Dark Shadows de Tim Burton

Adaptation de la série éponyme, diffusée entre 1966 et 1971 sur la chaîne américaine ABC comprenant 1225 épisodes…

Avec Johnny Depp, Michèle Pfeiffer, Helena Bonham Carter, Eva Green, Jackie Earle Haley, Bella Heathcote,…

En 1752, Barnabas Collins et ses parents Joshua et Naomi quittent Liverpool pour s’installer en Amérique. Ils font vite des affaires dans l’industrie des produits de la mer, développent leur activité, créent une ville (Collinsport) et ils se bâtiront même un domaine Collinwood. Plus que la fortune, les Collins vivent et travaillent pour la chose la plus importante à leurs yeux : la famille. 20 ans plus tard, le jeune et riche Barnabas est un séducteur invétéré, puissant et quelque peu arrogant. Il va commettre l’erreur de briser le cœur d’une employée de Collinwood, Angélique Bouchard. Erreur parce qu’Angélique est une sorcière ! Et comme elle a été rejetée, elle va tout faire pour nuire à la famille Collins, jusqu’à transformer Barnabas en vampire pour qu’il ne puisse pas mourir. Et pour appuyer un peu plus sa vengeance, elle va le dénoncer aux villageois, et il sera condamné à être enterré vivant.

200 ans plus tard, par inadvertance, lors de travaux, Barnabas Collins sera libéré de sa tombe. Il reviens alors dans son domaine en 1972… Un peu avant, une jeune fille arrive à Collinwood pour occuper le poste de gouvernante du jeune David, qui a perdu ma mère à l’âge de 5 ans. Il est le neveu d’Elizabeth Collins actuelle propriétaire du domaine.

Voilà un film que j’attendais depuis longtemps !!!! Et j’ai adoré : l’ambiance, la musique, les décors, les costumes, les images, le casting, les personnages fantastiques, les années 70 !!!!

Mais pour être objective, ça ne sera pas mon Tim Burton préféré. Même si c’était pas mal. Peut être qu’à force, j’en attend trop de mon réalisateur chouchou ? Il faut le reconnaitre, je suis un poil déçue, je n’ai pas été subjuguée ou transportée comme j’ai pu l’être devant Big Fish ou Sleepy Hollow. Peut être qu’il m’a manqué quelque chose pour être complètement convaincue.

Je n’ai pas trouvé le scénario très bon, ça manque parfois de dynamisme. Même si j’ai adoré le décalage entre Barnabas qui est encore dans sa tête et ses comportements en 1772 et les années 70 (que j’adore!), j’ai trouvé que le décalage dans l’histoire (elle même) n’était pas suffisamment marqué, c’est fantasque sans être loufoque, c’est drôle sans être comique. Après, cela n’est que mon ressenti, je pense que j’aurai aimé quelque chose d’encore plus barré. Ou alors au contraire, très noir et effrayant (même là ça n’aurait pas été le même film). Et puis, j’ai trouvé que c’était un peu long, il y aurait eu des scènes plus courtes parfois, des dialogues moins longs, ça aurait dynamiser un peu l’ensemble.

J’ai trouvé qu’on s’attachait trop à l’intrigue du couple Angélique / Barnabas, et que les personnages secondaires n’était pas suffisamment exploités et mis en relief notamment le docteur Hoffman, psychiatre alcoolique, Elizabeth Collins la mère qui a des difficultés à élever sa fille sans le père, Carolyn l’ado typique des années 70 … Pourtant tous les ingrédients sont là, le fantastique, la famille déjantée, les années psychédéliques, un manoir mystérieux, …

Le mélange du fantastique (les scènes prises indépendamment sont magnifiques je trouve, vraiment dans l’univers et le ton de Burton) et de la comédie (certaines scènes sont drôles et bien jouées) n’a pas trop pris pour moi. Je reste convaincue que j’aurai préféré quelque chose de sombre, un conte fantastique et mystérieux (certaines scènes le sont d’ailleurs <3)  ou  une explosion dégantée, encore plus second degré : 3ème ou 4ème degré.  Je ne connais pas la série américaine, peut être est-ce que c’est trop calé dessus?

J’ai quand même vachement apprécié de retrouver Michèle Pfeiffer et Johnny Depp. Il est très bon en Barnabas Collins, il arrive à faire passer le second degré, certaines allusions, il se fond bien dans son personnage. Par contre, je ne suis pas convaincue par Helena Bonham Carter dans le rôle du Dr Hoffman, ni par Jonny Lee Miller dans celui du frère d’Elizabeth Collins. Une mention spéciale au jeune Gulliver McGrath (David Collins), il a une présence ce petit, dommage que son rôle, ne soit pas plus exploité.

En conclusion, les éléments sont là, la réalisation aussi, c’est beau, parfois drôle, mais le scénario est un peu plat et ça manque un peu de surprise. Du très bon et du moins bon. Avis mitigé 😉

J’ai lu qu’il y aura une suite si le film marche bien. Pour moi, ça ne vaudra le coup que si le prochain scénario est original, surprenant et bien ficelé…