un sentiment profond d’injustice !

Fujimoto commence à mesure qu’il découvre sa fonction à se poser des questions, il tente bien d’en parler à son supérieur mais se rappelle aussitôt que poser des questions est mal vu, tellement mal vu, qu’à la moindre rébellion, le fonctionnaire se voit injecter la nanocapsule. De ce fait, Fujimoto nous apparait un peu passif, mais il est « coincé » dans sa fonction et ne sait probablement pas quoi faire. Nous occidentaux, on a envie qu’il se rebelle, s’oppose à cette Loi et vite, mais il est pris dans un système, dans les rouages d’une administration et dans une culture de groupe qui laissent peu de place à une réaction violente et spontanée.

Les histoires contées (deux dans ce tome) montrent les réactions différentes des personnes recevant l’Igikami :  de la colère, de la résignation, du déni, de l’incompréhension,… L’Ikigami, ça n’arrive qu’aux autres non?  Dans ce tome, le premier à recevoir l’Ikigami, au regard de son passé va se tourner vers la vengeance, mais est-ce la peine de se venger quand vous n’avez plus la possibilité de faire des projets d’avenir ? Le second personnage va plutôt profiter pour changer la situation dans laquelle il est, va tenter d’accomplir quelque chose.

L’idée de base de ce manga est très intéressante et le traitement est bien fait, ce premier tome est vraiment pas mal. On se pose beaucoup de questions, on est amené à réfléchir non seulement à ce qu’on aurait fait à la place des personnages mais également à ce qu’on ferait nous, à ce qu’est cette société, la notre, etc.

J’ai eu du mal au début, parce que tous les fonctionnaires se ressemblent et j’en suis même venue à confondre des personnages, je me suis même demandée si c’était voulu ou non. Les fonctionnaires sont dans un tel système qu’il n’y a pas d’individualité, tous alors se ressemblent. Mais peut être que c’est juste moi, qui n’est pas l’habitude des graphismes et des mangas et qui n’est pas assez fait attention aux détails.

Lors de la réunion du Club de lecture, ceux qui ont lus les tomes suivants sont déçus parce qu’il ne se passe pas grand chose, Fijimoto continue ses interrogations mais ne passe pas à la phase de révolte, les histoires contées manquent d’originalité et se répètent un peu. Je ne sais pas du coup, n’étant pas déjà fan à la base en plus, poursuivre cette série même si ce volume est très bien.

Moi dans cette histoire, j’aimerai un rebondissement du style : livraison d’un Ikigami, la personne déconne mais le système a eu une faille et le « condamné » ne meurt pas. L’administration essaie de cacher l’évènement mais les rumeurs se propagent, le « miraculé » doit assumer ses actes mais en profite pour alerter l’opinion publique, la révolte gronde, le pays se soulève. Mais je ne pense pas que ça se passe comme ça 😀

Et vous l’avez-vous lu, qu’en avez-vous pensé ?

2 réflexions sur “Ikigami, Préavis de Mort (01) de Motorô Mase

  1. […] cette série ou bien que vous souhaitez la commencer, je vous conseille de lire le billet sur le Tome 1 et les 2 billets sur les tomes 02 à 05 et tomes 06 à 09. Dans ceux là, je ne donne que peu […]

une petite bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s